Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La crise ne ferait que commencer

La crise ne ferait que commencer

Depuis quelques mois, un économiste espagnol Nino Becerra fait l’ensemble des plateaux TV. Que ce soit sur CNN, sur EuroNews et bon nombre des médias anglo-saxons, cet économiste espagnol est peut-être l’homme qui aura compris le sens de la crise des sub-primes et l’ampleur des phénomènes macro-économiques que nous avons à affronter. Il prévoit une vaste crise systémique qui aura des conséquences sur les dix prochaines années.

Dans un best-seller, certes inconnu de l’hexagone, le Professeur Santiago Niño Becerra prédit un krach en 2010. Ainsi, sans vouloir être alarmiste, on peut rapporter son propos « Ce crash serait l‘épilogue du processus de pré-crise qui a débuté mi-septembre 2007 quand il y a eu le problème des subprimes. Nous sommes arrivés à une situation d‘épuisement qui fait que le modèle que nous connaissons, à savoir la logique crédit-consommation-dette, a atteint ses limites. La bourse grimpe pour des raisons purement spéculatives et parce que des fonds qui ont été utilisés pour les restructurations financières ont dévié vers les marchés. Je pense que cela va durer deux mois tout au plus, et ensuite ce sera la chute » annonçait il sur EuroNews (1).
 
Le Choc à venir. En bon économiste, Niño Becerra a été très probant dans son ouvrage « El crash del 2010 ».Sur quelques centaines de pages écrites dans un espagnol parfait, il remonte aux anciennes crises et explique les modalités de ce gouffre à venir. Il rappelle le choc Islandais, celui de l’Irlande, on a envi de parler de la crise récente de Dubaï. L’intéressant de cet ouvrage et des propos de Niño Becerra repose sur les conséquences extrêmes de ce vrai krach à venir. Sachant que la pré-crise a consisté dans les « subprimes », on verrait se profiler la crise globale de 2010 à travers les premiers stigmates : l’effondrement de la Grèce et surtout l’ampleur dévastatrice des spéculations contre ce pays. Des banques en effet donnent l’ordre de « charger » ce pays et de prendre un maximum de bénéfice en « prêtant de l’argent à plus de 6% de taux d’intérêt au lieu de 3.2 % pour l’Allemagne ». C’est un peu comme si des malfrats étaient en train de s’occuper de la salle des coffres du Titanic à quelques minutes du choc avec l’iceberg… ou plus proche de nous, c’est un peu comme si nos banquiers s’amusaient à ramasser des coquillages sur la plage de « Banda Aceh » ne comprenant pas le retrait de la mer avant le tsunami de 2004… Mais aujourd’hui lorsqu’on se plonge sur la chute récente de l’économie portugaise et espagnole, on peut mesurer l’effet domino de l’éclatement des bulles financières et des politiques budgétaires des pays de la zone euro. Et cela compilé à des déficits budgétaires massifs comme en France. L’analyse de Becerra (2, 3) prend donc tout son sens étant donné que le CAC40 a déjà chuté de 10% depuis le début de l’année. On se souvient aussi des propos de la Société Générale qui prévoyait un problème de récession lourde en 2010 depuis l’automne dernier… L’info n’était pas très loin. En effet, le livre de Niño Becerra (5) faisait déjà des émules depuis le mois de mars 2009. Et les plateaux TV s’arrachaient avec un peu d’ironie ce solitaire barbu et atypique capable de dire que le monde risquait de partir en vrille dans un proche avenir. On regarde son propos avec plus de sérieux sachant qu’il montre bien que c’est le cumul de bulles financières existantes et de fragilités systémiques qui risque de provoquer un scénario de panique. On sait déjà les troubles vécus dans les systèmes bancaires, immobiliers et fiduciaires actuels. Ajoutons à cela le mal-logements de la population (voir les appels de Jeudi-Noir, de la fondation Abbé-Pierre) mais aussi le chômage de masse qui se cristallise avec une précarité dénoncé de partout.
 
Les répercussions. Dans le schéma de Niño Becerra avec l’inflation, le chômage et les crises structurelles impactantes dans l’ensemble de la vie quotidienne, l’Europe risque d’éclater. En effet, comment maintenir le navire Europe dans le cas ou les populations seraient face à une pénurie de cash, sans emploi et dans une forme de chaos généralisé. Des gens dont les comptes en banque se seraient volatilisés ne seront pas très respectueux du système qui les a conduit à un point de non retour… par la voracité d’une élite qui aura cru avoir survécu assez paisiblement à la crise des subprimes et ayant repris spontanément les mauvaises habitudes comme par exemple à Londres ou une bulle immobilière renait actuellement. Pour Niño Becerra donc, l’Europe ne survivra pas à ce choc financier. Les régimes politiques ou les élites seront aussi reconnues coupables d’avoir soit menti, soit mal géré le secteur bancaire. Mais l’analyse de Becerra peut nous laisser imaginer un lendemain plus heureux. Un autre scénario. Un Krach d’ampleur produirait une évacuation de l’élite actuelle discréditée durablement. Les modes des sélections des élites en question seront donc revues et les valeurs des sociétés seront remises à plat. Une éviction simple des responsables de la crise est une sanction suffisamment efficace pour laisser des pays opter pour des choix plus humains et plus écologiques.
 
Conclusion. Certes, il y a une forme de ruine générale à concevoir dans un tel cataclysme financier mais il faut imaginer « l’avenir des possibles » qui s’engagerait à la conséquence de ce choc. Niño Becerra conçoit une crise longue d’environ 10 années ce qui est comparable à la période de 1929 qui aura abouti d’ailleurs à une résolution par la guerre. C’est la réaction à cette vraie crise qui est importante… les solutions amenées par une nouvelle élite. Aboutirons-nous à une économie durable ? Des liens européens à tisser sur des bases sociales, humaines et moins friables. Irons-nous à un clash frontal avec la Chine c’est une autre question ? En tout cas, non sans humour, Niño Becerra compare déjà le capitalisme à un cadavre (6).
 
 
(5) EL CRASH DEL 2010 : TODA LA VERDAD SOBRE LA CRISIS ISBN 9788499083001
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

195 réactions à cet article    


  • Leviathan Leviathan 10 février 2010 10:24

    Article paru sur mecanopolis.org, le 06/02/2010.

    « Une attaque concertée par des groupes financiers est en cours contre l’euro »
    http://www.mecanopolis.org/?p=13486&type=1

    France Inter, le 10/02/2010 - Jean-Pierre Jouyet, président de l’ Autorité des marchés financiers confirme qu’il y a bien une attaque de Banksters sur l’Euro et la Grèce.
    http://www.dailymotion.com/video/xc6b00_jean-pierre-jouyet_news


    • John Lloyds John Lloyds 10 février 2010 10:31

       Bonne présentation d’un économiste que je ne connaissais pas.

      Sur le fond, le jeu de la prévision est très délicat, d’autant qu’il doit intégrer des décisions gouvernementales et/ou privées qui n’ont pas encore été prises. Autant des analystes comme Larouche ou Roubini avaient prévu la crise de 2008, autant d’autres non moins prestigieux, dont le même Larouche, en avaient prévu une seconde fin 2009, et elle n’a pas eu lieu.

      Se sont-ils trompés ? Oui et non. Oui sur l’exactitude de la date, mais non sur le fond. Car une des leçons à retenir des évènements économiques et financiers de 2009, c’est que le système a montré une extraordinaire capacité à sauver les meubles. Par des procédés de républiques bananières (planche à billets, manipulation des normes comptables pour sortir les actifs toxiques des bilans, achats boursiers institutionnels, pondération extrême des refinancements de la dette à court terme, dont le rachat de sa propre dette – le summum de l’escroquerie), mais il a réussi à reporter l’ensemble du problème à plus tard, par création de bulles encore plus monstrueuses que les précédentes.

      Qui aurait pu prévoir un tel niveau de machiavélisme début 2009 ? Personne. Techniquement, ces analystes avaient raison, le système aurait du plonger dans son entier en 2009. On a mis des pansements sur une jambe de bois, il n’empêche que cette jambe pourrie finira par imploser intégralement. Le choix stratégique de monétiser une dette publique exponentielle, par choix de transmettre la patate chaude aux générations suivantes, n’empêche en rien les banques de fermer le robinet à l’économie réelle et de dilapider l’argent du contribuable touché à 0% et investi à 4% dans le circuit fermé du carry trade.

      L’ensemble tient encore parce que chacun se tient par la barbichette et la dette peut encore être refinancée à court terme, mais que l’on tombe sur des pays (par exemple les PIGS) qui ne trouvent plus preneur à cause d’un taux obligataire qui crève le plafond – taux majoré en cas d’éjection de la zone euro, et c’est le début de l’effet domino.

      Alors cette année ? C’est fort possible. Mais qui sait si ces apprentis de l’enfer, dans leur fuite en avant, ne sont pas encore capables d’inventer des bulles encore plus astronomiques, pour encore reculer l’échéance ? Maintenant mieux vaut que ça se fasse rapidement, la mort lente des populations prises en étau entre les plans d’austérité nationaux et la contraction économique risque bien de nous entraîner dans un nouveau système féodal, la politique du tout-répressif adopté par la plupart des pays présageant plutôt cette hypothèse.

      Pour ma part, j’en reste à mon pronostic, je pense à une guerre mondiale imminente avant l’effondrement financier, qui remettra les compteurs à zéro et évitera à l’occident la honte d’une crise systémique. Un mini false flag avorté a eu lieu à Noel pour justifier la mise en place de moyens de détection orweliens dans les aéroports, il faut à mon avis s’attendre à un bon gros false flag cette année, qui, en justifiant une guerre contre l’Iran, règlerait à la fois l’ardoise financière et les obstacles que sont la Chine et la Russie à la marche des ingérences américaines via l’OTAN. Ce n’est pas pour rien que Poutine vient d’adopter sa nouvelle doctrine militaire, qui prévoit la frappe nucléaire préventive en cas d’utilisation d’armement conventionnel ou de différents géo-stratégiques.


      • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2010 13:15

        John,

         Avez-vous déjà sorti votre kidbag de la cave ?
         Rambo est en marche ? Mad Max peut-être ?
         Que le meilleur gagne ?
         smiley


      • plancherDesVaches 10 février 2010 14:40

        Salut John.

        Au cas où certains idiots auraient reçu suffisamment de propagande pour avoir la vue obscurcie, voilà (encore) un signe que la situation de guerre économique va aller vers un conflit mondial :
        http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=8672
        « CRAQUEMENTS : les autorités chinoises décident de cesser l’acquisition d’actifs en dollars du secteur privé (BNP via FTA) »

        Les ricains ont eu du cul : les militaires chinois voulaient au départ arrêter COMPLETEMENT d’acheter leurs reconnaissances de dette...

        Sans doute la prochaine étape de la chute du dollar.

        Et on s’emmerde avec une Grèce... ???


      • plancherDesVaches 10 février 2010 15:01

        Il faudrait que chacun se rende compte que créer 1 400 000 milliards de dollars virtuels (imprimés sous format A4 par les banques) et qui ont répondus à la fin des trente glorieuses devait avoir une fin.
        Parallèlement, la colonisation complète de la planète qui oblige maintenant à devoir attaquer des forêts millénaires qui étaient des poumons ainsi que des stabilisateurs de climat.
        Et, parallèlement, un accès au pouvoir complet des financiers qui, comme le dit Buffet : ont gagné la bataille de la lutte des classes.

        Le cocktail explosif est fait : y’a plus qu’à le déguster.


      • plancherDesVaches 10 février 2010 17:45

        « Vous aurez la bonté de nous prévenir quelques heures avant, quand même ? »

        2010, pauvre tâche. Nous sommes dans un 1929 accéléré.

        Et tu dois être une bien pauvre tâche pour avoir loupé un article des mass-média qui est obligé de donner un peu d’informations vraies avec une propagande extrême :
        http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/02/10/la-chine-doit-aller-jusqu-au-bout-de-sa-logique-capitaliste_1303769_3234.html#ens_id=1251236
        « La Chine doit aller jusqu’au bout de sa logique capitaliste »

        Soit, arrêter de faire du dumping comme les autres pays capitalistes... tout un programme communiste, non.. ???

        Marrant que la droite n’arrive plus à vendre son programme libéral, ces temps-ci.


      • John Lloyds John Lloyds 10 février 2010 17:49

        « Vous aurez la bonté de nous prévenir quelques heures avant, quand même ? »

        Même en troll tu rases les paquerettes, du gland


      • Croa Croa 10 février 2010 18:12

        La prochaine guerre mondiale, c’est l’hiver nucléaire assuré !

         smiley Faisons un rêve smiley

        La révolution mondiale pour prévenir ça !
         smiley Nique les banksters smiley


      • perditadeblanc perditadeblanc 10 février 2010 18:43

        Entiérement d’accord avec vous loyds..(comme dab)
        Pour info, Israêl va tenter un gros coup dans peu de temps... pour mieux confirmer vos dires.
        Les Israêliens sont dérriéres les attentats en Irak et ils viennent d’être débusquer par les russes en Afghanistan.Le Mossad infiltre les résistants Talibans et il leur donne des informations quant aux positions FRANçaise et autres..juste pour foutre encore plus la merde.


      • plancherDesVaches 10 février 2010 20:27

        Merci de me donner ton adresse par ton IP, perditatruc.

        Ainsi, après avoir détruit les banques et ceux qui vivent de la pauvreté, je vais m’attaquer aux religions et ceux qui vivent d’une croyance en un éventuel putain de dieu.

        Bonne chance néanmoins.


      • Cug Cug 10 février 2010 23:10

        à Perdita
        En cas de gros chambardement Israel sera bien seul !


      • Ecométa Ecométa 11 février 2010 12:07

        @ John Lloyds

        « Se sont-ils trompés ? Oui et non. Oui sur l’exactitude de la date, mais non sur le fond. Car une des leçons à retenir des évènements économiques et financiers de 2009, c’est que le système a montré une extraordinaire capacité à sauver les meubles. Par des procédés de républiques bananières (planche à billets, manipulation des normes comptables pour sortir les actifs toxiques des bilans, achats boursiers institutionnels, pondération extrême des refinancements de la dette à court terme, dont le rachat de sa propre dette – le summum de l’escroquerie), mais il a réussi à reporter l’ensemble du problème à plus tard, par création de bulles encore plus monstrueuses que les précédentes »

        Le système aurait montré une « extraordinaire capacité » à sauver les meubles… on croit rêver, ou plus exactement cauchemarder ! S’il y avait encore des meubles à sauver, mais il n’y a là que du vent ; ce serait plutôt une extraordinaire capacité à s’enfoncer davantage dont a fait preuve le système, ceci, avec la complicité des pouvoirs publics de tous les pays qui ont remis au pot de cette partie de « poker menteur » entre banquiers !

        En même temps : qu’attendre d’autre de la part des banquiers ? C’était aux politiques de réagir pour briser ce cercle vicieux… mais ils n’ont fait que l’entretenir !

        Il n’y avait pas trente six solutions possibles : il fallait nationaliser tout ce beau petit monde pour leur donner une bonne leçon ! Il fallait mettre les voyous de la finance, non pas en prison car les politiques, par leur « laisser faire et laisser aller », portent également une grande responsabilité dans tout ce capharnaüm ; il fallait au moins les mettre en liberté très surveillée… ce qui n’était pas lâcher le système mais réellement le sauver de lui-même !


      • dom y loulou dom 11 février 2010 20:02

        léon

        ça fait trente ans qu’on vous prévient


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 février 2010 02:41

        Chic ! On va faire Rhodes pour pas cher cet été.... Je ne vois pas d’autre réponse que le sarcasme. Il n’a pas que Becerra, à peu près tous les économistes qui ne sont pas stipendiés le disent maintenant... 


        Si vous voulez un vrai scoop, j’attire plutôt votre attention sur le fait que la seule chose qui renflouerait significativement les USA serait une crise alimentaire . On oublie trop souvent que c’est la productivité de son agriculture qui a mis les USA en tête du peloton et qu’ils n’ont pas encore de rivaux serieux....


        Pierre JC Allard

         Pierre JCAllard

      • BABAYAYA BABAYAYA 10 février 2010 10:47

        ahhhh les bankster.....

        ça me fait penser à un goinfre qui vide son garde manger et qui s’étonne au bout d’un moment de n’avoir plus rien.. mais qui n’a plus les moyens non plus d’aller chercher à manger et qui finallement meurt de faim...
        et comme dirai gaston à la fin du gag : « menfin ???? »


        • Terran 10 février 2010 12:50

          Transposez cette image là avec l’energie et les écolos, et c’est du même tonneau.


        • Marc 10 février 2010 11:11

          Et en France nous avons le brillantissime anthropologue Paul Jorion (qui est belge d’ailleurs !) .

          Il a tout prévu. Facilement vérifiable dans ses nombreux livres dont « la crise du capitalisme américain » et bien sûr son blog, un des plus suivis de France sur ce sujet :

          http://www.pauljorion.com/blog/

          Bonne lecture


          • le naif le naif 10 février 2010 14:55

            Pas besoin d’être anthropologue ni Belge, pour prévoir que ça finirai par foirer....

            Le problème étant surtout de savoir comment sortir de cette merde et là Paul Jorion pour qui j’ai le plus grand respect, n’a pas plus de solutions que les autres....

            Slts


          • rastapopulo rastapopulo 10 février 2010 19:05

            Etudier l’histoire dans son entièreté est LA solution.

            En particulier Roosevelt, qui a inventé les 100 jours pour juger car LUI, avait scindé les banques, créer les civilian corps, empêcher les expropriations avec Faddi&Mac (transformé en poubelle à crédit illimité le 24 décembre par Obamoche), juger devant une court JP Morgan,...

            Du coup comprendre que le premier pat directement applicable est l’investissement industrielle national par le crédit productif sans intérêt !

            La suite logique serait après d’aller plus loin que Roosevelt et d’éradiquer l’empire de la finance anglosaxonne (ex-empire esclavagiste toujours libre-échangiste et malthusien) car la fusion USA-Europe est toujours prévue en 2010 pour les marchés financiers

            http://www.solidariteetprogres.org/article6305.html


          • Takuan Takuan 10 février 2010 11:19

            Pour l’instant,et tant qu’ils peuvent se goinfrer,ils font durer le plaisir.Ils doivent avoir un fort instinct de mort pour précipiter le monde de cette manière vers le précipice...Si tout se casse la gueule,ils n’auraient même pas le loisir de profiter du pognon qu’ils ont gagné en spéculant ? : "Pour Niño Becerra donc, l’Europe ne survivra pas à ce choc financier. Les régimes politiques ou les élites seront aussi reconnues coupables d’avoir soit menti, soit mal géré le secteur bancaire",
            donc ça équivaut à dire que le capitalisme qui est spéculateur par essence ne sert à rien sinon à provoquer des crises plus ou moins mortifères si on en juge par la suite donnée à celle de 1929...sauf qu’à chaque fois on reprend les mêmes après les avoir amnistiés et blanchis,et c’est reparti pour un tour...cherchez l’erreur !


            • Yaka Yaka 10 février 2010 12:00

              Certains disent qu’ils agissent comme des cambrioleurs :

              Ils entendent les sirènes, alors ils se précipitent de rafler le maximum avant que la police arrive.

              La hausse artificielle du CAC 40 n’était-elle pas juste pour revendre les actions à un prix raisonnable avant que ca s’écroule pour de bon ?

              En tous cas, si j’avais besoin d’argent, je revendrais les miennes tout de suite.
              Quoique, elles ont valu 30 euros juste avant la crise, maintenant elles valent 11 ...


            • JET67 JET67 10 février 2010 13:36

              Exact... le capitalisme spéculatif est un système voué à l’échec !

              Il est temps d’entrevoir de nouveaux paradigmes !


            • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2010 20:22

              Jet67,
               Nouveau paradigme ou paradis ?
              Lequel par exemple ?
               smiley


            • Terran 10 février 2010 21:48

              La formule Cheminade est une solution solide.


            • yoananda 10 février 2010 11:19

              Le club de rome a prévu le retour a un niveau de vie équivalent aux années 50/60 !!!
              Même les pires prophètes de la crise n’ont pas encore osé aller jusque la, et pourtant ... même si on ne reviendra pas en arrière, en terme de niveau de vie, ca sera bien ça qui nous attends.

              Routes en terre défoncées, déplacement 4x4, vélo, cheval.
              La fin des grandes villes. Retour vers une agriculture locale.
              La fin des supermarchés et de la mondialisation « jetlag » ... et de la course à la vitesse.
              Des ilots de technologie resteront, mais globalement, « la fête est finie ».
              Sans compter la période de troubles sociaux, insécurité, insalubrité, pénuries, instabilité qui va nous y mener !

              Personne n’est encore prêt a le réaliser... ou si peu !


              • boris boris 10 février 2010 11:54

                Tout à fait d’accord avec yoananda, moins avec John malgré sa brillante analyse, je pressens d’abord un retour en arriére (sera t’il salutaire ?) et un possible conflit planétaire aprés.

                Dans les deux cas , prévoir c’est éventuellement survivre.

                Excellent article ceci dit .


              • yoananda 10 février 2010 13:43

                Par exemple, on a pu voir un reportage sur une ville dont les routes avaient été minées par la neige et le froid et du coup des réparations (a minima) qui se montait a quelques millions. La commune devait étaler sur 3 ans les paiements....
                En espérant qu’entre temps, il n’y ai pas d’autre vague de froid les années suivantes !!!! lol

                Quand on croise la courbe démographique et la PRODUCTION pétrolière (j’insiste, je ne parle pas des réserves dont on se moque, car c’est la production qui compte) on voit tout de suite qu’il y a divergence, et que la croissance économique ne peut plus être ni partagée ni assurée.

                Rares sont ceux qui ont conscience réellement de ce que signifie « or noir ». Le pétrole est source d’énergie stockable, transportable, et (anciennement) abondante !!! Sans pétrole, il n’Y A PAS, et il n’y aura pas (avant longtemps, au moins quelques décennies) d’alternatives. Ni l’éolion, ni le solaire, ou hydro électrique ne peuvent remplacer, ils ont tous des inconvénients majeurs.
                Grosso modo, le rapport de l’énergie dépensé / récoltée est d’un ordre de magnitude supérieur pour le pétrole. Donc, notre énergie disponible va être divisée par 10 env (c’est un ordre de grandeur, pas un calcul véritable)... donc retour aux années 50/60, avec un téléviseur par village/communauté.
                C’est la fin de l’ère pétrolière et donc de tout ce qui y est attaché (ca fait beaucoup) : routes, avions, plastiques, agriculture intensives, échanges intensifs, médecine hallopathique, pétro-chimie ...

                 Dans l’intervalle, avant de retrouver et construire une autre « industrie » on va beaucoup souffrir. On aurait pu profiter de l’abondance du pétrole pour s’orienter vers d’autres sources d’énergies quand il était temps, c’est à dire dans les années 70, après le premier avertissement (le choc pétrolier du a l’atteinte du pic oil aux USA). Mais non, au lieu de ca, on a fait tout l’inverse. Les USA se sont accaparés le pétrole du reste du monde grâce a la force du dollor (pétro-dollar ca vous dit quelque chose ?) ... et hop ... un demi-sciècle de progrès scientifiques dans la vue au lieu d’avoir mis a profit ce précieux temps pour développer les futures technologies jusqu’au point de maturité ou le pétrole ne serait plus nécessaire ... (car c’est surement possible dans l’absolu).

                J’ai passé beaucoup a étudier les alternatives ,l’hydrogène, les nouvelles batteries etc... c’est prometteur, mais pas suffisamment pour compenser dès maintenant le retard pris.


              • eugène wermelinger eugène wermelinger 10 février 2010 15:32

                Yonanda dit :

                La fin des grandes villes. 
                C’est exactement ce qu’a prophétisé Edgar Cayce, le plus grand médium américain, à l’époque conseiller de Roosevelt ! 

              • yoananda 10 février 2010 16:48

                Energétiquement ce sont des gouffres. Il n’y a qu’a juste regarder un peu du coté des voitures, de voir leur « couts » réel pour comprendre que c’est du gaspillage, qui n’est même plus vraiment confortable aujourd’hui (trop saturé) qui n’est possible qu’avec profusion de pétrole.
                Question approvisionnement, les villes approvisionnées de toutes sortes de denrées a profusion en toutes saisons, c’est aussi impossible a soutenir. etc...
                Sans pétrole, sans CROISSANCE du pétrole, ca va vite s’arrêter. La dynamique qui a permis les investissements pour forer toujours plus est en train de s’arrêter car le pétrole est de plus en plus difficile d’accès... au point la production stagne depuis 5 ANS déjà !
                Edgard Cayce fut un très grand prophète, qui a prédit pas mal de truc jusque dans les années 70. Mais depuis le futur a pas mal divergé de ses prédictions. Il n’en reste pas moins que les grandes lignes restent valables probablement ou peut-être seulement décalées.


              • Croa Croa 10 février 2010 18:21

                « Dans les deux cas , prévoir c’est éventuellement survivre. »

                Bien vu, mais prévoir
                 smiley et réagir smiley
                 c’est éventuellement survivre nombreux !


              • Marc Bruxman 10 février 2010 18:42

                Le club de rome ? Des crétins qui ont pronés la décroissance. On voit bien le résultat lorsqu il y a une récéssionette, tout le monde chiale.

                Et après un « médium ». Ca laisse pantois.

                Routes en terre défoncées, déplacement 4x4, vélo, cheval.
                « La fin des grandes villes. Retour vers une agriculture locale. »

                Soit exactement l’inverse de ce qui va se passer. C’est le mode de vie « rurbain » qui est mort en cas de crise financière et énergétique. Le cout de faire 30 bornes par jour pour aller bosser est exorbitant. Et les états ne pourront plus payer l’aménagement du territoire (TM). Ce qui va signifier un deuxième exode.

                Une re-concentration des banlieues vers les centres villes. Dites adieu aux gens qui habitent Dreux et bossent à Paris (ou équivalent), dite adieu aux pavillons en grande couronne. Et les projets de tour à Paris vont redevenir d’actualité. Comme c’est le cas en Asie ou les centre villes sont très denses. Et ce n’est pas si désagréable.

                Lorsqu’il ne restera que ce qui est rentable ne vont rester que quelques grands centres urbains qui ont déja une masse critique ainsi que les interconnexions entre ces centres urbains. Le reste n’existera plus que par le tourisme.

                « La fin des supermarchés et de la mondialisation »jetlag« ... et de la course à la vitesse. »

                N’en soyez pas si sur. La premiére victime du manque de thune va être les trucs genre commerce équitable / bio. Si le prix redevient la premiére préoccupation vous allez avoir une concentration du commerce vers le supermarché ou tout est pas cher. Achetez vos légumes au pécos du coin avec les couts de transport en tuture c’est tout sauf intelligent au niveau financier. Et de toute façon le pécos du coin produit pour plus cher que l’usine à légume d’espagne.

                Les subventions à l’agriculture vont être le premier truc à être sucré ce qui signifie à terme dans les conditions de surproduction actuelle une désertification rurale sans précédent. (qui sera bonne pour l’écologie). Ou vont aller les gens qui en vivaient ? Je ne crois pas qu’il feront de l’autosubsistance en faisant pousser leur légumes.


              • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2010 20:31

                Yonanda,

                 Et, non. Les villes font gagner beaucoup de temps.
                 Ce ne sont pas les campagnes qui attirent les sociétés.

                 Le problème, c’est qu’on ne veut pas habiter dans les villes.
                 Mon boulot était à 2 kms de chez moi. Je peux assurer que c’était top.
                 Maintenant, dans les services, il y a le télétravail.
                 


              • Terran 10 février 2010 20:55

                +1

                Je commences à apprecier ta lucidité.

                 smiley


              • Terran 10 février 2010 20:55

                ctait pour Croa


              • jourdan 10 février 2010 21:18

                Totalement faux. Les grandes villes sont très économes en énergie. Quant à un retour à l’agriculture locale, c’est un leurre :


                - personne ne sait plus faire un jardin, le savoir existe dans les livres mais les tours de mains se sont perdus. Et le jardinage ou l’agriculture sans pétrole, ça veut dire revenir au cheval : je vous dis pas la difficulté ( Atteler, soigner, nourrir, refabriquer les outils ...)
                - Les graines disponibles sur le marché sont des graines stériles, des hybrides.

              • Terran 10 février 2010 21:51

                ***Les graines disponibles sur le marché sont des graines stériles, des hybrides.***

                Exact, tout ce qui porte la marque F1 est stérile.

                Mais il reste des graines qui vont bien, y’en a chez Kokopelli.
                J’en ai de chez eux et j’ai reproduis quelques 40 variétés pour le fun.
                Et c’est pas dur de se faire ses graines.


              • beethoven32 beethoven32 11 février 2010 01:35

                La fin des grandes villes. Retour vers une agriculture locale.
                La fin des supermarchés et de la mondialisation « jetlag » ... et de la course à la vitesse.
                « la fête est finie ».

                Pour moi ça ressemble plus à de l’utopie qu’à de la catastrophe !

                La fête ne me semble pas normale. Elle est à l’origine de déséquilibres majeurs dans le monde, à l’origine des flux migratoires. A l’origine de la faim en Afrique, de l’exploitation en Asie, du bafouement des droits de l’homme dans tous les pays pauvre pour que les pays du « nord » fassent « la fête ».

                Sans compter la période de troubles sociaux, insécurité, insalubrité, pénuries, instabilité qui va nous y mener !

                Évidement si chute il doit y avoir... ça fera mal... mais mon idée est que plus on chutera tard plus on chutera de haut... (c’est discutable).
                Mais ne pensez vous pas que pour un monde stable il faut un mode relativement uniforme dans la répartition de ces richesse ? Que l’écart magistral Nord/Sud ne peut pas perdurer ? Or le monde entier ne peux consommer autant qu’un Français... alors pour un monde stable il semble inévitable que le français (ou tout autre citoyen d’un pays « du nord ») descende de son nuage, de sa bulle de consomation, de richesse, change de mode de vie.


              • Terran 11 février 2010 12:45

                Intox, voir le liens plus bas.
                Roosevelt s’est jamais entouré de Cayce.


              • yoananda 11 février 2010 12:47

                Heu les gars, je veux bien qu’on discute, je peux me tromper, mais essayez de ne pas être a coté de la plaque.

                D’abord, je ne parle pas de « plus de thune », mais de « plus de pétrole ». Sans pétrole, ca va être difficile de construire les super grands immeubles ou tout le monde s’entasse et c’est super. Mais ok, pourquoi pas... c’est peut-être plus économique d’être entassé, mais j’en doute. Faut bien approvisionner tout ce beau monde.
                Et idem pour la question « je bosse a 30km » et autre ... y a pas que « campagne » et « mégalopole » ... je pense plutôt a un intermédiaire, genre petite ou moyenne ville. Mais ce qui est sur, c’est que le porc qui fait 3X le tour du monde avant d’arriver dans notre assiète, ca ne pourra pas continuer. De même que l’agriculture intensive très gourmande en pétrole.

                Donc comment va-t-on nourrir Paris (qui était il y a 10 la ville la plus dense du monde !!!) sans les pseudo-aliments qui viennent de l’autre bout de la planète a bas prix (parce que le cout du transport est peu cher) ?? En y entassant encore plus de monde ??? soit, mais quelle sera la valeur ajoutée réelle de cette population ? elle va faire quoi comme boulot qui mérite son salaire ? de la finance ??? lol laissez moi rire ... Et puis faut pas confondre les immeubles des centre d’affaire et ceux d’habitation !

                Parce que sinon, on va tomber dans des délires a la Dubaï ... oui c’est le progrès l’avenir, soit disant ! mais dans la pratique, c’est autre chose.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès