Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La loi n°73-7 du 3 janvier 1973 ? Kezako ?

La loi n°73-7 du 3 janvier 1973 ? Kezako ?

Jusqu’en 1973, le droit régalien de création monétaire permet au Trésor Public français d’emprunter directement à la Banque de France sans intérêts.

La loi n°73-7 du 3 janvier 1973 dite « loi Pompidou-Giscard » (du nom du Président en fonction : Georges Pompidou qui fut par ailleurs le directeur général de la Banque Rothschild et de son ministre de l’économie et des finances Valery Giscard d’Estaing) interdit désormais à l’Etat français de s’endetter auprès de cette institution et l’oblige donc à emprunter à des taux d’intérêts plus élevés auprès d’organismes financiers privés.

La même année, afin de faire face à un contexte économique rendu délicat par l’émergence du premier choc pétrolier, l’Etat contracte l’emprunt « Giscard d’Estaing » d’une valeur de 7.5 milliards de francs au taux de 7% l’an qui lui en coûtera finalement, au bout de 15 ans, plus de 90 milliards !

Aujourd’hui remplacée par l’article 123 du traité de Lisbonne (anciennement article 104 du traité de Maastricht), cette loi coûte aujourd’hui à la France plus de 50 milliards d’€uros d’intérêts (on ne parle bien que des intérêts) par an soit 1 milliard par semaine, ce qui représente le second poste de dépenses de l’Etat derrière l’Education Nationale et devant le budget de la défense !!!

Selon André Jacques Holbecq*, la dette de la France s'élève, à la fin de l'année 2009 à environ 1 500 milliards d'€ dont 1 340 milliards d'intérêts ! Autrement dit, le poids de la dette française est constitué à 90% d'intérets !

Cette loi, bientôt vieille de 40 ans et emblématique de la connivence des milieux politiques avec ceux de la finance, semble encore bien méconnue de la majorité des français ; elle est maintenant systématiquement dénoncée par Marine Le Pen ainsi qu’elle l’a été par Nicolas Dupont-Aignan et Jean Luc Mélenchon. Les extrêmes sont-ils les seuls à se soucier des intérêts de la France et des français ?

Déjà trahie par la loi de janvier 73, la France l’a encore été 30 ans plus tard, lorsqu’ayant rejeté le Traité de Rome en mai 2005 par voie référendaire, il lui a été imposé la version « pseudo-simplifiée » (comprendre : le français est un con !!!) dite de Lisbonne par voie parlementaire.

La France, berceau des droits de l’homme et de la liberté d’expression, n’a de démocratie plus que le nom.

 

Sources

* Emission ici et Maintenant du 07/01/2011

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_n%C2%B073-7_du_3_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France

http://fr.wikipedia.org/wiki/Emprunt_Giscard

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

http://dettepublique.org

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 21 janvier 2011 13:14

    ça devait être dit !!!


    • Alcide 21 janvier 2011 22:24

      ...eh ben non mon bon Monsieur, il faut l’accord des 27 à présent .. ;c’est à dire l’unanimité !...

      C’est une connerie pour effrayer les foules.
      La France est souveraine , un traité ça se signe et ça se rompt.
      C’est aussi simple que cela.
      Nous sommes une nation nucléaire, il suffit d’envoyer les autres avec leurs amis banquiers se faire foutre.

      Les banques inventent l’argent, prêtent l’argent qu’elles n’ont pas.
      Regardez les bilans bancaires et le fameux effet de levier sur les fonds propres.
      En France, l’effet de levier est environ de 25, c’est-à-dire que les banques prêtent 25 fois plus que leurs fonds propres.
      C’est une escroquerie parfaitement autorisée par les ordures au pouvoir.
      Il Indispensable de faire un programme politique avec :

      - Interdiction de l’usure
      - Décréter un jubilé sur toutes les dettes passées
      - Répudiation de toutes les dettes publiques qui sont fondamentalement anticonstitutionnelles

      ….l’élection est assurée avec 50 % au premier tour….

      Le résultat serait de réparer immédiatement de nombreux drames humains ainsi qu’un formidable élan économique.
      Le système bancaire est un système parasite qu’il faut dénoncer et supprimer .
      Envoyer les hommes politiques coupables de forfaiture et leurs amis banquiers derrière les barreaux ou mieux au peloton d’exécution , saisir tous leurs biens et ceux de leur famille.
      Simple.


    • Ronald Thatcher rienafoutiste 22 janvier 2011 09:57

      entièrement d’accord avec vous Alcide


    • millesime 22 janvier 2011 19:16

      renseignez-vous bien !


    • Alcide 23 janvier 2011 19:43

      Les liens utiles :

      - Sur l’arnaque de la dette publique

      http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=Arnaque+dette+2

      http://www.fauxmonnayeurs.org/

      les propositions de Maurice Allais , prix Nobel d’économie , mais jamais invité sur un plateau de télévision qui condamne vigoureusement l’escroquerie des réserves fractionnaires bancaires

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2009/12/09/104-maurice-allais-lettre-ouverte-aux-francais-contre-les-tabous-indiscutes

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/messages_recus/La_crise_mondiale_d_au jourd_hui_Maurice_Allais_1998.htm

      Quelques citations de ploutocrates

      Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois
      Mayer Amshel Rothschild (1743-1812) 

       « Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est le maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce... et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent. »
       James A. Garfield Président des Etats Unis (mort assassiné)

      Le papier monnaie aura toujours pour effet de ruiner le commerce, d’opprimer les honnetes gens et d’ouvrir la porte à toutes les fraudes et injustices.
      Georges Washington
      Le système bancaire moderne crée de la monnaie à partir de rien. Le procédé est probablement le tour de passe-passe le plus incroyable qui ait jamais été inventé..
      Si vous voulez devenir les esclaves des banquiers, et payer de surcroit le coût de votre esclavage, laissez les banques créer de la monnaie.
      Lord Josiah Stemp Directeur de la Banque d’Angleterre, 1937
       Création monétaire bancaire et fausse monnaie par Maurice Allais Prix Nobel de sciences économiques 1988, La Crise mondiale aujourd’hui (éd. Clément Juglar 1999)
      « Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi.”

       J’ai ruiné mon pays en créant la FED
       “Je suis l’homme le plus malheureux du monde. J’ai involontairement ruiné mon pays”.Une grande nation Industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance d’une nation, en conséquence, et de toutes nos activités sont entre les mains d’un petit nombre de personnes.
      Nous en sommes arrivés à être l’un des pays les moins bien gouvernés et les plus complètement contrôlés et dominés par le gouvernement de notre monde civilisé, nous n’avons plus un gouvernement d’opinion libre, plus un gouvernement de conviction et de vote à la majorité mais un gouvernement conduit par l’opinion et la coercition d’un petit nombre.
      Président Woodrow Wilson, In reference to the Federal Reserve Act of 1913 (23 Décembre).
      « Il n’y a pas actuellement, pour l’Occident, de tâche plus urgente que de reconnaître le danger qui menace et, en y parant, de rétablir dans le monde libre un Système monétaire générateur d’équilibre et de durée. »
      Jacques Rueff
       »Le Fascisme devrait plutôt être appelé Corporatisme, puisqu’il s’agit en fait de l’intégration des pouvoirs de l’état et des pouvoirs du marché.« 
      Benito Mussolini (1883-1945), Dirigeant Fasciste de l’italie de 1922 à 1943

       »La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. [...] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort.« 
      François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président Français. Commentaire lors d’un entretien privé avant sa mort, cité dans le Courrier International du 13 Avril 2000

       »Nous sommes devenus un des moins bien dirigé, un des plus entièrement contrôlé et dominé des Gouvernements du monde, non plus un gouvernement de libre opinion, non plus un gouvernement par conviction et vote de la majorité, mais un gouvernement par l’opinion et la coercition d’un petit groupe d’hommes dominants."
      Woodrow Wilson (1856-1924), 28e président américain


    • Never Give Up Never Give Up 21 janvier 2011 13:29

      Oui,
      Avec une petite nuance c’est qu’avant 73, la république empruntait avec interet à la banque de France mais comme cette dernière était nationalisée (depuis 1945), l’état touchait des dividendes versés par la BdF ce qui remboursait au moins une partie des interets....

      Cordialement


      • epapel epapel 21 janvier 2011 13:53

        Pour ceux qui sont intéressés par une étude historique avec analyse détaillée pour chaque période sur la question monétaire de la création de la Banque de France par Bonaparte à nos jours, je vous renvoie sur le blog de jean Claude Werrebrouck : http://www.lacrisedesannees2010.com/


        • Cocasse cocasse 21 janvier 2011 13:55

          Merci, on ne rappellera jamais cela.


          • Jaco 21 janvier 2011 14:01

            Un grand merci à André Jacques Holbecq qui contribue à informer tous les citoyens de cette arnaque phénoménale.

            Cette loi, présente dans le Traité de Lisbonne, est probablement le coeur de notre soumission aux établissements financiers privés. Selon le blog de Pierre Jovanovic, journaliste économique (http://www.jovanovic.com/blog.htm), les taux d’emprunt à 10ans de nombreux pays d’Europe explosent actuellement :

            Italie : 4.767 % (Rappel : 12 mai 2010 - 3.933 %)
            Espagne : 5.460 % (Rappel : 12 mai 2010 - 3.914 %)
            Portugal : 6.957 % (Rappel : 12 mai 2010 - 4.582 %)
            Irlande : 9.042 % (Rappel : 12 mai 2010 - 4.573 %)
            Grèce : 12.638 % (Rappel : 12 mai 2010 - 7.243 %)
            (janvier 2011)
            Ces taux représentent un formidable transfert d’argent des contribuables des tous les pays de l’UE vers les marchés financiers, comme le dit si bien M. Holbecq.

            La seule solution cohérente proposée actuellement aux Français  :
            Sortir du Traité de Lisbonne ! Et donc a fortiori de l’UE !

            Bien que certains hommes politiques bénéficiant d’une couverture médiatique tels Mélenchon, Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan aient déjà dénoncé ce système, aucun d’entre eux ne va jusqu’au bout du raisonnement en proposant de sortir unilatéralement du Traité de Lisbonne. Car il est bien beau de se présenter aux élections et de dire « on va rétablir le financement public de l’Etat français directement par la Banque de France », ceci est impossible tant que la France restera engluée sous les fourches caudines des traités européens. Et les trois personnages cités ci-dessus refusent bien de l’admettre publiquement.

            Seul l’Union Populaire Républicaine (UPR) propose honnêtement et sereinement une alternative républicaine afin d’éviter la catastrophe qui vient :

            http://www.u-p-r.fr/programme-de-l-upr/

            Patriotiquement

            PS : Page Facebook de l’UPR présidé par François Asselineau : http://www.facebook.com/# !/upr.francoisasselineau


            • JahRaph JahRaph 21 janvier 2011 19:26

              Vous m’ôtez les mots de la bouche... Pardon, du clavier !

              L’UPR n’est pas un parti extrémiste, et propose la bonne solution pour commencer à réellement changer les choses dans le bon sens.

              Si l’UPR ne passe pas en 2012, il nous reste également la possibilité d’organiser citoyennement une constituante (cf l’association Pour Une Constituante).


            • millesime 21 janvier 2011 14:17

              La victoire des banquiers internationaux est ainsi complète : car ils n’encourent pas le risque qu’une loi vienne contrevenir à leur dessein.
              En effet, un texte de droit primaire de l’Union européenne représente un choix pratiquement irréversible.
              Un traite ne pouvant être modifié qu’à l’unanimité des Etats membres, de sorte qu’une telle clause une fois adoptée est presque inamovible.

              Si les Etats-Unis reviennent sur la loi GLASS-STEAGALL pour l’instaurer à nouveau, nos leaders politiques européens qui ne sont que des suiveurs,à la remorque des US, reverrons peut-être la copie.. !

              http://millesime.over-blog.com


              • ja.poirier 21 janvier 2011 14:21

                @Jaco trés juste pour l’UPR

                mais c’est la même position radicale pour DLR !!!
                si vous suivez les infos de ce mouvement 
                autant faire avancer dans cette sortie de l’euro en concertation !!!!!

                • tmd 21 janvier 2011 15:16

                  Encore et toujours cette loi de 1973. Pourquoi considérer que l’État aurait plus le droit que nous citoyens d’emprunter de l’argent gratuitement ? Pourquoi l’État aurait-il le droit de créer autant d’argent qu’il veut ? Ce serait malheureusement le rêve de tous les politiciens qui pourraient ainsi financer n’importe quoi pour être élu. Ce serait la distribution gratuite d’argent à tout un tas de groupes d’intérêts différents, chacun espérant être dans le bon groupe, ou réclamant pour le(s) sien.

                  Imaginez-vous qu’un jour, tous les citoyens en France gagnent au loto simultanément. Chaque personne reçoit disons 1 million d’euros. Que se passerait-il ? Est-ce que votre boulanger continuerait à faire du pain ? Bien sûr que non, il n’aurait plus besoin de travailler pour vivre. Malheureusement pour lui, tout le monde ferait pareil, et il se rendrait vite compte que tout cet argent ne lui servirait à rien, puisque plus personne ne voudrait de cet argent qui ne vaut donc plus rien. Alors le boulanger recommencerait à fabriquer du pain. Il vendrait ses baguettes pour, disons 50 000 euros, histoire que cela représente une certaine valeur. Et l’économie, c’est à dire les échanges entre les individus recommenceraient, comme avant, personne ne serait plus riche, ni plus paure qu’avant. Seuls les prix auraient cinq zéros de plus. Comme .


                  • Domino Domino 21 janvier 2011 15:34

                    L’Etat c’est nous : nos écoles, nos hopitaux, notre sécu, et notre retraite... !


                  • rastapopulo rastapopulo 21 janvier 2011 16:45

                    Quelle fumisterie ! En quoi la nation est une ménagère ? Les dépenses d’investissement sont absolument à favoriser par du crédit publique sans intérêts comme pendant les 30 glorieuses.

                    A moins d’être anti-nation et alors là autant le dire tout de suite. 


                  • DG. DG. 21 janvier 2011 18:24

                    "Encore et toujours cette loi de 1973. Pourquoi considérer que l’État aurait plus le droit que nous citoyens d’emprunter de l’argent gratuitement ? Pourquoi l’État aurait-il le droit de créer autant d’argent qu’il veut ?"

                    vous n’avez manifestement rien compris, ou vous le faite exprès, ou vous êtes victime de la propagande.
                     le fait que l’Etat emprunte directement à la BDF ne signifie pas que l’Etat crée de l’argent a volonté. il ne peut emprunter qu’a hauteur des engagement de la loi de finance, c’est a dire des recettes de l’impôt et taxes, puisque que c’est l’impôt qui va rembourser ce que la BDF aura prêter à l’Etat.
                    en clair, le parlement vote l’impôt, la BDF avance les recettes au trésor public, l’administration fiscale collecte l’impôt et le trèsor rembourse la BDF (soit +100-100=0). 



                  • perlseb 21 janvier 2011 20:27

                    Merci D.G. de bien préciser cela. Il y a une confusion entre absence d’intérêts payés et création monétaire ex nihilo. Il suffirait que les intérêts payés par l’état soient nuls pour que la dette soit nulle (intérêts cumulés depuis 1973 supérieurs à la dette actuelle) mais il n’y a pas besoin que l’état fasse de la création monétaire ex nihilo.

                    Encore que pour répondre à tmd, on se fout complètement de la valeur des prix pour la création de richesses. La seule chose qui est destructrice de richesses ce sont des travailleurs sans emploi. Donc on créerait des emplois à partir d’argent créé ex nihilo, oui il y aurait de l’inflation, mais nous serions tous plus riches puisque nous produirions plus. Peu importe le prix des richesses, ce qui compte, c’est le total des richesses divisé par la population. Laisser des gens au chômage (et les indemniser ou pas) nous rend toujours plus pauvres que de leur faire créer de la richesse que l’on se rediviserait ensuite. Le système de création monétaire ne répond absolument pas aux besoins essentiels des gens, à savoir, avoir un travail décent. Il faudrait le revoir complètement mais nos pantins politiques sont trop arrosés pour le remettre en question.

                    Si le sytème est comme cela, c’est bien évidemment parce que le chômage aide à sous-rémunérer les travailleurs (tension sur le marché du travail) et donc permet aux capitalistes de récupérer une proportion toujours plus importante de la valeur ajoutée (l’augmentation de productivité ne profite plus du tout au peuple depuis les années 1970 et c’est pour cela que l’on va régresser avec des gains de productivité : invoquer la pyramide des âges, c’est encore de l’enfumage).


                  • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 21 janvier 2011 21:50


                    Stupidité savante... vous avez les neurones bloqués ?


                  • ravachol 22 janvier 2011 07:55

                    A tmd
                    On a jamais prone l’irresponsabilite,simplement quand l’etat(c’est a dire nous) a besoin
                    d’argent pour financer des grands travaux,il serai sympa de ne pas avoir a nourrir tout
                    les requins de la creation.
                    Voila,on ne demande pas grand chose et le boulanger payant moins d’impots pour rembourser
                    les interets de la dette vendra son pain moins cher CQFD


                  • J-J-R 22 janvier 2011 10:17

                    "Pourquoi l’État aurait-il le droit de créer autant d’argent qu’il veut ?"
                    Tout simplement parce que l’Etat c’est vous, c’est nous, c’est la collectivité, est responsable des grands chantiers de rénovation du patrimoine, du mobilier urbain, des investissements en infrastructures....Et que les banques privée, celles_ci, ne se gênent pas pour créer de l’argent ex nihilo dont vous ne voyez pas la couleur, sauf au travers du crédit que vous rembourserez parfois toute votre vie en vous serrant la gorge.
                    Il serait temps de mettre fin au masochisme et à lapsychose de l’ inflation, qui, quand elle est modérée ne pose pas de problème. Avant 73, sous les trente glorieuses, avant cette loi inique, la France se portait plus mal que maintenant ? Bon alors !  


                  • ravachol 23 janvier 2011 10:20

                    Merci pour les plussages,mais pas de grands merites,a force de lire
                     Paul Jorion,ca vient tout seul


                  • rastapopulo rastapopulo 23 janvier 2011 20:12

                    j’ai pas vu Jorion parler de crédit publique sans intérêts, il aurait été interdit de média sinon non ?


                  • dogon dogon 21 janvier 2011 15:19

                    Pas besoin de quitter l’€.
                    Grâce à cette monnaie, nous avons bien baiser les banquiers et leurs frais de change. Ils se sont rattrapés par ailleur ? Ok !
                    Et alors, une loi, ça s’abroge. Celle de 1973 peut être abroger au même titre que toutes les lois iniques que la Sarkozye qui a pris la dictat...(Oups, la direction) de la France, a fait voter par ses prostitués de députés pour nous faire baisser la tête.

                    NOUS, CITOYENS, AVONS DES DROITS A FAIRE RESPECTER.
                    POUR ÊTRE RESPECTE, MÊME QUAND ON NOUS TRAITE DE POV’CON, UN SEUL MOYEN, LA DESOBEISSANCE CIVILE (J’ai écrit un article dessus).
                    JE L’APPLIQUE A MA PETITE ECHELLE : MON INSPECTEUR DES IMPÔTS SE BAT POUR QUE JE LES PAYE (Ses impôts ? smiley. MAIS, COMME JE SUIS PARTISAN DU BANKRUN, IL NE TROUVE JAMAIS RIEN.
                    ARRETEZ DE VOUS FAIRE LAMINER PAR LES IMPÔTS.

                    SI VOUS PRIVEZ « NOS » POTENTATS DE LEURS MOYENS, ILS N’AURONT PLUS CEUX QU’ILS VOUS VOLENT. ILS NE LEUR RESTERA QUE CEUX QU’ILS VOUS ONT DEJA VOLES !!!


                    • millesime 21 janvier 2011 15:23

                      eh ben non mon bon Monsieur, il faut l’accord des 27 à présent .. ;c’est à dire l’unanimité !

                      http://millesime.over-blog.com


                    • dogon dogon 21 janvier 2011 15:32

                      C’est bien pour ça que je parlais de priver les potentats de leurs moyens de financement. Que les citoyens conscients ne payent plus leurs impôts et le système ne marche plus que sur une jambe. Soit ils continuent à bafouer nos droits, soit ils doivent nous écouter. Ils n’en veulent qu’à notre argent et votent des lois pour nous en priver.
                      Donc, cqfd, si vous les privez vous-même de leurs ressources qui ne dépendent que de ce qui vous appartient, ils vont devoir aller voir ailleur.
                      Mais où ? La bourse des potentats n’est qu’un tonneau des Danaïdes à leur profit.
                      Nous voulons un état, pas une dictature soi-disant molle, mais qui dans les faits est puissante comme une pompe à fric qui n’est puissante que quand il y a du fric.


                    • Robert GIL ROBERT GIL 21 janvier 2011 15:50

                      en complement de cet article voici trois article de mon blog pour aprofondir la chose de maniére simple, car ce que le pouvoir rechercher c’est de nous faire croire que c’est compliqué, nous faire croire que c’est une affaire de spécialiste :

                      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/vous-croyez-que-la-monnaie-est-creee-par-letat/

                      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/16/la-dette-de-la-france/

                      http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/lhistoire-de-la-banque-de-france/


                      • JL JL 21 janvier 2011 16:01

                        L’intérêt de la dette est une rente verésée par l’Etat aux heureux bénéficiaires. Parmi ces heureux bénéficiaires se trouvent une grande majorité d’étrangers, particuliers ou institutionnels : Ce scandale ne gène pas ces gens puisqu’ilsont mondialistes, et ceci explique cela.


                        • Le péripate Le péripate 21 janvier 2011 16:34

                          Bien sûr l’inventeur de la monnaie est le Roi Midas qui tous les matins déposait dans le pot de chambre son kilo d’or bien fumant.
                          C’est comme ceci que l’État inventa la Monnaie jusqu’à cette funeste loi qui mis fin à ce Pouvoir du Roi.

                          C’est une belle histoire, mais complétement fausse.


                          • dogon dogon 21 janvier 2011 17:22

                            @ millesime,

                            Comme lu sur votre lien, en effet, il est toujours possible d’abroger cette loi mais cela n’aurait aucune conséquence vu les différents articles du Traité de Lisbonne y afférants.
                            Donc, comme tout bon franchouillard, nous pouvons contourner cette loi.
                            Par exemple comme ça :

                            http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20110101trib000587839/il -faut-renationaliser-la-dette-de-la-france.html

                            Au moins, saurons-nous où nous plaçons notre argent !

                             smiley


                            • zany 21 janvier 2011 21:52

                              jaco

                              des chiffres intéressant, et le lien du parti est sympa,

                              j’ai une question pour vous, je suis dans le potage pour voter, vous remarquer que c’est sous pompidou que cela a commencer a se barrer en sucette et cela je ne le savais pas (26 ans)
                              par contre ce que je sais, c’est que tous les énarques ont vendu la France aux banques, je ne crois plus au média, et j"ai eu l’occasion de lire le protocole de Sion, c’est remarquable ce que c’est gens sont capable de faire...
                              SI un attentat du genre 11 septembre se produit en France, je craint qu’ils nous impose une dictature mondialiste totalitaire, restons vigilant.

                              UMPS même combat, je crain que le FN n’ais le meilleur programme économique(bien que l’ancienne garde s’est faite viré), Ce qui est bizarre, c’est que les média devrais diaboliser MLP, hors il ne le font pas, ou si mal, MLP a virer un gars du comité central car il étais musulman
                              (et 15 ans de lutte au FN) il a déclarer que MLP étais financé par les sionistes ??????

                              le partie de gauche est suspect (mélenchon franc-maçon ?),

                              que pensez-vous de Nicolas dupont-Aignan ?

                              je suis ouvert a toute info le concernant.

                              Les média se foute de lui, les politique le ridiculise,

                              ses 101 propositions ont l’air intéressante


                              • perlseb 22 janvier 2011 19:03

                                Cela ne change rien du tout. Avant la loi de 1973, si l’état avait emprunté 7,5 milliards, il aurait remboursé 7,5 milliards dévalués à la banque de France. Bien sûr, la banque de France aurait pu se sentir arnaquée, sauf qu’elle est publiqu : donc personne n’y perd. Alors que pour l’emprunt Giscard, indexé sur l’or, à part les riches qui ont souscrit aux nouvelles obligations d’état, tout le monde y perd.

                                L’état doit être au service de la majorité dans une démoctratie, pas au service des riches.


                              • agent orange agent orange 22 janvier 2011 07:17

                                Les peuples du monde veulent se débarasser de la dette et du diktat des banques. C’est universel.
                                Déjà en 1987 le président burkinabé Thomas Sankara avait dénoncé la dette et demandé sa suppression lors de la conférence de l’OUA. Il fut assassiné peu après. Paix à son âme.
                                Aujourd’hui aux Etats-Unis le sénateur Ron Paul demande l’abolition de la Fed.


                                • non666 non666 22 janvier 2011 10:03

                                  Historiquement, en fait, les deux premiers courants politiques a avoir montré cette imposture du doigt ont été le parti communiste (a gauche) et toute la mouvance « d’extreme-droite » (Ordre Nouveau , Occident, PFN , la nouvelle action Française de Pierre Sidos)

                                  Tous les autres , ont collaboré...

                                  Aussi bien, à gauche les soi-disant trotskistes et maoistes , issus de mai 68 , la fameuse revolution qui permet aux etats unis de se debarasser de Degaulle et aux sionistes de s’en venger , qu’a droite.
                                  Chretiens democrates (Giscardiens a l’epoque) et « héritiers du gaullisme » : tous sans exception vont collaborer a cette imposture comme ils ont collaborer a l’envois des Mirages en israel pour contourner l’emabargo decidé par deGaulle...

                                  Tous vendus, tous corrompus, tous aux ordres des puissances étrangères et des interets financiers.
                                  Il est intéressant de noter que le « camps des saints » qui collabore a cette escroquerie gigantesque soi aussi celui qui aujourd’hui organise le mensonge sur le 11 septembre, organise le silence sur le groupe Bilderberg , la trilatérale, les francs maçons et tous les autres mafias occulte de la gouvernance globale et mondiale.
                                  En face toujours les memes, les montre du doigt....
                                  Il faudra bien qu’un jour ou l’autre, les vrais marxistes et les vrais souverainistes se parlent et confrontent leurs points de vue contre le seul ennemi qui vaille : l’ennemi commun.


                                  • zelectron zelectron 22 janvier 2011 10:45

                                    Comment Giscard (ou Pompidou) ont justifié cette loi à l’époque et aujourd’hui qu’en est-il de la part de cet escroc d’ex-président ?


                                    • millesime 22 janvier 2011 19:19

                                      voir le site de Giscard... !


                                    • alphapolaris alphapolaris 22 janvier 2011 11:18

                                      Et le pire dans tout ça : à quoi correspond en en terme de travail des banques ces 50 milliards d’euro ? A rien sinon d’avoir écrit quelques lignes dans un journal comptable, ce qui se fait aujourd’hui automatiquement par un ordinateur et ne leur coute rien.


                                      • Anonymous Republic Punisher Rigel 25 janvier 2011 03:31

                                        On le rappelera jamais trop ! Putain de loi Pompidou-Giscard de merde !!!


                                        • Ferdinand_Pecora 25 janvier 2011 16:36

                                          Vrai... mais incomplet.

                                          L’erreur, aujourd’hui, est de considérer des éléments disparates de la crise mondiale du système monétariste.

                                          La difficulté nécessaire est de penser en termes d’un paradigme radicalement différent : le système de crédit productif public.

                                          En 1933, le problème était national (USA). Roosevelt appliqua la solution radicale du Glass-Steagall (toute dette adossée à toute activité spéculative est reconnue comme nulle et non avenue), à l’échelle nationale.

                                          En 2011, le problème est mondial. Il faut donc non seulement barrer d’un trait et reconnaître comme nulle et non avenue toute dette adossée à toute activité spéculative (Glass-Steagall Global) mais aussitôt Wall Street définitivement fermé, il faut une solution concrète pour l’ère post-financiarisation. C’est le projet défendu au niveau mondial par Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et Jacques Cheminade en France : 5 projets de reconstruction continentaux : NAWAPA, Transaqua, Detroit de Bering, Pont terrestre eurasiatique et « bouchon » de Darien.

                                          Vous dites : « Putain de loi Pompidou-Giscard de merde !!! »

                                          C’est certes vrai, mais s’arrêter 1) à la contestation de 2) un aspect particulier et national d’un problème paradigmatique mondial, c’est faire le jeu des extrêmes.

                                          Quitte à engager son énergie, autant que ce soit avec ceux qui savent penser de manière constructive « hors système ». Faisons en sorte qu’ils ne soient rapidement plus les seuls ! De toutes façons, il n’y a plus le choix :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Game Over

Game Over

NON !


Voir ses articles







Palmarès