Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le tournant écologique, gage de survie de l’industrie (...)

Le tournant écologique, gage de survie de l’industrie française

Dire que l'industrie française va mal est un doux euphémisme. Lundi, ArcelorMittal annonçait la fermeture définitive des hauts-fourneaux de Florange, les derniers de la région Lorraine. La fin d'un symbole certes mais aussi la confirmation que l'industrie de grand-papa polluante et sur-consommatrice d'énergie n'a plus d'avenir. Ce qui ne veut pas dire toutefois que le secteur de la sidérurgie, stratégique, doit être abandonné.

S'adapter ou disparaître. Il est toujours dramatique de voir fermer des usines. Le désastre social s'accompagne le plus souvent de la perte de savoir-faire et d'investissement personnel des salariés attachés à un travail au cœur de leur vie. Mais parce que le monde change, et de plus en plus vite, l'industrie est condamnée à accélérer sa mutation ou à mettre la clé sous la porte.

La sidérurgie française doit surmonter trois obstacles. La baisse de la consommation d'acier, l'importance du poste énergie dans le coût de production (30% de la facture finale) et un niveau d'émission de C0² très élevé. Le tout couronné par des installations qui nécessitent des investissement coûteux et complexes (plusieurs centaines de millions d’euros pour un haut-fourneau neuf).

On pourrait effectivement baisser les bras et se résigner à voir ces pans de l'industrie se délocaliser comme tant d'autres vers des pays sans normes sociales et environnementales. Lâcher toutefois sur la sidérurgie, ce serait lâcher sur tout le reste. Se condamner à n'être qu'un continent sur lequel on ne produit rien et on importe tout. On voit aujourd'hui où nous a emmené cette vision de l'économie. Depuis plusieurs décennies, on ne fait plus fortune dans l'industrie. Mieux vaut être importateur-distributeur. C'est sans risque et très juteux. La grande distribution en est le meilleur exemple. Ses rayons (hors agro-alimentaire) sont remplis de produits souvent de mauvaise qualité importés pour l'essentiel de Chine. Trouver du made in France relève de l'exploit. Le porte-monnaie du consommateur semble y gagner dans l'instant mais lorsque les usines du coin ferment on se rend compte que l'on scie la branche sur laquelle on est assis.

Le franchissement très symbolique de la barre des trois millions de chômeurs doit nous conduire à un sursaut. Il n'y a pas de fatalité à la désindustrialisation. Outre le fait que pour des raisons stratégiques évidentes certains secteurs doivent être conservés sur le territoire (l'insécurité du monde doit nous conduire à la prudence) le gain technologique doit constituer notre obsession. Mais comme le temps des capitaines d'industrie courageux a cédé le pas à celui des banquiers frileux, la puissance publique a un rôle essentiel à jouer. Rongé par la cupidité et le refus du risque, le néo-capitalisme occidental est incapable d'assurer la transition écologique si elle n'est cautionnée par les Etats. Etrange paradoxe au moment où l'on assiste à un basculement de la puissance économique vers l'Asie, particuliérement la Chine et son capitalisme étatico-mafieux conquérant.

Pour en revenir à la sidérurgie française, il existe une lueur d'espoir : Ulcos. L'acronyme recouvre un consortium de 48 entreprises et organisations issues de 15 pays européens, réunies au sein d’une initiative de coopération en R&D. L’objectif du programme ULCOS est de réduire les émissions de CO2 d’au moins 50 % par rapport aux méthodes de production actuelles les plus performantes.

On aurait pu espérer que ce projet de captage et de stockage de CO2 soit mis en oeuvre sur les hauts-fourneaux de Florange, actuellement à l'arrêt. Malheureusement le calendrier d'Arcelor-Mittal ne colle pas avec celui de l'Union Européenne (sollicitée à hauteur de 250 millions d'euros environ sur un investissement total de l'ordre de 650 millions) qui tarde à décider de son soutien.

Dans ce théâtre où les acteurs se tiennent tous par la barbichette, Le Républicain Lorrain apporte un éclairage intéressant en donnant la parole à un ancien haut cadre d'ArcelorMittal. "Et qui sait si le magnat indien n’a pas anticipé et n’est pas tenté d’accélérer l’arrêt de la filière liquide chaude pour ne pas avoir à participer à cet investissement auquel il n’a peut-être, du reste, jamais vraiment cru. Ne l’oublions pas, Ulcos n’est pas un projet ArcelorMittal, mais celui d’un consortium de sidérurgistes européens. Imaginez que Bruxelles ait donné son feu vert à Ulcos cet été. Mittal serait aujourd’hui dans une situation très délicate. Alors que comme ça, on pourra toujours dire qu’il renonce à Florange, mais pas à Ulcos" déclare Jean-Louis Pierquin.

Et le ministère du redressement productif, il en pense quoi de tout ça ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • nicolas_d nicolas_d 4 octobre 2012 12:53

    « Et le ministère du redressement productif, il en pense quoi de tout ça ? »

    Il doit penser que la solution serait que Mittal rachète Ulcos ou ses brevets smiley
    Comme ça c’est dans les règles du « jeu » et lui il n’a rien à faire. Le « rien à faire » doit d’ailleurs faire partie de son contrat tellement c’est flagrant.
    Et quand Mittal ira faire de la sidérurgie propre ailleurs ça tombe bien il n’y aura rien à faire non plus.


    • joletaxi 4 octobre 2012 15:19

      Ben dites donc, on est pas sorti de l’auberge.

      ainsi donc, après avoir assommé de taxes débiles ces vilains émetteurs de gaz satanique qui tue les ours polaires,après avoir avec toute votre quincaillerie verte aussi inutile que coûteuse fait exploser le prix de l’énergie, vous voulez en remettre une couche avec un projet qui n’a d’un point de vue industriel, strictement aucune utilité, qui d’ailleurs ne marche pas(les anglais ont jeté l’éponge),et tout cela aux dépens encore une fois du bon argent public, qu’il soit européen ou national ne change rien à l’affaire.

      Vous voulez faire baisser le taux de CO2, pour autant que cela aie la moindre utilité ?

      faites comme les USA,qui ont vu leurs émissions baisser de 20 % en 5 ans, exploitez le gaz de schiste.
      Non seulement cela crée des emplois qui ne sont nulle part à charge de la collectivité, cela génère des rentrées fiscales importantes,du fait de la baisse du coût des énergies, cela invite les industries à rapatrier leurs usines,et cerise sur le gâteau, le transport en se convertissant au gaz, diminue le rejet de particules

      Cela paraît de bon sens ?
      Ah oui, alors c’est pas écologique.
      Continuons à construire des centrales charbon, comme les allemands,qui en dépit d’investissements ubuesques dans le renouvelable sont obligés d’en même temps augmenter leurs capacités en fossile(paraît même que du fait de la révolution gaz aux USA, le charbon y est tellement bon marché, que cela devient un produit d’export vers l’Europe)
      Continuons à massacrer nos entreprises en prélevant des taxes carbones, dont le produit est redistribué généreusement et quasi sans contrôles aux chinois principalement... pour construire des barrages.

      Aussi loin que l’on puisse se souvenir, je n’ai jamais vu une idée « verte » qui ne soit à terme une cata totale


      • Asp Explorer Asp Explorer 5 octobre 2012 10:54

        Je ne saisis pas très clairement l’articulation entre une énième coûteuse norme environnementale qui ne sera appliquée qu’en Europe et le fait de redévelopper notre sidérurgie. J’ai l’impression que votre « ulcos » a été le dernier clou dans le cercueil plutôt qu’une chance.

        De façon plus générale, le développement économique a un coût écologique, et la mode aujourd’hui est de ne plus vouloir le payer. Les Américains sont redevenus exportateurs d’hydrocarbures grâce au gaz de schiste qu’ils exploitent à grande échelle depuis dix ans, fournissant à leur industrie de l’énergie bon marché pour un faible coût d’infrastructure. La France a décidé de se fermer cette porte là, c’est un choix. Il faut maintenant en assumer les conséquences, à savoir vivre dans un pays de vieux qui ne produit rien, qui décourage l’esprit d’entreprise et dont la jeunesse ne rêve que de s’enfuir (mais où on a une super qualité de l’eau).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès