Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Lion Capital saigne les surgelés Picard

Lion Capital saigne les surgelés Picard

C’est un exemple qui pourrait nourrir à la critique du néolibéralisme de Frédéric Lordon. L’Agefi révèle que les surgelés Picard vont augmenter leur dette de 88% pour pouvoir payer un dividende de 600 millions. Comme une impression de rançonnage ou de pillage par des actionnaires-brigands…

Des chiffres qui donnent le tournis
 
Les chiffres sont étourdissants et merci à l’Agefi de parler de ce qui n’est pas juste un fait divers mais est sans doute trop typique du mode de fonctionnement de notre économie, où les actionnaires se comportent comme les piranahs des entreprises qu’ils possèdent, qu’ils pressurent ou découpent comme des carcasses de bêtes mortes. Picard réalise 1,3 milliard d’euros de chiffres d’affaires pour 10% de marges. D’abord racheté en 2001 par Candover, puis par BC Partners en 2004, avant de devenir la propriété de Lion Capital en 2010, pour 1,5 milliard d’euros dont 975 millions à crédit, Picard va émettre 425 millions de dettes à 5 ans et augmenter de 325 millions sa ligne à taux variables.
 
Comme le rapporte l’Agefi, « Fitch a placé sous perspective négative sa grille de notation (…) L’agence souligne que l’opération va faire bondir de 88%  » la dette. Les près de 750 millions de dettes de plus vont permettre à Picard de verser un dividende exceptionnel de 602 millions d’euros, près de la moitié du chiffre d’affaires annuel et 4 à 5 fois les bénéfices annuels ! Comment ne pas avoir l’impression que les surgelés Picard sont rançonnés par leurs actionnaires, contraints qu’ils sont d’emprunter pour payer des dividendes juteux, qui permettront à Lion Capital de mettre du beurre dans ses épinards, et faire in fine payer par les consommateurs les juteuses rémunérations du fonds.
 
Un capitalisme actionnarial indécent

Malheureusement, les exemples effarants se multiplient, outre ceux cités par Frédéric Lordon. Et le monde de la finance n’est pas le seul à s’être illustré. Il y tout juste un an, la bible de la globalisation néolibérale, The Economist, s’était ému des 2,5 milliards de dollars de bonus extraordinaires des 40 dirigeants d’ABI (dont 289 millions de dollars pour le seul PDG), obtenus en vendant pour quelques années des filiales de l’entreprise à des fonds d’investissement, pour les racheter quelques années plus tard, bien plus cher, dans un jeu financier effarant. The Economist a aussi dénoncé la vogue des rachats de leurs propres actions par les entreprises, pas moins de 500 milliards de dollars !

Tout ceci montre qu’il y a un vrai problème structurel dans l’organisation de nos sociétés, qui donne un pouvoir délirant aux actionnaires (qui sont sans doute aussi ceux dont HSBC organisait la désertion fiscale), qui se comportent comme des vautours pour l’économie réelle. Car derrière ces milliards de dettes, de dividendes, et de rémunérations pour les actionnaires et les dirigeants (dont les intérêts sont alignés avec les premiers), il y a aussi de nombreux emplois détruits ou transférés dans des pays à bas coût. L’indécence de ce capitalisme actionnaire dérégulé devient chaque jour plus éclatante, au point que mêmes les gazettes qui défendent cette dérégulation en prennent un peu conscience.

 
Merci donc à l’Agefi de faire la chronique de ce capitalisme devenu cannibale où une petite élite largement inconsciente, se repêt des entreprises qu’elle possède ou dirige. Il faut rappeler ces anecdotes qui n’en sont pas pour permettre la prise de conscience de la nécessité d’un vrai changement.

Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • bourrico6 12 février 2015 10:18

    Le petit Spartacus est attendu pour défendre l’indéfendable avec sa langue de bois habituelle.


    • lsga lsga 13 février 2015 01:04

      Je m’en occupe.

       
       
      Le moment où le taux de profit des entreprises devient nul, et où la dette remplace le profit, est nommé « phase impérialiste du Capitalisme » par Lénine (il ne dit pas exactement ça comme ça, mais mathématiquement, c’est équivalent). 
       
      Pour rappel, dans l’économie Capitaliste, le profit sert de boussole : c’est l’élément fondamental servant à déterminer où doivent être fait les investissements. À partir du moment où il n’y a plus de profits, le Capitalisme perd sa boussole : c’est la crise systémique. On passe donc dans une économie planifiée, soit par la bureaucratie Étatique, soit par la bureaucratie bancaire. Cette planification se fait de manière irrationnel, sur la base des pseudo-sciences financières privée de leur étalon profit, et en dehors de tout critère démocratique.
       
      Maintenant : de deux choses l’une camarades : 
       
       
      Le choix est entre vos mains camarades, à défaut d’être entre vos neurones. 

    • julius 1ER 14 février 2015 07:40

      Le Capitalisme .... c’est çà !!!!! rien de surprenant , c’est la Vérité dans toute sa splendeur !!


    • @bourrico ;; ;....T

      derniere nouvelle de la bourse orange vent des detecteurs de fumee sous contrat de 24 MOIS AVEC UN PORTABLE 9.90 EUROS PAR MOIS !

      veridique !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

      nouvelle INFO LES PORTABLES ORANGE SERVIRONT DE DETECTEURS DE FUMEE TOUJOURS AVEC ABONNEMENT A 9.90 EUROSPAR JOUR


    • howahkan howahkan Hotah 12 février 2015 10:20

      Ce qui me surprends c’est d’être surpris par ce genre de situation..mais aussi par le chômage, la guerre, la destruction, la pauvreté qui tue, etc..

      c’est exactement notre choix conscient pour certains et totalement inconscient pour d’autre, choix de société...avec comme maxime

      comment être sur que de paix il n’y aura jamais...

      nos deux mythes faux principaux sont , le mythe de la compétition et celui du meilleur .
      Si ils étaient vrai, alors ce que décrit ici l’auteur ne peut être que ce qui est le mieux à ce moment précis....

      il n’y a donc rien à dire sur ce fait à ce moment précis....
      comme il n’y a rien a dire sur tous les crimes de masses perpétrés depuis 5000 ans.........qui furent tous en leur temps le résultat de ces deux mythes de la compétition et du meilleur...

      allez un effort encore 50 siècles et on va y comprendre quelque chose .

      Ces deux mythes sont la création de ceux qui volent le collectif depuis 5000 ans....ca roule pour eux !!


      • Hermes Hermes 12 février 2015 14:25

        Bonjour Hotah.

        Il ne s’agit pas de comprendre au sens intellectuel, mais de se réveiller à propre son corps pour identifier clairement l’aliénation qui est vécue instant après instant par cette hallucination que tu décris très bien.

        La possession (possessivity) est le moteur, la peur de disparaître le carburant. La compétition et vouloir être meilleur que l’autre en découlent.

        Le réveil passe par le développement de l’attention au présent, qui permet de reprendre contact avec la conscience, avec tranquillité et bienveillance.

        Cela permet de désidentifier la conscience des objets à travers lesquels on compense la peur. La conscience désidentifiée n’a pas peur de disparaître.

        Le conditionnement de la peur est le moteur du pouvoir (celui que l’on subit comme celui que l’on aimerait avoir). Il date de dizaines de milliers d’années, aussi il faut être patient avec soi-même sur le chemin, car cette hydre a toujours des têtes qui repoussent. Toutes les certitudes nous rendorment immédiatement, ce ne sont que des tentaives articicielles pour « sécuriser » notre psychisme qui n’arrive pas à intégrer cette peur, et au final ça la nourrit

        On ne peut pas « savoir » ce qui est, contrairement à ce que l’éducation nous a inculqué. Cela ne fait qu’enfouir la peur et développe la possession, la comptétion, l’idée du meilleur. Se réveiller à soi-même et être met en lumière à travers la sensation de notre corps les dépendances par lesquelles notre conscience s’identifie, ce qui permet de s’en libérer progressivement (ils sont rares ceux qui lâchent tout le paquet d’un coup smiley ). Le chemin de chacun est différent, car chacun se rassure d’une façon différente. A chacun de le découvrir : c’est possible, mais il faut que l’envie soit plus forte que la force de fascination des explications et des objets du monde pour notre volonté de possession.

        A tous, je souhaite tranquillité et curiosité bienveillante smiley


      • howahkan howahkan Hotah 12 février 2015 15:25

        Salut le messager...

        exact, il ne s’agit pas de compréhension au sens intellectuel....je n’ai pas cherché à comprendre la société...cette « compréhension-vision » profonde vient d’elle meme, d’autres facteurs poussent à cela..comme ils poussent aussi à ce que je comprends-vois mon propre fonctionnement, celui de la pensée et +, sans le chercher..

        par contre certaines visions laissent des traces qui peuvent être utilisées à un certain niveau, sinon ,chaque jours nous aurions à TOUT recommencer, or ça n’est pas le cas...meme au niveau de la découverte indirecte de soi, l’expérience n’est pas nécessairement un handicap là ou la pensée est encore concernée..

        toutes les certitudes n’endorment pas..je sais avec certitude que la souffrance est un catalyseur, ça demeure vrai a chaque fois...

        il y a des vérités.........

        sur le chemin différent de chacun il y a aussi nombre de points communs à tous....c’est d’ailleurs pourquoi le partage aléatoire doit être fait...

        Oui, la fascination des explications ne va pas loin du tout..cela reste très superficiel..

        merci..
        respect et robustesse...


      • gaijin gaijin 12 février 2015 18:57

        hotah , hermès
        une chose est sure de tels mécanismes démontrent que rien n’a été appris !
        que rien ne PEUT être appris
        seul un coup de pied au cul a l’échelle planétaire pourra créer une brèche dans ce monument d’inconscience et de bêtise qu’est le mental de notre époque ......( chez les survivants )

        en attendant on peut faire quoi ?

        rien bien sur a part peut être danser sur les tombes a venir

        https://www.youtube.com/watch?v=4UV6HVMRmdk

        « hey boss tu a déjà vu une aussi magnifique catastrophe »

        gate gate paragate etc


      • howahkan howahkan Hotah 13 février 2015 09:48

        Salut gaijin....

        tout à fait... smiley.....


      • fred.foyn Le p’tit Charles 12 février 2015 11:50

        Ahhhhhhhhhh...les actionnaires...une race d’humains à éliminer au plus vite..non.. ?


        • Armelle 12 février 2015 13:58

          Bonjour à l’auteur,


          Ce ne sera qu’’un article de plus qui alimentera l’anticapitalisme récurrent qui s’impose sur ce site.
          D’abord une chose me gène, vous inscrivez le capitalisme dans le giron du libéralisme, comme s’ils étaient associés.
          Le capitalisme et le libéralisme sont des systèmes économiques totalement différents
          Le premier défendant l’idée que le progrès économique est fondé sur l’accumulation du capital (moyens de production), la division du travail et la spécialisation des travailleurs. S’il est plus efficace d’accroître la taille des unités de production, c’est parce que cela conduit à un abaissement des coûts de production. Au passage le communisme en URSS était un capitalisme d’état. Le mécanisme est exactement le même, sauf que dans un cas les moyens de production sont détenus par le privés et dans l’autre cas par l’état
          Le libéralisme n’a rien à voir puisqu’il repose sur l’idée que l’efficacité économique est liée à la liberté des échanges
          Pourquoi alors associer ces deux idéologies ???

          Ensuite je ne peux comprendre cet acharnement à l’égard du capitalisme quand TOUT invividu y participe dans la vie de tous les jours. Un produit fini est un ensemble de composants produits par des individus entrepreneurs qui ont TOUS, en créant leur activité, espéré devenir riche et s’ils le sont devenus, participent à, et alimentent ce système capitaliste. Autrement dit, TOUT ce dont on dispose aujourd’hui, tous ces biens de confort dont nous disposons proviennent directement de ce système... 
          Donc soit, subsiste un manque manifeste d’honnêteté intellectuelle, soit le problème est mal cerné, ce que je crois fermement en ce sens que c’est l’homme lui même qui est pourri et avide et non que le système est nul. 
          Et ce principe est valable pour tout. En ce qui concerne l’argent, ce n’est pas ce dernier qui est pourri, c’est la façon dont on l’utilise, donc l’humain. L’argent est un produit sans vie. Il ne prend vie qu’à travers son utilisation par l’homme et si l’homme est pourri, il s’animera alors de façon pourrie.

          MON SENTIMENT, n’est pas qu’un système ou un autre ne soit pas moral, c’est que nous n’avons pas l’honnêteté d’vouer que l’homme est un être maléfique, pourri jusqu’à la moelle, et d’une barbarie crasse à l’égard de son semblable


          • Tonton Tux Tonton Tux 12 février 2015 14:10

            Tout à fait d’accord sur le fait que ce n’est pas le système qui est pourri mais leurs utilisateurs qui le rendent tel quel.

            Par contre, je pense que dans un contexte difficile (ou pas en fait), un actionnaire peut investir et avoir des dividendes, mais tout en restant décent. Il y a quelques années, un rendement à 3%,4% était courant, aujourd’hui on parle systématiquement de rendement à deux chiffres, sans commune mesure avec la réalité.

            Dans le cas de Picard, il s’agit bien de rapaces se saisissant d’une proie, et une fois celle-ci laissée pour morte, ils passent à la suivante.

            Oui on peut attendre des dividendes mais pas au point de détruire des entreprises, et des emplois par voie de conséquence.


          • laertes laertes 12 février 2015 15:51

            @Armelle : mon point de vue sur votre commentaire.
            « Le capitalisme et le libéralisme sont des systèmes économiques totalement différents » ......Non ! Vous confondez système réel et théorie. Aucun système humain et particulièrement celui qui domine actuellement n’est basé sur une théorie. La théorie est utilisée par les bénéficiaires du système pour justifier leurs bénéfices. D’ailleurs vous le sentez puisque vous concluez « Pourquoi alors associer ces deux idéologies ? » Libéralisme et capitalisme ne sont que des idéologies. Les êtres humains ne connaissent que la réalité.
            "Un produit fini est un ensemble de composants produits par des individus entrepreneurs qui ont TOUS, en créant leur activité, espéré devenir riche et s’ils le sont devenus, participent à, et alimentent ce système capitaliste.« Non ! Il y a aussi des salariés dont l’activité a été créée de toutes pièces (si je puis m’exprimer ainsi) pour alimenter, sur leur dos les bénéfices des détenteurs du capital. On dirait que les »individus entrepreneurs« créent leur activité ! C’est loin d’être vrai. Souvent ce sont des gens munis d’un gros capital et de relations (grâce à leur naissance et leur milieu social) qui louent les services de prospecteurs pour connaître le »plan business« comme ils l’appellent pour être sûr de gagner. Où est la créativité ?
            Je vais vous donner un exemple : celui de Bernard Arnault , l’homme le plus riche de france. Pouvez-vous me dire quelle activité créatrice ce sinistre personnage a développé ? Aucune !
            Il avait un capital, des relations. il a acheté ce qui était rentable et foutu à la poubelle ce qui n’était pas !
             »c’est l’homme lui même qui est pourri et avide et non que le système est nul. " Non ENCORE !
            Que l’homme soit comme vous dites plus ou moins mauvais est certes une réalité, mais, ne vous déplaise, c’est bien LE SYSTEME et lui seul qui lui permet de manifester l’ampleur de ses capacités de nuisance. Je vais vous donner un exemple. Dans une société donnée on peut, face à des gens nuisibles (ce que nous sommes tous susceptibles d’être) ayant commis des délits ou des crimes soit user de tolérance soit les punir avec la plus grande rigueur. Jepuis vous assurer que si on contrôle de manière drastique , c’est à dire en se donnant les moyens et la force,les comportements criminels, ceux ci, sans que la bonté foncière de l’homme soit engagée, ont tendance à se réduire de manière tout aussi................drastique. C’est ce qu’on appelle............la JUSTICE !


          • laertes laertes 12 février 2015 16:08

            @tonton Tux : je suis d’accord avec vous sur le plan moral mais , à mon avis vous oubliez une chose primordiale.
            « ce n’est pas le système qui est pourri mais leurs utilisateurs qui le rendent tel quel. » OUI ! car un système ne connaît qu’une seule entité : ses utilisateurs. ce sont eux le système, c’est à dire ce qu’ils peuvent faire , et ce qu’ils ne peuvent pas faire.
            « un actionnaire peut investir et avoir des dividendes, mais tout en restant décent. » Un actionnaire n’a pas à être décent (c’est comme la charte éthique du MEDEF cela me fait rigoler !) il a à être limité. Si un système l’autorise à attendre un rendement de 20% quitte à pousser au suicide et à la souffrance des centaines de personnes qu’il n’a jamais rencontré (comme les civils de Syrie ou les enfants maltraités du tiers monde à qui tout un chacun adresse une pensée fugitive polie), il n’y a aucune raison qu’il s’en prive. L’éthique est comme chacun sait élastique quand elle concerne les êtres humains.
            « Oui on peut attendre des dividendes mais pas au point de détruire des entreprises, et des emplois par voie de conséquence. » Et pourquoi pas, puisque personne ne les en empêche !


          • Armelle 12 février 2015 16:15

             laertes

            Je suis désolée d’insister. Ne vous en déplaise, ce sont deux systèmes économiques différents !!! Renseignez vous auprès d’individus qui eux maîtrisent l’économie
            La grande famille des économistes est d’accord sur ce point !!!
            A moins que vous ne soyez justement un illustre économiste resté dans l’ombre et dont la thèse contradictoire n’a pas été reconnue mais il va falloir trouver autre chose que votre argument de « réalité et théorie »

          • Armelle 12 février 2015 16:38

             « participent à, et alimentent ce système capitaliste.«  Non ! Il y a aussi des salariés dont l’activité a été créée de toutes pièces (si je puis m’exprimer ainsi) pour alimenter, sur leur dos les bénéfices des détenteurs du capital ».
            L’un n’empêche pas l’autre, Vous dites NON mais poursuivez en écrivant « il y a aussi » !!!?!??? donc c’est NON ou aussi !!!


             On dirait que les »individus entrepreneurs« créent leur activité ! C’est loin d’être vrai. Souvent ce sont des gens munis d’un gros capital et de relations (grâce à leur naissance et leur milieu social) qui louent les services de prospecteurs pour connaître le »plan business« comme ils l’appellent pour être sûr de gagner. Où est la créativité ?
            Et bien, vous êtes bien mal renseigné cher monsieur, mon activité gravite autour des créateurs d’entreprises, vos propos ne sont que des élucubrations qui alimentent vos pensées que vous transformez en réalité !!!



            Je vais vous donner un exemple : celui de Bernard Arnault , l’homme le plus riche de france. Pouvez-vous me dire quelle activité créatrice ce sinistre personnage a développé ? Aucune !
            Il avait un capital, des relations. il a acheté ce qui était rentable et foutu à la poubelle ce qui n’était pas !

            Face à cet exemple je peux vous en donner des centaines qui ne sont absolument pas concernés par ce que vous nous racontez

             »c’est l’homme lui même qui est pourri et avide et non que le système est nul. « Non ENCORE !
            Cette question ne fait aucunement référence à des faits, autrement dit cela relève de l’avis de chacun, c’est le vôtre mais pas le mien. Voilà tout
            En plus vous ne faites que vous contredire, vous inscrivez plus haut en parlant de B Arnault » ce sinistre personnage"
            Savez vous où vous en êtes finalement ??? ça me semble qqe peu confu tout ça !!!

            Enfin, bilan, Vous aurez un peu de mal çà convaincre avec si peu d’argument et aussi inconsistants soient t-ils...

            A bon entendeur

          • laertes laertes 12 février 2015 16:56

            @Armelle : « mon activité gravite autour des créateurs d’entreprises, » c’est comme les économistes « autorisés » , vous vous imaginez que l’ « activité » que vous mettez en avant vous autorise à ne pas vous informer sur l’histoire et le fonctionnement des « créations » d’entreprise. Désolé ! informez-vous !. 
            «  »c’est l’homme lui même qui est pourri et avide et non que le système est nul. « Non ENCORE !
            Cette question ne fait aucunement référence à des faits, autrement dit cela relève de l’avis de chacun, » NON, il ne relève pas de l’avis de chacun. C’est la réalité ! Un système n’est pas nul en soi (jugement de valeur idéologique), il permet ou pas de comportements destructeurs. Vous élevez la création d’entreprise au rang d’idéologie et vous avez tort. Créer une entreprise n’est ni bien ni mal, c’est l’usage qu’on s’autorise et qu’on est autorisé à en faire (système) qui est destructeur.ou pas. Qu’un sinistre individu comme Bernard arnault , sans aucune idée créatrice puisse gagner des milliards devrait vous faire poser de graves questions non sur la création des entreprises mais sur l’usage que la force publique a autorisé.


          • abelard 12 février 2015 17:23

            Pourquoi s’offusquer des « pensées » d’Armelle ?
            Cette bonne dame adore disserter de ce qu’elle ne comprend pas. Libéralisme, capitalisme... Arf !
            Et avec pour preuve de sa bonne foi « la grande famille des économistes » ! C’est dire le sérieux de la belle !!!
            Ce qui me fait vraiment rire, c’est le « les hommes sont pourris » qu’elle éructe à tout va.
            Ah bon ?
            Il y a une « nature » humaine ? Et pourrie en plus ?
            Donc madame est une croyante. S’il y a une « nature » humaine, c’est que l’homme a été créé...
            Cette idée, idiote bien sûr, est la base même du credo libéral. Puisque l’homme a été créé, organisons la société du « moindre mal » (cf JC Michéa)


          • julius 1ER 14 février 2015 07:44

             Libéralisme et capitalisme ne sont que des idéologies. Les êtres humains ne connaissent que la réalité.


            Toi ! tu me copieras 100 fois ..... le Capitalisme est un système économique !!!
            pas une idéologie !!!

          • laertes laertes 12 février 2015 16:24

            @Armelle : bon sang, réfléchissez par vous-même ! Vous n’avez pas besoin d’emprunter la pensée de maîtres à penser ! vous n’êtes plus au lycée (du moins je suppose). Vous donnez à certaines personnes « autorisées » (comme dirait Coluche) des certificats de « maïtrise d’économie » à des gens alors que vous ne pouvez répondre par vous même à un argument (ou des) que je viens de vous donner ! Si c’est cela toute votre capacité à réfléchir, je vous conseille de poster sur des sujets que vous............maitrisez !


            • Armelle 12 février 2015 16:45

              laertes 

              Je n’emprunte pas la pensée de maîtres à penser, je m’appuie juste sur les propos d’individus qui Maîtrisent eux, le sujet, voilà tout !
              Mais enfin bon sang réfléchissez par vous même !!! Etes vous sûr d’avoir tous les éléments et outils vous permettant de contredire tte une communauté ? dont les membres sont de gauche et de droite d’ailleurs !!! Et puis même sans les paroles de ces gens, je sais faire la différence, celle-ci est flagrante !!!je suis désolée que vous ne puissiez la faire !!!

            • laertes laertes 12 février 2015 17:06

               « Je n’emprunte pas la pensée de maîtres à penser, je m’appuie juste sur les propos d’individus qui Maîtrisent eux, le sujet, » Si désolé vous empruntez ce que vous croyez être l’aura de ce que vous estimez être des « maîtres à penser » dont vous n’avez pas lu le dixième de ce qui a été produit ! Et le plus fumiste dans tout cela c’est que vous vous autorisez à les regrouper dans une « communauté ». Ces personnes sont des êtres humains qui réfléchissent et qui ont produit des pensées multiformes et souvent contradictoires. Je n’ai pas TOUS les éléments comme vous dites (qui peut prétendre les avoir) pour contredire ce que vous imaginez être une communauté, mais ma capacité de pensée autonome sait faire la différence entre idéologie et système comme je vous l’ai indiqué, contrairement à vous, bien que vous m’attribuiez ce défaut !


            • Armelle 12 février 2015 17:21

              Laertes

              Comment voulez vous avoir un échange constructif à partir du moment où vous faites l’objet de contradictions sur le peu d’argument que vous avancez !!!
              D’autant que vous n’avez absolument pas expliqué en quoi ces deux systèmes sont identiques !!! et vous aurez du mal à le faire et pour cause...
              Et utiliser la martingale « réalité/théorie » c’est juste grotesque cher monsieur !!!




            • Armelle 12 février 2015 17:28

              Laertes


              Rien que pour vous
              Et j’ai pris le premier site qu’offre google, histoire de vous mettre face à vos contradictions et vos élucubrations

              ... pour vous instruire...avant de dire n’importe quoi


            • laertes laertes 12 février 2015 17:30

              "D’autant que vous n’avez absolument pas expliqué en quoi ces deux systèmes sont identiques !!! et vous aurez du mal à le faire et pour cause...« Non seulement vous êtes une ignorante mais en plus vous ne lisez pas ce que j’ai écrit (peut-être que l’un amène l’autre). Je n’ai jamais écrit que ces deux systèmes étaient identiques ! Je comprends à présent pourquoi vous vous cachez derrière une soi disant idée (que vous vous gardez bien de développer) partagée par une »communauté« imaginaire de personnes à qui vous avez attribué un certificat de.......... »maîtrise d’économie". Je ne sais pas pourquoi on autorise des personnes qui ont une autonomie de pensée de lycéenne à aider des créateurs d’entreprise !


            • laertes laertes 12 février 2015 17:37

              Il semble, an lisant vos commentaires que - 1) vous n’ayez pas lu l’article que vous avez mis en lien (http://www.lemondepolitique.fr/culture/liberalisme_capitalisme.html) ou 2)que vous ne l’ayez pas compris.
              relisez l’article en question et utilisez le non comme un perroquet (quette ?) mais pour argumenter par rapport à notre discussion !
              Car mettre des liens, c’est la méthode souvent utilisée par des ignorants en mal d’arguments et de réflexion pour montrer qu’à défaut de raisonnement ils peuvent................montrer à défaut de ........démontrer !!


            • Armelle 12 février 2015 18:07

              « vous ne lisez pas ce que j’ai écrit (peut-être que l’un amène l’autre). Je n’ai jamais écrit que ces deux systèmes étaient identiques »


              Il est trop fort ce garçon !!!
              Alors pourquoi me dites vous NON, quand je prétends que le capitalisme n’est pas la même chose que le libéralisme ????
              Mais...Vous savez où vous en êtes ??? 
              Le capitalisme se développe très bien sans le libéralisme cher monsieur, donc ce n’est pas la même chose !!!
              Le communisme qu’a vécu l’URSS était du capitalisme d’état, or je ne vois pas bien où vous avez vu du libéralisme là bas à cette période !!!!
              Vous avez toutes vos facultés ce soir Laertes ?
              Vous vous enfoncez jusqu’à paraître le clown de service
              Avez vous aussi des chiffres quand vous balancez n’importe quelle ânerie du style « souvent les entrepreneurs ne créent rien, ils ont bénéficié d’un capital transmis, et rachètent des boîtes...... » Combien ? quel pourcentage ? des propos qui ne veulent absolument dire, sinon satisfaire votre jalousie de ceux qui gagnent de l’argent

              Au delà de votre ignorance à vous, vous êtes un dangereux personnage qui prennez vos idées farfelues pour des réalités !!!


            • laertes laertes 12 février 2015 22:06

              Bon on descend encore ! après le lycée il va falloir revenir au CM2 ! Exercice de lecture pour l’aide à la création d’entreprises :
              Je me cite  :"@Armelle : mon point de vue sur votre commentaire :
              « Le capitalisme et le libéralisme sont des systèmes économiques totalement différents
              (c’est vous qui dites cela, je préfère préciser au cas où) » ......Non ! Vous confondez système réel et théorie ! (là c’est moi !!)« 
              (fin de la citation)
              Est-ce que vous avez compris ? Ou vous faut-il relire ?
              Explication : le non ne s’appliquait pas à la négation de leur différence mais à la négation de leur état de système ! Capisce ? D’ailleurs vous même qui ne vous relisez pas avez écrit peu après :
               »« Pourquoi alors associer ces deux idéologies ? »
              "« souvent les entrepreneurs ne créent rien, ils ont bénéficié d’un capital transmis, et rachètent des boîtes...... » et je vous cite le plus bel exemple qui a lui tout seul représente une grosse fraction de ce comportement à savoir : BERNARD ARNAULT !
              Mais non !


            • Armelle 13 février 2015 08:45

              Mais quelle condescendance !!!!

              Si UN SEUL exemple comme Bernard Arnault vous permet d’en conclure de tels propos, vous avez alors un sérieux problème mental mon gars !!!
              Et c’est vous qui me parlez de « maternelle » ??!!!!?
              Donc, voyez un peu mesdames messieurs, la démarche intellectuelle de ce monsieur, c’est du grand art !!!
              Admettons... (c’est juste de la fiction) Laertes est disons éducateur. son collègue suite à plusieurs actes avérés est reconnu pédophile, donc suivant votre déduction, Laertes est pédophile
              C’est en ce sens que je prétends que vous êtes grave
               « et je vous cite le plus bel exemple qui a lui tout seul représente une grosse fraction de ce comportement à savoir : BERNARD ARNAULT ! » Ha bon ? C’est quoi vos sources ? Vos chiffres sont où ? La grosse fraction c’est combien ?
              Tout cela sort du cerveau très performant de Laertes. Le devin de service
              Vous savez vous pouvez bien avancer n’importe quelle info, tant que celle -ci n’est pas étayée par des chiffres ou des liens qui permettent d’en percevoir la véracité, ça ne vaut rien
              Et ce n’est pas avec ce genre de propos sans queue ni tête que vous allez convaincre...  C’est une grosse farce !!!


            • laertes laertes 13 février 2015 16:11

              Non seulement vous êtes une ignorante mais en plus vous êtes une idiote. L’ignorance après tout peut se corriger quand on en a un tant soit peu conscience. Mais ce n’est pas votre cas. Vous n’êtes même pas foutue de faire la différence entre le CM2 et la maternelle !
              Bon, quand on lit votre prose et vos fautes grossières il est aisé de conclure que contrairement à moi vous n’avez pas de « démarche intellectuelle » car vous êtes incapable d’une quelconque démarche à part recracher sous forme de liens des textes que vous ne comprenez même pas ou des généralités absurdes et infantiles sur « la communauté des économistes ».
              Mais vous connaissez (ou pas !!) la chanson de Brassens :
              -l’âge ne fait rien à l’affaire ; quand on est........... on est ......
              Je ne répondrai plus à votre sous prose adolescente (là j’exagère sur l’âge). Discuter avec des i.... certifiées est non seulement une perte de temps et d’énergie , mais un moyen sûr de se rabaisser à leur niveau.  
               


            • Armelle 13 février 2015 17:04

              « Je ne répondrai plus à votre sous prose »

              Tant mieux 
              ... C’est d’ailleurs ce que vous auriez dû vous abstenir de faire la première fois pour terminer votre « petite crise » d’abruti moyen dans un tel contexte de bêtise sans avoir une seconde aligner le moindre argument. C’est du grand art
              Il faut avoir les moyens de la prétention qu’on affiche !!! la vôtre semble vous étouffer, faites gaffe quand même, ça pourrait vous jouer un sale coup un jour
              J’apprécie la contradiction, mais initiée par des contradicteurs aussi bêtes que prétentieux (ça va ensemble), ça me saoule !!!

              Hé oui quand on est con, on est con Laertes, vous ne croyez pas si bien dire... car si si dans votre esprit étriqué, il n’existe pas de communauté professionnelle, il semblerait en revanche que vous pourriez présider celle des cons, et avec une bonne longueur d’avance sur vos concurrents !!! 
              Hi, hi

            • HELIOS HELIOS 12 février 2015 16:59

              ...ce n’est pas le capitalisme en lui même qui est a detruire... ce sont les pratiques liées a la financiarisation de toutes activitées !


              Il n’est pas interdit d’avoir des dividendes, même élevés, mais la pratique de Picard (enfin, sa direction) n’est pas conforme et même pourrait etre considérée comme delictueuse si une analogie entre les personne physique et les entreprises etaient faite.

              Les dividendes sont versés APRES l’activité... or dans ce cas precis, les dividendes sont calculés AVANT l’activité est l’entreprise est saignée pour les satisfaire.

              Tous ces montages financiers devrait etre fortement regulés et démontre qu’il faut d’urgence modifier la comptabilité des entreprises pour que ce ne soit plus possible


              • Alex Alex 12 février 2015 18:12

                @ l’auteur

                Vous auriez pu rappeler que 2 gros actionnaires de Picard Surgelés sont BHL et son pote Jérôme Clément...


                • Trelawney Trelawney 12 février 2015 18:50

                  Il y en a marre de ces dividendes. Pendant 25 ans j’ai présidé une société, jamais je me suis pris 1 euro de dividendes. Je me prenais un salaire et les bonnes années des primes (au prorata du salaire pour tout le monde) et le reste restait dans les comptes de l’entreprise.

                  Parce que l’on a jamais vu une société mourir d’excès de fond propre


                  • Armelle 13 février 2015 17:11

                    Pffff, allez expliquer cela à une bande de communistes écervelés !!! c’est peine perdue

                    Pour eux TOUS les salauds de patrons sont à mettre dans le même sac (les très gros, les gros, les petits, les moyens)
                    Qu’est que ça ne fait pas dire et faire la jalousie !!!

                  • lsga lsga 13 février 2015 17:12

                    Engels était patron. 


                  • Rétif 12 février 2015 21:50

                    On associe à tort capitalisme et libéralisme.Certes ils ne sont pas opposés mais non plus systématiquement liés.Premièrement,selon moi,le capitalisme n’est pas une idéologie,sinon la marche à pied et la gastronomie seraient des idéologies.C’est une pratique,d’ailleurs millénaire et simplement factuelle.C’est comme ça ! c’est la nature des choses qui commande.L’agriculture n’est pas une idéologie,cependant elle est accessible aux idées et à l’évolution(comme aux erreurs !)
                    Il a toujours existé et s’applique en toute situation,tout en restant sur son principe.Il peut exister dans un contexte autoritaire,interventionniste,totalitaire,ou de liberté politique,et économique.
                    Ce qu’on appelle libéralisme est,une idée pratique,une praxis,qui venant s’appliquer au capitalisme,en oriente la pratique,dans le sens d’une modération du pouvoir politique,et son intervention minimale dans la société,l’entreprise ,la production et les échanges.Les deux ne sont donc pas séparés.Le libéralisme économique utilise le capitalisme en lui donnant un sens.


                    • Rétif 12 février 2015 22:30

                      Pour ce qui est des « dividendes »,c’est l’intérêt que les prêteurs retirent de leur participation à l’investissement de l’entreprise et à la production.Cet « intérêt » fait partie des frais de l’entreprise et vient en déduction du bénéfice. C’est grâce aux prêteurs,dits « actionnaires » que l’entreprise existe et peut tourner et produire avant de vendre.Sans cette pratique(ou ce système comme on veut) elle n’existerait pas. Mais je doute de l’information selon laquelle Picard emprunterait pour pouvoir rémunérer ses prêteurs,
                      (ça s’appelle de la cavalerie,ou un système Maddox,ou ça y revient) et ce serait complètement anti-économique et contre-managérial :si les prêteurs auxquels Picard s’adresserait pour faire un emprunt savaient que le seul but de l’argent qu’ils avanceraient servirait à satisfaire d’autres actionnaires,(ou eux mêmes ?),ils ne sortiront pas un sou de leur poche.
                      En tous cas,dès que la Bourse sera au courant de cette manoeuvre,attendez-vous à voir l’action Picard dégringoler sec, schuss !
                      De toute façon ce ne sont pas les actionnaires qui décident du montant de l’intérêt mensuel qu’ils toucheront : tout dépend de la prospérité ou non de l’entreprise,ce qui fait que les actionnaires éventuels n’ont vocation à prêter qu’aux entreprises qui marchent et ont des « espérances » !
                      C’est le risque,qui est le principe de l’entreprise libre.Et de la Bourse !
                      Alors cette info,je pense que c’est de l’eau de boudin avarié ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès