Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Peut-on entreprendre en étant de Gauche ?

Peut-on entreprendre en étant de Gauche ?

Quand des discussions s’installent sur Internet (ou dans la vraie vie) entre contempteurs du social et défenseurs de la Sociale, un argument souvent utilisé de part et d’autres est la création et la gestion au quotidien d’une entreprise. Les défenseurs du social à ce moment là battent en retraite en refusant de s’expliquer ou de justifier leur manque de volonté entreprenariale ( y compris dans des entreprises sociales qui représentent moins de 50 000 salariés en France).

 Pourtant cette question mérite sans doute d’être posée : quand on veut donner des leçons d’économie et de sociale à la terre entière, quand on pense que les patrons et les entrepreneurs sont des exploiteurs, quand on estime que le salarié est un mineur qu’il faut éternellement protéger, pourquoi ne pas créer soi même sa propre activité économique, embaucher des pairs, les payer généreusement et faire vivre enfin la démocratie sociale à l’intérieur de l’entreprise ?

La première excuse que présentent les nobles esprits de Gauche est économique : ils seraient pauvres, incapables de réunir les fonds qu’un capitaliste de naissance obtient lui aisément et donc ne pourraient pas créer leur entreprise.

C’est évidemment une très mauvaise excuse. Aujourd’hui pour créer une entreprise (au delà d'1 euro symbolique toujours possible) il faut trouver 7 500 euros. 7 500 euros c’est certes une somme, 7 mois de salaire d’un Smicard, mais la moitié du prix d’une Clio neuve, et cette somme peut être réunie avec d’autres personnes (qu’on appelle associés, ce qui devrait plaire aux gens de Gauche).

Evidemment on peut rétorquer que partir de zéro (ou presque) avec juste un petit capital social de 7 500 euros est risqué et qu’on peut tout perdre et ne rien développer.

La pédagogie de l'erreur.

C'est la première règle d'une économie ouverte : il y a des gagnants...mais aussi des perdants. Les pertes des uns étant normalement largement compensées par les gains des autres.

Il ne s'agit pas pour autant de loi de la jungle comme on voudrait nous le faire croire mais d'apprendre et de progresser de ses erreurs.

En France un entrepreneur qui rate une fois son entreprise ne pourra plus jamais entreprendre, dans d'autres pays on pense que si vous avez échoué une fois vous aurez compris pourquoi et de bien meilleures chances de réussir par la suite. Cela s'appelle l'essai-erreur et n'est jamais mis en oeuvre dans l'école française qui pense en terme d'élite et de champions nés. Notre pédagogie élitiste ne tient plus la rampe, l'école de Jules Ferry et sa méritocratie (qui engendre l'ENA et les résultats qu'on déplore aujourd'hui)

Le risque économique

L’autre solution entreprenariale consiste à investir une somme plus importante. Vendre par exemple son pavillon ou un bien immobilier (65 % des français sont propriétaires et il doit bien y avoir quelques personnes de Gauche dans ces propriétaires immobiliers) et reprendre une entreprise ou un fond de commerce. Ca tomberait d’ailleurs très bien puisque la France laborieuse et indépendante des 30 glorieuses est entrain de partir à la retraite (plutôt à 70 ans et après avoir travaillé 60 heures par semaine durant toutes ces années) et que les entreprises à reprendre sont donc fort nombreuses (et pas toutes condamnées à disparaître).

Malheureusement (ou fort logiquement) les gens de Gauche ne croient pas dans l’activité économique ou dans l’entreprise. Ils sont d’ailleurs la quintessence de l’esprit français qui veut qu’on consomme beaucoup (de services et d’aides apportées par l’Etat) mais qu’au grand jamais on ne risque le moindre de ses sous dans une activité économique (les livrets d’épargne sont là pour ça).

Cette aversion pour le risque est devenue la norme aujourd’hui en France. Tout le monde veut des livrets d’épargne, son bien immobilier, de l’argent de l’Etat ou des revenus faciles (35 h et tout le social) mais rarement en se remontant les manches. Les semaines de 60 heures et le risque de tout perdre ce n’est pas pour les nombreux français qui critiquent les patrons.

Les auto-entrepreneurs ou comment se responsabiliser

Autre possibilité pour les apprentis entrepreneurs : devenir auto-entrepreneur, tester ses capacités à vendre des produits ou ses services et apprendre ce qu’est l’indépendance économique.

Mauvaise pioche là encore puisque le gouvernement préfère les entrepreneurs du CAC 40 qui ont du répondant aux auto-entrepreneurs qu’on peut difficilement contrôler et moins encore sanctionner puisqu’ils sont pauvres et sans bien en général, le gouvernement a donc décidé de briser le statut du presque million d’auto-entrepreneurs.

Les raisons de cette hostilité à l’encontre les auto-entrepreneurs sont très simples à comprendre :

  • Ils contribuent à réduire le salariat en prouvant qu’on peut être pauvre, seul et à son compte sans tendre la main tous les mois face à un patron ou à l’assistance de l’Etat
  • Ils deviennent indépendants, travaillent sans code du travail et se rendent compte que l’assistance publique coûte très chère (la plus couteuse au monde comme vient de le souligner l’OCDE) pour un résultat médiocre et des gâchis phénoménaux.
  •  Ils sont incontrôlables par l’Etat car 1 million de personnes c’est une dispersion énorme de l’activité et face à cette fourmilière d’activités disparates il est impossible de règlementer et de contrôler réellement pour l’Etat (et l’Etat aime tout contrôler en France car il ne fait pas confiance aux français).

Le travail et les capitaux des autres, l'assitance pour tous.

La France aujourd’hui tient largement grâce au travail et aux capitaux des autres. Sans les qataris qui possèdent les plus beaux immeubles et entreprises à Paris, sans la capitaux du Golfe ou des fonds de pensions, sans le travail des petites mains en Asie qui fabriquent nos vêtements et nos Iphone, sans la main d’œuvre étrangère qui travaille dans le BTP, les cuisines des restaurants ou les usines, sans donc la sueur et le travail des autres nous serions confrontés au peu de richesses produites en 35 h, avec 5 semaines de congés payés et une activité durant une petite trentaine d’années (de 25 ans à 55 ans pour beaucoup).

Comme un enfant ne devient adulte que lorsqu’il quitte le cocon familial et doit se débrouiller dans la société et l’économie des hommes, un homme de Gauche devrait souhaiter se coltiner avec la réalité économique, le Droit du travail, les contrôles innombrables et la réglementation tatillonne qui constituent aujourd’hui la réalité du pays.

Seul le terrain économique et social donne un accès à la connaissance et à la maîtrise des grandes lois de l’économie et on aimerait qu’un peu plus de gens de Gauche mettent les mains dans le moteur de l’économie au lieu de se réfugier derrière leurs petits livrets de Caisse d’épargne ou dans leur bulle idéologique.

Grandir c'est choisir, au niveau économique aussi.

Si l'on a compris que le socialisme appartient au passé, qu'un milliard de Chinois mangent désormais à leur faim (et bénéficient même depuis peu d'assurances sociales) grace au libéralisme (qui n'est pas une idéologie mais une perpétuelle adaptation à l'environnement) les français vont rapidement devoir choisir entre l' économie planifiée et administrée qui est la notre (on taxe ce qui bouge, on règlemente ce qui bouge encore et on subventionne ce qui ne bouge plus) et une économie libre et ouverte où chacun doit donner le meilleur de lui même sous peine d'une sanction économique rapide.

Il ne s’agit pas de stipendier les salariés ou les fonctionnaires mais de leur demander de faire l’effort un jour de passer de l’autre côté de la barrière, de prendre quelques risques financiers afin de voir si leurs idées tiennent à l’épreuve des faits.

Pluttôt que de tenter (en vain) de changer les autres (qui sont 7 milliards désormais) pourquoi ne pas tenter une grande aventure : changer soi-même ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Chaudevant Chaudevant 26 juillet 2013 10:42

    Excellent article !!! Notamment la partie sur les auto-entrepreneurs.

    Par contre sur ce forum gauchiste, cela risque de « moinser » à tout va...


    • Sarah Sarah 27 juillet 2013 10:30

      Ce forum n’est pas gauchiste mais fréquenté par une majorité de fonctionnaires à la retraite ou de permanents de partis, de syndicats ou d’associations para-étatiques subventionnées. Pour eux, le chômage est une notion abstraite : ils ne l’ont jamais connu ni même risqué.


      Rien d’étonnant, donc, à ce que cet article reçoivent des notes négatives : laisser aux autres la liberté de travailler - n’employons même pas le mot « entreprendre » - leur donnerait l’impression de perdre un peu de leur pouvoir.


    • escartefigue 26 juillet 2013 10:46

      C ’est ce que je dis depuis des années à tous ceux qui traitent 

      les patrons et les riches de salauds . 

      Mettez-vous à votre compte , montez des boites et embauchez .

      Pour l’ anecdote Mulliez avec son premier Auchan s’ est planté . 

      Au deuxième essai il a monté l’ empire que l’ on connait .

      Mais on peut monter des milliers de petites boites sans bâtir un 
      empire , juste faire travailler deux ou trois personnes . 

      Le fait que le gouvernement soit hostile à l’ auto entreprise montre 
      l’ état d’ esprit de nos dirigeants . 

      On est un des pays les plus taxés au monde . 

      Alors les industriels importent de Chine et autres pendant que nos boites 
      ferment pour cause charges indécentes .

      Bon , faut dire que les Enarques ont tout compris .

      Clés sous la porte incluse .

      • foufouille foufouille 26 juillet 2013 11:02

        c’est quand que tu remplaces un roumain sur un chantier du BTP ?

        vu le faible CA, auto entrepreneur, c’est bien quand on a un boulot à coté


        • foufouille foufouille 26 juillet 2013 11:14

          « embaucher des pairs, les payer généreusement »

          donc tes employés sont mal payés et ne font pas grand chose. quand on fait du vin de type picrate, c’est peu important. il suffit de ramasser le raisin vert avec le mûr. par contre, si tu veut faire du bon vin, il faudra mieux payer les vendangeurs expérimentés.


          • clercobscur clercobscur 26 juillet 2013 11:20

            A la différence de l’auteur, je ne suis pas un libéral, néanmoins je trouve cet article plutôt bien vu.

            Pas plus tard qu’avant hier, je réagissais ici-même sur agovavox à un article écrit par un communiste. Lorsque j’ai avancé le fait que je trimais pour devenir moi aussi patron, et que sans une future compensation financière, je ne vois pas au nom de quoi je ferai tous ces efforts aujourd’hui, cela a arrêté net le débat.

            Le gauchiste préfèrera toujours se lamenter des injustices de ce bas monde, justifiées ou non, plutôt que de se retrousser les manches.


            • foufouille foufouille 26 juillet 2013 11:25

              le fait de te payer plus est normal. ce qui l’est moins est de demander aux autres de se sacrifier pour toi en dormant dans la voiture. avec 5€/h, tu pourra pas payer un loyer


            • escartefigue 26 juillet 2013 11:42

              Les idiots comme démomesdeux monteront jamais de boite , que d’ la gueule 

              pas de couilles .

            • Mr Dupont 26 juillet 2013 16:54

              Y en a qu’ont essayé

              Y z’ont pas pu

              Alors ils se sont syndiqué


            • escartefigue 26 juillet 2013 11:37
              Témoignage d’un boulanger qui n’a pas connu le CPE... - AgoraVox le m...

              J’ ai commencé avec moins de 1500 euros démoconnard .

              • foufouille foufouille 26 juillet 2013 11:43

                tu as commencé tard alors. il y a pas d’euro avant


              • escartefigue 26 juillet 2013 11:45

                t’ es vraiment trop con toi , 


                sais tu que l’ on PEUT convertir les francs en euros ? 

                t’ es neu-neu ?

                • foufouille foufouille 26 juillet 2013 11:50

                  1500€ en 60 ?
                  tu es gateux


                • foufouille foufouille 26 juillet 2013 12:26

                  en 73, le smic était de 1829FF et suffisant pour faire vivre une famille. très peu de chômage et de délocalisations


                • ecolittoral ecolittoral 26 juillet 2013 12:32

                  Et encore ces articles et commentaires de bas fonds !

                  Tu es de droite ! Salaud ! Tu es de gauche ! Connard !
                  Tu es entrepreneur ! Exploiteur. Tu es salarié, fonctionnaire ! Fainéant !
                  Vous n’en avez pas marre ?

                  Je ne suis plus, depuis longtemps et politiquement, de quelque part. Pour la simple et bonne raison que les dirigeants, plus intelligents les uns que les autres, on les a tous essayé !
                  Droite, gauche, centre, cohabitations, régions, sénat, assemblée etc...
                  Pour quels résultats ?
                  Oui, je sais ! Quand la gauche/quand la droite était/est au(x) pouvoir(s) c’était/c’est pire.
                  Réveillez vous ! Ca fait plus de 40 ans qu’on descend. 

                  Chez les autres : républiques, dictatures, parti unique, « démocraties », ça n’est pas mieux !

                  Les entrepreneurs « BRIC » entreprennent de moins en moins (croissance en berne pour longtemps) et les salariés « BRIC » sont de plus en plus chômeurs. 
                  Et vous en êtes encore à vous chamailler droite/gauche, entrepreneurs/salariés ?

                  Qui peut être assez stupide pour penser que produire en euro est encore rentable ?
                  Cette monnaie est faite pour acheter, pas pour produire.
                  Cette monnaie que vos copains de droite et de gauche ont créé et vénérent.
                  Ces institutions « européennes » que vos copains de droite et de gauche ont créé et qui les font courir à Bruxelles pour signer tout et n’importe quoi.

                  C’est pas moi, c’est Bruxelles. C’est pas moi, c’est le marché. C’est pas moi, c’est la compétitivité mondiale. C’est pas moi, c’est la gauche. C’est pas moi, c’est la droite.
                  Même chose pour les Italiens, Grecs, Allemands, Irlandais...Américains etc.

                  Il y a des entrepreneurs et des salariés qui pointent aujourd’hui à l’APEC et à pôle emploi.
                  Ils sont de plus en plus nombreux et descendent doucement vers le RSA.
                  Alors vos chamailleries....




                  • Le chien qui danse 26 juillet 2013 12:56

                    Merci de remettre un peu d’air, ça commence à sentir le renfermé sur AV.


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 juillet 2013 13:30

                    Je suis de gauche et en grande partie d’accord avec ce papier .
                    La gauche ,et la droite d’ailleurs ont oubliées que pour un salarié ayant peu de diplomes ,la seule solution pour monter un peu l’échelle socale est de se « mettre à son compte » .
                    Le problème vient que la technostructure étatique ne fait qu’emplifier depuis des décénnies la complexité de gestion de la moindre petite entreprise ,ejectant de fait les plus volontaristes qui n’ont pas les connaissances comptables,juridiques et gestionnaires qu’il faut avoir aujourd’hui .
                    Ainsi sont-ils obligés de déléguer ces taches à des proféssionnels pour un cout prohibitif .
                    Monter quelque chose aujourd’hui ,à moins d’etre expert-comptable ou autre parasitant ...


                    • kitamissa kitamissa 26 juillet 2013 14:18

                      Merci pour cet article ...


                      ça marche, je l’ai fait parce qu’un jour la grosse boite de TP dans laquelle je bossais a dû virer du personnel, 

                      alors plutôt que d’aller pleurnicher, je me suis dit « vole de tes propres ailes » ça a été difficile au début, heureusement que ma femme travaillait , et puis petit à petit ça commencé a marcher, j’ai embauché, des fois quand les commandes ou les rentrées étaient un peu justes, je n’avais pas de salaire pour moi, mais je payais mes ouvriers et les fournisseurs ..

                      j’ai commencé en 1978 avec rien, en 1991 j’avais plus d’une trentaine d’employés, sans compter les petites entreprises sous traitantes sous contrat...

                      j’ai eu un grave accident qui m’a bloqué durant plus d’un an, j’ai cédé mon entreprise et rouvert un autre secteur d’activité, puis embauché du personnel , j’ai donc continué jusqu’en 2004, j’avais 62 ans !

                      qui ne risque rien ne gagne rien !! 

                      • escartefigue 26 juillet 2013 14:25

                        Le problème Maxim c ’est qu’ il faut faire montre de certaines capacités . 


                        Il est beaucoup plus facile d’ écrire «  les riches c ’est des salauds » 
                        plutôt que de se retourner les manches .

                        • vieux grincheux 26 juillet 2013 21:18

                          @escartefigues

                          t’ es vraiment un TRONPA de la pire espèce, qui pue le gousset, l’ écafignon le faguenas et le cambouis...PARCE QUE TU CROIS QUE T ES LE SEUL A TE RETROUSSER LES MANCHES, DUCON ?

                          Aucune reflexion sur l’ incidence de ton activité sur la planete !!!

                          et MATERIALISTE QUI PLUS EST !!!

                          ET FATALISTE avec ça, tu devrais lire Diderot, car t ’es pas une lumière !!!!

                          AUCUNE REFERENCE AUX SCOPS, ce qui en dit long sur l’ « expertise » de l’ auteur et ses acolytes...

                          Y a pas que le pognon dans la VIE !!! et je dirai même que ce qui va arriver c ’est la GRATUITé !!!

                          ON Y TRAVAILLE, les manches relevées et le neurone alerte

                          VIVE LA SOCIALE, FUCK YOUR SHAMA !!!

                          KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!

                          VG Passeur cognitif à but non lucratif

                        • leon et paulette leon et paulette 27 juillet 2013 09:17

                          @ vieux grincheux


                          Je viens de lire votre article. Merci pour le lien qui m’a permis de respirer à nouveau. 

                          Paulette

                        • L'enfoiré L’enfoiré 27 juillet 2013 14:39

                          Moi, j’ignorais de quoi il retournait avec le mot « tronpas »

                          Est-ce cela ? 

                        • _Ulysse_ _Ulysse_ 26 juillet 2013 14:59

                          @Auteur

                          Je suis en accord avec vous sur certains points mais en profond désaccord sur d’autres.

                          J’ai la chance de connaître les 2 côtés du problème : j’ai été salarié pendant 5 ans et je suis à mon compte (gérant de SARL) depuis 2 ans et souhaite développer mon entreprise dans les mois et années qui viennent.

                          Je vous rejoint sur le fait que beaucoup de donneurs de leçon (plutôt de gauche comme vous dites) n’y connaissent rien et ne veulent surtout pas entreprendre. Effectivement, c’est pas la mauvaise fois qui les étouffent parfois en général ils veulent travailler peu, gagner beaucoup et être tranquille en gros.

                          Mais la mauvaise fois est quelque chose de partagé de l’autre côté également. Car si il existe des entrepreneurs honnêtes et compétents qui travaillent dur, il en existe d’autres qui font tâche.

                          Et il y a une grosse mauvaise fois sur le thème de la fiscalité et des revenus notamment. On entends sans cesse la même rengaine comme quoi les patrons sont harcelés par le fisc, écrasés d’impôts travaillent beaucoup et gagnent moins que leurs salariés.

                          Faut quand même rétablir quelques vérités à ce niveau là !

                          Faisant moi-même ma comptabilité et étant gérant non salarié (parce que les revenus sont moins fiscalisés dans ce cas !) je connais quand même un peu mieux les choses que le quidam moyen.

                          En France, les entreprises ne sont pas écrasées d’impôts contrairement à ce qu’on entend sans cesse. Les mots ont un sens et le seul impôt qui peu coûter cher c’est l’impôt sur les bénéfices. Les autres sont faibles (CVAE, Taxe pro, Taxe d’apprentissage) surtout pour les petites sociétés.

                          Les sommes les plus importantes que versent les entreprises à la puissance publique, ce sont la TVA que l’entreprise collecte pour l’état, elle ne la paye pas et les cotisations sociales.

                          Le débat porte donc plus sur les cotisations et le mot cotisation a un sens par rapport aux mots impôt et taxe. L’impôt et la taxe c’est effectivement pour le budget de l’état mais les cotisations servent à financer des services bien définis et elles ne pèsent pas sur l’entreprise mais sur les travailleurs (salariés et gérant non salarié) et elles dépendent des rémunérations versées et des différents régimes sociaux.

                          Si demain, on supprime les cotisations, elles devrons être reversées aux salariés (part salariale et patronale) et constituer leur rémunération nette.
                          En effet, vous avez le droit de vous affiliez à un régime étranger par ex si vous habitez en Belgique et de travailler en France, dans ce cas l’entreprise reverse toutes les cotisations au salariés (part patronale et salariale), le salarié cotise ensuite aux régimes belges.

                          Les cotisations ne sont que du salaire indirecte, le coup des cotisations patronales est une arnaque sémantique à visée politique.

                          Côté revenus, personnellement j’ai doublé mes revenus en me mettant à mon compte car plus personne ne gagne d’argent sur mon dos et de plus je paye beaucoup moins de cotisations, les revenus libéraux étant beaucoup moins fiscalisés. Je fais le même métier qu’avant, du point du vue financier j’ai pas à regretter mon choix.

                          Pour la couverture sociale, en gros c’est kifkif c’est même avantageux pour la retraire, le calcul étant le même pour des revenus supérieurs la retraite est supérieure, il n’y a pas de chômage mais pas de cotisations chômage c’est logique.

                          En moyenne, les « patrons » comme on dis gagnent quand même plutôt bien leur vie. Dans la plupart des secteurs les revenus tournent autour des 4000 net par mois souvent plus, peu de salariés peuvent prétendre à pareilles rémunérations.

                          Après, il y a un prix à payer, il faut faire avec les administrations cela demande du temps et du travail il est vrai, il y a un « risque ». Il y a dans le salarié une part d’infantilisation car on cache beaucoup de chose aux gens avec le salariat.


                          • titi 26 juillet 2013 16:19

                            « Les cotisations ne sont que du salaire indirecte »

                            Absolument pas.

                            C’est d’ailleurs assez amusant car une telle affirmation est la négation du système par répartition.
                            Vos cotisations sont le salaires « direct » des autres.
                            Et ce sont les cotisations des générations futures qui constitueront votre « futur salaire »... ou pas...

                             

                             

                            « , le coup des cotisations patronales est une arnaque sémantique à visée politique. »

                            Là non plus il n’y a aucune arnaque.

                            Je paie un salarié 100. C’est établi dans un contrat de travail. Je sais ou je vais => 100.
                            Les cotisations salariales sont de 20. Si demain elles deviennent 30, 40 , 50 ca ne me change rien. Je le paie toujours 100. Si il est compétent son salaire montera. Si c’est une buse il stagnera.
                            Par contre sur ces 100 j’ai 30 de charges patronales. Le cout est donc de 130.
                            Si demain elles deviennent 40, 50 alors le cout sera de 140, 150. Je ne sais pas où je vais. Qu’il soit compétent, ou que ce soit une buse l’augmentation sera la même.

                            Grosse différence.


                          • _Ulysse_ _Ulysse_ 26 juillet 2013 16:42

                            Attention, pour les cotisations vous parlez que des cotisations retraite là.
                            Effectivement, sur les cotisations retraites on peut parler de salaire directe pour d’autres (les retraités).
                            Mais cela ne change pas le fait que cela ne pèse pas sur l’entreprise mais sur le travailleur (salarié ou non).

                            Les autres cotisations c’est du salaire indirecte qui vous paye des services (santé, prévoyance, chômage etc ).

                            Pour la part patronale, c’est un abus sémantique dans le sens ou cette part fait partie du salaire réelle et je le répète encore, cette part là est versée au salarié aussi si celui-ci est désaffilié des régimes français. Le terme « patronale » sert à deux choses : faire croire que ce serait le patron qui paye cette partie là alors que déjà c’est l’entreprise et non son patron premièrement et deuxièmement ces cotisations sont indexées sur le salaire, c’est bien sur le salarié qu’elles pèsent. L’autre utilité politique est de faire croire aux salariés qu’ils ne payent que la part salariale. Dans tous les cas, c’est l’entreprise qui fait le chèque pas le salarié ce sont donc des cotisations prélevées à la source.

                            En revanche, le point sur lequel je suis d’accord c’est que cela créer une insécurité pour les entreprises de fait puisque cette part patronale n’est pas inclue dans le brut et donc par une hausse des taux, l’état peut ainsi obliger les entreprises à augmenter les salaires de leurs salariés et cette hausse sert à payer les dites cotisations. Néanmoins, de fait ces cotisations bougent peu les changements sont faibles d’une année sur l’autre.


                          • titi 26 juillet 2013 19:10

                            « Les autres cotisations c’est du salaire indirecte qui vous paye des services (santé, prévoyance, chômage etc ). »

                            Non toujours pas.

                            Le chômage c’est aussi de la répartition. Vos cotisations ce sont les allocations des autres.
                            Lorsque vous serez au chômage le montant vos allocations et la durée de ces allocations seront avant tout déterminés par les cotisations des autres.

                            La santé peut faire penser à un salaire indirect puisqu’on peut être à la fois « cotisant » et « malade ». Du coup le « circuit » est plus court...Mais c’est exactement le même système : lorsque vous serez grabataire, ce sont les cotisations des actifs du moment qui fixeront votre niveau de prise en charge. Par le montant de vos propres cotisations.


                          • titi 26 juillet 2013 19:21

                            « Le terme « patronale » sert à deux choses : faire croire que ce serait le patron qui paye cette partie là alors que déjà c’est l’entreprise et non son patron premièrement et deuxièmement ces cotisations sont indexées sur le salaire, c’est bien sur le salarié qu’elles pèsent »

                            Le terme patronale sert à différentier les cotisations qui ont un impact sur le cout du travail est celle qui n’en ont pas. Rien de plus.

                             

                            « serait le patron qui paye cette partie là alors que déjà c’est l’entreprise »
                            Lorsque mon entreprise paie, c’est moi qui signe le chèque. Pas l’entreprise.

                             

                            « ces cotisations sont indexées sur le salaire, c’est bien sur le salarié qu’elles pèsent »
                            Non toujours pas.
                            Si les cotisations patronales augmentent le cout augmente pour l’entreprise, mais le net du salarié reste le même.
                            Si les cotisations salariales augmentent le cout est le même pour l’entreprise, mais le net du salarié baisse.

                            Donc non vraiment, ce n’est pas pareil.


                          • escartefigue 26 juillet 2013 15:37

                            C ’est aussi surtout que lorsque l’ on est à son compte on est dans la réalité .


                            T’ es nul tu perds , t’ es performant tu gagnes .

                            • escartefigue 27 juillet 2013 10:36

                              alors que si tu es fonctionnaire si tu fais des conneries tu as de l’ avancement 


                            • gaspadyn gaspadyn 26 juillet 2013 15:53

                              Ex électeur du Parti Snobiste, je suis d’accord avec la plupart des com et avec l’auteur.

                              Je ne suis pas devenu néo-lib, mais peut-être socio-lib. Ou mieux sans aucune étiquette.

                              Une partie de l’acquis du C.N.R. devrait être préservé et pérennisé.Mais pas tout. Il n’est pas nécessaire que les cheminots soient fonctionnaires, ni les électriciens, ni les employés du fisc, et pas forcément non plus les enseignants et les personnels soignants.

                              Il est certainement possible de trouver un contrat de travail équitable et qui ne permette pas de jeter des gens après usage.

                              Il est sans aucun doute possible de préserver, et à l’heure actuelle, de renouveler la cohésion nationale en simplifiant les procédures pour créer une entreprise et en allégeant les charges.

                              Et il est aussi possible sans le moindre doute d’être patron, tout seul ou avec des employés, et d’avoir la fibre sociale ; ils ne sont pas tous des salopards cyniques cupides incompétents et profiteurs.

                              Mais chambouler à tel point le système UMPS est impossible : beaucoup trop d’entre eux perdraient leurs postes et leurs prébendes.

                               

                               


                              • spartacus spartacus 27 juillet 2013 11:25

                                @gapadyn

                                Félicitation de comprendre que le libéralisme n’est ni de gauche ni de droite. C’est rare.

                                C’est quoi les "acquis du CNR ?
                                Un ensemble d’injustices sociales pérennes.
                                Cheminots, c’est le CNR qui a créé des droits sociaux spécifiques pour eux. Ekectriciens, c’est le CNR qui a créé ces gens semi-statutaires, avec des droits sociaux privilégiés.
                                Les régimes spéciaux c’est encore le CNR qui a laisser un système inégalitaire se perpétuer.
                                La sécu ? Les premières générations n’ont rien payé et ont laissé une dette qui enferme les générations futures dans une spirale d’inflation de coûts sociaux. 

                                Le CNR n’a rien créé de libéral mais du collectivisme, et comme tous les systèmes collectivistes, les groupes de pression détournent toujours à leurs avantages les systèmes. 

                              • 65beve 27 juillet 2013 11:48

                                Spartacus,

                                « Cheminots, c’est le CNR qui a créé des droits sociaux spécifiques pour eux »

                                On a vu en Espagne ce que ça donne un conducteur de 52 ans.
                                Chez nous, les conducteurs de trains sont à la retraite à 50 ans.
                                ça devrait être pareil pour les pilotes d’avion.

                                cdlt


                              • escartefigue 27 juillet 2013 12:02

                                La perle du jour , si le conducteur aurait été à la retraite comme ils le sont en France 

                                ce ne serait pas arrivé .

                                Je vais l’ encadrer celle là .

                              • gaspadyn gaspadyn 28 juillet 2013 08:42

                                SPARTACUS : je suis flatté d’obtenir un satisfecit, suis en train de rosir de confusion .... vieux Cochon !

                                Pourtant vous avez tort. Le CNR a contribué , a ressoudé une cohésion nationale et permis de remettre le pays sur les rails ; Et la direction était indiquée.

                                On peut aujourd’hui, et depuis plusieurs années remettre ces aspects communistes en cause ; ça me semble raisonnable ;

                                Il n’est pas nécessaire d’être un pays de fonctionnaires.

                                Des employés engagés contractuellement , pour 3 ou 5 ou 10 ou 15 ou 20 ans , sont tout aussi efficaces et loyaux que des fonctionnaires à vie.

                                Mais ça suppose et exige un Popôle diablement efficace, ramassant toutes les subventions saupoudrées à droite et à gauche, ayant la compétence pour en distribuer et surtout pour investir ds des formations.

                                Votre façon purement idéologique, obtuse et dogmatique de critiquer me fait penser que vous êtes aussi dangereux que ceux que vous incendiez.

                                 


                              • gaspadyn gaspadyn 28 juillet 2013 08:51

                                65BEVE : cette idée de sketch est bonne ! dommage que vous la laissiez inachevée.

                                Vous auriez pu approfondir l’aspect prématurément usé et vieilli, totalement inapte, du cheminot dès 50 ans.

                                Imaginer que ds sa vie quotidienne il soit sous curatelle, n’ait le droit de conduire que des voiturettes sans permis de 10h à midi et de 14h à 16h.

                                J’espère lire très prochainement les aventures cocasses et pleines de rebondissements inattendus de Bébert, le cheminot de 51 ans, marié, impuissant mais ayant envie de, devenu maladroit comme s’il avait deux pieds gauches à la place des mains, etc ...

                                Allez ! BEVE ! faites moi rire !


                              • Denzo75018 26 juillet 2013 16:50

                                Oui on peut entreprendre quand on est de gauche, mais pas franchement ce à quoi on pourrait s’attendre !
                                En effet, la Gauche dès qu’elle est au pouvoir entreprend systématiquement d’appauvrir les plus faibles en augmentant et avec le silence complice de la CGT, les taxes TVA, impôts, cotisations retraites, maladie, elle diminue implacablement les prestations ....bref elle entreprend une cure d’austérité sévère sans la moindre vergogne et surtout de ne pas se l’appliquer à soi-même c’est à dire de réduire les dépenses inconsidérées de l’état et des collectivités qui sucent les Français comme au temps de Louis XVI !

                                C’est le Printemps des Socialistes Français !


                                • gaspadyn gaspadyn 26 juillet 2013 18:23

                                  OWEN : bravo !

                                   

                                  ( surtout ne vous mettez pas à courir ! un tas de gens pourraient vous suivre et vous considérer comme un Maître ; cf Forrest Gump )


                                  • TSS 26 juillet 2013 19:17

                                    une question à l’auteur !

                                    Si tous nous nous mettions tous à notre compte comment ferait on pour embaucher ?

                                    nous serions tous sous traitant d’un sous traitant ce qui est pire que d’être salarié... !!


                                    • escartefigue 26 juillet 2013 20:34

                                      Tous à son compte serait le monde idéal . 

                                      Pas de subventions , pas de monopole de la grande distribution ( le pire du pire 
                                      en matière foutage de gueule ) marges arrières , spoliation des fournisseurs , bétonnage ,chantage  politique  au licenciement , uniformisation à l’unilatérale des produits tirés toujours vers le moins cher .

                                      Dans certains pays en Europe il n’ existe pas ces mastodontes qui enrichissent
                                       juste quelques uns . 

                                      Pas de sécurité sociale qui est l’ arnaque du siècle avec des dignitaires aux 
                                      émoluments d’ escrocs . 

                                      Avant la SS les gens se soignaient aussi . Sans la SS les tarifs des spé de la santé 
                                      seraient juste de moitié ou du quart . 

                                      On est un pays de Courteline avec des millions de cancres assis près du radiateur .
                                       


                                      • foufouille foufouille 26 juillet 2013 20:40

                                        Avant la SS les gens se soignaient aussi .

                                        non justement. seul les riches comme pour le véto

                                        Sans la SS les tarifs des spé de la santé 

                                        seraient juste de moitié ou du quart .

                                        bien plus cher vu le peu de clients. d’ailleurs la CMU et la classe qui a les moyens, beaucoup ne se soignent pas

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès