Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Arrêtez la Terre, je veux descendre !

Arrêtez la Terre, je veux descendre !

C’est entendu, Pacha-Mama, Gaia, ou, selon Hergé, notre « bonne vieille Terre », nombreux sont ceux qui veulent la protéger.

Cette pensée est louable, mais nous sommes-nous interrogés sur ce qu’en pense l’intéressée : la Terre ?

En effet, si l’on veut prendre un peu de recul, elle existait bien avant notre arrivée, et sera encore là, longtemps après notre disparition. lien

A ses débuts, elle était polluée, entre autres, par du plutonium 239, dont la période (ou demi-vie) est de 24 000 ans, et elle a mis plusieurs millions d’année pour réussir pratiquement à s’en débarrasser, même si on peut encore en trouver dans la lave. (lien)

Or en quelques années, nous en avons reconstitué le stock, (lien) suite à l’exploitation de l’énergie nucléaire, et s’il est vrai que nous n’avons aucune solution pour nous en débarrasser, la Terre a le temps : dans quelques millions d’années, ce sera chose faite.

Mais vraisemblablement nous ne serons plus la, même si aujourd’hui, des chercheurs s’ingénient à prolonger la durée de nos vies.

L’un d’entre eux s’appelle Miroslav Radman, et il s’est mis en tête de percer le secret de l’immortalité.

Il étudie une bactérie (Deinococcus radiodurans) capable de résister à des doses de radiation 10 000 fois supérieures à la dose mortelle chez l’homme, et qui ne meurt jamais, car elle est capable de réparer et de reconstituer toute seule son génome sans la moindre difficulté. lien

Mais, même s’il arrive un jour à nous proposer de vivre, en bonne santé, deux siècles, ou plus, ce n’est rien face à la palourde qui elle dépasse allègrement les 400 ans d’existence. lien

Notre propension à nous prendre pour le « centre du monde » devrait nous inciter à plus de modestie si nous regardions plus attentivement les espèces qui nous entourent.

Le cafard, de si mauvaise réputation, résiste à des doses de radioactivité massive.  lien

Nous sommes nombreux, nous les humains, c’est entendu, mais que sommes nous face aux vers de terre ?

Si l’on mettait tous les vers de terre sur le plateau d’une balance imaginaire, tous les autres animaux, hommes y compris, ne suffiraient pas à faire pencher le plateau de la balance, car on en compte jusqu’à 2,5 millions à l’hectare. lien

Notre libido, quant à elle, ne peut que se faire toute petite face à celle de l’abeille, puisque celle-ci, au cours de son vol nuptial, a jusqu’à 20 males comme partenaires. lien

De quoi rendre jaloux certains hommes politiques qui ont défrayé la chronique récemment.

Et puis, lorsque le dernier homme aura quitté cette planète, il restera tous les insectes.

Mais revenons à notre chère vieille Terre.

La croute terrestre s’est formée il y a 4 500 millions d’années, et les premiers organismes terrestres sont apparus il y a 420 millions d’années, les premières mammifères, il y a 190 millions d’années, et nous sommes arrivés sur cette terre, il y a tout juste 4 petits millions d’années.

Il y a 75 000 ans, le volcan Toba, en Indonésie, aujourd’hui provisoirement endormi sous un lac, projeta dans l’atmosphère tant de soufre et de cendres qu’aux dires de plusieurs scientifiques, sur les quelques millions d’être humains à l’époque, il n’en resta qu’environ 2000 . lien

Puis il y a environ 18 000 ans, s’achevait la fin de la glaciation, et l’homme commençait à croitre et se multiplier avec le résultat que nous connaissons. lien

Les efforts généreux et marginaux des défenseurs de l’environnement, et autres chantres éclairés de la décroissance ne changeront peut-être pas grand-chose, ce qui n’est pas une raison pour baisser les bras, mais en fin de compte, c’est toujours la Terre qui l'emportera.

Le chien envahi de puces, lorsqu’il en a trop, n’a qu’à se secouer, ou plonger dans l’eau pour s’en débarrasser.

Métaphore cruelle pour nous si nous comparons ce chien à notre chère Gaia.

Comme l’a écrit Claude Levi Strauss : « le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui  ».

Alors c’est entendu, nous avons couvert la planète de gratte ciels, de routes et d’autoroutes, de lignes TGV, de lignes THT, de centrales nucléaires...

Les nappes de pétrole se vident, les mers se vident de leurs poissons, les citoyens se font vider leurs poches, et l’avenir qu’on leur propose, c’est de : « travailler plus pour gagner plus  ».

Nous sommes en train de faire disparaitre les dernières forêts anciennes, (lien) et le nombre d’espèces dont nous sommes responsables de la disparition ne cesse de grandir. lien

Des scientifiques américains de l’Université de Californie à Berkeley ont confirmé au mois de mars dernier dans la revue « Nature  » que la 6ème crise d’extinction d’espèce à déjà commencé.

Depuis les premières traces de vie fossiles, il y a 540 millions d’années, les espèces n’ont connu que 5 crises d’extinction massives, au cours desquelles, plus de 75% des espèces ont été rayées de la surface de la terre.

Sauf qu’au contraire d’aujourd’hui, l’homme n’avait aucune part de responsabilité dans ces disparitions.

Comme il est dit dans l’étude qu’ils proposent : Au cours des 500 dernières années au moins 80 des 5570 espèces de mammifères recensées ont disparu, alors que précédemment on dénombrait seulement 2 extinctions par million d’année. lien

Nous avons envahi le ciel d’avions, satellites, fusées, en tout genre, et les 4/4 roulent même dans nos chemins forestiers.

Nous avons pollué durablement le sol, l’eau, et la terre avec des pesticides, des déchets nucléaires, des tensio-actifs, et des déchets en tout genre, au moment ou les banquiers font leur beurre des catastrophes en cours et à venir. lien.

Sommes-nous le cancer de cette planète, comme l’écrit Stephen Jay Gould dans son « Pouce du Panda  » ? lien

Comme l’a dit Pierre Kung : « une civilisation qui est capable de laisser des déchets radioactifs à ses descendants, est une civilisation morte ».

 C’est pourtant ce qui est envisagé à Onkalo, en Finlande, ou un stockage nucléaire est prévu pour durer 100 000 ans. lien

Comment pourrions-nous vivre en bonne santé sur une planète malade ?

Et pourtant si l’on veut en croire vidéo cette la Terre s’en remettra très bien.

Chris Morin, photographe et réalisateur de courts métrage en fait le sujet de ses films et de ses expos, constatant, après avoir visité le temple d’Angkor que « la nature reprend vite ses droits (…) sans guerre ni cataclysme, elle est là, avec sa force tranquille ».

Dans un album saisissant, il nous propose la Tour Eiffel entourée de jungle, l’Atomium et ses éléphants, un iceberg à Manhattan... lien

La solidarité nous propose malgré tout l’espoir d’en sortir par le haut, car même si un jour nous devrons quitter cette planète, nous devrions nous interroger sur la « théorie du centième singe » :

Sur une ile japonaise, Koshima, un macaque a transmis un beau jour à ses congénères la pratique de laver les patates à l’eau du ruisseau, afin de les débarrasser de la terre qui les recouvrait.

Et une fois dépassé le 100ème singe informé, tous les autres singes, étrangement, se sont mis à appliquer la même recette. lien

Ken Keyes Jr en a fait un livre (le centième singe), et l’on peut découvrir cette théorie sur cette vidéo.

On a vu qu’en Tunisie, il a suffit qu’un homme, Mohamed Bouazizi, petit épicier ambulant, donne l’exemple à toute une nation, faisant le sacrifice de sa vie un 4 janvier 2011 pour chasser la peur dans l’esprit des Tunisiens. lien

Thierry Kruger et Pablo Girault nous proposent de découvrir dans un documentaire passionnant : « sous les pavés, la terre ».

Pierre Rabhi en est l’un des acteurs, et il nous donne l’une des clefs pour vivre en équilibre sur cette planète, malgré les pressions de ceux qui ne sont intéressés que par le pouvoir, et la puissance.

A ceux qui lui demandent « y a-t-il une vie après la mort ? » il répond « mais y a-t-il une vie avant la mort ? ».

Il ajoute « la croissance, c’est le problème  » et prône « la sobriété heureuse » en proposant de « perdre sur l’avoir et de gagner sur l’être ». lien

Les auteurs du documentaire évoquent donc la décroissance, faisant l’éloge de la lenteur, dans ce qu’elle a d’opposable à la vitesse suicidaire.  lien

Ils proposent de se déplacer autrement, de construire autrement, de se nourrir autrement, de commencer le changement par nous même sans attendre la décision des autres.

Cela va-t-suffire à enrayer la triste fuite en avant d’un progrès aveugle qui ne vise qu’a faire le bonheur financier de quelques uns au dépens de la détresse des autres ?

Les indignés aux 4 coins du monde appellent à une insurrection démocratique. lien

De quoi changer la face du monde, car l’essentiel n’est-il pas de vivre avec les valeurs que nous sommes donnés, quelque soit l’échéance que Pacha Mama nous aura fixé ?

Car comme dit souvent mon vieil ami africain : « Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux  ».

L’image illustrant l’article provient de « jardinature.net »

Merci aux internautes qui par les infos envoyées ont permis la réalisation de cet article.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 6 juin 2011 10:17

    Claude Levi Strauss : « le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui  ».

    AH des postmodermistes nietzschéen prépubère, et nombriliste il n’y a que la terre dans l’univers  : petit boite noir pour esprit débile

    Le but de la vie n’est pas de se laisser mourrir , ou se faire égorger au final comme un mouton

    Les rats quittent le navire


    • gaijin gaijin 6 juin 2011 10:27

      kalki
      étant donné qu’il n’y pas d’ailleurs qu’ est ce que tu veut qu’une conscience libre aille foutre sur une autre planète ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 10:38

      Kalki
      j’ai bien peur que changer de planète ne changera pas grand chose,
      c’est à nous de changer.
      comme dit de temps en temps mon ami africain :
      « a quoi bon changer le bocal, si c’est pour y mettre les mêmes cornichons ».
       smiley


    • gaijin gaijin 6 juin 2011 10:24

      super article ( comme d’ hab )
      l’essentiel n’est en effet pas de savoir quand et comment nous allons mourir mais quelle vie nous voulons avoir en attendant ......
       smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 10:39

        gaijin,
        bien résumé, c’est effectivement de çà qu’il s’agit.
         smiley


      • Gabriel Gabriel 6 juin 2011 10:27

        Bonjour Olivier,

        Arrêtez la Terre, je veux descendre ! L’enfant aussi ne veut pas rester à l’école, il préfèrerait jouer à longueur de journée mais, en finalité, qu’apprendrait-il ? Descendre de ce monde en folie est bien tentant, surtout pour ceux qui très rare se souviennent, mais qu’apprendrions nous de la vie ? Tout a un sens même si celui-ci nous échappe et c’est bien cela que l’homme accepte le moins. Nous faisons avec notre conscience propre qui nous indique le positif, le négatif et la différence entre eux. Ajoutons à cela, royal cadeau, notre libre arbitre et soyons responsable de la façon dont nous faisons le voyage. Cordialement


        • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 10:42

          Bonjour Gabriel
          le rapprochement avec l’école est discutable.
          parfois on apprend mieux en faisant de la vie sa propre école.
          en fait, l’école n’est qu’un lieu, et je dirais que tout dépend de celui qui nous enseigne.
          s’il le fait avec un esprit ouvert, de partage, et non contraignant, cette école là portera des fruits,
          si elle n’est qu’un lieu de formatage, on peut très bien s’en passer,
          enfin, ce n’est que mon avis...
          merci de ton commentaire.
           smiley


        • Gabriel Gabriel 6 juin 2011 10:53

          La comparaison n’est pas à prendre au pied de la lettre Olivier, sous entendu, l’école au sens large par définition acquisition d’un savoir. Mais ou tu as entièrement raison, tout dépend de l’enseignant car, comme le disait Montaigne en parlant d’apprentissage : « Un enfant, ce n’est pas un seau qu’on remplit mais un feu qu’on allume.... » Cela dit, le chemin on le fait seul, solitaire et solidaire.


        • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:01

          Gabriel
          je partage totalement cette opinion.
           smiley


        • chria chria 6 juin 2011 10:53

          Tout comme Dugué et sa logosphère, je me demande si votre récupération de la science pour prôner une vision sociale ne se retourne pas en fait contre l’objectif (science => politique) et finit en dessein intelligent.


          • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:03

            chria,
            je ne connais pas bien la « logosphère de Dugué », et j’avoue ne pas avoir totalement compris où vous vouliez en venir ?
            si vous pouviez prolonger ?
             smiley


          • chria chria 6 juin 2011 11:21

            Oui c’est plutôt la logoscience (http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/logoscience-une-nouvelle-maniere-95108#forum2934032)

            Votre article prone un certain comportement afin de sauver la terre et surtout l’humanité de nous-même, comportement social très influencé par l’écologie, la décroissance, etc, en vous basant sur certains éléments scientifiques en début d’article (ou de citations), qui viennent donc justifier le changement de comportement vers une téléologie « sans changement ». Or tout comme Dugué qui pour combattre la technoscience et les modes de consommation actuel invente une nouvelle science (qui ressemble plus à du new-age soit dit en passant), basée sur l’être, la connaissance désintéressée, etc, on se demande si au final la détermination éléments scientifiques => vers un nouvel ordre social ne s’apparente pas à de l’intelligent design puisque ni Dugué ni vous ne pouvez savoir ce que l’avenir nous prépare (surtout en regardant le passé) et encore moins comment l’homme va évoluer, s’il a un but, si la vie a un but, bref à quoi ça sert tout ça, surtout connaissant l’émergence au sein des systèmes complexes, rebref, comment savoir si votre ordre social pourra nous sauver, à part en croyant à une prédestination vers la catastrophe et la mort ? C’est de la religion que vous nous vendez, dans l’absolu... Ou de la politique, c’est un peu pareil.


          • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:32

            chria,
            perso, je ne vois pas vraiment de rapport entre « politique et religion »
            mais bon, la question n’est pas là.
            mon intention était, pour cet article, d’évoquer la pérennité de cette planète qui se remettra très vite de nos exactions, et que lorsque nous prétendons vouloir « sauver la planète », il s’agit plutot de notre propre sauvetage dont il est éventuellement question.
            la question restante étant : n’est-il pas un peu tard ?
            et là, je n’ai pas la réponse.
             smiley


          • chria chria 6 juin 2011 14:09

            Politique et religion, il faut de l’idéologie. Or si la terre s’en sortira toute seule, il reste encore à savoir comment l’humanité s’en sortira... Tout en sachant qu’elle ne fait que survivre. Chaque évolution, changement, amène son lot de destruction, pour mieux recommencer derrière, ou alors s’éteindre. Ce que j’essaye de dire c’est que vous n’en savez rien de l’état de l’humanité et de son évolution. Sauf que dans ce doute, et par précaution, vous préconisez un modèle de développement. Est-ce le bon pour guérir d’une maladie inconnue ? On en sait rien. On doit vous faire confiance. Croire en vous.
            Est-il un peu tard ? Personne n’en sait rien. Personne ne sait ce que doit être l’humanité demain, et donc si on est sur un bon chemin. Et les quelques arguments ou plutôt connaissances « scientifiques » qui vous utilisez ne sont là que pour étayer votre constat. Tel l’oeuf et la poule, qui a engendré qui, entre les faits et la croyance, tout en sachant que la complexité régit ce monde ?
            Bref, qui m’aime me suive !


          • gaijin gaijin 6 juin 2011 11:02

            orion
            c’est tout a fait ça
            « La bonne question est donc : comment faire sortir l’humanité de l’adolescence et comment la faire entrer de plain-pied dans l’âge enfin adulte ? »
            quelques bons vieux coups de pieds aux fesses seraient ils nécessaires ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:06

            orion
            belle approche que je partage totalement,
            j’aime bien cette « parabole » avec nos différents « ages »
            reste la question : notre prise de conscience est-t-elle fonction de « notre age », d’une question de sagesse ?
            je n’en suis pas sur,
            je crois surtout qu’il y a un vrai réveil, en espérant qu’il ne soit pas trop tardif ?
            mais qu’importe, ça coute rien d’essayer.
            merci de ton commentaire.
             smiley


          • Surya Surya 6 juin 2011 10:59

            Bonjour Olivier,

            C’est sûr que la Terre s’en remettra, mais ce ne sera qu’une convalescence. Elle recommencera à évoluer par elle même après notre disparition, mais je pense qu’elle ne reprendra pas le cours de son évolution, telle que cette évolution aurait dû naturellement se faire si nous n’avions jamais existé. Si nous avions eu deux Terres jumelles, l’une habitée par les hommes et l’autre seulement par les plantes et animaux, on aurait pu faire la comparaison (sur le très long terme, en admettant que ce soit possible évidemment) entre l’évolution naturelle de l’une, et l’évolution artificielle de l’autre, l’évolution corrompue si on peut dire. Il y aura peut être sur la future Terre des sortes de plantes, d’animaux, ou que sais-je, qui ne seraient jamais apparus si nous n’avions pas dirigé notre planète sur le mauvais aiguillage. Une invasion de cafards géants par exemple ? smiley Mais ouf, on ne sera plus là pour voir ça de toute façon...


            • gaijin gaijin 6 juin 2011 11:04

              « telle que cette évolution aurait dû naturellement se faire si nous n’avions jamais existé. »
              mais nous sommes une partie de cette évolution justement
              toute notre erreur consiste a croire que nous sommes séparés du reste


            • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:14

              Surya
              c’est à se demander parfois si nous sommes vraiment adaptés à la vie sur cette planète ?
              nous agissons comme si un arbre coupé allait repousser en quelques secondes,
              comme si une vie prise était rendue immédiatement.
              peut etre ne sommes nous pas de ce monde, et avons nous subi une « erreur de destination » ?
              étions nous destinés à une planète qui subirait sans problèmes toutes nos prédations ?
              ou alors, si l’on voit de quelles façons les peuples « primaires » dans le sens ancien, comme les indiens d’amazonie par exemple, vivant en harmonie avec la vie qui les entoure (malgré les difficultés que nous leurs faisons subir), on pourrait imaginer que « nous serions un peuple rapporté » ?
              je ne sais pas, mais ça m’intrigue.
               smiley


            • Surya Surya 6 juin 2011 11:48

              Bonjour Gaijin,

              C’est exactement ça, mais quand allons nous enfin le comprendre ? Le « progrès » s’accélérant, et cela étant considéré comme une chose formidable, j’ai bien peur que notre façon d’être nous éloigne encore davantage d’un processus normal d’évolution en harmonie avec ce qui nous entoure.

              Olivier, quelque soit la planète sur laquelle on aurait attéri, on aurait fait les mêmes idioties de toute façon. Et si on est obligés un jour d’envoyer une partie d’entre nous (la sélection se faisant sur quels critères, ça j’aimerais bien le savoir...) vivre, ou survivre ailleurs, on risque fort de recommencer les mêmes erreurs là où on ira planter notre tente. Il y aura d’abord l’exaltation de recommencer ailleurs, d’organiser une nouvelle vie, et puis... adapter la nouvelle planète à nos besoins... et donc commencer à la saccager. C’est peut être dans notre nature profonde d’êtres humains ?
              Mais je sombre dans le pessimisme. Il y a fort heureusement, en effet, des gens sur cette Terre qui n’ont pas cette nature, ou qui ont du moins eu la sagesse de savoir la dominer pour vivre en harmonie avec la Nature. C’est peut être, et même sûrement, chez les peuples qu’on a appelés « primitifs », que l’on trouvera les vraies solutions à nos problèmes de peuples « civilisés ». Mais comme tu le dis, vues les difficultés que le reste du monde leur fait subir, ça me semble plutôt mal parti.


            • gaijin gaijin 6 juin 2011 12:00

              surya
              il y dans l’air actuel a la fois quelque chose de printanier et quelque chose comme la tension qui précède l’orage
              de plus en plus de gens se rendent compte que le progrès ne mène nulle part
              quoi qu’il en soit de l’avenir les masques tombent et les temps changent ........


            • Bulgroz 6 juin 2011 11:17

              Cher Olivier,

              Dans votre dernier pensum, vous écriviez ceci :

              "Petit rappel : pour 271,5 Mtep produits en France, un peu moins de 150 Mtep arrivent chez le consommateur ( lien 1 Wikipédia) car le transport de l’énergie provoque un gros gaspillage de celle-ci,"

              Bigre, mais (271,5-150= 121,5), 45% de pertes !! C’est énorme et irresponsable de la part de nos ingénieurs que de laisser fuir autant d’énergie dans la nature.

              Mais, 121,5 Mtp de perdus, dîtes moi, c’est plus que ce que produisent les usines nucléaires en France (114 Mtp).

              Nous pourrions donc conclure que si on bouchait les fuites, là , maintenant, tout de suite, on pourrait fermer les usines nucléaires sans aucun problème pour les citoyens.

              Je suis étonné que vous n’ y ayez pas pensé à cette simple solution de bon sens.

              Alors, Olivier, qu’en pensez vous ? Où sont les fuites ?


              • gaijin gaijin 6 juin 2011 11:22

                vous avez finit de nettoyer le sang a l’avant de la masérati ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:35

                zorglub,
                connaissant vos défaillances en math, s’il faut en croire vos explications vaseuses sur la composition de l’équipe de foot française championne du monde, je ne suis pas surpris que vous ayez des difficultés avec les chiffres,
                très franchement, pourquoi ne pas en rester à votre joli château ?
                c’est une louable activité, je vous l’assure.
                 smiley


              • PhilVite PhilVite 6 juin 2011 11:32

                Il faut prendre la vie pour ce qu’elle est : un épiphénomène dans ce grand bazar qu’est l’univers !

                La vie ne fait que passer. Nous ne faisons que passer.

                Quand on prend conscience de ça on accepte d’autant moins les règles débiles imposées par les affameurs qui nous pourrissent le séjour !


                • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 11:37

                  PhilVite,
                  j’aime bien, et je partage avec plaisir.
                   smiley
                  je crois que la densité de ce nous mettons dans notre vie vaut plus que la durée qui nous est proposée.
                  carpe diem.
                   smiley


                • joletaxi 6 juin 2011 12:05

                  Pfff petit bras hein Cabanel.



                  Curieux comment ces prédicateurs de l’Armaguedon ont toujours un public ?
                  Tous ont démontré avec une étonnante régularité qu’ils se sont toujours trompés,mais chaque fois cela repart de plus belle.

                  AAAh ce bon temps où une épidémie faisait 5/6 millions de morts,sur une population incomparablement moins grande que maintenant.
                  Où une sécheresse persistante faisait quelques milliers de morts.
                  Où des millions de gens souffraient ,enduraient un véritable esclavage pour survivre,et pas très longtemps.pas de problèmes de pensions en ces temps heureux.
                  Je ne comprends pas les Africains, qui n’ont pas à endurer tous ces terribles maux qui nous accablent, et qui dès qu’une occasion se présente, se précipitent chez nous.

                  Et ces scientifiques,tous des fous dangereux,qui n’ont de cesse de nous éliminer.
                  Et ces prédateurs, qui pillent la planète.
                  A part des extra terrestres, je ne vois pas qui peut piller notre planète.
                  Du minerai de fer, quand il devient rail de chemin de fer, il n’a pas quitter Gaia, que je sache,et dans x milliers d’années il redeviendra un minerai, il aura juste été déplacé.Il en est de même pour tout ce que nous transformons.
                  Et comme le dit Eisenbach,concernant l’extinction des espèces:montrez-moi les corps.

                  Je ne vois aucun inconvénient que quelqu’un décide de vivre dans un tepee,qu’un autre refuse la vaccination, quoique, mais que ces gens foutent la paix aux autres qui comme des imbéciles roulent en 4X4, et vont s’em... sur une plage.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 13:08

                    jo,
                    vous mélangez tout,
                    ou avez vous lu que je « prophétise » quoi que ce soit ?
                    vous avez un réel handicap de compréhension,
                    non que je doute que vous ne saviez lire, mais je me demande si vous comprenez ce qui est écrit ?
                    donc, j’en reviens à votre posture :
                    comme il n’y a pas de preuve qu’il y a extinction d’espèces (puisqu’on ne montre pas les corps) selon vous... la connerie n’existe pas. (puisqu’on ne peut pas montrer son corps)
                    j’ai tout bon ?
                     smiley
                    allez donc me finir ce sacré château plutôt que de perdre votre temps a écrire des conn...euh...des bêtises.
                     smiley


                  • lavabo 6 juin 2011 12:35

                    La fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnnn du moooooooooooooooooonnnnnnnnnnnnnnnnnde smiley smiley smiley smiley smiley smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 13:03

                      lavabo
                      en tout cas ce n’est ni la fin des lavabos,ni celle des bidets.
                       smiley


                    • Equibella 6 juin 2011 13:00

                      Bravo !!!! Cela fait déjà un petit bout de temps que je réagis à chaque déclaration à la radio d’un candidat ou militant écologiste, qui met en avant« l’urgence à sauver la planète », en souhaitant qu’il/elle parle plutôt de l’urgence à sauver l’humanité ! Je suis totalement d’accord avec vous, et suis ravie que vous ayez levé le lièvre « en public » ! (De toutes façons , je suis fan de vos articles ).De plus , je pense que va se poser le problème du choix , concernant l’option de l’alimentation dans les décennies à venir , entre l’Homme et les animaux d’élevage,car ceux-ci absorbent à ce jour 670 millions de tonnes de céréales, c-à-d 60% de la production mondiale de céréales, et que celles-ci pouraient nourrir 850 millions de personnes malnutries ! Et sans parler des 25000 litres d’eau nécessaires à la production de ....100 gr de boeuf ...La prochaine guerre ne sera- t’ elle pas celle de l’eau potable ?


                      • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 13:09

                        Equibella
                        je partage et remercie.
                         smiley
                        à bientôt !


                      • Taverne Taverne 6 juin 2011 13:06

                        Dis-donc, la Terre ! Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez toi ?


                        • jluc 6 juin 2011 17:00

                          Elle tourne en rond, çà va lui jouer un mauvais tour.


                        • Bulgroz 6 juin 2011 13:13

                          La vraie écolo qui nous sauvera, c’est Cécile Duflot qui en tant que porte parole nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, signe avec Besancenot un appel « Cessons la guerre aux porteuses de foulard ! » dans Le Monde du 2 Juin 2011.

                          Europe Ecologie-Les Verts, donc, en la personne de Duflot mais aussi d’ Alima Boumedienne-Thiéry, sénatrice d’Europe Ecologie-Les Verts), et d’autres individus sinistres s’insurge :

                          • contre l’initiative de Luc Chatel d’exclure les mères voilées d’accompagner les sortie scolaires ou de participer avec un voile aux réunions d’école.

                          • mais aussi, contre le projet UMP 2012 proposant de légaliser le refus à l’embauche des femmes portant le foulard, y compris dans le secteur privé.

                          Les Verts lèvent bien haut l’étendard vert de l’Islam, défendent le port du voile, défendent l’oppression des femmes et accessoirement l’arrêt du nucléaire.

                          Moi, je donne 3% aux verts en 2012. C’est déjà trop tant ces gens sont abjects.

                          http://www.lemonde.fr/idees/article...

                          (lire les réaction des abonnés du Monde)


                          • Pyrathome Pyrathome 6 juin 2011 13:49

                            Il n’y a plus aucune doute, notre ami Zorglub a été fortement irradié des neurones......
                            Olivier, peux-tu lui redonner la recette pour s’en sortir ?
                            Cette pauvre âme en peine me fait pitié........


                          • Pyrathome Pyrathome 6 juin 2011 14:30

                            Et en plus, il va falloir supporter cette palourde sur tes forums pendant au moins 400 ans...... smiley

                            À noter toutefois qu’une palourde sur une tour de château de sable est du plus bel effet !! .....


                          • olivier cabanel olivier cabanel 6 juin 2011 16:07

                            zorglub
                            vous devriez essayer la fleur d’oranger et le tilleul, il parait que ça a des effets calmants,
                            quoique votre cas me semble désespéré.
                             smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès