Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fessenheim et EELV : Emmanuelle cause et Jean-Vincent se tait

Fessenheim et EELV : Emmanuelle cause et Jean-Vincent se tait

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’EELV l’a dit et redit : elle est « certaine que la centrale de Fessenheim fermera avant 2017 ». Elle a rencontré le Président le lundi 13 octobre et il le lui a confirmé. Elle reconnait néanmoins qu’elle est « peut-être la seule en France à le croire », mais elle le croit.

Personnellement je ne demanderais pas mieux que de partager sa conviction. Malheureusement la simple connaissance du haut degré de validité des promesses de François Hollande, de l’inaltérable pouvoir de nuisance du Corps des mines dont les membres sont installés au sein de tous les ministères, et en particulier dans celui de l’écologie, ainsi qu’au sein de l’oligarchie industrielle et financière, sans même parler de la puissance d’EDF, du CEA et d’Areva, tous ces pouvoirs précisément décrits dans le récent livre « L’Etat nucléaire » de Corinne Lepage, me rendent beaucoup moins optimiste.

D’ailleurs si elle était à ce point convaincue, pourquoi se serait-elle sentie contrainte d’ajouter : « Si elle ne fermait pas,… » ? Ce qui en dit long sur sa supposée certitude.

Et maintenant que l’on sait qu’Henri Proglio ne sera pas reconduit à la tête d’EDF, il aurait été logique qu’elle nous précise dans quelle fourchette de dates le Président avait l’intention de la fermer ; la centrale de Fessenheim. Elle s’en est bien dispensée, et on imagine aisément qu’elle n’en sait strictement rien. Et comment ne pas en déduire que si elle continue à croire avec conviction aux promesses de François Hollande, c’est qu’elle n’a pas appris grand-chose de ces deux dernières années ? Rappelons-lui simplement qu’il affirmait également que son ennemi était la finance. Et accessoirement que son parti avait signé un accord avec celui de Hollande pour une fermeture de Fessenheim au lendemain immédiat de son élection. Deux ans et demi plus tard il n’y a toujours rien, sinon un nouveau concept hollandien : l’immédiateté à très grande extensibilité. A cela s’ajoute le fait que Ségolène Royal affirme s’être convertie au pragmatisme comptable, selon lequel il vaudrait mieux arrêter deux réacteurs non encore rafistolés qu’une vieille centrale à bout de souffle mais relookée.(iTELE à 8mn)

Alors donc, qu’Emmanuelle Cosse soit sans doute la seule en France à être certaine que Fessenheim fermera avant 2017, on ne lui contestera certainement pas cette conviction. Néanmoins ça devrait tout de même lui mettre la puce à l’oreille…

 

Jean-Vincent Placé de son coté, souvenez-vous, a parlé tout récemment d’une ligne rouge fixée par EELV concernant Fessenheim, que le gouvernement ne devait pas franchir. Lui qui raffole des médias au point de ne pas craindre les dérapages, l’avez-vous entendu s’étouffer d’indignation face à la nouvelle et énorme reculade de Ségolène Royal ? L’avez-vous vu s’enhardir pour soutenir sa secrétaire nationale dans cette joute que se livrent désormais les deux femmes de pouvoir ? Non ! Voler au secours de Nadine Morano méchamment brocardée par un humoriste lucide, là il n’hésite pas. Mais que la ministre de l’écologie franchisse une ligne rouge qu’il a lui-même mis en place… et il ne réagit pas. La firme, cette oligarchie au sein d’EELV, restera toujours la firme : avant tout la culture de la politique politicienne et la défense des intérêts personnels de ses membres. Qu’attendent donc les vrais écologistes pour les remercier ? Et à grands coups de tige de tournesol séché ?

 

Noël Mamère en est convaincu depuis juin, « face au lobby nucléaire, Ségolène Royal a capitulé en rase campagne ». Corinne Lepage le rejoint, mais avait affirmé depuis longtemps qu’Hollande ne fermerait pas Fessenheim avant la fin de son mandat. A la question : « Fessenheim ne fermera jamais, on est bien d’accord ? », elle a récemment répondu sur « 20 minutes » : « Jamais, non car elle finira par fermer. Mais pas avant 2017, oui. Il ne fallait pas que Delphine Batho [l’ex-ministre de l’écologie virée par Hollande] soutienne qu’il n’y avait aucun risque à Fessenheim justifiant sa fermeture…  » (Corinne Lepage : « Il faut construire une alternative pour sortir du guêpier nucléaire » - 20minutes.fr).

L’un comme l’autre, ainsi que Julien Bayou, porte-parole d’EELV mais n’appartenant pas à la « firme » sont signataires de l’Appel solennel à la fermeture, dans les plus brefs délais, de la centrale de Fessenheim .

Car trêve des paroles creuses, de promesses non tenues et de politique purement politicienne, le seul réel moyen d’obtenir quelque chose auquel un dirigeant s’est engagé, ils le savent, est de l’exiger. Que l’arrêt définitif de la centrale de Fessenheim ait lieu avant la fin 2014, voilà ce que réclament les signataires de cet appel. Rejoignez-les !

 

Patrick Samba


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • raymond 2 25 octobre 2014 08:42

    Bla bla... discuter de la fermeture de Fesnheil bof. Les verts ne servent à rien. Il faut arreter toutes les centrales atomique et le plus vite possible. Pas de compromis et négociation foireuse.

    C’est de cela qu’un vrai parti écologiste devrait parler.


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 octobre 2014 10:31

      Bonjour à toutes et à tous (sauf...),

      je rappelle au sujet de l’influence de l’École des Mines, les deux articles récents publiés sur AgoraVox :
      X - Corps des Mines, le Corporis Dominantis - AgoraVox le média citoyen

      Energie, changements de façade - AgoraVox le média citoyen

      à raymond 2 : et on fait comment pour arrêter le plus vite possible toutes les centrales sans négociation et compromis ? Si vous avez des pistes sérieuses, je suis très, très preneur !


      • raymond 2 25 octobre 2014 11:42

        En provoquant je dirais arrétons tous les réacteurs atomique demain matin à 8 heures car si demain à 9 heures si il y en a un qui nous pète à la gueule vous pourriez dire :

        Cet idiot rêveur avait raison !

        Le cout d’un accident en France serait de 1000 à 5000 miliadrs largement de quoi financer le surcout d’un arrêt le plus rapide possible.
        Quant aux solutions vous les connaissez aussi bien que moi.Quelques exemple si vous voulez :

        http://lenergeek.com/2014/04/04/texas-prix-de-vente-record-de-5-cents-pour-le-kwh-solaire/

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Pompage-turbinage

        Plus le charbon, le gaz,le fuel, le biogaz et éteindre la lumière lorsque l’on sort d’une pièce (mode humour)

        Quant au fric il suffit d’aller chercher dans les bonne poches.


      • Garance 25 octobre 2014 12:37

        Belle brochette qui donne vraiment envie d’autres choses


        Ce Placé qui sort de nul part , tout en gueule, qui ne voit dans la politique qu’une façon de s’en foutre plein les pôches à bon compte , qui se dit « écologiste » ; non mais quelle blague !!!! ( dont il doit être le premier à rire )

        Cette Emmanuelle Cosse le clone de la Duflot en tout , surtout en nullité , grosse chose pleine de vide

        Et cette pauvre Ségo qui fait comprendre que de vivre 30 ans avec un Pourri ça laisse des traces surtout si on est pré-disposée pour , qui va d’effets d’annonces en renoncements dont elle boit la honte avec délice

        Mais quand ce cauchemar de voir de tels Nullos dans les rouages d’un pouvoir à gerber va-t-il finir ?

        Dans 2 ans et demis ?

        Ca donne des envies de suicide

        • Patrick Samba Patrick Samba 25 octobre 2014 14:02

          « Ca donne des envies de suicide » : surtout ne te retiens pas pour nous, Calmos-Garance, ça nous fera de longues vacances...  smiley


        • Layly Victor Layly Victor 26 octobre 2014 11:22

          Toujours l’extrême nullité habituelle. Jamais aucun argument technique. C’est votre idéologie, que vous n’hésitez pas à étaler : les décisions industrielles doivent découler uniquement de la politique politicienne et du rapport de force électoral. On a essayé à maintes reprises de vous expliquer que la folie verte allemande met en grave danger, à cause des énormes fluctuations de puissance qu’elle génère, la stabilité du réseau électrique dans la région Alsace-Allemagne du Sud-Suisse, et que Fessenheim joue un rôle clé dans l’apport de puissance « socle ». Je vous l’avais déjà expliqué sur ce site, mais allez convaincre un religieux fanatisé ! Ce sont les Allemands eux mêmes qui ont demandé à leurs sous-fifres français de ne pas fermer ce site, et c’est donc un réacteur de Flamanville (ou deux) qui sera fermé. Le reste, c’est de la politicaillerie politicienne, car il ne faut pas que le couple Hollande-Duflot perde la face. Alors Ségolène est chargée de blablater, pour expliquer que, finalement, ce n’était pas la centrale la plus dangereuse.
          Je ne suis pas, loin de là, un partisan de Jean-Vincent Placé, mais il est quand même plusieurs classes au dessus de la grosse vache Cosse et de l’ignare Batho. C’est pourquoi, je pronostique qu’il va un jour se faire virer car, être intelligent, chez les verts, c’est rédhibitoire.


          • lsga lsga 26 octobre 2014 12:25

            totalement d’accord sur la nécessité d’une approche scientifique de l’économie, basée sur des projets d’ingénierie. 


            Le problème du nucléaire n’est pas tant la technologie, sinon l’irresponsabilité totale des ingénieurs d’EDF et d’Areva qui pendant des années se sont conduit comme des gamins qui ont trouvé le flingue de leur père... Non prise en compte des risques sismiques (voir les centrales en face de la manche qui ne sont même pas protégé par une digue), des risques d’attentats (type 11 septembre), stockage dangereux des déchets (balancés dans l’atlantique pendant des années), création d’un programme low cost ultra dangeureux dans le but de le vendre à des dictatures instables (ex : à Kadhafi), et j’en passe et de meilleurs.

            Si à chaque erreur, les ingénieurs avaient été jugés et emprisonnés, les choses iraient peut être un peu mieux.

            Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, il existe aujourd’hui des alternatives au Nucléaire, qui permettront de créer IMMENSÉMENT PLUS d’électricité, pour beaucoup moins cher, et avec une prise de risque de 0 :




          • Patrick Samba Patrick Samba 26 octobre 2014 18:06

            à Layly Victor,
            ce qu’il a de bien avec des ayatollahs du nucléaire dans votre genre, c’est qu’il n’est même pas nécessaire de faire un effort pour argumenter. Rien que la manière avec laquelle vous vous adressez à des contradicteurs, à des personnes qui sont en désaccord avec vous, vous discrédite totalement.
            Vous êtes, à vous seul, l’un des meilleurs arguments contre l’industrie nucléaire.


          • Layly Victor Layly Victor 26 octobre 2014 20:15

            L’insulte, c’est tout ce que vous avez comme argument ? C’est pauvre. Je me suis adressé comment ? Je vous dis que, malgré tous vos efforts, et vous pouvez rameuter tant que vous voudrez votre bande de gamins incultes, Fessenheim ne fermera pas, car il y a une réalité technique incontournable. Voyez la bonne foi de vos amis : le chiffre bidon de 1000 ou 5000 milliards d’Euros soit disant de coût d’un accident n’a été inventé que parce que les écolos sont complètement affolés par le coût de l’électricité en Allemagne et par ce qui va nous tomber dessus : facture d’électricité qui va exploser + recours massif au gaz et au charbon. Fessenheim ne fermera pas, mais vous avez gagné : la France est en train de couler à pic. Quand vous serez dans la misère avec les pauvres gens que vous aurez entraînés avec vous, ce n’est pas à des gens comme moi qu’on demandera des comptes. Vous avez dit « ce n’est pas nécessaire de faire un effort pour argumenter » : de ce que j’ai vu de vos papiers, je me demande si la notion même d’effort vous atteint.


          • Négrel Jean-Paul 29 octobre 2014 15:17

            C’est curieux, cette façon que vous avez de toujours insulter l’autre et de le mépriser si vous n’êtes pas d’accord avec lui...Surtout que concernant le sujet de cette centrale, vous ne semblez pas le posséder pleinement,ignorant certainement que Fessenheim est construite sur une faille sismique (bonjour les cranes d’oeuf qui ont décidé un jour de la construire à cet endroit précis !), et qu’en cas de séisme...bonjour les dégâts !

            Les partisans du nucléaire n’ont toujours pas l’air d’avoir intégré quelques vérités scientifiques et objectives.Par exemple, ils n’ont pas compris que dans l’histoire de l’Humanité, aucun péril aussi grave, sans aucune parade connue, n’a été mis en oeuvre. Ce sont jusqu’à des centaines de milliers d’années que le danger de contamination perdure avec pour conséquences la cancérisations, les mutations génétiques régressives telles que l’avait démontré le biologiste Edmond Rostand...

            Et la radioactivité, ça ne se voit pas, ça ne se sent pas. Ca tue silencieusement, rapidement ou lentement. Certains radio-isotopes se fixent dans l’organisme pour y produire leurs dégâts. Un exemple ? Le strontium 90, confondu par l’organisme vivant avec le calcium ! On peut aussi imaginer des doses mortelles d’irradiation, telles que celles subies par les « liquidateurs » lors de la catastrophe de la centrale de Tchernobyl !

            Et puis, on peut aussi déguster (un exemple pris au hasard...) quelques fruits de mer discrètement assaisonnés au strontium 134, ou 137, ou tutti-quanti... on n’en sait rien, puisqu’on ne contrôle rien...

            Comme dit l’autre, excusez l’expression, « ce n’est pas quand on a chié dans son froc qu’on doit serrer les fesses ! »
            Car il n’existe AUCUN remède face à ces calamités. Quand le mal est fait, c’est DEFINITIF !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès