Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’Agence spatiale européenne enfonce le clou

L’Agence spatiale européenne enfonce le clou

Pendant que nous nous épuisons dans nos petits combats subliminaux, nous passons à côté du problème numéro 1 qui se rapproche de nous, le réchauffement climatique. Le monde avance à l’image de la cordée d’alpinistes approchant le sommet de l’Everest et qui s’entête à continuer alors que tempêtes et avalanches se profilent.

La planète continue de brûler, et nous continuons à nous préoccuper de notre petit nombril. De choc des civilisations en violences urbaines, en répression, en guerres préventives et autres, nous nous comportons comme des enfants, gardant jalousement notre petit bout de terrain ou de privilège.

L’Agence spatiale européenne vient de tirer une fois de plus la sonnette d’alarme, plus près de Big Ben que de la petite clochette que l’on met autour du cou des vaches. Le réchauffement climatique s’accélère plus que prévu. Le signe en est une longue cassure de la glace arctique vue par un satellite de l’ESA.

Il y a presque deux ans : voici ce que m’écrivait le 17 mars 2005 Vladimir Romanovski, à l’époque président de l’association Uspermafrost, en réponse à la question que je lui posais sur le possible dégazage des 350 à 450 milliards de tonnes de méthane situés sous les terres arctiques :

 

" Dear Dominique,

The permafrost thaw is a real threat to the Earth climatic system if we assume that the global warming is a negative process. However, the changes in permafrost at present time are very slow and there is no need to report on these changes on a monthly time scale. So far, these changes are noticeable on interannual to decadal time scales. Though the situation can change any time if some thresholds in permafrost evolution will be crossed and permafrost will start to degrade within widespread areas. At some regions ( Alaska for example) this could happened during the next 15 to 25 years. That is why it is very important to monitor permafrost temperatures in the polar regions.

Best regards,

Vladimir ”


Ceci veut dire : "Cher Dominique, le dégel du permafrost est une réelle préoccupation en ce qui concerne le système climatique de la terre, si on considère que le réchauffement climatique est un processus négatif. Cependant, pour le moment, les modifications dans le permafrost sont très lentes et ne nécessitent pas un suivi mensuel. Toutefois, ces changements sont significatifs à l’échelle de l’année ou de la dizaine d’années. La situation peut aussi évoluer à tout moment si des seuils dans l’évolution du permafrost sont franchis. Il commencera alors à se dégrader sur de larges espaces. Dans certaines régions (Alaska par exemple), ceci pourrait arriver dans les 15 à 25 prochaines années. C’est pourquoi il est très important de suivre l’évolution des températures dans la région des pôles."

Le dégazage du méthane sous le permafrost n’est pas encore intégré dans les modèles calculant les perspectives de réchauffement climatique de 1 à 5 degrés. S’il se produit, il y aura effet d’emballement (dégazage de méthane induisant un réchauffement induisant du dégazage supplémentaire, etc.). Les signes d’accélération observés par l’ESA sont-ils le début de cet emballement ? C’est une question pertinente à poser aux scientifiques œuvrant dans le grand Nord. En tout cas, le prochain rapport du GIEC en 2007 devrait être riche d’enseignements. Il y a fort à parier qu’il envoie un ultimatum aux gouvernements pour changer de braquet.

Le gouvernement français n’a pas encore pris la mesure des décisions à prendre, au moins au niveau de l’ambition. Nous avons tous les outils pour réussir en moins de vingt ans, mais si nous restons scotchés dans les starting-blocks, alors nous serons balayés, y compris sur le plan économique, par des pays plus conscients et plus dynamiques que nous.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • mathieu (---.---.133.191) 25 septembre 2006 12:43

    Les gens sont stupide, je suis meme traité d’abruti ou d’extremistes enfantin. Pourtant, ont ne subi pas un simple rechauffement climatique qui donnera un grand froid. 80 % des insectes ont disparu de la surface de la planete, donc les insectes terrestres ont subi ce meme genocide. Les bacteries dans le sous sol ont ete tres severement touché, car c’est eux le 1 er chainon alimentaire ou plutot biospherique. Il faut savoir que si la vie disparait dans le sol et donc la quantité d’insectes, alors le CO2 d’une part ne sera pas absorber, de plus il y a aura un degagement de ce gaz. C’est la meme chose quand une foret se meurt, la foret amazonienne. Le rejet de Methane est du a la mort des vegetaux et du pourrissement car les micro organismes et insectes ont disparu. Il faut savoir que pour la premiere fois sur le sol Européen, le sol a degagé 1000 milliards de tonnes de CO2 et les humains en ont produit 500 milliards de tonnes. Les oceans subissent le meme phenomeme, en s’acidifiant, tous les micro organismes et planctons vont disparaitre, deja 90 % des poissons de l’ocean atlantique ont disparu, dans 50 ans au grand maximum la vie aura pratiquement dans les mers et le gaz carbonique s’echappera. Me critiquer sur mon orthographe ou dire que je suis un imbecile catastrophique je veux bien l’entendre, parcontre ne pas prendre la realité des faits montre clairement un manque d’informations. L’homme meme en arretant de polluer la terre n’arretera pas ce qui a commencer. La vitesse de destruction est si rapide que la nature n’a pas les moyens de se reconstituer et pire encore elle s’auto detruit par elle meme. Actuellement en terme d’extinction massive ont va 1000 fois plus vite que la normal et bientot sa sera encore 1000 fois plus rapide. La mort des dinosaures ou bien les autres extinctions massives etaient nettements moin rapide et ne touchai presque pas les organismes fondamentaux de l’existence de la vie. Dire que rien ne se passe et que tout va bien est ridicule. Il suffit de sortir un peut dehors et de voir qu’ont ne voient presque plus d’insectes, n’y d’oiseaux, les arbres se meurts. J’ai terminé mon exposer. La terre se rechauffe bel et bien et tous les Sceaux naturels sautent les uns apres les autres, et l’hydrite de methane qui commence a se degager est la pire menace pour l’humanité, il est extremement urgent de s’en inquieter.


    • Internaute (---.---.75.227) 25 septembre 2006 15:02

      D’accord, et puis ? Qu’est-ce qu’on peut y faire ? Il me semble qu’on pollue plutôt moins qu’il y a 100 ans. J’ai visité Pittsburgh, belle ville ensoleillée et à l’air pur, où j’ai vu un musée de la sidérurgie montrant l’état de la ville du temps où les usines salissaient. L’air y était irrespirable et les gens tombaient malade. On a fait un progrés énorme.

      Je vis en France dans une ville où j’ai connu il y a trente ans les fils électriques verts et les carrosserie des autos piquées par la pollution. Aujourd’hui ces problèmes ont disparu.

      Je ne suis pas convaincu que l’industrie pollue. Il reste la pollution humaine naturelle mais la seule façon d’y remédier est de liquider les populations ce que personne ne fera. Il existe une vraie pollution dans le tiers-monde qui est cette manie qu’ont les gens de mettre le feu à tout. Autant les forêts françaises qui couvraient 16% du territoire sous Napoléon en couvrent aujourd’hui 27%, autant les forêts d’Amérique du Sud ou d’Indonésie disparaissent à vue d’oeil. Faut-il les recoloniser pour les empêcher de faire des bêtises ?


    • alberto (---.---.162.3) 25 septembre 2006 13:08

      Merci pour cet article en forme de piqure de rappel, mais que devrait, selon vous, décider le gouvernement français (Chirac en somme !) pour ralentir le dégel du permafrost en Alaska ou en Sibérie ?


      • Dominique Bied Dominique Bied 28 août 2010 22:57

        Il y a plein de choses à faire tout de suite :

        ne plus prendre sa voiture pour faire les déplacements de moins de 10km, isoler sa maison, changer de mode de chauffage, moins consommer de viandes, faire du lien plutôt que d’acheter des biens, partir en vacances moins loin, utiliser le train plutôt que l’avion. Prendre plus souvent son vélo pendant les vacances.

        Au travail, faire des videoconférences au lieu de se déplacer, faire du télétravail

        etc.....

        On peut soi changer son mode de vie. 


      • Gerardlionel (---.---.35.103) 25 septembre 2006 13:41

        Tout ce que vous rapportez, participe de la prise de conscience, et à ce titre, nécessaire !

        S’il s’agit de changer de mode de vie (pour les sociétes les plus développées) autant dire tout de suite qu’il serait illusoire de demander aux gouvernements de « contrarier » leurs élécteurs !( ceci sans prendre en compte les aspirations des pays en voie d’occidentalisation des modes de vie : Chine, Inde,...)

        S’il ne s’agit que de mesurettes du style« accords de Kyoto », autant dire tout de suite que c’est bien insuffisant !

        S’il s’agit de « conscientiser » les individus, cela est imaginable (avec une bonne communication) mais pour le passage à l’acte, c’est encore une illusion !

        Concluons : il est déjà trop tard ! Ces systèmes présentent beaucoup trop d’inertie( les débuts de l’activité industrielle et de consommation datent du 18° siècle, et l’augmentation des effets est exponentielle).

        Alors ? les « réactions » éventuelles n’auront d’effet que minimalistes ! dans le courant de ce siècle, nous assisteront aux premières conséquences et les plus jeunes assisteront à la disparition progressive et inexorable d’une grande partie de l’espèce humaine !

        Cela suffira-t’il ?!


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 25 septembre 2006 13:57

          Salut Dominique,

          Rappel judicieux ,... pour l’avenir,...du soucis à se faire !

          Plus d’infos, dans Goole tapez :

          Le dégazage du méthane sous le permafrost

          Inquiétant non !

          @+P@py


          • bulu (---.---.1.39) 25 septembre 2006 14:44

            Entre Mathieu et Gerardlionel, ca donne pas beaucoup d’espoir. Pas etonnant que les gens fassent l’autruche.

            En fait, lire agoravox, prendre conscience des vrais debats et problemes, ca rend pas optimiste quand a l’avenir de nos societes. J’ai pas le moral le lundi moi smiley


            • Dominique Bied Dominique Bied 28 août 2010 23:00

              Au contraire, cela me motive pour bouger, agir, donne du sens à la vie puisqu’il y a défi et j’adore les défis difficiles. La vie, c’est le combat. Le long fleuve tranquille, c’est très chiant.


            • le gaz part ! (---.---.64.135) 25 septembre 2006 15:33

              Le premier des soucis du G8 et des petrochimies etait de récupérer le méthane emprisonné dans le permafrost .Cela pose de probleme d’extraction « insoluble » actuellement .Alors pour rentabiliser leur prospection ils « mettent la pression » ! Méthane,pétrole,geothermie « sous marine » il y a d’autres solutions .Quand à l’acidité oceanique comment se forme les sediments si ce n’est par oxydation ?


              • Pierrot (---.---.23.48) 25 septembre 2006 16:08

                Il faudrait dire et redire que la France est, parmi les pays industriels, celui qui émet le moins de CO2 tant par habitant que par unité de « PIB » ceci grace à l’importance de l’énergie nucléaire qui représente 78 % de la propduction d’électricité en France.

                Certains pays comme l’Allemagne, le Danemark, l’Espagne qui se glorifient de mettre en oeuvre des énergies renouvelables telles que l’éolien et le photovoltaïque sont des gros producteurs de polluants évalués en CO2 !

                Bien cordialement.


                • Babou (---.---.83.186) 25 septembre 2006 19:44

                  « Il faudrait dire et redire que la France est, parmi les pays industriels, celui qui émet le moins de CO2 tant par habitant que par unité de »PIB« ceci grace à l’importance de l’énergie nucléaire qui représente 78 % de la propduction d’électricité en France. »

                  Tes sources ?


                • martoni (---.---.18.6) 25 septembre 2006 20:55

                  Alors la rien de plus simple, il suffit de faire un petit tour sur google pour voir :

                  ministère de l’industrie http://www.industrie.gouv.fr/energie/statisti/se_co2ue.htm

                  Tonne équivalent carbone par habitants : Allemagne 3,01 Danemark 3,75 France 1,80


                • Dominique Bied Dominique Bied 28 août 2010 23:04

                  attention avec le nucléaire qui ne représente qu’une infime partie de la consommation d’énergie finale, tout mode énergétique confondue. Nous avons les mêmes problèmes que les autres pour le transport, le chauffage, l’agriculture, l’industrie. Nous devons faire autant d’effort que les autres. Ensuite, il faut voir cela sur une dynamique de temps plus grande. Le Danemark par exemple, a un grand programme de centrales cogénération biogaz qui n’émet pas de GES (à ne pas confondre avec le gaz naturel). 


                • Asp Explorer (---.---.82.42) 25 septembre 2006 20:21

                  Pour les innocents qui liraient tout ça et se feraient du souci, il est bon de rappeler à ce stade du débat que quel que soit l’aplomb avec lequel une affirmation est posée, on est toujours en droit de la mettre en doute. En ce qui concerne le réchauffement climatique :

                  - Il n’est pas prouvé, l’augmentation enregistrée ne dépassant pas les marges d’erreur des études (en particulier sur les mesures anciennes)
                  - S’il existe, il n’est pas prouvé qu’il soit dû aux activités humaines. Rappelons que la seule éruption du Pinatubo a craché plus de CO2 dans l’atmosphère que les industries de l’homo sapiens l’année où ça s’est produit. Il suffit que le soleil ai ses règles ou qu’on traverse un nuage ténu de poussières cosmiques pour changer le climat.
                  - Les modèles informatiques sont une vaste blague, quand on interroge les chercheurs, on s’aperçoit avec stupéfaction que l’on ignore presque tout de facteurs pourtant aussi évidents que la couverture nuageuse (alors ce qu’on dit du gulf stream dans les grands fonds...).
                  - Quand Nicolas Hulot, comme tant d’autres, braie à la télévision que si on a 30 degrés pendant dix jours en août, c’est à cause des 4x4 des Américains, même les scientifiques « réchauffistes » se détournent avec gêne tant ces élucubrations ne servent pas leur cause.


                  • mathieu (---.---.188.187) 25 septembre 2006 20:39

                    je ne dirai qu’une chose ouvre les yeux et dit moi si tu voi bcp d’insectes et souvien toi comment c’etait il y a 10 ans. Faut que tu arrete de penser que tout va bien et que l’etre humain est pure, la planete est a bout de souffle, j’espere que tu te reveillera, car le Pentagone, l’OTAN, l’ONU, ainsi que diverses organismes et scientifiques non alignés tirent tous la meme conclusion de la gravité et dramatique situation. Sa n’est pas passer a la television et sa ne fait que quelques lignes dans les grands quotidiens reconnu. Lors de la coupe du monde, je crois que c’est la norvege dont le premier ministre avec l’aide de l’europe ont decider de construire un bunker equipé pour resister aux cataclysmes climatiques et la probalitité de guerre nucleaire, construit en toute hate. C’est passé au journal de 13h et 20h entre 2 commentaires du mondial, l’information n’a fait que 30 secondes (j’ai compté), pour un journal de plus de 25 mn consacré au football. Les Etats unis ont eux aussi de construire sur une ile presque aussi grande que l’Angleterre auquel resite pas plus de 40 personnes, sa n’a fait que 30 secondes au journal de 20h. Un conseil cher ami lors de grands evenements sportifs attardez vous sur les grands projets et nouvelles lois, sa vous etonnerai quelque peut.


                  • Gerardlionel (---.---.35.103) 25 septembre 2006 21:06

                    Rassurez vous comme vous voulez ! Faites la politique de l’autruche et dormez tranquille ! Et avant tout informez vous !


                  • Asp Explorer (---.---.82.42) 25 septembre 2006 21:51

                    Les insectes disparaissent. Alors là, c’est vraiment le bobard le plus extraordinaire que j’ai jamais entendu. Oui, effectivement, je vois moins d’insectes qu’il y a dix ans. Il y a dix ans, je vivais en Lozère, aujourd’hui je suis à Paris, c’est peut-être lié.

                    Même si on le voulait, on ne pourrait pas faire disparaître les insectes. Même en faisant sauter la planète en coups de mégatonnes, on ne pourrait pas faire disparaître les insectes. On a essayé de faire disparaître certaines variétés de moustiques dans les années 60, avec d’énormes moyens et des tonnes de DDT, on a lamentablement foiré. L’impact d’une astéroïde énorme a éliminé les dinosaures du paysage il y a 65 millions d’années, sans impact majeur sur les principales familles d’insectes. Il faut dire qu’ils avaient déjà survécu à d’autres extinctions de masse, notemment celle du permien (250 millions d’années), où 95% des espèces de vertébrés avaient disparu... mais les deux-tiers des espèces d’insectes avaient survécu.

                    Rassurez-vous, ce ne sont sûrement pas trois vaches qui pètent dans les rizières de Thaïlande qui vont rayer de la carte ces remarquables arthropodes.


                  • -noID- (---.---.80.97) 26 septembre 2006 03:34

                    Bon d’ accord les insectes ne disparaissent pas...

                    Mais la Nouvelle Orléans OUI smiley


                  • Sebastopol (---.---.216.87) 3 octobre 2006 12:31

                    Partout en Europe, dans les zones de grandes cultures, les ruchers se vident. On estime à 30 % à 45% la perte que subissent les ruchers. (Les pertes dites « normales » sont estimées à 5 %).

                    « Quand les abeilles disparaîtront, l’homme disparaîtra » Einstein


                  • Alain (---.---.204.235) 25 septembre 2006 23:32

                    Le CO2 n’est pas un polluant !


                    • veridian (---.---.62.13) 25 septembre 2006 23:34

                      Ca dépend de ta définition du polluant.

                      On considère souvent comme polluant ce qui rend un milieu malsain ... donc à une certaine dose le CO2 est clairement un polluant.


                    • veridian (---.---.62.13) 25 septembre 2006 23:32

                      La planétologie comparée nous permet d’imaginer ce que pourrait-être la terre dans quelques (dizaines ? centaines ?) d’années.

                      En effet, la planète Vénus est victime d’un important effet de serre qui a « divergé ». Actuellement, la température au sol de Vénus est approximativement de 500°C, et la pression y est de 90 bars. La cause : trop de CO2 dans l’atmosphère.

                      Bien sûr ce n’est pas transposable tel quel au cas terrestre, notamment parce que Vénus est plus proche du Soleil que la Terre. Mais ceci tend à ptrouver qu’un effet de serre peut très bien s’emballer et « diverger » (pas de rétroaction négative).

                      Alors pour ma part, je suis assez pessimiste, d’autant plus que rien n’est vraiment fait, et rien ne le sera je pense, car business is business !


                      • Asp Explorer (---.---.82.42) 25 septembre 2006 23:52

                        Au commencement de la Terre, un peu après l’émergence des premières formes de vie microbiennes, il y a eu des impacts de planetésimaux. Il ne s’agissait pas de comètes ou d’astéroïdes « ordinaires » comme ceux qui causent les extinctions massives, et qui font quelques kilomètres ou dizaines de kilomètres de diamètre, mais de corps célestes de 500 km de diamètres. Que s’est-il passé alors ?

                        Eh bien, une grande fraction du projectile et de la croute terrestre se sont volatilisés sous forme de vapeur de roche (de la roche à l’état gazeux, à plusieurs milliers de degrés). Cette vapeur de roche a recouvert rapidement toute la terre. Les océans se sont évaporés en totalité en quelques jours, puis la croûte de sel résiduelle a fondu avant de s’évaporer à son tour. Bien sûr, la pression atmosphérique s’est élevée à des valeurs sans rapport avec ce qu’on connaît actuellement, probablement vers des valeurs vénusienne.

                        Et puis, l’équilibre thermique étant ce qu’il est, la terre s’est refroidie. La lave a plu, puis le sel, puis l’eau. Bizarrement, la vie a survécu et elle est revenue infester les océans comme avant. Et ça s’est produit à plusieurs reprises.

                        On ne connaît pas grand chose de la géologie vénusienne, mais on suppose que la pression atmosphérique supérieure est dûe à un volcanisme beaucoup plus actif que sur terre. Des relevés radar ont d’ailleurs mis à jour nombre de volcans qui semblent assez récents. Il est hardi d’extrapoler les conditions vénusiennes à la Terre, et c’est assez malhonnête de le faire à des fins politiques.


                      • mathieu (---.---.188.187) 26 septembre 2006 00:06

                        je ne savai pas que tu avaient des connaissances superieur a l’OTAN, l’ONU, le PENTAGONE, les milliers d’autres chercheurs et scientifiques. Franchement bravo !!!! tu m’impressionne car eux affirment les memes conclusions que moi ou plutot j’arrive aux meme conclusions qu’eux. Tu va avoir une belle surprise dans quelques années, toutes tes petites certitudes Made In TF1 ou Economiques, franchement sa n’a pas trop d’impact. Celui qui va etre tres desagreablement c’est toi et non moi, je tentai juste de te reveiller, enfin bon fait comme tu le souhaite, vous etes quelques milliards, alors bon sa va faire du beau grabuge quand sonnera le reveil, et c’est les gens comme moi qui vont bien s’amuser, d’ailleur je ricane, car sa a deja commencer et sa depasse largement les previsions. Ont bat tous les records et estimations tous les ans. Amuse toi bien cher ami.


                      • Asp Explorer (---.---.82.42) 26 septembre 2006 07:36

                        Je ne suis pas un climatologue du pentagone. Je suis juste un type qui utilise sa tête et qui ne croit pas systématiquement tout ce qu’on lui raconte.

                        Je pratique la bourse. A la bourse, on ne gagne pas nécessairement beaucoup d’argent, mais on apprend vite quelques leçons de vie. Par exemple quand on me balance une information, j’ai le réflexe de me demander :

                        Qui me donne cette info ?

                        Quel est son intérêt ?

                        Dans le cas qui nous intéresse, le « qui donne l’info » remonte toujours à la même source. Qu’on soit général au Pentagone, Grand Mufti en Norvège ou militant écologiste, tout le monde se base sur les prévisions des climatologues. Or, quelle est la différence entre un climatologue et un météorologue ?

                        Un météorologue s’intéresse au temps qu’il fera demain. C’est un métier dont l’utilité est indiscutable, pour les paysans, les marins, les organisateurs de compétitions sportives. Beaucoup de gens sont prêts à payer pour avoir ces prévisions, et donc, la science météorologique dispose de financements privés confortables.

                        La climatologie s’intéresse au temps qu’il fera dans un siècle. C’est une science qui utilise les mêmes moyens que la météorologie, des moyens cher (ordinateurs surpuissants, carottages de glaciers, satellites, ballons sondes), mais malheureusement, personne n’est prêt à payer pour savoir s’il pleuvra quand il sera mort. Donc, pour survivre, les climatologues ont besoin de financements publics. C’est à dire qu’ils ont besoin des impôts des contribuables. D’où la nécessité de convaincre les contribuables que s’ils ne financent pas la climatologie, les insectes vont disparaître, les océans vont submerger les pavillons de banlieue des honnêtes gens, il va faire 500° en été à la Bourboule et de façon générale, on va tous mourir. Pour avoir fait un peu de recherche scientifique, je sais comment tourne un laboratoire, et je sais que peu d’augustes professeurs font passer l’exigeance de rigueur scientifique avant les nécessités financières.

                        Et ça marche, parce que les média sont toujours clients de ce genre d’histoire, et que ce sont les média qui font bouger les politiques, et qui créent les « sujets de société », et qui...


                      • mathieu (---.---.133.191) 26 septembre 2006 08:41

                        j’avai bien compris meme avant que tu le dise que tu fait jou jou avec la bourse et que tu priai le veau d’or, vive l’argent non ? mais je suis dsl mais la Bourse ou l’Economie n’est pas comparable avec la realité de la situation. Peut m’importe que tu t’auto persuade que tout va bien, car c’est le contraire. Il serai tant que toi tu prenne tes propres responsabilités tout comme je le fait. La difference entre toi et moi, c’est que je n’est pas grand chose a perdre dans cette histoire, et toi tu a tout a perdre dont meme ton statut privilegier. Bien a toi


                      • (---.---.107.66) 26 septembre 2006 11:27

                        A Asp Explorer :

                        Un peu simpliste, ton explication « les climatologues ont inventé le réchauffement climatique pour obtenir des subventions ». Ce n’est pas parce que, effectivement, cela leur permet de récolter des fonds, que nécessairement c’est un mensonge... Cela ne démontre absolument rien.

                        C’est un très bon réflexe de te demander, quand on te donne une info, « Qui me donne cette info ? et »Quel pourrait être son intérêt à me donner cette info ?". Mais dans ce cas, ne vois-tu pas d’autres entités qui auraient intérêt à faire croire que le réchauffement n’existe pas, et que s’il existe, il n’est certainement pas dû aux émissions d’origine humaine ? L’industrie pétrolière, automobile, et aéronautique par exemple, entre autres ? Tu n’as pas remarqué que la plupart de l’immense minorité des scientifiques qui remettent en cause le réchauffement, sont assez intimemement liés à ces milieux ?

                        Et quel serait l’intérêt du GIEC à colporter sciemment ces mensonges ?

                        Ton objectif, dans ta démarche de dénégation du consensus scientifique, semble être uniquement de te rassurer toi-même, et de rassurer les autres. Tu es intervenu initialement pour rassurer « les innocents qui (...) se feraient du souci », comme pour te rassurer toi-même. Pourquoi n’envisages-tu pas que quelque chose de grave puisse survenir, et par notre faute ? Tu crois sans doute en un Dieu bienveillant qui nous protégerait au final, en dépit de ce que la science nous dit. C’est ton droit mais évite le prosélytisme, certains préfèrent encore accepter de voir les choses en face pour tenter de lutter contre les éventuels dangers qui s’annoncent.


                      • Asp Explorer (---.---.82.42) 26 septembre 2006 23:51

                        A « chépaki » :

                        Effectivement, ce n’est pas parce que les gens ont intérêt à mentir qu’ils mentent nécessairement. Néanmoins, la grande question ici, ce n’est pas de savoir s’il y a mensonge ou non. La question est de savoir si, sur la foi de recherches aussi douteuses dans leur méthodologie et aussi divergentes dans leurs résultats, il est bien raisonnable de demander à des centaines de millions de gens de dégrader leur mode de vie, de condamner le tiers-monde à ne jamais s’industrialiser et de bouleverser l’économie mondiale.

                        Pour ce qui est des « entités qui font croire que le réchauffement n’existe pas », il faudra me dire de qui tu parles. Depuis quand l’immense majorité des scientifiques remet en cause le réchauffement ? Pour ma part, je n’entends que quelques voix divergentes, toutes émanant de gens qui précisément, sont connus pour leur indépendance d’esprit. La communauté scientifique est particulièrement moutonnière, nombre d’exemples historiques sont là pour l’illustrer. Et les « intérêts pétroliers », je ne vois pas en quoi diaboliser leur produit les gênerait, vu qu’ils peinent déjà a satisfaire la demande. En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que s’ils ont comploté pour réduire au silence les réchauffistes, ça n’a pas très bien marché.

                        A mathieu :

                        Ta maman sait que tu traînes sur les forums au lieu de bûcher ta conjugaison ?

                        Sérieusement, je ne reprends jamais les gens sur leur orthographe, et je sais que dans ta tête c’est sûrement très clair, mais le problème c’est que quand on te lit, on ne comprend rien de rien !


                      • (---.---.107.66) 27 septembre 2006 11:40

                        A Asp Explorer :

                        « La question est de savoir si, sur la foi de recherches aussi douteuses dans leur méthodologie et aussi divergentes dans leurs résultats, il est bien raisonnable de demander à des centaines de millions de gens de dégrader leur mode de vie, de condamner le tiers-monde à ne jamais s’industrialiser et de bouleverser l’économie mondiale. »

                        La question pour moi est plutôt de savoir si, compte-tenu du consensus scientifique, compte-tenu du fait que le scénario qui est admis comme le plus probable à l’heure actuelle est un réchauffement de plusieurs degrés dans les prochaines décennies si nous ne baissons pas drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, il est bien raisonnable de NE PAS demander à des centaines de millions de gens (des pays industrialisés) de mettre le holà sur leur frénésie consumériste. Ce qui consiste effectivement à modifier leur mode de vie, mais sans pour autant nécessairement dégrader leur qualité de vie.

                        Comment la génération future nous jugera-t-elle si le réchauffement se produit comme prévu, que la planète devient désagréable à vivre (euphémisme), et que nous n’aurons rien fait contre alors que nous savions tout et qu’il suffisait que nous décidions de changer ? On leur dira : « Oui mais vous comprenez, on était pris dans une grosse machine économique, et puis on n’allait quand même pas changer nos petites habitudes, alors que, si ça se trouve, avec un peu de chance, les scientifiques se seraient trompés. »

                        Quant à l’industrialisation du Tiers-Monde... Mais qui, à l’heure actuelle, condamne le Tiers-Monde à ne jamais s’industrialiser ? Comment nous sommes-nous industrialisés, si ce n’est en profitant de cette énergie quasi gratuite et illimitée (à l’époque) qu’était le pétrole ? Comment les pays du Tiers-Monde s’industrialiseront-ils une fois que nous auront consommé, avec la goinfrerie qui caractérise notre civilisation de la voiture, la quasi-totalité des ressources pétrolières ?

                        « Pour ce qui est des »entités qui font croire que le réchauffement n’existe pas« , il faudra me dire de qui tu parles. Depuis quand l’immense majorité des scientifiques remet en cause le réchauffement ? »

                        Tu as mal lu mon message, je parlais de l’immense MINORITE des scientifiques qui remet en cause le réchauffement (dans le sens où ils sont extrêmement - immensément - minoritaires... c’est un peu malheureux comme expression, j’en conviens.)

                        « Et les »intérêts pétroliers« , je ne vois pas en quoi diaboliser leur produit les gênerait, vu qu’ils peinent déjà a satisfaire la demande. »

                        Ceci est vrai pour les producteurs de pétrole, mais ce n’est pas eux que je visais. Par contre : est-ce dans l’intérêt de Total, Renault, Peugeot, etc, que l’on recommande partout de ne plus utiliser la voiture pour se déplacer ? Et bien non.

                        « En tout cas, le moins qu’on puisse dire, c’est que s’ils ont comploté pour réduire au silence les réchauffistes, ça n’a pas très bien marché. »

                        C’est un point de vue que je ne partage pas. Je trouve que les « contradicteurs du réchauffement » ont été surmédiatisés ces dernières années compte-tenu de leur archi-minorité. C’est sans doute un peu moins vrai ces temps-ci néanmoins. Mais quand on voit que les Etats-Unis n’ont pas ratifié le protocole de Kyoto, et pour quelles raisons, on peut se dire qu’au contraire, ça a plutôt pas mal marché.


                      • Sebastopol (---.---.216.87) 3 octobre 2006 12:46

                        je te conseille le site http://www.greenfacts.org/fr/dossiers/changement-climatique/niveau-1.htm#9

                        Les membres de cette association sont les différents intervenants des débats sur l’environnement et la santé : institutions scientifiques, ONG, et groupes industriels (dont chimiques). Ils tentent donc d’établir des « consensus scientifiques » sur les grandes questions environnementales actuelles. Vu leurs sponsors industriels tu devrais leur accorder un minimum de confiance...


                      • mathieu (---.---.133.191) 26 septembre 2006 12:03

                        je ne savai pas que c’etait moi qui faisait de la negation scientifique, etre en accord avec ce qu’ils disent c’est les refuté ? et etre en desaccord avec eux c’est montré que tu est pleinement avec eux ?. Tu frise la schyzophrenie franchement, ton bla bla a deux francs ne m’interesse pas, va faire joujou avec tes actions a la bourse. M’engager dans un dialogue ou tu dit le contraire de tout et n’importe quoi ne m’interesse pas, je ne joue pas dans la meme cours que toi. allez salut, bien a toi.


                        • mathieu (---.---.133.191) 26 septembre 2006 12:08

                          A Asp Explorer : le message est le meme plus haut et il est pour toi

                          je ne savai pas que c’etait moi qui faisait de la negation scientifique, etre en accord avec ce qu’ils disent c’est les refuté ? et etre en desaccord avec eux c’est montré que tu est pleinement avec eux ?. Tu frise la schyzophrenie franchement, ton bla bla a deux francs ne m’interesse pas, va faire joujou avec tes actions a la bourse. M’engager dans un dialogue ou tu dit le contraire de tout et n’importe quoi ne m’interesse pas, je ne joue pas dans la meme cours que toi. allez salut, bien a toi.


                          • (---.---.107.66) 26 septembre 2006 14:02

                            mathieu, par pitié, apprends à lire.


                          • Asp Explorer (---.---.82.42) 26 septembre 2006 23:49

                            ...et à écrire aussi.


                          • Pierrot (---.---.23.48) 1er octobre 2006 22:52

                            A Mathieu, il faut toujours lire les speudo informations d’organisations se prétendant écologiques avec un esprit critique scientifique. Ces sectes d’ignorants diffusent souvent des informations anxieugènes sans fondements réels.

                            Quant aux rapports du GIEC, (le dernier est celui de 2001, le prochain sera publié en 2007, si vous lisez les informations des scientifiques climatologues, les affirmations sont prudentes compte tenu des grandes marges d’incertitudes et des paramètres non pris en compte actuellement (nuages, échanges thermiques océaniques, activité solaire, volcanisme, refroidissement avéré des hautes couches de l’atmosphère etc.).

                            Par contre le rapport synthétique du GIEC, rédigé et diffusé par les « politiques », ne prend pas en compte ces réserves et procède par affirmations brutes. C’est ce dernier rapport qui est lu par les journalistes ignorants et recherchant l’appat du gain facile par effet de « scoops ».


                          • Dominique Bied (---.---.89.36) 1er octobre 2006 23:35

                            Nous ne sommes absolument pas des sectes diffusant des informations anxiogènes. Ce genre d’allégation est une insulte à l’énorme travail que nous réalisons plusieurs heures par jour à lire les rapports de recherche, à vérifier les informations à la source, à interroger directement les chercheurs qui travaillent sur le terrain pour avoir des confirmations ou des informations en avance de phase sur les rapports officiels, à chercher, parmi la communauté scientifique de nouvelles pistes de production optimisés en impact sur l’environnement, etc...

                            C’est vrai que les incertitudes, au sens physique du terme, sont grandes. Il n’empêche qu’aujourd’hui la réalité du réchauffement climatique dû à l’action de l’homme ne fait quasiment plus de doute. La levée des incertitudes nous donnera des éclairages sur la vitesse de celui-ci, son accélération, sur la résolution et la précision des modèles, mais pas sur son existence. Le dégazage des clathrates (hydrates de méthane) dans le grand Nord est déjà une réalité mesurée depuis 5 ans environ. N’oubliez pas que déjà à la fin du 19ème siècle Arrénhius, un des plus grands scientifiques du moment pressentait la corrélation entre la concentration de carbone dans l’atmosphère, l’impact de l’homme et la température moyenne de la planète.

                            L’ensemble des évènements thermiques et climatiques qui se sont produits ces dernières années ont confirmé la prédiction des modèles.

                            Le problème avec cette histoire, c’est que l’on a pas de joker. On n’a pas le luxe d’attendre de savoir si cela est vrai. Alors, prenons des mesures pour avoir des modes de vie les plus économes possibles en énergie. Et cela ne veut pas dire forcément sacrifier du confort, mais investir largement dans l’innovation. Exemple : il est tout à fait possible, à confort égal, de diviser par 4 la consommation des maisons en chauffage, de diviser par 4, à confort et souplesse de mobilité égale, le trafic automobile urbain, de développer l’agriculture biologique et de l’agriculture sans arrosage (technique BRF) etc....Prendre en compte cette contrainte n’est pas de l’obscurantisme, mais est un formidable support pour de nouvelles idées de produits et de services.

                            Lorsqu’une entreprise a ses comptes dans le rouge, cela peut être certes anxiogène et générer des peurs. Mais alors elle est sûre de mettre la clé sous la porte pour cause de paralysie. Si au contraire, elle remet en cause son organisation, sa stratégie, alors elle perdure et se développe. C’est exactement ce qu’il faut faire avec l’effet de serre, regarder ce problème en face, en percevoir l’urgence, et se retrousser les manches pour ne pas faire de fuite en avant, mais remettre en cause nos modes de vie et nos organisations, sans pour autant revenir à l’âge de pierre. C’est le défi qui nous est proposé. Et j’aime bien relever les défis. C’est plutôt euphorisant. Cela donne du sens à une vie bien remplie, et non à une vie de consommateur que l’on gave comme une oie.


                          • Gasty (---.---.169.137) 1er octobre 2006 10:07

                            Pour les moins jeunes, souvenez-vous du paquet d’insectes collés au par-brise de votre voiture et sur la callandre.

                            Est-ce un meilleur aérodynamisme ? je n’ai pas de réponse, uniquement une constatation et pas forcement dû d’ailleur au réchauffement mais aux traitements agricoles.


                            • jeffsurmer (---.---.2.4) 4 octobre 2006 18:06

                              Cher dominique Bled,

                              Je suis tout à fait d’accord avec vos propos, il est exact de se remettre un peu en question.... simplement.... essayons de ne plus consommer à outrance pour rien (Ex : vente en flèche des téléviseurs LCD rien que pour une coupe du monde ) et surtout éduquons un peu mieux nos enfants....


                              • Internaute (---.---.147.40) 4 octobre 2006 20:34

                                Les insectes meurent à cause des insecticides et les hirondelles disparaissent. C’est un fait regrettable mais localisé à l’Europe.

                                La Terre se réchauffe, c’est un fait. Lorsqu’on regarde la courbe de la taille du glacier d’Argentière depuis 1820 jusqu’à nos jours elle suit une pente décroissante trés régulière. Chose étonnante en 39-45 les choses vont mieux, la courbe remonte ! Y a-t-il une relation de cause à effet ? smiley Trêve de plaisanterie on ne voit nullement part l’impact de l’industrialisation. Bien que l’auto ait été inventée au tournant du siècle il a fallu attendre 1960 pour que sa quantité sur nos routes devienne significative.

                                Alors, l’homme est-il vraiment responsable ? Peut-être un peu mais même si on retournait à l’âge de pierre je doute que cela ait une grande influence sur les les événements.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès