Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le point sur la pêche du thon et de la baleine au Japon

Le point sur la pêche du thon et de la baleine au Japon

S’il n’y avait point de baleine, il n’y aurait point de rouge pour nos lèvres comme aurait pu clamer Voltaire à son époque. On a encore à l’esprit cette publicité à la télévision française « le thon, c’est bon ! » Histoire de reconversion et de ressourcer, peut-être aussi que, l’industrie cosmétique aimerait fabriquer de nouveaux rouges à lèvres pour nos charmantes femmes avec la graisse de baleine comme au bon vieux temps, et que nous prendrions plaisir à les embrasser en ayant une pensée sympathique mais triste à l’égard de ces gros mammifères sacrifiés. A condition toutefois, de ne pas avoir le sentiment malsain d’embrasser une baleine ou un thon ! De même que, l’industrie de l’alimentation pour régaler nos bien aimés chiens et chats pourraient également trouver un certain intérêt à récupérer les restes de ces monstrueux cétacés, « Cho kawaii neeee ! » (comme on dit au Japon en regardant une jolie fille ou une baleine, peu importe..), pour les broyer et les mettre en boîte, comme ils le font déjà avec le thon. Ainsi, toute la filière industrielle et commerciale vivant du thon se sent également menacée si celui-ci vient à se raréfier. C’est pourquoi les lobbys du thon tentent de pousser les décideurs à remettre radicalement en question l’existence du moratoire ; lequel avait été mis en place sous la bénédiction des grandes pêcheries baleinières en 1946 qui étaient elles-mêmes menacées d’extinction tout comme ces merveilleux mammifères dont l’intelligence serait à notre image parait-il ?

Pour les affaires, le thon, c’est toujours bon, mais pas la baleine ! Dans le quartier de Tsukiji à Tokyo, il y a le plus important marché de gros de produits marins du monde, où l’on négocie chaque jour 800.000 tonnes de poissons de 500 espèces différentes, le thon rouge est le plus prisé, surtout le filet de « maguro » (thon, en japonais). Un thon peut se vendre environ 100/120 euro le kilo et la demande est toujours en augmentation.

le Japon ne croit pas à la chute des ressources marines, ni la FAO (Organisation mondiale pour l’Alimentation et l’Agriculture), ni la plupart des pays vivant de la pêche et les professionnels de la pêche. Tous contestent l’étude alarmante de la revue américaine Science prévoyant avant 2050 l’épuisement des ressources marines si la pêche et la pollution poursuivent leur rythme actuel. Mais tout le monde s’accorde sur la nécessité d’une baisse impérative des quotas.

Adoption du premier plan mondial contre la surpêche du thon

Selon les scientifiques, le nombre actuel de prises est trois fois supérieur à celui qui permettrait un renouvellement de l’espèce, notamment, en raison de l’intérêt planétaire pour la cuisine japonaise qui fait largement appel au thon cru sous forme de « sushi » et de « sashimi » et de la demande de plus en plus forte venant de Chine.

La conférence de Kobe a réuni en janvier 2007 pour la première fois les cinq organismes de régulation mondiaux de la pêche au thon : la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique ; la Commission des pêches du centre-ouest de l’océan Pacifique ; Commission des thonidés de l’océan Indien ; la Commission interaméricaine du thon tropical et la Commission de conservation du thon rouge du sud. L’ensemble de ces organisations regroupent plus de soixante pays.

Ils ont adopté le premier plan mondial de protection du thon menacé par la surpêche. Ce plan vise à coordonner les politiques des cinq organismes en matière de contrôle du commerce mondial du thon grâce à des systèmes d’étiquetage, de partages d’informations et de mises en commun des listes noires de navires pratiquant une pêche illégale. Les signataires du plan reconnaissent "la nécessité critique de stopper le déclin des stocks de thons décimés, et de ramener ces stocks à des niveaux durables".

Quant au Japon, de loin le premier consommateur mondial de thon, il promet de diminuer ses prises en passant de 2.830 tonnes (en 2006) à 2.175 tonnes en 2010, soit une réduction de 23%. En novembre 2006, les quotas de pêche au thon en Méditerranée et dans l’Atlantique avaient été fixés à 32.000 tonnes en 2006 pour passer à 25.500 tonnes d’ici 2010. Le Japon, la Corée du Sud et Taiwan vont créer un système de surveillance par GPS des bateaux de pêche au thon dans la partie centre-ouest de l’Océan Pacifique, à partir de janvier 2008. Environ deux cents bateaux de pêche au thon immatriculés dont trente-cinq japonais, devront obligatoirement être équipés d’un terminal GPS. Chaque pays coopèrera pour le développement d’un système de gestion concentrée des données de navigation, le Japon prenant en charge 25% des frais. Cette région est en retard dans le domaine de la surveillance sur les quatre autres organismes régionaux de pêche au thon. La prochaine étape est de surveiller les pays de façon à ce qu’ils n’exportent pas plus que leurs quotas de pêche.

Il y a encore vingt ans, le thon pêché le long des côtes du Japon suffisait. Aujourd’hui, il faut en importer en énormes quantités, de l’Atlantique, de la Méditerranée et de plus loin dans le Pacifique. Des fermes d’élevage italiennes, françaises, espagnoles, canadiennes et même croates élèvent uniquement pour le Japon, des thons nourris de sardines et de maquereaux. Mais pour satisfaire la demande japonaise même les importations ne suffisent plus. Alors la baleine semble constituer une bonne alternative pour le Japon et pourquoi pas pour la planète entière ?

Le retour de la baleine au menu des Japonais.

Après la Seconde guerre mondiale les Japonais consommaient de la baleine, c’était beaucoup moins cher que la viande qui était plutôt rare à l’époque. La consommation a progressivement diminué, puis brusquement chuté, lorsque le prix a grimpé après la mise en place du moratoire interdisant la pêche commerciale en 1986.

Il est bon de rappeler les circonstances de l’adoption du moratoire sur la chasse à la baleine de 1982 A sa création en 1946, la Commission Baleinière Internationale ne comptait que douze États membres qui pratiquaient tous la chasse à la baleine. Leur nombre est resté relativement stable jusqu’en 1978 où ils n’étaient que 16. Puis il est brutalement passé de 16 à 39 membres entre 1978 et 1982. Presque tous les pays qui ont rejoint la CBI n’ont jamais pratiqué la chasse baleinière et des petits pays ont intégré la CBI sollicités par des organisations non gouvernementales contre cette chasse et qui ont en échange payé les frais d’adhésion et de déplacements de leurs délégations dans le but obtenir les trois quarts des votes nécessaires à l’adoption du moratoire sur la chasse à la baleine. La Norvège, le Japon, l’URSS et le Pérou se sont opposés à l’adoption du moratoire mais sous la pression des États-Unis, qui menaçait de prendre des sanctions économiques, le Japon a finalement adopté le moratoire.

La pêche commerciale de la baleine est interdite depuis 1986 par la Commission Baleinière Internationale (CBI). Au début février 2007, le Japon a convoqué la CBI en réunion extraordinaire avant la conférence annuelle de mai. L’objectif était de rétablir le dialogue entre les membres de la CBI, divisés entre adversaires et partisans de la pêche commerciale. Pour le gouvernement japonais le moratoire n’a plus de raison d’être, étant donné que certaines espèces de baleines se sont suffisamment reproduites pour recommencer la pêche commerciale.

Le Japon avait invité à Tokyo l’ensemble des 72 pays membres de la CBI, mais seulement 35 pays ont répondu à l’appel. Au moins 26 nations occidentales opposées à la pêche, dont la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont décidé de boycotter cette réunion. En revanche, le Danemark, considéré comme un pays influent au sein de la CBI, y participe, au grand étonnement des organisations écologistes.

La Commission baleinière internationale (CBI) a décidé, lors de sa réunion à Tokyo, qu’il est nécessaire de reprendre la pêche commerciale à la baleine. Le document final, qui sera soumis à la séance plénière de la CBI en mai prochain, fait ressortir la nécessité d’autoriser le Japon et d’autres pays à pêcher la baleine dans les zones côtières en quantité restreinte. Le Japon s’est jusqu’à maintenant conformé au moratoire mais, avec l’Islande et la Norvège, ils ont décidé de profiter de la disposition du texte permettant de pêcher la baleine dans un objectif purement scientifique. Car l’article VIII de la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine permet que la viande des baleines capturées pour la recherche scientifique soit exploitée à des fins industrielles et commerciales.

Toute la difficulté est d’arriver à écouler les stocks de viande de baleine, lesquels s’élevaient en novembre 2006 à 4403 tonnes contre 3634 tonnes fin 2005. Selon les statistiques japonaises du Ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche, la consommation de viande de baleine a augmenté d’environ 40% entre décembre 2005 et décembre 2006 (de 5955 tonnes en 2005 à 8558 tonnes en 2006).

Les jeunes ne veulent pas manger de la baleine crue ni du blanc de baleine bouilli, alors des restaurants commencent à proposer des sandwiches de viande de baleine accompagnés de salade, de mayonnaise ou de ketchup. La baleine revient au menu des hôpitaux qui vantent sa richesse en protéines et aussi dans les bars à sushi. Mais dans le fond, les Japonais n’ont pas vraiment envie de se remettre à manger de la baleine, même s’ils ont dû le faire dans le passé. Ils préfèrent aujourd’hui aller les observer au large d’Okinawa ou le long de côtes de l’Alaska, car elles deviennent de plus en plus une attraction pour les touristes tout comme les dauphins. Mais la baleine pourrait, à l’avenir, plus souvent entrer dans la composition des sushis, même si le thon a bien plus de goût et que la viande de baleine ne fait plus partie de l’alimentation quotidienne. Le gouvernement a l’intention de mener une campagne nationale pour inciter les Japonais à consommer de la baleine en vue de liquider les stocks et d’intensifier leur pêche pour se préparer à une forte diminution du thon sur le marché dans les années à venir. Contrairement à ce que les Occidentaux peuvent penser, la viande de baleine n’est pas considérée comme un met de luxe au Japon.

Mais la baleine peut nous fournir beaucoup plus que de la nourriture (protéines et graisse) ; huile (huile à lampe, savon, margarine, crème glacée, encre d’imprimerie, cosmétiques, bougies, lubrifiant) ; bijoux et artisanat avec l’ivoire des dents ; intestins séchés utilisés pour réaliser des cordages et toutes sorte de brosses, produits cosmétiques dérivés et produits pharmaceutiques dérivés, etc..

Ni le Japon, ni l’Islande et la Norvège ne peuvent justifier la chasse aux grands cétacés pour des raisons économiques car tout ce que la baleine peu nous procurer en produits dérivés, nous avons les moyens de les fabriquer autrement. Il n’existe plus de justification du domaine de la recherche scientifique non plus. Selon l’organisation internationale WWF, sur plus de 24000 baleines, 7000 ont été pêchées au nom de la science. Le Japon continue à pêcher environ 450 à 650 baleines par an. Même si les scientifiques japonais étaient de grand passionnés des baleines, on a pas besoin d’en pêcher autant pour les étudier, surtout avec les moyens technologiques d’aujourd’hui. Il faut rappeler aussi que les baleines ne sont pas responsables de la disparition des poissons car elles ne se nourrissent que de plancton.

Alors thon ou baleine (maguro, kujira ?) au repas pour les Japonais ? Peut-être que la question ne se pose pas vraiment, car le japonais est aussi une espèce en voie d’extinction, on prévoit que la population japonaise aura diminuée de moitié vers 2050 à cause de la forte baisse de natalité. On pourrait leur conseiller de manger plus souvent de la viande bovine à condition d’autoriser davantage les importations pour faire baisser les prix qui sont d’ailleurs plus élevés que ceux du poisson. Le Nippon sans thon, ce serait vraiment la fin du Japon !

Documents joints à cet article

Le point sur la pêche du thon et de la baleine au Japon Le point sur la pêche du thon et de la baleine au Japon Le point sur la pêche du thon et de la baleine au Japon

Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 9 mars 2007 15:17

    ici ça fait 3 ans qu’il y a nib de nib aux concours de pêche au gros à fos sur mer et à port de bouc . Les pêcheurs locaux sont tellement cons qu’ils ont empêché le bâteau de green peace de venir dans le pot de Marseille rappeler l’évidence , trop de pêche au thon fait disparaitre le thon !

    Et dire qu’il y a dix ans , on voyait encore des pièces de 2 à 300 kilos ...... smiley


    • delf (---.---.183.27) 11 mars 2007 08:05

      merci pour votre article, très intéressant, mais... mais il me semble que la presse en général contribue à confondre un peu toutes les espèces de thons et thonidés en « thon rouge menacé ». En effet, si le thon rouge est l’espèce qui pose le plus de problèmes, là-dessus les scientifiques sont unanimes et les Etats préoccupés, toutes les espèces de thonidés ne sont pas exploitées au même niveau et ont des cycles de vie sont très différents. Il faut donc crier « au feu » pour certaines, mais ce n’est pas le cas de toutes. Et le plan adopté à Kobe n’est pas un plan « contre la surpêche actuelle du thon » de manière générale, puisque toutes les espèces ne sont pas surpêchées, mais un plan devant permettre aux 5 ORP thonières de mettre leur action en commun afin par exemple de lutter contre certains fléaux tels la pêche illégale, ou de travailler ensemble à améliorer leurs connaissances ou la prise en compte de l’environnement en mettant leurs études en commun. L’idée est d’harmoniser les mesures de façon à ce que la pêche soit gérée à l’échelle mondiale, ainsi que la commercialisation : les circuits de commercialisation doivent être mieux contrôlés afin d’éviter les défauts de déclarations ou les captures excédant les quotas, lorsque ceux-ci sont mis en place (ce qui n’est pas le cas pour toutes les espèces). on ne peut pas parler de « surpêche mondiale du thon », même s’il est vrai que l’état de certains stocks est plus que préoccupant et qu’il faut agir vite, ni même encore de « plan de gestion global », car les mesures mondiales ne sont pas encore prises. Même si des avancées ont été faites, on ne peut et on ne pourra gérer la pêche que stock par stock (tout en maintenant une cohérence entre la gestion de chacun des stocks afin d’éviter que des problèmes sur l’un ne se répercutent sur d’autres).


      • Marc Delplanque 11 mars 2007 09:50

        Non à la censure sur Agoravox Tout d’abord, je voudrais vous dire que le titre principal de cet article n’est pas le mien. Je m’adresse à la rédaction de Agoravox qui a changé le titre sans m’avertir. Sachez qu’on ne dit pas : « Le point sur la pêche du thon et de la baleine » mais plutôt : le point sur la pêche au thon et à la baleine » en français correct !? Et que le vrai titre est : « Pour les Nippons, « c’esthonlavie » ! » Il n’y a absolument pas d’erreur de ma part, ok ! C’est un jeu de mot car on colle très souvent les mots occidentaux ensemble au Japon, que ce soit dans les enseignes commerciales ou bien pour exprimer quelque chose, et parce qu’au Japon « c’esthonlavie » signifie que la vie sans thon pour les Japonais, ça ne vaut pas la peine de vivre ! C’est la mort du Japon tel qu’on le connais et qu’on le vit. Do you understand ?? Alors, ce n’est surtout pas un illettré qui va me dire ce que je dois mettre comme titre sans même m’avertir au préalable. Et si vous ne comprenez pas cela, venez vivre au Japon et vous comprendrez. Car ce sujet n’est pas une mise au point sur la pêche au thon et à la baleine, si cela l’était, j’aurais traité le sujet différemment et d’une manière plus technique et détaillée sur les quotas. Ce n’était pas mon but. Mon idée est de me poser la question de savoir ce que vont manger les Japonais demain : du thon ou bien de la baleine ? D’autre part, j’avais placé plusieurs images accompagnant le texte, et qui étaient liées effectivement avec mes propos. Il s’agissait d’une image présentant un plat de sashimi au thon et d’une autre représentant un plat de sashimi à la baleine ; puis d’une image de boites de conserves de baleine très connue au Japon, et enfin, en introduction du texte, une image de lèvres en gros plan car je parle du rouge à lèvres à base de graisse de baleine qui pourrait revenir à la mode, mais peut-être bien que les l’industrie cosmétique japonaise l’utilise encore ! Car que faire des stocks de baleines invendue, même si on mange la viande, il y a encore beaucoup d’autre éléments dans la composition de la baleine qu’on ne va tout de même pas jeter ? Sinon pourquoi pêcher la baleine ? Autre mise au point en relation avec le commentaire. Bien entendu, il aurait mieux valu que je mette un titre différent, vous avez raison et je vous remercie me donner l’occasion d’éclaircir ce point. Concrètement, il ne s’agissait effectivement pas de fixer des quotas mondiaux pour limiter la surpêche. Mais l’idée, c’est bien de coordonner les politiques fixant les quotas de chacun des organismes de régulation. Donc, implicitement, le plan est basé sur le contrôle du respect des quotas dans chaque zone concernée et donc de lutter contre la surpêche. L’axe majeur de ce plan est de coordonner les politiques des cinq autorités de régulation de la pêche au Thon. Lesquelles continuent de décider chacune séparément de fixer leurs quotas de pêche en ce qui concerne leur propre zones géographiques. La conférence avait seulement pour but de la création d’un mécanisme de coordination entre les cinq organismes de régulation au moyen : de systèmes d’étiquetage, de partage d’informations, et de mise en commun des listes noires des bateaux pratiquant une pêche illégale. Évidemment, aucun système mondial de quotas de pêche n’a été fixé car ce n’était pas le but de la réunion. Il est certain que, si on avait essayé d’inclure des objectifs chiffrés de quotas mondiaux à ne pas dépasser, la négociation n’aurait jamais aboutie à l’adoption d’un plan. Mais il nous reste à attendre de voir si les engagements pris se traduiront vraiment par des actions concrètes. Par ailleurs si on voulait vraiment mettre en place un plan de régulation mondial de la pêche au thon, il faudrait tout d’abord créer une véritable et unique organisation internationale de régulation, laquelle pourrait regrouper en son sein les cinq organismes régionaux. En conclusion, un plan mondial ne serait envisageable que sous la surveillance d’une autorité globale. Et il semble bien, que nous ne soyons pas encore prêt à accepter cela sauf si avec le temps la situation empire.


        • aurelien (---.---.251.138) 14 mars 2007 14:44

          J’ai noté un changement salutaire dans votre expression et votre pensée depuis quelques articles. Je tenais à le remarquer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès