Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des OGM autorisés dans les produits « bio »

Des OGM autorisés dans les produits « bio »

Un label "bio" européen qui autorise les pesticides

Les produits biologiques vendus en Europe pourront dorénavant contenir des résidus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, conformément à un nouveau règlement européen qui est entré en vigueur ce 1 janvier 2009.

Adopté en juin 2007 par les ministres européens de l’Agriculture, ce nouveau texte législatif autorise la présence « fortuite ou techniquement inévitable » d’OGM à hauteur de 0,9% dans les produits « bio ». Au-delà de ce seuil, ces aliments devront être étiquetés comme contenant des OGM. En deçà, aucune indication au consommateur n’est prévue.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement belge, Benoît Lutgen, rappelle sur RTLinfo que ce nouveau règlement sur l’étiquetage des produits bio est en totale contradiction avec les objectifs de développement d’une « agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité ». Et pour cause !

Le règlement [1] commence par rappeler une évidence, à savoir que « les organismes génétiquement modifiés (OGM) et les produits obtenus à partir d’OGM ou par des OGM sont incompatibles avec le concept de production biologique et avec la perception qu’ont les consommateurs des produits biologiques. Ils ne devraient donc être utilisés ni dans l’agriculture biologique ni dans la transformation des produits biologiques ».

Avant d’ajouter : « L’objectif est d’avoir une présence d’OGM dans les produits biologiques aussi réduite que possible. Les seuils d’étiquetage existants constituent des plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM. »

La contamination

On se souvient que deux agriculteurs spécialisés dans la culture de maïs alimentaire biologique, Julien et Christian Veillat avaient déposé une plainte car leur production avait été contaminée par des gènes de maïs transgénique, alors même que les parcelles de maïs OGM les plus proches étaient distantes de plus de 35 kilomètres de leurs champs. Ce n’est pas un cas isolé : de nombreux autres cas sont apparus : contaminations par pollinisation, pendant la récolte, le transport, la transformation ou la distribution du produit. Il faut rappeler que la contamination d’aliments par des organismes génétiquement modifiés peut se produire tout au long de la chaîne alimentaire, tel que le démontrent les études scientifiques réalisées à ce sujet [2]. L’augmentation des cas de contaminations OGM est même extrêmement préoccupante. Dès 2002 les Verts alertaient déjà sur la contamination lente et irréversible du territoire français par les produits transgéniques (OGM : La contamination s’étend, 9 août 2002).

Mais détecter la présence de gènes manipulés coûte cher et seules quelques grosses associations, comme Greenpeace et Genewatch le font, partiellement, et uniquement à partir des accidents de contamination identifiés.

Ce nouveau règlement européen rappelle ainsi à ceux qui en doutaient qu’on ne parle plus aujourd’hui « de risque de contamination par les OGM », la contamination par dissémination de produits transgéniques dans l’environnement est maintenant plus qu’avérée, elle est convenue : elle est en train de se produire.

Il est impossible d’organiser la coexistence entre variétés transgéniques et conventionnelles : la pollution génétique est scientifiquement inévitable.

Ce nouveau règlement étend donc aux produits « bio » les dispositions européennes déjà en vigueur depuis 2004 pour l’ensemble des aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

Vu qu’il est prévisible qu’à terme tous les produits de l’agriculture et donc tous nos aliments seront contaminés par les organismes transgéniques, les décideurs politiques viennent donc d’autoriser la présence d’OGM, en deçà d’un certain seuil (0,9%) dans les éléments étiquetés « biologiques ».

On peut supposer que lorsque la contamination par les semences transgéniques va progresser, il suffira à nos brillants politiques de pondre un nouveau règlement permettant, d’augmenter ce seuil, de revoir à la hausse les « plafonds qui sont exclusivement liés à la présence fortuite et techniquement inévitable d’OGM » : ainsi, rêvons qu’en 2060, seront probablement considérés comme aliments issus de l’agriculture biologique des produits agricoles contenant un taux de gêne transgénique inférieur à… disons… 20%. Voire plus. Tout dépendra probablement du degré de contamination...

Tous les scientifiques savent en effet maintenant qu’il va y avoir contamination. Une étude de Greenpeace montre clairement que la coexistence est un leurre : « les cultures d’OGM à grande échelle empêchent définitivement les consommateurs et les producteurs de choisir des produits ou des semences sans OGM. » [3]

« Ce n’est qu’une question de temps » rappelle le microbiologiste Ignacio Chapela [4].

« Ce n’est qu’une question de temps. Cela mettra, par exemple, plus de temps pour le riz, beaucoup moins propice aux croisements que le maïs, mais c’est inéluctable. On rencontre le même problème avec les espèces invasives. La « coexistence » est un concept clé inventé par l’industrie biotechnologique pour négocier le fait que la contamination génétique par les OGM est une réalité, c’est la stratégie du cheval de Troie . »

Un logo « bio » européen

Un label européen, associé à de nouvelles normes a été décidé par le Conseil des ministres de l’Agriculture des 27. Il sera obligatoire sur les emballages à partir du 1er janvier 2009 (la date a été repoussée au 1er janvier 2010)

Outre l’introduction de ce seuil controversé de 0,9%, le nouveau texte établit une série de règles fondamentales pour l’agriculture biologique en Europe. Ainsi, seules les denrées alimentaires contenant au moins 95% (en masse) d’ingrédients biologiques pourront porter le nouveau logo biologique européen.

Auparavant, pour bénéficier de cette appellation il suffisait qu’un produit fini contienne au moins 70% d’ingrédients biologiques : dans le cas contraire il était interdit de faire allusion au mot « biologique » sur un produit.

Aujourd’hui, comme l’explique Henri Thepaut, président de la FNAB (Fédération nationale de l’agriculture biologique) : « il suffira de 5% d’ingrédients bio. Dès lors qu’on mettra une fraise bio dans un yaourt, on pourra le dire sur le paquet". »

Ce nouveau "label" aurait normalement dû faire son apparition ce 1er janvier, en même temps que le nouveau règlement, mais son introduction a été reportée.

Soyez donc patients. Il vous faut attendre encore un peu avant de pouvoir acheter des produits « bio européen » ne contenant pas plus de 5% d’OGM…

Bon appétit.

__

Les amis de la Terre et d’autres ONG dénoncent le fait que ce nouveau label autorise l’usage des pesticides et que la Commission s’aligne de fait "sur les exigences des multinationales et veut rabaisser l’agriculture bio au niveau de l’agriculture dite « raisonnée » qu’elles soutiennent".


A lire :

L’impossible coexistence (pdf). 7 années d’OGM et de contamination du maïs biologique et conventionnel : une approche à partir des cas de la Catalogne et de l’Aragon.

Les produits bio pourront contenir des OGM

Décision européenne : les produits bio pourront contenir des OGM !

La contamination par les OGM est inéluctable

OGM Contamination Register 2007

L’Espagne contaminée par les OGM... Va-t-on laisser la même catastrophe se produire en France ?

Des sites :

Combat Monsanto

Greenpeace

Les Amis de la Terre

 

[1] Conseil relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques et abrogeant le règlement (CEE) n° 2092/91

[2] http://www.europa.eu.int/comm/food/fs/sc/scp/index_en.html

[3] L’Espagne contaminée par les OGM

[4] microbiologiste et professeur à l’université de Berkeley en Californie. Ses travaux ont connu un retentissement mondial à l’occasion de la publication dans la revue Nature, en 2001, de preuves de contamination par du maïs OGM de variétés natives des hauts plateaux mexicains d’Oaxaca. Interview à lire sur le site du Collectif 29 Mai


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 13 janvier 2009 11:14

    Avec Monsanto qui sétend avec l’aval des gouvernements, il faut de toutes manières s’attendre eu pire.


    • Scloud 13 janvier 2009 12:01

      Le pire serait que sous la pression populaire du monde occidental, les grands goupes semenciers
      se désintéressent des biotechnologies, sans amélioration des espèces végétales cultivées, l’humanité
      serait rapidement exposée à l’agravation des déficits alimentaires. Or il y a urgence !
      La seule parade connue aux PGM ( Plantes Génétiquement Modifiées) est la réduction significative de la population mondiale, celle ci arrivera encore plus vite si l’on persiste à vouloir refuser l’accès pour la majorité des hommes à une nourriture saine et abondante. 
      Vu sous cet angle, les PGM sont incontestablement un facteur de paix, il faut poursuivre leur développement
      sans trop se soucier des occidentaux qui par leur attitude insultent les populations ayant un besoin vital
      de se nourir au meilleur coût.
      Désolé de tenter de vous ouvrir les yeux avec une considération "décalée" du problème,


    • Antoine Diederick 13 janvier 2009 12:39

      a Scloud,

      je vais être cynique car nous sommes trop nombreux sur terre et c’est pourquoi Monsanto a aussi inventé ceci.

      Donc , il se pourrait que les avancées des biotechnologies réduisent le manque de ressources alimentaires tout en sachant que ce gain qualitatif et quantitatif sera réduit par le nombre de cancer et autre maladies issues de l’application des pesticides et déshérbants...

      Cette douce folie schizoïde fera de nous des "foliantropes"  smiley

      Un foliantrope est une nouvelle espèce d’humanoïde dont le capital génétique aura été modifié grâce à la maladie organisée.... smiley


    • sacado 13 janvier 2009 12:50

      "La seule parade connue aux PGM ( Plantes Génétiquement Modifiées) est la réduction significative de la population mondiale"

      Bon, ce message pue le troll, je ne devrais pas me fatiguer à répondre, mais au cas où certains liraient ce message au 1er degré...

      Des parades, il y en a d’autres : diminution de la consommation de viandes dans les pays occidentaux, disparition des agrocarburants qui consomment des surfaces agricoles considérables (pour 1 plein, on nourrit une personne pendant un an d’après les chiffres que j’ai lus), utilisation de pratiques agricoles moins énergivores (c’est un corollaire du point précédent) et plus respectueuses des sols (l’appauvrissement des sols implique soit une baisse des rendements soit une hausse des intrants, cf encore le point précédent), etc.

      Les OGM, c’est comme les pesticides, c’est génial les premières années parce que l’on gagne la bataille contre les éléments, mais peu à peu la nature s’adapte et les rendements chutent... Les rendements en conventionnel de ces dernières années ne sont pas à la hauteur de ce qu’ils étaient dans les années 70 et les champs de soja Round up-ready, par exemple, après quelques années miraculeuses voient revenir les mauvaises herbes résistantes au traitement.

      Dans tous les cas, retour à la case départ mais avec des sols dégradés, donc moins fertiles. Or, un sol qui se dégrade trop, cela devient un désert. Les déserts avancent peu à peu, ce n’est pas par hasard et je ne suis pas sûr que la diminution des surfaces agricoles au niveau mondial soit une très bonne nouvelle concernant l’alimentation humaine...


    • geko 13 janvier 2009 13:06

      Les PGM commercialisés le sont essentiellement pour nourrir les gros cochons suralimentés que nous sommes devenus et qui participent activement à la destruction de notre environnement !

      Effectivement il est insultant de manipuler une science à des fins mercantiles lorsqu’elle pourrait régler des problèmes de famine un peu partout dans le monde si la recherche était mieux orentée !

       Le pire nous y sommes déjà  :


      Déni de démocratie !

      "La destabilisation médiatique du sénateur UMP Jean-François Le Grand (président du groupe de travail sur les OGM du Grenelle de l’environnement", la violence de la majorité parlementaire, à quelques exceptions près, contre le moratoire sur les OGM préconisé par le Grenelle de L’environnement, sont une première dans notre histoire parlementaire. Quant à la loi elle même, elle n’impose ni obligations ni publicité des études sur la santé, ni responsabilité des fabricants OGM. La représentation de la société civile dans le Haut Conseil des Biotechnologies prévu par la loi sera tronquée : elle se limite à sa présence dans un deuxième collège qui n’aura pas accès à toutes les informations et qui n’émettra pas d’avis sur les autorisations, pour ne citer que quelques perles de ce texte" Alternatives InternationalesL’état de la mondialisation’.

      Quelle amélioration de rendement ? l’ardoise risque fort d’être douloureuse

      ".....L’étude – menée pendant les trois dernières années à l’Université du Kansas dans la Grain Belt (ceinture céréalière) des EUA – dévoile que le soja génétiquement modifié a un rendement de 10% inférieur à celui de son équivalent naturel, ce qui contredit les partisans de cette technologie qui affirme que les OGM augmentent les rendements....."
      "...Le professeur Barney Gordon, du département d’agronomie de l’université,...Il fit pousser, dans le même champ, du soja GM Monsanto et une variété traditionnelle presque identique. Le soja transgénique Monsanto n’a produit que 70 boisseaux de grains par acre, comparé aux 77 boisseaux de la variété traditionnelle....."
      ".....Mais le fait que les plantes GM soient moins performantes que leurs équivalents conventionnels, suggère qu’un second facteur intervient et que c’est le processus même de la modification génétique qui diminue la productivité. La nouvelle étude faite au Kansas le confirme et décrit ce qui se passe."

      Par Geoffrey Lean, The Independent, 20 avril 2008 Article complet

      La recherche dans ces domaines doit être sous contrôle public parcequ’il s’agit de notre patrimoine universel et de notre avenir !



    • Antoine Diederick 13 janvier 2009 16:03

      ....a propos des pesticides et frongicides, c’est tout chaud l’Europe réagit enfin, voir ici....

      Pour Monsanto, ce n’est qu’une question de temps....


    • marielle 13 janvier 2009 18:38

      c’est grace aux OGM que Monsanto va regler la surpopulation en INDE : les paysans, qui ont été priés d’utiliser les semences monsanto et pesticides qui vont avec ,se suicident faute de rendement et faillite.
      Meme chose en amerique du sud ,où là , on balance au dessus des habitations les toujours fameux pesticides ( qui ne devraient plus etre necessaires ). Les pauvres gens meurent d’empoisonnement , brulure et autres gracieusetés. Vraiment geniale comme methode , ça rapelle l’agent Orange au Vietnam( et revoila monsanto). C’est sur : tout va aller mieux aprés ça !!!!!!!


    • Apo 13 janvier 2009 20:07

      Il faut arrêter avec cette propagande voulant nous faire croire que les semenciers agissent par bonté d’âme et que les OGM sont la solution aux famines. Dans les pays riches, les 3/4 des terres cultivées servent à nourrir le bétail. Et je ne vous parle même pas du développement des nécrocarburants.

      Vous voulez lutter contre la faim dans le monde ? Diminuez votre consommation de viande et vous résoudrez une partie du problème.


    • Luciole Luciole 14 janvier 2009 09:39

      J’aime beaucoup le terme "nécrocarburants". Bravo !


    • Martin D 13 janvier 2009 12:06

      mais pourquoi les gvnmts baissent leurs frocs devant les industries et notamment le groupe americain MONSANTO (la maudite)...

      il est déjà avéré qu’un français moyen mange en moyenne 1.5 KG de pesticide par an  ! 1.5 kg !!!

      avec en plus la pollution + les OGM, je ne serai pas étonné d’apprendre un jour que les gvnmts des pays riches ont organisé cela afin de réduire leurs populations....


      • bob 13 janvier 2009 12:26

        Tiens, c’est curieux, au Mexique, le refus de mais transgenique fut franc et massif. Ce pays possedant le nombre le plus varie d’especes de mais sur un sol honorablement productif, ne voyait pas l’interet d’accepter les OGM.
        Pas de chance, des graines transgeniques ont ete "malencontreusement plantees" par un accident fortuit et commencent a devenir une menace pour la flore locale.
        L’evasion des plants transgeniques de leurs laboratoires americains etant bien evidemment totalement fortuit. Doit-on cet exode a un exces de Prison Break ? Curieusement, cet exode se dissemine dans l’amerique latine.
        Et voila le tour de ... la France.


        • bob 13 janvier 2009 12:28

          Pour la petite histoire, regardez d’ou viennent vos fruits et legumes. Pour information regardez les pris affiches pour un produit provenant de l’etranger ( transport, taxe, benefice du distributeur) compare au prix d’un produit francais.


          • bob 13 janvier 2009 12:29

            Enfin renseignez-vous sur les consequences des plants OGM en Inde.


            • Scloud 13 janvier 2009 13:57

              Ce qui s’est passé en Inde (je pense que vous faites référence aux nombreux cas de suicides d’agriculteurs rapportés par les médiab) est principalement l’effet de commerçants non scrupuleux (voire criminels) qui ont vendu des semences ordinaires les faisant passer pour des PGM, les résultats des récoltes furent donc catastrophiques pour les paysans abusés par des escrocs.
              Et pour en savoir un peu plus sur les PGM, le site du GNIS est fort bien documenté (gnis-pedagogie.org/pages/docbio/chap2/3.htm) on peut aussi aller plus loin en cherchant les propriétés de l’enzyme CP4-EPSPS qui confère aux PGM leur résistance au glyphosate.


            • bob 13 janvier 2009 17:04

              Contrairement a ce que vous dites, les OGM vendus aux agriculteurs indiens ne sont pas le fruit des agissements d’une minorite de delinquants mais de la vente de produits OGM par MONSANTO par le biais de structures adaptees.
              Par ailleurs, le probleme n’est pas qu’indien puisque meme les agriculteurs americains sont durement touches par les effets devastateurs des OGM. 
              Si vous souhaitez vous perfectionner en course a pied allez les voir et presentez vous comme un employe de Monsanto.


            • Scloud 13 janvier 2009 18:26

              Pour information (vérifiable entre autres sur http://www.gnis-pedagogie.org/pages/docbio/chap2/3.htm), les surfaces ensemencées en Soja Roundup Ready ont progressé de 25 % aux USA en 2008, ce qui prouve la satisfaction des agriculteurs utilisateurs.
              Cette technique permet de réduire les interventions herbicides et surtout de limiter les usages de produits aux profils éco-toxicologiques bien plus défavorables que celui de Roundup.
              Ce n’est qu’à ce prix que la planète pourra bientot nourir convenablement 9 milliards d’humains.



            • Apo 13 janvier 2009 20:18

              Le GNIS n’est peut-être pas l’organe le plus indépendant (regroupement des professionnels de l’activité semencières) pour nous informer objectivement sur les OGM.


            • Olga Olga 13 janvier 2009 20:25

              Scloud,
              " Cette technique permet de réduire les interventions herbicides "
              Roundup Ready ça veut dire que les cultures peuvent supporter l’épandage de Roundup. Donc des cultures qui ne pouvaient pas être traitées par cet herbicide, ô combien toxique, sont remplacées par des cultures qui supportent ces mêmes traitements. Résultat : le Roundup est employé beaucoup plus massivement, au grand bonheur de Tonsanto (voir les méthodes employées en Am. du Sud.).
              Vous passerez le bonjour à vos employeurs de chez Tonsanto qui ne connaissent certainement pas la crise eux...


            • bob 18 janvier 2009 15:04

              Perdu,

              Les OGM ont la facheuse faculte d’envahir les champs voisins ne laissant pas d’autres choix aux agriculteurs d’en acheter davantage sous peine d’etre ruine a court terme. ( Ils le seront a long terme, ne vous inquietez pas)
              Quant a la nourriture d’un grand nombre d’etres humais, cela peut etre fait dans des conditions de cultures hydroponiques et cela dans n’importe quel endroit. Bien evidemment, cette culture laisse sur le carreau les entreprises telles que MONSANTO.
              Enfin, la propagande officielle a bien souvent tort et le prouve lorsque cela est trop tard. Regardez l’exemple de la vache folle ou du nuage de tchernobyl.


            • Salade Salade 13 janvier 2009 12:39

              L’UE et nos politiques nationaux nous poussent une nouvelle fois à ne pas avoir confiance en eux !

              Nivellement par le bas des règlementations pour arriver à des consensus introuvables autrement, poids colossal des lobbyes présents à Bruxelles pour "aider" les politiques à prendre des décisions, et acceptation de l’inacceptable pour satisfaire l’indiscutable "principe de réalité", sont sur tous les sujets (sociaux, économiques, environnementaux, ...), ses trois principes de fonctionnement.

              A leur défense, il faut dire qu’il y a toujours des scientifiques véreux pour les conforter (avec quelques $ de Monsanto, on devient vite un convaincu des OGM, mais c’est tout aussi vrai sur la cigarette, l’alcool, la drogue, le réchauffement, la pollution, ...).

              La bonne mesure serait, à mon sens, d’identifier les produits non bios, et pas l’inverse.
              Tout produit alimentaire n’étant pas 100% bio (non modifié génétiquement, utilisant des angrais non naturels, ...), devrait expliquer en quoi et pourquoi il ne l’est pas.
              Par exemple, les vaches nourries aux protéines animales (ce qui est délirant à tous les points de vue, ... sauf "économiques"), ou les produits transportés autrement qu’en chemin de fer ou bateau, ou ayant subi plus de 2 ruptures de charge, ...

              Enfin et surtout, il faudrait un sursaut citoyen pour :

              -  Refuser d’acheter les produits hors saison, les produits dont les cultures sont possibles en france et Europe proche mais qu’on nous envoie des 4 autres continents, ...

              -  Refuser de cautionner ces hoomes / femmes politiques (malheureusement de tous bords, y compris soit disant écologistes !!) qui nient leurs populations actuelles et futures au profit de leurs carrières (dans le meilleur des cas) par le vote blanc (le jour ou une majorité de citoyens votera blanc, les politiques devront se remettre en cause car la démocratie, de facto, n’existera plus).

              Le pouvoir est entre nos mains, mais encore faut il avoir le courage de s’en servir !


              • Franck804 13 janvier 2009 12:43

                @ Scloud,

                Les populations ayant un besoin vital de se nourrir au meilleur coût se voient vendre des semences OGM stériles, elles ne peuvent plus garder une partie de leur récolte pour la semer, les graines sont stériles : merci Monsanto !
                Quant à qualifier les OGM de nourriture saine ... Certaines expériences ont mises en évidence des effets négatifs sur les rats ,attendons de voir ce que ça donnera sur les humains ! De toutes façons on invoquera le côté inéluctable des OGM, les pesticides sont des poisons reconnus et on continue d’en épandre sur les cultures ...

                Franck


                • Internaute Internaute 13 janvier 2009 12:51

                  C’est déjà le cas avec les hybrides F1 de maïs, blé etc. Cela fait belle lurette que le paysan ne sème plus ce qu’il récolte. La production industrielle a fait du paysan un simple ouvrier des grands groupes agro-alimentaires.


                • Internaute Internaute 13 janvier 2009 12:48

                  Tous les jours il nous en tombe une nouvelle depuis Bruxelles. Une fois de plus, la loi européenne est stupide, mensongère, promulguée par des aparatchiks pour satisfaire des intérêts cosmopolites et contraire aux intérêts des peuples européens.

                  Ne respectons pas la loi européenne. Ne votons plus pour ces députés félons qui nous nuisent à longueur d’année.

                  Dites NON à l’UE car c’est une nouvelle URSS.


                  • alberto alberto 13 janvier 2009 12:53

                    Ces attaques contre l’agriculture "Bio" etaient prévisibles, vu les bataillons musclés des lobbies de l’industrie agricole qui ont envahi les couloirs des centres de décisions de l’UE. à Bruxelles !

                    Et vu les montagnes de pognons qui sont en jeu, les défenseurs des petits agriculteurs bio ne font pas le poids...

                    Aujourd’hui, les OGM, je ne serais pas étonné qu’on nous en refile dans les supositoires.

                    Bien à vous.


                    • Franck804 13 janvier 2009 13:08

                      @ alberto,

                      Aujourd’hui, les OGM, je ne serais pas étonné qu’on nous en refile dans les supositoires

                      Avec cette nouvelle loi c’est un peu ce qui vient de se passer ...

                      Franck


                      • alberto alberto 13 janvier 2009 13:35

                        Frank, sorry : ça s’écrit "suppositoire" avec deux "p", mais ça ne change rien sur le fond, si j’ose dire...
                        Les OGM et les nanoparticules, on en a pas fini !
                        Bien à toi.


                      • Luciole Luciole 13 janvier 2009 14:14

                        Les OGM sont majoritairement utilisés pour nourrir le bétail.
                        La solution la plus simple, ce serait donc de manger très peu de viande, et uniquement de la viande biologique.
                        Le deuxième avantage, c’est que les animaux élevés en bio sont beaucoup mieux traités que ceux de l’elevage industrielle. Or, manger des animaux qui ont été torturés, c’est un peu limite moralement à mon sens.
                        Cela veut dire que la lutte continue y compris dans le sandwich de midi et ce n’est pas toujours facile.
                        Mais bon, si cela peut nous eviter de consommer un jour de la viande humaine (surpopulation + désertification = ... smiley ), cela en vaut sans doute la peine.


                        • takakroar 13 janvier 2009 15:51

                          Ignorants que vous êtes, vous ne savez pas que c’est gràce aux OGM qu’il n’y a plus de famine dans le monde..
                          Quoi ? Vous ne saviez pas non plus qu’il n’y avait plus de famines dans le monde ?

                          Pourtant tant de gens se penchent sur votre alimentation, sur votre santé, sur votre bonheur... votre bonheeuuur (avez vous remarqué comment dans les publicités, notamment celles qui visent notre corps, notre cooorr, la dernière syllabe du dernier mot se termine par un "r" et la voix toujours féminine la prononce dans un souffle plein de sensualité) Mais revenons à notre sujet.

                          Allez donc faire un petit tour du côté de cette video qui traite du CODEX ALIMENTARIUS.

                          http://www.dailymotion.com/video/x6hmtt_le-codex-alimentarius-attention-dan_news

                          Sauf bien sûr, si vous êtes du genre à mettre tout ce qui est dérangeant dans la poubelle portant l’étiquette "Théorie du complot". Mais alors peut-être que quand cette poubelle aura débordé, vous ramasserez par hasard comme çà un vieux truc chiffonné, vous le lirez par inadvertance, il vous intéressera et du coup vous reprendrez tout ce qui était dans la poubelle... Alors vous comprendrez mieux. Mais, comme chaque médaille à son revers, votre entourage vous considèrera comme un parano !


                          • Luciole Luciole 13 janvier 2009 15:57

                            Tu as raison takakroar, mais le pire c’est que nous faisons peut-être nous même partie du complot...


                          • Bobby Bobby 13 janvier 2009 16:12

                            ... En effet ! bien que nous pourrions éviter de participer !

                            et pour cela, rien de tel que d’en parler !... dans un premier temps.

                            Agir et faire pression.

                            On n’en veut pas de ces saletés dOGM !


                          • Emmanuel Aguéra LeManu 13 janvier 2009 18:21

                            CODEX ALIMENTARIUS

                            Bof, t’aurais pas du parler de complot, tu m’as influencé... mais je suis d’accord avec cette indienne qui préconise de manger "local". Ceux qui mangent des fraises en hiver sont non seulement des cons mais aussi responsables de bouleversements géopolitiques à venir, mais c’est une autre histoire...

                            J’en reviens toujours à mon petit calcul favori : d’un côté :
                            on a besoin d’env. 20m² de terre arable par tête de pipe (ça fait pas beaucoup de vaches, mais ça suffira), et de l’autre côté : 6 milliards aujourd’hui, 12 milliards en 2020, 50 milliards en 2050... il va en falloir des lopins. Il va falloir rétrécir les villes. Pour la rigolade, ajoutons une bonne poule au pot label rouge, ou vert, ou les deux, tous les dimanches : ça nous fera 2600 milliards de poulets à l’année (moins les vegs) un paquet de camions de guano qui sortent de l’élevage ; et vu le prix qu’auront les terrains, faudra faire ça sur la lune.

                            Bon. moi aussi je préfèrerais voir les dirigeants de Monsanto en taule qu’à la maison blanche, mais les OGM, tôt ou tard, on en dépendra, si ce n’est pas déjà fait. Ce n’est pas forcément un drame, et pas mal des légumes que mangeaient nos grands parents étaient à mon avis déjà le résultat d’évolutions plus ou moins bienvenues.

                            Les amalgames ça va trop vite, et ça empêche toute discussion. Je n’y comprends rien en chimie : la chimie ça me fait aussi peur qu’un ignorant peut avoir peur de ce qu’il ne connaît pas.

                            Mais sans elle, je sais qu’on est foutus.

                            Je suis peut-être nul en chimie, mais je ne suis pas fou.


                          • Voltaire Voltaire 13 janvier 2009 17:10

                            Il n’est probablement pas nécessaire de refaire ici un débat mille fois réaliés, y compris sur ce site,mais la dernière partie de votre article m’a quelque peu confondu. Vous indiquez que la nouvelle réglementation exigera que les produits labélisés bio comportent 95% de matière bio au lieu de 70% actuellement, ce qui est donc une condition plus stringente, puis vous citez une déclaration qui va exactement en sens contraire, suggérant qu’un produit pourrait être étiqueté bio avec seulement 5% de matière bio... Où est l’erreur ?


                            • Luciole Luciole 13 janvier 2009 18:11

                              Le problème est qu’avec la nouvelle réglementation européenne, on ne peut plus du tout protéger juridiquement les produits bio de la contamination des OGM. On ne peut plus demander l’isolement des cultures OGM car la contamination ne ferait plus perdre le label bio et les agriculteurs ne pourraient pas demander d’indemnisation pour ces contaminations.
                              Toutefois, il est vrai que les agriculteurs bio ne sont déjà pratiquement pas protégés par la justice aujourd’hui.


                            • Voltaire Voltaire 14 janvier 2009 09:38

                              @Luciole

                              Le problème que j’évoque est sans lien avec les OGM ; il concerne la proportion de produit "bio" né"cessaire pour qu"un produit soit effectivement labélisé "bio". L’article est ambigü sur ce point : il semble que la réglementation soit plus sévère (ce qui va dans le bon sens) mais l’uinterview rapportée suggère l’inverse... L’auteur pourrait-il nous éclairer ?


                            • Luciole Luciole 14 janvier 2009 09:46

                              Pourtant les deux problèmes sont liés : l’agriculture bio ne peut pas survivre si elle coexiste avec des champs d’OGM en raison des contaminations très importantes. En Espagne, où les OGM sont massivement cultivés, les agriculteurs bio sont en forte diminution car leurs champs sont tous contaminés et ils perdent leur label.
                              La loi européenne vise à créer un succédané de label bio qui autorise la contamination partielle par les OGM. Cela signifie que l’on ne pourra plus empêcher la culture d’OGM en plein champs pour protéger une véritable agriculture bio sans OGM. En effet, cette dernière n’a plus aucune reconnaissance officielle, dès lors que l’on admet qu’il puisse y avoir des OGM dans le bio.


                            • geko 13 janvier 2009 23:11

                              Bien puisqu’ici on fait de la pub pour Baumaux je me permets un peu de pub pour kokoppelli smiley


                              • Abraksas 13 janvier 2009 23:34

                                Je voudrais rappeler qu’il ne faut pas confondre les OGM qui sont une avancée considérable au niveau technologique et leur utilisation par MONSANTO.
                                La méthode du soja round up ready est une horreur car on rend la plante résistante à un herbicide total que l’on pulvérise ensuite à grande échelle.
                                Cependant il y a d’autre possibilité d’utilisation des OGM. Il est possible de les rendre résistant à certains insectes nuisible et ainsi permet d’éviter la pulvérisation d’insecticide (personellemment je préfère manger une plante ogm qui n’a pas recu d’insecticide plutôt qu’une plante naturelle (bien qu’elle soit sans commune mesure avec la plante d’origine) ayant recu des produits néfastes.
                                Actuellement de plus en plus de médicament sont faient à base d’ogm (peut être même les suppositoires) car grâce à ce procédé il est possible de créer industriellement des molécules difficile à se procurer naturellement par exemple : l’insuline qui est très utiles pour les diabétiques.
                                Donc je voudrais que l’on arrête de faire l’amalgame entre MONSENTO et les ogm car ce sont deux choses très différentes.


                                • geko 13 janvier 2009 23:51

                                  Mais à lire certains commentaires, je crois que la majorité des lecteurs en sont bien conscients abraksas ! Cet article traite des OGM alimentaires !


                                • babz 14 janvier 2009 11:49

                                  moi je prefere manger bio ...

                                  <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script> <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script>

                                • antireac 14 janvier 2009 06:22

                                  @l’auteur
                                  Les américains mangent des OGM depuis plus dix ans et leur population augmonte sans cesse.
                                  Les européens ne veulent pas des OGM et leurs populations stagnent.

                                  Comparaison facile mais elle de même acabit que la propagande haineuse que vous dissiminez à travers le site d’AV.

                                  Partout dans le monde les pays majeurs font des recherches sur les OGM (La Chine communiste ,Inde ,le Japon etc) dans le but d’améliorer les rendements.

                                  En France et dans certains autres pays européens grace à une poignée d’illuminés ( qui savent evidement mieux les choses que les autres) les progrés sur cette recherches sont faibles et le public réticent.

                                  Dans un avenir proche on s’apercevra que les OGM sont une nécéssité pour les populations mondiale en constante augmentation et l’utilité des OGM ne sera pas plus discuté que l’avantage entre le bien et le pire prôné par certains maso de ce forum.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès