Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Allemagne s’apprête-t-elle à entreprendre une conquête (...)

L’Allemagne s’apprête-t-elle à entreprendre une conquête territoriale en Grèce ?

Des îles grecques en échange de l’argent allemand…Voilà, ce que proposent en toute simplicité, des membres de la coalition gouvernementale d’Angela Merkel dans un contexte de forte tension entre la Grèce et l’Allemagne. N’attendez pas que la première radio allemande de France, RTL, vous révèle une telle information, étant donnée qu’elle appartient à l’Empire Bertelsmann [1].
 
Dans l’article Verkauft doch eure Inseln, ihr Pleite-Griechende de l’hebdomadaire à grand tirage Bild am Sonntag [1], le député FDP Frank Schäffler a déclaré : “Die Kanzlerin darf keinen Rechtsbruch begehen, darf Griechenland keine Hilfen versprechen. Der griechische Staat muss sich radikal von Beteiligungen an Firmen trennen und auch Grundbesitz, z.B. unbewohnte Inseln, verkaufen“. Traduction : "La Chancelière ne doit pas violer le droit, ne doit pas promettre des aides à la Grèce. L’État grec doit se débarrasser de façon radicale de ses participations dans des entreprises, et également vendre des terres, par exemple des îles inhabitées". Ce député a été rejoint dans ses propos par le député CDU Marco Wanderwitz.
 
Cette vision des deux députés ressemble d’une certaine façon à celle des impérialistes américains qui, lors du XIXe siècle, se sont appropriés des territoires par l’achat [2].
 
De tels propos ne vont certainement pas apaiser les relations greco-allemande qui sont particulièrement tendues. Le traitement de la crise grecque par la presse allemande a été très mal ressentie en Grèce. La Vénus de Milo drapée du drapeau grec faisant un doigt d’honneur en couverture de l’hebdomadaire allemand Focus, le 22/02/10, avec pour tout commentaire “il y a des voleurs dans la famille européenne”, a déclenché un véritable tollé en Grèce comme l’illustre le reportage suivant :
 


 
La correspondante du journal suisse Le Temps, Angélique Kourounis, dans son article L’amertume des Grecs envers l’Allemagne [3] du 27 février dernier, rapporte que « le maire d’Athènes s’en est pris à la chancelière allemande, lui rappelant les dettes de l’Allemagne vis-à-vis de la Grèce. “Vous nous devez 70 milliards d’euros pour les ruines que vous avez laissées”, a-t-il déclaré dans un communiqué, faisant allusion à une bataille qui oppose les deux pays sur les réparations de guerre. “Vous nous devez Distomo et Kalavrita”, a-t-il également rappelé dans une conférence de presse évoquant les deux villages martyrs de Grèce dont les habitants ont été massacrés par l’armée allemande en retraite.
 
Berlin a rejeté ces accusations, estimant que le dossier était clos depuis un versement d’indemnités, en 1960, de 4,4 milliards d’euros. C’était sans compter le rappel à l’ordre du tonitruant Théodore Pangalos, numéro deux du gouvernement et ancien ministre des Affaires étrangères : “En partant en 1945, les Allemands ont pris tout l’or de la banque de Grèce ! On ne demande pas qu’ils le rendent, mais qu’ils disent au moins merci et qu’ils cessent de parler de nos déficits.” »
 
De plus, beaucoup de commentaires ont aussi montré du doigt l’entreprise allemande Siemens impliquée dans l’un des plus grand scandales de corruption en Grèce [4] et le journal athénien Eleftheros Typos a voulu contre-attaquer en présentant une photo de l’ange de la colonne de la Victoire, à Berlin, une croix gammée à la main, avec la légende : "Le nazisme financier menace l’Europe" [5].
 
Le président de la Bundesbank, Axel Weber, avait déclaré fin janvier : "Il est impossible de justifier auprès des électeurs qu’on aide un autre pays afin que ce dernier puisse s’épargner les douloureux efforts d’adaptation qu’on a soi-même endurés" [6]. La Grèce doit s’adapter quitte à en crever.
 
Le député Frank Schäffler a aussi rajouté dans l’article Rechtsbruch mit Folgen [7] du 02/03/10 que "Der Fall Griechenland zeigt, dass die Nichteinhaltung von europäischen Verträgen erhebliche Auswirkungen auf die Wirtschaftsverfassung hat. Die Finanzhilfen, die von den Staats- und Regierungschefs der EU auf ihrem informellen Treffen am 11. Februar 2010 Griechenland in Aussicht gestellt wurden, gefährden nicht nur die Stabilität des Euro.Die Vereinbarungen der Staats- und Regierungschefs der EU sind eine Verabredung zum kollektiven Rechtsbruch [...] Griechenland hat durch seinen erschlichenen Beitritt in die Euro-Zone das Recht gebrochen [...] Dieser Rechtsbruch wird nicht durch die Verabredung zum kollektiven Rechtsbruch vom 11. Februar 2010 geheilt, sondern nur durch den Austritt von Griechenland aus dem Euro." Traduction : "le non-respect des traités européens a d’importantes conséquences sur l’économie, comme le montre le cas de la Grèce. En laissant entrevoir à la Grèce qu’ils pourraient l’aider financièrement, lors de leur réunion informelle du 11 février 2010, les chefs d’État et de gouvernement de l’U.E. ne mettent pas seulement en danger la stabilité de l’euro. Ils se sont mis d’accord pour une violation collective du droit [...] La Grèce s’est livrée à une violation du droit pour pouvoir entrer dans la zone euro. [...] Cette violation du droit ne peut pas être réparée par la violation collective du droit décidée le 11 février 2010, elle ne peut l’être que si la Grèce sort de l’euro".
 
La Grèce qui sort de l’euro…Elle devrait ne pas être la seule car « le pays est, semble-t-il, loin d’être le seul à avoir eu recours à des astuces financières conseillées par des banques de New York et de Londres. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie le Portugal ont, eux aussi, “optimisé” leurs comptes avec l’aide de Goldman Sachs, JP Morgan, Barclays ou encore “feu Lehman Brothers”. » [8]
 
Si les Allemands cherchent les escrocs, Étienne Chouard en donne une bonne définition :
 
« Autrefois, les États partageaient avec les banques privées le droit de création monétaire. Comment faisaient-ils ? L’État avait la possibilité d’emprunter auprès de sa banque centrale et de lui rembourser au fur et à mesure de ses recettes. La différence, c’est que l’État ne payait pas d’intérêts.
 
C’est là qu’il s’est passé quelque chose d’absolument majeur. En 1974 a eu lieu la dernière émission de monnaie par la Banque de France et depuis, l’État s’est, de fait, interdit de créer de la monnaie. Concrètement, il s’est interdit d’emprunter auprès de la banque centrale. Cela a comme conséquence de payer beaucoup plus cher tout ce dont l’État a besoin et qui est financé par le crédit.
 
Je ne sais pas comment les banquiers ont fait pour obtenir du gouvernement cette espèce de hara-kiri monétaire qui consiste à se priver soi-même d’un pouvoir considérable et essentiel dans la politique du pays. Ce sabordage monétaire a été monté au plus haut niveau du droit, à la faveur des "traités constitutionnels", par l’article 104 du traité de Maastricht, devenu l’article 123 du traité de Lisbonne consolidé, qui rend ce sabordage irréversible, hors d’atteinte des citoyens. » [9]
 
La dette publique, une affaire rentable pour les banquiers et les grands capitalistes, leur permettant en particulier de s’approprier les richesses des nations.
 
Si les Allemands s’approprient des îles grecques, les soldats allemands qui siègeront sur celles-ci, arboreront-ils la croix de fer ? Yvonne Bollmann, dans son livre Ce que veut l’Allemagne rapporte le fait que le député allemand de la CDU Fulda Martin Hohmann, dans Junge Freiheit du 21 décembre 2001, "en a demandé la réactivation, pour récompenser la bravoure des soldats de la Bundeswehr en Afghanistan" [10]. Et la future armée européenne souhaitée par le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle [11], défilera-t-elle à côté de la colonne de la Victoire, surmontée de l’ange qui tient “dans la main gauche un javelot dont la pointe porte la croix de fer” [12].
 
Le poète grec Georges Séféris (Γιώργος Σεφέρης), dans son discours prononcé lors de la remise du prix Nobel de littérature en 1963 avait déclaré : "J’appartiens à un petit pays. Une pointe rocailleuse sur la Méditerranée, où il n’y a pas d’autre richesse que la lutte de son peuple, la mer et la lumière du soleil. Elle est petite notre terre, mais son patrimoine est énorme." [13]
 
Ces propos sont plus que jamais d’actualité. Le peuple grec vient de nouveau de rentrer en lutte et je suis de tout cœur avec lui.
 

[1] Verkauft doch eure Inseln, ihr Pleite-Griechende, Bild am Sonntag, le 04/03/10.

[2] Jacques Leclerc, L’expansion territoriale (1803-1867) dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, 30 avril 2007.

[3] Article d’Angélique Kourounis, L’amertume des Grecs envers l’Allemagne, letemps.ch, le 27/02/10.

[4] Tollé en Grèce après les accusations d’un hebdomadaire allemand, RFI, le 26/02/10.

[5] Article de Sébastien Vannier, Bisbilles entre l’Allemagne et la Grèce, ouest-france.fr, le 26/02/10.

[6] Article de Cécile Calla, Berlin veut apaiser son opinion sur la crise grecque, journal Le Monde, le 28/02/10.

[7] http://www.frank-schaeffler.de/presse/medienspiegel/1187

[8] La Grèce n’est pas la seule à “maquiller” sa dette, lemonde.fr, le 19/02/10.

[9] Le traité européen de Lisbonne est-il fondamentalement différent de celui rejeté en 2005 ?, lemonde.fr, le 10/12/07.

[10] Yvonne Bollmann, Ce que veut l’Allemagne, p.51, Éditions Bartillat, 2003.

[11] L’Empire européen veut son armée.

[12] Ibidem que [10], p. 56.

[13] "Pays de l’homme qui ne pouvez supporter la vue de l’homme", Giorgos Seferis.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

129 réactions à cet article    


  • boris boris 12 mars 2010 12:49

    Bah les Grecs c’est comme les Corses, ils ont des couilles, ils ne se laisseront pas envahir une deuxiéme fois par les teutons.


    • brieli67 12 mars 2010 21:20

      REPONSE SARKOSY CONNUE DEPUIS DIMANCHE SOIR

      http://www.megatv.com/megagegonota/summary.asp?catid=17571&video=0

      UN journaliste GREC demande vers 29.59 sur la vidéo

       A Papandréou pour combien de temps les mesures seront en vigueur et s il y aura de mesures supplementaires

      à Sarko :.il y a des hommes politiques en Europe qui disent à la Grece : vendez quelques iles de la mer Egee pour diminuer la dette de la Grece....

      Et vous monsieur le Président vendriez vous l Alsace aux Allemands pour diminuer la dette publique de la France ?


    • Prêtresse Prêtresse 12 mars 2010 21:33

      Oh très certainement...


    • faxtronic faxtronic 12 mars 2010 13:00

      rien a dire, d accord avec l auteur. La proposition des allemnads meriterait une grosse baffe dans la gueule. Il y a 70 ans les allemands on tout detruit et commis les plus atroces mefaits de l histoire de l humanite. Nous nous sommes reconcilies, nous avons pardonnes, mais nous n avons pas oublies, jamais. Mon grand-pere etait dans les camps, il est toujours vivant, il n a rien contre les allemands de maintenant, mais nous n avons pas oublies. Si l Allemagne veut transformer l Europe en 4 reich, de facon economique ou financiere, alors il faudra detruire l allemagne definitivement.


      • Albator71 Albator71 12 mars 2010 18:33

        La baffe je vais te la donner au niveau historique mon bonhomme :

        6 millions de civils allemand tué par les alliés après la guerre

        Une guerre des alliés qui a ete clairement fonde sur le bombardement massif des civils avec plusieurs millions de morts

        Et aujourd’hui si tu te renseigne un peu les pays militaires d’extremes droite sont ceux qui sont sorties des camps qui les ont crées de toutes pieces

        C’est bon ou tu veux une autre correction ?


      • plancherDesVaches 12 mars 2010 20:30

        Faxtronic, désolé, mais tu n’as absolument RIEN compris.
        Déjà, coté Résistance, mon grand-père a échappé au peloton d’exécution en se cachant à la fin la guerre sous le toit de la mairie de son village.

        Maintenant, voyons coté Allemagne. Et coté guerre ECONOMIQUE actuelle. Surtout.

        Cette PARTIE de la coalition allemande propose d’acheter des iles grecques. Essaies d’ouvrir ton esprit en te disant qu’un paquet de milliardaires sur terre ont DEJA leur(s) propre(s) ile(s) et là, bizarrement, ça ne va même pas te gêner...

        Allons plus loin : la dernière guerre.
        Les Allemands ne l’ont pas FORCEMENT oublié. Et surtout la crise de 1929 qui en a été à l’origine.
        PEUT-ETRE QUE... ils n’ont pas envie que ça recommence.... non ??????

        Soit, ils craignent pire que la peste une hyper-inflation qui naitrait d’une descente de l’Euro et sont donc OBLIGES d’aider la Grèce quitte à lui acheter symboliquement une ile plutôt que de la laisser à ces putains de financiers qui, de toute façon, sont toujours disposés à transformer n’importe quel bout de la planète en centrale touristique.

        Cela fait une autre vision, non... ???


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 15 mars 2010 06:32

        les allemands OU le regime nazi ?


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 15 mars 2010 07:20

        les allemands OU le regime nazi ? message a destination de faxtronic


      • Bélial Bélial 12 mars 2010 13:01
        « Autrefois, les États partageaient avec les banques privées le droit de création monétaire. Comment faisaient-ils ? L’État avait la possibilité d’emprunter auprès de sa banque centrale et de lui rembourser au fur et à mesure de ses recettes. La différence, c’est que l’État ne payait pas d’intérêts.
         
        C’est là qu’il s’est passé quelque chose d’absolument majeur. En 1974 a eu lieu la dernière émission de monnaie par la Banque de France et depuis, l’État s’est, de fait, interdit de créer de la monnaie. Concrètement, il s’est interdit d’emprunter auprès de la banque centrale. Cela a comme conséquence de payer beaucoup plus cher tout ce dont l’État a besoin et qui est financé par le crédit.
         
        Je ne sais pas comment les banquiers ont fait pour obtenir du gouvernement cette espèce de hara-kiri monétaire qui consiste à se priver soi-même d’un pouvoir considérable et essentiel dans la politique du pays. Ce sabordage monétaire a été monté au plus haut niveau du droit, à la faveur des « traités constitutionnels », par l’article 104 du traité de Maastricht, devenu l’article 123 du traité de Lisbonne consolidé, qui rend ce sabordage irréversible, hors d’atteinte des citoyens. » [9]

        La banque centrale européenne doit prêter à la Grèce à taux 0, putain de monopoly.

        • zelectron zelectron 12 mars 2010 16:03

          Le problème c’est que les autres états de la planète impriment des billets à tire-larigot, Trichet tout en étant une sorte de « Talleyrand » ne peut combattre autant d’adversaires : rien que les 3 USA, Chine, Inde font ce qu’ils veulent, quand ils veulent, où ils veulent. L’Allemagne dans ce domaine n’a pas voix au chapitre si ce n’est que par voie de presse-torchon.


        • Bélial Bélial 12 mars 2010 18:17

          Trichet est un complice des bankstaz


        • Antoine Diederick 12 mars 2010 22:45

          la Joconde, restauration mécénat privé nippon, tant mieux, c’est grâce au prestige français, mais pour la suite....faut voir si le prestige sera tjrs là


        • ChatquiChouine ChatquiChouine 13 mars 2010 00:54

          @Zelectron

          Vous assimilez Talleyrand à Trichet !?

          Le malheureux a du se retourner dans sa tombe, lui qui avait dit, il y a 2 siècles, la phrase prémonitoire :

          « Quant les financiers font bien leurs affaires, c’ est que l’ état les fait mal »


        • janequin 13 mars 2010 08:39

          Ce n’est pas bien difficile à comprendre : Pompon émargeait à la banque Rotschild, et Gigi lui donnait la main sur ce coup-là.


        • stephanie stephanie 13 mars 2010 17:40

          @ Christian Navis
          NON, il faut seulement sortir de l’Europe, art 49A du traité de Lisbonne.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 mars 2010 05:55

          @ Belial : 


          Comment ? En les soudayant. La démocratie s’est noyés dans la corruption et elle est morte. Il faut une révolution ou un coup d’État et quelqu’un qui aura le courage e faire venir le Dr Guillotin au parloir. S’il y a un banquier innocent, il a le fardeau de la preuve. Si notre civilisation n’a pas le courage de faire son ménage, elle passera aux archives de l’Histoire. La relève attend.


          Pierre JC Allard

        • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 12 mars 2010 13:04

          « Cette vision des deux députés ressemblent d’une certaine façon à celle des impérialistes américains qui, lors du XIXe siècle, se sont appropriés des territoires par l’achat... »

          C’est vraiment du grand n’importe quoi. Les deux parlementaires allemands disent simplement que le gouvernement grec doit faire des économies et trouver du cash pour faire face à sa dette. Et une manière de trouver cet argent peut se traduire par la vente d’actifs publics ou de terres. C’est tout. Ils ne parlent pas de vendre ces actifs ou ces terres inhabitées au gouvernement allemand ni même à des personnes privées allemandes.


          « Si les Allemands s’approprient des îles grecques, les soldats allemands qui siègeront sur celles-ci, arboreront-ils la croix de fer ? »

          Grostesque.


          • Le Canard républicain Le Canard Républicain 12 mars 2010 13:21

            Article du nouvelobs.com, Paur sauver la Grèce, l’Allemagne veut racheter ses îles, le 05/03/10 :

            « Plusieurs députés allemands ont encouragé la Grèce à vendre plusieurs îles pour combler sa dette.

            Des députés allemands ont appelé la Grèce à vendre des îles pour aider à financer sa dette, rapporte jeudi 4 mars le quotidien populaire allemand Bild qui résume l’idée en ces termes : "On vous donne du fric, vous nous donnez Corfou« .
             »L’Etat grec doit renoncer à sa participation dans des sociétés, et vendre des propriétés foncières, comme par exemple des îles inhabitées", a affirmé au journal le député libéral Frank Schäffler, du parti FDP au pouvoir.
            Pour le député du parti CDU d’Angela Merkel, Marco Wanderwitz, "si l’Union européenne et donc l’Allemagne venait à aider financièrement la Grèce, il faudrait qu’elle consente des garanties en échange".
            « Quelques îles pourraient ainsi faire l’affaire », selon le député.

            6.000 îles laissées à l’abandon

            Selon le ministère du tourisme grec, la Grèce compte quelque 6.000 îles, pour la plupart inhabitées.
            Une entreprise privée basée à Hambourg (nord de l’Allemagne) cherche actuellement à vendre une île grecque inhabitée pour 45 millions d’euros, souligne Bild.
            En 1993, plusieurs députés allemands avaient déjà provoqué une vive querelle avec l’Espagne en suggérant que Berlin achète l’île de Majorque, haut-lieu de villégiature pour les touristes allemands.
            La chancelière Angela Merkel doit recevoir vendredi le Premier ministre grec Georges Papandréou, dont le gouvernement a annoncé mercredi de nouvelles mesures d’austérité pour réduire son déficit public. »


          • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 12 mars 2010 13:28

            « Une entreprise privée basée à Hambourg (nord de l’Allemagne) cherche actuellement à vendre une île grecque inhabitée pour 45 millions d’euros, souligne Bild. »

            S’il s’agit d’une entreprise privée, c’est que l’île est une propriété privée. Cette affaire ne concerne donc en rien le gouvernement grec.


          • Le Canard républicain Le Canard Républicain 12 mars 2010 13:53

            Article lefigaro.fr, Des Allemands rêvent d’acheter les îles grecques, le 05/03/10 :

            "« Vendez donc vos îles, vous les Grecs fauchés… et l’Acropole aussi  », suggérait, jeudi à la une, le quotidien à grand tirage Bild. La cession d’îles ou d’autres trésors pourrait permettre à la Grèce de sortir de la crise, lançaient, jeudi, dans le quotidien les députés Josef Schlarmann, membre de la CDU de la chancelière Angela Merkel, et Frank Schäffler, expert en finances publiques chez les libéraux du FDP.

            « Ceux qui sont insolvables doivent vendre tout ce qu’ils ont pour payer leurs créditeurs. La Grèce possède des bâtiments, des entreprises et des îles inhabitées, qui pourraient tous être utilisés pour résorber la dette », affirme Josef Schlarmann.

            2.000 îles grecques désertes

            L’idée fait un tabac en Allemagne, où les médias expliquent que quelque 2.000 îles grecques sont désertes, ce qui fait rêver les millions de touristes allemands qui se ruent chaque été sur les côtes espagnoles, italiennes et grecques. « Si déjà nous devons aider les Grecs avec des milliards d’euros, autant obtenir en échange quelques unes de leurs îles de mer Égée », écrit Bild.

            En 1993, l’idée d’acheter l’île espagnole de Majorque, lancée par deux députés, avait déjà fait fantasmer les Allemands. Sans se réaliser."


          • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 12 mars 2010 14:21

            « ...En 1993, l’idée d’acheter l’île espagnole de Majorque, lancée par deux députés, avait déjà fait fantasmer les Allemands. Sans se réaliser. »

            Voilà. Du pur fantasme. du vent. Le Bild écrit n’importe quoi. Le Nouvel observateur pond un article idiot. Et Le Canard Républicain s’enfonce encore plus dans le ridicule en agitant le fantôme de l’impérialisme nazi.

            Sinon, concrètement, en quoi l’idée pour les Grecs de vendre des îles grecques à des particuliers allemands alors qu’ils vont quémander l’aumône auprès des contribuables allemands serait-elle choquante ? Et s’ils veulent pas des Allemands, les Grecs, qu’ils vendent leur îles aux japonais ou aux monarques arabes. Pourquoi les contribuables allemands ou hollandais ou danois devraient-ils payer de leur poche pour éponger les magouiles des politiciens escrocs grecs ?


          • bobbygre bobbygre 12 mars 2010 17:09

            Pourquoi les contribuables allemands ou hollandais ou danois devraient-ils payer de leur poche pour éponger les magouiles des politiciens escrocs grecs ?

            Vous oubliez un peu facilement que les escrocs grecs avaient besoin de complices pour cacher leurs méfaits. Et comme par hasard, leurs complices d’alors sont les mêmes banques qui aujourd’hui spéculent pour le faire couler. Ce sont les mêmes banques qui ont provoqué la crise que nous connaissons et qui ont profité SANS CONTREPARTIE de centaines de milliards pour « les aider » et sauvegarder l’ordre social. Cette oligarchie qui contrôle également via l’actionnariat les banques centrales privées qui ont confisqué aux états le droit de battre monnaie et qui aujourd’hui l’utilisent pour essorer les finances publiques et provoquer la dégringolade industrielle et sociale des pays occidentaux.
            Cette oligarchie qui contrôle via l’actionnariat une bonne part des médias et qui, via les lobbys, rédige les textes de lois et règlements à la place des politiques qui se contentent de les valider.
            Les escrocs grecs !! OUVREZ LES YEUX !
            Les grecs sont victimes de l’insatiable rapacité de quelques oligarques et nous seront peut-être les prochains sur la liste (ou les espagnols, les portugais, les irlandais...).


          • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 15 mars 2010 06:34

            Et les banques renflouées récemment par les Etats ?

            Elles se sont vues accorder des PRETS qu’elles ont REMBOURSé http://archives.lesechos.fr/archives/2009/lesechos.fr/10/06/300380248.htm


          • gimo 12 mars 2010 13:07

            LES CANONS DE NAVARONE 2
             
            avec GREGEORI LE PAQUET


            • Blé 12 mars 2010 13:11

              Difficile d’accepter que les peuples puissent se faire exploiter par les banquiers. Il a bien fallu la complicité des élites politiques de l’Europe pour faire main basse sur les états.
              Il n’y a donc plus de démocratie, tout juste avons nous encore le droit de voter pour celui ou celle qui mettra le plus de temps à nous étrangler.

              Nous ne pourrons pas éviter une révolte sachant que les états ont un service de sécurité à la hauteur des risques de la colère des peuples.


              • gimo 12 mars 2010 18:21

                blé 

                oui exactement vous comprenez c’est bien

                now il faut surpasser cette peur sous jacente

                la peur est petite fille de la lâchté

                qui fait que on avance pas
                un peu de courage et vous aurez plus de confiance en soi
                le courage vous grandi
                gimo
                cordialement


              • gimo 12 mars 2010 22:32

                ton père

                il y a des gens intelligents et cultives mais la peur
                du grand soir et le changement les fait peur
                la peur agit comme une anesthésie cérébrale

                 c’est la peur de soi un manque de confiance en soi
                 et
                à l’avenir la peur c’est un poison
                qui même est causse des maladies cancer
                parlysant ces défenses naturelles et et l’équilibre organique

                même quelle paralyse les pensées les plus nobles
                 la peur fait redecendre au 1 er cortex l’instinct de conservation
                egoisme et le refus de l’autre 
                 à+ cordialement
                gimo


              • ZEN ZEN 12 mars 2010 13:22

                Le souvenir de l’occupation allemande reste encore très vif en Grèce, particulièrement en Crête, où la résistance fut permanente
                Il ne faudrait pas réveiller les nationalismes
                Les touristes allemands y profitent du soleil
                La Grèce n’a pas de passé industriel semblable à l’Allemagne.
                Ses problèmes étaient connus depuis longtemps, mais Angela a fermé les yeux comme les autres pays
                D’autres pays sont plus endettés...
                La « solidarité européenne » est un vain mot
                La crise est un révélateur


                • non666 non666 12 mars 2010 13:22

                  Quelques precisions :

                  1) les etats unis ont certes « acheté » des territoires pour s’ettendre, mais concernant par exemple la Louisiane, ils n’ont JAMAIS payé.
                  Ils nous doivent donc toujours les millions de FRANCS OR depuis Napoleon....

                  2) Le discours de l’Allemagne est un moyen pour menacer , non seulement les grecs, mais aussi les polonais, les tcheques, les baltes.
                  Si l’Allemagne a eu des torts contre ces pays, elle n’oublie pas qu’au final tous ses voisins se sont servis sur son dos (sauf la france) au lendemain de la seconde guerre mondiale.
                  Elle espere bien recupere un jour la Pomeranie , les terres des sudetes, le sud du Danemark....
                  « Qui paie commande » n’est pas seulement le discours des anglo-saxons dans leur vision du monde , mais celui de tous les autres peuples germaniques en general.

                  3) Maintenant que le traité(TCE/Traité de Lisbonne) est signé , tous les abandons de souveraineté se paient ET Cash...
                  Apres tout, ce que veulent les allemands, c’est deja ce que pratiquent les anglo-saxons dans la Meditteranée...
                  Les deux plus grands ports de l’ile de Chypre (Akrotiri et Dhekelia) ont été annéxée de force en profitant de l’invasion des turques (couvert par la Vieme flotte US...)
                  Officielement les anglais louaient les deux bases (pour 99 ans) mais apres l’invasion, sous le pretexte qu’ils ne savaient pas lequel des deux gouvernments etait legitime, ils ont annexé les deux bases....
                  Si vous aviez lu le TCE en entier, dans les annexes, tout en bas, vous auriez remarqué qu’en le signant vous validiez la confiscation.... 
                  Idem pour Gibraltar , les iles anglo-Normandes , le nord de l’Irlande.
                  Si les Anglais gardent des colonies , prises de force ou par artifice juridiques dans les autres pays europeens, pourquoi pas les allemands ?

                  Je cite les Anglais, la « sorcière du nord » comme on disait en 1914 mais je pourrais montrer la « sorciere du sud » : la Turquie.
                  Elle , elle occupe toujours la Thrace, Chypre, l’Armenie, le Kurdistan et desormais, le nord de l’Irak dans le plus grand silence de nos medias complices....

                  Plus de conquetes militaires pour les allemands  ?
                  OK
                  Mais desormais, ils veulent en avoir pour leur argent et ils paient cash.
                  Tous ceux qui ont soutenu le TCE/traité de Lisbonne vont devoir regarder leur choix en face et relire les objections que nous faisions, il y a 5 ans !

                  CETTE EUROPE n’est pas la blanche colombe porteuse de paix et d’espoir que les collabos du NWO qui controlent l’information nous vendent.
                  C’est une sous-division d’un monde sans souveraineté des peuples, entierement soumis aux lois du marché et controler par des corpos.






                  • Massaliote 12 mars 2010 13:56

                    non666, merci pour ce commentaire.

                    Vous pourrez peut être me répondre Les Grecs disent : « Vous nous devez Distomo et Kalavrita”, les deux villages martyrs de Grèce dont les habitants ont été massacrés par l’armée allemande en retraite. »

                    Ca m’interpelle : l’Allemagne a t’elle versé un dédommagement à la France pour ses villages détruits et ses habitants massacrés pendant la 2ème guerre mondiale ? Sinon, pourquoi ?


                  • non666 non666 12 mars 2010 14:15

                    L’Allemagne n’a RIEN versé aux Français, ni apres la première, ni apres la deuxieme guerre mondiale.

                    Par contre NOUS , nous avons payé des indeminités de guerre apres la guerre de 1870...
                    Il serait donc juste qu’elles soient remboursées (en franc or...) ou que les allemands nous paient ce qu’ils nous doivent depuis 1914.


                    Les indeminités dues apres la première guerre mondiale n’ayant pas été payé , les français avaient voulu occupé la Ruhr.
                    Mais ce sont nos « alliés » anglais qui s’y etaient opposés, un certain nombre de leurs interets etant investi chez les gros trust germaniques (Krupp et IG farben entre autres....)

                    Idem pour les etats unis, qui n’ont pas payé la Louisiane et qu’il serait souhaitable qu’il remboursse AVANT l’effondrement du dollar.



                  • Basepam 12 mars 2010 14:22

                    Bonjour,

                    Vous êtes sûr pour le point 1/. Je ne trouve aucune référence sur le faits que les Américains n’aient jamais payés la Louisiane ?

                    Merci
                    Basepam


                  • Massaliote 12 mars 2010 14:23

                    Merci pour la réponse. Nous sommes toujours les dindons de la farce. C’est écoeurant. Une autre info, sur la stratégie du NOM : Wall Street a aidé la Grèce à dissimuler ses dettes…


                  • Massaliote 12 mars 2010 14:30

                    A rapprocher de l’opération de nos dirigeants « éclairés » contre les paradis fiscaux. Seuls 10% des fonds illégaux seraient détenus désormais en Suisse. Le reste a profité à la finance anglo-saxonne via les Iles Caïmans.

                    Pour les Iles grecques, imaginez un seul instant que le gouvernement français ait fait la même proposition. Quelle levée de boucliers merdiatiques anti-colonialistes !


                  • Basepam 12 mars 2010 14:57

                    non666,

                    Vous êtes approximatif il me semble.

                    Je pense que les Américains ont payés la Louisiane. (Je n’en suis pas 100% sûr mais je ne trouve rien sur un éventuel non paiement)

                    Les Allemands ont versé 9,5 Milliards de Marks sur les 65 Milliards que la France devait recevoir. cf http://www.academon.fr/Dissertation-La-France-face-%C3%A0-la-question-allemande-depuis-1918/4850

                    OK ce n’est pas toute la somme mais vous ne pouvez pas dire que l’Allemagne n’a rien payé.

                    Ce pense quoi il faut rajouter pour la France l’Alsace - Lorraine , le démantèlement de l’empire colonial Allemand avec le Cameroun et le Togo donnés à la France.

                    Cordialement
                    Basepam


                  • Laura 12 mars 2010 16:38

                    Basepam, l’Alsace-Lorraine était occupée par les Allemands. Ces territoires ont normalement été rendus à la France. 


                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 mars 2010 16:58

                    Napoléon a vendu la Louisiane aus USA pour une somme ridicule parce qu’il estimait qu’il était incapable de la défendre contre les Anglais étant donné que ces derniers jouissaient de leur suprématie navale.


                  • Takuan Takuan 12 mars 2010 17:22

                    @non666
                    erreur dans ton deuxième commentaire,l’Allemagne a bien payé des dommages après la deuxième guerre mondiale,notamment en finançant l’occupation de son territoire par les troupes françaises d’occupation (entre autres), dont j’ai fait partie,et que l’on appelait pudiquement forces françaises en Allemagne (FFA),ainsi qu’en finançant unilatéralement les ponts de Kehl et du Palmrain sur le Rhin et j’en passe...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès