Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les fruits de la colère

Les fruits de la colère

Bruxelles a donc demandé aux producteurs français de fruits et légumes de rembourser à l’Etat 500 millions d’euros, au titre d’aides reçues entre 1992 et 2002, jugées non conformes avec les règles européennes de la concurrence. En réalité, 330 millions d’euros d’aides sont en cause, auxquels la commission européenne ajoute 170 millions d’euros de dommages et intérêts.

Cette affaire appelle plusieurs remarques :

- Tout d’abord, elle est révélée par le ministre de l’agriculture au mois d’août, au beau milieu des vacances.
On ne pouvait pas faire mieux pour tuer dans l’oeuf toute tentative de mobilisation, et éviter que le sujet ne fasse trop de bruit. A la limite, le ministre est dans son rôle, triste mais désormais habituel, d’enfumeur. En revanche, on ne peut admettre que les syndicats agricoles et les médias, au courant depuis janvier dernier, n’aient rien dit plus tôt. En agissant ainsi, ils se sont faits complices de la stratégie de communication gouvernementale. Les producteurs de fruits et légumes apprennent pour la plupart la nouvelle aujourd’hui, alors qu’ils auraient pu se préparer bien avant.

- Sur le fond, la question n’est pas de savoir si l’Etat est coupable d’avoir enfreint les règles européennes de la concurrence. Elle consiste à se demander jusqu’à quand nous accepterons de telles règles, aussi dogmatiques que stupides.
Que reste-t-il de la politique et de la démocratie quand un Etat n’a même plus la possibilité de venir en aide à un secteur en difficulté de son économie nationale ? La vraie question est bien celle-là, et non pas la première, sur laquelle s’empressent de se jeter les tenants habituels de la pensée unique pour noyer un débat qui les dérange d’avance. A cet égard, l’éditorial du Monde du 5 août est très significatif, se faisant l’écho parfait de cette pensée unique pour qui l’Europe de Bruxelles reste une vache sacrée inattaquable.

 

Il est grand temps de se débarrasser des règles européennes de la concurrence. Les réformer ne semble pas envisageable, parce qu’elles sont la clé de voûte de l’Europe, que leur philosophie ultralibérale imprègne sa construction. Il faut donc s’en extraire, et le plus vite possible.

Si l’Europe persiste dans cette voie, avec la complicité d’un gouvernement français qui a renoncé à promouvoir ses intérêts, la filière française de fruits et légumes sera demain à terre. Il ne nous restera plus qu’à consommer marocain ou israélien.
Les fruits et légumes sont touchés aujourd’hui par cette folle idéologie. En 1996, ce fut le textile, que le gouvernement français n’avait pas eu le droit d’aider. Plus récemment, il n’a pas été possible d’assortir le plan d’aide à l’automobile d’une interdiction de délocaliser et d’une promotion des sous-traitants français.

Un délire ne se réforme pas. L’Union européenne ne se réformera pas. Elle doit être défaite, dans l’intérêt du plus grand nombre, et le plus vite possible.

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • bourgpat 6 août 2009 11:17

    ASI à réalisé un très bon papier sur le sujet.
    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2218

    [quote].........

    Comment en est-on arrivé là ?

    Ces aides ont été versées par l’Etat français à certains Comités Economiques Agricoles français pour financer des actions destinées à faire face à des situations de crise dans le marché des fruits et légumes : aléas climatiques, mauvaises récoltes. Le dispositif, appelé « plans de campagne », consistait à subventionner des prix de vente, le stockage ou la destruction d’une partie de la récolte notamment. Des aides non notifiées à la communauté européenne, et ce en toute connaissance de cause si l’on en croit le rapport de la Commission.

    En effet, dans la décision, on lit : "Certains documents en possession de la Commission indiquent que les autorités françaises étaient informées de la nature douteuse de ces actions au regard du droit communautaire. Elles mêmes qualifiaient ces actions de « largement anti-communautaires » et signalaient la « menace d’une obligation de faire rembourser par les producteurs les sommes indûment versées ». Un compte-rendu du BRM (le comité économique fruits et légumes du bassin Rhône Méditerranée, ndlr) rappelle aussi « le caractère confidentiel des plans stratégiques et le besoin de discrétion nécessaire compte tenu du principe anti-communautaire de ceux-ci ».

    "Bien qu’au courant de ces dérives tous les ministres de l’époque, de gauche comme de droite, ont approuvé et reconduit le système, sans en avertir Bruxelles« , insiste Le Parisien. »Mais Bruno Le Maire semble bien décidé à en finir avec cette affaire. Il a envoyé le 29 juillet une lettre à la Commission européenne pour lui prouver sa bonne volonté et lui annoncer que dès septembre les pouvoirs publics lanceront le processus compliqué du recouvrement de ces aides". Son prédécesseur, Michel Barnier (2007-09), se défend d’avoir laissé traîner le dossier : "J’ai moi-même dû traiter ce dossier en arrivant au ministère !« , a-t-il déclaré au Point.fr. Il a déposé un recours  »le 8 avril devant la Cour de justice européenne pour contester à la fois le montant et les modalités de ces recouvrements« , explique l’ancien ministre, aujourd’hui euro-député. La requête est en cours d’examen.

    .......

    La Tribune apportait un éclairage intéressant sur l’origine de l’enquête de Bruxelles. Celle-ci a en effet été ouverte  »à la suite d’une plainte". Qui donc avait intérêt à porter plainte ? Pas les producteurs, ni l’Etat français... Un producteur étranger ? Pas du tout. Il s’agit en fait d’une sombre affaire de « règlement de comptes dans les vergers », explique La Tribune. "Sans la guerre que se sont livrés deux exploitants méridionaux, la filière française des fruits et légumes n’aurait probablement pas aujourd’hui le couteau sous la gorge", explique le journal. Quelle guerre ? Celle qui a opposé Daniel Gomez, qui dirigeait l’organisation de producteurs Roussillon-Méditerranée, à Jean-Pierre Bourquin, qui en convoitait le contrôle. Celui-ci constate des irrégularités dans sa gestion. Informé, le ministère de l’Agriculture finit par lui couper les vivres.


    Selon les informations de La Tribune, Gomez fait aujourd’hui l’objet d’une procédure au pénal devant le tribunal de Marseille. Il est soupçonné d’avoir détourné 12 à 15 millions d’euros. « Avant de sombrer », écrit La Tribune, "il a mis à exécution sa menace de dénoncer les plans de campagne français auprès des autorités européennes". On comprend mieux pourquoi les documents sur lesquels s’appuie la Commission pour fournir ses accusations citent la plupart du temps le « Comité économique fruits et légumes du bassin Rhône Méditerranée ».

    ...........[/quote]

    Donc le remboursement de ces aides se fera au profit de l’État français qui se verra alors remboursé de ces aides de même que des intérêts des sommes ainsi prêtées. La dessus nombres de journaux font l’amalgame avec des aides européennes qui seraient à rembourser à l’Europe alors que le remboursement ira dans les poches de l’État français et de nulle autre personne.

    Quant au fait de sortir l’affaire en été, elle est au contraire largement favorables aux producteurs de fruits qui profitent alors de la somnolence des vacances pour faire passer n’importe quel message et leur permet de faire plus facilement un chantage sur les péages et les autoroute en ces périodes de grande transhumance.

    Les syndicats agricoles étaient au courant de caractère indu de ces aides depuis largement aussi longtemps que des ministres en charge de ce dossier.


    • nightflight nightflight 6 août 2009 22:45

      Merci de l’info Bourgpat

      Ca c’est bien le monde d’aujourd’hui !

      Un responsable détourne de l’argent, se couvre à l’aide d’une menace, la met à exécution et toute une corporation se retrouve dans la difficulté.

      Celui-là, le jour où il a postulé, il aurait mieux fait de se casser une jambe !


    • fhefhe fhefhe 6 août 2009 11:32

      Ce n’est pas 500 Millions d’€ mais 700 Millions d’€ ... !!!!!
      Info de ce jour , donnée , par Tous les Médias ... !!!
      « Pôvre » paysans....et leur dizaines d’Hectares.... !!!
      Et si les Traders de la BNP les aidaient.... pour spéculer avec leur primes...sur le Prix de la Patate....ou des Topinembour....c’est selon que leur Prévision sur la classe moyenne dans les prochaines années soient optimistes ou pessimistes...
      Que manger nos Grans parents en temps de Guerre ?????


      • Paul Cosquer 6 août 2009 11:59

        Le titre de l’article du Figaro me fait bien rire « Aide agricoles : la facture pourrait s’alourdir un peu plus ». 200 millions « un peu » plus ! C’est vrai, qu’est-ce que 200 millions pour les actionnaires du Figaro, les banquiers et les amis de Sarko ? De l’argent de poche ? Donc, « un peu »...


        • Le péripate Le péripate 6 août 2009 12:03

          J’aimerai bien savoir comment les ultra antilibéraux justifient le fait qu’une vache française reçoit par jour 2,2 dollars, soit plus que le salaire journalier d’un milliard d’êtres humains ?

          Probablement un secteur en difficulté.


          • Sébastien Ticavet 6 août 2009 12:31

            Comparaison n’est pas raison Péripate. Vous payez certainement plus cher votre abonnement internet qu’un paysan éthiopien ne l’est. Voilà une autre comparaison sans intérêt.


          • Le péripate Le péripate 6 août 2009 13:09

            Sauf qu’il ne s’agit pas de dépenses publiques.


          • jps jps 6 août 2009 13:49

            renseignez avant d’affirmer de la sorte 


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 03:42

            Laisse tomber Léon. Ce n’est qu’un petit con de ministre australien qui ainsi dénonçait les aides européennes. On ne va pas s’emmerder, si nous avons envie de payer plusieurs fois, une fois par nos impôts et une autre fois à l’achat, c’est notre fierté n’est-ce pas ? Quelle est votre marque de vaseline, ça a l’air de glisser drôlement bien ?
            Et, bien sûr, les producteurs africains vous remercient de les étrangler.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 03:44

            Et après, ça tient des discours sur la pauvreté, blabla. Enfoiré, va !


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 08:55

            Changez de disque, celui ci est rayé. L’argument est que ceux qui soutiennent les politiques d’assistance à l’agriculture font crever de faim les producteurs des pays émergents. Ils sont au minimum des hypocrites et plus probablement s’ils en sont conscients des enfoirés.

            Répondez à ceci coquelet infatué ou cessez d’importuner.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 10:33

            Je vous rappelle qu’il existe en France un régime d’assurances chômage obligatoire, et que les indemnités sont ouvertes çà ceux qui ont été à la fois licenciés et qui ont cotisés.

            Ceci étant dit (il n’y avait bien entendu aucun rapport entre le chômage et la PAC, mais les attaques had hominem sont le lot de ceux qui n’ont pas d’autres arguments), je reviens au débat.

            Les politiques d’aides à des secteurs économiques défaillants sont du protectionnisme abusif qui ont pour effet indirect d’empêcher les producteurs des pays émergents d’accéder à nos marchés, d’une part, et d’autre part favorisent indument la pénétration de nos produits sur les marchés du Tiers-monde, ruinant par ce fait leurs producteurs. Je constate donc que vous soutenez cette forme insidieuse de colonialisme tout en tenant par ailleurs un discours sur la pauvreté comme résultat du capitalisme. Vous êtes donc au minimum un hypocrite, pour ne dire plus (enfoiré ? crapule ?....)


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 12:23

            Oui. Remettez votre chien à la niche. Il a des puces.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 12:32

            Ceux qui pratiquent la diffamation et l’insinuation ne mérite que le mépris.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 12:46

            Reneve, remontez le fil. Vous verrez que la première insulte venait de Léon. Je n’ai pas l’habitude de me laisser marcher sur les pieds.
            On ne cause pas avec les gens comme vous. On les combat.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 13:30

            Je vais vous mettre les points sur les I. Parler de secte est insultant. J’ai, à plusieurs reprises, présenté une argumentation. Je vous laisse une dernière chance de ne pas paraître ridicule.

            Attention Renève, ceci qui suit est une argumentation.

            La PAC est un protectionnisme dont le résultat est l’appauvrissement des producteurs des pays émergents.
            C’est simple, aisément compréhensible même par un enfant de dix ans.

            De plus, j’affirme qu’il est hypocrite de défendre les interventions étatiques dans l’économie nationale et d’avoir simultanément un discours qui dit que la pauvreté est le résultat du libre-échange.
            A vous.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 13:33

            Je laisse tomber. Vous êtes d’une mauvaise foi incommensurable..


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 13:39

            Juste pour le plaisir : que penser d’un individu qui préconise les punitions corporelles en guise d’éducation ? Je vous laisse choisir le mot le plus adéquat.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 13:47

            Un Kleenex, brute épaisse ?


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 14:04

            Non, je ne le connais pas, et n’y tiens pas, les cogneurs d’enfants me font horreur.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 14:10

            Tous les pays occidentaux pratiquent ce type d’aides, et c’est bien le drame. Il est donc futile et inepte d’en tirer argument pour dire que cela a permis à notre agriculture d’exister par rapport aux autres agricultures aidées. Non seulement cela freine la destruction créative, mais la situation est protectionniste et il y a de la pauvreté en Afrique, qui ne peut en conséquence être le résultat d’un libre-échange inexistant.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 14:23

            Il n’y a pas diffamation dans la mesure où ce sont vos propres propos. Reportez vous au lien donné plus haut. Aussi, si vous le souhaitez, portez plainte, je vous attends de pied ferme.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 14:31

            LOL.
            Bon, je présente mes excuses à Monsieur Reneve. Le fait qu’il préconise claques et coup de pieds au cul n’en fait pas un cogneur, terme abusif je le reconnais.
             C’est bien parce que c’est vous qui me le demandez. Mais que ce cuistre me lâche les baskets.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 14:37

            Le Furtif, si je ne voulais pas éviter de donner du grain à moudre à des gens sans scrupules dans votre genre, je vous dirais bien les très belles études qu’ont faites mes enfants, bien au dessus de ce qui est habituel pour des enfants issus d’un milieu relativement modeste et pas de l’Education Nationale. J’en suis très fier, et je vous prie de ne pas toucher à ma famille si vous avez quelque honneur.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 16:05

            Il se trouve, Monsieur Reneve, que je suis tout autant capable d’un langage relâché que d’un style soutenu. Tout dépend de l’interlocuteur et de ses intentions. Je ne suis pas un enfant de la haute et suis largement autodidacte, ceci expliquant cela.

            Je citerais des auteurs confidentiels ? Il est vrai que je n’ai guère de goût pour Badiou, Chosmsky, Klein, Coupat et autres bourdieuseries. Enfin, plus de goût serait plus exact, et c’est bien ce que vous ne me pardonnez pas.
            Et en fait, vous avez raison : trouver un livre traduit de Hayek en France relève de l’exploit (bien qu’une sortie récente semble montrer un regain d’intérêt). Quant à Bastiat on ne trouve que des exemplaires défraîchis : l’Université marxiste a veillé. Mais Furet, Marseille, BHL, Gluksmann sont tout sauf confidentiels. Je sais, ce sont eux aussi des traîtres. Il faut vous y résoudre, hors des bastions de la Gauche les intellectuels désertent les idéologies totalitaires.
            Mais je serais ravi de débattre avec vous, quoique j’ai un doute sur vos motivations qui n’ont été jusqu’à présent que de l’ordre de la destruction.

            Nous verrons.


          • Le péripate Le péripate 7 août 2009 16:25

            Bon, et bien le non-débat est clos.

            GoodBye Lenin.


          • dom y loulou dom 12 août 2009 15:07

            blablabla le péripate


          • jps jps 6 août 2009 12:18

            qui paient ? toujours les mêmes !

            les deniers publics servent aux grandes entreprises aux patrons pêcheurs, restaurateurs, producteurs de fruits et légumes qui recrutent en majorité des saisobnniers étrangers,.. Tout ceci toujours dans le cadre de la mutualisation des pertes et la privatisation des profits.

            Qui sont les parasites de la société ?

            L’économie française est sous perfusion et la dette s’accroit..


            • nightflight nightflight 6 août 2009 22:40

              Qui sont les parasites de la société ?

              C’est une question, et j’y réponds : Les vrais parasites de la société sont les banques et les spéculateurs de tout poil.


            • LE CHAT LE CHAT 6 août 2009 15:21

              cette sombre histoire ne va pas contribuer à ce que les français veulent plus d’Europe et aillent voter pour des enculeurs de mouches détérants les cadavres de plus de quinze ans ! n’y a t il rien de plus urgent à faire ! une législation européenne réglementant drastiquement le bonus des traders par exemple .....


              • taktak 6 août 2009 17:29

                Mais les français ne veulent pas plus d’Europe.
                Il ne veulent tout simplement plus d’UE, celle de Rome, de Maastricht, de Lisbonne etc.

                Dois je rappeler les faits : Mastrich : référendum le oui l’emporte avec 500 000 voies d’avance (13.165 millions de oui contre 12.626 millions de non), mais avec plus de 900 000 bulletin nul (pour 26.5 millions de votants et 38.3 millions d’inscrit)
                Élection européenne désertés un peu plus à chaque élection par nos concitoyens (près de 60% d’abstention)
                Référendum sur le TCE : 15.5 millions de non, 12.8 millions de oui 728 000 blancs ou nul, (pour 41.799 millions d’inscrit et 28.995 millions de votants). le nombre d’européiste à diminuer de 400 000 personnes, celui de gens censés à augmenter de 3 millions !)

                Les gens ne veulent pas de cette europes basé uniquement sur la course au profit et à l’enrichissement de quelques un et l’asservissement des autres, en bref de cette europe instituant le totalitarisme capitaliste, digne fille de la Gross Europa , en plus présentable.


              • tchoo 6 août 2009 17:21

                La question ne se pose même pas de rembourser.

                Quand on connait les tracasseries administratives inhérentes à ce genre d’aides, si les fonctionnaires français se sont trompés, tant pis pour eux, yaka leur retenir sur leur salaire de haut fonctionnaire.

                Messieurs les agriculteurs refusez de payer !


                • wesson wesson 7 août 2009 00:36

                  bah, tout ceci n’est qu’une petite tempête dans un verre d’eau.

                  Il aura suffit au gouvernement Français de taper un peu du poing sur la table - ils ont peut-être causé à la commission des jacqueries à la Française, on sait ou ça démarre, on ne sait jamais quand ça s’arrête. Dans un contexte ou l’Europe est dans une profonde crise de légitimité, et que la règle du jeu une nième fois réécrite doit être adoptée de force par les Irlandais, ce n’était pas le moment d’avoir les péquenots Français à Bruxelles.

                  ça durera le temps que l’horizon électif européen soit un peu dégagé, la commission recommencera aussi sec à entonner son chant libéral.

                  D’un autre coté, ça serait quand même un peu bien fait que tout ces bouseux qui votent à droite se trouvent dans la situation des chômeurs et autres laissés pour compte qu’ils se plaisent à stigmatiser à longueur de journée.


                  • Bois-Guisbert 7 août 2009 08:10

                    On ne pouvait pas faire mieux pour tuer dans l’oeuf toute tentative de mobilisation...

                    C’est bien connu, en août, les deux tiers de la France sont en vacances.

                    En ville, c’est comme ça que ça se passe... Donc, à la campagne aussi, parce que ça a bien évolué, ce n’est plus arriéré comme une fois...

                    Et pendant ce temps, quelque cinquante variétés de fruits et légumes de saison, attendent sagement la rentrée...

                    Sacrés citadins.


                    • non666 non666 10 août 2009 18:51

                      Plusieurs choses :
                      1) 16 ans apres les faits, la racaille bruxelloise demande un retour arriere en matière de subvention ....
                      A quoi rime cette revendication ?
                      Les paysans français sont actuellement montré du doigt pour etre les plus « subventionnés » mais on oublie de dire que c’est avec NOTRE argent , donné a Bruxelles et revenu avec le tampon « Union europeenne »....
                      Il suffit de plus payer Bruxelles et de laisser mourir le « machin » par deficit .
                      Qui paira  ?
                      Les anglais ?
                      Ils n’ont JAMAIS rien mis en commun au pot europeen....


                      2) Cette affaire survient au momen ou il est de plus en plus quistion d’arreter la PAC.
                      Il est evident que les agriculteurs, surtout en ce moment, n’ont pas les moyens de rembourser quoique ce soit.
                      On chercherait a leur faire accpter la mort prematurée de la PAc contre « l’oubli » de ce remboursement qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

                      3) L’UE se tait sur les subventions aux banques, a TOUTES les banques europeennes.
                      L’UE se tait sur la faillite importée des etats unis par des agences de ratings qui ont sciemmenht menti aux banques et aux investisseurs europeens et ne demande aucun remboursement a ces agences et aux banques US qui ont arnaquées la terre entière...
                      Mais au moment ou des tensions se font palpable sur la penurie alimentaire, au moment ou il est plus opportun que jamais d’organiser l’independance alimentaire de l’Europe on cede aux exigence US d’arret des subventions agricole (europeennes ) tandis que les exporteurs Us sont plus subventionnés que jamais (grace a un dollar en chute libre que ...nous soutenons.... !)

                      L’Europe en marche est exactement ce qu’annoncait les plus pessimistes des prophètes : un cache sexe a peine camouflé pour le grand marché mondial exigé par les etats unis , sous leur exclusif control.

                      On relira la Marseillaise, hymne national toujours d’actualité :

                      "Que veut cette horde d’esclaves,
                      De traîtres, de rois conjurés ?
                      Pour qui ces ignobles entraves,
                      Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
                      Français, pour nous, ah ! quel outrage
                      Quels transports il doit exciter !
                      C’est nous qu’on ose méditer
                      De rendre à l’antique esclavage !

                      Le traitre, il est au sommet de l’ETAT mais cela fait longtemps que d’autres sevissaient deja.
                      Les fers et les entraves , on le devie sans peine, c’est l’immonde TCE rebaptisé ACCORD de Lisbonne






                      • non666 non666 10 août 2009 18:53

                        « Quoi ! des cohortes étrangères
                        Feraient la loi dans nos foyers !
                        Quoi ! ces phalanges mercenaires
                        Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis)
                        Grand Dieu ! par des mains enchaînées
                        Nos fronts sous le joug se ploieraient
                        De vils despotes deviendraient
                        Les maîtres de nos destinées ! »


                        De vils despotes qui deviennent maitre de notre destiné..
                        Des mercenaires qui nous soumettent...on y est non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès