Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Suspendre Schengen : il faut le faire au lieu d’en parler

Suspendre Schengen : il faut le faire au lieu d’en parler

Après l'octroi de visas Schengen pour leur permettre de séjourner partout en Europe, donc en particulier en France, un pas de plus vient d'être fait pour diriger vers la France les clandestins qui débarquent à l'île de Lampedusa. D'après une télé italienne, relayée par Fdesouche.com, les autorités italiennes offrent des billets de train gratuits Rome-Vintimille aux clandestins.

Comment en est-on arrivés là ?

A l'origine, le traité de Schengen ne devait pas supprimer la surveillance aux frontières, mais seulement la déplacer. Il y aurait une frontière unique européenne au lieu de frontières nationales, et elle n'en serait que mieux protégée. A plusieurs, on est plus forts, nous disait-on. Et d'ailleurs, nous serinait-on encore à l'époque où l'on cherchait à nous vendre le traité, Schengen peut être suspendu en cas de nécessité.

On a vu la suite ...

On rappellera que Rome offre déjà aux clandestins des visas de séjours de six mois dans l'espace Schengen, c'est à dire, concrètement, la possibilité de passer en France. Devant une attitude aussi égoïste, le bon sens voudrait que la France ferme sa frontière avec l'Italie et sorte du traité de Schengen, qui permet aux moins coopératifs d'être généreux avec le territoire des autres.

Des velléités paraissent vouloir aller dans ce sens, mais elles sont minimes, limitées dans le temps, et s'analysent davantage comme une opération de communication du gouvernement que comme la mise en place d'une vraie barrière. La circulation des trains avait été suspendue entre Vintimille et la France ... oh rassurez-vous ... juste une journée ! Maintenant, Sarko propose de revoir le traité de Schengen, ou plutôt quelques-uns de ses mécanismes. On va en discuter au rythme lent des instances européennes, et, pendant ce temps, les arrivées continuent.

Comment en est-on arrivé là ? Un article du Figaro montre comment une brêche suffit à rendre inutile un rempart. Il rappelle que :

"Lorsque la France, l'Allemagne et les trois pays du Benelux ont décidé de supprimer les contrôles pour ouvrir un espace européen sans passeport en 1985, tous avaient compris que le relâchement à l'intérieur aurait pour contrepartie le renforcement d'une frontière externe devenue « commune ». "

Quelle naïveté ! Depuis, le gouvernement des juges est passé par là :

"Depuis le 21 janvier, un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme interdit aux autres États de Schengen de renvoyer dans la péninsule les clandestins arrivés par la Turquie. La règle qui fait de tout pays placé en première ligne le gardien de sa part de frontière européenne se retrouve ainsi abolie, sur l'un des fronts les plus chauds de l'immigration."

Donc, pendant que les clandestins entrent comme ils veulent aux points les plus faibles du dispositif, et viennent ensuite comme ils veulent dans le pays le plus généreux, c'est à dire la France, notre président envisage de demander des discussions sur d'éventuels aménagements du traité.

Ces simples velléités suffisent à indigner les socialistes. Selon Sandrine Mazetier, secrétaire nationale à l'immigration, une révision du traité : "signifierait concrètement le rétablissement d'une frontière et la fin de la libre circulation des personnes, droit fondamental garanti aux citoyens de l'Union européenne depuis vingt ans".

Le Front national dénonce une supercherie, et Marine Le Pen estime que "la seule position raisonnable est de négocier la sortie de l'espace Schengen au plus vite".

Elle avait avant cela demandé que les débarquements soient empêchés physiquement par une action conjointe des marines française, italienne et espagnole.

Côté UMP, on essaya de tirer un profit médiatique d'une idée voisine, mais, comme toujours avec ce parti, sous une forme castrée. La députée Chantal Brunel, d'ailleurs isolée sur ce point, parla de remettre les clandestins dans des bateaux. La nuance est à souligner. Remettre dans des bateaux, ce n'est pas empêcher le débarquement. Pour pouvoir remettre dans un bateau un clandestin déjà installé en France, il faut une autorisation du juge et elles s'obtiennent au compte-goutte. Marine Le Pen souligna les différences. Par ailleurs, même vidée de toute puissance, la proposition suffit à déclencher, dans toute la bien-pensance, une "chasse à la Brunel".


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


    • Eliott40000 26 avril 2011 00:20

      Hélas oui. La connerie elle, n’a pas de frontière


    • gorio 26 avril 2011 11:15

      faut quand même avouer, calmos, que tes potes les réac et toi, vous n’arrêtez pas de balancer sur ce site toutes vos peurs et vos raccourcis faciles. On voit bien que Catherine à la blanche fesse et vos potes à la flamme tricolore êtes en mission commandé. C’est purement et simplement un braquage idéologique sur un site d’information open source. Vous n’êtes pas les premiers à essayer et comme vous manquez clairement de subtilité on vous voit arriver par vague avec vos gros sabots. Alors on va patienter en espérant que vous vous cassiez d’ici rapido. 


    • LeGus LeGus 25 avril 2011 16:00

      Je vous cite :
      « Côté UMP, on essaya de tirer un profit médiatique d’une idée voisine, mais, comme toujours avec ce parti, sous une forme castrée... »

      Donc si je vous suis bien Marine ces Nico avec des couilles...ça promet.
      Et Cathy Ségurane c’est Vardon avec ou sans ?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Nissa_Rebela


      • foufouille foufouille 25 avril 2011 16:20

        d’un certain point de vue, ils devraient faire la revolte chez eux
        une arbalete, 50 carreaux et un parachute
         smiley


        • manusan 25 avril 2011 16:48

          Ils ne viennent pas de la gagner leur révolte ?

          Juste le parachute ou une bouée.


        • xray 25 avril 2011 17:00


          Dans le contexte actuel, la place des Maghrébins est au Maghreb. 

          Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 

          Le bourbier européen 
          http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com 



          • Heil Cartman Heil Cartman 26 avril 2011 14:32

            Bon bah ça a le mérite d’être franc (humour), vus prenez même plus la peine de parler de « l’immigration », votre discours c’est direct : dehors les arabes !

            Et si Marine devient présidente et les fout tous à la porte, ce sera qui ensuite ? Les noirs ? Les Indiens ? Les Chinois ? Les juifs ? Les anglais ?


          • xray 25 avril 2011 17:01


            La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
            (Le malade, l’industrie première.) 

            En France, on n’a pas de pétrole mais on dispose d’une mine d’or inépuisable en argent social. (Argent social dans lequel certains puisent à volonté.) 


            Les
            Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
            Ils sont soumis à : 

            - Une monnaie d’occupation ; 

            - Des journalistes d’occupation ; 

            - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

            - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

            Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

            - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
            Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

            L’Europe est soumise au dictat de l’axe CIA-Vatican. 
            Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

            - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

            - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

            - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc. 

            Le bourbier européen 
            http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com 

            Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
            http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 

            Axe CIA-VATICAN 
            http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/29/axe-cia-vatican.html 



            • Algorab 25 avril 2011 17:21

              Un petit rappel : lors de la création de l’espace Schengen, les états qui voulaient en faire partie on refusé de mettre en commun la gestion de l’immigration.

              C’est pour moi le coté le plus absurde. Autant offrir un espace de liberté pour les européen est super, un espace commun à partager, il aurait fallu y mettre une gestion commune.

              3 problèmes :

              1 : pas de frontières renforcée, il existe bien l’agence Frontex mais plusieurs états membres (dont la France) refusent d’augmenter le budget et les moyens de l’agence européenne de surveillance des frontières.

              2 : pas de gestion commune de l’immigration, c’est-à-dire que chaque pays à ses propres règles en matières d’immigration, de délivrance de visas ou de permis de séjour, ce qui fait qu’avec Schengen ça n’a pas de sens. Il suffit pour un réfugier de se pointer chez les plus laxistes et le tour est joué.

              3 : pas de gestion partagée des casiers judiciaires, une aubaine pour toute sorte de criminels.

              L’espace Schengen est une superbe idée, surtout pour les gens honnêtes, touristes ou travailleurs peuvent circuler librement. C’est n’est pas parce que quelques milliers de clandestins ou de criminels posent problèmes qu’il faut saborder un projet qui sert des millions d’européens chaque jours.

              Dans cette histoire la responsabilité revient aux chefs d’états qui veulent jouer les gros bras et chacun tire la couverture dans sa direction.


              • Catherine Segurane Catherine Segurane 25 avril 2011 17:42

                Avec une gestion commune de l’immigration, je crois que ce serait pire, car il y a plein de pays laxistes.


                Pour moi, la seule solution est la sortie complète de Schengen et le retour aux frontières nationales.


              • dédé 25 avril 2011 17:28

                l’UPM c’est blablabla...au service du medef, comme le PS au niveau territorial.
                de l’esbroufe devant les caméras et les amis journalistes et rien concrètement.
                que ce soit hortefeux ou guéant...comme sarkozy avant eux...c’est 0 !
                La politique de l’UMPS est résolument tournée vers l’immigration de masse malgré ce qu’il tente de nous faire croire.
                les conséquences de cette immigration sont lourdes pour notre sécurité, identité, porte monnaie...les caisses de retraite, de la sécu...


                • dédé 25 avril 2011 17:48

                  tout à fait Ségurane, lorsque l’on voit la « politique » Roumaine concernant ses ROMS...trop facile de quémander l’argent de l’europe (France Allemagne) pour ne rien faire, pire, accélérer la chose pour quémander encore plus.


                  • Heil Cartman Heil Cartman 26 avril 2011 14:54

                    Si vous voulez on peut vous installer un petit bunker avec une MG-42 rien que pour vous.

                    Vous voulez un bloc-note pour compter vos points ? Les femmes et les enfants ne valent plus le double de points depuis la dernière mise à jour, va falloir mettre les bouchées doubles pour garder le score.

                    Cadeau : Mr Manhattan - FPS Bosnie (oui bon, c’est la Bosnie, mais ca va vous plaire quand même, à la fin il parle de la version « Palestine » à venir.)


                  • HELIOS HELIOS 25 avril 2011 19:11

                    Encore une fois, le probleme est vicié a la base.

                    Ce n’est pas « l’etranger » qui est visé, quand un argentin, un sud-africain, un coreens vient en Europe, personne n’y voit de probleme. Tout le monde est heureux de ne pas rencontrer de gabelous ou de gendarmes en travers de l’autoroute. Qui va crier au scandale si un americain, un canadien, un australien, un japonais viens chercher a la prefecture une carte de sejour ?

                    Mais ce n’est pas la circulation des personnes qui est mise en cause, mais la migration.

                    Comme pour l’islam, le probleme vient de l’afrique, du moyen orient. Comment faire pour bloquer legalement les uns sans bloquer les autres... et sans etre accusé de discrimination ?

                    Shengen est un traité généreux, qui ne peut fonctionner qu’entre pays similaires au point de vu economique et... culturel.
                    Si les europeens veulent conserver Shengen, il est imperatif de controler les frontieres exterieures... et pas seulement que dans l’espace, mais aussi dans la qualité. des migrants. « immigration choisie », dites vous....

                    Que c’est horrible tout ça ! aurai-je pu penser en arriver là, il y a 20 ans seulement... j’ai l’impression de me reveiller d’un cauchemar... qui prend realité au fur et a mesure que mes yeux s’ouvrent....


                    • suumcuique suumcuique 25 avril 2011 19:35
                      Encore une fois, il est naïf d’attendre de politicards qui ont participé à la formulation et à la mise en place des accords de Schengen qu’ils abrogent ou même suspendent ces accords : autant leur demander de scier la branche sur laquelle ils sont assises.

                      Tant que la cause n’aura pas été supprimée pour de bon, les conséquences qui en découlent se feront de plus en plus sentir dans tous les sens du terme. 

                      Les conséquences, ce sont les vagues migratoires extra-européennes qui se déversent continuellement sur l’Europe avec la complicité de la progéniture des mafieux parachutés en 1944 dans toutes les capitales européennes, y compris à Rome, par les Yankees et leurs commanditaires. La cause, c’est précisément ces mafieux, de gauche ou de droit libéralo-mondialiste. 

                      Tant que ces mafieux aux ordres des forces d’occupation n’auront pas été chassés du pouvoir, ils poursuivront sans relâche leur politique d’extermination systématique de l’Européen de souche au moyen de l’immigration extra-européenne. 

                      Un intervenant a parfaitement raison de souligner la connivence entre la CIA et le Vatican. Pour comprendre à quel point il y a collusion entre la CIA et le Vatican, il faut d’abord se défaire de l’illusion selon laquelle nous vivrions dans des Etats laïcs. L’amour du prochain, l’acceptation inconditionnelle de l’« Autre », l’accueil obsessionnel de l’étranger, l’internationalisme congénital, l’égalitarisme maladif, quasiment toutes les illusions et les poisons de l’idéologie républicaine dérivént de la Bible. N’oublions pas que c’est en grande partie à cause des préceptes chrétiens que Rome fut minée et détruite. Sans trop entrer dans des considérations historiques, il suffira de faire observer à cet égard que, une fois Rome détruite, l’Eglise aurait déjà atteint ses objectifs internationnalistes il y a quelques siècles, si, au même moment, des tribus, descendus du nord de l’Europe, n’avaient envahi la péninsule italique pour relever Rome, pour reprendre les valeurs romaines et fonder, sur ces valeurs, des royaumes dans toute l’Europe, avec leurs qualités et leurs défauts, certes, mais, au moins, des royaumes européens. Pour l’Eglise et ses pseudo-valeurs internationalistes, tout, au cinquième siècle, était à refaire. Et le chemin allait être long. Il lui aura fallu quelques dix siècles pour se débarasser de l’autorité temporelle incarnée par les descendants des Franks, des Goths, etc. Mais elle y est finalement parvenu et, de nouveau, ses pseudo-valeurs internationalistes peuvent triompher sous couvert de républicanisme et démocratie, d’amour et de partage, mais, cette fois-ci, sans partage. Sans partage, car elle a placé à la tête de tous les pays européens des hommes à elle (la CIA, sous bien des rapports, est organisée à la jésuite). C’est si vrai que la première destination des politicards européens, y compris la Merkel, une fois « élus » au suffrage universel, est le Vatican, ce kyste cancéreux levantin incrusté dans le corps de l’Europe depuis vingt siècles. Pourquoi croit-on que le successeur de Pierre a lancé encore aujourd’hui un appel à la « solidarité » et à l’« accueil » pour tous les réfugiés d’Afrique fuyant les pays arabes redevenus « libres » ? Tout simplement parce qu’il cherche à galvaniser ses troupes : la racaille de politicards qui, sous des oripeaux démocratiques et républicains, appliquent, aux quatre coins de l’Europe, les préceptes millénaires de l’Eglise.

                      Dans ces conditions, on aurait presque - c’est-à-dire, si l’on était chrétien - pitié des laïcs sincères qui continuent à défendre leur beef-steak droitdelhommiste sans se rendre compte que la démocratie et le républicanisme ne sont que les oripeaux francs-maçons de la théocratie à venir. Parce qu’on aime pas trop chialer, on leur conseillera tout simplement de relire la déclaration des droits de l’homme en la comparant aux évangiles et à l’ancien testament... 

                      • Lorelei Lorelei 25 avril 2011 20:34

                        Le visa Schengen stipule que pour entrer dans l’UE il faut :
                        - être en possession d’un titre de transport valide,
                        - être en possession d’un visa pour un séjour de courte durée si cela est exigé ;
                        - être en mesure de démontrer l’objet du déplacement ;
                        - être en possession de moyens de subsistance suffisants pour la période du séjour et le retour,
                        - être assuré par une assurance voyage,
                        - en outre, vous ne devez pas figurer dans le système d’information de Schengen aux fins d’un refoulement et vous ne devez pas être considéré comme une menace pour l’ordre public ou la sécurité nationale pour tous les États de Schengen.


                        • mouvement démocrate cluny mouvement démocrate cluny 25 avril 2011 21:04

                          Schengen et la vaccination même traitement pour faire face là l’intrus repéré … Petit tour du côté de la vaccination si chère à nos gouvernants  « une campagne qui nous alerte sur nos défenses immunitaires et qui abat notre terrain « humanitaire »…

                           

                          La rougeole un virus, soit disant véritable fléau qui nous donne des boutons jusqu’à en mourir, la vaccination, un remède, par 2 coups répétés, proposée comme panacée pour  la quasi totalité de la population. Une protection imparable pour  ne plus avoir l’occasion de rencontrer l’intrus qui surprend nos défenses immunitaires. Mais attention, la rencontre de l’autre dans notre terrain, nous fait toujours grandir en « personnelle » immunité alors que s’en protéger à l’outrance, nous conduit immanquablement à devenir tributaire de protections infiltrées par des experts, spécialistes de la médications en tous genres .

                           

                          Par ces vaccinations répétés, notre terrain humanitaire semble vacillé. Il en va de même quant il s’agit de politique en humanité, la méthode pour traiter le fléau de ces migrants, arrivés par flot sur notre terrain, si bien vacciné, semble être de la même veine. 

                           

                          Ils envahissent nos fictives frontières et font tomber nos défenses, la vaccination s’appelle tout simplement Schengen que l’on veut momentanément suspendre en attendant de nous vacciner pour 2012 assurément !

                          Parlons de cette campagne menée tambour battant pour la vaccination, cette semaine la vaccination est de retour avec son lot de rappels en tous genres…

                           

                          La Semaine Pascale étant achevée,  le 26 avril, ne ce sera plus l’heure de la gourmandise… Le temps est  donc venu de nous alerter pour nous gourmander sur nos libertés prises au sujet de ce que l’on appelle le principe de précautions.

                           

                          Il est vrai qu’après l’échec cuisant, du Gouvernement, sur sa campagne bien orchestrée pour contrer le H1N1, invasion qui devait, tous, nous rendre HS, il est l’heure, aujourd’hui, de resservir les plats mais cette fois ci sans chocolat, la dose serait un peu forte et nous serions marron.

                           

                          Les forteresses, il est vrai, s’écroulent toujours par des coups de boutoir répétés et sur le maillon faible, s’il vous plaît…  que ne ferions nous pas, pour nos enfants si fragilisés !

                           

                          Si le H1N1 n’a pas eu véritablement de tremplin dans les communs, il a permis, tout de même, de vacciner certains laboratoires en leur injectant de quoi avoir du répondant pour d’autres crises à venir…

                           

                          L’Europe, nous dit-on, se laisse envahir par une recrudescence des cas de rougeole et surtout la France, les cas ont été multipliés par 100 depuis 2007, cette épidémie est due à une négligence, la vaccination est insuffisante, les rappels ne se font pas et surtout, 95 % de vaccinés, serait le chiffre pour éradiquer cet intrus si dangereux pour notre sécurité…

                           

                          Certains rêvent, peut-être d’être, élus à 82 %, sans envahissement démocratique où tout le monde à le droit de cité et sans contestation comme une certaine année 2002, le 21 avril où tout le monde a été vacciné  … Plus de programmes à proposer, qu’un front à opposer, le filet est bien tendu, le ACE imparable, seuls les candidats sur terre battue reste à définir…

                           

                          Depuis 5 ans, nous dit-on, certains pays ont pris des mesures, mesures d’informations de tous les acteurs en influence et mesures cohercitives pour faire plier les défenses des citoyens récalcitrants.

                          les autorités des pays du nord de l’Europe (Suisse, Autriche, Allemagne, Norvège) eux ont réagi mais oui : vaccination des enfants non immunisés dans les écoles touchées (notamment celles où l’on refuse la vaccination pour des raisons anthroposophiques), les centres d’accueil et autres, distribution d’information dans les institutions touchées, articles dans la presse pour conseiller la vérification du statut vaccinal, rattrapage vaccinal, vaccination des adultes non immunisés, éviction des écoles des enfants non vaccinés et possibles cas-contacts, fermeture temporaire des écoles affectées, présentation du certificat de vaccination (complète) pour réintégrer une école…

                           

                          Les méthodes et les arguments servis pour éradiquer la rougeole, partent de la même seringue que ce que l’on nous injecte, pour contenir l’afflux de ces migrants qui comme le virus nous alertent sur nos  dernières défenses.

                           

                          La vaccination, à outrance, en voulant faire notre bien, fait chuter notre terrain et les réponses alors  ne sont plus adéquates face au danger que constitue l’altérité.

                          Allérgique, nous devenons, au point qu’un flot de pollen, relayé par le vent des médias, nous empêche de respirer, nos bronches menacées d’asphyxie, la ventoline, rassurez –vous, est prête à être respirés par nos poumons affolés, la dilatation n’est pas loin …  

                           

                          Une ventoline vient de nous être proposée par notre gouvernement en mal de solutions, Shengen et sa mise en vacance provisoire, une bouffée d’air de notre cher Nicolas… Mais tout ceci fait tomber nos défenses humanitaires et nous menne tout droit à la peste qui comme on le sait a fait des ravages au coeur de nos consciences en vaccinant notre humanité.

                           

                          En répondant au virus du Front National par la fin, momentanée, des accords de Shengen, nous préparons le terrain, affaiblit et sans réponse adaptée face aux dangers, à recevoir d’autres invasions… Invasions d’Idées et d’ Actions considérés comme insoutenable dans un  passé proche mais que l’on manipulent dans les laboratoires de pensées, en agitant les principes de précautions… Notre terrain perméable à toutes les fausses bonnes idées est prêt, dans un futur proche, à ingérer tous les virus qui arraisonneront notre raison !

                          http://www.mouvement-democrate-cluny.com/

                          Nathalie SIMON


                          • suumcuique suumcuique 25 avril 2011 23:10

                            Alors que « les membres de la protection civile italienne distribuent des billets de train gratuits pour permettre aux Tunisiens d’arriver jusqu’à Vintimille, dernière ville italienne avant la frontière française » et que tout ce beau monde est accueilli à bras ouverts par les représentants de la République, il faut être bien ingrat pour tenir les propos suivants : "Sarkozy et Berlusconi font honte à l’Europe. Ils sont la honte de l’Europe. Quand ils se renvoient des immigrants comme des produits dont on veut se débarrasser par delà les frontières, en remplissant ou en bloquant des trains à Menton et à Vintimilles, ils se comportent d’une façon absolument indigne.« 

                             »La France devrait au contraire être à la tête d’une réponse européenne coordonnée. Ce serait une erreur funeste que de renoncer à la politique commune qui est celle de Schengen qui consiste, à la fois à gérer un espace de liberté de circulation dont bénéficient tous les européens, mais aussi un contrôle commun à nos frontières."http://fr.news.yahoo.com/63/20110425/tpl-sarkozy-et-berlusconi-sont-la-honte-5cc6428.html

                            Un TGV nommé Désir.





                            • RUE1793 26 avril 2011 01:03

                              Ces clandés viendront grossir les rangs des « au black » des grandes villes de votre beau pays, Catherine. Il travailleront pour moins que le smic, paireont au prix de l’or en barre un appart généreusement mis à leur dispo par leur employeur (Ou son épouse, ou sa sœur, ou un conseiller municipal du coin). Pour peu qu’ils se rebiffent, la menace de les dénoncer à Guéant se fait de plus en plus pressante.

                              Chaque fois que je vais à Paris, je vois des gens travailler dans des conditions non-compatibles avec le droit du travail. Ils travaillent donc « au noir ». Sur la voie publique au moment ou les éboueurs vont nettoyer les quartiers.

                              Quel policier s’enquiert-il de leur situation ? Aucun !

                              S’en est à se demander si les patrons des flics ne sont pas potes avec les patrons des clandés. Pourquoi ? Cela pourrait rapporter de l’argent aux gens qui ne t’emploient pas, toi, selon les règles. Argent qui pourrait être partagé avec les patrons des autres.

                              Tu vois, Catherine, l’étranger te maintient au chômage, ou pire. Mais ce n’est pas lui, l’ennemi : C’est le patron - quand il est malhonnête, s’entend... Arf ! smiley


                              • Taverne Taverne 26 avril 2011 09:43

                                La convention de Schengen ne peut être temporairement suspendue que pour des motifs de sécurité ou d’ordre public (article 2.2). Par conséquent le motif « l’Italie nous embête » est un motif irrecevable. A la France de faire pression sur son voisin, par exemple, en suspendant l’exportation du camembert. De plus, il faut que les restrictions concernent des cas individuels et non des groupes. Si des individus sont dangereux pour notre sécurité, il faut leur interdire l’entrée en France. Il faut sans doute parallèlement réexaminer les conditions d’application des accords des Schengen si l’Europe fait preuve de laxisme dans le contrôle de ses frontières ou si l’Europe souhaite voter une extension des cas de suspension des accords.


                                • Outsider Outsider 26 avril 2011 10:00

                                  A mon humble avis il faut surtout faire appliquer la loi...


                                  • latortue latortue 26 avril 2011 10:52

                                    la mode est a l’anti racisme primaire, bobos bourges ,socialos ,seulement voila plus le temps passe plus on se rend compte que cette Europe promise et si belle nous apporte que des ennuis .
                                    il faut quand même penser que les fonds alloués a l’aide sociale ne sont pas inépuisables et que nous ne pouvons pas accueillir même si on en a envie la terre entière ,et ce n’est pas être raciste que de dire cela ,mais réaliste .
                                    entre le FMI et sa façon d’affamer les peuples, le pouvoir politique en place qui ne pense qu’a s’en mettre plein les fouilles et a profiter de leur statut ,la France s’apauvrit le nombre de gens qui ont de plus en plus de difficultés a joindre les deux bouts devient alarmant .
                                    quand les gens ont faim il faut se méfier toutes les révoltes non manipulées dans le monde ont pour origine la faim .bientôt nous n’aurons plus assez de pain pour nourrir nos familles ne nous demandez pas de partager avec des malheureux qui viennent de pays RICHES ou les états spolient leur peuple qu’ils retournent chez eux faire les révolutions .désolé


                                    • Clouz0 Clouz0 26 avril 2011 11:22

                                      La règle voulant que chaque pays soit responsable de ses frontières (entrée dans Schengen) est une défausse commode des pays du Nord qui ont peu de cas à traiter, et qui de plus ne sont pas les principaux pays destinataires.

                                      1- Le contrôle aux frontières et le rapatriement de Schengen devrait être financé et organisé par l’ensemble de la communauté et les illégaux immédiatement renvoyés pour éviter des situations humainement pénibles.
                                      2- A supposer encore que les pays d’où partent les immigrants clandestins acceptent eux aussi de les accueillir, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle : Lu quelque part que la Tunisie n’acceptait de reprendre que 2 ou 3 migrants par jour. 

                                      Il faut être conscient que le PB sera difficile à résoudre, Schengen ou pas Schengen, et que fermer les frontières ne traite nullement le phénomène de fond, sauf à envoyer le signal qu’immigrer illégalement en Europe est périlleux. 
                                      Mais cela les migrants le savent déjà puisqu’ils sont prêts à risquer leur vie.
                                      Alors, combien seront dissuadés par ce petit écueil supplémentaire ?

                                      • Bulgroz 26 avril 2011 12:02

                                        La solution est simple.

                                        Le visa Schengen s’obtient dans le consulat le plus proche dans son pays d’origine.

                                        Aucune régularisation ne devrait être permise, pour quel motif que ce soit, sur place dans la zone Schengen.

                                        Comme aux USA, au Canada, en Australie, Mexique....


                                        • Robert GIL ROBERT GIL 26 avril 2011 12:17

                                          « Si le capitalisme ne respecte pas les frontières, pourquoi les individus devrait le faire ».....


                                          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/28/a-qui-profite-limmigration/


                                          • jfrancois94 26 avril 2011 12:17

                                            Cet « article » nauséabond est d’une incommensurable bêtise. Et ce site devient peu à peu l’antichambre du FN. 

                                            Tant d’aveuglement est sidérant.


                                            • eric 26 avril 2011 12:51

                                              Comme d’habitude, on voit ici beaucoup de gens dire ce qu’il ne faut pas faire, mais sans se prononcer vraiment sur ce qu’il faudrait faire. Pour la seule egypte, on a un ou deux millions de travailleurs en Lybie qui se retrouvent avec leurs yeux pour pleurer,. Réfugiés en Tunisie, au moins une centaine de milliers. Tous ces pays sont confrontes a la crise mondiale, aggravée par les répercussions des crises politiques. Voir par exemple la chute des revenus touristiques avec l’explosion du chômage qui ne peut qu’en résulter.
                                              Alors on a quoi ? Combien de personnes et pour lesquelles l’émigration peut elle constituer aujourd’hui une tentation, même en se limitant au Maghreb et aux francophones ? 500 000 un million, deux millions ?
                                              Une fois que l’on aura décerne la palme du plus fachiste soit a Sarko, Berlusconi ou MLP, qu’est ce qu’on fait ? Qu’est ce qu’on budgète pour un éventuel accueil  ?
                                              Pourquoi aussi cette frénésie subite d’accueil ?
                                              Il ne faudrait pas oublier qu’être oblige de quitter son pays pour des raisons économiques est toujours un déchirement.
                                              Aujourd’hui, le vrai enjeu n’est pas tellement de savoir si, comment et pourquoi on amenage Schengen. Il est clair que pas un pays d’Europe n’est dispose a ouvrir ses frontières face a une vague d’immigration qui pourrait être potentiellement très importante. La bonne question est qu’est ce qu’on peut faire a court terme pour aider ces pays a sortir d’une crise conjoncturelle dans notre propre intérêt bien compris.
                                              Réduire ces questions graves a des surenchères de réduction ad hitlerum, est sans doute le comble de l’indifférence aux difficultés de nos voisins et de l’irresponsabilité politique.

                                              Cette instrumentalisation politicienne et irresponsable de leur souffrances a quelques chose d’assez « nauséabond ». Heureusement qu’entre Sarko et Juppe, on a bien la double politique de fermeté aux frontière et d’aide d’urgence a la Tunisie qui est la seule raisonnable et prenant en compte notre vocation de voisin.


                                              • jfrancois94 26 avril 2011 15:22

                                                Je rêve que l’on ait plusieurs vies....

                                                Que dans une prochaine vie, des gens comme vous et vos semblables renaissent quelques part dans le tiers monde, et que vous voyez, à vos portes, des individus riches, qui n’hésitent pas à piller vos richesses naturelles, qui vous nargues pendant leurs vacances économiques chez vous, qui vous montrent sur leur télé tous les objets que vous n’aurez jamais, qui dilapideront devant vous de la nourriture alors que vous aurez faim..... mais à quoi bon vous et vos semblables crèveront étouffés par leur égoïsme de bourgeois au ventre plein.

                                                PS : ouf, même si cela ne sert à rien, cela fait du bien.

                                              • agent orange agent orange 26 avril 2011 17:59

                                                Vous voulez renverser Kadhafi ? Et bien maintenant les hordes d’émigrés envahissent l’Europe.
                                                Il faut mettre une clôture électrifiée autour de nos frontières avec des miradors et des snippers et des bergers allemands.

                                                PS : On ne peut pas avoir l’argent du Beur (60 milliards d’euros saisis) sans le beur...


                                                • suumcuique suumcuique 26 avril 2011 19:39
                                                  Chaque fois qu’une bombe est lancée par un avion de la « communauté internationale » sur la Libye, ce sont X Libyens qui embarquent sur un bateau à destination de l’Europe, sans compter les Tunisiens et les autres. 

                                                  « Des policiers chargés du contrôle de l’immigration à la frontière franco-italienne se disent « submergés » et « sous une pression hallucinante ». Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, a fait part au nouveau ministre de l’Intérieur de ses « inquiétudes concernant les flux migratoires en provenance d’Italie » mercredi. Claude Guéant a depuis annoncé sa venue dans la région vendredi. Et les quelque 500 arrestations de clandestins tunisiens recensées en France depuis début février sont présentées par des policiers locaux comme le début d’un phénomène de plus grande ampleur, qui pourrait atteindre les 15.000 entrées illégales.

                                                  Hormis les Alpes-maritimes, où 460 clandestins tunisiens ont été interpellés depuis le 1er février – soit dix fois plus que l’an dernier à la même époque, selon une source administrative une cinquantaine d’autres migrants ont été arrêtés dans les départements voisins du Var et des Bouches-du-Rhône. Par ailleurs, cinq Tunisiens, deux Libyens et un Égyptien ont été interpellés mardi soir à leur descente du train gare de Lyon à Paris. Déjà arrêtés une première fois à Menton, ils avaient été remis en liberté par juge des libertés au nom de leur détresse psychologique et physique. » « Juge des libertés » qui, lui aussi, a sérieusement besoin d’un traitement psychologique et, peut-être même, physique.

                                                  « Contactée par Lefigaro.fr, la préfecture des Alpes-maritimes s’est refusée à tout commentaire avant sa conférence de presse prévue vendredi. » Combien d’autres ressortissants africains vont-ils venir s’ajouter à leurs coréligionnaires d’ici cette « conférence de presse prévue vendredi » ? Vous aurez noté « prévue ».

                                                  « C’est un phénomène particulier mais on n’est pas du tout dans des flux massifs », surenchérit un certain Jean-François Ploquin,« directeur général deForum réfugiés, organisme autorisé à accompagner les migrants des centres de rétention de Nice, Marseille et Lyon. » Comment fait-on exactement pour se voir parachuter à un emploi fictif comme celui de « directeur général deForum réfugiés » ? Quels sont les diplômes requis pour cet emploi fictif ? Quel est au juste le salaire pour cet emploi fictif ?http://actualites.senego.com/vague-de-clandestins-tunisiens-dans-le-sud-est-de-la-france

                                                  Imaginons un seul instant que le Maroc tombe...

                                                  En attendant « 14h47 : L’UE, par la voix de la commissaire chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises, annonce une aide de l’UE de 30 millions d’euros pour faire face à la crise des réfugiésfuyant les troubles en Libye. Trente millions d’euros de plus : 10 000 fonctionnaires français en moins pour 100 000 immigrés du tiers-monde en plus.


                                                  Êtiez-vous au courant de l’existence d’un emploi fictif tel que celui de »commissaire chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises«  ? Que chacun s’amuse à calculer la part de ses impôts qui sert à rétribuer des parasites comme la »commissaire chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises« .

                                                  N’en doutons plus, l’immigrationisme - le traffic d’être humains - est un business qui fait vivre grassement des tas de parasites - sur-diplômés ou non - à travers la France et l’Europe, en amont et en aval. En aval, rendez-vous compte que vos impôts servent même à payer les salaires mirobolants de Suédois postés par l’UE au Tadjikistan pour faire des statistiques sur le traffic de drogue dans cette ex-république russe ! En amont, il y a des parasites comme Floquin. 

                                                  Berlusconi - qui n’est pas l’Italie, loin s’en faut - fait offrir, grâce aux impôts des Italiens, des billets de train gratuits à tous les Africains qui débarquent à Lampedusa, direction Vintimille. Ils arrivent à Vintimille, prennent le train pour Paris (qui les leur paie, leurs billets ?). Une fois à Paris ou dans d’autres métropoles françaises, ils sont pris en charge, nourris et blanchis, par des »associations", puis disparaissent dans la nature, aux frais du contribuable français. 

                                                  L’immigrationisme est fondé sur le traffic des êtres humains et, bien entendu, il rapporte beaucoup d’argent aux membres de la secte immigrationiste. Il y a des réseaux de traffic d’êtres humains qui opèrent actuellement dans toute l’Europe, du petit passeur, en début de chaîne, au haut fonctionnaire, en fin de chaîne. Tous ces traffiquants doivent être traqués impitoyablement. En clair, il faut savoir, par exemple, comment un Tunisien, un Libyen, etc., une fois parvenu gratuitement à Vintimille, peut gagner la France tout aussi gratuitement ; quels sont les réseaux immigrationistes qu’ils utilisent ; quelles sont les complicités dont ils bénéficient ; qui leur indique exactement quoi faire pour bénéficier des allocations familiales ; qui, même, lorsqu’ils arrivent sur le territoire français, leur fournit les informations qui leur permettent de savoir exactement où et comment bénéficier de tous les avantages financiers qu’est prêt à leur accorder la République.



                                                  • franc 27 avril 2011 17:21

                                                     Si l’on veut garder Schengen faudrait réserver l’espace schengen qu’aux citoyens européens dotés d’une carte d’identité nationale ,la carte de séjour ne devrait pas suffire pour la libre circulation dans toute l’Europe

                                                    Sinon il faut suspendre Schengen unilatéralement et provisoirement pour les immigrés venant des pays d’Afrique nord et sud et du moyen-orient vu la situation propre de ces pays et leur trop grand nombre en France,------on s’en fout de Bruxelle (combien de divisions ?) 

                                                    De toute façon avec la loi actuelle on peut leur interdire le territoire immédiatement vu qu’ils n’ont pas de moyens de subsistances suffisants ni de logement ,----------------------------alors qu’on applique la loi


                                                    • suumcuique suumcuique 27 avril 2011 18:37
                                                      Sur une des multiples juments de Troie qui opèrent actuellement au coeur des administrations françaises :

                                                      « Khadija Aram, ancienne élue PS, est soupçonnée d’escroquerie auprès d’immigrés clandestins.
                                                      D’origine marocaine, Khadija Aram, l’adjointe au maire PS de Trappes, chargée de l’action républicaine, promettait des papiers à des étrangers contre de l’argent. Elle a fini par se faire pincer par la justice et a démissionné le mois dernier, sans que les media fasse de tapage.

                                                      La justice soupçonne l’ancienne élue, qui a démissionné le 1er mars, d’avoir fait croire à huit personnes qu’elle pouvait leur obtenir des titres de séjour contre de l’argent. Elle leur aurait ainsi soutiré 31.500 €, entre fin 2008 et janvier 2010, en abusant de sa qualité d’élue.

                                                      « L’essentiel se passait dans l’ascenseur de la mairie », raconte une plaignante. Elle déclarait aux sans papiers :« Prenons l’ascenseur plutôt que l’escalier » et leur disait que s’ils avaient « besoin de papiers, ils pouvaient venir la voir ».
                                                      Si sa qualité d’élue ne suffisait pas pour obtenir leur confiance, les demandeurs pouvaient être rassurés en pianotant sur son site Internet où elle apparaît en photo avec une personnalité de l’ambassade du Maroc.
                                                      Certains, ainsi convaincus, lui ont versé 2500 €, d’autres 6000 €, pour des papiers dont ils n’ont jamais vu la couleur.

                                                      L’affaire commence fin février 2010.
                                                      Deux personnes, qui ne se connaissent pas, viennent le même jour déposer une main courante contre Khadija Aram, encore élue à l’époque. Ils racontent que cette femme leur a promis des titres de séjour contre de l’argent et qu’ils se sont fait escroquer.

                                                      Les associations, ça ne sert donc qu’à ça ?

                                                      Menacée par certains sans-papiers, qui avaient payé sans jamais recevoir leurs titres de séjour, elle aurait ensuite tenté de les rembourser en utilisant le chéquier de l’association Femmes de Trappes et d’ailleurs, dont elle est la fondatrice et la présidente, pour un montant de 16500 €.
                                                      Parmi les enquêteurs du commissariat de Trappes, cette affaire fait écho à une autre plus ancienne. Et ils font très vite le rapprochement. En novembre 2009, un esclandre avait éclaté sur le parvis de l’hôtel de ville entre l’élue et deux personnes. Khadija Aram s’était fait insulter et menacer. Elle avait alors décidé de porter plainte. Les policiers avaient entendu les mis en cause. Ces derniers reconnaissaient avoir menacé l’élue, mais donnaient des raisons qui interpellaient les enquêteurs. Ils indiquaient que cette femme très connue à Trappes leur avait promis des papiers moyennant finances, mais sans résultat.

                                                      France Inter emploie sa fille, Sophia Aram

                                                      Profitant de l’éviction de Gérald Dahan, l’humoriste, sur la chaîne de radio nationale depuis 2008, est passée à deux prestations hebdomadaires. Après les exploits de Didier Porte et Stéphane Guillon, on se demande quelle conception ses patrons ont de l’humour. »http://vigilanceliberte.canalblog.com/archives/2011/04/15/20907543.html



                                                      • suumcuique suumcuique 27 avril 2011 18:56
                                                        Lorsque le petit car scolaire de la municipalité de Vintimille stoppe devant la gare, une trentaine d’immigrants le prennent aussitôt d’assaut pour la rotation vers le centre d’accueil mis en place, à la fin de la semaine dernière, par les autorités municipales. L’endroit n’est qu’à quelques kilomètres du centre-ville, dans une caserne de pompiers désaffectée de la vallée de la Roya. Sur les 500 à 600 Tunisiens regroupés ce jour du week-end dernier aux abords de la gare, seule une minorité bénéficiera du dispositif d’urgence. « Nous avons installé 120 lits de camp, et on peut monter jusqu’à 150 en les serrant un peu, explique Luciano Cosco, président de la Croix-Verte locale. La mairie leur offre un repas, ils peuvent se doucher et y passer la nuit. » Pour les autres, il reste les jardins publics. À moins qu’ils ne tentent cette nuit le passage. Comme Mohammed, 29 ans, qui travaillait dans l’hôtellerie, aujourd’hui sinistrée. « Je l’ai déjà fait il y a quelques jours en longeant le littoral, raconte-t-il. Mais j’ai été arrêté à Menton et reconduit ici. Cette nuit, j’y retourne, incha’ Allah ! »

                                                        Tous, exclusivement des hommes jeunes, plutôt pauvres et rarement francophones, racontent la même histoire. Comme Tarek, 20 ans, parti il y a vingt jours de Kairouan. « Nous étions entassés à 150 dans un bateau prévu pour 60, explique le garçon. Au cours du trajet pour Lampedusa, douze filles ont été jetées à la mer. Puis j’ai été transféré en Sicile, je me suis échappé et j’ai pris le train. Mais maintenant je n’ai plus d’argent alors, ce soir, je pars moi aussi par la plage. » Leur unique obsession : passer la frontière. « La plupart veulent aller en France, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Scandinavie, confirme Gaetano Scullino, le maire de la ville venu superviser les opérations. C’est pour cela qu’il faut résoudre le problème avec l’Europe, il ne concerne pas seulement la France et l’Italie. » En attendant, l’édile a pris ses responsabilités. « Il en allait de l’image de notre ville et de la tranquillité de mes administrés, mais c’était surtout une question humanitaire, on ne pouvait pas rester les bras croisés ! » Et alors que sa ville était samedi le théâtre d’une manifestation de soutien aux immigrants tunisiens, au cours de laquelle des organisations régionales d’extrême gauche ont réclamé l’ouverture de la frontière française, Gaetano Scullino redoutait déjà la suite. « Depuis que le gouvernement a décidé de vider Lampedusa, plusieurs milliers de Tunisiens se sont échappés des Pouilles, et ils vont venir ici ! »

                                                        « Ce dispositif est étanche »

                                                        Au centre d’urgence, certains immigrants, à peine leur plateau-repas avalé, repartent déjà pour la gare. Ce soir-là, les trains italiens sont en grève. Il leur faudra attendre le lendemain pour prendre le TER qui rejoint Nice en 40 minutes. À moins qu’ils ne préfèrent, moyennant 200 ou 300 euros, faire confiance à un passeur. Mais côté français, la partie se corse. « Nous avons en permanence plus de 200 hommes qui surveillent et contrôlent les étrangers en situation irrégulière, précise le préfet des Alpes-Maritimes Francis Lamy, qui gère depuis plus d’un mois ce dispositif exceptionnel. Ces contrôles aléatoires, réalisés dans le strict respect des accords de Schengen, ont lieu sur le réseau routier et ferroviaire, mais aussi sur les chemins de traverse. Ce dispositif est étanche, j’en veux pour preuve le faible nombre d’interpellations lors des contrôles effectués dans le Var et les Bouches-du-Rhône. » Au total, en mars, la police française a procédé dans le département à 1348 arrestations de Tunisiens, 1081 ont été aussitôt reconduits, pour les trois quarts à Vintimille, et pour le reste en Tunisie. Les autres sont libres mais n’ont que sept jours pour quitter la France…

                                                        http://www.lefigaro.fr/international/2011/04/05/01003-20110405ARTFIG00744—vintimille-un-sangatte-entre-france-et-italie.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès