Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Attentat d’Oslo : une guerre inversée

Attentat d’Oslo : une guerre inversée

La froideur et la méthode du terroriste norvégien sont impressionnantes. Le signal qu’il donne est d’une dangerosité particulière. D’abord par le nombre de morts. Actuellement, pour faire parler de soi par le terrorisme, il faut ou viser une personnalité d’envergure mondiale, ou tuer en nombre. Un attentat qui ne tuerait qu’une seule personne n’aurait pas le même impact.

C’est moche mais c’est ainsi. Ce n’est pas nouveau. L'attentat d'Oslo n'échappe pas à cette règle.

Dans son billet Anaxagore cite le dernier paragraphe de La Peste, d’Albert Camus. La peste, métaphore de ce mal latent qui resurgit à différentes époques : l’idéologie d’exclusion (les pestiférés étaient exclus, comme les lépreux) et la volonté d’éradiquer une population et puiser sa propre force dans cette éradication (l'épidémie nourrit l'épidémie).

En effet nous ne sommes pas à l'abri de secréter de telles dérives. Il suffit de se rappeler combien l'antisémitisme a trouvé un terreau favorable en Europe dans un passé récent, avant même Hitler et le nazisme. Aujourd'hui ce ne sont plus les juifs mais le crime n'est pas très différent.

Je ne pense pas que le terroriste soit fou. Sa détermination semble au contraire démontrer une lucidité sur ses objectifs : il est en guerre et le revendique. Tuer autant de personnes suppose une préparation très calculée et un sang-froid peu communs.

Le fait d'avoir choisi de massacrer des européens et non des personnes d'origine arabo-musulmane est fait pour déstabiliser profondément notre société. Il inverse le mouvement de la guerre. La cible n’est pas le musulman, elle est nous-mêmes.

Plutôt que de faire des martyrs avec des morts musulmans, il en fait des coupables implicites : ce ne sont pas eux les victimes directes, ce ne sont pas eux dont les corps jonchent la prairie : ce sont nos enfants.

Mais à cause d'eux.

En tuant des européens c’est comme si le terroriste mettait symboliquement l’arme dans les mains de musulmans ou de marxistes. Le crime est d’autant plus pernicieux qu’il renverse les schémas connus et que, suscitant l’incompréhension, il provoque une faille de nature à contourner les réflexes de rejet habituels. L’incompréhension produit psychiquement plus d’effet que le rejet, et elle est aussi plus troublante. Elle est accompagnée d’un temps de latence dans lequel la résistance intellectuelle est amoindrie.
Norvege2.jpg
La guerre dont il se réclame est latente. Cet attentat fait écho au communisme de Staline et ses innombrables victimes. Il fait aussi écho aux attentats islamistes. Son idéologie pourrait trouver chez certains une légitimité de revanche.

Il n’y a pas de vraie réponse à un tel acte. La discrétion du tueur, sa préparation longue qui n’a éveillé aucun soupçon, en font un criminel invisible jusqu’au moment de son crime. De plus les idéologies d’exclusion fonctionnent, les boucs émissaires dont je parlais il y a quelques jours sont toujours là. Pas les mêmes qu’il y a 80 ans, mais peu importe. L’important est d’avoir un ennemi et de lui faire endosser la cause du malaise général de la société. Il n’y a pas lieu d’incriminer la société non plus : l’homme assume son acte et le justifie, il en est l’unique responsable.

Le terreau qui produit cette violence existe et l’idéologie est simple. Simple comme la guerre. Il suffit de désigner les bons et les méchants. Cela marche. Au point où parfois, un homme seul peut un jour déchaîner des foules. Cet acte terroriste est donc loin d’être coupé de la réalité et isolé. En même temps il oblige à poser clairement cette question : adhérons-nous à l’idéologie du tueur ? Sommes-nous en guerre contre l’islam ? Car si nous sommes en guerre, il ne faut pas s’étonner d’un tel attentat qui n’est que la traduction matérielle d’une intention mentale.

On a le droit de discuter de la manière dont l’immigration se passe dans certains pays, on peut mettre en question une religion, ou une culture si on la juge très éloignée de la nôtre. On peut mettre du temps à faire place à l’autre, celui qui ne nous ressemble pas. L’assimilation des personnes d’une autre culture est un processus long et lent. Après tout il n’y a pas de raison d’ouvrir sa porte sans demander qui vient. Le sentiment d’appartenance à un territoire est une réalité, qu’on la défende ou qu’on la déplore. D’ailleurs chaque pays défend sa propre culture et sa propre religion : ce qui semble légitime dans d’autres pays et sur d’autres continents l’est également dans nos pays européens. Le partage, la fraternité universelle, cela vient après.

Il faut donc clairement savoir si nous sommes prêts à prendre les armes. Le tueur d'Oslo l'a fait. La question est crue mais c’est bien celle que pose l’attentat d’Oslo. Si oui, pensons-nous que les problèmes économiques, le chômage, l’éducation, seront réglés par une guerre ?

Nous pouvons tenter d’isoler cet acte en l’attribuant à un fou. Mais nous ne serons pas dédouanés pour autant de prendre position : voulons la guerre ou la paix ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • jymb 26 juillet 2011 12:28

    Je ne suis pas d’accord. Une personne psychiatrique peut parfaitement accomplir des actes trés réfléchis et longuements mûris.
    Ici se retrouvent associés un maboul au sens large du terme, et une société qui se flatte, en théorie, d’un « vivre ensemble » dans la plus grande fraternité et qui, dans la réalité, s’émiette comme beaucoup d’autres dans le gangrènement communautariste revendicatif et haineux.

    Cette triste affaire remets brutalement en évidence la réalité, et cacher la dérive d’un pays à coup de propagande politiquement correcte ne résout rien, et peut faire craindre le pire dans l’avenir s’il continue dans cette impasse.

    Votre article est trés discutable dans ces expressions je cite « faire la place à l’autre », « assimilation des personnes ». Nulle part je n’ai lu « effort des arrivants pour se fondre dans les traditions, us et coutumes du pays d’arrivée » si le chemin ne se fait pas dans les deux sens l’échec et assuré. J’avoue que les images télévisuelles de djellabas dans les rues d’Oslo me semblent aussi ahurissantes qu’une fille en string sur la banquise voulant s’intégrer dans une communauté d’eskimos.


    • hommelibre hommelibre 26 juillet 2011 12:55

      Pour moi l’effort doit être fait par les deux parties, même peut-être davantage par l’immigrant qui arrive dans un cadre déjà organisé ayant ses valeurs en place. Peut-être n’était-ce pas assez explicite, je le précise donc ici. Quand nous partons à l’étranger, nous devons faire un effort plus grand d’adaptation. Cela me paraît normal. Mais si l’autre nous accepte, s’il manifeste que nous lui sommes utiles (que ce soit pour le tourisme ou du travail) alors il doit aussi nous faire une place.


    • Cro Magnon Cro Magnon 26 juillet 2011 18:59

      Pour moi être un « homme libre » c’est refuser toute compromission, quelle quelle soit ! Dans un pays endetté au-delà du sommet du crâne, avec une proportion de jeunes au chômage jamais atteinte, des caisses sociales pillées, un hold-up permanent sur nos petites ressources pour « aider » les uns et les autres, des riches de plus en plus riches et des pauvres en veux-tu en voilà, il n’est plus question de jouer au « béni oui-oui » ! Nous n’avons aucune raison de céder notre place à ceux à qui nous ne devons rien ! Mais le PEUPLE a-t-il encore voix de citée en France ? Je me le demande et jusqu’à quand devrons-nous supporter l’insupportable et l’inadmissible ? Si le fameux « vivre ensemble » consiste à accepter tout et n’importe quoi (terrorisme, paupérisation, pillage, vandalisme, violence....) alors pour moi, c’est non !


    • xray 26 juillet 2011 15:37


      NORVÈGE 

      EUROPE 

      La tuerie d’Oslo 
      Il est peut probable qu’une telle action soit l’œuvre d’une personne isolée. 
      Dans le passé, on a souvent prêté ces actes à un illuminé de passage. Cela n’a jamais été vrai. Derrière, il y a toujours de la manipulation,  une fourniture d’armes, des équipes de spécialistes.

      Contrairement à ce que l’on nous fait croire,  dans ce pays riche, la Norvège, tout n’est pas rose. Loin s’en faut. 
      Le gouvernement gaspille beaucoup d’argent sur les marchés financiers (encore eux). 

      De plus, la richesse de ce pays récalcitrant est convoitée par l’Europe. 

      Le 9/11 
      Une opération menée par l’armée américaine. 
      http://mondehypocrite501.hautetfort.com/ 

      Une maison a t-elle un devoir de mémoire ? 
      http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/21/une-maison-a-t-elle-un-devoir-de-memoire.html 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès