Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Chine : un Panchen Lama au service de la propagande

Chine : un Panchen Lama au service de la propagande

Il se produit parfois des choses étranges. Qui est ce 11ème Panchen Lama qui proclame que "la Chine connaît l’harmonie culturelle, la stabilité et la tolérance religieuse" lors d’un forum bouddhiste à Wuxi, dans l’est de la Chine. C’est le même qui depuis récemment a régulièrement des propos très durs à l’égard du Dalaï Lama. Sorti d’un chapeau ?

Pourtant, les deux sont tibétains, de la branche bouddhiste tibétaine des Guelugpas (bonnets jaunes). Le Panchen Lama se situe juste après le Dalaï-Lama dans le système hierarchique tibétain.

On peut se demander comment, alors que le dernier rapport de Human Rights Watch est très sévère à l’égard de la politique chinoise envers les tibétains (et très critique sur la situation des droits de l’homme en Chine fin 2008, malgré les promesses faites aux instances internationales), on se retrouve avec un Panchen Lama complétement dévoué à la propagande du Parti Communiste gouvernant.

Bien sûr, le gouvernement chinois, soucieux de se refaire une image, aurait pu s’allier à un Panchen Lama qui aurait partagé les mêmes idées que lui, ou aurait été payé pour ses propos, voire aurait été intéressé dans le dénigrement du Dalaï Lama, qui après tout est son supérieur hierarchique chez les Guelugpas.

Mais l’histoire est un peu plus sordide que cela.

En fait, l’actuel Panchen Lama est ce que l’on pourrait appeler un imposteur, si nous n’avions pas peur d’entrer dans une polémique qui parfois nous dépasse.

Choekyi Gyaltsen, le 10ème Panchen Lama meurt en 1989, trois jours après un discours de soutien au Dalaï Lama qui avait fort déplu au Gouvernants du PCC. Mort d’une crise cardiaque pour les uns, empoisonné pour les autres.

Les recherches commencent alors pour découvrir qui sera la réincarnation du Panchen Lama, selon la tradition tibétaine. Le tibétain chargé par le PCC de découvrir l’enfant, Chadrel Rinpoché, découvre en 1995 le jeune Gendhun Choekyi Nyima (6 ans) qui déclare être sa réincarnation, et passe les tests traditionnels qui confirment son identité. Chadrel prévient en cachette le Dalaï Lama, qui après examen le reconnait officiellement comme le 11ème Panchen Lama. Et là, tout s’emballe. Le Parti Communiste Chinois, apprenant cela, enlève l’enfant et ses parents qui n’ont jamais reparu depuis lors. Il arrête et emprisonne Chadrel pour avoir communiqué avec le Dalaï Lama.

Et quelques mois plus tard, Pekin organise à Lhassa (capitale du Tibet) un tirage au sort pour désigner leur propre candidat, Gyancain Norbu, qui porte encore aujourd’hui le titre de 11ème Panchen Lama... il a maintenant 19 ans.

Pendant un an la Chine avait refusé de reconnaître son lien avec l’enlèvement du véritable Panchen Lama. Puis elle a reconnu l’avoir enlevé "pour son bien" et n’a jamais dévoilé d’informations permettant de le retrouver. Malgré les demandes du Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU, et de Mme Asma Jahangir, Rapporteur Spécial sur la liberté de religion ou de croyance du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Vous me direz, un gouvernement comme celui de la Chine n’a pas vraiment de comptes à rendre... Il n’empêche que cet enfant fut le plus jeune prisonnier politique du monde.

Il ne s’agit pas ici d’engager un combat anti-chinois qui n’a aucun intérêt, ni même d’apporter du bois au feu de la polémique sur l’indépendance du Tibet, voire même de penser qu’on pourrait boycotter un pays comme la Chine et que cela aurait l’impact voulu.

Mais on ne peut fermer les yeux sur le totalitarisme et les exactions du gouvernement chinois. La propagande du Parti Communiste Chinois me donne souvent la nausée. Je pourrais tomber dans le panneau s’ils faisaient leurs relations publiques sur un changement récent dans leur politique. Encore faudrait-il en voir des preuves et les différents rapports des organisations de surveillance et de respect des droits de l’homme semblent plutôt dire le contraire. Mais lorsque j’entends que "50 ans de démocratie chinoise ont sorti le Tibet de son ignorance"... Je me dis qu’on se fout de ma gueule.

Et je plains de tout mon coeur le Panchen Lama du gouvernement chinois, voué à une cause qui n’a que faire de la spiritualité bouddhique, et utilisé à des fins de propagande pour un pays où la religion, si elle est autorisée aujourd’hui, doit avoir reçu le tampon du parti pour ne pas être "illégale".

Quant au véritable Panchen Lama, je prie pour qu’il ait gardé sa joie et puisse un jour, vite, retrouver son pays et son peuple.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • chmoll chmoll 3 avril 2009 10:14

    tiens donc on bousquet a la chinoise


    • faxtronic faxtronic 3 avril 2009 11:09

      tututu, depuis 2 jours il est interdit aux francais par traite international de se meler des affaires interieures chinoises... Veuillez retirez cet article. Premiere sommation


      • K K 3 avril 2009 11:56

        Les autres francophones peuvent encore le faire... et la Fondation Agoravox est de droit Belge. smiley 


      • faxtronic faxtronic 3 avril 2009 13:20

        wiii, mais roseau est de paris. Sarko avait rencontre Dalai lama a Gdansk je te rappelle.


      • Surya Surya 3 avril 2009 13:23

        Je sais bien que tout le monde est déjà au courant, mais je mets le lien quand même tellement je suis estomaquée et déçue par l’attitude de la France.

        http://www.liberation.fr/monde/0101559781-la-france-et-la-chine-se-reconcilient-sur-le-dos-du-tibet

        La culture tibétaine est très profondément ancrée dans la tête et le coeur des Tibétains, la Chine le sait et c’est bien pour ça qu’elle est obligée de se servir de la religion bouddhiste et nommer des faux chefs religieux pour essayer de mater le peuple. Les grands de ce monde auront beau faire tout ce qu’ils voudront sur le dos du Tibet, une culture ça se perpétue, même en secret, et surtout quand une forte immigration de réfugiés la perpétue à l’étranger. Et même une culture détruite, ça se reconstruit, voir ce qui s’est passé au Cambodge.

        Je suis étonnée de voir certains émigrés chinois sur le sol français soutenir avec tant de véhémence le régime du pays qu’ils ont quitté. Ca a été le cas lors du passage de la flamme olympique l’été dernier. Pensent-ils vraiment ce qu’ils disent, leur demande-t-on à eux aussi de jouer les marionnettes, ont-ils peur ? Je croyais que la France était supposée garantir la liberté d’expression et la sécurité des personnes vivant sur son sol ?

        Ah mais c’est vrai, la liberté d’expression en France semble être petit à petit grignotée ces temps ci, j’avais oublié...

        Il faut continuer à parler encore et toujours du Tibet, de ce qui se passe dans l’indifférence de plus en plus générale dans les hautes sphères du pouvoir, soutenir ce pays et ne jamais laisser tomber le Dalai Lama, qui le représente.

        Le Dalai Lama est prix nobel de la paix, jamais nos dirigeants ne mériteront ce prestige. Ils sont bien petits à côté de lui.


        • manusan 3 avril 2009 14:57

          Les députés communistes chinois ont voté un texte en 2007 qui contrôle la réincarnation des lamas :

          "la Commission d’Etat des affaires religieuses avait promulgué en 2007 les « mesures de contrôle sur la réincarnation des Bouddhas vivants du bouddhisme tibétain » stipulant que la réincarnation des "Bouddhas vivants" ou des "lamas" devait être approuvée par le gouvernement central.chinois"

          lut dans le quotidiens du peuple :

          http://french.peopledaily.com.cn/Chine/6613697.html

          Pourquoi pas décider à l’assemblée de la date de l’apocalypse, pendant qu’on y est ?


          • alizée 3 avril 2009 16:00

            Bonjour,
            merci pour cet article très intéresant qui met en lumière la manipulation chinoise et son caractère dictatorial.
            Autant ce pays m’attire par ces paysages et ces saveurs mais cette tyranie communiste et cette aliénation morale et mentale me poussent à reculer de grands pas..
            J’espère que le tibet sortira de cette prison culturelle imposée par les chinois pour qu’ils retrouvent leur liberté et le respect.
            A très bientôt sur agoravox !
            lili


            • Haina 3 avril 2009 17:10

              C’est courageux d’oser publier un article tel que celui-ci sur Agoravox.

              L’opinion publique tiendra pour vrai ce qui y est inscrit, étant donné que l’engouement pour ce qu’on appelle (à tord ?) la "cause tibétaine" n’est pas à la mesure des connaissances rendues accessibles à cette même opinion publique.

              En clair, "on crie Tibet libre, mais on ne saurait le situer sur une carte" est une caricature que je cautionne.

              J’affectionne particulièrement ce passage : "Il ne s’agit pas ici d’engager un combat anti-chinois qui n’a aucun intérêt, ni même d’apporter du bois au feu de la polémique sur l’indépendance du Tibet, voire même de penser qu’on pourrait boycotter un pays comme la Chine et que cela aurait l’impact voulu."

              Alors, j’apprends de Roseau et je reproduis la démarche :"Il ne s’agit pas ici d’engager un combat anti-séparatistes qui n’a aucun intérêt, ni même d’apporter un soutien à la position gaullienne sur l’indépendance et la non-ingérence comme droit et devoir des États (Pnom penh), voire même de penser que la position de la France, depuis sa reconnaissance de la Chine, est justifiée concernant l’appartenance du Tibet à la Chine, et que répéter cela aurait l’impact voulu".

              Il faut toujours se méfier, sans ça les trolls feront de moi un agent du PCC ! smiley

              Les choses étant mises au clair, je me permets de poser quelques questions à l’auteur de l’article et à ses lecteurs concernant ce qui semble présenté comme des faits :

              1 Je cible ce passage-là :

              "
              Le tibétain chargé par le PCC de découvrir l’enfant, Chadrel Rinpoché, découvre en 1995 le jeune Gendhun Choekyi Nyima (6 ans) qui déclare être sa réincarnation, et passe les tests traditionnels qui confirment son identité. Chadrel prévient en cachette le Dalaï Lama, qui après examen le reconnait officiellement comme le 11ème Panchen Lama. Et là, tout s’emballe. Le Parti Communiste Chinois, apprenant cela, enlève l’enfant et ses parents qui n’ont jamais reparu depuis lors. Il arrête et emprisonne Chadrel pour avoir communiqué avec le Dalaï Lama.

              Et quelques mois plus tard, Pekin organise à Lhassa (capitale du Tibet) un tirage au sort pour désigner leur propre candidat, Gyancain Norbu, qui porte encore aujourd’hui le titre de 11ème Panchen Lama... il a maintenant 19 ans.

              Pendant un an la Chine avait refusé de reconnaître son lien avec l’enlèvement du véritable Panchen Lama. Puis elle a reconnu l’avoir enlevé "pour son bien" et n’a jamais dévoilé d’informations permettant de le retrouver. Malgré les demandes du Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU, et de Mme Asma Jahangir, Rapporteur Spécial sur la liberté de religion ou de croyance du Conseil des droits de l’homme des Nations unies."

              2
              Chadrel Rinpoché est-il le seul Tibétain effectuant la divination, puis la recherche du trulkou (réincarnation) du dixième panchen lama ?

              3
              Gendhun Choekyi Nyima est-il le seul candidat, possible réincarnation, au moment où "Chadrel prévient en cachette le Dalaï Lama" ?

              4 Les "tests" traditionnels (dont le dernier est la reconnaissance des objets ayant appartenus au défunt) dont Gendhun Choekyi Nyima est l’objet sont-ils tous effectués avant que le dalai lama soit "prévenu en cachette" ?

              5 Lors de ce dernier test, la reconnaissance d’objets, Chadrel n’est-il pas le seul moine face à l’enfant contrairement aux dispositions traditionnelles ?

              6 Au moment où le dalai lama
              reconnait officiellement Gendhun Choekyi Nyima comme le 11ème Panchen Lama, y a-t-il oui ou non d’autres enfants sélectionnés ?

              7 Ces enfants ont-ils passé tous les tests selon la tradition et les règles du régime de réincarnation pré-établies, y compris la reconnaissance d’objets ?

              8
              Gyancain Norbu, que l’article veut dénigrer, fait-il partie de ces enfants ?

              9
              Gyancain Norbu n’avait-il pas lui aussi six ans à cette époque ?

              10 Y a-t-il eu, dans l’histoire (longue) du Tibet, un précédent qui voit un dalai lama reconnaitre "officiellement" un panchen lama sans même l’avoir vu ?

              11 Depuis le sixième dalai lama, quel bouddha vivant (lamas, petits et grands smiley ) a été intronisé sans que soit demandé l’accord du gouvernement central ?

              12 Que sont devenus les autres candidats (hormis
              Gyancain Norbu et le renommé Gendhun Choekyi Nyima) soumis à l’identification du trulkou ?


              Je pense connaître les réponses à toutes ces questions. Mais je ne veux pas vous les imposer pour l’instant. Si polémique il y a, c’est que quelque part il y a controverse. Je veux certainement vérifier que mes savoirs sont partagés de façon honnête.

              12 questions qui ne sont pas suffisantes pour éclaircir quoi que ce soit. Voyons quelles seront les réponses que vous donnerez. Si elles correspondent à mon savoir, alors nous pourrons avancer sur ce que contient l’article de roseau.

              Maintenant je me permets de faire une remarque à un des lecteurs qui commente
              le 3 avril 2009 à 14H57.

              @Manusan, vous avez eu l’audace de reprendre un article paru dans l’organe de presse, qualifiée de propagande par nos médias francophones, qui s’appelle le "quotidien du peuple" en langue française.

              D’abord bravo ! Vous n’avez pas froid aux yeux. Vous allez même jusqu’à mettre un lien vers l’article en question ! D’aucuns vous trouveront audacieux, d’offrir une voie libre et directe vers "la propagande du régime totalitariste".

              Il est cependant regrettable que vous ne sachiez pas lire ce qui y est écrit.

              "Les députés communistes chinois ont voté un texte en 2007 qui contrôle la réincarnation des lamas"

              À moins de me démontrer que ce texte contrôle quoi que ce soit, vous semblez décidément enclin à faire de drôles d’ interprétations.

              D’ailleurs je ne vois pas l’intérêt de donner la date (2007) quand celle-ci ne répond plus à aucune chronologie.

              Le passage du papier que vous citez, je propose de vous l’expliquer simplement :
              Il fait référence à l’actualité des mesures prises au 18 eme siècle par l’empereur Qianlong (2007 et la date de l’article en question étant très proche). Autrement dit, le régime traditionnel et pré-établi de réincarnation des lamas dans le bouddhisme tibétain est approuvé et toujours à l’ordre du jour en Chine communiste contemporaine.

              Quant à votre pointe d’humour, je cite :"Pourquoi pas décider à l’assemblée de la date de l’apocalypse, pendant qu’on y est ?", elle démontre une certaine flemme de votre part. La Vème République en France a moultes lois qui contraignent les domaines religieux, et c’est le cas de tous les régimes qui se veulent laïcs (c’est la condition si ne qua non pour dire vrai). Sans ces lois, le respect dû aux différentes croyances ne pourrait être factuel. smiley

              Mais je crois comprendre qu’en fait vous n’avez pas bien lu l’article que vous citez car il vous manque des clés.

              Sachez, alors, que l’urne en or qui fut utilisée pour "désigner" Gyancain Norbu est au Tibet depuis plus de trois siècles. Que seule une dérogation du gouvernement central chinois peut éviter d’avoir à en passer par le tirage au sort. Que le dalai actuel, le quatorzième, et avant lui le treizième, ainsi que les différents panchens leur étant contemporains, ont été choisis selon les mêmes principes traditionnels, et ce bien que la Chine était dans une période qu’on peut qualifier de "siècle mouvementé"(fin dix-neuf - début vingtième), par euphémisme, suite aux agressions impérialistes qui annonçaient un dépeçage de l’empire du milieu, puis sous l’influence des seigneurs de guerre, et des nationalistes...

              Si vous allez visiter le Potala, ce que je vous conseille, vous pourrez admirer cette urne. Elle consacre la main mise chinoise sur une religion qui s’internationnalise. Pensez l’aura qu’elle dégage pour les amateurs d’art !! smiley




              • Roseau Roseau 3 avril 2009 17:37

                Haina, oui, vous semblez être, directement ou indirectement, au service du PCC chinois. Je m’en fiche d’ailleurs.
                Chadrel faisait partie d’un comité, il y avait 3 enfants qui restaient en lice lorsque le Dalaï Lama a reconnu le 11ème Panchen Lama, et je pourrais répondre à chacune de vos questions de la même manière si j’avais envie de me prêter à votre petit jeu d’oral du bac. Quoi qu’il en soit, cela ne change rien au fait que cet enfant ait été enlevé, et que la démocratie chinoise au Tibet est un leurre. Après, pour ce qui est de savoir si une urne est capable de reconnaître l’esprit réincarné d’un lama...


              • Crazy Horse Crazy Horse 4 avril 2009 10:08

                Comment le gouvernement chinois pourrait-il gouverner démocratiquement sur plus d’ 1,3 milliard de personnes quand on n’est pas foutu d’y arriver dans un pays de quelques 60 millions d’individus ?

                Vous croyez que le bas peuple vivait mieux dans l’Empire du Milieu ?

                Croyez-vous que le Tibet était un exemple de démocratie avant la révolution communiste ?

                Que savez-vous du Dalai lama ormi ce qu’en raconte la propagande et ce qu’il peut dégager lors de ses apparitions médiatiques et dans ses bouquins de vulgarisation grand public ?

                Franchement, j’ai de l’affection pour les gens qui soutiennent inconditionellement le "Tibet libre" (expression amusante quand on sait que le régime théocratique tibétain n’avait rien à envier au régimes islamistes en terme de mépris des populations et de barbarie), ainsi que le Dalai lama qui selon eux le représente. Mais vous m’apparaissez tellement naïfs...

                Vous faites le jeu d’intérêts qui nous dépassent.

                Même spirituellement parlant, la politique des tibétains en Europe apparait comme une gigantesque manipulation. Et ils sont bien plus doués que l’Eglise chrétienne qui depuis quelques siècles s’étouffe et qui a bien besoin d’une petite crise de panique mondiale pour retrouver quelques adeptes.

                C’est bidon ! Une violation des préceptes des Bouddhas et un blasphème vis à vis des trésors d’enseignements que contient le bouddhisme tibétain.


              • Roseau Roseau 5 avril 2009 23:42

                @Crazy Horse : rien ne justifie le totalitarisme. Des enjeux qui me dépassent ? Pour moi, c’est ce qu’on dit quand on veut faire croire à quelqu’un qu’il ferait mieux de ne rien dire, de ne rien faire. L’état du Tibet en 1950 n’a pas grand chose à faire là-dedans, à mon avis. Je vous rappelle qu’à peine 10 ans plus tôt, la France était gouvernée par Vichy. Donc on peut polémiquer sur le Dalaï Lama, l’aimer ou le détester, cela ne change rien aux exactions d’un gouvernement.


              • Cayenne 3 avril 2009 19:26

                Pour quelle raison les "Occidentaux" et leurs alliés indiens veulent-ils absolument mettre la main sur le Tibet, pour une fois ce n’est pas pour le pétrole !


                Le Tibet, un territoire stratégique pour le contrôle de l’eau

                • Crazy Horse Crazy Horse 4 avril 2009 10:09

                  Merci de signaler cet élément stratégique fondamental...


                • Haina 3 avril 2009 19:27

                  @Roseau

                  Merci de commencer à me fournir des réponses.

                  À vous lire cela semble facile, mais croyez-moi, bon nombre de Francophones "pin’sés" free-Tibet affichent haut et clair leur soutien à la cause sans savoir comment répondre, ne serait-ce qu’aux questions 2 3 et six auxquels vous répondez affirmativement.

                  Si on prend en compte que les lecteurs qui pourraient être amenés à lire votre article n’ont pas forcément de parti-pris au départ, et que justement ils souhaitent par son biais être informés, il est probable qu’une majorité des lecteurs ignorent ces réponses. Ne soyez donc pas si avare.

                  Je ne suis pas d’accord avec vous sur le nombre 3 concernant les "enfants en lice", mais peu importe, car vous savez où je veux en venir.

                  Si vous avez un peu de considération pour vos lecteurs, il faudra bien répondre aux autres questions. Car c’est maintenant la condition que je pose pour aller plus loin dans le débat.

                  Je ne pose cette condition que parce que vous me faites un procès d’intention déguisé smiley :"Haina, oui, vous semblez être, directement ou indirectement, au service du PCC chinois."

                  Comme si cela avait quelque rapport quand il s’agit de considérer des FAITS.

                  Les internautes qui suivent le sujet chinois ont peut-être déjà lu mon pseudo. Je me présente à nouveau pour qu’il n’y ait pas de quiproquo : Je suis Français. Marié avec une Chinoise. Nous avons un fils de deux ans. Je vis à Pékin. Je n’ai aucun lien direct ou indirect avec le PCC, que je ne porte pas dans mon coeur, et dont les exactions méritent d’être dénoncées.

                  Vous dites qu’il y avait trois enfants en lice à ce moment défini. Les questions 789 doivent couler de source...

                  Je rajoute cinq questions, plus difficiles, dont les réponses me sont inconnues en partie (et oui, je ne maîtrise pas du tout le sujet) :

                  13 Qui faisait partie de ce comité ?
                  14 Est-ce que ce sont ces mêmes personnes, qui ont continuer le processus, avec à sa fin la désignation de
                  Gyancain Norbu, après la mise à l’écart du candidat litigieux ?
                  15 Ces personnes ont elles fourni un témoignage quant au processus d’identification du trulkou du dixième panchen lama ?
                  16 Si oui, où sont ces témoignages ?
                  17 Que révèlent-ils ?

                  Il ne s’agit pas pour moi de nier la probalité qu’un enfant de six ans ait pu se voir privé de ses libertés fondamentales. Je suis même prêt à envisager qu’il ait été tué. Vous dire si je ne plaisante pas ici.

                  Mais l’argument selon lequel le gouvernement dit vouloir protéger son anonymat, reste plausible aussi.

                  Quant à savoir si une urne (qu’elle soit d’or ou de fer) peut ou non reconnaître une réincarnation, je ne m’avancerais pas dans cette problématique qui m’indispose même si je dois mon respect aux croyants des différentes religions. Je vous retourne juste la question de savoir si un homme (vanité), mieux qu’une urne (hasard), est propre à reconnaître une réincarnation ? (Inutile de m’éclairer sur ce point, je ne crois pas à la réincarnation et je comprends trop son principe pour la considérer naïvement). smiley (sauf votre respect)

                  PS : j’ai oublié de poser la première question : la voici avec du retard.

                  1Que pensent les lecteurs de ce passage ainsi ciblé et qu’en comprennent-ils quant au reste de l’article ?


                  • Roseau Roseau 6 avril 2009 00:00

                    "Si vous avez un peu de considération pour vos lecteurs, il faudra bien répondre aux autres questions. Car c’est maintenant la condition que je pose pour aller plus loin dans le débat. "
                    Haina, j’ai de la considération pour mes lecteurs, et je ne leur infligerai pas un débat qui passe à coté du message de l’article.
                    Vous me dites que je vous fais un procès d’intention déguisé. Non. Je vous ai fait un procès d’intention absolument pas déguisé... Ceci dit si je vous ai faché je m’en excuse.
                    En fait, la chose la plus importante, vous l’avez dite :
                    "Il ne s’agit pas pour moi de nier la probalité qu’un enfant de six ans ait pu se voir privé de ses libertés fondamentales." 
                    C’est ça qui m’intéresse ici. Et la récupération d’une figure du Bouddhisme à des fins politiques pour le PCC.
                    Quant à l’argument de la protection de son anonymat, il est grave... Cela signifie-t-il que je peux kidnapper quelqu’un qui me gène et justifier de sa rétention par le fait que je ne veux pas que ses amis le trouvent ?


                  • Haina 15 avril 2009 20:57

                    « un débat qui passe à coté du message de l’article. » dites-vous ?

                    « la récupération d’une figure du Bouddhisme à des fins politiques pour le PCC. »
                    C’est le sujet que vous choisissez à présent.

                    C’est le sujet dont il faut débattre. En commençant par éliminer les mensonges et manquements que vous instiguiez pour dénigrer cette figure du Bouddhisme.

                    Car plus qu’une récupération, vous nous parliez d’un remplacement, dans l’article... on constaterait volontiers une sorte de progression. La légitimité ne serait plus mise en doute, et on pourrait se concentrer sur cette soi-disant « récupération ».

                    Mais je doute que nous ayons réellement avancé, car vos propos ne sont pas non-plus très explicites. J’attends confirmation de votre part.

                    En ce qui concerne la protection de l’anonymat, c’est une affaire d’État et non un droit individuel. Ce qui signifie que vous ne pouvez pas faire disparaître une personne, même selon son gré, mais que tous les États sont en droit de le faire, ou le font sans s’occuper du droit (quand l’État en question est jeune il arrive parfois que les légistes commettent des erreurs en fermant légalement cette possibilité, mais le caractère secret de la chose empêche de toute façon qu’une enquête soit menée). C’est le cas dans des affaires criminelles sur-médiatisées quand la victime souhaite changer d’identité ainsi que dans les affaires d’espionnage international quand les agents partent en retraite, ainsi que dans maints cas non publiés, cela va de soi.

                    Je vous préviens que je ne peux pas savoir si le gré des parents de l’enfant allait dans le sens de sa protection ainsi théorisée. Que je ne sais pas non-plus ce qui concerne la responsabilité légale de « l’anomysé » quand celui-ci quitte la responsabilité parentale. Je ne faisais qu’émettre une hypothèse aussi probable, sinon plus, que celle qui veut qu’il soit un détenu politique...


                    • Crazy Horse Crazy Horse 4 avril 2009 10:15

                      Qu’arriverait-il si de vilains terroristes tibétains avaient l’idée d’empoisonner les sources d’eau approvisionnant la Chine ?

                      Qu’arriverait-ils si des américains à l’esprit tordu fournissaient à ces terroristes un virus ou bien une bactérie issue de leurs laboratoires high-tech ?

                      Qu’est-ce que vous feriez à la place du gouvernement chinois, démocratique ou non, dans cette situation délicate ?

                      Est-ce qu’il n’y aurait pas matière à développer une espèce de parano à l’égard des tibétains ?


                    • Roseau Roseau 5 avril 2009 23:46

                      @Crazy Horse : Disons que la parano ce n’est pas mon truc. Quant à ces histoires de vilains terroristes tibétains... Rien ne sert d’inventer des raisons de paranoïer.


                    • Haina 3 avril 2009 19:38

                      Dans votre article, cette pécision entre parenthèses m’indique que vous avez conscience que les lecteurs ne sont pas forcément au paroxysme savants de la question de la réincarnation dans la secte des bonnets jaunes. Je vous cite : "Lhassa (capitale du Tibet)".

                      J’espère que vous concevez aussi que ce n’est pas pour tout le monde un "jeu d’oral du bac." smiley


                      • DACH 5 avril 2009 10:50

                        Bonjour, ci-dessous une liste de livres qui permettront à chacun de se faire une idée plus avancée sur la question tibétaine.

                        -Tibet, le Moment de Vérité, F. Lenoir, Plon, 237 p, 18,90€.

                        -Tibet, la question qui dérange, C.B. Levenson, 295p, 19€.

                        -A la rencontre du Dalaï Lama, R. Liogier, Flammarion, 251p, 18€.

                        -Les huit marches vers le bonheur, B.H. Gunaratana, préface d’A. Desjardins, Albin Michel, 393p, 22€.

                        -Ma voix pour la liberté, A.C. Drolma, préface de M. Ricard, 254p, 18,90€.

                        -Le chemin des nuages blancs, pèlerinages d’un moine bouddhiste au Tibet, Lama A. Govinda, Albin Michel, 445p ; 12€.

                        -Changer l’avenir, T.N. Hanh, Albin Michel, 146p, 12€.

                        -Le grand livre des proverbes tibétains, Presses du Châtelet, 231p, 38€.

                        -Autobiographie spirituelle du Dalaï Lama commentée par Sofia Stril-Rever, Presses de la Renaissance, ainsi que Kalachakra, un mandala pour la paix, chez la Martinière.

                        -Tibet, Histoire d’une tragédie, de Kim Yeshi, chez la Martinière.

                        Ces 3 derniers livres, très récents, et remarquables après analyses, certains d’entre vous trouveront là de quoi justifier que la question tibétaine est un enjeu important pour la planète toute entière. Ils y trouveront tous les arguments, dont les arguments historiques récents et politiques, pour démentir les conneries que certains racontent et pour inviter les chinois communistes à changer, à faire cesser l’enfer génocidaire qu’ils imposent aux Tibétains.

                        Bien cordialement, Namaste. DACh

                        En complément : Sites web en www : Bureau du Tibet : < tibet.info.net>. Fédération du Bouddhisme Tibétain : <fbt-asso.org>


                        • moebius 5 avril 2009 21:46

                          que les hauts plateaux tibétains et les contreforts montagneux de l’himalaya constitue la réserve d’eau de la Chine mais aussi du sous continent indien est une chose. Que les chinois soient un peuple de terrassiers capables de canaliser, de détourner des fleuves, de modeler des montagnes en terrasses, d’édifier des murailles fort longues, soit une autre chose mais pensez vous vraiment que le controle de ce territoire des sources constitue un tel enjeux stratégique qu’il justifie à lui seul son occupation par une armée populaire de Chine. En d’autres termes pensez vous qu’un peuple pratiquant traditionnellement l’élevage et le semi namadisme, une petite agriculture d’orge necessitant quelque canaux d’irrigations sommaire mais trés ingénieuse mais absolument pas comparable du tout du tout aux ouvrages de terrassement chinois, soient capable de couper l’eau du robinet mettant tout les hans et leur riziéres au sec....


                          • moebius 5 avril 2009 22:12

                            non ! pour un Chinois le Tibet est chinois et si le Tibet n’est plus chinois alors toute la Chine part en couille. Pas seulement la Chine mais aussi le PCC qui dans ses statuts est le systéme qui a pour fonction de garantir l’intégrité du territoire et la cohérence de la totalité du systéme politique. Totalité, systéme, totalitaire, canaux, murailles, frontiére, terrassement, briques, poteries, barbares et chevaux, empire du milieu, jardins péking, tumulus, pelle, pioche, main d’oeuvre diciplinés, glissement de terrain, la Chine est faite de sable facile a pélleter... par contre moins modelable, les haut plateaux avec les yachs qui bousent et ses habitants qui font des pique niques et du camping, un brin d’herbe sous la dent sous le ciel bleu de chez bleu, qui ont pas d’autre chose à foutre qu’a penser a leur réincarnation future. Ca vous coupe le souffle autrement que la muraille de Chine. C’est vraiment deux mondes 


                            • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 6 avril 2009 18:17

                              Merci pour l’article. Il manque juste un aspect, depuis quand un gouvernement qui fait de l’athèisme le proselitisme se croit il légitimer à reconnaître les réincarnations ? Depuis quand le Bouddhisme tibétain aurait-il eu besoin de la Chine pour exister ? Ce dont il le plus besoin, c’est assurément d’une Chine libre et démocratique.


                              • Roseau Roseau 6 avril 2009 23:19

                                Il est certain que c’est une absurdité. Le PCC n’a aucune légitimité pour ce genre de chose, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas.


                              • Phil279 10 avril 2009 14:50

                                C’est une tradition qui remonte a la dynastie Qing
                                De plus l’actuel dalai lama n’est pas d’origine tibetaine et a du apprendre cette langue qui lui etait etrangere donc d’apres ses propres criteres il devrait laisser sa place a un veritable tibetain

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès