Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Cuba et la Position commune de l’Union européenne

Cuba et la Position commune de l’Union européenne

Le 25 octobre 2010, l’Union européenne a décidé de maintenir la Position commune sur Cuba, imposée en 1996 par l’ancien Premier ministre espagnol José María Aznar, qui limite fortement les relations politiques et diplomatiques entre Bruxelles et La Havane. En échange de la suspension du Titre III – qui affectait les entreprises européennes – de la loi Helms-Burton adoptée la même année, législation au caractère extraterritorial qui accroit les sanctions économiques contre l’île des Caraïbes, Bruxelles avait accepté de s’aligner sur la politique étrangère étasunienne vis-à-vis de Cuba(1).

Trinidad Jiménez, ministre espagnole des Affaires étrangères, avait plaidé en faveur d’un changement : « Il est temps de forger un nouveau dialogue, une nouvelle relation entre l’UE et Cuba(2) ». Mais la proposition de l’Espagne de mettre un terme à la Position commune, qu’elle juge discriminatoire, inefficace et illégitime, n’a pas été acceptée par l’ensemble des nations, l’unanimité étant nécessaire pour son abrogation. L’Espagne, l’Italie, la France et l’Irlande, entre autres, étaient favorables à son élimination alors que d’autres tels que la Suède, la Grande Bretagne, l’Allemagne, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque prônaient son maintien(3). L’Europe des 27 s’est contentée de demander à sa haute représentante pour les Affaires étrangères et de sécurité commune, Catherine Ashton, d’étudier les possibilités de négocier un accord bilatéral avec les autorités cubaines(4).

En effet, la Position commune, qui se justifie officiellement en raison de la situation des droits de l’homme à Cuba, est discriminatoire dans la mesure où le seul pays du continent américain, du Canada à l’Argentine, à être stigmatisé de la sorte par l’Union européenne est Cuba, alors que selon les rapports d’Amnistie Internationale, l’île des Caraïbes est loin d’être le plus mauvais élève de l’hémisphère en termes de violation des droits fondamentaux. Elle est inefficace car elle n’a eu aucune influence sur les décisions prises par les autorités de La Havane et a conduit à un gel des relations bilatérales. Elle est enfin illégitime puisque de nombreux pays de l’Europe des 27 – en particulier ceux qui se sont opposés à la normalisation tels que la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et le Royaume-Uni – présentent, selon Amnistie Internationale, une situation des droits de l’homme plus désastreuse que celle de Cuba(5).

Bruno Rodríguez, ministre cubain des Affaires étrangères, a souligné lors de la réunion annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies que son gouvernement ne reconnaissait à l’Union européenne « aucune autorité morale ni politique pour critiquer [Cuba] au sujet des droits de l’homme », rappelant que le Vieux Continent était la scène de déportations de minorités, de répression des manifestations, de législations anti-immigrés et en proie à une croissante exclusion sociale. Il a également averti qu’aucune normalisation des relations n’était possible tant que la Position commune resterait en vigeur(6).

La rhétorique des droits de l’homme de l’Union européenne souffre d’un manque de crédibilité, en raison du caractère sélectif de la politique de Bruxelles. En effet, elle s’apparente à un prétexte dans la mesure où des pays responsables de violations massives des droits de l’homme – assassinats d’opposants, de militants sociaux et de syndicalistes, actes de torture et de barbarie, découverte de fosses communes – tels que la Colombie ou le Honduras sont loin d’être des priorités pour l’Europe.

En effet, depuis le coup d’Etat au Honduras et l’instauration de la dictature militaire le 27 juin 2009 dirigée dans un premier temps par Roberto Micheletti et ensuite par Porfirio Lobo depuis le 28 janvier 2010, près de cinq cents assassinats, autant de cas de disparition et d’innombrables actes de torture et de violence, commis par les forces de l’ordre, ont été rapportés(7).

En décembre 2009, à La Macarena en Colombie, le plus grand charnier de l’histoire de l’Amérique latine a été découvert. Pas moins de 2 000 corps étaient enterrés dans une fosse commune et selon les témoignages recueillis par des eurodéputés britanniques présents sur place, il s’agirait de syndicalistes et leaders paysans assassinés par les paramilitaires et les forces spéciales de l’armée colombienne. Le juriste Jairo Ramírez, secrétaire du Comité permanent pour la défense des droits de l’homme en Colombie, a décrit la scène effroyable : « Ce que nous avons vu donnait froid dans le dos. Une infinité de corps, et à la surface des centaines de plaques de bois de couleurs blanche avec l’inscription NN et des dates qui vont de 2005 à aujourd’hui. Le commandant de l’armée nous a dit qu’il s’agissait de guérilleros morts au combat, mais les gens de la région nous parle d’une multitude de leaders sociaux, paysans et défenseurs communautaires qui ont disparu sans laisser de trace  ». Malgré les multiples témoignages et la présence de parlementaires européens, malgré le départ d’une délégation parlementaire espagnole sur place pour effectuer une enquête, l’Union européenne n’a pas jugé utile d’imposer une Position commune à la Colombie(8).

Le véritable objectif de l’UE vis-à-vis de La Havane a clairement été défini par Javier Solana, le prédécesseur de Catherine Ashton, lors d’une réunion avec les ministres des Affaires étrangères européens. Cuba « doit effectuer certaines réformes économiques beaucoup plus claires et plus rapides ». Bruxelles conditionne ainsi la levée de la Position commune, non pas à une éventuelle amélioration des droits de l’homme – préoccupation accessoire – mais à un changement de la structure économique du pays, à savoir une libéralisation du marché interne(9).

L’Europe des 27 a de nouveau perdu une occasion de normaliser ses relations avec La Havane et de démontrer que sa politique étrangère n’était pas tributaire de celle de la Maison-Blanche. En abrogeant la Position commune et en adoptant une posture rationnelle, constructive et indépendante, comme le prône l’Espagne, l’UE aurait effectué un pas dans la bonne direction. Mais Bruxelles n’a, semble-t-il, pas encore saisi l’idiosyncrasie cubaine. En effet, le gouvernement de l’île est ouvert à tout – sauf à la négociation de la souveraineté et de l’identité nationales – dès lors que les relations se basent sur le dialogue, le respect et la réciprocité – comme l’a démontré l’accord avec l’Eglise catholique et l’Espagne qui a débouché sur la libération de tous les prisonniers dits « politiques ». En revanche il se montre résolument inflexible – il n’y a qu’à voir l’état des relations entre Washington et La Havane depuis un demi-siècle – dès lors que le langage de la force, de la menace ou de la contrainte prend le pas sur la diplomatie conventionnelle.

Notes

 

  • 1 Juan O. Tamayo, « Unión Europea mantiene Posición Común », El Nuevo Herald, 25 octobre 2010.
  •  2 Agence France Presse, « L’Europe envisage d’assouplir sa position vis-à-vis de Cuba », 25 octobre 2010.
  •  3 EFE, « Afirman que la UE mantendrá posición común », 25 octobre 2010 ; Agence France Presse, « UE prevé mantener Posición Común con Cuba pero estudia un gesto de apertura », 20 octobre 2010 ; Agence France Presse, « Cuba : la position de l’EU plus souple ? », 22 octobre 2010.
  •  4 EFE, « España dice que ‘ha quedado superada’ la ‘posición común’ de la UE sobre Cuba », 25 octobre 2010.
  •  5 Salim Lamrani, Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme. Paris, Editions Estrella, 2008.
  •  6 Cubadebate, « Unión Europea no tiene autoridad moral para criticar a Cuba, afirma Canciller », 26 octobre 2010.
  •  7 Maurice Lemoine, « Selon que vous serez Cubain ou Colombien… », Le Monde Diplomatique, 26 février 2010.
  •  8 Antonio Albiñana, « Aparece en Colombia una fosa común con 2.000 cadáveres », Público.es, 26 janvier 2010.
  •  9 Agence France Presse, « Solana pide a la isla reformas más contundentes », 25 octobre 2010.

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Linda dumeil 4 novembre 2010 18:34

    Peut être est ce tout simplement un auteur qui n’a pas le temps de répondre aux commentaires de ses lecteurs, mais qui ne les prive pas pour autant de ses réflexions diverses-à travers ses articles. Beaucoup d’auteur sont dans la même situation sur agoravox...


  • Lilia Marsali Lilia Marsali 11 janvier 2011 23:54

    Salut Kinini,
     Tu sens un mépris ?
    Si tu lis les articles de S. Lamrani tu remarqueras qu’il fournit énormément de travail, beaucoup de recherches, beacoup d’effort dans la partialité. Et une bonne plume. Du respect. Il ne se fonde que sur les faits oubliés par les medias occidentaux et les partage avec nous. De plus il est une excellente source pour ceux et celles qui veulent comprendre. Il est utile. Autant en profiter, c’est gratuit.
    Après tout dépend de ce que l’on attend de l’auteur. 


  • asterix asterix 2 novembre 2010 18:22

    Intéressant, votre article n’en reste pas moins unilatéral. Je vous cite :
    « Le gouvernement de l’île est ouvert à tout, preuve en est l’accord avec l’Eglise catholique et l’Espagne qui a débouché sur la libération de tous les prisonniers dits politiques. »
    Pas de chance pour les prisonniers dits d’opinion, non américanophiles donc non dits politiques. Aborder leur sort, cela s’appelle de l’ingérence.
    La prochaine fois peut-être... 
    Hasta la muerte, Commandante !


    • paul 2 novembre 2010 18:58

      Un bel exemple d’alignement servile de la politique étrangère de l’UE sur celle des E.U.
      Si l’unanimité des 27 est nécessaire pour abroger ce boycott, ça peut durer encore longtemps .
      Toujours le deux poids deux mesures .Voir ce procès aux EU :

       http://www.monde-diplomatique.fr/2010/11/LEMOINE/19816


      • Bleu Montréal 2 novembre 2010 23:27

        Excellent article. Excellente analyse.


        • anty 3 novembre 2010 08:13

          Elle est enfin illégitime puisque de nombreux pays de l’Europe des 27 – en particulier ceux qui se sont opposés à la normalisation tels que la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et le Royaume-Uni – présentent, selon Amnistie Internationale, une situation des droits de l’homme plus désastreuse que celle de Cuba(5).

          En quoi la situation de ces pays est plus désastreuse que celle de Cuba ?
          Les prisonniers politiques il y en a pas.
          Tous ces pays sont démocratiques et ses représentants sont démocratiquement élus contrairement à Cuba
          Ses habitants bien qu’encore pauvre jouissent d’un niveau de vie bien plus élevé qu’à Cuba


          • CubasiCastrono 17 novembre 2010 23:28

            La rhétorique du simplet

            Les textes de Lamrani ont le suave parfum des services de propagande castristes : le propos est simple puisqu’il tend à l’efficacité : l’adversaire est méprisable, absolument. Lâche et veule, il ne peut avoir d’autre motivation que le gain. C’est le même discours, éternel, qui rappelle, pas très loin de nous, l’exposition anti-juive de l’Occupation.

            L’Union Européenne s’est « alignée » sur la position américaine. Bien entendu. Dénués de toute volonté propre, de toute capacité d’analyse ou de réflexion, de la moindre autonomie, les minuscules nations du vieux continent ne peuvent que se comporter comme les laquais qu’ils sont du diabolique Empire. Elles ont accompli leur mauvaise action en échange de quelques miettes prodiguées par leur maître. Evidemment.

            Que les dictatures ne soient pas toutes traitées avec la même sévérité est, hélas, un fait établi (la Chine ?) qui ne saurait bien sûr remettre en cause un principe juste : les démocraties ont un devoir de solidarité avec les peuples opprimés et baillonnés, comme c’est le cas du peuple cubain. Les sophismes habituels qui tenteraient de discréditer une position juste, au fait qu’elle n’est pas universellement appliquée, sont du même tonneau que celles qui voudraient justifier l’injustifiable au prétexte qu’on pourrait trouver pire ailleurs.

            Lamrani pourra se livrer à sa manie favorite d’aligner les notes en bas de page pour faire sérieux, il n’en échappera pas pour autant à la réalité têtue : les Castro sont des dictateurs et l’UE a bien raison d’agir comme elle le fait !

            (Lamrani ajoute volontiers à ses titres pompeux celui de journaliste... A-t-il vraiment une carte de presse ou est-ce encore un autre de ses fantasmes ?)

            [c’est plus lisible comme ça, non ?]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès