Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Huckabee. Le Messie est là !

Huckabee. Le Messie est là !

Tout semble aller chaque jour un peu plus mal et il suffit de lire un journal américain pour comprendre que nous sommes en toute fin de civilisation.

Ce n’est pas seulement les grands dossiers qui vont au diable - Irak, crise des subprimes, prix du pétrole, 2 000 000 d’individus en prison, etc. - mais la vie au quotidien qui témoigne de la décadence. La décadence de ces gens qui tuent pour rien dans les écoles ou les centres d’achat, de ce type qui s’amuse à faire battre des chiens, d’une justice qui met un adolescent en prison 5 ans, parce ce qu’on lui a fait une pipe, la décadence qui est PARTOUT.

Le système néo-libéral ne nous gouverne plus comme un peuple, mais nous exploite comme un cheptel... et de plus en plus on se conduit comme des bêtes. Qui nous débarrassera du régime néo-libéral ? Personne ne peut raisonnablement nous en libérer, car le régime néo-libéral est stable. Il manie l’ultime instrument de pouvoir : la CORRUPTION. L’Église, les syndicats, quiconque est une menace pour le système parle un peu, reçoit son prix... et se tait. Il n’y a pas de RAISON pour que le système néo-libéral prenne fin.

Aucune raison. Il reste le déraisonnable. L’individu "déraisonnable", celui qui considère comme trivial, voire méprisable, ce que la richesse peut acheter, est incorruptible. Quiconque ne cherche pas à optimiser ses avantages devient incorruptible ; il devient donc un adversaire redoutable pour le régime car le capitalisme, n’ayant aucun idéal à offrir, est absolument démuni quand il est privé de l’arme de la corruption. Quiconque ne veut pas de ce que le système peut offrir en devient le seul adversaire efficace. Mais qui ne veut pas de ce que le système peut offrir ?

Ne pensons pas à "ceux qui n’ont rien" et donc rien à perdre ; cette illusion a été la tombe de l’expérience communiste. Ceux qui n’ont rien ne sont pas déraisonnables ; ce sont, la plupart du temps, ceux qui se vendent à plus bas prix ! Ils sont immédiatement suivis de ceux qui ont peu, puis de ceux qui jugent qu’ils n’ont pas assez.

Ne pensons pas non plus à ces autres gens déraisonnables que sont les vertueux, modèle Robespierre, résistant à la tentation et abattant un système au nom de la justice ou de la liberté. Leurs autres travers mis à part, il n’y a jamais eu beaucoup de ces gens et nous avons un système d’éducation qui fait habilement en sorte qu’il y en ait de moins en moins. Il suffit de fréquenter les mouvements et groupuscules contestataires, pour voir à quel point leurs leaders et adhérents y cherchent une gratification plutôt qu’une action efficace.

Qui reste-t-il ? Ceux qui sont non seulement déraisonnables, mais irrationnels. Ceux qui ne veulent ni argent ni rien que le système peut offrir, mais AUTRE CHOSE qui n’est pas de ce monde. Les "fous de Dieu" qui peuvent mettre leur vie même dans la balance, puisque cette vie n’a pas d’importance réelle. Ceux-là sont des ennemis redoutables pour le système. Plus je réfléchis, plus j’incline à penser que ce sera un mouvement religieux qui apportera au néo-libéralisme son inévitable fin.

Ça, et rien d’autre. Mais quel mouvement religieux ?

Laissons les islamistes : c’est un simple leurre. Quand on cherche un élément "déraisonnable" qui pourrait devenir pour un temps imperméable à la corruption et s’opposer ainsi efficacement au système, il n’y a pas de meilleur candidat que le mouvement fondamentaliste américain. Une montée en puissance des mouvements religieux américains semble bien plus susceptible de réussir la mise à mort de la société néo-libérale qu’une démarche islamiste. Les fondamentalistes détiennent actuellement la balance du pouvoir aux USA. Ils sont le cheval de Troie dans les murs du système.

Il n’y a pas aujourd’hui d’opposition entre le système néo-libéral et le mouvement fondamentaliste américain, mais celui-ci n’en constitue pas moins un élément instable, une bombe amorcée au coeur de l’Amérique et qui n’attend qu’une étincelle pour exploser. Pourquoi ? Parce que la plus grande partie du mouvement fondamentaliste américain vit une insoutenable contradiction.

Tous ces Reborn Christians, à l’écoute de prédicateurs habiles qui leur extorquent des dizaines de milliards par année, se sont mis fanatiquement au service d’un message "chrétien" dont on a réussi le tour de force de faire disparaître la composante "charité", n’en gardant qu’une foi aveugle dans le nom de Jésus et des tabous sexuels mal précisés.

Il fallait bien la faire disparaître, cette composante charité, pour que ne saute pas aux yeux l’opposition entre le vrai message chrétien basé sur le partage et le système néo-libéral basé sur l’égoïsme et l’accumulation des richesses. Mais la charité étant l’essence même du message chrétien, le Reborn Christian ne peut trouver la charge émotive qu’on lui promet dans ce message chrétien amputé de l’essentiel, qu’en se convainquant sans cesse que l’amputation n’a pas eu lieu. En langage de psy, il "scotomise pour résoudre une dissonance cognitive".

C’est un état hautement instable. L’opposition irréconciliable entre le néo-libéralisme et les valeurs chrétiennes peut apparaître à tout moment - on dira "miraculeusement", le temps venu - spontanément ou, plus probablement, comme effet d’un calcul politique d’apprenti sorcier. Il suffit d’une étincelle. Un candidat à la présidence qui veut absolument "faire sortir le vote" en Iowa, par exemple, ou faire la différence dans une élection serrée en Floride.

Qu’il y ait combustion spontanée ou qu’on allume l’incendie, toutefois, le processus sera le même dans son déroulement comme dans ses effets.

Un "prophète" - de bonne ou de mauvaise foi - se manifestera qui viendra souligner cette opposition : "comment peut-on suivre Jésus et laisser les Africains mourir de faim ?", "comment peut-on suivre Jésus et bombarder les Afghans ?", "comment peut-on suivre Jésus et laisser des millions d’Américains sans soins de santé ?", "comment l’Amérique peut-elle être chrétienne et faire ce que fait l’Amérique ?" Sodome, Apocalypse, Armageddon... Jésus !

Le prophète prêchera au fondamentaliste que son âme immortelle est en péril imminent, si les politiques économiques et sociales néo-libérales ne sont pas changées. Il parlera de Satan et d’Antéchrist et donnera mauvaise conscience au fondamentaliste. Il lui fera terriblement peur.

Considérant l’extrême raffinement de l’équilibre politique aux USA - et les compromissions auxquelles sont prêts pour garder le pouvoir ceux qui ont été formés à l’école néo-libérale - l’émergence de millions de fondamentalistes réclamant une redistribution de la richesse - et tout aussi incorruptibles que sera grande leur peur de l’Enfer - changera le paysage politique américain plus rapidement et peut-être encore plus brutalement que ne pourraient le faire des attentats.

Rapidement, car Savonarole à la TV, avec un bon maquillage et des jeux de lumière, parlant de la charité à des fondamentalistes repentants et tout honteux de l’avoir négligée... Hitler peut aller se rhabiller ! Peut-être brutalement, car nul ne peut prévoir comment la situation résultante évoluera. Ce sera peut-être le modèle de l’Abbé Pierre, mais il se peut hélas, aussi, que la justice n’ait pas sa place dans ce qui pourrait devenir un règlement de comptes appliqué "au nom de Dieu". Il n’est pas dit qu’on ne va pas exproprier, confisquer, distribuer à tort et à travers, le temps que la raison revienne.

Les fondamentalistes, pour qui veut mettre fin au système néo-libéral, sont des alliés circonstanciels dangereux.

Je me souviens de cette phrase de Churchill - à qui l’on reprochait de devenir l’allié circonstanciel de Staline - répondant que si les Panzers envahissaient l’Enfer, il aurait un bon mot à dire pour le Diable. Churchill avait la répartie facile, mais tous les réfugiés de la Deuxième Guerre mondiale n’étaient pas rentrés chez eux, que Churchill parlait de "rideau de fer" et qu’on était déjà en pleine Guerre froide.

Si 50 millions de fondamentalistes américains nous débarrassent du néo-libéralisme - et je ne vois pas qui d’autre pourrait le faire, maintenant que le système néo-libéral a bloqué toutes les avenues raisonnables de changement - il faudra bien s’y résigner. Mieux vaut sans doute accepter que la voie de l’irrationnel canalise toutes les frustrations et apporte un changement, plutôt que de supporter indéfiniment l’exploitation machiavélique que le système libéral nous impose. Mais ce n’est pas un scénario qui me réjouit.

Une meute de toqués lançant une Inquisition. Le remède ne serait-il pas pire que le mal ? Un régime dominé par des Croisés et des Zélotes ne serait-il pas encore plus exécrable que notre structure actuelle de banquiers et de shylocks ? La Nouvelle Société, que je croyais en première ligne pour prendre la relève du néo-libéralisme moribond, me semble soudain avoir été reléguée au second rang par un fort à bras qui s’appelle Fanatisme.

Si ce sont ces "alliés circonstanciels" qui doivent mettre fin à l’exploitation, il faudrait penser tout de suite à ouvrir un "deuxième front" et voir ce qu’il est possible de faire pour qu’un "nouveau christianisme" reprenant le pouvoir soit plus tolérant, plus évolué, plus humain ... Plus chrétien que l’ancien.


Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 janvier 2008 20:28

      Non. Romney est Mormon (LDS) ce qui, pour la plupart des Evangélistes au sens large est une hérésie. Il n’est pas de la famille ;c’est comme être Témoin de Jéhovah. Le "mainstream" des Born Christians et assimilés, c’est vraiment en Huckabee qu’ils se reconnaissent.

       

      PJCA


    • stephanemot stephanemot 12 janvier 2008 03:18

      Romney est effectivement un conservateur assez classique, là où Huckabee s’avère un authentique theocon dans la (souvent extrême) droite ligne de Bush Junior.

      Huck considère les catastrophes naturelles comme le jugement de Dieu, et défend les thèses créationnistes les plus rétrogrades. A la différence de Dubya, il n’est pas un "born again" mais un fondamentaliste pur jus.

      Huckabee prétexte un bug pour expliquer la disparition de ses plus belles envolées de prédicateur - ses sermons enflammés avaient pourtant une "sacrée" réputation.

      Je ne crois pas trop en l’intervention divine sur ce coup.

      J’avais annoncé aux Républicains l’implosion de leur parti si Bush gagnait en 2004, mais le schisme entre le parti Républicain et le parti Théocrate prendra encore du temps. Tant qu’ils n’auront pas assumé la rupture, les Américains seront condamnés :


    • Gilles Gilles 12 janvier 2008 08:55

      Staphanemot

      "Huck considère les catastrophes naturelles comme le jugement de Dieu,"

      Et alors,est ce surprenant ? 80% de la planète pense ainsi

      Dans les pays anglo saxons existe juridiquement "The act of God" censé expliqué l’inexplicable, ce que l’homme ne pouvait prévoir. Il dédouane de fait les compagnies d’assurances d’indemniser les victimes de ce que l’on considère comme un Act of God (et c’est le juge qui décide.....) . Une super catastrophe peut etre un ACt of God et si c’est God le responsable, nul doute qu’il a ses raisons que les hommes se doivent de respecter et d’accepter.

       

      Quant aux pays musulmans..... Dieu est partout


    • stephanemot stephanemot 12 janvier 2008 13:18

      Huckabee est réellement à prendre au premier degré : il estime typiquement que puisque les victimes de ces catastrophes ont mal agi pour être punis de la sorte, elles ne doivent pas être aidés si Dieu a jugé bon de les frapper. Inutile de dire que New Orleans a apprécié.

      on va donc bien au-delà de l’expression consacrée (décidément !), qui est effectivement Act of God.

       


    • Gilles Gilles 12 janvier 2008 19:25

      Décidemment on se demande à quoi sert la politique si c’est God qui décide de tout

      D’ailleurs ce Huckabee à quoi va t-il servir alors, vu son raisonnement ? Servir Dieu ? Faire croire que toutes ses décisions sont inpirées par dieu, et si ça foire dire que c’est Dieu qui en a voulu ainsi ?

      Putain.... le moyen âge va nous paraitre une époque sublime en comparaison


    • Aspiral Aspiral 11 janvier 2008 10:42

      Je pense qu’il est possible de fonder une démocratie nouvelle en la découpant en blocs démocratiques d’une centaine de personnes, en pyramide, des groupes de cent représenatnts des groupes de base constituant le second niveau et ainsi de suite. Cela permettrait de se passer de religion collective, et de construire un ordre social ou personne ne serait tout puissant et personne impuissant. Il ne faut évidemment pas demander à ceux qui ont le pouvoir maintenant de mettre cela en place. Il faudra le leur imposer !


      • Internaute Internaute 11 janvier 2008 12:12

        C’est ce qu’on appelle le Centralisme démocratique et qui caractérise les régimes totalitaires communistes. En définitive la pyramide est composée d’apparatchiks qui dépendent du niveau supérieur et la masse est dirigée par le Soviet Suprême, totalement déconnecté du peuple. Bien entendu, il y a toutes les élections que l’on veut à tous les échelons possibles mais ce système ne marche pas.

        Je remarque avec quelle facilité Bercy a mis en place le système de déclaration des revenus sur Internet. Ceci nous montre que les moyens techniques modernes peuvent mettre en relation l’ensemble de la population et son gouvernement sans difficultés. Une vraie démocratie éliminerait tous les échelons intermédiaires, supprimerait 95% des députés lesquels ne font que représenter le parti qui les a installé et pratiquerait le référendum sur un ensemble de questions choisie par le gouvernement. C’est possible, économique, transparent et efficace. Malheureusement cela va à l’encontre des partis politiques et ils luttent bec et ongles pour continuer à jouïr de leurs privilèges.


      • Aspiral Aspiral 11 janvier 2008 13:03

        Alors, il ne reste effectivement qu’à retrousser ses manches et retrouver par essais et par erreurs ce qu’on n’aurait pas dû jeter en jetant Dieu ! Peut-être une manière de penser la relation qui empêcherait chacun de se prendre pour dieu et lui permettrait quand même prendre des décisions efficaces, sans devoir s’inféoder comme des enfants prolongés à une "autorité" qui saurait mieux que vous ce qui est bon pour vous, une big mother.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 janvier 2008 20:35

        C’est une très vieille utopie et qui devrait avoir encore un bel avenir. C’est un peu dans la même veine que je pense à des groupes d’affinités dans plusieurs dimensions, faisant contrepoids au communautarisme exclusif qui se pose en rival du sentiment d’appartenance à la collectivité que l’État pluriculturel tente de gérer

        http://nouvellesociete.org/709.html

         

        PJCA


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 janvier 2008 20:41

        Commentaire précedent est pour Aspiral ; il s’est mal placé. Pour Internaute., je pense que le concept de "démocratie contractuelle" vous interesserait. http://nouvellesociete.org/6.html

        PJCA


      • Aspiral Aspiral 12 janvier 2008 07:11

        A la réflexion, je me dis qu’il n’est pas bon que le pouvoir vienne d’en haut, mais pas non plus que le pouvoir appartienne à ceux d’en bas, comme c’est souvent le cas dans nos démocratures. Pour cela, il n’est pas bon que le poids de chaque voix soit le même, pour éviter les manipulations des manipulables, Un groupe de 100 qui respectent les lois de la démocratie et qui se connaissent au quotidien et non pas à la frime de la politque spectacle ne peuvent que se hierarchiser selon la vraie valuer éprouvée de chacun. Cela aurait le mérite d’être une vraie démocratie et pondérerait les voix des plus faibles, tout en les respectant. Ce n’est pas de l’anarchie ni du communisme.


      • morice morice 11 janvier 2008 10:52

        Aspiral : songe à un système qui existe déjà depuis des siècles en théorie mais qui est le plus difficile à mettre en œuvre.. ça s’appelle l’anarchie, ce que tu veux dire avec des mots compliqués. Et ça, ça peut pas « s’imposer », faut que ça vienne des gens.Pas demain la veille, disons...


        • takakroar 11 janvier 2008 11:03

          Je pense que devant toutes les difficultés qui s’amoncèlent, quand on voit bien que personne n’a de réponse raisonnable, les religions voient se tourner vers elles de plus en plus de monde car elle fournissent des réponses rassurantes et incontrôlables, donc inattaquables (comment faire la preuve que l’homme invisible n’existe pas ?)

          Mais à l’heure actuelle, avec les valeurs en cours, le sentiment religieux, comme la maladie, la mort, etc.. c’est d’abord un marché.

          Et pour ce qui est de la libération par la religion, c’est pas gagné.

          Une thèse en vigueur dans l’entourage de Bush est que ceux qui sont riches, le sont par la grâce de Dieu qui a tenu à les récompenser. Ceux qui sont pauvres, c’est qu’ils ont certainement offensé Dieu. Dès lors, leur venir en aide, c’est aller contre la volonté divine. Il parait que c’est en vertu de cette "pensée", que G. Bush a pratiquement supprimer les crédits sociaux et subventionné les associations religieuses qui viennent alors en aideà ceux qui acceptent de se réconcilier avec Dieu par leur intermédiaire.

          Le nouveau Messie n’est pas encore arrivé et s’il doit revenir comme le précédent, il vaut mieux qu’il ne choisisse pas la France car il se retrouverait vite fait dans un centre de rétention...


          • thirqual 11 janvier 2008 11:12

            Ce n’est pas que dans l’entourage de Bush. Ça s’appelle la prédestination (ou tout du moins la perversion de l’idée de base de prédestination du protestantisme).


          • thirqual 11 janvier 2008 11:14

            (urf, j’ai oublié de mentionner que la quasi-totalité des mouvances protestantes rejettent cette idée, ça me parassait évident mais en ces temps de retour du religieux, àplutécon-àplujesuiscontent, c’est peut-être nécessaire)


          • Aspiral Aspiral 11 janvier 2008 13:09

            Effectivement, je crois que le "messie" se ferait réduire par le complexe de Colomb de tous les petits chefs qui squattent cette civilisation de scientisme qui n’a pas vraiment tiré les leçons de la seconde guerre mondiale : "JE ne comprends pas ce que TU dis, donc TU es con".


          • Internaute Internaute 11 janvier 2008 12:24

            Excellent article. Le scénario peut cependant se résoudre tout seul par l’économie. Le néo-libéralisme a peut-être fait beaucoup de milliardaires américains mais il a aussi semé les graines de sa propre destruction. La production industrielle américaine est passée à l’extérieur ou aux mains des étrangers. La bombe de la faillite généralisée du système risque d’exploser avant même celle de la morale.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 janvier 2008 20:45

              @ Internaute. Je le crois aussi, mais l’une n’empechera pas l’autre...

               PJCA

               

               Je reviens plus trad pour les autres réponses


            • Céphale Céphale 11 janvier 2008 12:33

              @Pierre JC Allard

               

              Vous n’écrivez pas souvent sur AV, Pierre, mais quand vous écrivez c’est toujours intéressant.

               

              Les Américains que je connais personnellement sont des gens charmants, mais ils ne se rendent pas compte à quel point ils sont manipulés. Le plus immonde dans le "système" incarné par George Bush, c’est l’exploitation des sentiments religieux.

               

              Vous faites une prévision à laquelle je n’avais pas pensé : "L’opposition irréconciliable entre le néo-libéralisme et les valeurs chrétiennes peut apparaître à tout moment. Vous expliquez cette opposition de façon concrète, et vous avancez l’hypothèse que les fondamentalistes américains pourraient se révolter contre le "système".

               

              C’est bien possible, et je pense même que c’est souhaitable. Mais je ne crois pas qu’une telle révolte représente un danger. Les liens entre les différentes églises chrétiennes sont trop forts pour que les fondamentalistes américains parviennent à imposer un système à la Savonarole. (Pour ceux qui ne sauraient pas, Savonarole est un moine italien du 15e siècle, comparable à Khomeyni). Je crois plutôt que cela conduirait les Etats-Unis vers une sorte de laïcité à la française.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 03:15

                @ Cephale : Merci. Une laïcité à la française ? Dieu vous entende ! Mais je n’y crois pas. Le système américain repose sur une manipulation sans vergogne d’une part importante - majoritaire - de la population qu’on pourrait décrire comme "culturellement dégénérée" et qui n’a simplement pas les outils intellectuels pour concevoir les mécanismes de la laïcité. Prevoyez un délai de ré-éducation du même ordre de grandeur que celui qui sépare Robespierre de Jules Ferry... et Robespierre n’est même pas encore là...

                 PJCA


              • edouard 11 janvier 2008 14:38

                Vous dites si j’ai bien compris qu’une Nouvelle Société plus solidaire, plus chrétienne serait possible grâce à l’aide de quelques "fous de Dieu" qui nous débarrasseraient de l’ultra libéralisme....

                Hélas ces "fous de Dieu" sont là et bien là, au pouvoir, ils bloquent tant qu’ils peuvent la réalisation de cette Nouvelle Société, qui est déjà née sous nos yeux .

                Relisez votre petit Marx illustré, et vous comprendrez que l’on a changé de mode de production nous ne sommes plus dans un mode de production capitaliste(libéral, ultra libéral, impérialiste ...)

                Le savoir scientifique, sa diffusion mondialisé . Les forces productives, les techniques de production . Les techniques de communication (internet, médias...) ont permis le fameux saut qualitatif .

                Lenine disait : "le communisme c’est les soviets plus l’électricité" il avait raison pour l’électricité ...

                Des alternatives au pétrole et au nucléaire existent, pas le solaire, l’éolien, l’ Ethanol et d’autres foutaises, une énergie pratiquement gratuite, propre et abondante existe et c’est l’hydogène ...

                Si l’énergie devient abondante pour tous, c’est l’eau, la nourriture, les territoires etc... qui deviennent sources de vie et plus de conflit . Tous les ayatollays seront balayés, un rêve ?

                 

                 

                 

                 


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 03:35

                  @ Edouard. Je vois le salut dans l’évolution de la société vers la spécialisation qui créée une interdépendance croissante et oblige au consensus. Un épisode "chrétien" ne me semble pas une solution, mais un passage obligé faute d’alternative. Pour l’hydrogène, ce n’est pas une source. mais un vecteur, comme l’électricité. Utile, mais encore faut-il avoir quelque chose à transporter.

                   

                  PJCA


                • Makan 11 janvier 2008 17:36

                  @ L’auteur

                  Article très intéressant.

                  J’imaginais, avec beaucoup de regrets d’ailleurs, que la chute du système néo-libéral ne pouvait venir que des islamistes. Mais c’est intéressant de savoir qu’au coeur même du système, il pouurait y avoir les germes de sa propre destruction.

                  Pour autant, je crois que vous vous débarassez un peu vite des "fous d’Allah". Ne serait-ce que parce qu’ils representent une pression extérieure non négilgeable qui pourrait jouer un rôle de catalyseur. N’oubliez pas que pour eux, l’Occident tout entier est une terre à conquérir. J’ai appris, récemment, que les Oulémas avaient déclaré l’Europe comme "terre d’islam" depuis la fin des années 80. Il faut dire que le discours "droitdelhommiste" des Européens les fait doucement ricanner dans leurs barbes. Ils savent que les "droitsdelhommistes" sont de "tendres brebis qui pensent que les loups sont herbivores" selon le mot savoureux d’un homme poilitique français à propos des pacifistes.

                  En revanche, les "born again" américains semblent être des ennemis plus redoutables. Je dirais même plus : ce sont leurs "meilleurs" ennemis.


                  • Gilles Gilles 12 janvier 2008 08:49

                    Makan

                    "c’est intéressant de savoir qu’au coeur même du système, il pouurait y avoir les germes de sa propre destruction."

                    Rien de nouveaus sous e soleil ! Dés le siècle dernier certains prédisaient que le "capitalisme portait en lui les germes de sa propre destruction"...qu’il était incapable de conjurer.

                    On pensait plus à la course au profit, la spéculation effrénée ou le besoin de produire toujours plus et de devoir écouler sa production, par tous les moyens. Dans un monde fini le capitalisme se trouve face à un mur !

                    Et puis ça fait 2000 ans que les valeurs chrétiennes de pardon, de charité, de modestie sont sois disant au coeur de nos sociétés et cela n’a jamais empêché les pires exactions (meurtres génocide, enrichissement extrême, esclavage...) commisent par des chrétiens, souvent pieux. Franco, Pinochet, Bush sont des croyants pieux !

                    Non, la religion ne sera d’aucune aide pour anihiler l’esprit néo-cons. Y croire revient à s’aliéner sois même en hypotéquant les luttes d’aujourd’hui sur l’espoir quasi messianique que demain la religion, ou les fondamentalistes comme vous voulez, nous sauveront à notre place

                    Quand bien même l’auteur aurait raison, je ne suis pas sûr que ce qui viendrait après serait meilleur. Après tout y a t-il pire qu’un système théocratique puritain ?

                    Néo-cons = fondamentaliste = g......e


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 03:45

                    @ Makan : L’Islam n’a simplement pas la force de confronter l’Occident. D’où l’arme du terrorisme, qui multiplie la nuisance, mais n’occupe pas le territoire. Il y a une limite vite atteinte au nombre de gens qu’on peut inciter au suicide. Je crais beaucoup plus la criminalité qui se développe sans que personne n’y porte attention que le terrorisme qu’on instrumentalise pour des objectifs qui n’ont que bien peu a voir avec l’Islam

                     

                    PJCA


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 03:49

                    @ Gilles. Je partage toutes vos réticences concernat un régime théocratique et je pense l’avoir dit bien clairement. Je préfèrerais aussi qu’on se débarrasse du système par une prise de conscience, mais je ne vois simplement pas de faille dans la défense du système.

                     

                     PJCA


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 03:51

                    @ Gilles. Je partage toutes vos réticences concernat un régime théocratique et je pense l’avoir dit bien clairement. Je préfèrerais aussi qu’on se débarrasse du système par une prise de conscience, mais je ne vois simplement pas de faille dans la défense du système.

                     

                     PJCA


                  • Makan 14 janvier 2008 11:41

                    @Gilles,

                    Je ne crois pas avoir dit que les fanatiques religieux pourraient amener un monde meilleur. Mais probablement contribuer à la chute du système néolibéral.

                    @ Pierre JC Allard

                    Le terrorisme n’est que l’un des aspects de l’offensive des islamistes contre l’Occident. A mon avis, c’est de loin le moins efficace.


                  • JL JL 11 janvier 2008 18:52

                     

                     

                     

                    PJCA, vous écrivez : ""Ceux qui n’ont rien ne sont pas déraisonnables ; ce sont, la plupart du temps, ceux qui se vendent à plus bas prix !"" Je ne suis pas d’accord, mais pas du tout et je ne crois pas que la corruptibilité soit inversement proportionnelle au portefeuille.

                    Mais c’est un détail dans votre article.

                    Je lis : ""Les fondamentalistes, pour qui veut mettre fin au système néo-libéral, sont des alliés circonstanciels dangereux."" Il y a deux manières de décoder cette phrase. Je ne suis pas sûr d’avoir saisi là le fond de votre pensée, quoique…

                    Sur un autre fil un commentaire affirmait : ""Le capitalisme a changé. Il n’est plus, comme pouvait encore le décrire Max Weber, marqué par l’éthique protestante et sa rigueur : travail, épargne, jouissance restreinte.""

                    Ce point est important : en effet, quelqu’un qui manifeste des valeurs morales dans l’accumulation de capital est digne que la société lui fasse confiance dans l’utilisation qu’il fera de sa fortune (œuvres de charité). A contrario, celui qui ne montre aucun scrupule à accumuler est indigne de disposer de cette fortune et l’on ne peut lui faire confiance quant à l’usage qu’il en fera. Le capitalisme d’aujourd’hui est un anti-capitalisme selon Weber, tout comme les soviétisme fut un anti-humanisme selon les lumières.

                    Je crois que la capitalisme a vaincu parce que l’on croyait en ses valeurs. Dès lors qu’on n’y croit plus, il est condamné. Par quoi ? Par qui ? Votre article propose une réponse intéressante, que n’aurait pas reniée André Malraux.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 04:09

                      @ JL : Le capitalisme optimisait la motivation d’une minorité apte à produire l"abondance que permettait l’industrialisation. Dépassé dans une économie tertaire, où c’est la compétence qui est le facteur rare. Le capitalisme a été conservé empaillé par le pouvoir en place, parce qu’il était SON outil de pouvoir. Va disparaître... mais l’agonie est pénible, car la corruption universalisée peut la prolonger pendant des décennies, voire des siècles... Les fondamentalistes de tout crin sont immunisés contre la corruption et sont donc les alliés circonstanciels de quiconque veut sortir la société du capitalisme... mais ils apportent un remede pire que le mal, dont le seul l’avantage est d’être soluble dans l’intelligence... ce que le capitalisme n’est pas.


                    • Céphale Céphale 12 janvier 2008 00:33

                      @edouard

                       

                      Ne croyez pas que l’hydrogène est une "énergie" comme vous dites. L’hydrogène est un carburant qui se fabrique à partir de sources d’énergie primaires (pétrole, gaz, charbon, nucléaire, solaire, éolien, etc.)

                       

                      L’énergie délivrée par la combustion d’un certain volume d’hydrogène n’est pas supérieure à l’énergie qu’il a fallu pour le fabriquer. Elle lui est même inférieure. C’est une notion de physique élémentaire qui échappe souvent aux journalistes.

                       

                      Enfin il ne faut pas confondre la combustion de l’hydrogène avec la réaction nucléaire nommée "fusion" qui existe sur le Soleil et que les promoteurs du projet Iter ont l’ambition de maîtriser un jour.


                      • moebius 12 janvier 2008 02:15

                        ..on se croirait chez les fous ici quelqu’un propose d’empiler les gens les uns sur les autres pour former une pyramide

                         


                        • moebius 12 janvier 2008 02:22

                           et ce afin de contrer le systéme capitaliste..un autre vous parle de la bombe atomique, tandis que certain s’adresse au pape...ou veulent changer le monde en tapotant sur un clavier..dieu est là il vous ecoute cher frére mais enfiler donc cette camisole 


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 04:13

                          @ Moebius : La légende veut que Gengis Khan est fait cette pyramide humaine pour voir de plus haut les murailles d’une ville qu’il assiégait... Pour la folie généralisée, vous avez tout compris. Je répète : lisez les faits divers des journaux américains....

                           PJCA


                        • Gilles Gilles 12 janvier 2008 07:29

                          Je croyais que chez les évangélistes (cad le gros de vos fondamentalistes) la réussite était la preuve que Dieu veillait sur vous. Et la réussite aux States, ça ce note au niveau portefeuille....d’actions.

                          A partir de là, vos fondamentalistes s’acoutumeront trés bien d’un système libérale dur, Dieu y veille Sans compter que ça fait quelqus siècles que ça dure

                          L’homme n’a t-il pas vécu avec l’esclavage en toute bonne conscience ?


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 janvier 2008 04:36

                            @ Philippe Reneve $ Zen : Une religion organisée est une structure de pouvoir qui instrumentalise ses adhérents. Vous avez raison, ne comptons pas la dessus. La foi, au contraire, est justement la force qui est instrumentalisée par une religion et qui peut produire des effets qui échappent totalement à son contrôle si elle est manipulés par un individu... ou devient anarchique. Savonarole, Mahomet, etc.

                            Le fondamentalisme américain n’est pas une religion organisée ; se sont des millions de fanatiques exploités par quelques escrocs et qui n’attendent qu’un leader charismatique pour lancer une vraie croisade. J’aimerais bien que la "prise de conscience" soit une option, mais quiconque connait la société américaine ne peut pas y croire. Si cette prise de conscience a lieu, ce sera en Europe et cette Europe ne peut être une force crédible face aux USA que si elle intègre la Russie au plus vite... ce qui est la grâce que je nous souhaite. Je pense, hélas, que la réaction de fanatisme religieux aux USA arrivera bien avant que l’on ait pu intégrer une Europe de l’Atlantique au Pacifique. Ce qui n’est pas une raison pour ne pas s’y atteler tout de suite. Pensons à l’APRES fanatisme.

                            Pierre JC Allard

                             


                          • ZEN ZEN 12 janvier 2008 11:17

                            Assez d’accord avec P.Renève, d’autant plus que les fondamentalismes sont en phase avec le néolibéralisme us, car ils en miment l’esprit ,les méthodes, les modes de gestion...et ils font d’énormes profits.


                            • grangeoisi 12 janvier 2008 12:38

                               

                              L’après seconde guerre mondiale ou les fins de périodes dictatoriales ont montré que des gens courageux ne mettaient guère de temps pour ramener leur pays dans le concert des nations industrielles ou démocratiques.

                               

                              L’envie de reconstruire, d’agir et de bien réaliser ensemble est un ferment bénéfique.

                              Si je puis m’exprimer ainsi : plusieurs cerveaux aidés de plusieurs bras et de plusieurs bonnes volontés valent mieux que toute société en « isme », toute philosophie en « iste ».

                               

                              L’application des accords de Bretton Woods, les mises en place  de l’OMC et du FMI ont bien souvent garanti ces résurrections, ces évolutions bénéfiques.

                               

                              Mais dans les brèches des contrôles monétaires qu’il fallait bien ouvrir, un capitalisme dit néolibéral s’est glissé et fort de ses flux financiers sans restrictions (si peu) a pu jouer son rôle de « sauvage », de « négrier » afin d’étancher sa soif de profits.

                               

                              Pour contrer un tel capitalisme deux freins : l’un naturel le salaire du prolétariat sous payé mais conduisant peu à peu à une société de consommation laquelle a besoin de ressources.

                               

                               Un exemple assez marquant : les soubresauts de la société nipponne dans les années 90. Cette société a vu une motivation de renaissance des japonais, sous-payée par un capital sans vergogne,  rejoindre une envie irrépressible consumériste conduisant à un besoin plus grand de ressources de l’individu. Du coup le modèle japonais en a perdu de sa superbe.

                               

                              Gageons qu’en Chine, où les nationaux ont tout lieu d’être fiers de leurs réalisations présentes et futures, Monsieur et Madame Ming rejoindront dans leurs besoins ceux de Monsieur et Madame Yamaha !

                               

                              Pas être grand clerc pour dire que la nouvelle vague engendrée par ce capital (beaucoup d’argent sale là-dedans aussi : faut bien l’utiliser cet argent) arrive sur les rivages de l’Afrique, continent à fort prolétariat sous payable, du moins dans l’esprit des capitalistes chinois.

                               

                              Il est bien un autre frein, celui-la utopiste, à savoir une organisation mondiale du droit des citoyens et des travailleurs, laquelle aurait, entre autres, pour précepte de ne jamais accepter le sous paiement d’un salarié et , bien sûr, de le faire appliquer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès