Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > JFK : Ces présidents qui n’y croient pas

JFK : Ces présidents qui n’y croient pas

Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy, 35e président des États-Unis, était assassiné à Dallas. Officiellement, par le seul Lee Harvey Oswald. 50 ans plus tard, certains n'y croient toujours pas. Ces sceptiques de la première heure, parmi lesquels deux grands présidents des années 1970 et un candidat à la présidence des Etats-Unis, n'ont pas attendu Internet, eux, pour "sombrer" dans ce que la presse qualifie d'ordinaire de "paranoïa"... Grâce à eux, nous allons remonter à l'origine de l'utilisation médiatique d'une expression très à la mode, "théorie du complot", qui nous permettra de nous interroger sur le pouvoir immense de ces choses apparemment anodines que l'on utilise tous les jours sans y porter une grande attention : les mots.

Des "conspirationnistes" taille XXL

Ce 21 novembre 2013 sur RTL, l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing a affirmé croire à la "théorie du complot" dans l'affaire JFK. Il nous a aussi appris que c'était la conviction de l'ancien président des Etats-Unis Gerald Ford :

"Gerald Ford faisait partie de la commission Warren. J'ai fait un trajet en voiture avec lui une fois aux États-Unis, il était président et j'étais président moi-même. Je lui ai dit : 'Je vous pose une question indiscrète : vous étiez dans la commission Warren, à quelles conclusions avez-vous abouti ?' Il m'a dit : "Ce n'est pas satisfaisant. Nous avons abouti à une première conclusion : ça n'était pas un crime isolé, c'était quelque chose d'organisé. Nous étions sûrs que c'était organisé. Mais nous n'avons pas pu découvrir par qui". Donc il y a eu une organisation, qu'on n'a pas vraiment mis à jour, qui détestait, qui haïssait ou qui craignait le président Kennedy, et qui a décidé de se débarrasser de lui. C'est ma conviction".

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry (candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis en 2004 contre George W. Bush) vient aussi de faire sensation outre-Atlantique en lançant sur NBC qu'il ne croyait pas que Lee Harvey Oswald ait été le seul tireur. Selon lui, Oswald était piloté, mais il ne saurait dire par qui, et rejette l'idée que la CIA ait pu être impliquée. Le 14 novembre, il demandait même l’ouverture des archives secrètes de l’assassinat de Kennedy. Oliver Stone, le réalisateur du film JFK, a salué cette prise de position.

Assassiner le doute, asservir la logique à sa cause

Les déclarations tonitruantes de ces hommes d'Etat, hautement respectés dans les médias, n'empêchent pas les journalistes Philippe Labro et Laurent Joffrin de nous assurer, en ces temps de commémorations, qu'Oswald était le seul tireur, et tous deux nous enjoignent même fraternellement de cesser de fantasmer ! France Télévisions, un peu dans l'esprit du dossier Desintox de Rue89, va jusqu'à dénoncer "les faux mystères de l'assassinat de JFK", et prétend soulever "les éléments qui fâchent" pour tous les réfuter grâce à "la réponse des experts". Mais en guise d'experts (au pluriel), il n'y en aura qu'un seul (Vincent Quivy) convoqué dans tout l'article... Suffisant pour clore le débat.

L'un des arguments des sceptiques, on le sait, c'est que la deuxième balle qui a touché Kennedy, en faisant exploser sa boîte crânienne, l'a projeté en arrière (vidéo ici), ce qui tendrait à faire penser que le tireur était face à sa cible, alors qu'Oswald était positionné dans son dos. Voici la parade de Joffrin :

"On voit Kennedy, au moment où il est touché par la balle fatale, qui est rejeté en arrière, donc on en a déduit, c'est logique, qu'il y avait un tireur devant. Le cerveau de Kennedy a été détruit à moitié par la balle fatale, ça provoque un raidissement général du corps et de la colonne vertébrale, c'est ce qui explique le mouvement en arrière de Kennedy. Ça prouve qu'il n'est pas certain qu'il y avait un tireur devant, puisque vous avez des grands professeurs de médecine qui ont expliqué le mouvement de Kennedy autrement."

Autrement dit, il serait logique qu'il y ait un deuxième tireur, mais certains experts nous permettent d'être certains... qu'on n'est certain de rien... et que l'on peut donc affirmer qu'Oswald était le seul tireur (puisque telle est la thèse finale de Joffrin). Logique.

C'est le même argument qu'émet Fred Kaplan sur Slate, dans son article où il moque "les imbéciles de la conjuration" :

"Je suis retourné à la bibliothèque et j’ai parcouru les auditions de la commission Warren. J’ai pu y trouver des dépositions de neurologues qui témoignent qu’une terminaison nerveuse peut exploser quand elle est frappée par une balle et que les deux trajectoires —celle de la balle et celle des fragments nerveux— ne sont pas nécessairement corrélées.

Des expériences datant des années 1940, au cours desquelles des balles furent tirées dans la tête de chèvres vivantes (sic), ont révélé ce fait. Donc, la preuve de l’image 313 est à minima ambiguë ; elle ne dit rien, dans un sens ou dans un autre, sur la théorie du deuxième tireur."

La conclusion logique, là encore, serait qu'on ne sait pas, qu'on n'est pas sûr... Mais, au final, ceux qui croient au deuxième tireur sont traités, par notre journaliste, d'imbéciles. Logique.

Selon que vous serez puissant ou misérable... vous pourrez douter ou pas

Le chirurgien Robert McClelland, lui, n'est pas convaincu par cette explication médicale. C'est lui qui a recueilli JFK et essayé de le sauver après qu'on lui a tiré dessus. Il nous donne son opinion sur ce moment fatal :

"C’est alors que la tête du président explose littéralement. Sa tête est projetée vers l’arrière et vers la gauche. Des gens ont dit que c’était l’effet réactif du cerveau (“jet effect”), mais cela n’a aucun sens. Il a été touché par une balle provenant de devant lui et l’a projeté vers l’arrière. Et le trou d’entrée, peut-être dans ses cheveux, devait être assez gros.

Je pense que la première balle provient du cinquième étage du Dépôt de livres scolaires, là où était Lee Harvey Oswald. Cette balle l’a probablement touché dans le haut du dos et la blessure à sa gorge était sûrement la blessure de sortie de la balle. Quelques secondes après, une balle venant de la palissade l’a touché à la tête. J’ai connu un témoin oculaire qui a vu un homme avec un fusil au-dessus de la palissade."

Robert McClelland est probablement un imbécile.

D'après lui, d'ailleurs, les conclusions de la Commission Warren "sont fausses", mais surtout "l’ordre de l’assassinat est venu du plus haut niveau de notre gouvernement. Comme beaucoup de livres le disent, des éléments de la CIA et du FBI sont impliqués. Un jour, un colonel de la Marine britannique est venu me voir. Il m’a dit qu’il avait connu Oswald sur une base de la CIA au Japon. Il y aurait été opérateur de radar. Donc, il était un agent en bas de l’échelle de la CIA. Je pense qu’il était là pour dévier l’attention du deuxième tireur, celui de la palissade". Certains se sont fait traiter de "sales cons" pour moins que ça...

En février dernier, sur France Info, l'écrivain Marc Dugain mettait carrément en cause, sans susciter aucun tollé, les anciens présidents George Bush (père) et Lyndon Johnson, allant jusqu'à dire : "Pour moi c'est quasiment du négationnisme que de dire que JFK n'a pas été tué dans le cadre d'un complot [de la CIA], et de même Robert Kennedy". Robert Kennedy, qui, lui-même croyait au complot contre son frère, et fut, dixit Paris-Match, "le premier théoricien du complot".

Valéry Giscard d'Estaing ne sera probablement pas calomnié dans les prochains jours et traité de "conspirationniste". Pas plus que ne l'avait été Roland Dumas, lorsqu'il avait dit ne pas croire à la version officielle du 11-Septembre. Et John Kerry continuera d'être respecté. Parce que ce sont là des gens importants, dotés d'autorité, et que dans de tels cas de figure il vaut mieux ignorer - ou minimiser - leurs déclarations peu orthodoxes. On ne calomnie que les proies faciles, les Bigard, les Kassovitz, les Cotillard... Ou encore les adversaires idéologiques, déjà chargés d'étiquettes négatives. Pensons à Aymeric Chauprade, recrue du FN, immédiatement mis sur la sellette sur Europe 1 dans son nouveau rôle politique, pour ses propos (déjà anciens) sur le 11-Septembre.

Les "conspirationnistes" = Les citoyens ?

Le journaliste William Reymond a enquêté sur l'assassinat de Kennedy, et il a eu, il y a quelques jours, cette réflexion :

"Au delà de JFK, le rejet systématique du complot est un phénomène dangereux.

Pas seulement parce qu’il renie les enseignements de notre passé. Mais parce qu’il offre à nos gouvernements la possibilité de trahir le pacte démocratique et abuser du pouvoir que nous leur avons provisoirement confié.

Jean Jaurès a écrit un jour que “le courage était de chercher la vérité et de la dire”.

Et la vérité, parfois, est ailleurs…"

De manière provocante, on pourrait presque dire que les "conspirationnistes" (entre guillemets) sont les vrais citoyens. Je m'explique : un conspirationniste (au sens strict) est quelqu'un qui croit que tous les événements dramatiques de l'Histoire sont le fait d'une minorité maléfique (toujours la même), qui contrôle absolument tout. De tels êtres existent, certes, mais ne courent pas les rues, même sur la Toile. Un "conspirationniste" (avec des guillemets) est quelqu'un qui n'a rien à voir avec la première définition, mais qui est amalgamé avec elle pour l'intimider et le discréditer aux yeux des autres ; c'est en vérité un citoyen qui est vigilant et qui veut contrôler de près les pouvoirs, ainsi que les informations qu'on lui donne. Autrement dit, c'est un citoyen qui ne se contente pas de voter une fois tous les cinq ans, mais qui a une activité constante de surveillance des hommes auxquels (par confort) il a provisoirement délégué son pouvoir. Ces pseudo-"conspirationnistes"-là sont nombreux, surtout sur la Toile.

Depuis son origine grecque, la démocratie se définit, avant toute autre chose, par la vigilance active du citoyen. Par suite, le mal-nommé "conspirationniste" peut être considéré comme le premier défenseur de la démocratie, il lui permet de survivre quelque peu. Un conspirationniste, au sens strict du terme, est un fou ; un "conspirationniste", dans l'usage grossier du terme, est un démocrate. Orwell nous avait prévenu : "La paix, c'est la guerre", "La liberté, c'est l'esclavage", "L'ignorance, c'est la force"... et "Un démocrate (un citoyen vigilant), c'est un conspirationniste". Ceux qui le stigmatisent sont, qu'ils en aient conscience ou non, dans le rejet de la démocratie et la défense de l'oligarchie. Ils sont dans l'agoraphobie politique, selon l'expression du politologue Francis Dupuis-Déri : "L’agoraphobie politique signifie une peur ou une haine du peuple assemblé dans une agora formelle ou informelle", qui justifie qu'on lui confisque son pouvoir, pour mieux le guider.

Selon une conception erronée, la démocratie aurait besoin, avant toute chose, de la confiance des citoyens envers leurs gouvernants. En vérité, la démocratie a surtout besoin de leur défiance (qui n'est pas la paranoïa : l'une est excessive, l'autre ne l'est pas). Car le pouvoir corrompt, car il donne un sentiment de toute-puissance à celui qui en jouit. Et l'abus est inévitable. Il faut donc montrer aux puissants qu'on les a constamment à l'oeil ; c'est la condition de notre liberté. Et peu importe les anathèmes qui ne manqueront pas de tomber. Il suffit de ne plus être dupes des étiquettes, aussi bien positives que négatives, que l'on accole aux personnes et aux idées, tantôt pour les vanter et les faire accepter par la population, tantôt pour les dénigrer et les faire rejeter par elle.

Les étiquettes négatives, armes de dissuasion massives

Lance deHaven-Smith, professeur de sciences politiques à l’Université de Floride, vient de publier Conspiracy Theory In America. Il y montre que l’expression "théorie du complot" vise précisément à écarter l’idée que le gouvernement puisse commettre d’éventuels méfaits, alors même que des complots comme le Watergate ou l’Irangate ont été mis à jour. Il montre comment l'expression apparaît dans les médias américains pour endiguer le mouvement de défiance qui, à partir de 1966, se développe dans la population au sujet des conclusions de la Commission Warren. Et il affirme que c'est la CIA qui a fait de l'expression "théories du complot" une véritable arme d'intimidation, pour ridiculiser les doutes émis par le peuple américain. Le CIA Document 1035-960, qui décrit la stratégie à adopter pour discréditer tous les sceptiques, est disponible sur le site JFK Lancer. Suite à la parution de ce mémorandum, l'expression "théoriciens du complot" fut utilisée à une fréquence inconnue jusqu'alors dans la grande presse américaine. Depuis l'avènement du Net, cette utilisation a encore largement augmenté, les citoyens étant plus à même que jamais de débusquer et dénoncer les abus et les mensonges de leurs dirigeants.

Lance deHaven-Smith, invité d'Abby Martin sur RT, août 2013 (en anglais)

Marc Dugain dit : "L'histoire, telle qu'on nous la raconte, est une fiction". Le procureur Garrison disait, au sujet des conclusions de la Commission Warren, que c'était un "conte de fées". La CIA a propulsé l'expression "théoriciens du complot" pour inhiber les enfants qui ne croient plus aux contes de fées. Et la presse convoque des "experts" pour nous convaincre que nous sommes des "imbéciles", et qu'il faut cesser de fantasmer.

Pour sortir par le haut de ce monde d'illusions, apprenons à nous méfier des mots, mis à toutes les sauces pour nous manipuler, et nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Pour ce faire, on écoutera bien sûr avec profit et plaisir Franck Lepage, ou encore Etienne Chouard, et on lira le dernier livre de Francis Dupuis-Déri : Démocratie. Histoire politique d'un mot aux Etats-Unis et en France. Utile pour comprendre comment et pourquoi les élites politiques se sont, au cours du XIXe siècle, approprié ce mot si séduisant pour le peuple (cette étiquette positive), à l'origine détesté.


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • berry 23 novembre 2013 11:37

    Le Général de Gaulle croyait aussi au complot :

    "Ils se sont saisis de ce communiste qui n’en était pas un, tout en l’étant (Lee Harvey Oswald). C’est un minus habens et un exalté. C’était l’homme qu’il leur fallait. Un merveilleux accusé. La fable était de faire croire que le type avait agi par amour du communisme. Ca aurait permis de déclencher une chasse aux sorcières communistes et de détourner l’attention.

    Vous avez vu comment ils l’ont arrêté ? Ils le gardaient en réserve ! Ils se sont saisis de lui dès qu’il a fallu le trouver. Le type s’est enfui, car il devait se méfier. Ils ont voulu l’abattre sur-le-champ, sans même que la justice ait pu se saisir de lui.

    Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme ils l’avaient prévu. Le type s’est défendu. Un policier a été tué. Il y a eu des témoins. Par la suite, on était obligé d’ouvrir un procès. Un procès ! C’eût été épouvantable. Tout le monde aurait parlé. On aurait remué des choses.

    Alors la police est allé trouver un indicateur qui n’avait rien à lui refuser (Jacob Rubinstein dit Jack Ruby) et qu’elle tenait parfaitement en main. Ce type s’est dévoué pour tuer le faux assassin, sous prétexte de défendre la mémoire de Kennedy. »

    « C’était de Gaulle », par Alain Peyrefitte


    • Hijack Hijack 23 novembre 2013 14:11

      Merci Berry,
      .
      J’ignorais ce qu’avait dit précisément le Général sur ce sujet : " Un procès ! C’eût été épouvantable. Tout le monde aurait parlé. On aurait remué des choses."
      .
      Rassurant de savoir que la France fut libre ... il y a quelques décennies !


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 24 novembre 2013 18:25

      Merci pour la citation de De Gaulle. Voici le livre en ligne, « C’était de Gaulle », pour ceux qui veulent en lire un peu plus (le lien mène directement au passage intéressant).

      On y apprend que De Gaulle croyait à l’implication de la police, associée aux ultras de l’extrême droite, et que la cause de l’assassinat était la question raciale aux États-Unis : « N’en doutez pas, le conflit entre les Noirs et les Blancs est à l’origine de ce meurtre... » D’après lui, les oppresseurs (certains Blancs), qui veulent garder leurs privilèges, auraient la trouille des opprimés (les Noirs), avec lesquels ils ne forment pas une vraie nation, contrairement à la France avec ses populations hétérogènes. De Gaulle affirme qu’il aurait pu subir le même sort que Kennedy sans l’indépendance de l’Algérie, dont le peuple musulman ne pouvait pas se fondre, selon lui, dans le creuset français.


    • Taïké Eilée Taïké Eilée 24 novembre 2013 21:25

      @ Lucadeparis : OK pour Thomas Legrand, dont voici l’article contre Roland Dumas : http://www.slate.fr/story/32335/roland-dumas-naufrage-conspirationniste Mais, comme il l’écrit lui-même, pour s’en lamenter : « Ses déclarations n’ayant pas fait le scandale qu’il devait espérer, il a répété celles-ci le 20 décembre (...). Pauvre Roland Dumas, ses délires conspirationnistes passèrent encore une fois inaperçus... Il faut dire qu’on avait pris l’habitude de ne plus trop l’écouter, peut-être un peu par respect pour ce qu’il fut... » C’est dire qu’en dehors de cette attaque, il ne fut pas calomnié. C’est l’ampleur de la campagne médiatique qui compte, et seules les « proies faciles » en sont victimes.

      Quant à la démocratie, vous avez raison dans l’idéal. Mais dans la réalité, ce « gouvernement par le peuple » n’a jamais existé en France, et il n’a existé à peu près nulle part dans le monde. Je parlais donc de la démocratie dans un sens plus réaliste, en reprenant la définition du philosophe Alain dans ses Propos sur les pouvoirs. Selon lui, le peuple ne gouvernera jamais, et la démocratie se résume à son pouvoir de contrôle. Un contrôle qui doit être acharné.


    • Analis 25 novembre 2013 14:45

      Rassurant de savoir que la France fut libre ... il y a quelques décennies !

      Oui, en fait, la France n’était pas libre. Il ne suffit pas qu’elle ait été alors plus distante des USA

      pour dire qu’elle fût libre à cette époque. De Gaulle, homme au caractère tout de même assez nettement autoritaire, n’a pas manqué de participer lui-même à de nombreux étouffements de vérité. Par exemple à celui du massacre du 18 octobre 1961, véritable pogrom. Si ses dires sont rapportés de façon exacte, il ressort qu’il avait tout de suite compris ce qui s’était passé à la façon dont Oswald avait été rapdiement désigné seul coupable. Mais cette certitude venait de ce que lui-même ne manquait pas d’expérience en ce domaine...

      Il en est de même pour ce qui concerne Giscard d’Estaing. Durant tout son septennat, il a été confronté à différents assassinats politiques gênants, De Broglie, Boulin (le premier qui parle de suicide a perdu...), Fontanet etc... Il a participé ou assité aux manœuvres pour étouffer ces affaires (désignation de faux-coupables, promotion de faux suicides...). Lui aussi en connaissait donc un coin dans ce domaine.


    • Lucadeparis Lucadeparis 25 novembre 2013 18:21

      La démocratie, lorsque le peuple vote des référendums d’initiative populaire, cela existe.

      Des assemblées de citoyens tirés au sort, ça a aussi existé.
      Et vous ne pouvez pas savoir si la démocratie n’existera jamais.
      En tout cas, de plus en plus de citoyens s’organisent pour la réaliser.

    • Taïké Eilée Taïké Eilée 25 novembre 2013 18:45

      Je ne dis pas que la démocratie n’a jamais existé et n’existera jamais, mais, de fait, c’est extrêmement rare. Et même lorsqu’elle a existé, comme à Athènes, les activités de contrôle des représentants étaient sans doute les plus fondamentales pour garantir la pérennité du système. Et, dans notre fausse démocratie, il faut déjà commencer par cela, être sensible à l’importance de cette vigilance, même si on peut exiger d’autres choses (référendum d’initiative populaire...).

      D’ailleurs, dans le livre que j’évoque à la fin (de Dupuis-Déri), on apprend que de nombreux villages en France avaient un fonctionnement démocratique au Moyen-Âge, alors même que le régime était monarchique. Mais la monarchie (avant le développement de l’État) avait alors peu d’influence sur l’ensemble des populations, qui s’organisaient à leur guise. Pour ce politologue, le Moyen-Âge fut assez démocratique en France (au niveau local), alors que la modernité est anti-démocratique, elle se construit dans son refus explicite.


    • ZEN ZEN 23 novembre 2013 11:44

      Complot ?
      On met tout sous ce mot...
      Si le Watergate ou l’Irangate n’étaient pas des actions(parfois grossièrement) élaborées secrètement par de puissants groupes d’intérêt, alors on peut mettre aussi en doute le complot contre Allende, finalement avoué par Kissinger et raconté par Naomi Klein dans la stratégie du choc.
      Pour Dallas, trop d’indices convergents ne peuvent plus conforter la théorie du tueur solitaire.
      Trop d’intérêts encore bien présents font de la résistance pour que s’ouvrent enfin certains dossiers.


      • morice morice 23 novembre 2013 13:45

        pour ma part j’ajouterai Eagle Claw... et sa récente répétition pakistanaise...


        dans ce sens, Obama est le plus fort...

        comprenez-moi bien... en effet.

      • tf1Goupie 23 novembre 2013 12:43

        Sauf que Kerry ne dit pas « je ne crois pas que Oswald était le seul tireur », il dit « je ne crois pas que Oswald était seul »...

        Et voilà comment on crée des complots que l’on fait tourner à fond sur Internet.

        Le seul détail qui laisse envisager qu’il y ait eu un second tireur est le mouvement du corps de Kennedy.

        C’est un peu très très maigre pour affirmer avec beaucoup de conviction « il y avait un deuxième tireur ».
        Les citoyens qui jouent à ce jeu à la con n’aiment pas la vérité, puisqu’ils cherchent à la brouiller sans arrêt.


        • Redj Redj 23 novembre 2013 14:02

          Oui je suis d’accord.
          Vous avez écrit votre lettre au père-noël ?


        • tf1Groupie 23 novembre 2013 16:41

          Oh là, là, là, trop puissant votre argument.

          Vous devriez essayer moins sophistiqué, genre : oui c’est vrai, ma concierge m’a dit que c’est un complot, même qu’elle l’a vu sur internet.

          Même que Merah c’est un complot, Dekhar c’est un complot, France-Ukraine c’est un complot.... Si, si c’est marqué sur Internet, onoucahetou onnoudirien !


        • Constant danslayreur 23 novembre 2013 12:44

          Très bon article merci,

          Et au passage je retire toutes les vilaines pensées que j’ai eues sur VGE smiley


          • Xenozoid Xenozoid 23 novembre 2013 12:54

            paul craig robert a ecrit un arcticle simple a ce sujet a lire en anglais(dsl) ici
            et merci ,la deconstruction prendra du temps, même sans complots


            • berry 23 novembre 2013 12:54

              "les journalistes Philippe Labro et Laurent Joffrin nous assurent, en ces temps de commémorations, qu’Oswald était le seul tireur, et tous deux nous enjoignent même fraternellement de cesser de fantasmer."

              C’est leur intérêt professionnel bien compris de dire cela.
              Je suis persuadé qu’ils n’en croient pas un mot.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 novembre 2013 13:25

                Carambar ! Cette histoire qu’on pelotte ne serait pas blague à deux balles !

                 


                • morice morice 23 novembre 2013 13:37

                  Kerry n’a été que candidat malheureux à la présidence : sa présence sous le titre fait désordre.


                  • morice morice 23 novembre 2013 13:43

                    Joffrin et Kaplan viennent d’être lamentables sur la question.


                    Libé est à la remorque, comme l’est Demorand, dont la ligne éditoriale est plus que vaseuse.

                    Si la gauche va mal, c’est que sa presse ne la défend plus mais passe son temps à l’enfoncer. Libé sert régulièrement la louche à la droite !

                    l’esprit Europe 1 ce n’est pas de la presse !

                    • berry 23 novembre 2013 14:58

                      Quand on sait que le propriétaire de Libé est le banquier d’affaires Edouard de Rothschild, il ne faut pas s’étonner.

                      Malgré une chute des ventes, Il y a tout de même encore 100 000 gogos de gauche qui s’informent en achetant le journal de Rothschild.
                      Je suis sûr que ça doit beaucoup amuser le patron.
                       


                    • laertes laertes 23 novembre 2013 19:03

                      Libération est un journal en état d’assistance respiratoire de puis longtemps. Ils sont même arrivés à désactiver tous les commentaires des internautes... trop contestaires !
                       Joffrin est la personnification de ce journalisme vide, de complaisance putassière.... Tout ce qu’il dit est du vide.. donc le voir défendre la théorie officielle n’est pas surprenant. C’est perdre son temps de parler de ce triste laquais.
                      Pour moi, rien que le fait qu’Oswald ait été assassiné avant son procès est bien la preuve qu’il y a eu plusieurs tireurs et une manipulation. Il en savait trop....... Comme Ben Laden d’ailleurs.


                    • morice morice 23 novembre 2013 13:49

                      écoutons Hersh, et ce qu’il a dit sur Abbottabad, qui ne serait qu’une continuation du principe que vous décrivez fort bien...



                      Pour Kennedy il va sans dire que les unes actuelles du « couple glamour » ne sont là que pour dissimuler une vérité bien plus glauque ...


                      TRES GLAUQUE.

                      • Lou Lou 23 novembre 2013 13:59

                        50 ans plus tard on commence à accepter les théories du complot concernant l’ assassinat des Kennedy ....
                        Armez vous de patience pour le 911 ...
                         
                        Je souscris à cette théorie comme quoi la destruction du WTC fut programmé et maquillé en attentat terroriste avec des trucages vidéos très moyens, très peu de victime, pas d’ avion et la complicité des médias avec des archives de toutes les couleurs alors que le ciel était bleu et sans nuage ...
                         
                        http://www.youtube.com/user/simonshack
                         


                        • Hijack Hijack 23 novembre 2013 13:59

                          JFK & 911 = kif kif au même !
                          .
                          - Cherchez qui est vraiment capable de perpétrer cet assassinat et de rester impuni ; réaliser ce/ces crimes techniquement et de manière parfaite, de n’être jamais ou presque  mis en cause par n’importe quel média, n’importe quel politique ...
                          - Cherchez qui vous n’avez pas le droit de ne serait-ce que soupçonner.
                          - Cherchez à qui profite le crime.


                          • panpan 19 mai 2014 14:10

                            Moi, j’ai trouvé !


                          • panpan 19 mai 2014 14:42

                            Regardez qui vous n’avez pas le droit de critiquer et vous saurez qui vous gouverne
                             Voltaire


                          • panpan 19 mai 2014 14:45

                            Il paraît - il paraît hein, c’est pas vérifié - que Johnson aurait dit « Descendez-moi cet Irlandais de merde et vous l’aurez votre guerre au Vietnam ! »


                            • millesime 23 novembre 2013 14:14

                              Le 4 juin 1963 un décret présidentiel peu connu : « Executive Order 11110 » , a été signé par JFK avec l’autorité de dépouiller fondamentalement la Banque Fédérale de Réserve (FED) de son pouvoir de prêter de l’argent au gouvernement fédéral des Etats-Unis avec intérêt.
                               (ce décret n’a jamais été abrogé, il est toujours valable.. !). Quel est le président qui « osera » le faire appliquer ?
                              Son père l’avait sermonné dans le salon ovale « Si tu fais cela, ils te tueront ! »
                              qu’est-ce-que la FED ?
                              qui est derrière ?
                              quelle est son influence ? ainsi que la Banque Mondiale et le FMI ?
                              http://jfkvsfed777.canablog.com/

                              http://millesime.over-blog.com


                              • Lou Lou 23 novembre 2013 14:44

                                Je pensais la même chose mais un autre commentateur d’ Agora m’ a fait remarqué que le décret a été annulé par Reagan ...


                              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 28 novembre 2013 16:14

                                Quant à moi, je m’étais laissé dire qu’annuler ce décret était la première chose qu’avait faite son successeur Lyndon Johnson.
                                Il sera intéressant de savoir ce qu’il en est en définitive.


                              • Xenozoid Xenozoid 23 novembre 2013 15:00

                                berry et tous ?, pourquoi ramener tous a la droite et la gauche ?


                                • bonnes idées 23 novembre 2013 15:02

                                  Il n’y a que les journalistes qui ne savent pas que ce grand américain qu’était JF Kennedy est mort pour avoir exigé l’indépendance économique de son pays.
                                  Paix à son âme.


                                  • Fergus Fergus 23 novembre 2013 15:41

                                    Bonjour, Bonne idées.

                                    Des journalistes qui ne savent pas non plus que Kennedy a largement bénéficié du soutien de la mafia pour arriver au pouvoir sans en tirer les avantages espérés.


                                  • norbert gabriel norbert gabriel 23 novembre 2013 15:25

                                    Mais nous somme en AMERIQUE, c’est Lucky Luke, avec une seule balle on peut tuer le président, blesser le passager qui est devant après avoir rebondi sur un truc qui l’a déviée vers le machin, et voilà pourquoi votre fille est muette ... c’est pas dûr à comprendre quand même... smiley


                                    • wesson wesson 23 novembre 2013 17:01

                                      Sans oublier le témoignage de Dan Rather à la télévision qui - ayant visionné le film de Zapruder avant tout le monde - raconte la scène sur la télévision nationale (CBS) en expliquant que la tête du président « went forward with considerable violence. » (est allé vers l’avant avec une violence considérable).


                                      Lorsque le film de Zapruder fut rendu public, tout le monde put voir que c’était vers l’arrière que la tête du président allait, exactement l’inverse de la version télé du présentateur.

                                      Sans même évoquer les explications qui permettent de justifier ce mouvement avec un tir censé provenir de l’arrière, il reste au moins ce cas d’école de faux témoignage de la part du présentateur vedette d’une chaîne de télévision nationale. 

                                      Ce qui se retient de ce passage, c’est le bidonnage médiatique. L’un des premier indiscutablement documenté.

                                    • wesson wesson 23 novembre 2013 17:01

                                      Oups, j’ai oublié mes humanités. Bonjour Norbert


                                    • TicTac TicTac 25 novembre 2013 14:15

                                      Et allez, ça continue à colporter sans vérifier.

                                      Le « jet effect » existe, il est démontré et uniquement démenti par ceux qui ne veulent pas y croire en raison du film de Zapruder. C’est ici pour les vidéos.

                                      Vous y trouverez aussi une vidéo récente sur une émission de télé qui démonte les effets de Hollywood qui veut que le corps puisse avoir une réaction violente à l’impact alors qu’elle est proche de zéro.
                                      Au temps pour ce mouvement de tête vers l’arrière qui serait la preuve d’un coup de feu de face.

                                      L’autopsie n’a rien révélé sur un projectile ayant percuté de face et la HSCA, si elle a bien supposé qu’un tel coup de feu a existé (rapport démenti depuis), indique qu’il a raté sa cible !

                                      Quant aux analyses sonores, trois liens sur les trois rapports.
                                      Un seul valide la thèse d’un 4ème coup de feu...

                                      Alors bon, j’ai juste envie de dire : renseignez-vous un tout petit peu...

                                    • tf1Groupie 23 novembre 2013 17:26

                                      Le film de Zapruder est un faux, c’est pour cela que vous arrivez aux mauvaises conclusions !!

                                      " Scientists examined the Zapruder film. They found that, while most of it looks completely genuine, some of the images are impossible. They violate the laws of physics. [...] The whole film is a fake ! "

                                      Ah ces enquêteurs citoyens, ils sont vraiment très forts  smiley  smiley  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles







Palmarès