Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’échec de la Pax Americana : Comment contrer la doctrine (...)

L’échec de la Pax Americana : Comment contrer la doctrine impérialiste et les provocations de l’Oncle Sam

Avec la crise en Ukraine se révèle un nouvel épisode d'une stratégie de long terme des États-Unis d'Amérique. La diplomatie de la Fédération de Russie clame haut et fort un cas d'ingérence des services de la puissance occidentale et des menées impérialistes visant à déstabiliser la région. Cela n'étonne plus guère, quelques journalistes autorisés essaient encore de nous persuader du contraire mais l'enthousiasme n'y est plus, il y a trop longtemps déjà que se dessine ce projet d'isolement et d'encerclement de la Russie. Les EUA prennent garde d'avancer à découvert pour éviter une confrontation directe. Ce mouvement se fait donc par l'intermédiaire de l'Alliance militaire OTAN qui pousse ses pions dociles et de l'Union européenne qui étale vers l'Est sa zone d'influence. Cette opération si bien coordonnée ne trompe plus le public, il peut y décerner la mise en œuvre d'une idéologie impérialiste plus ancienne que la « guerre froide » ou l'expansionnisme allemand à la recherche d'un Lebensraum. Il s'agit en réalité d'une vieille lubie, l'idéal utopique d'une « destinée manifeste » selon lequel une nation prévaut sur toutes les autres pour la domination du monde : héritage confus de l'Empire colonial britannique ou de l'Empire germanique de sinistre mémoire qui tenait ses titres et tirait son modèle de l'antique Empire romain.

Qu'il soit bien clair que notre intention n'est pas de jeter le discrédit sur la jeune nation étasunienne. Il n'est pas ici question de faire de l'anti-américanisme. Au contraire il faut saluer les nombreuses contributions sur les plans historique, culturel ou scientifique qui témoignent d'une générosité fraternelle et d'un génie humaniste. L'intervention des États-Unis dans les conflits mondiaux tels que la Première et Seconde Guerre Mondiale démontre un souci exemplaire de respect du cadre juridique du droit international et la manifestation d'un idéal de la paix mondiale dans la liberté et l'équité. Nous ferons donc cette distinction : entre une nation qui respecte l'esprit du droit international notamment le principe d'égalité souveraine des nations inscrit dans art. 2.1 de la Charte ONU [1] ; et une puissance saisie d'un délire de suprématie, d'une sorte d'hubris [2] ou présomption de supériorité qui s’avère dangereuse aussi bien pour elle-même que pour les autres et dont l'issue ne peut être que fatale.
Nous aurions bien voulu que cette pax américana soit réelle et profitable à tous ! Mais nous sommes loin de cette époque crédule quand le GI Joe était notre héro, Hollywood et Coca-cola les promesses d'un monde meilleur. Les masques tombent et la comédie n'a que trop duré. Nous savons désormais que si Empire il y a, il ne connaît nulle paix puisque le langage de la puissance c'est la provocation, c'est la terreur, c'est la guerre contre (et entre) tous ceux qui osent contrarier ce projet délirant. Mais le drame de l'Empire est de vaciller dans le vertige de sa propre hégémonie, d'opprimer les peuples par la tyrannie. Ainsi pour ne pas se retrouver écraser dans sa décadence vers l'obscurantisme féodal : il faut comprendre la doctrine impériale, ses méthodes et déjouer son système. Il en va de l'avenir de la civilisation et de la liberté des peuples.
Pour ces raisons, il paraît utile dans un premier temps d'identifier les points clés du discours impérialiste et comment il accompagne par une propagande suspecte les menées commerciales et militaires à l'encontre des peuples mal-préparés à en contrer les influences nocives. Dans un deuxième temps présenter les éléments d'une stratégie faisant obstacle et échec à l'agression impérialiste contre le droit des peuples, la coopération loyale entre eux et la paix.

Petite généalogie de l'impérialisme

« Généralement, la création d'un empire implique une ou plusieurs conquêtes militaires considérées dans les meilleurs des cas comme une unification et un destin (Haute et Basse Égypte, sept royaumes de Chine). […] Selon Moses Finley4, est empire tout « exercice durable par un État d'une autorité, d'un pouvoir, ou d'un contrôle sur un ou plusieurs États, communautés ou peuples. ». À cette conception très large s'oppose celle de Jean Tulard. pour lequel n'est empire que ce qui possède les cinq traits suivants :

  • une volonté expansionniste ;
  • une organisation centralisée ;
  • des peuples encadrés par une armature politique et fiscale commune ;
  • la croyance en une supériorité d'essence ;
  • un début et une fin clairement identifiés. » [3]

L’Histoire de l'Empire romain est un cas d'école concernant la désorganisation de l'administration de l’État sous l'effet d'une politique expansionniste et des intérêts contradictoires d'une puissante oligarchie. La subversion de la République romaine marque l'avènement de la Rome impériale. De vastes territoires sont confiés à l'administration de quelques hommes soutenus par un Sénat corrompu. Les intérêts de l'Empire semblent alors se confondre avec les intérêts de quelques familles patriciennes. Jusqu'au moment critique où l'appauvrissement massif des citoyens dû à la concurrence d'une main-d’œuvre servile et les importations des provinces déstabilise l'équilibre budgétaire. Alors les familles enrichies refusant de se soumettre au devoir fiscal, s'installent loin des villes et des percepteurs de l’impôt dans de somptueuses villas rurales. Les ressources fiscales se tarissant alors que les dépenses civiles et militaires augmentent, l'Empire s'effondre dans l'incapacité de pourvoir à l'intérêt général des citoyens romains ou des peuples soumis. [4]
L’Église catholique [5] semble conserver la flamme de l'idéal impérialiste puisqu'en Noël de l'an 800 Carolus Magnus sera fait empereur romain avec le soutien du haut-clergé.
De l'an 962 à l'an 1806 le Saint Empire Romain Germanique [6] étendra sa domination sur l'Europe avec la prétention de sauvegarder la paix dans ses États, cependant sans jamais pouvoir mettre un terme à l'indépendance d'une France souveraine, ni freiner l'émergence du sentiment national en Europe.
Ce sont les tentatives de restauration impériale germanique (2nd et 3ieme Reich) qui ont causé les conflits mondiaux de la 1ere et 2nd Guerre mondiale. Conflits à l'issue desquels sera reconnue la responsabilité des forces impériales germaniques dans l'agression et la violation du droit des peuples.
Les conquêtes coloniales de l'Angleterre depuis le règne d’Élisabeth I lui font entrevoir la perspective d'un Empire maritime par le moyen d'une flotte militaire et commerciale sillonnant les mers autour du globe. Depuis la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique et un large mouvement de décolonisation qui privera la Couronne du territoire Indien - son plus beau joyau - cette prétention sera revue à la baisse. Le système colonial britannique cédera alors la place à l'institution du CommonWealth. (Bien-être commun) favorisant les liens commerciaux [7] et les valeurs libérales [8].
La France elle-même n'est pas en reste dans l'aventure coloniale. Celle-ci se soldera tragiquement par deux guerres coloniales qui n'oseront pas dire leur nom en Indochine et en Algérie. L'initiative et le pouvoir de nuisance des milieux financiers coloniaux et de leurs amis à la Chambre des députés ou dans la Presse dans la responsabilité des opérations de pacification et l'élimination des obstacles politiques [9] sont guère douteux.
On se dit que ce bilan désastreux des différentes expériences impériales ait pu être utile et donner une leçon édifiante à la nation américaine. Ce d'autant plus qu'elle a eut à subir l'oppression puis une épouvantable répression de la puissance britannique dès les premiers jours de son indépendance. Il n'en parait rien. Au contraire les EUA après une brève période isolationniste n'ont eut de cesse de courir après cette prétention à l'hégémonie commerciale et consacrent l'essentiel du budget de la Fédération à entretenir une force militaire démesurée, pendant qu'une immense partie de son peuple connaît la misère et une féroce répression policière.
Comment est-on arrivé jusqu'à une telle aberration ?

La subversion intérieure

Il est curieux qu'un pays qui se vante d'abriter les meilleures universités au monde puisse consacrer ses facultés de raisonnement à des objectifs mercantiles ou agressifs sans prendre le recul d'une réflexion cohérente et véritablement utile. M. Barrack Obama reconnu comme brillant juriste de l'éminente université d'Havard énonce en tant que Président des États-Unis des contre-vérités si grossières dans ses déclarations [10] sur le droit international qu'on se demande s'il a vraiment étudié la jurisprudence ou obtenu ses diplômes autrement que par complaisance.
Ce paradoxe culturel laisse supposer une profonde distorsion de la société étasunienne : le chevauchement tectonique de deux mondes l'un spirituel et humaniste, l'autre calculateur et prisonnier de stratégies industrielles, politiques et militaires de court terme. Tout se passe comme si différents éléments aux intérêts irréductibles se partageaient en secret mais sans pitié le pouvoir sous le couvert d'une fiction juridique démocratique et républicaine. 
Ceci conduit à formuler une hypothèse globale du dysfonctionnement du système US depuis l’intérieur de son corpus doctrinaire et politique. Il s'agit de mettre en évidence la subversion d'une oligarchie corporatiste au sein de l'institution politique américaine comme préalable d'une stratégie de suprématie coloniale.
« WE the people » : ces trois premiers mots expriment l'imposture fondamentale d'une constitution rédigée par une poignée de propriétaires d'esclaves et de gros négociants. Cette fiction juridique de la représentation politique forme la clé de voûte d'une doctrine inspirée par les écrits du pasteur John Locke selon lequel le pouvoir doit être détenu par les propriétaires et les lois écrites ou le pouvoir judiciaire mandaté pour défendre leurs droits naturels.
« La raison pour laquelle les hommes entrent en société, c'est qu'ils veulent sauvegarder leur propriété ; la fin qu'ils se proposent lorsqu'ils choisissent et habilitent un pouvoir législatif, c'est de faire adopter des lois et établir des règles, qui servent de protection et de clôture à la propriété dans la société entière [...] » [11]
Ainsi dès l'origine ce système détourne habilement la souveraineté démocratique au profit d'une oligarchie. L'essentiel du pouvoir politique est alors consacré à la protection ses droits patrimoniaux.
Cette stratégie de prédation intérieure s'exercera d'abord contre les peuples natifs américains. La négation de leurs droits par la trahison des traités successifs et une guerre coloniale réduiront ces peuples à la misère et au bord de l'extinction. Ensuite de gros propriétaires fonciers chasseront les petits agriculteurs des terres fertiles pour constituer de vastes exploitations. A l'époque industrielle cette guerre pour la suprématie opposera l'oligarchie nordiste à l'aristocratie sudiste sur la question de l’esclavage. Dès lors on assiste au cours de « l'age doré » (gilded age) [12] à l'émergence d'une caste que l'on désignera sous le terme de « robber barons » [13] (barons voleurs). Ces puissants affairistes profitant des opportunités de la guerre civile, des innovations techniques et scientifiques prendront des positions de monopole [14] dans tous les secteurs économiques et s’installeront durablement aux positions clés du système politique. [15] On observe depuis cette époque la mainmise sur les organes de presse, les universités privées [16] et même sur les milieux syndicaux [17].
Cette réalité d'une prise du pouvoir et la confiscation de la légalité et des ressources par l'oligarchie ne nous étonnerait pas si nous n'avions été longtemps égarés dans notre jugement par ce mythe d'une démocratie idéale. Dans son ouvrage «  De la démocratie en Amérique » qui a profondément influencé l'opinion française, Alexis de Tocqueville se déclare étonné par «  l’égalité presque complète des conditions  » chez les Américains. [18] Rien de plus éloigné de la doctrine étasunienne que ce principe et cette pratique de l'égalité. L'élite n'y a pas lu les ouvrages de François Fénélon sur l'éducation du prince chrétien ou n'en a pu rien comprendre. « L'ambition et l'avarice des hommes sont les seules sources de leur malheur, les hommes veulent tout avoir, et ils se rendent malheureux par le désir du superflu ; s'ils voulaient vivre simplement et se contenter de satisfaire aux vrais besoins, on verrait partout l'abondance, la joie, la paix et l'union. » [19] L'idéal chrétien d'humble égalité, de compassion et de partage s'est trouvé dépassé par une conception - pourtant archaïque - basée sur la loi du talion, celle du plus fort dans une course à la respectabilité et la puissance sociale qui consacre l'inégalité absolue des conditions. A une majorité de miséreux le travail, le chômage ou la prison. A une minorité de riches le luxe, l'impunité et les honneurs de la Nation.
Mais ce qui ressort de cette subversion intérieure et de la trahison de l'idéal démocratique c'est que la notion d'intérêt commun ou du bien public a été complètement occultée par la croyance que l'intérêt particulier de quelques-uns suffisait à pourvoir l'intérêt général. [20] L’État comme régulateur est pris a contre-pied par la doctrine libérale du « Let him pass, let him go ». Ce « laisser faire, laisser passer » tend au contraire à une dérégulation favorable aux intérêts et profits de l'oligarchie [21]. La constitution de monopoles industriels et commerciaux, la hausse des prix et la baisse critique des salaires provoque non seulement la faillite des petits producteurs mais surtout un blocage de la circulation monétaire et du système économique tel qu'on obtient à la fin d'une partie de Monopoly.
Les crises économiques surgissent aux États-Unis sur un mode cyclique. L'histoire du Magicien d'Oz illustre la dépression entre 1883 et 1897 [22]

En 1890 par une loi anti-trust [23] le gouvernement tente de remédier à la question des monopoles. Du fait de ses insuffisances et son contournement par les « barons-voleurs » ; une autre loi anti-trust [24] est mise en œuvre en 1914. En 1929 la Grande Dépression, largement aggravé par la politique de « laisser-faire » de Herber Hoover, oblige les nouvelles autorités à prendre d'autres mesures drastiques [25]
Lorsque John Keynes rencontre Roosevelt l'entrevue se passe mal nous dit-on [26]. Si pour Keynes, imprégné d'une conception de Public service britannique, le nouveau président ne comprend rien à l'économie, il faut admettre que l'économiste n'a rien compris au système politique qui a porté Franklin Roosevelt à la présidence. Il n'a pas compris le rôle de commissaire-priseur d'une foire d'empoigne, le statu précaire de valet de chiens dangereux [27] du Président des États-Unis. Toute loi publique, toute réforme d'intérêt général doit offrit des lots coûteux, des concessions lucratives aux corporations et créanciers qui dominent les institutions.
Il en résulte que l'intérêt général n'est pas défendu correctement mais de manière toujours exceptionnelle et marginale en temps de crise ou de blocage des processus économiques. La règle qui détermine l'orientation des politiques nationales est la prévalence des intérêts privés. Les lois antitrust ne sont pas édictées pour restaurer une saine coopération économique mais garantir une concurrence acharnée où les puissants sont sûrs au final de l'emporter au besoin en les contournant grâce à des subtilités juridiques.

La subversion extérieure

L'aventure coloniale des États-Unis est initiée par des diplomates qui sont en réalité les représentants des intérêts de puissantes corporations représentées au Sénat. En 1844 « Caleb Cushing, un avocat du Massachusetts est envoyé par le président John Tyler sous les pressions des négociants américains préoccupés par la dominance britannique dans le commerce avec la Chine. » [28] C'est le point de départ des traités inégaux[[Traités inégaux US : Chine 1844 Traité de Wanghia, 1858 Traité de Tianjin, 1901 Protocole de paix Boxer Japon 1854 Convention de Kanagawa, 1858 Traités Ansei & Traité d'Amitié et de Commerce (Traité Harris) Corée 1882 Traité États-Unis-Corée de 1882]] conclus avec les nations orientales qui - sous la dénomination trompeuse de Traité d'Amitié et de Commerce - imposent des conditions inacceptables et ruineuses. Partout en Amérique latine ou en Extrême-orient les concessions portuaires et les routes maritimes seront protégées par une flotte militaire et les troupes de marine [29]. Cette force militaire interviendra sans délai pour contraindre les gouvernements récalcitrants au respect des traités et obligations internationales selon la formule consacrée par les juristes de l'Empire britannique.
Le général Smedley Butler [30], un des plus valeureux soldats des US marines, écrira à la fin de sa carrière : "J’ai effectué 33 ans et 4 mois de service actif, et durant cette période, j’ai passé la plupart de mon temps en tant que gros bras pour le monde des affaires, pour Wall Street, et pour les banquiers. En bref, j’étais un racketteur, un gangster au service du capitalisme. J’ai aidé à sécuriser le Mexique, plus particulièrement la ville de Tampico, au profit des groupes pétroliers américains en 1914. J’ai aidé à faire de Haïti et de Cuba un endroit convenable pour que les hommes de la National City Bank puissent y faire des profits. J’ai aidé au viol d’une demi-douzaine de républiques d’Amérique centrale au bénéfice de Wall Street. J’ai aidé à purifier le Nicaragua au profit de la banque américaine Brown Brothers de 1902 à 1912. J’ai apporté la lumière en République Dominicaine au profit des entreprises sucrières américaines en 1916. J’ai livré le Honduras aux entreprises fruitières américaines en 1903. En Chine, en 1927, j’ai aidé à ce que l’entreprise Standard Oil fasse ses affaires en paix. […] Quand je repense à tout ça, je pourrais donner à Al Capone quelques conseils. Le mieux qu’Al Capone pouvait faire, c’était de racketter trois quartiers. Moi, j’agissais sur trois continents." [31]
Après 1949 et la proclamation de la République populaire par Mao Tsé-toung, le principal sujet de débats houleux au Sénat US sera de savoir à qui incombe la responsabilité d'avoir perdu la Chine. Mais les temps ont changé, il faut donner à cette interventionnisme militaire qui provoque l'indignation à l'intérieur du pays et à l’Étranger une justification, un habillage rhétorique et des formes acceptables. Il conviendra par exemple de donner comme alibi aux opérations militaires la lutte contre le communisme ou celui de la liberté et la démocratie... Pendant que de l'autre coté une agence de renseignement – la Central Intelligence Agency - dotée d'un réseau tentaculaire (et de fonds d'origine douteuse [32]) mènera en coulisse une stratégie globale de déstabilisation [33] selon les priorités déterminées et communiquées à l'opinion par des comités d'experts ou Think Tank [34].
La Charte des Nations-Unies impose elle-même des obligations contraignantes en faveur de la paix par le règlement pacifique des différents, des règles de droit international qui contrecarrent les initiatives subversives ou belliqueuses des États-Unis. Il s'agira soit de les ignorer, soit de les priver d'effet concret et de conséquences, soit d'en déformer l'interprétation. Une autre méthode consiste à infiltrer les organismes internationaux pour en contrôler la direction et imposer aux pays membres des programmes conformes aux intérêts des corporations US. Le Fond monétaire international et la Banque mondiale ont ainsi été les principales cibles de cette opération subversive. Au cours des années 70 le FMI a abandonné ses principes humanistes [35], l'assistance et la coopération pour imposer aux pays de voie de développement des mesures d'ouverture commerciale et normes bancaires contraires à leur situation et à leurs besoins, mais en tous points favorables aux institutions financières de Wall-Street et au pillage méthodique des multinationales sous le prétexte d'investissements. La Banque Mondiale sous l'alibi de lutte contre la pauvreté a ainsi pu réaliser la plus grande escroquerie de l'Histoire avec l'adoption - sous contrainte - d'un programme ultralibéral [36] connu sous la désignation de Consensus de Washington.
Depuis le blocage des négociations de l'OMC les représentants des États-Unis ont repris un nouveau cycle de négociations commerciales ciblant des zones économiques plutôt que les États eux-mêmes. Ces nouveaux traités commerciaux régionaux se ressemblent. Non seulement ils visent à établir des zones de libre-échange dans laquelle les sociétés multinationales ne connaîtront plus de limite à leurs activités et transactions, mais en plus, par des règles d'union douanière, d'union monétaire, etc. l'objectif final est de réaliser une intégration politique. Or ces normes et objectifs sont clairement contraires à la Charte des Nations-Unis dont les principes de bases sont la souveraineté nationale et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes (des négociations dont on peut douter de la validité puisqu'elles se font entre des entités inter-régionales sans personnalité juridique formellement reconnue en droit international et échappent au contrôle national et démocratique). Cette volonté d'union politique et d'instaurer des règles économiques ou commerciales identiques à plusieurs nations d'une prétendue Zone ou Région est directement opposée au premier principe primordial des accords d'Helsinki : « [Les États participants] respectent aussi le droit de chacun d’entre eux de choisir et de développer librement son système politique, social, économique et culturel ainsi que celui de déterminer ses lois et ses règlements. » [37] Il s'agit d'un désaveu formel de l'Alliance atlantique de 1949 (Traité OTAN) dont l'art. 2 indique : « [Les parties] s'efforceront d'éliminer toute opposition dans leurs politiques économiques internationales et encourageront la collaboration économique entre chacune d'entre elles ou entre toutes. » [38]
Outre l'implication des services US dans l'institution d'une Union Européenne dont les statuts en font un objet non identifiable, un monstre juridique au regard de la Charte des Nations-Unies, l'actualité nous apprend tous les jours les conséquences désastreuses de leur ingérence dans les affaires intérieures de nombreux États. L’Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Syrie, l'Ukraine : autant de pays ruinés ou en passe de l'être par cette stratégie de déstabilisation globale de l'Oncle Sam. Combien de villages paisibles volatilisés, meurtris sous un tapis de bombes, par des attentats mystérieux, ensanglantés par la lutte fratricide de gangs organisés par on ne sait qui ?  
Aujourd'hui le système médiatique nous présente un nouvel ennemi : il est russe.
« Dans le cadre d’une stratégie de reflux (roll back) de la puissance russe, menée depuis la fin de la Guerre froide, les puissances occidentales affichent une méfiance endémique à l’égard d’un État désespérément perçu comme l’héritier de l’axe (communiste) du mal. Cette stratégie « anti-russe » est attestée par les tentatives régulières de cooptation des anciennes républiques de l’URSS, au moyen d’innovations politiquement orientées telles que le « Partenariat oriental » (via l’UE) ou le « Partenariat pour la paix » (via l’OTAN) et, plus récemment, « l’accord d’association » de l’UE avec l’Ukraine. » [39]
Mme Victoria Nuland [40] sous-secrétaire d’État pour l’Europe et l’Eurasie, c'est a dire représentante des intérêts de l'oligarchie US, a été surprise dans une conversation téléphonique. La voie de fait d'ingérence dans les affaires intérieures de l'Ukraine est caractérisée. [41] On voit aussi s'agiter des Sénateurs US [42], dont MacCain partisan d'une intervention militaire [43], qui poussent aux provocations un gouvernement provisoire sans légitimité qui serait mieux inspiré de se contenter d'expédier les affaires courantes.

Stopper l'Oncle Sam

Il paraît évident que les agissements d'une mouvance impérialiste, dont le but est d’imposer les intérêts d'une oligarchie prétorienne sous le couvert des institutions et de beaux principes, menacent tous les peuples du monde. 
Les initiatives visant à contrer ces menées à caractère agressif ou hégémonique des ÉUA devraient être conduites dans le cadre du droit international. Les États soucieux du respect des principes fondamentaux du droit tels que d'égalité souveraine des États, de non-ingérence dans les affaires intérieures, de règlement pacifique des différents, etc. ont la responsabilité solidaire de s'opposer à chaque cas de violation manifeste.
Outre les moyens prévus par le droit international à l'encontre de l'ingérence et l'agression, il semble qu'un vaste ensemble de parades et initiatives à l'encontre de la menace impérialiste puisse être mis en œuvre selon la finalité de rétablir l'indépendance souveraine des États, la coopération et la bonne foi dans les relations internationales.
Nous avons tenté de mettre en évidence dans ce texte les points clés de la stratégie impérialiste des « barons-voleurs » de Washington et de leurs acolytes. Ces éléments concernant leurs principes et méthodes (d'autres encore n'ont pas été développés) offrent une base de réflexion préparatoire permettant d'élaborer un programme efficace de résistance et de contre-offensive. Ceci dans le respect des droits légitimes de la Nation et du Peuple des États-Unis.
Il est de l'intérêt des autorités souveraines d'agir en faveur de l'indépendance et de l'unité nationale et de mettre un terme à toute entreprise de déstabilisation intérieure. L'émergence d'une puissance oligarchique d'orientation mondialiste, dont les intérêts sont diamétralement opposés aux principes de l'utilité publique, de la paix sociale et du développement harmonieux de la société, présente un danger critique de rupture du contrat social qui ne doit pas etre sous-évalué. L'exigence rationnelle de défense de ces principes impose la mise en oeuvre de mesures efficaces conformes aux dispositions constitutionnelles propres concernant la sécurité nationale, sans perdre de vue l'utilité d'une coopération internationale sur ces questions.

Selon cette perspective :

  1. Sur le plan culturel il s'agit de réagir à l'infiltration de la pensée impérialiste dans les médias et le système éducatif par la promotion d'une contre-culture de haut niveau, par le moyen de conférences et travaux universitaires de qualité, de débats pluralistes, de voyages d'étude, d'ouverture aux productions culturelles indépendantes, du contrôle du niveau de dépendance des médias, etc. Un dispositif de quotas et mesures restrictives de diffusion des productions impérialistes peut être mis en place. Les mouvements civils en faveur du pluralisme des médias, de la promotion de l'amitié et la coopération entre les peuples seront soutenus. 

  2. Sur le plan diplomatique ce piège de la constitution d'unions politiques favorisant l'emprise des intérêts commerciaux et financiers de l'oligarchie et orientés selon une logique d'affrontement de puissances économiques et militaires doit être déjoué. Aucun traité ne peut être conclu, ni obtenir force juridique ou effet contraignant lorsque sont négociées lois et règlements ayant prévalence sur les dispositions légales ou réglementaires nationales. Ces traités abusifs ou "inégaux" n’entraînent aucune obligation internationale légitime pouvant servir de prétexte à des sanctions ou intervention militaire. Seuls sont légitimes les traités ou textes conclus conformément aux principes et actes reconnus du droit international et sur la base de la bonne foi et du règlement pacifique des différents. Afin d'améliorer les relations internationales, l'urgence s'impose de la réhabilitation et réforme des organisations de l'ONU noyautées et dévoyées par les agents de l'impérialisme politique, commercial, industriel et militaire.

  3. Sur le plan politique le principe de libre choix et de pluralisme doit être réhabilité. Le droit de chaque nation de choisir et de développer librement son système politique, social, économique et culturel ainsi que celui de déterminer ses lois et ses règlements n'est pas négociable. Chaque Nation est héritière d'une culture, détermine ses propres valeurs et perspectives en fonction de sa situation, des contraintes et circonstances particulières. La méconnaissance de ces réalités et la volonté d'imposer un système abstrait par le biais de traités ou d'une assistance conditionnelle nuit non seulement à l'émergence d'un modèle original et novateur, mais traduit aussi une volonté de déstabilisation politique.

  4. Sur le plan économique des initiatives décisives peuvent être adoptées pour saper les points d'appuis du système financier oligarchique et restaurer les principes d'utilité publique et de coopération. L'attitude non-coopérative et oppressive des institutions internationales depuis les accords de la Jamaïque peut être mise en échec par l'organisation d'une chambre de compensation pour les paiements internationaux. Un nouveau réseau d'échanges financiers et commerciaux sur la base de la libre adhésion et de la réciprocité ouvre la possibilité d'équilibrer les comptes nationaux et la solvabilité des États. A cette fin un critique du modèle monétariste et une réflexion sur le modèle du Bancor peut être poursuivie et aboutir à des résultats satisfaisants. En parallèle des comités pluralistes d'experts universitaires auront la responsabilité d'étudier au cas par cas la situation et offrir des préconisations en matière de lutte contre la corruption, de développement économique et social, des pays en difficulté qui en feront la demande.

  5. Sur le plan social aux valeurs de compétition et de concurrence doit être substitué l'application du principe d'égalité réelle des conditions sociales au regard de l'utilité commune. Il est souhaitable de proposer un projet de nouvelle société dans laquelle l'avarice, la spoliation, la thésaurisation patrimoniale et le luxe d'une minorité sont limités par la promotion d'une large protection sociale, la gratuité de l'éducation et d'autres projets de solidarité sociale. L'expropriation pour cause d'utilité publique et la redistribution sociale doit permettre l'évolution de l’État social vers le bien-être commun et le respect de l'environnement naturel.

  6. Sur le plan de la sécurité intérieure il semble souhaitable de durcir les conditions d'exercice des réseaux de l'oligarchie impérialiste. Un dispositif de mise sous surveillance attentive, l'obligation de déclaration et l'exclusion des emplois publics de leurs agents selon le régime et la qualification juridique en vigueur permetrait de limiter et neutraliser les entreprises de déstabilisation.

A cette "stratégie du chaos" - par la crise économique et la guerre - organisée par les agents de l'impérialisme US il est prudent d'envisager une alternative conforme au droit international et au progrès de l'humanité.

[1] C’est un principe général du droit international, directement reconnu dans une convention internationale, la Charte des NU. Elle place ce principe en tête de ceux gouvernant l’action de l’organisation, art. 2 §1 de la Charte. Par la suite, ce principe sera développé et réaffirmé à de nombreuses reprises, notamment le 24 octobre 1970, dans la solution 2625 (XXV) qui adopte la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations de coexistence entre Etats, dans un contexte de Guerre froide.
Cette Déclaration pose notamment le principe selon lequel tous les Etats jouissent d’une égalité souveraine, qui leur donne des droits et des devoirs égaux et fait d’eux des membres égaux de la communauté internationale, nonobstant les différences sociales, économiques, politiques, etc. Autrement dit, cela pose d’emblée le problème du conflit potentiel entre égalités de droit et de fait. http://www.oboulo.com/droit-public-et-international/droit-international/dissertation/egalite-souveraine-etats-droit-international-104174.html

[2] Hubris : Chez les Grecs, tout ce qui, dans la conduite de l'homme, est considéré par les dieux comme démesure, orgueil, et devant appeler leur vengeance. http://www.larousse.fr

[3] Empire http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire

[4] « C’est bientôt la naissance de la féodalité puisque les grandes familles fuiront elles-mêmes l’impôt et s’établiront, avec leurs serviteurs sur des domaines agricoles, loin des centres urbains laissés à l’abandon. » Le Libéralisme contre la République http://www.monde-solidaire.org/spip/spip.php?article2178

[5] Le titre de pontex maximus est un héritage d'une magistrature de la République

[6] C'est sous la dynastie des Ottoniens, au xe siècle, que l'Empire se forme à partir de l'ancienne Francie orientale carolingienne. La désignation Sacrum Imperium est attestée pour la première fois en 1157 et le titre Sacrum Romanum Imperium apparaît vers 1184 http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Empire_romain_germanique

[7] En 1932, les accords d'Ottawa instaurent le système de préférence impériale : les membres du Commonwealth bénéficient d'une réduction des droits de douanes lorsqu'ils commercent avec d'autres États membres. À l'inverse, les États non-membres du Commonwealth doivent payer des droits de douane plus importants pour commercer avec les pays membres. L'objectif de ces accords est d'établir un système de libre-échange parmi les membres de l'Empire Britannique.

[8] Le CommonWealth fait la promotion d'une série de valeurs communes à ses membres telles que l'égalité, la non-discrimination, la démocratie et la primauté du droit. Il s'est spécialisé dans certains domaines, ce qui lui a permis d'aider directement ses membres à faire face à des problèmes communs ou particuliers. En effet, ceux-ci bénéficient de l'appui d'un vaste réseau d'organismes privés, bénévoles et professionnels, comprenant entre autres des associations juridiques, médicales, d'universités et de parlementaires, des professionnels et des organisations médiatiques et sportives http://fr.wikipedia.org/wiki/Commonwealth_of_Nations

[9] ex. disparition accidentelle de Philippe Leclerc en 1947 après sa rencontre avec Ho chi Min, traque, torture et élimination des opposants

[10] Voir la menace d'agression de la Syrie par les USA en 2013. « Ainsi la menace ou l'usage de la force militaire - hors de cas de légitime défense (individuelle ou collective) - sont strictement proscrits par le droit international. L'usage de la force est un dernier recours autorisée par le Conseil de Sécurité lorsque toutes les voies de règlement pacifique d'un conflit ou les mesures coercitives non-violentes se sont révélées inadéquates. Dans ce cas le mandat d'habilitation et recours de la force armée doit être mesuré et proportionné à la menace. Malheureusement plusieurs États semblent peu enclins à reconnaître de bonne foi ces règles du droit international ou à assumer leurs obligations et responsabilités en tant que membres des Nations-Unies. Le Secrétaire-général des Nations-unies vient a nouveau de mettre en garde l'administration des États-Unis d'Amérique qui persiste à faire sourde oreille, à ignorer ses engagements internationaux et à menacer d'une agression militaire la Syrie - État-membre des Nations-Unies ! » Agression de la France contre la Syrie : Un crime contre la Paix et l’Humanité Agoravox 6 septembre 2013 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/agression-de-la-france-contre-la-140503

[11] La fondation de la société, avec ses institutions régulières et ses lois, est alors subordonnée au but de la conservation des propriétés et possessions de l'individu en établissant une sorte de prééminence de celui-ci sur l’État et la société. De telle sorte que l'oppression du riche sur le pauvre n'est plus du ressort de la loi puisque celle-ci n'est que la garantie pour le propriétaire de protéger et accroître ses biens sans arbitrer ni le partage des ressources, ni l'égalité – sinon la justification de l'inégalité par le motif d'une utilité commune - des conditions sociales. Ce qui fait que la loi demeure un privilège pour la protection du propriétaire, devient injustice pour les pauvres et se révèle inutile pour le bien public et la paix sociale. Cette formule entre en contradiction avec elle-même puisque voulant résister et échapper à l'oppression d'un souverain, on justifie désormais l'oppression de puissants propriétaires sur les citoyens faibles en attisant par là même leur sentiment naturel d'injustice et de révolte. « Comment juger de la valeur d'une politique ? » http://fr.scribd.com/doc/83324517/Comment-juger-de-la-valeur-d-une-politique

[12] Gilded age http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilded_Age

[13] Robber baron http://en.wikipedia.org/wiki/Robber_baron_(industrialist)

[14] Aprés avoir éliminé toute concurrence dans les secteurs économiques les plus importants à savoir le pétrole , l’acier et le transport, ces quatre hommes avaient, contre la volonté du président Roosevelt, creé ce qui était convenu d’appeler pour la première fois dans le jargon de l’économie, le système des monopoles. Leur parfaite connaissance des lois américaines leur permettait d’utiliser à leur avantage la devise capitaliste de “let him go, let him pass” pour se faufiler entre les maillons de la justice américaine qui n’était pas préparée à contrecarrer certaines de leurs activités. Et dés qu’un maillon judiciaire semblait trop rétréci pour leur passage grossier, ils n’hésitaient pas à user de la corruption et de l’intimidation ainsi que d’autres pratiques que seule la morale savait bien mais inefficacement condamner. Ces barons-voleurs qui ont fait l’Amérique http://www.kabyleuniversel.com/2011/04/11/ces-barons-voleurs-qui-ont-fait-l%E2%80%99amerique/

[15] Andrew W. Mellon était le troisième plus grand contribuable du fisc derrière John D. Rockefeller et Henry Ford. Il a servi comme secrétaire du Trésor des États-Unis de 1921 à 1932. Leland Stanford est devenu gouverneur de Californie en 1851 et sénateur en 1885 jusqu'à sa mort en 1893, etc.

[16] La Vanderbilt University est fondée en 1873 par Cornelius Vanderbilt. John D.Rockefeller fera don d'un demi milliard de dollars pour démarrer l’université de Chicago. Leland Stanford et son épouse ont ouvert l'Université de Stanford en 1891 avec 20 millions de dollars ($ 400 000 000 aujourd'hui). Le premier étudiant admis à l'école fut Herbert Hoover qui deviendra le 31e président des États-Unis, de 1929 à 1933. Meet The 24 Robber Barons Who Once Ruled America http://www.businessinsider.com/americas-robber-barons-2012-3?op=1

[17] Le magnat du rail Jay Gould aurait déclaré :« Je ne peux embaucher la moitié de la classe ouvrière pour tuer l'autre moitié."

[18] « Son ami Beaumont rappelle qu’il n’était pas fameux en calcul. A Philadelphie, on comptait en moyenne cinquante-cinq familles ouvrières par immeuble et le plus souvent une seule pièce par famille, sans collecte des ordures, sans toilettes, sans aération et sans point d’eau. L’eau courante pompée dans la Schuylkill River était exclusivement destinée aux demeures des riches. » Il y a un siècle, l’Etat américain était (déjà) la providence des riches Au temps des «  barons voleurs par Howard Zinn, septembre 2002 http://www.monde-diplomatique.fr/2002/09/ZINN/16811

[19] Fénélon Les aventures de Télémaque livre V 1699 «  L'autre mal, presque incurable, est le luxe. Comme la trop grande autorité empoisonne les rois, le luxe empoisonne toute une nation. On dit que le luxe sert à nourrir les pauvres aux dépens des riches ; comme si les pauvres ne pouvaient pas gagner leur vie plus utilement, en multipliant les fruits de la terre, sans amollir les riches par des raffinements de volupté. Toute une nation s'accoutume à regarder comme les nécessités de la vie les choses les plus superflues : ce sont tous les jours de nouvelles nécessités qu'on invente, et on ne peut plus se passer des choses qu'on ne connaissait point trente ans auparavant. Ce luxe s'appelle bon goût, perfection des arts et politesse de la nation. Ce vice, qui en attire une infinité d'autres, est loué comme une vertu ; il répand sa contagion depuis le roi jusqu'aux derniers de la lie du peuple. Les proches parents du roi veulent imiter sa magnificence ; les grands, celle des parents du roi ; les gens médiocres veulent égaler les grands ; car qui est-ce qui se fait justice ? Les petits veulent passer pour médiocres : tout le monde fait plus qu'il ne peut, les uns, par faste et pour se prévaloir de leurs richesses, les autres, par mauvaise honte et pour cacher leur pauvreté. Ceux mêmes qui sont assez sages pour condamner un si grand désordre ne le sont pas assez pour oser lever la tête les premiers et pour donner des exemples contraires. Toute une nation se ruine, toutes les conditions se confondent. La passion d'acquérir du bien pour soutenir une vaine dépense corrompt les âmes les plus pures : il n'est plus question que d'être riche ; la pauvreté est une infamie.  » Fénélon Les aventures de Télémaque livre XVII http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Aventures_de_T%C3%A9l%C3%A9maque

[20] On cite en exemple le fait Durant la guerre civile (1861-65) Cornelius Vanderbilt disposa une partie de sa flotte pour aider les forces de L’Union sous le commandement d’Abraham Lincoln. Ou bien : « Ironie de la politique, le président Roosevelt qui s’était acharné contre le système des monopoles, devait, à 2 reprises solliciter le banquier J.P Morgan pour l’aider à sauver son gouvernement de la faillite. »

[21] « le système des monopoles, tout en mettant en colère et en faillite les petits détaillants, avait propulsé dés 1915 l’économie américaine, boiteuse au début du siècle, au premier rang mondial. »

[22] Entre, à la fin du Gilded Age, il y eut aux États-Unis une dépression. Les agriculteurs de l'Ouest s'endettèrent lourdement. L'étalon-or avait alors cours et certains économistes préconisaient d'utiliser également l'argent. Cela aurait permis d'augmenter la quantité de monnaie, aurait entraîné l'inflation et réduit le poids réel de l'endettement des agriculteurs. Cette question fut cruciale lors de l'élection présidentielle de 1896. William Jennings Bryan attaqua alors l'étalon-or. Mais ce fut William McKinleyrépublicain et défenseur de l'étalon-or qui devint président. http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Magicien_d%27Oz_(roman)

[23] Le Sherman Anti-Trust Act du 2 juillet 1890 est la première tentative du gouvernement américain de limiter les comportements anticoncurrentiels des entreprises : il signe ainsi la naissance du droit de la concurrence moderne. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sherman_Antitrust_Act

[24] Aux États-Unis, le Clayton Antitrust Act du 15 octobre 1914 fut voté pour remédier aux insuffisances du Sherman Antitrust Act de 1890, la première loi du droit moderne de la concurrence rendant illégales certaines pratiques anticoncurrentielles. Il fut introduit par le représentant démocrate de l'Alabama, Henry De Lamar Clayton, sous la présidence de Woodrow Wilson. http://fr.wikipedia.org/wiki/Clayton_Antitrust_Act

[25] Lorsque Franklin Roosevelt prit ses fonctions de Président des États-Unis le 4 mars 1933, le pays était plongé dans une grave crise économique : 24,9 % de la population active, plus de 12 millions de personnes étaient alors au chômage28,29 et deux millions d’Américains étaient sans-abri. Entre 1930 et 1932, 773 établissements bancaires firent faillite. Le Glass-Steagall Act a ainsi permis de détruire les comptes spéculatifs, qui faisaient pression sur la société américaine. Lors de son discours inaugural, Roosevelt dénonça la responsabilité des banquiers et des financiers dans la crise ; il présenta son programme directement aux Américains par une série de discussions radiophoniques connues sous le nom de fireside chats (« causeries au coin du feu » http://fr.wikipedia.org/wiki/Franklin_Delano_Roosevelt

[26] Le 28 mai 1934, Roosevelt rencontra l’économiste anglais Keynes, entrevue qui se passa mal, ce dernier estimant que le président américain ne comprenait rien à l'économie. http://fr.wikipedia.org/wiki/Franklin_Delano_Roosevelt

[27] Dans une chasse à coure la meute de chiens de chasse dévore les dépouilles. Les fertiles terres indiennes, les patrimoines ou les facilités portuaires des propriétaires sudistes, les positions de monopoles dans le transport et l'industrie, les leviers de la finance et du commerce, les commandes les plus profitables des chantiers publics et les fournitures militaires ont été les dépouilles de ces corporations qui financent les élections, offrent leur soutien aux autorités ou usent divers moyens de déstabilisation par voie de presse, de corruption ou d'intimidation.

[28] Traité de Wanghia http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Wanghia

[29] Le Corps des Marines des États-Unis a été mis en place le 11 juillet 1798 par un acte du Congrès des États-Unis d'Amérique. Ils disposent de leur propre force aérienne, infanterie, régiments blindés et logistique. Ils s'appuient parfois sur l'US Navy pour leurs opérations via les bâtiments de débarquement de la Gator Navy (force amphibie américaine). Leur rôle dans le dispositif militaire américain est d'agir très rapidement dans le cadre d'une force expéditionnaire autonome sans attendre les moyens lourds de l'US Army. http://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_des_Marines_des_%C3%89tats-Unis

[30] S. Butler (1881 – 1940) débuta sa carrière militaire en garnison sur la base militaire américaine de la Baie de Guantánamo à Cuba en1898. Il fut envoyé ensuite, en 1900, en Chine pour combattre la Révolte des Boxers. En 1903, il intervient au Honduras. En 1909 au Nicaragua. Il participe à l'occupation de Veracruz au Mexique en 1914. En 1915, il écrase la rébellion à Haïti avec la prise du Fort Rivière et le massacre des rebelles haïtiens. Il est également envoyé en France pendant la Première Guerre mondiale. http://fr.wikipedia.org/wiki/Smedley_Butler

[31] "War is a racket" S. Butler 1935

[32] Implication de la CIA dans le trafic de drogue http://fr.wikipedia.org/wiki/Implication_de_la_CIA_dans_le_trafic_de_drogue Les collusions entre la CIA et le trafic de drogue http://actualitedelhistoire.over-blog.com/article-les-collusions-entre-la-cia-et-le-trafic-de-drogue-72725055.html Afghanistan : la production d’héroïne a été multipliée par quarante depuis l’intervention de l’OTAN http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/afghanistan-la-production-d-134120

[33] Une des opérations de la CIA fut la manipulation et le contrôle de la culture de Europe après-guerre. Une vaste opération subversive fut menée pour influer sur la pensée par le moyen de conférences, de cercles académiques et des mass-médias. Des films, des publications, des mouvements artistiques seront chargés d'introduire de nouvelles références intellectuelles. Ceci de façon a priver l'expression culturelle de message politique et la réflexion de cohérence pour imposer un art abstrait et commercial ; imposer les valeurs de jouissance, de profit, de concurrence impitoyable et de violence gratuite comme nouvelles normes. Voir video : La CIA infiltre et contrôle la culture des pays d'Europe

[34] Par exemple Robert Kagan - confondateur avecWilliam Kristol du think tank Project for the New American Century (PNAC) - est à l'origine de la lettre du 26 janvier 1998 envoyée à Bill Clinton pour lui demander de mener une autre politique en Irak consistant à renverserSaddam Hussein pour préserver les intérêts américains dans le Golfe. Il est expert au Carnegie Endowment for International Peace au German Marshall Fund of the United States. Kagan est un éditorialiste occasionnel du New Republic, de Policy Review, du Washington Post, et du journal néo-conservateur Weekly Standard.

[35] « Le FMI et la Mondialisation : La fin du projet humaniste dans l'Economie politique ? » 4 mars 2007

[36] Voir « Qu’est-ce que l’Ultralibéralisme ? » Agoravox 11 mars 2011

[37] TCE de Giscard : la trahison d’Helsinki mai 2005

[38] Le Traité de l'Atlantique Nord 1949 http://www.nato.int/cps/fr/natolive/official_texts_17120.htm

[39] De manière plus ou moins explicite, ces « innovations » politiques développent l’idée d’un « voisinage partagé » et de valeurs communes, exprimant un droit d’ingérence occidental en périphérie post-soviétique, y compris en Ukraine. A l’échelle de la CEI, ces prérogatives politiques ne relèveraient donc plus du seul monopole russe et, en ce sens, menaceraient sa zone d’intérêts historique. Ce que Moscou ne pourra jamais accepter. L'Ukraine : un enjeu géostratégique, au cœur de la guerre tiède le 7 Février 2014 http://www.humanite.fr/monde/lukraine-un-enjeu-geostrategique-au-coeur-de-la-gu-558689

[40] Nuland a été la conseillère principale de politique étrangère du républicain Dick Cheney. Elle est également l’épouse du néo-conservateur Robert Kagan, instigateur du projet impérial pour un Nouveau siècle américain. Ambassadrice américaine à l’OTAN, Mme Nuland avait exigé, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, l’application de l’article 5 de la Charte atlantique obligeant les États membres de l’OTAN à partir en guerre avec George Bush junior contre le terrorisme mondial. C’est dans ce but qu’elle a plaidé auprès de Nicolas Sarkozy pour accélérer le retour de la France dans l’OTAN. 6 février 2014 : Écoutes téléphoniques : l’arroseur arrosé… http://www.les-crises.fr/ukraine-oaodvd-4/

[41] « Au passage, on apprend que l’ancien diplomate états-unien, Jeffrey Feltman, aujourd’hui secrétaire général adjoint des Nations Unies, nomme qui il veut à l’Onu et utilise cette organisation pour donner un vernis légal aux actions secrètes des USA. En l’occurrence, il a pu nommer comme représentant de l’Onu, le Néerlandais Robert Serry, ancien responsable des « opérations » de l’Otan. »

[42] « Un groupe d'influents sénateurs américains, dont le républicain John McCain, se rendra en Ukraine jeudi 13 mars, rapporte le journal Washington Post. Selon le quotidien, parmi les membres de la délégation figurent également les républicains John Barrasso, Jeff Flake, John Hoeven et Ron Johnson, ainsi que les démocrates Richard Durbin, Chris Murphy et Sheldon Whitehouse. Le ministère russe des Affaires étrangères a à plusieurs reprises reproché aux hommes politiques occidentaux d'avoir incité les éléments radicaux en Ukraine à un changement de pouvoir par la force. » Ukraine : visite de sénateurs US jeudi (journal) http://fr.ria.ru/world/20140313/200704581.html

[43] Ce MacCain a déjà fait parler de lui en 2008 dans une situation comparable concernant la Géorgie voir. Otan : attention danger ! 16 aout 2008


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • leypanou 14 mars 2014 16:59

    Excellent article bien documenté que l’on ne peut qu’approuver, sauf sur ceci : " Au cours des années 70 le FMI a abandonné ses principes humanistes [35], l’assistance et la coopération ... « .

    Les institutions de Bretton Woods, amha, ont eu, peut-être sur le papier, des principes humanistes mais dans les faits, ont été mises en place essentiellement pour vassaliser économiquement le monde entier, lire par exemple M Hudson ici , et le fait qu’au FMI, seuls les Etats-Unis ont un droit de veto donne déjà tout de suite une idée des objectifs cachés.

    Et pour la Banque Mondiale, c’est encore pire : elle est dirigée par un etats-unien depuis sa création (comme le FMI est dirigé par un européen).

    Et si on veut »se libérer« définitivement du FMI, cela peut se passer »très mal", un dirigeant africain en sait quelque chose ... outre-tombe.
    Pour de plus amples informations sur le FMI, The Globalization of Poverty de M Chossudovsky par exemple ici.


    • howahkan howahkan Hotah 14 mars 2014 18:36

      Pour dejouer un empire il faut en face avoir une vision collective juste de partage, de paix, , des gens unis et ca ne poserait aucun problème , or quelle vision autre que quasiment les mêmes buts y a t’il en face, ou ailleurs......la Russie s’oppose à cette hégémonie ,...grand bien lui fasse surtout,c’est une excellente idée pour eux...

      là aujourd’hui on assiste au bal des vaincus qui ont joué en pensant gagner mais ont perdu, même chose aux us pour 50 a 80 millions de personnes voir plus, le rêve etait un cauchemar ,
       le monde ébahis découvre que dans une compétition il y a des perdants, oh, mon dieu , mon dieu, mon dieu (voix mâle efféminée) quelle découverte !!..sommes nous aussi ....con ? Oui bien sur !!
       ...alors ça gueule...il n’y a rien du tout de profond derriere pour le moment....parce que il n’y a pas encore la compréhension de ce qui se passe en profondeur......
      Pour appâter le gros l’appât doit être conséquent...et on en a plein d’appats consequents,mais aujourd’hui le vrai plan se dévoile....un totalitarisme mondial de wash a tel av.....et nous les cons c’est par vers La Mecque qu’on va se tourner, mais vers ou vous savez....

      excellent....la défaite est mérité...meme si les us tombent, je me demande si le mal fait à l’humain n’est pas déjà trop avancé.....car on veut encore et toujours exactement la même chose qui nous amène là, au pire....sommes nous aussi cons ? oui bien sur....sauf exceptions évidemment..


      • QAmonBra AmonBraQ 14 mars 2014 19:38

        @ l’auteur


        Excellent article dont l’exhaustivité a du représenter une sacré somme de travail.

        Je suis en accord complet avec votre analyse et la conforte, en rapport de votre article, d’un modeste éclairage personnel, une autre vision du problème : 

        Le projet hégémonique occidental, dont les U$A ne sont, pour le moment, que l’instrument principal, s’articule synthétiquement autour des points clés suivants :

        * Confronté au spectre de son déclin, l’occident tente d’imposer à l’ensemble de la population de la planète « un nouvel ordre mondial » qui malgré ses apparences de libéralisme globalisé ressemblerait plutôt à une dictature anonyme.

        * Ce nouveau « projet civilisationnel » de l’occident fait table rase du christianisme et autres religions « révélées » comme systèmes de valeurs, en bouleversant les notions du bien et du mal de la condition humaine.

        * La mise en place de ce « nouvel ordre mondial » signifie le démontage définitif des États-nations et la disparition des souverainetés territoriales, dans une architecture géostratégique en devenir, sous la botte d’un gouvernement mondial.

        * La famille – telle qu’elle a été façonnée par des siècles précédents (« la cellule fondamentale de l’Humanité », selon Karl Marx) – sera bientôt amenée à disparaître en occident, et les termes même « père », « mère », « homme », « femme » seront progressivement proscris par des législations ad hoc. 
        La preuve en est que la plupart des pays de l’Union européenne pratiquent déjà des techniques juridiques visant à priver les parents biologiques de leurs enfants, à ériger en vertu morale les mariages de même sexe et à banaliser d’autres perversions sexuelles, certains de leurs hérauts font même déjà état de « sexualités différentes »,(pédophilie ? zoophilie ?) mœurs prétendument progressistes qu’ils veulent étendre dès à présent à l’Afrique par le conditionnement de leurs « aides » !

        *Ce « nouvel ordre mondial » prévoit l’apparition d’un nouvel individu, formaté par les technologies psychologiques, biologiques, numériques et les réseaux sociaux, qui le manipuleront et surveilleront en permanence, en le privant de tout raisonnement autonome, comme si c’était un malade sous l’effet de psychotropes.

        Dans ce contexte général aux allures surréalistes, le discours occidental et particulièrement européen sur les valeurs initiales de l’occident (liberté, dignité, justice, etc.) n’est plus crédible et le sera de moins en moins, quelle que soit l’efficience d’une propagande ayant atteint ses limites.

        La guerre totale, sous toutes formes, à la fois comme moyen de réduire la masse d’humains à contrôler et a faire accepter une dictature totale exprimée ouvertement, voir souhaitée par une opinion publique lobotomisée, n’est donc plus une simple vue de l’esprit, un scénario de science fiction.

        Face à cette « thérapie géopolitique », véhiculée par un occident crépusculaire, l’humanité, toutes nations, ethnies, religions et philosophies confondues, doit apporter une alternative globale et offensive pour tout simplement se sauver elle même.

        Ce constat que je peux formuler en tant que citoyen lambda, il est fort a parier que les idéologues et autres stratèges des BRICS l’ont déjà intégré dans leur grille de lecture (diagnostic ?) de cet occident malade.

        Après de nombreux autres broyés sans faire le poids, quasiment armés de leur seul courage, voici Vladimir Vladimirovitch Poutine, actuel champion des « saintes et millénaires Russies », qui, à son tour, jette presque discrètement le gant.

        • millesime 15 mars 2014 09:51

          Nous assistons à la confrontation de deux visions du monde :
          - le monde unipolaire (voulu par les USA sous la houlette de la Trilatérale, du Bilderberg etc Obama n’étant que la marionnette de service, de même que les dirigeants européens !)
          - le monde multipolaire (souhaité par les BRICS et autres pays émergents)
          le « monde d’avant » face au « monde d’après » peut-on dire... !

          http://millesime57.canalblog.com


        • mmbbb 15 mars 2014 10:05

          oui mais l’auteur oublie quand meme ce moment precis de l’histoire En 1940 l’amerique ne voulait pas rentre en guerre Wilson etait un isolationsite Paul Reynaud chiala lorsqu’il recut une fin de de non recevoir de ce president C’est l’engament force des USA qui permit a l’industrie amercaine de la guerre sa survie et son expansion Et la machine s’emballat Eisenhower mis en garde les politiques dans un discours celebre de l’emergerence de ce puissant complexe millitaro industriel Aujord’hui aux USA c’est la recherche militaire ( Internet par exemple projet ARPANET au depart ) qui est le moteur de ce pays L’europe remet sa securite dans le giron de l’OTAN et n’a pas de volonte commune d’une defense En France le budget militaire sert comme moyen d’ajustement du budget ( ajournement et etalement des programmes ). Qu’a fait la Pologne lors de l’integration a l’Europe elle s’est dotte d’avion F16 Americain belle exemple de la main mise de l’Otan mais cessons de critiquer les USA puisque l’Europe n’a pas ete capable d’arreter la guerre en Serbie Ce fut la puissance amercaine qui mit un terme et non pas notre engament militaire D’aileurs avec quels moyens ? 


        • antyreac 14 mars 2014 22:48

          Grâce aux E-U l’Europe connait la paix depuis 1945 

          Une belle référence pour ce pays et pour les pays démocratiques
          Les problèmes connus depuis ce temps est du à l’impérialisme soviétique (RDA 1953, Hongrie 1956, Tchécoslovaquie 1968 )voir de la russsie (invasion de l’Ukraine )

          • millesime 15 mars 2014 12:23

            En 1777 Lafayette s’est embarqué pour soutenir la guerre d’indépendance des Etats-Unis... !


          • Matthias24 Matthias24 15 mars 2014 13:58

            Article excellent smiley


            • Laurent 47 28 mai 2014 13:16

              La seule chose que craignent les Etats-Unis, c’est une guerre sur leur propre territoire et un anéantissement de leur civilisation ! Alors, voyant qu’ils perdent de plus en plus d’influence sur le monde, ils tentent par tous les moyens de fomenter des révolutions et des coups d’états pour nuire aux nations en plein essor économique, comme la Russie, la Chine, et l’Inde, par exemple. Mais Poutine n’est pas Saddam Hussein ni Khaddafi ! La Russie dispose de plus de 10.000 ogives nucléaires, et de suffisamment de missiles balistiques, pour rayer les Etats-Unis de la surface du globe, et je ne parle pas du potentiel militaire de la Chine ! L’oncle Sam ne comprend qu’une chose : le rapport de force. La Russie et la Chine sont des pays pacifiques, mais si on les cherche, on va les trouver !


              • Laurent 47 14 juillet 2014 17:11

                L’Allemagne nazie avait le même but : dominer le monde ( la race des seigneurs ). Mais la Communauté Internationale toute entière ( la vraie ), s’est mise au travail et l’empire qui devait durer mille ans s’est effondré comme un château de cartes ! Nous nous trouvons devant la même problématique aujourd’hui : devons-nous plier et baisser la tête lorsque l’oncle Sam détruit des pays entiers ( de loin, bien sûr : courageux mais pas téméraire ), dès qu’ils sentent le pétrole, comme l’Irak ou la Libye, ou balance ses drones sans déclaration de guerre sur le Pakistan ? Non, bien sûr ! Il faut donc se retirer de l’O.N.U., qui malgré ses vaines protestations depuis 47 ans, est une chambre d’enregistrement du hold-up israélien de la Palestine, soutenu en cela par les Etats-Unis ! A quoi sert de faire partie du « machin » comme disait le général De Gaulle, si ses résolutions sont foulées au pied par les fascistes de tous bords ? Il vaut mieux fédérer le maximum de grandes puissances  autour d’un projet commun : le boycott militaire des échanges commerciaux avec Israël, tant que les palestiniens n’auront pas récupéré les terres qui leur appartiennent depuis des millénaires. Si les américains veulent la guerre, on pourra la leur apporter à domicile, ça leur permettra de la voir de plus près ! Et dans la foulée, il faudra sortir de l’O.T.A.N., cet organisme au service exclusif des U.S.A., alors que la force, prévue dans ses statuts, n’a jamais été employée pour s’opposer à l’invasion de l’un des pays de la Communauté Européenne par un pays tiers. Je fait référence à Chypre, dont la moitié du territoire est occupée par la Turquie, sans que personne n’y trouve à redire ! Aujourd’hui 14 Juillet, j’ai honte pour mon pays, qui envoie ses militaires se faire tuer aux quatre du monde pour obéir aux ordres américains. Et la légion d’honneur qui leur est décernée à titre posthume ne les fera pas revenir, alors que leur mort était totalement inutile, la France n’étant pas menacée ! Si les Etats-Unis veulent la guerre pour écouler leurs stocks de munitions, laissons-les jouer à ça tous seuls !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès