Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’Ukraine, une bombe à nos portes !

L’Ukraine, une bombe à nos portes !

Il aura fallu une quinzaine d’années pour que l’effet Kosovo nous pète à la figure, et ceci d’une manière manifestement imprévue par les apprentis-sorciers qui avaient cru qu’on pouvait attaquer un des berceaux de la religion chrétienne orthodoxe sans n’avoir jamais un effet boomerang.

Dans un premier article (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-traite-de-berlin-en-1878-lutte-146954 ) j’ai tenté de rappeler que l’Occident luttait déjà contre le « panslavisme » au XIXème siècle, faisant et défaisant des traités dès lors que la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne n’y trouvaient pas leur compte.

Ensuite j’ai voulu aborder le problème interne à l’Ukraine, que l’on trouve de manière totalement similaire en Europe de l’Est (Roumanie, Moldavie, Bulgarie, …), (http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/ukraine-effet-larseniuc-et-149356) à savoir une corruption chronique et généralisée dans laquelle tout politicien s’est fourvoyé, et un système où le népotisme fonctionne hors de toute limite.

Enfin j’ai tenté de rappeler que s’attaquer à la Russie, la vraie, celle éternelle, avait toujours été suivi de réactions que l’Occident ne pouvait comprendre, du fait d’une méconnaissance totale de « l’âme slave » et de la valeur de la vie humaine (http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/ukraine-fallait-pas-ecraser-les-149851 ).

Je souhaite maintenant aborder le problème sous des angles peu connus voire totalement ignorés, à savoir :

 

1/-l’ouest ukrainien et l’entre deux guerres

Dans la carte jointe (datant de 1938) on peut constater qu’entre les 2 guerres l’ouest ukrainien a été, avant tout, autre chose qu’ukrainien ! La Moldavie (capitale Chisinau, actuelle république de Moldavie ayant choisi le statut d’Etat neutre) était roumaine. L’actuelle Ukraine avait comme frontière commune avec la Roumanie les départements de Hotin et Soroca au nord est (désormais intégrés dans la Moldavie), celui de Cetatea Alba à l’est, directement au sud d’Odessa (désormais intégré à l’Ukraine), et la Tchécoslovaquie et la Pologne possédaient elles aussi une grande partie de cet ouest ukrainien ; donc on parlait le tchèque, le polonais, le roumain dans ce « far-west », et l’on était qui catholique, qui protestant, qui orthodoxe. C’est de ces territoires devenus « URSS » après Yalta qu’ont émigré entre les deux guerres tant de familles juives (telles Drucker, Copelovici, le grand-père de Mme Gravoin épouse de Manuel Valls, etc …). Cet ouest ukrainien n’a pas d’identité commune aux plans historique, culturel, religieux, c’est avant tout un melting-pot et encore de nos jours les anciennes régions roumaines, polonaises et tchèque ont gardé les noms historiques de leurs villages, parlent leur langue originelle et écrivent en alphabet latin alors que le cyrillique est la règle.

400.000 roumains vivent dans l’actuelle Ukraine, essentiellement dans les anciennes préfectures roumaines de Radauti, Storojinet, Cernauti, Hotin, Dorohoi, Cetatea Alba, Ismail ; ils pourraient faire partie de l’UE si le gouvernement roumain faisait son travail, à savoir défendre les intérêts de sa population historique… mais, mais, mais … la Roumanie a en son sein un problème majeur, celui de la minorité hongroise (départements de Covasna et Harghita), 90% de « magyarophones » en plein milieu du pays ! C’est d’ailleurs à cause de ce problème que la Roumanie n’a toujours pas reconnu l’indépendance du Kosovo, ayant peur d’un effet boule de neige. L’Espagne non plus n’a pas reconnu cet Etat mafieux, pour cause de Catalogne.

Hormis des accords spécifiques entre la Roumanie et la Moldavie, le rêve de reconstitution de la Grande Roumanie ne se fera pas, sauf si l’Ukraine implose, ce qui n’est pas impossible du fait de la révolte des russophones que Kiev veut éliminer physiquement en bombardant les villes, en utilisant des bombes au phosphore et à fragmentation sur les populations civiles, bref en choisissant délibérément l’option guerre civile.

JPEG - 814.6 ko
La Roumanie en 1938

2/-la Transnistrie et la Moldavie, entre Roumanie et Russie

Depuis quelques années on nous fait passer la Transnistrie comme une république de pacotille, un « machin » créé de toute pièce par la Russie. Sur la carte jointe (agrandissement de la précédente) on peut voir que cette Transnistrie existait déjà entre les deux guerres, elle faisait partie de l’Union Soviétique et s’appelait RASS moldave (République Autonome Socialiste Soviétique). Pourquoi Transnistrie ? Parce que le fleuve qui la sépare de la Moldavie s’appelle en roumain « Nistru », en France nous l’appelons le Dniestr. Quand l’empire soviétique s’est désagrégé cette république autonome n’a pas accepté d’être intégrée dans l’Ukraine, et ce d’autant plus qu’elle était fortement peuplée de russophones et de roumanophones. Il est toujours difficile de gérer l’avenir de régions reconnues comme autonomes en leur donnant de nouveaux chefs, de nouvelles Lois, une nouvelle langue, une autre religion … bref de nier leur histoire et leur évolution. Comme entité géographique la Transnistrie n’a aucun avenir, comme entité historique et culturelle, elle existe et le fait savoir, ce sera difficile pour l’Ukraine de régler cette situation sans bain de sang, mais dans cette partie de l’Europe, la vie humaine n’a pas le même sens qu’en Occident.

JPEG - 2 Mo
La Transnistrie en 1938

3/-la religion orthodoxe

Nous touchons le cœur du problème, l’Ukraine est orthodoxe, catholique, protestante, musulmane selon qu’on est de l’ouest, du sud, de l’est, d’origine roumaine, polonaise, tatare, tchèque, hongroise, russe. L’Ukraine a même été peuplée de nombreux juifs quand le saint empire romain-germanique bloquait à ses frontières ces citoyens « dangereux » !

Etre Chrétien Orthodoxe représente une identité, une croyance, des coutumes assez éloignées de celles du monde catholique. Quand l’Occident transforme le blasphème en émanation de la pensée individuelle et en liberté d’expression, l’Orient y voit une injure gravissime. Ainsi les artistes appelées « Pussy Riot », plus connues pour leurs vidéos « X » que leurs chansons et musiques, s’en sont pris officiellement (pour l’Occident) à Vladimir Poutine ; en réalité elles sont intervenues dans des églises orthodoxes, un lieu où le président Poutine n’a aucun pouvoir ! Leur ennemi n’est pas Poutine, c’est la religion … mais cette religion est forte, prégnante, elle est aussi proche du monde slave. L’Occident, avec les fonds de Georges Soros, a décidé d’attaquer ces fondements religieux ; en finançant les « Femen » il a créé un outil de déstabilisation dont l’Occident, France en-tête, s’est emparé. Comment croire qu’une « nénette » sans soutien-gorge ni t-shirt ait pu s’introduire au Musée Grévin avec une arme et massacrer un statue de cire sans qu’aucun gardien n’ait pu intervenir, et avec des photographes présents pour immortaliser cet évènement ? Tout était organisé à l’avance, avec la complicité du gouvernement français, triste gouvernement réduit à se servir de tels expédients !

Il est une autre approche de cette situation, celle qu’en ont les chrétiens orthodoxes, le mariage « pour tous » est inacceptable, les manifestations du type « gay-pride » ne le sont pas plus, bref nous sommes extrêmement loin d’une position, d’une attitude et d’une politique cohérentes. Quand l’OTAN prend fait et cause pour l’Ukraine et ses ministres néonazis, elle ignore l’influence du fait religieux en Bulgarie, en Roumanie et chez les chrétiens orthodoxes ukrainiens. Elle ignore aussi le choc qu’a représenté le soutien au Kosovo musulman.

 

Alors l’Ukraine dans l’Union Européenne, oui mais quelle Ukraine ? La catholique de l’ouest avec ses racines polonaises, la roumaine orthodoxe ancrée au sud, ou bien la russophone orthodoxe bien ancrée à l’est et au sud ? Pour le moment ce pays compte ses morts et cherche ses frontières, organise une élection présidentielle sur les deux tiers de son territoire, veut le gaz russe sans devoir le payer, est au bord de la banqueroute et attend le soutien d’un Occident qui n’a pas vraiment envie d’entrer en guerre pour le Dombass. Les terres noires de l’ouest ukrainien sont intéressantes pour les fermes aux mille vaches, les habitants le sont beaucoup moins pour une Union Européenne incapable de résorber le chômage et de gérer les ouvriers migrants venant de Bulgarie et Roumanie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 14 juin 2014 10:06

    L’Ukraine...n’est qu’une infime partie de la grande « MACHINATION »..ourdie par les USA depuis des années...Faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte.. ?


    • kalon 14 juin 2014 15:02

      dernières informations :

      La C.I.A. s’est dite outrée que des civils osent abattre leurs avions lorsqu’elle les bombarde au phosphore blanc !

      Obama va saisir le conseil de sécurité afin d’interdire un tel comportement qui risque de faire des victimes du coté des mercenaires de « black water » ! (sources : A.F.B.) 


    • Pere Plexe Pere Plexe 14 juin 2014 10:37

      La question religieuse n’est pas déterminante.

      Bien moins que l’est l’alignement avec l’occident ou avec la Russie.
      Même si pour le coup la scission orthodoxe/catholique colle avec l’adhésion culturelle et politique à l’un des deux camps.
      Les deux camps se sont bien servi des rivalités sunnites/chiites par exemple. 

      • wesson wesson 14 juin 2014 13:24

        bonjour pere plexe,


        bien entendu que si, hélas. 
        l’église uniate que l’on trouve à l’ouest de l’Ukraine est très clairement un soutient aux extrémistes paramilitaires et nostalgique du nazisme. De plus, les responsables religieux uniates n’ont pas de mots assez dur contre leurs homologues orthodoxes Russes.

        Pour rappel, les uniates sont d’abord des orthodoxes dont ils ont pour une grande partie conservé la liturgie, les habits, la langue religieuse, la musique d’inspiration orientale, mais qui ont adopté la théologie et la discipline de l’église catholique d’inspiration latine.

        Et pour dire vrai, c’est le fondement idéologique qu’il y a derrière la haine séculaire de la Pologne envers la Russie. 

      • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 13:35

        l’appellation pere plexe me convient ! Je vois et ecoute le president roumain depuis plusieurs mois et ai compris toute l’ambiguite dans laquelle se trouve ce pays (la Roumanie) entre ses engagement dans l’OTAN et ses envies de retrouver ses anciennes frontieres ... y compris au detriment de l’Ukraine


      • périscope 14 juin 2014 20:08

        @wesson qui affirme « l’église uniate que l’on trouve à l’ouest de l’Ukraine est très clairement un soutient aux extrémistes paramilitaires et nostalgique du nazisme »

        Vous allez vite en besogne !
        Historiquement l’église uniate date du temps où la région faisait partie de l’empire autrichien qui préfèrait que ses orthodoxes, dépendent de Rome, plutôt que de Moscou. On leur a, donc fait un statut sur mesure, en tolérant leurs femmes et leur longue liturgie. Bien sûr, ils ont adopté l’alphabet latin, ce qui les séparait des orhodoxes. Un peu (a parte) comme nos supposées élites, friandes d’anglicismes, qui se coupent du pays réel !
        Lors du pacte germano-soviétique de 1939, l’ouest de l’Ukraine actuelle, qui était Polonais, a été attribué à la Russie de Staline, qui a, immédiatement décapité les élites, et rattaché de force, l’église uniate, ET TOUS SES BIENS, au patriarcat de Moscou, collectivisé les terres, etc. etc.
        Comprenez que l’arrivée des Allemands, dans une province (La Galicie) qui avait été Autrichienne, et pas malheureuse, jusqu’en 1918, après toutes ces atrocités soviétiques, n’a pas été forcément mal accueillie par tout le monde (sauf les juifs, j’admets)
        Je tiens d’amis qui habitaient un village près de Nowy Sambor (Lwow) que la population du village, en 1938, était composée de :
         - 30% de Polonais (Administration, enseignants, clergé, propriétaires)
         - 40 % de paysans, uniates, de langue ukrainienne, proche du polonais.
         - 30 % de juifs, commerçants ou artisans.

        A l’arrivée, en 1939, des communistes, les Juifs, dans leur majorité, se sont mis à leur service.
         Quand on sait tout cela, on est beaucoup plus nuancé, et on évite les raccourcis simplistes.


      • périscope 14 juin 2014 21:00

        J’ai trop parlé d’histoire, pas assez répondu à Wesson
         Les polonais de langue qui étaient là en 1938, et ont survécu ! ont dû, comme mes amis, partir, sans rien, vers l’Ouest en 1945.
        Les juifs ont été exterminés.
         Sont restés les paysans survivants, que les polonais appelaient « ukrainiens », qui en voulaient aux communistes (envahissement, déportations, terres collectivisées), donc aux Russes.
        En plus leur église Uniate a vu ses églises etc. annexées par le Patriarcat de Moscou, et seulement partiellement restituées.
         Il y a bien eu là, de quoi nourrir un vif ressentiment, toujours vivant.
         Votre « haine séculaire des polonais », est, ici, totalement déplacée.

        Sachez, que je combats l’implication imbécile de l’UE, aux côtés de la Cia, pour mettre le feu en Ukraine, mais n’accepte pas n’importe quel argument..


      • 65beve 14 juin 2014 22:01

        Périscope,

        « Votre « haine séculaire des polonais », est, ici, totalement déplacée. »

        Pour avoir de la famille en Pologne, je peux vous dire qu’il y a des polonais qui détestent les Russes.
        (et pas qu’un peu) !

        cdlt


      • wesson wesson 15 juin 2014 00:41

        bonjour periscope,


        «  Votre « haine séculaire des polonais », est, ici, totalement déplacée. »

        Cela s’inscrit à mon avis dans l’histoire sur le temps long entre la Pologne Catholique qui aurait voulu convertir la Russie Orthodoxe et la refaire rentrer dans le rang. 

        Et il ne faut pas s’y tromper, c’est bien sur ce constat et en s’appuyant sur l’église Polonaise que Reagan a œuvré pour obtenir la chute de l’union soviétique, au prix de la transformation de toute l’église catholique romaine en Mafia (ce qui d’ailleurs ne déplaisait pas fondamentalement aux USA ...)

        Il y a bien donc une cause religieuse de très longue haleine contre la Russie en Pologne, et d’une certaine manière une haine que je crois déceler y compris chez un ami, fils d’émigrés Polonais qui n’a connu que la France, mais dont on lui a consciencieusement appris à détester les Russes sans jamais en avoir rencontré un seul en vrai ...

        S’ajoutant à cela le fait que les dirigeants Polonais actuels semblent ne pas avoir pardonné aux soviétiques de leur avoir laissé une population dont le niveau intellectuel avait été remarquablement augmentée du temps de leur présence, et qui donc se tire maintenant en dehors du pays, vu qu’elle trouve de meilleures conditions ailleurs. 

      • scylax 14 juin 2014 11:06

        Avoir ce cv (si authentique) et dire autant de conneries, c’est vertigineux.


        • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 11:50

          merci pour cette intervention fondamentale ... pour faire avancer le schmilblick ?


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 juin 2014 11:29

          Bonjour GL,
          " les femen et pussy riot sont intervenues dans des églises orthodoxes, un lieu où le président Poutine n’a aucun pouvoir ! Leur ennemi n’est pas Poutine, c’est la religion  " l’Empire agit eu nom de Dieu et l’empereur était sacré à Reims. l’église est encore le point culminant de bien des villages C’est le discours mythique qui a fait fuir le larron, le politique en est au même résultat, mais, ferme mille vaches, culture intensive ogm et gaz de schiste sont ils l’avenir de l’Ukraine ? Oui a jugé l’Empire, et pas par referendum.


          • wesson wesson 14 juin 2014 13:31
            Bonjour l’auteur,
            Un peu hors sujet, quoique lorsque on parle d’Ukraine et de bombe, pendant que ça canarde à l’est du pays, en Crimée on célèbre « Le jour de la Russie » à Yalta.

            De toute évidence les gens s’y sont rendu contraint et forcés à la pointe du fusil, comme le démontre cette photo. ...



            • wesson wesson 14 juin 2014 14:22

              PS : La date de la photo : 12 juin


            • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 15:14

              Une des idees de Poutine est de faire d’une ville de Crimee un paradis du jeu ... Le Las Vegas d’Europe de l’est ... Bucarest etant de moins en moins interessant


            • wesson wesson 14 juin 2014 16:20

              « Une des idees de Poutine est de faire d’une ville de Crimee un paradis du jeu  »


              vous êtes sur qu’il s’agit vraiment de cela ? Le jour de la Russie (12 Juin) fête tout simplement le vote par le parlement Russe de la proclamation de son indépendance, le 12 Juin 1990. Techniquement, il symbolise la fin de l’union soviétique. 

              Ensuite, sur la transformation de la Crimée en « paradis du jeu », c’est vraiment pas une idée neuve ou qui date de Poutine. 

              En témoigne par exemple « la république du Kazantip », en fait un immense festival rassemblant clubbers, sportifs et la jeunesse dorée de Russie qui s’est régulièrement tenu en Crimée depuis en gros 1993 jusqu’à l’année dernière, dans les environs d’Eupatoria (à une centaine de Km de Simferopol).

              Pour vous donner une petite idée, en voici une courte vidéo de présentation.

              A noter que cette année, par crainte de la situation politique, Kazantip va aller poser les platines en Géorgie à Anaklia.

            • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 16:28

              merci mais je ne confonds pas les anniversaires et les opportunites ; simplement Poutine a encore une grande avance aux echecs meme si les morts russophones du Dombass lui seront reproches un jour ou l’autre


            • alinea alinea 14 juin 2014 17:39

              C’est beau l’occident et sa culture raffinée, quand même ; je comprends que tout le monde en veuille !!


            • filo... 14 juin 2014 13:59

              Jusqu’à où Obama poussera la perversion politique afin de soulager sa propre frustration envers Putin et le russes ?
              La situation devient de plus en plus dangereuse, dans ce prétexte ukrainien.

              Selon un médias d’un pays de l’Est les bombardiers lourds américains portant des bombes nucléaires, viennent d’arrivés en Angleterre. 


              • wesson wesson 14 juin 2014 14:21

                bonjour filo,


                « Selon un médias d’un pays de l’Est les bombardiers lourds américains portant des bombes nucléaires, viennent d’arrivés en Angleterre.  »

                Si on considère que « Le Canard Enchaîné » de cette semaine correspond à la définition d’un « média d’un pays de l’Est », c’est effectivement exact.

                L’info est en page 3, dans l’article de Claude Angeli (qui est très proche des services secrets Français, tellement proche que certains lui prêtent même d’en être).



              • filo... 14 juin 2014 15:07

                @wesson

                Effectivement un autre journal lève le voile sur sa source, il s’agit bel et bien du « Canard Enchaîné »


              • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 15:20

                et en parallele des bombardiers lourds russes sont arrives a Kaliningrad .... comme au bon vieux temps de la guerre froide, Obama parle du monde libre et Poutine de l’imperialisme ...


              • foufouille foufouille 14 juin 2014 16:21

                il faut espérer qu’on sera pas au milieu
                cela fait froid dans le dos, ce genre d’infos


              • coinfinger 14 juin 2014 14:18

                Votre article souligne bien la complexité ethnique , religieuse , géographique dans ces régions de l’Est et par là le potentiel pationnel . En regard les petits intérets opportunistes , gaz de schistes , bases US sont dérisoires .
                Mais le plus lamentable est la veulerie des dirigeants Européens , souhaitons que les peuples d’Europe réalisent au plus tot que ce que vont subir les peuples de l’Est est un avant gout de ce qu’ils auront à vivre .
                Pour le moment toute une couche moyenne parasitaire fait écran , qui peine à comprendre qu’elle est en premiére ligne comme faux frais surnuméraire .


                • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 15:18

                  merci ! pour ma part je reste sidere de l’inculture de nos dirigeants francais et unionistes. Devenir enarque rend con !


                • kalon 14 juin 2014 15:31

                  Ben, c’est à cela que l’E.N.A. sert. non ? smiley


                • Abou Antoun Abou Antoun 14 juin 2014 18:54

                  je reste sidere de l’inculture de nos dirigeants francais
                  C’est effrayant en effet. Voudrais connaître le cursus de l’ENA question ’histoire et civilisations’.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 juin 2014 07:54

                  Ils ne sont pas cons du tout, nos politiques, ils sont même vachement doués !!
                  Depuis Pompidou, ils nous font croire qu’ils décident de quelque chose pour la France et les Français, alors qu’ils sont les carpettes des USA !

                  Arriver à faire croire pendant 40 ans, à tout un peuple, que nous ne sommes pas dans une colonie de l’ Empire américain, cela restera dans l’ Histoire !!

                  La situation en Ukraine ne vient pas de sa complexité, mais d’une agression caractérisée des USA, sur un territoire aux portes de la Russie.

                  Les USA entourent la Russie et la Chine de bases militaires.

                  Que diraient les USA, si la Russie et la Chine avaient des bases militaires tout au long des frontières mexicaines et canadiennes ??



                • Defrance Defrance 15 juin 2014 18:38

                   Tu as raison Fifi,
                   Tout le monde semble avoir oublié Cuba  ?


                • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 14 juin 2014 18:08

                  Bonjour, 

                  Contrairement à d’autres, je ne considère pas les éléments présentés comme « hors-sujet ». Pour traiter de la crise ukrainienne, l’article propose de s’attarder sur certains éléments qui pourraient effectivement revenir sur le devant de la scène géopolitique à plus au moins long terme (c’est déjà le cas en partie) conséquemment à cette crise, mais certes traités rapidement (la question de la Bessarabie est, par exemple, éminemment complexe). Ce que l’on peut dire, c’est que la question des frontières issues des traités parisiens d’après la WW1 est hautement belligène (ou le redeviendra).

                  Une série de réflexions par associations d’idées :

                  Même si le traité de Trianon par exemple est assez juste (la Roumanie récupère légitimement la Transylvanie, l’empire austro-hongrois est détruit ce qui est une excellente chose pour nombre d’Etats de la région, etc.), il est aujourd’hui contesté en Hongrie. Trianon est, d’ailleurs, en partie remis en cause pendant et durant la WW2. L’Etat roumain doit abandonner la Bucovine nord à l’URSS-Ukraine et une partie de la Dobrogea.  Les « nouvelles » frontières conséquences de l’effondrement de l’URSS posent problèmes aussi, on y est effectivement.

                  Remarque au passage. Ce soutien inconditionnel à Orban (réactivant depuis 2010 certaines querelles liées à ces traités et créent des tensions avec la Roumanie, Slovaquie, Serbie...) dans certains milieux de droite « identitaire » est soit naïf, soit cynique.

                  En France, on a peut-être certains des « natios » les plus cons d’Europe...certains d’ailleurs ne sont que « nationaux-libéraux » et jouent sur l’islamophobie pour séduire les beaufs saucisson-pinard et les Marie-Chantal du Chardonnet qui « copinent » déjà naturellement avec les défenseurs de l’hyper-classe capitaliste que sont les Geert Wilders, la Ligue du Nord et l’UKIP et ce fort en gueule défenseur du Marché de Nigel Farage...

                  Et puis, il y a ce fameux slogan débile (on a suffisamment dit pourquoi) « Pour une union de tous les nationalistes », sans parler des soutiens aux bandéristes de Kiev, à « secteur droit » et « svoboda » dont les militants sous-prolétaires avinés seraient restés à ratonner à la sortie des stades tout ce qui ne leur plaît pas selon l’humeur du jour, s’ils n’avaient bénéficié du soutien direct euro-US...

                  Et, puisque votre article traite en partie de la Roumanie, allons-y. Ce n’est pas si fréquent et on est loin des abominables conneries que l’on peut lire ici et là à son sujet. Or donc, vous faites bien de rappeler l’importance du fait religieux dans cette région. On ne comprend rien aux « psychologies nationales », à cette "psychologie nationale" qui subsiste bon gré mal gré  dans cet espace physique carpato-danubien-pontique et métaphysique -mioritique (voir Lucian Blaga et le roumanisme, N. Iorga) si on l’ignore.

                  Il existe encore un courant anti-moderne en Roumanie, sans doute le plus anti-communiste des anciens Etats communistes. Dans certaines zones des Carpates roumaines, la résistance paysanne anti-rouges n’ a cessé qu’en 1989. Malheureusement, les 25 dernières années n’ont pas été restauratrice (ou instauratrice) d’une quelconque forme de société traditionnelle, d’une société « communiste » au sens premier, « primitive », noblement archaïque, dirons-nous, au moins à la marge de la société dominante. Une société dominante irrémédiablement empoisonnée par l’inertie cet l’héritage de type stalinien (le fonctionnarisme-bureaucratique) et la sauvagerie capitaliste et, bien sûr, le tropisme pro-euroétasunien des dirigeants du pays. Ces traditions et modes de vie qui orientés d’une certaine manière auraient pu accomplir le véritable communisme, ne survivront pas selon un scénario tendanciel, à la vague capitaliste ethnocidaire.

                  Mais de toutes façons, la tendance lourde, en Roumanie, c’est la dépolitisation (et l’inculture politique) qui est parfaite comme en France. Eh oui, les gens ne s’intéressent pas ou plus aux « idées-forces », mais aux « petites phrases » à l« humain d’abord », aux analyses psychologisantes des comportements des hommes politiques, à la fille du président, à sa chatte, et toutes ces fadaises anti-politiques, mais surtout à leur feuille d’impôt et à leur pouvoir d’achat...Une génération qui se retrouve dans l’épithète « postcommuniste », qui se revendique comme telle, ce qui politiquement ne veut rien dire...mais sous-entend une adhésion pleine et entière au néo-capitalisme avec sa culture d’entreprise, du management, du « patron-copain », etc. C’est assez effarant...

                  Ajoutons que durant les années 30, ces masses paysannes roumaines n’ont pas eu de mal à se laisser convaincre par la mystique terrienne de la légion de l’archange Michel de C. Z. Codreanu quand le P.C. roumain était politiquement inexistant. Ces idiots de gaucho-marxistes après plus d’un siècle d’échecs à répétition, incapables d’accéder au pouvoir par la voie légale, alors que les mouvements fascistes en Europe y sont parvenus ne se posent toujours la question de savoir pourquoi. Une des raisons, c’est que ces mouvements fascistes ne s’en prennent jamais aux traditions. Il ne s’agit pas d’une justification du fascisme comme certains aimeraient le croire, il s’agit d’un constat sur lequel les marxistes et « affiliés » refusent de réfléchir...

                  Concernant l’ex-Ukraine orientale et la Russie, on trouve des faits similaires qui font éclater en mille morceau les théories de ces marxistes.  On se reconnaît plus par son appartenance religieuse que par son appartenance de classe et de plus en plus dans ni l’un ni l’autre. Que ces gens aient raison ou tort, ce n’est pas la question, c’est comme ça...

                  Mais comme l’affirment encore de façon à peine dissimulée ces pseudo-héritiers de Marx à travers leurs escroqueries dialectiques, si le réel ne répond pas aux catégories de « l’idéologie », alors ce réel est contre-révolutionnaire, il faut alors mettre ce réel en camp de rééducation. Comme ce n’est plus possible, aujourd’hui, on l’ignore. Les capitalistes agissent de même. Historicistes, ces gens là ont, pourtant, un profond mépris pour l’histoire « objective »...

                  Pour finir, la classe ouvrière russe et ukrainienne russophone est derrière Poutine pour le moment...Insupportable aux yeux de ces fossiles marxisants. Un Poutine cependant qui peut paraître décevant par son inaction (stratégique ?) au regard des massacres récents (Donbass, Odessa...) d’une brutalité incroyable.


                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 14 juin 2014 18:22

                    meme si je ne suis pas d’accord sur certaines de vos analyses, manifestement vous savez de quoi vous parlez !


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 juin 2014 20:17

                    @ JML


                    « Un Poutine cependant qui peut paraître décevant par son inaction (stratégique ?) au regard des massacres récents (Donbass, Odessa...)

                    Je crois qu’il faut plutôt en tirer la leçon du prix que Poutine attache a gagner la guerre pour la sympathie populaire mondiale et comprendre du meme coup qu’il a parfaitement maitrisé les nouvelles regles du jeu qui font que le point faible de toute machine guerriere r’est plus dans ses equipements, mais dans la résistance de la phalangette à presser la gachette ou le bouton. 

                    Malgré les efforts surhumains des medias, on n’arrive plus en France a donner bonne conscience au citoyen occidental pour faire la chasse aux Negres et aux Arabes. On ne fait plus de guerres coloniales ou simplemnet injustes qu’avec des mercenaires et des psychopathes. Pour un appuis populaire, il est devenu ESSENTIEL d’avoir le bon droit de son côté. 

                    Quand Poutine masse a la frontiere ukraienne une force invincible... puis la retire quand il est sûr qu’on l’a bien vue, il annonce : » Je pourrais gagner par la force, mais je ne veux gagner que par le bon droit« . Il a compris pourqoi les USA ont gagné la Guerre Froideavec de fausses représentations... et il n’en perdra pas une autre. 

                    Aujourd’hui, une majorité des gens en Europe sont deja convaincus que le bien n’est plus dans le camp des Américains et de leurs alliés. mais dans celui des Russes. Un majorité voit déjà le gouvernement de Kiev comme des nazis, des salopards qui brulent vifs de tranquilles manifestants et envoient du phosphore blanc sur des femmes et des enfants. On apprend a les DETESTER.

                    Quand l’indignation sera suffisante pour que l’opinion mondiale SOUHAITE une intervetion russe, cette intervention aura lieu, l’Est ukrainien occupé en 48 heures sera administré par les Russes juqu’a un referendiun qui approuvera l’annexion à la Russie. 

                    L’ Ouest ukrainien, sur proposition de Lavrov au Conseil de Sécurité avant mêm que les medias occidentaux aient pu réagir, sera mis sous tutelle des Nations unies ou de l’Eurose pour qu’on nourisse cet enfant turbulent et sans ressoures dont la Russie montrera sa »magnanimité" en n’y intervenant absolument pas... 



                    Pierre JC Allard




                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 15 juin 2014 06:23

                    Depuis le debut j’ai le sentiment que la future frontiere sera le Dniepr, Kiev une ville franche et Lviv la future capitale de « l’Ukraine blanche » ... par contre resteront Odessa et la Transnistrie comme enjeux, ainsi que l’acces a la Mer ...
                    Ce qui est evident est que la maniere forte choisie par le gvnt actuel de Kiev ne peut que deboucher vers une aggravation de la guerre civile donc vers des positions irreconciliables


                  • Gérard Luçon Gérard Luçon 15 juin 2014 08:39

                    A l’espace « mioritic » je rajouterai une specificite, celle des « cozi de topor »


                  • Defrance Defrance 15 juin 2014 18:44

                     Bonjour,
                     Je vois peut etre trop simple, mais quand Poutine a vu « venir l’OTAN » au 10 mètres de la flotte Russe il a naturellement confisqué la Crimée et maintenant il va faire en sorte de la relier a la Russie en annexant toute la cote pour aménager un « passage terrestre » ?


                  • Lucide bdpif@laposte.net 16 juin 2014 12:30

                    « Quand l’indignation sera suffisante pour que l’opinion mondiale SOUHAITE une intervetion russe, cette intervention aura lieu, l’Est ukrainien occupé en 48 heures sera administré par les Russes juqu’a un referendiun qui approuvera l’annexion à la Russie » 



                    Cà, c’est que voudrait Poutine, et le flot de ses sribes à son service (reseau voltaire et compagnie).
                    Mais, bon, peu de chance que cà arrive.

                    En effet, les gens de l’occident gardent à l’image de la Russie Moderne poutiniene , le soutien sans faille et l’armement à outrance en Syrie. 160 000 morts par l’armement Russe.

                    Voilà, pourquoi pour ma part, la Russie c’est le mal aujourd’hui. Tout comme le furent les USA jadis à l’internantional. Parce que 160 000 morts en Syrie dont la majoritée des civils ....

                    Gorbatchev,par son humanisme restera pour moi le dernier Vrai président Russe. Poutine, un dictateur en puissance issus du KGB qui veut une russie forte qui emglobe les autres pays. Cordialement

                  • aks aks 16 juin 2014 23:10

                    « manifestement vous savez de quoi vous parlez ! »

                    non c’est un écran de fumé.^^ il ne suffit pas d’avoir un style littéraire pour que le fond devienne crédible.

                    JM de quelles massacres à Donbass vous parlez ? des avions militaires abattus en plein vol ? des centaines de militaires tué ? des activistes « Ukraine unie » torturés jusqu’à la mort ? une jeune fille tué par balle pour ne pas s’être arrêté à un faux poste de passage ? des utilisations de lance-roquettes, des kalashnikov et autres armes lourdes de guerres non fabriquée en Ukraine ? et à Odessa ? Vous parlez des manifestants pour l’« Ukraine unie » qui se sont fait tirer dessus par les « pro-russes » le 2 mai quelques minutes après le début du rassemblement ?

                    Je suis d’accord avec vous, tout ça est d’une brutalité incroyable. Mais c’est le contraire, c’est l’activité excessive de Poutine qui exaspère les ukrainiens. 

                    à bon entendeur ;)


                  • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 17 juin 2014 14:16

                     aks,

                    Négation de ce qui en « temps normal » (je ne sais trop d’ailleurs ce que cela peut bien vouloir dire, finalement...) devrait être qualifié de « crime de guerre ...mais bon...
                    Pour finir, aucune envie de perdre mon temps à répondre à des apologistes de Bandera sous pseudonymat, vous voudrez bien excuser la trivialité du propos, mais ça me semble bien résumer l’état actuel des choses :

                    ça fait bien longtemps que les impérialistes anglo-US en faillite et leurs affidés germaniques ont vidé votre frigo et chié en plein milieu de votre salon en guise de remerciements pour votre servilité (révolution orange...), mais si vous et vos petits copains de secteur droit et cie pensez encore incarner une « troisième voie, ni-EUA, ni-Russie », tant mieux...Il y a les mêmes, d’ailleurs, dans les pays baltes et dans d’autres PECO, comme vous le savez. C’est sans doute, juste « le début »... Néo-nazis ici, islamistes ailleurs...
                    http://en.crisisua.net/a-scandal-of...

                    A scandal of Yatsenyuk who called New Russia residents “subhuman” (German : der untermensch) term of purely Nazi Goebbels’s propaganda), seems to be taking serious turn – it drew the attention of admirers of Gunter Grass, the Nobel Prize for Literature.

                    En France, ça c’est fait plus « subtilement » et sur une période 70 ans (malgré les résistances : De Gaulle...) avec du gros pognon, de la subversion « libertaire » (Mai 68), des « avancées sociétales », « divertissements et offres culturelles », "alternance unique en politique« , etc. et pour cause, nous étions en »première ligne"...

                    Quant à votre site « stop fake », c’est « amusant » ça :

                    To pay in dollars :

                    BENEFICIARY : PANIN IURII
                    XXXXXXXX

                    INTERMEDIARY BANK : JP MORGAN CHASE BANK

                     et vos « journalistes ukrainiens », du pur produit ricain : https://www.linkedin.com/pub/kimberly-kline/12/833/21

                    On trouve l’info, sans trop forcer. A ce niveau ce n’est plus cousu avec du fil blanc, mais avec de la grosse laine de pull de bûcheron (nord-américain bien sûr...)....

                    PS : Pensez à envoyer « vos infos objectives » ici : http://ecrans.liberation.fr/ecrans/...


                  • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 17 juin 2014 14:56

                    err. : ça s’est fait


                  • aks aks 17 juin 2014 17:44

                    JM, ne demandez pas, je ne donnerai pas ni mon nom ni mon CV, je tiens a la protection de mes données personnelles ;)


                    J’ai bien noté, que répondre aux apologistes de bandera était une violence pour vous, j’ai pas envie de vous importuner, mais ma curiosité pousse à vous intercepter à nouveaux.
                     Je voudrais comprendre votre raisonnement. Le site stop fake prouve deux vidéos a l’appuie l’utilisation de fausses vidéo (de 2004 en Irak) par les médias officielles russes pour accuser l’Ukraine d’utilisation de bombes de phosphore. C’est difficile de trouver des preuves de mensonge plus explicites.
                     Et vous tout ce qui vous intéresse c’est par quelle banques ils reçoivent des dons ? Leur banque est pourrie, ils sont peut être même financés par elle, c’est peut être même les agents de la CIA qui aident les journalistes Ukr. Et alors ? Qu’est ce que ça enlève au fait qu’ils démontrent factuellement, on ne peut plus explicitement, que les médias russes mentent sans cligner des yeux, qu’ils utilisent des fausses images, qu’ils ont aucune preuve d’utilisation de produit chimique contre qui que ce soit en Ukraine, qu’ils ont aucune preuve d’aucun de « crime de guerre » dont ils passent leur temps à nous accuser ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès