Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La lente agonie de Aung San Suu Kyi !

La lente agonie de Aung San Suu Kyi !

L’opposante birmane Aung San Suu Kyi, 63 ans, se meurt peu à peu sans que personne ne lève vraiment son petit doigt. Elle qui, lauréate du prix Nobel de la paix 1991, a été inculpée jeudi dernier pour avoir « enfreint les règles de son assignation à résidence » selon les autorités du Myanmar une semaine après l’annonce par le régime militaire de l’intrusion chez elle d’un Américain de 53 ans, John William Yeattaw, grand reporter, est d’un ridicule abyssal. Elle sera jugée lundi. Comment est-ce possible qu’une femme aussi surveillée ait pu accueillir chez elle un homme pendant deux jours et que le régime militaro-dictatorial et raciste de Rangoon ne soit pas au courant ? Mystère.

Une étrange coïncidence. Une manipulation grotesque. Le régime crie au scandale, accuse John William Yeattaw d’être un agent de la CIA or, à regarder de plus près, il y a comme un complot ourdi avec la complicité de cet homme dont on ne peut comprendre la motivation. Quel est vraiment son intérêt de rencontrer cette femme alors qu’en principe il lui restait très peu de temps pour qu’elle retrouve sa « liberté surveillée » ? Vivant sur place depuis de nombreuses années, comment s’est-il laissé embarquer dans une entourloupe dont ce régime a le secret ? Quelque chose d’énigmatique, d’invraisemblable, de pas très clair émarge de cette visite rocambolesque. C’est un faux grossier, une ruse car, selon la loi, il n’est pas possible qu’une détention aille au-delà de 6 ans, d’où de constants expédients trouvés par la junte depuis 19 ans.

Aung San Suu Kyi dont le parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) avait fait un ras de marée lors des élections de 1990, est depuis cette date, prisonnière d’un régime insensible à toutes les formes de pressions, encore faut-il qu’elles le soient vraiment en réalité. Le refus de cette victoire avait aussi eu un prétexte discriminatoire et fallacieux selon lequel, elle ne pouvait accéder à la primature puisque son époux décédé en 1999 était britannique. Ils ont eu deux enfants qui vivent aujourd’hui en Grande–Bretagne. Comment depuis 19 ans, cette pacifiste reconnue mondialement peut-elle être ainsi traitée ? Et dire que le 27 mai normalement, son assignation en résidence devait arriver à son terme alors que des élections auront lieu en 2010. Vous avez dit bizarre ?

Faisons dans l’allégorie. Cette démocrate aurait-elle simplement le tort de ne pas être un gisement de pétrole ou un champ gazier exploités par Total, British Petroleum et consorts à l’aide du travail forcé institué par le régime ? Un champ de pavot qui rapporte au pays davantage de devises que toutes les autres exportations réunies. Aung San Suu Kyi vient prouver à tous que l’idéal de liberté n’est qu’un leurre. Pour une femme qui s’est engagée en faveur du bien de son peuple et voir que certains pays privilégient leurs intérêts économiques profitant du fait que la majorité de la population étant rurale, illettrée et divisée à cause la multitude d’ethnies répertoriées sur place souvent à l’origine de tensions intercommunautaires. Le vrai engagement en faveur de cette femme est celui du groupe irlandais U2 qui lui a dédié une chanson, ou encore Jane Birkin.

Finalement, rien ne sert de se cacher derrière des slogans creux et douteux : « le régime birman est éminemment condamnable » dixit Nicolas Sarkozy, alors qu’au fond il sait très bien que ce régime tient grâce au soutien inconditionnel de la Chine que, lui, il courtise pour les intérêts de qui vous savez. Pas forcément l’ensemble des Français mais plus pour les « amis du Fouquet’s ». Il est aussi étonnant de voir le ridicule d’une Rama Yade qui se réveille, sortie du diable Vauvert après le passage d’un Avigdor Lieberman et qui s’envolera en Asie du Sud-est sans trop savoir le pourquoi de ce voyage inutile. Voilà un petit pays enclavé, l’Union du Myanmar, qui tient tête à tous.

Un vrai scandale est entrain de se jouer en Asie, installant de plus en plus l’hypocrisie et la déprédation morale au sein des relations internationales et géostratégiques. La ruine d’un monde à double vitesse où les plus faibles s’enfoncent davantage et les plus forts font semblant de les défendre. Un poker menteur insupportable de l’ONU, de l’Union européenne, de la Chine, des Etats-Unis et des pays limitrophes du Myanmar tels l’Inde, ou encore la Thaïlande qui dépend du gaz birman. Résultat des courses, une tolérance morbide, une dictature de l’argent-roi, encore et toujours. Aung San Suu Kyi ne reste que le reflet d’une bonne conscience, l’objet de discussion dans des bureaux feutrés à Washington ou ailleurs, sans qu’il n’y ait un vrai engagement.

Allain Jules


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 16 mai 2009 17:55

    Pourquoi ce ton envers Allain Jules qui a écrit là un article auquel nous souscrivons tous tant le sort fait à l’opposante birmane est scandaleux et couvre d’indignité la classe politique internationale ?

    Prendre sa plume est déjà bien, et je l’ai personnellement fait souvent dans le cadre d’Amnesty. Ce n’est évidemment pas suffisant, mais il appartient à chacun de se battre avec ses moyens, fussent-ils terriblement limités. Tout le monde n’a pas, comme vous probablement, l’intention d’aller sur le terrain faire rendre gorge à la junte birmane. Car pour ce qui est des articles, sauf erreur de ma part, vous n’en avez encore commis aucun...
     
    Merci à Allain Jules pour ce papier et pour cette parcelle d’action, aussi dérisoire qu’elle puisse paraître à certains commentateurs.


  • COLRE COLRE 16 mai 2009 15:29

    Voici ce que je disais à un certain… Allain Jules, il y a moins d’un mois, alors qu’il défendait le discours d’Ahmadinejad au conseil des droits de l’homme de l’ONU :

    « Un conseil international, celui de l’ONU, sur les « droits des personnes humaines », DEVRAIT faire son boulot, plutôt que se faire le tam tam des dictatures les plus sanglantes de la planète !!
    C’est pourtant clair, non ?

    Voilà, dit autrement, ce que je dis : 
« Tous les débats y sont parasités... L’agenda politique de l’OCI sur la Palestine et la diffamation de l’islam n’a rien à voir avec les droits de l’homme« , remarque Julie de Rivero, la responsable à Genève de l’ONG Human Rights Watch (HRW).
    Sur dix sessions extraordinaires, cinq ont été consacrées au conflit israélo-palestinien. Des sessions ont été arrachées par les Européens sur le Darfour, la Birmanie et la République démocratique du Congo (RDC)... »

    Et maintenant vous défendez Aung San Suu Kyi ! tant mieux, il était temps, mais ne dites pas que »personne ne lèvre vraiment son petit doigt«  : sans doute la Chine ou l’OCI que vous avez tellement défendues à l’occasion de Durban II, mais pas les pays occidentaux et démocratiques.

    Par contre, je n’ai pas entendu Ahmadinejad ni ne l’ai vu »lever le petit doigt"… Mais la Birmanie et les milliers d’opposants emprisonnés, torturés, assassinés, comme au Sri Lanka, comme en RDC, n’intéressent que très peu la haute conscience morale du guide iranien.


    • Daniel Roux Daniel R 16 mai 2009 15:50

      Le nouvel ordre mondial se met tranquillement en place depuis 30 ans.

      Depuis 10 ans, les masques tombent en Amérique et en Europe.

      Depuis 2 ans, les Français ont abdiqué.

      Les symboles de la Liberté comme San Su Kyi doivent mourir pour mettre fin aux vains espoirs des résistants.

      Ni les manifs populaires, ni les protestations des intellectuels progressistes, ni les grêves, ni l’explosion de la misère, n’y font rien.

      Finie l’idée démocratique, le progrès social, l’humanisme planétaire, place au cynisme, au mensonge, à l’exploitation, à la dictature.

      Et dans ce nouveau monde, si vous ne servez pas, vous ne servez à rien.


      • amipb amipb 17 mai 2009 14:00

        Ce n’est pas lorsqu’il n’y a aucune difficulté qu’il faut s’ennorgueillir de combattre l’ignorance et les dictatures, mais bien lorsque celles-ci surgissent. Le vrai combat commence, pourquoi s’estimer déjà battu ?


      • Marianne Marianne 16 mai 2009 20:16

        « Ni les manifs populaires, ni les protestations des intellectuels progressistes, ni les grêves, ni l’explosion de la misère, n’y font rien ».

        Nous avons les dirigeants que nous avons élus et Sarkozy s’est fait élire pour « réformer la France » dans le sens d’une libéralisation tous azimuts des services et des biens, d’où la grève des médecins et personnels hospitaliers, d’où le vent de fronde chez les professionnels de la justice, d’où le conflit en cours chez les gaziers (libéralisation du secteur de l’énergie) et leur criminalisation...

        Dans tous ces secteurs l’opposition à ces réformes est forte. Rien ne dit qu’elle va s’estomper l’été passée. Ne soyons pas trop pessimistes : devant les incompétences et les forfaitures des décideurs publics et privés qui éclatent au grand jour, la réflexion devrait s’intensifier pour explorer d’autres voies.

        « Finis ... l’humanisme planétaire, place au cynisme, au mensonge, à l’exploitation... », dîtes-vous. Ne pensez-vous pas que le système s’appuie sur ces « valeurs » depuis longtemps ?

        Quant à la démocratie et au progrès social, c’est bien là aux choix politiques des dirigeants que vous faîtes allusion, non ? Alors prononçons-nous pour une autre politique démocratique et sociale, solidaire, écologiste mais aussi féministe et pacifiste.


        • A. Nonyme Trash Titi 16 mai 2009 21:52

          Vous n’avez pas pu vous empêcher d’utiliser ce drame pour faire un crochet en France et lâcher vos aigreurs antisarko. Dommage. Toutefois, article utile. Je plusse. Et oui d’Jules.


          • Marianne Marianne 17 mai 2009 22:05

            Le sort réservé à Aung San Suu Kyi par la dictature birmane est évidemment épouvantable et condamnable. La France vient de condamner son arrestation et alors que santé se dégrade par la bouche de Bernard Kouchner et Rama Yade. Fort bien. Mais quand les a-t-on entendu la dernière fois au sujet de cette opposante à la junte militaire birmane ? Et au sujet des autres prisonniers politques de cet Etat ?

            Pétition et informations :

            http://www.info-birmanie.org/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès