Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La nouvelle vie des opposants cubains en Espagne

La nouvelle vie des opposants cubains en Espagne

En 2010 et 2011, tous les prisonniers dits « politiques » cubains ont été libérés suite à la médiation de l’Eglise catholique cubaine et du gouvernement espagnol. La majorité d’entre eux ont choisi de s’installer en Espagne avec leurs familles respectives et de commencer une nouvelle vie. Mais l’Eldorado européen tant rêvé n’est pas au rendez-vous dans une Péninsule ibérique frappée par une grave crise économique. Certains souhaitent même retourner à Cuba.

   La médiation de l’Eglise catholique cubaine dirigée par le Cardinal Jaime Ortega, à la demande du Vatican, et du gouvernement espagnol de José Luis Rodríguez Zapatero avec les autorités de La Havane a débouché en 2010 et 2011 sur la libération de 127 prisonniers, dont 52 étaient considérés comme « politiques » par Amnistie Internationale[1]. Selon cette organisation de défense des droits de l’homme, il n’y a actuellement aucun prisonnier de conscience à Cuba[2]. Ce point de vue est également partagé par l’Eglise Catholique cubaine[3].

 Certains secteurs avaient accusé le gouvernement cubain, l’Eglise catholique et le gouvernement Zapatero d’avoir obligé ces personnes à prendre le chemin de l’exil. Cette version avait été reprise par plusieurs médias occidentaux[4]. Le Parti Populaire espagnol (droite) a ainsi dénoncé « l’exil forcé » des opposants cubains[5].

 Pourtant, cette version résiste difficilement à l’analyse. En effet, sur les 127 personnes libérées dans le cadre de l’accord entre La Havane, le Vatican et Madrid, 12 d’entres elles ont choisi de rester à Cuba. Laura Pollán, alors porte-parole du groupe d’opposition « Les Dames en Blanc » et farouche détractrice du gouvernement cubain, avait été claire à ce sujet : « Personne n’a obligé aucun des prisonniers à quitter le pays. Quiconque affirme le contraire est un menteur ». De la même manière, plusieurs dissidents ont affirmé qu’à aucun moment les autorités cubaines leur avaient demandé de quitter le pays comme condition préalable à leur libération[6].

 Fernando Ravsberg, correspondant de la BBC à La Havane, a également démenti cette allégation. Plusieurs opposants qui ont choisi de quitter le pays lui ont avoué qu’ils « auraient pu rester dans l’île s’ils l’avaient souhaité. Ils assurent qu’à aucun moment on ne leur a imposé la sortie du territoire comme condition à leur liberté[7] ».

La douloureuse réalité espagnole

 Loin de trouver une nation prospère, les dissidents cubains ont été frappés de plein fouet par la crise économique qui affecte l’Espagne. La plupart d’entre eux se trouve sans emploi, sans ressources et parfois même sans toit, restant à la charge des centres d’accueil de la Croix Rouge. Selon la presse ibérique, « un an après leur arrivée, les exilés ont peu à peu perdu les aides du Gouvernement et se retrouvent sans ressources, puisque l’immense majorité d’entre eux n’a pas trouvé d’emploi stable[8] ».

 Le nouveau gouvernement espagnol de droite a décidé de mettre fin à l’aide accordée aux dissidents cubains un an après leur arrivée et a refusé de la prolonger de douze mois supplémentaires comme cela était prévu au départ, pour des raisons économiques[9]. En effet, l’Espagne a dépensé une moyenne de 2 000 euros par mois et par personne, soit plus de 18 millions d’euros pour subvenir aux besoins des 115 dissidents accompagnés de 647 membres de leur famille pendant un an. Le coût a été jugé trop élevé dans un pays qui compte près de 5 millions de chômeurs, c’est-à-dire environ 25% de la population active[10].

Pourtant, le Parti Populaire (PP) n’avait pas hésité à les utiliser dans leur guerre politique contre La Havane en emmenant quatre d’entre eux à Bruxelles témoigner et défendre la nécessité de maintenir la Position commune de l’Union européenne vis-à-vis de Cuba – qui limite les relations politiques, diplomatiques et culturelles. Néanmoins, il s’est montré peu reconnaissant en supprimant les aides, laissant aux opposants cubains l’amère sensation d’avoir été instrumentalisés[11]. Dès leur arrivée en Espagne, ces derniers n’avaient eu de cesse d’affirmer leur soutien au PP, et de critiquer le PSOE de Zapatero qui a pourtant contribué à leur libération[12].

Les dissidents cubains ont alors décidé d’avoir recours à une grève de la faim pour protester contre cette décision et exprimer leur « désarroi total ». « C’est la seule alternative qu’il nous reste », a déclaré l’un d’eux, installé dans une tente face au Ministère espagnol des Affaires Etrangères à Madrid[13].

 Loin d’être entendus par les autorités espagnoles, les grévistes ont été « brutalement » délogés par la police qui leur a ordonné de lever le camp[14]. Dawuimis Santana a dénoncé la violence policière dont ils ont été victimes : « On nous a trainés au sol, on nous a frappés au visage, sur les bras et l’un de nous a le nez cassé ». Quatre d’entre eux ont été arrêtés[15]. Les forces de l’ordre se montrent généralement sévères avec les manifestants de tout type, et exception n’a pas été faite avec les opposants cubains. Certains observateurs ont fait remarquer que le Parti Populaire, d’habitude si prompt à venir en aide aux dissidents cubains et à dénoncer « l’oppression » dont ils étaient victimes dans l’île, est cette fois resté discret au sujet des agissements de la police municipale de Madrid à leur encontre[16].

 José Manuel García Margallo, ministre espagnol des Affaires étrangères, a reconnu que le cas des Cubains n’était « pas simple » et que ces derniers se trouvaient « dans une situation difficile ». Mais il a rejeté toute idée de prolonger les aides financières leur étant destinées, en raison de la crise économique qui frappe le pays. Tout au plus s’est-il engagé à accélérer le processus de validation des diplômes[17].

 Parfois, le désarroi auquel sont confrontés les opposants cubains en Espagne prend des tournures tragiques. Ainsi, Albert Santiago du Bouchet, installé aux Îles Canaries depuis sa libération, a mis fin à ses jours le 4 avril 2012, ne supportant plus d’être abandonné à lui-même par les autorités espagnoles qui avaient mis un terme à l’aide financière mensuelle accordée[18]. Le gouvernement espagnol a rejeté tout « lien direct » entre le suicide et la décision de mettre un terme au soutien financier. Néanmoins, sa famille ainsi que plusieurs membres de son entourage ont affirmé que sa situation économique précaire était la principale cause du drame[19].

Un retour à Cuba ?

 Contre toute attente, plusieurs dissidents ont fait part de leur volonté de rentrer à Cuba, à défaut de pouvoir se rendre aux Etats-Unis, accusant l’Espagne d’abandon[20]. « Il vaut mieux être à Cuba qu’ici dans la rue », a déclaré Ismara Sánchez[21]. « Depuis le 31 mars, je suis à la rue », faute de pouvoir se payer un logement, s’est plainte Idalmis Núñez. « La situation est difficile : nous avons emmené nos familles loin de la maison et nous ne pouvons pas leur donner à manger. Pour la première fois de ma vie, j’ai un cas de conscience. J’ai peur », a admis un autre opposant[22]. « Les enfants n’ont plus de nourriture et n’ont plus de lait. Les enfants ne peuvent plus se rendre à l’école parce qu’ils n’ont pas l’argent pour le transport », a exprimé l’opposant Bermúdez[23].

De la même manière, Orlando Fundaro et son épouse, ont dû faire face à des conditions de vie tellement difficiles qu’ils en ont regretté leur terre d’origine. Dans une interview à la BBC, Fundora a confessé l’inattendu : « Nous mangions mieux à Cuba[24] ».

 La décision de rentrer à Cuba n’est en réalité pas si surprenante que cela. Malgré les ressources limitées de la nation caribéenne, les difficultés et vicissitudes quotidiennes engendrées par l’état de siège économique que les Etats-Unis imposent à Cuba depuis 1960, lequel affecte toutes les catégories de la population et constitue le principal obstacle au développement de la nation, le gouvernement de La Havane a mis en place un système de protection sociale relativement performant qui subvient aux nécessités de base de la population. Ainsi, malgré tout, 85% des Cubains sont propriétaires de leur logement. De la même manière, ils bénéficient d’un accès gratuit à l’éducation, à la santé et aux activités culturelles. Le carnet de rationnement leur permet de disposer, chaque mois, en sus du salaire, d’une alimentation de base suffisante pour deux semaines. Ainsi, personne n’est abandonné à son sort à Cuba et les catégories les plus vulnérables sont prises en charge par l’Etat. C’est la raison pour laquelle, malgré les limites en termes de ressources, il n’y a pas à Cuba de sans domicile fixe, ni d’enfants désemparés dans les rues. D’ailleurs, à ce sujet, selon l’UNICEF, Cuba est le seul pays du Tiers-monde où n’existe pas la malnutrition infantile[25].

 Finalement, l’Europe s’est avérée ne pas être l’Eldorado promis aux opposants cubains. Ces derniers ont été confrontés de manière brutale à la réalité économique de la Péninsule ibérique et ont découvert que les plus vulnérables étaient rapidement abandonnés à leur sort. Ils ont également pu se rendre compte que leur Île n’était finalement pas l’antichambre de l’Enfer, malgré les problèmes quotidiens, et que le système de protection sociale faisait en sorte de protéger les plus faibles.

Salim Lamrani

Opera Mundi


[1] Amnesty International, « Cuba, Annual Report 2012 », 2012. http://www.amnesty.org/en/region/cuba/report-2012 (site consulté le 2 juillet 2012).

[2] Ibid.

[3] Juan O. Tamayo, « Tensa cita de las Damas de Blanco con Iglesia cubana », El Nuevo Herald, 25 mai 2012.

[4] Axel Gyldén, « En exil forcé, un dissident cubain met fin à ses jours », L’Express,7 avril 2012.

[5] Público, « Aznar afirma que los presos cubanos sufren ‘un destierro’ en España », 28 juillet 2010.

[6] Fernando Ravsberg, « La conspiración católico-comunista », BBC, 23 juin 2011. http://www.bbc.co.uk/blogs/mundo/cartas_desde_cuba/2011/06/la_conspiracion_catolico-comun.html (site consulté le 14 juin 2012).

[7] Ibid.

[8] Carmen Pérez-Lanzac, « Exprisioneros políticos refugiados en España protestan tras quedarse sin ayudas », El País, 11 avril 2012.

[9] Carmen Pérez-Lanzac, « Entre 2010 y 2011 llegaron a España 767 cubanos : 115 presos y sus familiares », El País, 10 avril 2010.

[10] Joaquín Gil, « El Gobierno paga 2.000 euros al mes por cada uno de los 762 disidentes y familiares », El País, 13 juillet 2011.

[11] Jerónimo Andreu, « Exprisioneros políticos traídos a España por Exteriores hace un año pierden las ayudas públicas », El País, 9 avril 2012.

[12] EFE, « Opositores cubanos piden a España una actitud ‘más enérgica’ contra castrismo », 20 janvier 2012.

[13] EFE, « Diez ex presos cubanos deciden emprender una huelga de hambre en Madrid », 13 avril 2012.

[14] Ibid.

[15] Europa Press, « Denuncian la detención de cuatro expresos cubanos que protestaban en Madrid ante le Ministerio de Exteriores », 23 mai 2012.

[16] EFE, « El Partido Popular español exige a Cuba que deje de oprimir a la disidencia », 20 janvier 2012.

[17] Carmen Pérez-Lanzac, « Exprisioneros políticos refugiados en España protestan tras quedarse sin ayudas », El País, 11 avril 2012.

[18] El País, « Fallece un expreso político cubano llegado a España el año pasado », 6 avril 2012. .

[19] Europa Press, « España no ve ‘relación directa’ entre el suicidio de un disidente y el fin de la ayuda », 9 avril 2012.

[20] Juan O. Tamayo, « Ex presos políticos cubanos en España viven pesadilla », El Nuevo Herald, 17 avril 2012.

[21] Ríos Biot, « ‘Es mejor estar en Cuba que aquí en la calle », El País, 13 avril 2012.

[22] Jerónimo Andreu, « Exprisioneros políticos traídos a España por Exteriores hace un año pierden las ayudas públicas », El País, 9 avril 2012.

[23] EFE, « Ex presos cubanos denuncian en Madrid su ‘total desamparo’ », 10 avril 2012.

[24] Fernando Ravsberg, « La conspiración católico-comunista », BBC, op. cit.

[25] UNICEF, Progreso para la infancia. Un balance sobre la nutrición, 2011.


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • wesson wesson 16 juillet 2012 11:03

    Bonjour l’auteur, 


    Il faut bien effectivement se rendre compte que les opposants cubains ne reçoivent du pognon que si ils restent à Cuba. Ailleurs, ils ne servent plus à rien en dehors d’un petit tour dans les médias tant qu’ils sont présentables.

    Je pense que pour ces opposants, qui sont probablement pour la plupart sincères, la déconvenue n’a dû en être que plus cuisante. Castro sera bien inspiré de les ré-accueillir, et à bras ouvert.

    • francesca2 francesca2 16 juillet 2012 12:30

      Wesson ou l’incarnation de la mauvaise foi. 

      Voilà t-il pas qu’il trouve moyen de stigmatiser « ailleurs » pour les crimes commis par Castro et sa bande de tueurs...
      Il ne condamne pas le régime pour lequel le délit d’opinion est un crime, mais stigmatise le « ailleurs » qui accueille ces victimes ...
      Faut-il être schyzo ou juste limité pour s’auto-proclamer « ami du peuple » et soutenir en même temps sans états d’âme un régime qui a massacré méthodologiquement son propre peuple ? 


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juillet 2012 12:48

      Lorsque l’on a été torturé à poings fermés, difficile de croire qu’on va etre acceilli à bras ouverts, on pense aux baffes possible , et on ne baisse pas la garde .


    • OMAR 16 juillet 2012 21:08

      Omar 33

      Francesca et Atia Pea Pea, cela se voit que vous adorez Cuba et aimez son peuple..

      Cuba, pour son soleil et ses casinos

      Et les cubains pour leur cul... et leur servitude ......

      Comme au temps de Batista...

      http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Elles-et-eux-dans-les-annees-50/Fulgencio-Batista-dictature-mafia-et-dollars.html

      Et il n’y a pas que Cuba que vous aimez comme cela......


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juillet 2012 21:14

      Omar ,en suivant Camus et d’autres je ne fais aucunes différences entre les violences politiques , d’ou qu’elles viennent .


    • OMAR 16 juillet 2012 22:07

      Omar 33

      Aita, que cela soit très clair pour vous :

      J’abhorre la dictature pour l’avoir longtemps vécu dans mon pays d’origine...


    • francesca2 francesca2 16 juillet 2012 22:09

      Oui, cela se sent...


    • OMAR 17 juillet 2012 09:37

      Omar 33

      Francesca, vous confirmez que la médecine cubaine fait des miracles en.....ORL.

      Mais pour votre cerveau lavé et lobotisé, je reste dubitatif...


    • spartacus spartacus 16 juillet 2012 11:43

      Encore le propagandiste « officiel » de Cuba sur Agoravox.

      Quel tissu de conneries à partir d’une exception.

      A savoir, Cuba a 20% de ses ressortissants exilés. Un cinquième de sa population a fuit ce paradis Castriste . On se demande bien pourquoi ?
      Alors si c’était si « beau » pourquoi reporter sans frontière dénonce le harcèlement des dissidents ?

      Amusante la justification des prisonniers « politiques » libérés l’année dernière mais en exil « forcé ».
      Quid de ceux qui les ont mis en prison ? La baignade au bord de plage avec un gros cigare en jouant aux dominos ? L’article a oublié ce point de détail !

      Quel bonheur la vie à Cuba, ils regrettent les queues interminables et les tickets de rationnement de cette dictature post soviétique. On comprend la nostalgie !

      Ils regrettent surement la liberté médiatique et le « brouillage » des ondes par la censure gouvernementale. Ils regrettent l’information truquée c’est ça !

      Ou alors il regrettent les « comités de quartier » qui sont chargés de repérer, dénoncer, harceler les contre-révolutionnaires ! Ils regrettent la répression et les visites de la police, ça doit être cela !

      Ou alors ils regrettent la propagande médiatique des discours « fleuve » des frères dictateurs ? Ça manque !

      Et puis là bas y’a surement un poste de « remplisseur de briquet » de libre.

      La santé a Cuba, des « médecins » formés en peu de temps, des hôpitaux sans médicaments. T’as une blessure à la main, on est équipé pour te couper le bras. 
      L’éducation a Cuba, avec ses cours sur les bienfaits du Castrisme. Marrant mais tout le monde rêve de mettre ses enfants à l’école privée...pourquoi ?
      C’est beau la propagande. Attendons la chute des dictateurs, on fera le tri de la vérité a ce moment là. Les conclusions seront différentes.

      • wesson wesson 16 juillet 2012 11:51

        Bonjour Spartacus, 

        vous savez que un jour aussi vous pourrez vous questionner sur l’exemplarité des démocraties à l’oeuvre en Afghanistan, qui ont notamment amené la population à préférer les Talibans aux gentils démocrates que nous sommes...



      • asterix asterix 16 juillet 2012 12:03

        Wesson...
        On répond aux questions, on ne les contourne pas avec des lieux communs qui n’ont rien à voir avec le thème, mmh ?.


      • wesson wesson 16 juillet 2012 12:13

        Bonjour asterix,


        je réponds aux questions, pas aux actes de foi

      • asterix asterix 16 juillet 2012 12:35

        Excusez-moi de ne pas vous avoir également salué, Wesson.
        Il n’en revient pas moins que vous employez le faux-fuyant. Je trouve inouï le manque de critique dont font preuve la plupart des gens dits de gauche qui soutiennent un régime totalement inhumain responsable d’un nombre considérable d’exactions et qui a précipité tout un peuple dans la misère, la répression et l’esclavage simplement parce qu’il a adopté le le drapeau rouge.
        Ce n’est pas en déviant le sujet sur la conduite anti-progressiste des USA partout dans le monde qu’on fait progresser le débat, C’est tout ce que je voulais vous souligner.


      • L'enfoiré L’enfoiré 17 juillet 2012 13:28

        Bonjour,
         J’interviens un peu tard.
         Je n’ai qu’une question à l’auteur : pourquoi parle-t-il uniquement des Cubains en Espagne ?
         Depuis l’an 2000, l’Espagne montre un des plus grands taux d’immigration au monde (de trois à quatre fois plus que le taux des USA , huit fois plus que celui de la France et n’a un taux inférieur qu’à ceux de Chypre en proportion) et a été le second pays après les États-Unis à accueillir en grand nombre d’étrangers.Très probablement, beaucoup qui viennent de pays où l’(on parle l’espagnol.
         Les retours au bercail se font-ils aussi pour les autres immigrés ?
         Merci pour cet éclaircissement.


      • foufouille foufouille 17 juillet 2012 13:35

        c’est de l’immigration temporaire
        on leur montre le salaire en dollar, ce qui donne l’impression au bresilien que le smic est plus elevee


      • asterix asterix 16 juillet 2012 12:00

        J’adore l’expression TOUS les prisonniers DITS POLITIQUES cubains ont été libérés...
        L’auteur est habitué à travestir la réalité cubaine. Ici, il se surpasse. Je n’en veux que pour preuve son autre péroraison habituelle sur l’embargo ’ imposé ’ par les Yankees. Il est un fait humanitaire que cet embargo, par ailleurs aisément contourné via les importations mexicaines et vénézueliennes ( en fait tout le Mercosur ) est injustifiable. Mais c’est un peu oublier cette autre constante de la politique US qu’il se garde bien de rapporter : l’embargo sera immédiatement levé du jour où Cuba procèdera à des élections libres. D’où ma question : à qui profite-t-il vraiment, sinon à la Fidel Company qui refuse de s’y soumettre ?
        Mais l’auteur, un propagandiste avéré, ne répond jamais à aucune question. Jamais.


        • COVADONGA722 COVADONGA722 16 juillet 2012 12:10

          yep peut etre plus simplement ils regrettent ce que les allemands nomme Heimat dont l’absence provoque heimweh le mal du pays la nostalgie ....le reste les hommes ne vivent pas que d’idéologie ou que d’argent enfin certains ....

          Asinus : ne varietur


          • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 12:29

            Salut Spartacus ...

            « La santé a Cuba, des »médecins« formés en peu de temps, des hôpitaux sans médicaments. T’as une blessure à la main, on est équipé pour te couper le bras. »

            En es-tu si sûr ?

            "On y pratique toutes les spécialités, mais il y a des points forts, comme la cancérologie ou l’ophtalmologie.
            Mais Cuba n’est pas que « prescripteur ». Cuba est aussi « chercheur » et « formateur ». La faculté de médecine de La Havane est un centre de formation très convoité, tant et si bien que, depuis la fin des années 90, le pays s’est doté d’une école latino-américaine de médecine qui forme les praticiens d’une trentaine de pays, y compris des Etats-Unis. Depuis la première promotion, en 2005, plus ou moins dix mille médecins ont donc été formés. Ils travaillent dans près de 80 pays. → ICI"


            • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 12:39

              Puis aussi "Cuba avait à la veille de la Révolution des taux de mortalité infantile nettement inférieurs à ceux de la plupart des pays d’Amérique du sud et comparables à ceux de certains pays européens, ce qui peut indiquer que le système de santé cubain était déjà à cette date meilleur que celui de la plupart des pays d’Amérique du sud. Les taux de mortalité infantiles restent aujourd’hui très faibles par rapport à ceux des mêmes pays sud-américains, et le nombre de médecins pour 10 000 habitants est passé de 10 à 59 entre 1957 et 2002.

              Beaucoup d’étrangers viennent se faire soigner à Cuba. Tous les hôpitaux ainsi que les traitements sont gratuits. Les Cubains sont aussi très avancés dans le domaine de la biotechnologie. Dès 1963, des médecins cubains ont été envoyés en Algérie indépendante depuis peu. 35 pays du Tier-monde ont bénéficié de l’aide médicale (ainsi qu’éducative) de Cuba en 1979. Cuba offrit aux enfants victimes de la catastrophe de Tchernobyl des soins gratuits, dès 1990 ; au total, 20 000 Ukrainiens ont été traités. Après le tremblement de terre du 8 octobre 2005 qui a ébranlé le Pakistan, de nombreux blessés furent soignés par les médecins cubains participant au secours internationaux.

              Cuba a réussi à former plus de 78 000 médecins et à aider une centaine de pays. Cette coopération concerne actuellement 78 nations. Les Nations unies ont salué la contribution de Cuba dans le domaine de la santé ; actuellement plus de 20 000 médecins cubains sont à l’étranger dans le cadre d’opérations d’aide au développement, particulièrement au Venezuela qui en accueille 14 000.

              À Cuba, on trouve un médecin pour 166 habitants, contre un médecin pour 1385 habitants en 1970. En 1999, le gouvernement a créé l’École latino-américaine de médecine (Elam) qui accueille gratuitement 7’200 d’étudiants venus de 24 pays.

              L’industrie pharmaceutique cubaine est l’une des six au monde produisant une protéine nommée interferon (INF). Il produit aussi le facteur de croissance épidermique, utilisé dans des crèmes très efficace contre les brûlures ; le vaccin contre l’hépatite B ; le vaccin antiméningocique de type B, la streptokinase recombinante utilisée dans l’infarctus du myocarde et l’embolie pulmonaire, des modulateurs immunologiques, antihypertenseur, hypocholestérolémiant et médicaments anticancereux.

              Les cubains peuvent depuis 2008 faire une opération afin de changer de sexe. Cette opération est gratuite comme tout le reste de la médecine cubaine.

              Cependant, le journal britannique The Economist note en décembre 2008 que le pays est « encore une fois au bord de la faillite » et que, en particulier, le secteur médical est entré dans un déclin prononcé.

              Le 5 juillet 2004, les dirigeants de Cuba et du Venezuela lancent un programme de coopération médicale qui porte le nom d’Operación Milagro (« Opération Miracle »). Ce programme consiste à proposer des soins ophtalmologiques gratuits pour les peuples d’Amérique du Sud, mais aussi du reste du monde. Rendre la vue à de nombreux aveugles est l’un des buts affichés. Selon les chiffres fournis par Cuba, à ce jour plus de 1 500 000 personnes issues de 35 pays ont bénéficié de l’opération.

              Cent Québécois sont allés se faire soigner à Cuba en 2008."


            • asterix asterix 16 juillet 2012 12:47

              Moi j’en suis sûr !
              Deux exemples à l’appui :
              Dans la province de Camaguey, j’ai rencontré un pauvre zig qui s’était fait fracturer un mois plus tôt le coude par une machine agricole, il venait d’être amputé et gisait chez lui sur une paillasse dont n’aurait pas voulu mon chien.
              Une de mes belle-soeurs est morte dans le couloir d’un hôpital parce qu’elle n’avait pas sur elle les 20 dollars réclamés par la médecine gratuite pour se faire administrer de l’atropine ( je crois ) suite à une crise cardiaque légère. Il lui a fallu trois heures pour crever dans l’indifférence générale.
              Les bons médecins sont systématiquement envoyés à l’étranger, sans leur famille bien évidemment, ou réservés aux hôpitaux veillant à la santé de la nomenklatura. Vous pouvez vérifier vous-même : à part les décoctions santéristes, il n’y a aucun médicament digne de ce nom pour le peuple. Sauf en dollars, auquel cas on vous les dégotera par miracle.


            • wesson wesson 16 juillet 2012 13:15

              " Moi j’en suis sûr !
              Deux exemples à l’appui :
               "


              Et bien entendu ces 2 exemples - à supposer qu’ils soient véridiques - vous permettent de généraliser ! 

              Parce que dans le domaine des amputations, ont peut également donner des tas d’exemples croquignolet aux USA, le pays ou votre assurance va vous dire que sur la main que vous vous êtes coupée, quel doigt sera pris en charge. Et même dans le domaine du diabète, quel morceau on va couper plutôt que de faire un traitement plus long et plus cher.

              Ce qui permet réellement de se faire une idée, c’est les statistiques globales. Et même si cela vous déplaît, les statistiques de santé de Cuba sont excellentes, voire même inespéré eut égard à la situation que on leur impose.

              Quand à prétendre que le blocus cesserait dès que Cuba effectuerai des élections libres, c’est oublier que toute tentative de normalisation des relations Américano-cubaine ont été sabotées par une communauté d’exilés d’extrême droite à Miami qui a tout intérêt à ce que l’embargo continue pour pouvoir faire leur business.

            • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 13:23

              Salut Asterix ...

              Vous pouvez vérifier vous-même :

              Non ... Par contre rien ne t’empêche toi de lme le démontrer !
              Parce que si tu veux des histoires je peux t’en raconter moi aussi, des tartines et des tartines ...

              Alors à qui dois-je faire confiance, à toi ou à l’OMS et le Service de santé internationale avec (ses témoignages) !


            • francesca2 francesca2 16 juillet 2012 13:24

              Non, en sortant cette soupe de la santé à Cuba chaque fois qu’on souligne l’inhumanité et l’injustice du régime castriste, c’est vous qui vous permettez de généraliser. 


              Vous savez, en cherchant bien, même Hitler ou Pol Pot ont dû faire un ou deux trucs pas trop mauvais... 

            • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 13:41

              Salut Francesca ...

              Ne mélange pas tout, je ne sors pas ma soupe genre atténuer le régime ou autre ...

              Je répondais juste à la personne qui en premier lieu à parlé de la santé à Cuba ...

              → « La santé a Cuba, des »médecins« formés en peu de temps, des hôpitaux sans médicaments. T’as une blessure à la main, on est équipé pour te couper le bras. »

              Francesca va donc dire à Spartacus de ne pas dire des choses qui sont facilement démontables, S’il veut faire de la propagande anti-Cuba dit lui ne ne pas prendre pour exemple la santé et la medcine ...

              En résumé, spartacus devrait re-bucher le dossier santé Cubaine !

              Francesca ne vient pas m’accuser de répondre et démonter ce que je considère comme un mensonge ... Non ?


            • francesca2 francesca2 16 juillet 2012 13:45

              salut waf waf

              Euh...Je m’adressais à wesson, ce spécialiste conventionné de la mauvaise foi, qui reproche à asterix de « généraliser ». 

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juillet 2012 13:45

              L’imputation dictatoriale sert à amputer les tetes pensantes !


            • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 13:48

              Tiens en parlant de propagande j’attends les liens de Spartacus et d’Asterix, ils parlent, ils parlent mais ne donne pas de lien pour argumenter leurs dires, comme quoi la médecine cubaine serrait merdique ?


            • asterix asterix 16 juillet 2012 19:42

              De ma part il n’y a pas de liens ( auquels on peut faire dire ce que l’on veut ) mais simplement ce que j’ai de mes yeux vu durant les années passées à Cuba. Que vous me traitiez dès lors de menteur dépasse mon entendement.


            • L'enfoiré L’enfoiré 19 juillet 2012 11:40

              Wesson,
               Juste un petit rappel, le monde, notre belle planète n’est pas uniquement réservée aux USA et à Cuba.
               Prendre des exemples de la sorte ne tient pas la route.
               Faut ouvrir son horizon, cher Wesson.
               Le monde est beau, le monde est grand, mais il faut en sucer les astuces. smiley


              • spartacus spartacus 16 juillet 2012 15:03

                Voici la porte des informations « vraies de Cuba »


                Ça changera de la propagande Pro Cubaine. 
                Un blog de blogs de cubains exilés.
                Je vous conseille « generaciony » elle décrit la super vie de tous les jours des Cubains.
                C’est LA « bête noire du gouvernement Cubain ». Si Amestie International n’en avait pas parlé il y a longtemps qu’elle pourrirait en prison caribéenne.

                Cherchez par vous même les articles parlant de santé
                Je vous en ai trouvé un quelques un parlant de l’hôpital :

                Résumé rapide en Français :

                Il faut éviter de tomber malade que d’aller à l’hopital. Trop dangereux !
                Clientélisme à l’Hopital, si t’amène du cash, t’as le droit à un thermomètre digital à l’ancienne pour les autres.
                Fractures sans radiographies....
                Lunettes pour la myopie introuvables..
                Pas un seul cachet d’aspirine à donner au malades..

                • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 15:25

                  Spartacus, Cuba est le pays qui possède le plus de médecins pour 1000 Habitants ... 6.40 ...

                  Statistique internationales ...

                  Je ne dis pas que tout est parfait à Cuba et loin de là, mais niveau médecine sont pas si mal que l’on voudrait nous le faire croire ...

                  D’ailleurs étant faire-play, pour ceux qui voudraient faire des comparaisons entre pays sur certains sujets je vous conseille ce site qui est pour moi bien fait et intéressant ...

                  (Pour en savoir plus sur un pays cliquez sur le drapeau de ce pays) ...


                • spartacus spartacus 16 juillet 2012 15:47
                  Quand bien même il y en aura 200 pour 300 habitants, on ne soigne pas avec des statistiques.
                  Quand le médecin a eu son diplôme dans une pochette surprise, quand il pratique que épisodiquement, quand les soins se résument au « moins pire.

                   »je ne dis pas que tout est parfait à Cuba et loin de là« 
                  Ben voyons ! Quelle belle complaisance d’un régime despote, autoritaire, assassin, menteur et manipulateur. 
                  Les prisonniers politiques qui passent actuellement la journée plongés jusqu’au cou dans la fosse septique de la prison 5.5 (à 5,5 kilomètres de l’autoroute de Siantago) doivent surement apprécier la complaisance des »bobos« Français qui trouvent cela simplement »pas parfait".

                  Faut arrêter le Oui-Ouisme. Un gouvernement Stalinien, même au Caraïbe est un stalinien. Les crimes mêmes revêtus de propagande statistiques restent des crimes !
                   

                • wesson wesson 16 juillet 2012 16:07

                  " Les prisonniers politiques qui passent actuellement la journée plongés jusqu’au cou dans la fosse septique de la prison 5.5 (à 5,5 kilomètres de l’autoroute de Siantago) [...] "


                  et à peine plus loin, ceux qui la passent dans la prison de Guantanamo Bay ....

                • Al West 16 juillet 2012 16:59

                  Bonjour,

                  Personnellement, je ne suis pas si critique que cela envers le régime de Cuba. Notamment parce qu’ils ont eu l’audace de vouloir bâtir une société égalitaire à quelques centaines de kilomètres du géant ultra-libéral étasunien qui a toujours voulu reprendre le contrôle de l’île.

                  Je rejoins wesson mais j’aimerais exprimer autrement l’idée que, je crois, il essaie de faire passer. Il n’est pas simplement question d’excuser le régime cubain en prenant l’exemple des Etats-Unis en miroir. A mon sens, il faut plutôt souligner le contexte éminemment particulier de Cuba, à la tête duquel a régné Fidel Castro.

                  Il faut comprendre que lorsqu’on lutte contre les Etats-Unis, il n’y a pas de place pour la candeur. Les opposants pacifiques au régime sont possiblement/probablement/certainement des agents étasuniens dont l’unique but est de déstabiliser le régime pour quelques centaines de dollars. Dans ces conditions, on est obligé de maintenir un certain ordre, au détriment, certainement, de la liberté individuelle. Qui serait capable de dire si un dissident cubain est un humaniste épris de libertés et de démocratie ou simplement un vendu ?

                  Quoiqu’il en soit, Cuba a eu des idéaux tout à fait nobles et son histoire aurait pu être bien différente sans la présence et l’ingérence des Etats-Unis.

                  Je ne cautionne pas tout ce qu’a commis le régime cubain, mais je souligne qu’il faut le voir dans ce contexte et finalement, que serait devenu Cuba mis sous tutelle des Etats-Unis ? C’est ce qu’a montré wesson.


                • francesca2 francesca2 16 juillet 2012 17:00

                  Je ne vois personne faire l’apologie de la prison de Guantanamo.

                  Mais bon, vous n’êtes pas à une manipulation près...

                • spartacus spartacus 16 juillet 2012 17:22

                  Quand « être de gauche » amène à l’absence du sens des réalités et des valeurs !.

                  Faut il que vous soyez tellement « communistes » que vous en ayez perdu tout sens critique ?

                  Vous avez de la merde en face des yeux ?

                  Allez sur les blogs des dissidents Cubains ! 
                  Utilisez un traducteur automatique, lisez tout simplement. c’est du live ! 
                  Ces gens là sont harcelés, et c’est pas l’année dernière c’est maintenant.

                  Puisqu’on vous le dit Noir sur Blanc. Amesty International, Reporter sans frontières.

                  Vous pouvez aller à Cuba et voir de vos yeux !
                  Un aller retour c’est 800€.

                  Les sifflements sur votre radio se sont les radios du monde libre brouillées.
                  Les queues devant les magasins c’est comme en union soviétique dans les années 60. !

                  Allez donc rencontrer une famille. Les 3 gus à l’air patibulaire qui vont écouter sans rien dire c’est le « comité de quartier ». Chargé de voir si votre interlocuteur ne dit pas une connerie. Attention votre interlocuteur risque une descente de police et la prison.

                  Allez voir si la prison 5.5 n’existe pas.

                • wesson wesson 16 juillet 2012 17:47

                  Bonjour Al West, 


                  je ne saurai mieux exprimer ce que vous avez écrit et ce avec quoi je suis parfaitement en accord. Cuba est et reste un régime autoritaire, il n’est pas question de le nier, mais ce n’est pas non plus une dictature ubuesque telle que Spartacus et d’autres se complaisent à écrire.

                  Et j’en profite pour faire un méa culpa public vous concernant. Je pensais que vous étiez un troll d’élection qui partirait à tire d’aile une fois les urnes rangées, je reconnais que je me suis trompé sur votre compte. Votre dernier article en particulier - même si je ne suis pas d’accord avec l’importance que vous prêtez à la cyberguerre - n’avait rien à voir avec ce que peuvent nous livrer les habituels propagandistes, et sur ce site c’est remarquable.

                  C’est donc une invitation à ce que vous continuiez votre écriture ici, et à ce que je réfléchisse un peu avant de tirer des conclusions définitives sur ce qui peut être qu’une simple coïncidence.

                • Neo Waf-Waf 16 juillet 2012 17:49
                  « Quand bien même il y en aura 200 pour 300 habitants, on ne soigne pas avec des statistiques. »

                  Oui c’est ça ... Facile de se sortir de ses inepties ... Donc toutes statistiques ne veulent rien dires alors ?

                  "Quand le médecin a eu son diplôme dans une pochette surprise, quand il pratique que épisodiquement, quand les soins se résument au « moins pire. »

                  À Cuba c’est 6 ans ... un an de plus qu’aux Royaume-Unis pour le diplôme ...

                  Puis tu devrais te renseigner sur ce que font les médecins Cubains à travers le Monde ... Rien que pour Haïti ... Puis tu t’apercevras que la médecine Cubaines est soutenue par d’autres qui apparemment lui font confiance à cette médecine ...

                  « Ben voyons ! Quelle belle complaisance d’un régime despote, autoritaire, assassin, menteur et manipulateur ».

                  Non ... Pas de complaisance ... J’observe et ne mélange pas tout, que le régime est dictatorial je ne dis pas le contraire et le condamne comme toute dictature. Par contre d’amalgamer le régime en se servant d’argument sa médecine, c’est profondément débile, car plein de Pays comme d’ONG soutiennent et reconnaissent le savoir faire de Cuba en matière de médecine ... 

                  Alors tu vois sur ce coup-là tu es désorganisé et aveuglé par ton anti-communisme ! N’oublie pas que ceux sur le terrain, ces cubains et cubaines sont des personnes, des docteurs et autres qui viennent en aide le plus souvent gratuitement aux populations. Ces personnes restent parfois longtemps sur ces terrains macabres. Alors des fois c’est pas mal de se renseigner un minimum ... ça amènent plutôt à avoir du respect envers ces docteurs et autres et ça évite de se servir d’eux pour condamner leur État dictatorial ...

                  "Les prisonniers politiques qui passent actuellement la journée plongés jusqu’au cou dans la fosse septique de la prison 5.5 (à 5,5 kilomètres de l’autoroute de Siantago) doivent surement apprécier la complaisance des « bobos » Français qui trouvent cela simplement « pas parfait ».

                  Plus haut j’ai donné un lieu vers un site pour que des gens puissent voir l’état du monde et de chaque pays, c’est pour voir ce qui peut être amélioré dans chaque pays ou se qui doit être changé ... Chacun ferra ses choix ...

                  Donc ce que tu écris en dessus, tu m’insultes ! Puis tu prouves ton sectarisme, car en premier lieu, tu affirmes que la médecine cubaines est nulle, je te démontre que pas tant que ça ... Et là tu m’accuses de soutenir le régime parce que je dis que leur médecine n’est pas si mauvaise que tu le prétends ... Donc oui tu es désorganisé et aveuglé par ton anti-communisme ...

                  "Faut arrêter le Oui-Ouisme. Un gouvernement Stalinien, même au Caraïbe est un stalinien. Les crimes mêmes revêtus de propagande statistiques restent des crimes !"

                  Propagande statistique peut-être pour toi mais pas pour d’autres qui sont sûrement mieux placés que toi pour savoir de ce qu’il en est de la médecine cubaine ...

                  Condamne le régime, je n’y vois aucuns inconvénients, mais bon condamner la médecine cubaine ... c’est stupide !

                   

                • JP94 16 juillet 2012 18:22

                  En banlieue parisienne et à la campagne , en France , 0,59 médecin pour 1000 habitants évidemment plus dans les coins chics ... et on est la 5ème puissance mondiale ...

                  Les mêmes qui vont râler contre Cuba vont râler contre les files d’attente dans nos hôpitaux et contre le prix des soins qui font hésiter à se faire soigner .

                  Mais c’est un aussi point de vue de gens qui n’ont aucun élément de comparaison .

                  Le point de vue des latinos que je connais ici n’a rien à voir ... ce que signifie au quotidien l’absence de soins et d’éducation et les inégalités criminelles , eux ils connaissent ..
                  Quant aux déplacés  : en Colombie : 4,6 millions ... on est à une autre échelle .
                  Des paysans assassinés par milliers pour leur voler leurs terres ...
                  3500 syndicalistes et opposants politiques assassinés ces dernières années .
                  Mais les victimes sont massivement de simples gens , pauvres , pas du tout médiatisés ...ni sponsorisés par l’UE ... qui a signé sans vergogne avec la Colombie un traité de Libre-Echange ( ALE ) et là pas de blocus ... au contraire .

                  Des défoliants déversés pour chasser à la fois paysans et guerrilleros ...
                  Mais les prisonniers politiques sont beaucoup moins les bienvenus en Europe ... pourquoi ? est-ce qu’il y aurait de bonnes et de mauvaises opinions opposantes à un régime ?

                  Ah mais il y a des élections , c’est vrai , donc c’est la Démocratie enfin en principe ! car le problème c’est que tous les candidats de gauche ont été assassinés ... ou peu s’en faut . Alors évidemment ils ne peuvent plus s’opposer .
                  Ceux qui viennent ici , bien ou mal accueillis ne peuvent revenir au pays , qu’ils aiment tant , où ils ont encore de la famille . Ils n’attendaient pas 2000€ ni qu’on leur déroule le tapis rouge , on ne leur a pas tendu de micro . Et à Bruxelles , ils demandent de la justice et que le PE s’informe écoute ... Le PE semble aphone en tout cas .

                  Bizarrement , à ce sujet c’est le silence radio de nos champions ès Droits de l’Homme à Cuba .Il est vrai que c’est un pays tout ce qu’il y a de plus libéral donc c’est normal , au fond .

                  L’article est très intéressant , et documenté ..
                  Le seul hic , pour certains , est que ça va encore servir le propagande à Cuba !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès