Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Russie envahira-t-elle l’Ukraine ?

La Russie envahira-t-elle l’Ukraine ?

Le fait de s’être emparé de la Crimée, leur ancienne province datant du règne de la tsarine Catherine II, ne traduit pas la volonté manifeste de faire main basse sur l’Ukraine. Poutine ne peut se permettre de franchir ce Rubicon, sans aucune provocation de la part des dirigeants non élus de Kiev, sous peine de faire le jeu de l’Occident qui est déjà devant son chevalet pour le peindre dans la posture du vilain ours assommant un sympathique vieillard endormi et ainsi réveiller dans le subconscient des voisins les vieux démons des pogroms d’Ivan le terrible ou les images jaunies du coup de Prague ou de Budapest.

Avec les derniers développements que connait la science politique, il n’est pas toujours nécessaire que les grandes puissances occupent militairement le terrain pour avoir une influence certaine chez les autres. Les Etats-Unis d’Amérique sont un cas classique. Ils ont décidé de se défaire du cordon sanitaire des dictatures militaires en Amérique latine quand ils se sont rendu compte qu’il était plus simple, plus intelligent d’y installer des régimes démocratiques sans risques, toutes les fois qu’ils gardent les cordons de la bourse, toutes les fois qu’ils restent et demeurent le centre, le pivot économique pour ces périphéries, dans la droite ligne de l’analyse géoéconomique du monde de l’économiste Egyptien Samir Amin.

Poutine qui jusqu’ici a un comportement rationnel devrait suivre en Ukraine la voie tracée par les Etats-Unis d’Amérique, il y a trois décennies avec l’établissement de ce que le prix Nobel Argentin Adolfo Perez Esquivel qualifie de « Démocratures ». L’économie Ukrainienne dépend à plus de 60% de ses exportations en Russie de denrées qui n’attirent pas l’Union Européenne très regardante quant à la finition. Cette économie dépend de la livraison du gaz russe vendu à bon marché. Ni l’Union Européenne, ni les USA n’ont la volonté, les moyens, par ces temps de vaches maigres, de supporter financièrement ce pays à bout de bras et encore à hauteur des fausses espérances qu’ils ont sciemment véhiculées sur les planches du grand théâtre à ciel ouvert de Maidan. Les prédécesseurs Grecs et Chypriotes englués dans la crise financière n’ont pas eu leur faveur et n’ont eu d’autre choix que le destin des nouvelles colonies.

L’expérimenté dirigeant Russe est en train de damer le pion sur « le grand échiquier » au géostratège Polaco-américain Zbignew Brzezinski. La possibilité de faire main basse sur l’Ukraine s’offre à lui par ces temps de turbulences, mais calculateur autant que le sont les occidentaux, il ne souhaite pas supporter à lui tout seul le lourd fardeau financier qu’impose la réhabilitation de ce grand malade et offrir une fenêtre à l’Occident qui est bien parti pour renforcer la profondeur stratégique de l’Otan sur les terres d’Europe orientale. Il semble rester opiniâtre dans sa volonté d’intégrer dans son projet eurasiatique le bloc compact de l’Ukraine en tant qu’Etat indépendant et non des bouts, sans coup férir, et encore en faisant siennes les méthodes du stratège militaire chinois Sun Tsu.

Fort du poids de son armée, de son économie, de son potentiel de nuisances, il attend tranquillement la saison de la maturation pour faire sa moisson de fruits. Il a le choix des armes : le temps des élections, avec plus de la moitié de l’électorat du pays sensible au discours russe ; la désillusion des disciples des ex-émeutiers de Kiev ; le gaz ; les restrictions du quota des exportations d’un pays qui vit au tempo de la bourse de Moscou. Il va falloir renouveler le personnel politique à la faveur des élections présidentielles de Mai prochain. L’Ukraine reste toujours dans la tête du Russe, une femme tiraillée de toutes parts au vu de ses composantes multiples qui hésite toujours dans ses choix amoureux et revient sur ses pas pour faire la noce avec le mari bafoué qui n’en demande pas mieux. L’Ukraine peut dans les urnes raison gardée et regagner le repaire Russe, après avoir savamment pesé les avances ouest-européennes et américaines. Elle l’a déjà fait en sabordant le vaisseau de la révolution colorée, après avoir porté aux nues la pasionaria Timochenko.

Le temps joue pour Poutine. Le temps qui laissera poindre les grandes désillusions des ukrainiens quant à la capacité de l’Occident à honorer les engagements financiers et politiques préconisés par les censeurs du Maidan.

Et si Poutine se laissant aller au rythme de la dive vodka envahit l’Ukraine malgré tout, quel sera le sort réservé à la Russie ? Va-t-on monter des autodafés à l’Ouest pour brûler l’hérétique, le pourfendeur du nouvel ordre mondial étalé en lettres d’or sur la devise américaine « Novus Ordo Seclorum » ? Va-t-on voir des colonnes de chasseurs de l’Otan mettre Moscou ou Novgorod à feu et à sang et des Navy seals faire main basse sur le Kremlin ? Il n’en sera rien. La Russie n’est ni la Libye, ni l’Irak. La mer noire, mer enclavée deviendrait en cas de débarquement naval le tombeau des destroyers et croiseurs de l’Otan, comme en ferait l’Iran en cas d’expédition punitive dans le détroit d’Ormuz.

Si l’Occident n’intervient pas militairement pour faire cesser l’affront dans la droite ligne de sa rhétorique, il a à sa disposition toute une pléiade de mesures économiques ou de dispositifs psychologiques pour entamer à petit feu la flamme du Kremlin. Mais, il faudra compter pour réussir cette épreuve sur la coopération totale des chinois qui ont pris l’engagement il y a juste un mois d’acheter des milliards de mètres cubes de gaz russe sur une période de trente ans. Et le gaz, c’est le poumon économique de la Russie. C’est tout dire quant à la fragilité de l’économie russe. Il n’est pas pragmatique pour les Russes de doubler la mise après le coup de la Crimée, en entrant en Ukraine avec armes et bagages comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. On assisterait à une évasion astronomique de devises vers l’Ouest, vu la volatilité des dépôts bancaires et à une réduction des achats de gaz russe de l’Europe de l’Ouest qui remettrait en selle le projet de partenariat Euro-méditerranéen pour se raccorder aux gazoducs algériens avec ou sans l’accord des actuelles autorités d’Alger qui semblent aujourd’hui bien faibles.

Une telle équipée fragiliserait la nouvelle aura de défenseur des faibles, de ponte d’un ordre mondial équilibré, d’un monde respectueux des principes du droit international que Poutine tisse à la Russie et paralyserait des institutions internationales clés comme les Nations-Unies qui malgré leurs faiblesses temporisent des ardeurs anarchistes.

Poutine n’a cure de ces élucubrations. Il a son timing. Il attend son heure. Pas question de tout bousiller, en jouant le jeu des autres. Il entend rester maitre du jeu. Et on le reste tant qu’on n’a pas dévoilé son jeu. Les yeux rivés sur les cartes des autres, il les garde livides, cachant le feu solaire qui brûle en lui d’empocher le jackpot à l’instar du personnage central du « Joueur de Dostoievsky » avant que ne s’éteignent les feux du casino.

                                                       François SERANT

                                                     pmfserant@gmail.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 24 avril 2014 09:00

    Après avoir beaucoup cédé et subi depuis 15 ans, je crois que Poutine a maintenant décidé de dire : Stop !
    Alors, si les menaces armées contre les russophones d’Ukraine se précisent, il est logique qu’il envoie l’armée pour en prendre la défense.
    Et il est très probable que les USA et leurs supplétifs -dont, hélas, nous sommes- vont pousser à la confrontation. Toujours provoquer pour créer un « casus belli ».

    Et les « fumeurs de gros cigare » sont contents, leurs usines vont tourner à plein régime.


    • Ouallonsnous ? 24 avril 2014 22:10

      « Poutine ne peut se permettre de franchir ce Rubicon, sans aucune provocation de la part des dirigeants non élus de Kiev, »

      A l’auteur, il faudrait vous tenir au courant de l’actualité autrement que par les merdias répendant la parole du propaganda-staffel américano-otanesque !


    • izarn 25 avril 2014 00:04

      Le titre n’a pas de sens. Le mot « envahir » n’a pas sa place. Ce mot vient de la propagande étatsunienne.
      Le scnéario, déja prévu par Poutine depuis des mois, c’est l’intervention de l’armée russe en Ukraine, suivie d’une très courte bataille avec l’armée ukrainienne qui se rendra aux russes. Cette armée est trop faible pour faire face. Ce qui laissera Kiev sans défense. Le gouvernement fasciste et criminel, mis au pouvoir par des terroristes, sera mis en prison, sauf ceux troués de balles par les militaires ukrainiens, et qui seront rendus aux envoyeurs ; les polonais et la CIA.
      Une fois l’ordre mis en place, de vraies éléctions effectuées, les Russes se retireront et laisseront l’Ukraine indépendante.

      Quand aux US, ils ne feront rien, car la Russie possede quelques 10 000 tetes nucléaires, de quoi carboniser 100 fois les USA.

      La Russie n’ a pas l’intention d’envahir qui que ce soit, et la Crimée n’est certainement pas un exemple : Toujours la propagande US subliminale qui fausse les esprits : La Russie n’a ni annexé ni envahi la Crimée, que ce soit clair parmis les crétins, si possible...


    • zygzornifle zygzornifle 24 avril 2014 09:21

      L’Europe serait un beau champ de bataille pour que les 2 grands Amérique et Russes puissent tester leurs armes grandeur réelle en dehors d’une simulation ..... Après l’Amérique proposera son aide bien entendu PAYANTE pour reconstruire sur les ruines encore fumantes une nouvelle Europe bien à son idée ......


      • izarn 25 avril 2014 00:11

        Oui, en effet les ricains ont envoyés 600 hommes en Pologne pour faire face à 40 000 russes...
        Ils sont fort les ricains, un ricain y tue 66 russes en une seule fois...Comme dans les séries US...Y sont vachement bon les ricains !
        Meme qu’un ricain il tue tout seul 100 000 maliens avec son M4 ! Vouais ! J’ai vu ça dans une série, super non ?
        Faut bien qu’ils se vengent du Viet Nam, non ?


      • Tartine et Voltaire Tartine et Voltaire 25 avril 2014 00:40

        Que faites vous des militaires us déployés en Pologne pendant qu’Obama signait des accords avec Poutine ? J’ai lu çà dans le Geap 2020 !! c’est chaud quand même !


      • Laurent 47 25 avril 2014 13:42

        Si elle existe toujours, après avoir encaissé 10.000 bombes atomiques !


      • Robert GIL ROBERT GIL 24 avril 2014 10:11

        a ces russes, en plus ils ont installé leur pays tout a coté des bases americaines...ils le font exprès !

        voir : LES ETATS UNIS SE CROIENT-ILS VRAIMENT LES MAITRES DU MONDE ?


        • Pyrrhos 24 avril 2014 10:13

          Et vous ?...


        • Pyrrhos 24 avril 2014 10:11

          Mais vous n’avez pas lu Le joueur ! Si vous l’aviez lu, vous sauriez qu’à la fin du roman, Alexeï Ivanovitch ne peut plus s’arrêter de joueur, il devient la victime d’une addiction qui le détruira.

          Donc, en somme, la comparaison est très pertinente ! Sauf que ce n’est pas ce que vous vouliez dire... Enfin, il me semble que vous êtes plutôt un partisan de Poutine, le « défenseur des faibles » comme vous dites.

          Cependant, à nouveau, on retrouve le fameux argument du « monde multipolaire » (vous parlez d’un « monde équilibré »)...


          • Pyrrhos 24 avril 2014 10:12

            C’est un constat que, pour ma part, j’ai fait souvent sur ce site, fort peu de gens ici sont de bonne foi. Agoravox grouille littéralement de militants des ultras, de gens, qui, au XXème siècle, ont fait de leur mieux pour justifier, en toute circonstance, les agissements de l’URSS. Aujourd’hui, ces gens se manifestent de plus en plus parce qu’ils entrevoient l’occasion d’une belle revanche.

            C’est dire que l’opinion que défendent ces gens-là est faite et qu’elle ne date pas d’hier. Rien ne leur fera changer d’avis, parce qu’à force d’applaudir aux exactions soviétiques contre le droit, ils se sont endurcis au point de devenir de vrais monstres qui ont fait du criminel dicton qui veut que « la fin justifie les moyens » la très frêle planche de salut de leur conscience.

            Leur justification — car tout le monde a besoin d’une justification pour dormir la nuit – tient en une alternative digne des plus brillantes subtilités de l’esprit totalitaire, toujours absolutiste dans ses conclusions : « c’est soit l’impérialisme russe, soit l’impérialisme américain ».
            Et eux de broder avec de jolis syntagmes que l’on découvre sous leur plume et que l’on retrouve quelques jours plus tard dans la bouche d’un Lavrov, par exemple celui de « monde multipolaire » souhaité par Poutine. En l’occurrence il s’agit d’une farce puisque ce que souhaite effectivement le Kremlin — autrement dit ce pourquoi ces gens-là œuvrent dans la « blogosphère » et le « cloud » — c’est un monde violemment « unipolaire » où les intérêts du Kremlin se substitueraient au droit international et à la liberté des peuples. Or, la résultante de cette "poussée vers l’ouest et le sud" de Poutine — bien dans la lignée des axes d’expansion souhaités par les tzars d’abord, puis par les dictateurs soviétiques — sera un monde bipolarisé où l’idéologie prendra le pas sur les intérêts élémentaires de chacun. Autrement dit, ce sera le grand retour de la Guerre froide. 

            Pas de « multipolarité » donc, mais une banale bipolarité...

            Un autre exemple de ces coïncidences de vues (constatées après coup) entre les haut gradés de la diplomatie russe et les petits admirateurs du Kremlin qui se manifestent sur les forums, c’est la fameuse « jurisprudence Kosovo », selon laquelle l’érection d’une province en pays indépendant serait possible en toute circonstance. Dans ce cas, pourquoi la Tchétchénie n’aurait-elle pas le droit de faire sécession de la Fédération de Russie ? D’autre part, les exactions commises à l’encontre des Kosovars — et donc la nécessité pour eux de se constituer un Etat — ne font pas l’objet de doute, ont duré plusieurs années et sont très documentées, alors que les persécutions à l’égard des populations russophones, fantasmées par Poutine sont au contraire des plus douteuses. Mais, là encore, il s’agit d’un sophisme grossier qui traduit bien plutôt la mauvaise foi de ceux qui le produisent qu’il ne leur offre un argument valable.

            Ainsi, l’idéologie est déjà au cœur des questions auxquelles les européens — tous les européens, ceux d’Ukraine et de Russie aussi — doivent faire face. Comme toujours, dans les aires totalitaires, les symptômes de la radicalisation du pouvoir sont à chercher dans la langue. A la manière de cette « Lingua Tertii Imperii », le language des officiels russes et de leurs partisans à l’Est comme à l’Ouest se charge de termes violemment connotés comme « fachiste » ou « islamiste ». A les croire, tout mouvement d’opposition au Kremlin et à ses agents est subsumable par l’un, au moins, de ces deux prédicats – voire les deux ! Les moyens mis en œuvre sont toujours ceux d’une guerre de l’image et de la propagande où la désinformation et l’amalgame règnent en maîtres.
            Ainsi, le mythe de la révolution fachiste à Kiev est né lorsque les médias ont diffusé des photographies des contestataires ou, parmi la foule, apparaissaient des individus brandissant des symboles nazi. De là un raccourci de pensée et une généralisation dont les idéologues du Kremlin sont coutumier. Ainsi, à les croire, tout individu qui se dresserait contre la mainmise russe sur son pays serait en réalité affilié à des groupuscules d’extrême droite.
            Ce que de pareilles thèses signifient, ce qu’elles veulent vraiment dire, c’est qu’un tel individu n’aurait pas, en fait, le droit de s’exprimer et devrait être abattu à vue, sans sommation — voire torturé. Ce qui distingue alors les officiels russes et leurs partisans, de leurs opposants en Ukraine (ou ailleurs), c’est ce refus de communiquer et de faire valoir des arguments. De fait, l’invasion de l’Ukraine a-t-elle l’objet d’une consultation préalable ? Y a-t-il eu un acte légal international pour la justifier ? Enfin, les persécutions de populations russophones ont-elles été vérifiées ? Trois fois non. Mais tout cela, on le sait bien...
            Ce fait se constate sur les forums eux-mêmes où pourtant la communication est le maître mot, car c’est un fait que toute thèse formulée par l’un ou l’autre de ces idéologues se fonde sur le facteur (contestation = néo-nazisme/islamisme) comme sur un axiome qui devrait servir de base à tout dialogue. Refuser systématiquement ce postulat apparaît comme la meilleure stratégie pour les combattre.

            Il s’avère alors que les gens qui produisent ce genre de contre-vérité ont tous les caractères d’agents d’influence oeuvrant, de l’intérieur, en faveur d’une puissance étrangère dont on peut imaginer aisément qu’elle les soutient. Sans tomber dans la paranoïa, il est tout de même frappant que les mêmes arguments, formulés dans les mêmes termes (l’expression « monde multipolaire », la "jurisprudence Kosovo, etc...), fassent leur apparition à quelques jours de distance sur Agoravox, puis dans la bouche d’officiels russes. Sauf à croire que M. Lavrov soit un lecteur assidu d’Agoravox, il faut penser qu’il existe un réseau de connivences par laquelle l’information — plutôt la désinformation — transite depuis la tête jusqu’aux rémifications les plus fines. Que les gens qui, sur Agoravox par exemple, relaient ces thèses le fassent en toute bonne foi, c’est ce que, pour ma part, je ne peux croire. Chacun sait qu’il n’y a plus d’utopiste dans l’ultra gauche depuis bien longtemps...

            Encore une fois, que l’on me prouve le contraire, mais ce que je constate (maladroitement et avec l’oeil d’un dilettante), c’est que, sur Agoravox (entre autres), une stratégie cohérente a été mise en place par des gens malintentionnés, qui consiste en la centralisation de l’entreprise de désinformation en vue de la distribution du message idéologique.


          • Jelena XCII 24 avril 2014 10:41

            T’en as pas marre de copier/coller toujours le même commentaire ? Le cerveau a fait un blocage ? Il y a une tumeur qui bloque l’engrenage ?...


          • leypanou 24 avril 2014 12:14

            @Jelena XCII :
            N’y faites pas attention, c’est la phase terminale du délire.


          • Pyrrhos 24 avril 2014 14:21

            Je t’invite à y répondre, « jelena »...

            Par contre évite les grandes phrases avec des « décervelés qui mangent casher » dont tu es coutumier/ère...

            Réponds avec des arguments ou ferme-la.


          • alinea Alinea 24 avril 2014 14:48

            Vous faites vous même des raccourcis Pyrrhos !
            Personne n’a dit - en tout cas je ne l’ai lu nulle part- que les « révolutionnaires » ukrainiens étaient des fascistes ; mais tout le monde constate que cette deuxième révolution a été récupérée par des fascisants, grassement aidés par les US ! Il n’y a, semble-t-il aucun doute là-dessus ; et il n’est pas besoin d’être un nostalgique des bolcheviks pour se rendre compte que les US se foutent comme d’une guigne de l’Europe et s’en servent pour assouvir leur irrépressible désir de domination mondiale ! qui passe par l’encerclement de la Russie avec leurs missiles, leurs navires, leurs armes, sous couvert d’OTAN !


          • Pyrrhos 24 avril 2014 16:08

            Personne n’a dit - en tout cas je ne l’ai lu nulle part- que les « révolutionnaires » ukrainiens étaient des fascistes ; mais tout le monde constate que cette deuxième révolution a été récupérée par des fascisants, grassement aidés par les US

            Ah, enfin une nuance ! J’avoue que je n’y croyais plus...

            Par contre — je le dis sans ironie — je ne comprends à quoi vous faites allusion quand vous parlez de « deuxième révolution ». Par exemple, on peut dire que la Révolution d’octobre était une « deuxième révolution » par rapport à celle de février, puisque Lénine, son instigateur, renverse le gouvernement provisoire. Mais il n’y a rien eu de tel à Kiev entre le moment où le parlement déclare Ianoukovitch, en fuite, déchu de ses fonctions et aujourd’hui ! C’est le même gouvernement transitoire qui est en poste, alors de quelle « deuxième révolution » parlez-vous ? Cela ne se justifie pas.

            D’autre part, pouvez-vous détailler exactement ce que vous entendez par « récupération » ? Je crois qu’on comprend bien pourquoi vous parliez de « deuxième révolution » : vous voulez laisser croire qu’il y a eu « deuxième révolution » ou « récupération » du mouvement constestataire par des groupe nazis. Comme si la transition entre le régime de Ianoukovitch et l’administration Iatseniouk n’avait pas été une transition politique — comme s’il y avait eu une « révolution de palais » qui aurait vu la substitution d’une équipe dirigeant composée de nazis à l’équipe mise en place à la suite du vote des parlementaires, le 21 et le 22. En tenant les propos que vous tenez, vous vous efforcez de nier qu’il y a eu processus politique à l’issu de la contestation populaire — elle-même politique.

            Le problème, c’est que cette « récupération » et cette « deuxième révolution », dont vous parlez, sont tout aussi fantômatiques que les prétendues persécutions subies par les populations russophones de l’est. Alors, c’est un peu comme si les légions spectrales du IIIème Reich avaient fait irruption sur la scène politique ukrainienne — tout droit sorties du chapeau de Poutine. Mais il y a une raison précise à une telle farce : c’est renvoyer tout le gouvernement transitoire d’Ukraine au néant, c’est lui refuser le statut d’interlocuteur valable, c’est se poser soi-même, seul, sur la scène politique et en barrer l’accès à quiconque n’est pas de votre avis.

            Mais c’est aussi une manière de faire l’autruche ! De ne pas admettre les faits ! Vraiment, pour des matérialistes, ces soviétiques n’ont pas le sens des réalités...


          • Pyrrhos 24 avril 2014 16:11

            Ah, le fameux argument de l’encerclement ! La Russie, encerclée de toute part par les bases américaines, ne fait que se défendre ! Ce qui justifie bien sûr qu’elle occupe ou annexe tous les territoires qu’elle convoite, qu’elle entrave le processus démocratique dans les pays voisins et qu’elle bafoue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans des pays aussi éloignés d’elle que la Syrie.

            On m’a déjà servi cet argument aujourd’hui, et à vrai dire il ne date pas d’hier ! Le PCF le sortait déjà dans les années 50... Vous avez quel âge ?


          • Pyrrhos 24 avril 2014 16:14

            C’est là qu’on constate que tous les partisans de Poutine sur Agoravox (il y en a beaucoup) utilisent tous les mêmes arguments, comme s’ils se contentaient d’appliquer de « précieuses instructions » et des discours tout faits.

            Je ne rêve donc pas, il y a bien réseau et connivences.


          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 24 avril 2014 16:43

            Bah, c’est plein de cocos et de gens du FN russophiles içi sans compter qu’il y a peut être des gugusses du FSB qui essaient des nouvelles argumentations dans l’anonymat.


            Ils ont tous un point commun : l’Amérique c’est le mal, et tout qui combat le mal est bien.

            Manichéen que ça s’appelle.

          • asterix asterix 24 avril 2014 16:45

            Ni réseau ni connivences mais bel et bien un postulat : les autorités en place à Kiev n’ont aucune légitimité et on ne peut certainement pas dire que Poutine veut la guerre.
            Le consensus sur une Ukraine, ou une partie de l’Ukraine sous orbite russe va bien plus loin que les seuls admirateurs inconditionnels du drapeau rouge. Toute obédience peut se servir d’Agoravox pour faire valoir sa conception. Ce n’est pas pour autant que des individus libres ayant la même opinion doivent être traités de propagandistes, comme le sous-tend l’auteur de l’intervention..
            Cette déstabilisation qu’est l’Ukraine a été voulue et créée par l’OTAN en vertu du seul droit de regard des USA sur l’Europe. Quittons cette machine infernale qui sent la poudrière. Faut pas être communard pour comprendre ça !


          • alinea Alinea 24 avril 2014 16:57

            Non, je parlais de la révolution orange !
            Récupérée, au même titre que les révolutions arabes ont été récupérées par les islamistes, au même titre que la révolution française a été récupérée par la bourgeoisie ( depuis le début celle-ci, si l’on en croit certains historiens !)
            disons que le peuple dans le rue de Kiev, sur la place Maïdan, l’a dans l’os !


          • alinea Alinea 24 avril 2014 16:59

            C’est la Russie qui bafoue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en Syrie ?
            Vous savez quoi : les médias sont devenues des églises et chacun croit à sa chapelle ; je vous concède que je ne suis pas allée en Syrie pour voir par moi-même ; mais vous non plus je suppose.
            Alors, la discussion est stérile !


          • Jelena XCII 24 avril 2014 17:12

            @Pyrrhos >> Réponds avec des arguments ou ferme-la.

            Plutôt que de vouloir jouer au petit roquet, contente toi de lécher le cul de l’oncle Sam afin d’obtenir sa protection.


          • Pyrrhos 24 avril 2014 21:42

            Plutôt que de vouloir jouer au petit roquet, contente toi de lécher le cul de l’oncle Sam afin d’obtenir sa protection.

            Jelena, je t’emmerde.

            Les deux autres, je vais avoir des mots durs avec vous, car si elle prend votre défense, c’est que vous vous associez, vous aussi, à ses débordements verbaux.

            asterix, de quel droit jugez-vous de la légitimité du gouvernement transitoire en Ukraine ? Des élections ne sont-elles pas prévues pour le 25 mai ? Que pourriez-vous souhaiter de mieux pour le peuple ukrainien ? Le 25 du mois prochain, les électeurs se choisiront un dirigent qui saura les représenter. Il n’y a pas de meilleure légitimité que celle offerte par les urnes.
            Et je ne doute pas que les observateurs internationaux surveilleront ce scrutin de près afin de veiller à sa légitimité justement.

            Mais j’ajouterais : des individus libres ? vous ? Vous n’êtes qu’un ramassis pitoyable d’extrémistes, vous ne croyez en rien et vous retournez le droit international et la liberté des peuples comme un gant, en fonction seulement des intérêts de ceux qui vous manipulent, misérables pantins que vous êtes.

            C’est vrai quoi ! Un jour la non ingérence est un principe sacré, et le lendemain il passe à la trappe !

            Mais la vérité, la voilà toute crue : vous êtes des hooligans, des fanatiques, des vendus, tout entiers dévoués aux intérêts du Kremlin. Et je pense que vous allez au devant d’une vilaine déconvenue, souvenez-vous l’amertume qui fut la vôtre le 26 décembre 1991 — je pense que vous l’aurez de nouveau en bouche bientôt, à court ou moyen terme.

            Mais puisque tu me dis que tu défends une autre cause, asterix, que celle des « communards » — comme tu les appelles — alors quelle autre cause défends-tu ? Celle du droit international ou de la liberté des peuples, certainement pas. Mais je t’écoute, de quelle cause s’agit-il, asterix ? Qu’est-ce que tu défends au juste ?

            La balle est dans votre camp à tous les deux, j’attends des pavés — et vous promets de prendre la peine de les lire !


          • izarn 25 avril 2014 00:31

            Le gouvernement de Kiev est dominé par des fascistes Svoboda et il y a de multiples preuves de leurs exactions et de leurs crimes.Leur premier crime c’est d’AVOIR TIRE SUR LA FOULE pour en accuser Ianoukovich ! Il y a des preuves matérielles, les manifestants ont tous été tués DANS LE DOS depuis l’hotel abritant le QG d’Euromaidan.

            http://www.dailymotion.com/video/x1qnu74_ard-qui-est-responsable-du-carnage-de-maidan-11-04-2014_webcam

            Les preuves du fascisme officiel soutenu par les USA-UE :

            http://www.voltairenet.org/article183229.html

            Extraits :

             Le 22 février, à Lvov, Rostislav Vasilko, le Premier secrétaire du comité local du Parti communiste d’Ukraine, a été faussement accusé d’avoir fait usage d’armes à feu contre le Maidan. Il a ensuite été soumis à d’abominables tortures [9]. Selon des témoins oculaires, on lui a enfoncé des aiguilles sous les ongles, son poumon droit a été perforé, trois de ses côtes, son nez, et d’autres os de son visage ont été cassés. On l’a menacé d’éliminer tous les membres de sa famille. Il est désormais en Russie où il reçoit les soins que requiert son état.

             Le 24 février, sur décision de la Chambre suprême du Parlement, six membres de la Cour constitutionnelle de l’Ukraine ont été contraints à la démission pour « avoir violé leur serment » [10]. Plusieurs d’entre eux ont subi des violences et ont fait l’objet de menaces. Les juges évincés ont présenté, trois jours plus tard, un recours en annulation, auprès des organisations internationales de défense des Droits de l’homme, compétentes en la matière. [11]

             Le 28 février, Boris Filatov, le Gouverneur délégué de la région de Dniepropetrovsk, a publié, sur sa page Facebook, des instructions sur l’attitude à adopter envers les militants pro-russes qui contestent les décisions du gouvernement central de Kiev : « Dites oui à toutes les revendications, à toutes les demandes de garanties et de promesses que présentent ces sacs de merde. Et… nous les pendrons tous plus tard ».

            Si vous persistez à restez aveugle, c’est vous le fanatique et le propagandiste.


          • Tartine et Voltaire Tartine et Voltaire 25 avril 2014 00:44

            allez donc lire les commentateurs américains, ils n’en pensent pas moins ! c’est vous qui vivez encore en 45 !!


          • izarn 25 avril 2014 00:47

            Oui ? Et en quoi ça vous gène ? En quoi ça gène les USA qui sont à 10 000 kms ?
            La réponse est : La finance. Le gaz et l’énergie. La chute de la suprématie du dollar qui sera la chute économique et militaire des USA.
            Assez de blabla débiles de droitdelhommistes. Mais quel crétin croit que la diplomatie internationale se joue la dessus ? Pourquoi accuser Poutine, alors que les USA font EXACTEMENT et en pire, la meme chose ?
            Les BRICs montent, les USA sont en perte de vitesse, voila l’origine de la réaction agressive des USA, et non pas la réaction agressive de la Russie, qui n’A PAS BESOIN d’etre agressive !

            Qui a peur finalement ? Obama ou Poutine ? Devinez...
            Le monde est en train de changer, l’Empire Central du Bien et du Bon (Amen deo gracias...Ironie !) s’effrite peu à peu...


          • Darks67 Darks67 25 avril 2014 17:59

            Alors les gens qui défendent les idées de l’oncle Sam sans même rien connaître au contexte et qui se content de bouffer la désinformation de notre média corrompu me fait même pas sourire. Tu veux des argument et de l’information ? Des arguments et de l’information je vais t’en donner, alors pour commencer pour ton information j’étais dans un hôtel près de la place du Maidan ( 5 minutes à pied ) du 15 janvier au 18 fevrier, et j’ai aussi visité quelques villes pendant mon séjour comme Kherson et Lviv. Si tu veux je peux même t’envoyer les cachets de mon passeport et quelques photos que j’ai pris sur le Maidan.

            Pour commencer si tu avais dans ton entourage des amis Russes et Ukrainien tu saurais que la tension entre l’Ukraine de l’est et de l’ouest ne datent pas d’hier, les un fatigués de vivre dans la précarité dans l’espoir un jour de faire parti de l’union européenne, les autres pas dupes sont plutôt penchés du coté russe mais il faut aussi noter que dans la partie est la population est pro-russe, pas russe mais ils ont du sang russe et la culture russe dont ils n’accepteraient pas de s’en séparer, et pour être tout à fait honnête, je connais les 2 pays, il n’y a pas grande différence entre la culture russe et Ukrainienne mais tout les 2 parties vous dirons le contraire. J’ai demandé à des Russes il y a 5 ans, que pensez vous des Ukrainiens, des amis à moi, ils me répondent, « ce sont des frères, il n’y a guerre de différence, j’ai même de la famille en Ukraine. » J’ai posé la même question a des amis Ukrainiens, que pensez vous des Russes ? Les un répondent : « Ils sont vulgaires, dépravés, alcooliques, violent, rien à voir avec les Ukrainiens », d’autres me répondaient : « nous avons un dérivé de leur langue, ce qui prouvent que nous ne sommes pas si différent ».

            Lorsque vous allez du coté de Lviv donc à l’ouest et que vous vous mettez a parler la langue russe, on vous ignore, ou on vous regarde de travers, même si ils comprennent le russe, ils vous diront le contraire, ce sont des gens généralement très nationalistes qui sont pro-européens, mais cela change un peu avec les années, ils se sont bien rendu compte que les promesses européens ne sont que promesses. A l’est la langue la plus courrante est le russe, mais l’ukrainien et quand même bien utilisé, pour tout ce qui est administratif par exemple.

            Alors j’ai demandé aux personnes du Maidan, des personnes qui étaient sur place donc, qui bénévoles sur place qui faisaient la cuisine pour les miliciens par exemple, pourquoi vous êtes sur cette place ? On me répond, nous en avons marre de la corruption et de la pauvreté dans notre pays, nous voulons changer tout ça, mais nous ne savons pas ce qui va arriver par après, peut être ça sera pire ? En tout cas on doit le faire et on le sais, nous esperons... Nous esperons par exemple qu’après tout ça nous ferons parti de l’union européenne. Nous espérons que nous aurons à notre tête un gouvernement qui agira pour notre peuple et pas corrompus comme nous avons l’habite d’avoir. Nous ne voulons pas des USA sur notre territoire, mais nous ne serions pas contre une aide de l’Europe (Ils prennent les européens pour des gentilles, altruistes.......)

            Alors j’ai une question a vous poser à vous les français, (non je ne suis pas Russe ni Ukrainien ni Français), sortons un peu du contexte bolchevique et imaginons un autre scénario (que je ne souhaite pas) J’ai vécu en Alsace plus de 20 ans, c’est une région de France très prospère ou vivent des alsaciens qui se disent pour la plupart ni Français ni Allemand, et ils ont la langue Alsacienne, qui est très proche de l’Allemand. Admettons un scénario ou nous avons un les Alsaciens pour X raison, décident de ne plus faire partie de la France, ils demandent l’appuie des Allemands, et ils l’ont, allez vous envoyer vos chars sur les alsaciens ? Et avec l’appuie des Etats unis ?

            Alors pour ma part je pense que le territoire appartiens au peuple, à ceux qui y vivent et pas à quelques politiciens qui décident du contraire. Et pour ceux qui croient que ce sont les russes qui ont pris le contrôle des Maries, ce n’est pas vrai, c’est la population sur place des Ukrainiens pro-russe, qui sont pour la Russie, et qui maintenant détestent les Européens et les USA.


          • ablikan 25 avril 2014 23:26

            Moi ce que je constate, c’est que c’est toujours les mêmes qui se plaignent des Voxiens du haut de leur fausse posture d’autorité morale systematiquement inspirée par les medias, moi ce que je propose c’est que si vous les aimez tant que ca vos medias mainstream, allez chez eux, ca fait longtemps qu’ils nous ont bannis de leurs commentaires, vous serez tranquille penard entre vous, et nous de meme. Sinon vous pouvez encore insister ici quelques années pour voir si à conditions égales résultat différent.


          • ablikan 26 avril 2014 00:02

            >Alors j’ai une question a vous poser à vous les français, (non je ne suis pas Russe ni Ukrainien ni Français), sortons un peu du contexte bolchevique et imaginons un autre scénario (que je ne souhaite pas) J’ai vécu en Alsace plus de 20 ans, c’est une région de France très prospère ou vivent des alsaciens qui se disent pour la plupart ni Français ni Allemand, et ils ont la langue Alsacienne, qui est très proche de l’Allemand. Admettons un scénario ou nous avons un les Alsaciens pour X raison, décident de ne plus faire partie de la France, ils demandent l’appuie des Allemands, et ils l’ont, allez vous envoyer vos chars sur les alsaciens ? Et avec l’appuie des Etats unis ?

            Si on a des crevards comme ceux de maidan du côté francais et que l’Allemagne s’est entre-temps libérée du joug militaro-mondialiste (sinon ca serait une farce ton evenement), j’emmene toute ma famille en Alsace et je les aide.

            Personne dans le thread n’a parlé d’Ossetie du Sud et de Georgie, ce qui me parait être la base pour expliquer la situation ukrainienne, les Russes ont peur de voir se reproduire le genocide monté par les occidentaux en Ossetie du Sud par l’intermédiaire des Georgiens, donc ils prennent les devants. En plus c’est pas pour dire, mais sakaashvili, probablement le personnage le plus hitlerien depuis l’original, paraissait presque sympathique à côté du nouveau pouvoir ukrainien.

            Quand aux Ukrainiens, leurs revendications sont legitimes, mais elles sont exploitées de l’exterieur et ils n’ont plus aucun contrôle car les forces en présence vont bien au dela de leurs frontières, pire, ils vont devoir payer l’addition de cet affrontement entre l’offensive de l’occident et la défensive de la fédération de Russie, eux ainsi que les valeureux soldats de Russie, d’Europe et d’ailleurs qui se sont fait embarquer dans cette galère.


          • asterix asterix 27 avril 2014 06:27

            D’Asterix à Phyrros

            D’abord bonjour ! Même si nous ne partageons pas du tout la même opinion, je dois reconnaître que, contrairement à d’autres intervenants pro-Poutine - donc de mon camp comme vous dites un peu vite - vous n’utilisez pas l’injure pour défendre votre position. Vos arguments étant étayés, j’ai d’ailleurs voté oui pour votre intervention, meme si je n’en partage pas les termes. Pourquoi ? Parce qu’Agoravox n’est pas un champ de bataille et éviter ainsi l’accaparement de l’opinion par des extrémistes de tout bord, tout simplement.
            Vous me demandez pour qui je roule. Je vous réponds : personne si ce n’est moi-même. J’ai passé plusieurs années à user de mon énergie dans différents mouvements politiques et toujours refusé d’avaliser la position du « parti » ( qui ne fut jamais ni d’extrême-gauche ni d’extrême-droite ) lorsque j’étais opposé aux termes que celui-ci prônait contrairement à ma conscience. J’ai donc par trois fois et justement démissionné, quitte à perdre une fonction, un fromage.
            En fait, je ne roule que pour ma conscience...
            Vous trouvez cela bizarre ?
            Voyons les choses autrement qu’en positionnant Poutine en tant qu’héritier du communisme soviétique, communisme auquel je suis farouchement opposé si cela vous rassure un brin. La Russie, sous son égide, a fait un formidable bond en avant que j’estime entâché par la seule intervention brutale, disons disproportionnée, contre le terrorisme tchétchène, c’est un fait. Son impérialisme que vous dénoncez me semble doublement explicable. D’abord, il doit faire preuve d’autorité et Moscou ne peut se permettre un pouvoir faible qui ne pourrait mener la Russie qu’à l’anarchie. Ensuie, reconnaissez-le quand même, il ne s’est jamais conduit comme un conquérant, contrairement aux USA et TOUS ses dirigeants successifs qui ont mené à la guerre, aux guerres dont la liste est si longue qu’elle ne vaut pas la peine d’être relevée en ces colonnes. A part soutenir Bachar en Syrie, opinion qui devient petit à petit plus évidente en voyant le camp d’en face qui n’est plus qu’islamiste, saoudien ...et donc américain, son profit, car il y en a un, est double : y vendre les armes qu’il produit ( un commerce encore largement plus rentable du côté de l’Oncle Sam, ceci dit en passant ) et accroître l’influence d’une société multipolaire plutôt que la pensée unique qui veut que dès qu’on utilise le mot liberté, les Ricains le confisquent à leur seul profit. Une démocratie disent-ils. Une démocratie si lamentable qu’elle a élu le perdant d’une élection à la fonction suprême ( Bush contre Al Gore ) et probablement organisé les attentats du 11 septembre, à tout le moins en refusant de rouvrir un dossier à tout le moins suspect.
            Je n’aborderai même pas le rôle de la Goldman-Sachs dans l’échec programmé de l’Union Européenne dont je suis un farouche défenseur lorsqu’elle se sera enfin débarrassée du concept NATION qui vous est si cher à vous, Français et Françaises. Passons...
            La démocratie est en panne. Est-ce de la faute de Poutine ?
            Le monde guerroie en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique Latine. Est-ce la faute de Poutine ?
            Que fait-il exactement sinon lutter pour protéger ses nationaux rejetés par un pouvoir d’extrême-droite d’un pays au départ frêre dont les nouvelles autorités sont NON élues de surcroît ?
            Pourquoi vouloir le livrer pieds et poings liés à la doctrine US qui, ce n’est un secret pour personne, consiste à empêcher l’émergence d’autres grandes puissances ? Ecoutez Svoboda prêcher le pogrom anti-russe... N’êtes-vous pas quelque part gêné par l’enquête d’une télé allemande qui fait d’ailleurs l’objet de l’article de tête de NOTRE ORGANE DE PRESSE ?
            Et ce pas vers le futur, il est le seul à le faire. Plus que les Chinois qui ont inventé le capitalisme communiste au profit de ses seuls dirigeants. J’ajouterai : dans le cadre de la défense de la culture occidentale et même européenne devenue d’une telle faiblesse qu’elle ne tolère plus que ce qui est contre en oubliant lamentablement ce qui est pour : la défense d’un monde non religieux, le droit à l’opinion, le rejet des soviets qui ont fait tant de mal à la Russie.
            Les défis de la société de demain, est-ce vraiment LE MARIAGE POUR TOUS ...adopté d’ailleurs contre l’avis majoritaire du peupe français par le lamentable Hollande ?
            Faut croire que oui...
            En un monde qui est à la limite de la guerre, POUTINE représente la seule alternative, que vous le vouliez ou non. Une alternative qui n’est pas parfaite, je ne suis pas idolâtre non plus. Mais pragmatique : entre deux maux, mieux vaut choisir le moindre.
            Mes salutations, Mr Phyrros.  


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 27 avril 2014 10:58

            ATTENTION POUTINE  L’ ARMEE EUROPEENNE EST LA AVEC SES 1200 SOLDATS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


            sont t ils tous armés ??????????????????????????OU ADMINISTRATIFS ???

          • volpa volpa 28 avril 2014 08:20

            Les USA sont le relais de l’abbé Pierre alors ?


          • Robert GIL ROBERT GIL 24 avril 2014 10:14

            L’establishment politique américains est en train de déchaîner un nouveau déluge de propagande de guerre, cette-fois contre la Russie. Comme dans le cas des conflits en Serbie, en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, les médias américains sont en train de déverser des mensonges éhontés sur la crise en Ukraine. Comme d’habitude, rien n’est examiné avec objectivité, aucune preuve n’est fournie pour justifier les accusations portées contre l’ennemi, aucun contexte historique n’est avancé. Au contraire, on cherche à engourdir et intimider la population dans le but de vaincre l’opposition de celle-ci à une intervention militaire.......

            voir : ÉTATS-UNIS : LES INÉGALITÉS CONDUISENT A LA GUERRE


            • antyreac 24 avril 2014 15:06

              Il faudrait que tu te choisisses d’autres sources qu’un pseudo article de CCr pour être crédible.


            • claude-michel claude-michel 24 avril 2014 10:51

              Poutine à le temps..les moyens (argent-armée-ressources etc)...les USA et l’UE n’ont que des dettes et aucunes ressources ni argent et plus le temps...Plus de la moitié des 27 sont contre toutes interventions contre la Russie... !


              • jmdest62 jmdest62 24 avril 2014 10:57

                @ l’auteur

                ’....Il n’est pas pragmatique pour les Russes de doubler la mise après le coup de la Crimée, en entrant en Ukraine avec armes et bagages comme un éléphant dans un magasin de porcelaine....’

                Entièrement d’accord avec vous , il suffit d’attendre que les régions russophones(philes) du sud-est (bordant la mer d’Azov et la mer noire ) décrètent , avant fin mai , un référendum , comme en Crimée , pour se détacher du pouvoir provisoire (illégitime) de Kiev qui ne pourra que constater...L’armée Ukrainienne n’ étant pas en mesure d’intervenir

                @+


                • Baarek Baarek 24 avril 2014 12:30

                  Le partage de l’Ukraine n’est pas terminé pour sûr...

                  La propagande est distribuée à tours de bras, dans les deux camps, n’oublions pas de prendre avec des pincettes les informations qui nous arrivent. La Russie me semble néanmoins plus en position de force, car les USA n’arrivent pas à pousser leurs valets Européens pour déclencher une nouvelle guerre typée Ex-Yougoslavie...

                  Comme le disait un autre article d’AgoraVox, le gaz n’est pas la solution, mais le problème.


                  • Hijack Hijack 24 avril 2014 13:05

                    La Russie de Poutine ne s’est emparée de rien du tout ... elle a agit comme elle devait le faire. Sans les provocations Usa + ses vassaux européens, même la Crimée serait ukrainienne à l’heure qu’il est.
                    .
                    Bref, les USA provoquent et fanfaronnent ... en faisant semblant d’être encore importants, style, comme on l’entend aux infos chez nous « les Usa haussent le temps, Obama ... hausse le temps et prévient de nouvelles sanctions ... Kerry ... bla bla bla » ... personne n’est dupe ! Le problème n’est pas la Russie de Poutine, ni de Poutine, mais de la position des peuples en Europe, aidés par leurs médias ridiculement aux ordres, de croire tout et n’importe quoi venant de chez l’oncle Sam (ou pour aller plus loin ... de ses donneurs d’ordres).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Francois SERANT


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès