Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Kirghizistan raconté par les médias

Le Kirghizistan raconté par les médias

Que se passe-t-il réellement au Kirghizistan ? Quels sont les enjeux politiques des affrontements ? Quels sont les intérêts des grandes puissances dans cette région ? Autant de questions qui restent sans réponse à la lecture des médias dominants qui, comme d’habitude, réduisent la complexité du monde à des formules univoque
 
Tous les médias dominants usent et abusent de l’expression "violences ethniques" [1] pour caractériser les conflits dans les ex-colonies ou dans les pays qui ont échappés à la "mission civilisatrice" de l’Europe.
 
Il est vrai que, en matière de violences ethniques, la civilisation occidentale peut donner des leçons à ces barbares. Elles ont fait environ 183000 morts en 1870, environ 20 millions de morts entre 1914 et 1918 et de 50 à 60 millions de morts entre 1939 et 1945.
 
 Quant il s’agit de caractériser les conflits qui déchirent la Belgique (membre de la Communauté Européenne), les médias dominants ne parlent pas de "violences ethniques", mais de "conflit linguistique". Bel euphémisme quand on sait que la Belgique est au bord de l’implosion ! [3]
 
Les médias dominants reprennent aussi en boucle les déclarations du mystérieux politologue (titre qui ne veut rien dire) Sergueï Massoulov [2] qui affirme, sans preuves, que les violences "sont l’oeuvre de groupes criminels organisés", "provoquées par la mafia" et "l’ancien président déchu, Kourmanbek Bakiev". Même Lutte Ouvrière crédite cette interprétation de faits qui ne sont toujours pas clairement établis.
 
Les médias dominants se complaisent dans l’injonction compassionnelle en faveur d’une "situation humanitaire dramatique". Les chiffres les plus fantaisistes circulent. Roza Otunbaïeva annonce plus de 2000 morts alors que le ministère kirghiz de la Santé n’a compté que 214 morts au 22 juin. L’OMS, experte en manipulations médiatiques (voir l’affaire de la grippe A(H1N1)), prétend qu’il y aurait 1 million de réfugiés sans dire d’où vient ce chiffre. L’ONU a lancé un appel de 71 millions de dollars auprès des pays donateurs.
 
Personne ne s’interroge sur cet empressement des organisations humanitaires à débarquer au Kirghizistan alors que les Palestiniens de Gaza ne bénéficient toujours pas de l’aide internationale plus d’un an après le massacre de 1 315 Palestiniens par l’armée israélienne.
 
Les médias dominants ne s’appesantissent pas sur le fait que le Kirghizstan abrite une base américaine à Manas, "indispensable pour mener la guerre en Afghanistan". Il est vrai que la Russie possède aussi une base militaire qui lui permet de maintenir son influence dans la région et que certains l’incitent à s’impliquer comme la France l’a fait en Afrique. La Chine, quant à elle, construit un vaste réseau autoroutier et ferroviaire pour contrebalancer sinon contrecarrer la présence militaire américaine en Asie centrale [4.
 
Les médias dominants, curieusement, ne disent rien de l’enjeu politico-religieux qui explique pourtant la Sainte-Alliance entre les États-Unis, la Russie et la Chine pour contenir l’influence d’organisations dites "terroristes" comme le Hizb ut-Tahrir, organisation pourtant non-violente qui dénonce la corruption des pouvoirs en place et prône leur renversement. Très actif en Ouzbékistan, ce groupe est aussi présent au Kirghizistan et précisément à Och [5].
 
Pour tenter de comprendre ce qui se passe réellement au Kirghizistan, les enjeux politiques des affrontements et les intérêts des grandes puissances dans cette région, mieux vaut lire quelques ouvrages documentés :
 
  • BIARNÈS Pierre, Pour l’empire du monde - Les Américains aux frontières de la Russie et de la Chine, Ellipses, 2003.
  • DJALILI Mohammad-Reza et KELLNER Thierry, Géopolitique de la nouvelle Asie centrale - De la fin de l’URSS à l’après-11 septembre, PUF, 2003.
  • PIATIGORSKY Jacques et SAPIR Jacques (dirigé par), Le Grand Jeu XIXe siècle - Les enjeux géopolitiques de l’Asie centrale, Autrement, 2009.
  • POUJOL Catherine, Dictionnaire de l’Asie centrale, Ellipses, 2001.
 
 
Serge LEFORT
Citoyen du Monde
 

[1] Voir articles via Google ou Yahoo !.
[2] Le nom de Sergueï Massoulov apparaît pour la première fois dans une dépêche AFP. Ses propos sont repris par tous les médias sans que personne ne s’interroge sur l’identité de ce personnage et la crédibilité de cette source.
[3] Seul un site d’Abidjan ose titrer avec ironie "Belgique : Bataille Flamands-Wallons - Guerre ethnique au cœur de l’Europe".
Lire aussi :
• La question linguistique en Belgique, Université Laval Québec.
• Problèmes linguistiques et État fédéral belge, Atlas historique.
• La question linguistique au Kirghizistan, Université Laval Québec.
[4] Lire notamment :
• Manas : la base américaine du Kirghizistan, France Soir, 16/06/2010.
• Moscou doit prendre ses responsabilités, Courrier International.
• ENGDAHL F. William, La Russie et l’avenir du Kirghizistan, Voltaire.
• ENGDAHL F. William, La Chine et l’avenir géopolitique du Kirghizistan, Voltaire.
[5] RASHID Ahmed, Enquête sur une organisation secrète, Courrier International n°591, 28/02/2002.

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Inca Inca 24 juin 2010 12:35

    Merci pour votre article et votre analyse.

    Vous montrez bien le rôle géostratégique détenu par le Kirghistan, pays ayant une frontière avec la Chine et habitant une base militaire russe et une américaine.

    Le traitement médiatique ne peut être que biaisé. L’objectif étant d’ethniciser tout conflit pour justifier d’éventuels interventions aux yeux du public. Cela rappelle étrangement la Yougoslavie.

    Pour avoir une lecture complète des évènements, il faudrait tenir compte de tous les points de vue. A ce propos, je recommande vivement les analyses de F. William Engdahl :

    Le Kirghizistan, un pivot géopolitique
    La Chine et l’avenir géopolitique du Kirghizistan
    La Russie et l’avenir du Kirghizistan


    • Inca Inca 24 juin 2010 12:39

      erratum :
      « ...et abritant une base... »


    • Serge LEFORT Serge LEFORT 25 juin 2010 19:01

      A propos de l’ethnicisation des conflits, je recommande cet article : The ethnicisation of violence in Southern Kyrgyzstan.


    • eric 25 juin 2010 04:47

      Enfin une vraie info sur le Kirghizistan !

       

      Aux questions posées en exergue de l’article, qu’est ce qui se passe là bas, etc, on obtient enfin des réponses précises

      1) nos medias dominants sont dominés

      2) L’occident a connu des violences ethniques, notamment en 1870

      3) Le conflit politique entre belges flamands francophones et belges flamands néerlandophones est en réalité une « violence ethnique ».

      4) Les médias dominant et lutte ouvrière ne parlent pas russe et l’auteur non plus : politologue est l’expression locale qu’ils ne sont pas donné la peine d’expliquer

      5) L’auteur ne connaît pas l’Unrwa, premier employeur entre autre à Gaza : il pense qu’il n’y a pas d’aide humanitaire à Gaza, et qu’il n’y aurait eu « que » 1315 palestiniens tués par l’armée Israélienne, cherchant sans doute à minorer les crimes de cette dernière. Pourquoi ? Au service de quelle grande puissance ? http://www.unrwa.org/etemplate.php?id=659

      6) L’organisation Islamique d’origine jordanienne qui appelle au renversement des gouvernements insuffisamment islamistes et à la vengauce contre les croisés américains et les polythéistes indiens est « en fait » non violente.

      7) Enfin, scoop enfin révélé malgré les médias dominants ! Les grandes puissances ont des politiques de grande puissance, ce qui est très pratique car cela permet de les critiquer quand elles interviennent comme quand elles n’interviennent pas.

       

      Et les Kirghizes dans tous cela ?

       

      Très honnêtement, l’auteur conclu que si on veut comprendre quelque chose à la situation là bas, il vaut mieux se référer à des ouvrages spécialisés.

       

      Dont acte !


      • Serge LEFORT Serge LEFORT 25 juin 2010 18:53

        Je n’ai pas bien compris où vous vouliez en venir d’autant que vous me faites dire le contraire de ce que j’ai écrit (point n°5)...


        Je vous invite à lire l’agence Ferghana.Ru en anglais au cas où nous ne pourriez pas lire le russe ou l’ouzbek 

      • eric 25 juin 2010 20:01

        Je veux en venir au fait que cet article ne parle pas du Kirghistan, mais constitue une profession du foi au terme de la quelle on comprend vaguement que vous devez être alter écolo bio auto bio self tout seul par vous même dégradables, ennemi de l’occident, sympathisant de certains islamistes farouchement anti israélien, et fervent des théories des complots. On aurait écrit Soudan Ou Bouldikistant en titre, le contenu n’aurait pas été très différent.
        Quand au point 5, je m’offre votre physionomie, car le chiffre de l’unrwa est très légèrement supérieur au votre, et dans votre logique, j’en conclu à une intention délibéré, nécessairement à la solde de quelque pouvoir occulte, mais certainement ultra libéral et occidental.

        Quant au site ferghana.ru, ce sont visiblement des guignols. Ils s’interrogent sur les raisons des difficultés de transit ferroviaire entre tadjikistan et Kirghizie. J’étais hier avec le représentant du gosnab khirgiez à Moscou qui lui l’expliquait très bien et de par le fait d’un manière assez proche que celle des analyses que vous dénoncez comme partisanes. Comme lui c’est son beafsteak qui est en jeu , je pense qu’il a de bonne raison de regarder en face la réalité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès