Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Norman Finkelstein sur Gaza : Le droit est du coté du Hamas

Norman Finkelstein sur Gaza : Le droit est du coté du Hamas

Human Rights Watch blanchit Israël, le droit est du côté du Hamas

Quelques réflexions sur le dernier massacre d’Israël 

 

20 juillet 2014, par Norman G. Finkelstein 

 

Article original : http://normanfinkelstein.com/2014/are-hamas-rocket-attacks-illegal/ 

 

Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

 

 

Kenneth Roth, Directeur exécutif de HRW, s’exprimant lors de la Conférence sur la sécurité de Munich en 2012.

 

[L’analyse et les données de cet article se réfèrent à la période antérieure à l’invasion terrestre israélienne.]

Le 7 Juillet 2014, Israël a déclenché l’opération « Bordure protectrice » contre Gaza. Lorsque l’invasion terrestre a été lancée le 18 juillet 2014, Israël avait déjà tué 230 Palestiniens de Gaza, dont 75 pour cent (171) étaient des civils et 20 pour cent (48) des enfants, blessé plus de 1700 personnes, et détruit ou rendu inhabitables des centaines de maisons, laissant plus de 10,000 habitants de Gaza sans abri. De l’autre côté, selon des mises à jour quotidiennes, les projectiles palestiniens avaient tué un civil israélien, blessé 18 d’entre eux, et endommagé trois maisons israéliennes. Il est difficile de concevoir un bilan plus disproportionné pour une prétendue « guerre ».

Néanmoins, Human Rights Watch (HRW – organisation de défense des droits de l’homme), dans son décompte légal, n’a pas seulement rééquilibré, mais bel et bien inversé le bilan. Elle n’a jamais accusé explicitement Israël de crimes de guerre, alors que son premier communiqué de presse accusait déjà le Hamas d’avoir commis des crimes de guerre. Si, effectivement, HRW avait interprété fidèlement les lois de la guerre, la seule conclusion rationnelle serait que ces lois sont en faillite morale et dignes du mépris de tous : elles ne distilleraient pas les réalités morales de la guerre, mais bien plutôt les défigureraient scandaleusement, en exonérant les principaux auteurs de crimes de guerre. Mais HRW a-t-elle interprété fidèlement les lois de la guerre, ou est-ce que cette influente organisation de défense des droits de l’homme a donné à Israël un feu vert pour commettre des crimes de guerre à une échelle encore plus massive lors de l'invasion terrestre ? Considérons les données.

 

Israël

 Dans son premier communiqué de presse du 9 juillet 2014, « Tirs de roquettes palestiniens indiscriminés ; Les frappes aériennes menées par Israël semblent être une forme de punition collective » [version française ici], Human Rights Watch a déclaré que « les attaques menées par Israël contre des maisons semblent constituer une forme de punition collective violant le droit international. » Dans son second communiqué de presse du 16 juillet, « Des frappes aériennes illégales tuent des civils à Gaza ; Les bombardements de bâtiments civils semblent avoir violé les lois de la guerre » [version française ici], HRW a déclaré que « Des attaques aériennes menées par Israël dans la bande de Gaza ont apparemment visé des structures civiles et tué des civils, en violation des lois de la guerre. Israël doit mettre fin aux attaques illégales qui ne sont pas dirigées contre des cibles militaires et qui pourraient être conçues comme une forme de punition collective, ou visant à détruire massivement des biens civils. » HRW a ensuite procédé à la définition légale de la signification des crimes de guerre, mais a habilement évité d’accuser Israël d’en avoir commis.

Dans ces déclarations, HRW a doublement pris ses distances par rapport à l’allégation de crimes de guerre israéliens : premièrement, en relativisant le poids des preuves incriminantes par des qualificatifs nuancés – « apparaît », « pourrait », « apparent », « peut-être » ; deuxièmement, en répugnant à incriminer explicitement Israël de crimes de guerre et en se cantonnant plutôt à des charges plus ou moins vagues – « punition collective », « violation des lois de la guerre », « attaques illégales ». Une telle prudence nous laisse perplexes à la lumière des éléments de preuve recueillis par HRW elle-même.

En conformité avec les principes du droit international, HRW a déclaré que « indiscriminées ou ciblées », « délibérées ou imprudentes », les attaques dirigées contre des civils ou des structures civiles constituaient des « crimes de guerre ». Puisque Israël a une politique déclarée de ciblage des maisons de civils et que 75 pour cent des victimes sont des civils, Israël, à première vue, a commis des crimes de guerre. Pourquoi HRW n’est-elle pas parvenue à cette conclusion ?

Tout en reconnaissant qu’Israël ciblait des maisons de militants du Hamas « qui ne servent pas un but militaire immédiat », HRW a dénoncé ces attaques ciblées contre des structures civiles comme une simple « punition collective ». Par contraste, dans un communiqué de presse du 11 Juillet, « L’ONU doit imposer un embargo sur les armes et mandater une commission d’enquête internationale alors que le nombre de morts civils augmente », Amnesty International a déclaré de manière très directe et sans équivoque que le ciblage par Israël des maisons des militants du Hamas, n’apportant pas de « contribution effective à l’action militaire... constitue un crime de guerre et s’apparente également à une punition collective contre les familles. »

HRW a enquêté sur quatre frappes israéliennes sur Gaza qui ont entraîné la mort de civils. A chaque fois, ils n’ont trouvé « aucune preuve » et « l’armée israélienne n’a présenté aucune preuve » qu’Israël « attaquait des objectifs militaires légitimes ou prenait des mesures pour minimiser les pertes civiles ». HRW a également fait observer que « Israël a illégitimement revendiqué comme une politique systématique que les membres civils du Hamas ou d’autres groupes politiques qui n’ont aucun rôle militaire sont des ‘terroristes’ et donc des cibles militaires valides » (souligné par nous). « La rhétorique d’Israël parle systématiquement de la ‘précision’ de ses attaques, a déclaré la directrice de la division Moyen-Orient de HRW dans le deuxième communiqué de presse, mais il est difficile d’utiliser ce mot pour des frappes qui touchent des cibles non militaires et qui tuent de nombreux civils. » Si, en l’occurrence, les « attaques précises » d’Israël ont tué des civils en l’absence de tout objectif militaire, ne constituent-elles pas précisément des crimes de guerre ?

« Israël a lancé 1 800 raids aériens dans l’une des zones les plus densément peuplées de Gaza », a fait observer le respecté Raji Sourani, avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme et fondateur du Centre palestinien pour les droits de l’homme. « C’est une honte qu’Israël et la communauté internationale permettent que de telles choses se produisent. Ce sont des crimes de guerre, tout simplement. » C’est vraiment aussi simple que cela, et il est plus que honteux que HRW, par ses conclusions légales en sourdine, permette que cela se produise. 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_8615.jpg

"C'est la faute au Hamas !", par Carlos Latuff, 2009

 

Les groupes armés palestiniens

« Les tirs de roquettes palestiniens sur Israël semblent être indiscriminés ou cibler les centres de population civile », a déclaré le premier communiqué de presse de HRW, « ce qui constitue des crimes de guerre ». Sur ce point, Amnesty International souscrit. Mais est-ce que les tirs de projectiles du Hamas (utilisé ici comme un raccourci pour désigner tous les groupes armés palestiniens) constituent vraiment des crimes de guerre, ou sont-ils seulement illégaux ? En fait, la loi est souvent plus ambiguë que ce à quoi on pourrait s'attendre.

Le droit international interdit à une puissance occupante d’utiliser la force pour réprimer la lutte pour l’autodétermination, alors qu’il n’interdit pas à un peuple qui lutte pour l’autodétermination de recourir à la force [1]. La Cour internationale de justice (CIJ) a déclaré dans son opinion consultative de 2004 que les droits du peuple palestinien « incluent le droit à l’autodétermination », et que « Israël est tenu de se conformer à son obligation de respecter le droit du peuple palestinien à l’autodétermination. » Par conséquent, Israël n’a pas le droit d’utiliser la force pour réprimer la lutte palestinienne pour l’autodétermination. Israël ne peut pas non plus prétendre que, parce que cette lutte pour l’autodétermination se déroule dans le cadre d’une occupation, il a légalement le droit, en tant que puissance occupante, de recourir à la force pour implémenter l'occupation tant qu’elle se perpétue[2]. En 1971, la CIJ a jugé que l’occupation par l’Afrique du Sud de la Namibie était devenue illégale parce qu’elle avait refusé de mener des négociations de bonne foi pour mettre fin à l’occupation. Il est incontestable qu’Israël a refusé de mener des négociations de bonne foi pour mettre fin à l’occupation du territoire palestinien. D’après le précédent de la Namibie, l’occupation israélienne est également illégale. Le seul « droit » auquel Israël peut prétendre – d’après les termes des États-Unis au moment du débat sur la Namibie – est « de retirer son administration... immédiatement et ainsi mettre un terme à son occupation » [3].

Bien qu’il revendique le droit à la légitime défense contre les projectiles du Hamas, en réalité, Israël s’arroge le droit de maintenir l’occupation. Si Israël cessait d’utiliser la force pour réprimer la lutte palestinienne pour l’autodétermination, l’occupation prendrait fin, et les tirs de projectiles cesseraient. (Si elles ne s’arrêtaient pas, la situation légale serait, bien sûr, différente.) S'il mettait fin à l’occupation, Israël n’aurait pas besoin d’utiliser la force. Le refrain selon lequel Israël a le droit à la légitime défense est un leurre : la vraie question est, Israël a-t-il le droit d’utiliser la force pour maintenir une occupation illégale  ? La réponse est non.

On pourrait dire que, même si Israël ne peut pas utiliser la force pour réprimer la lutte palestinienne pour l’autodétermination, l’utilisation indiscriminée de projectiles par le Hamas et son ciblage des civils israéliens constituent toujours des crimes de guerre. Ici, il est utile de rappeler d’abord une autre instance du deux poids deux mesures flagrant de HRW. En 2008, HRW a publié un rapport intitulé Inondation du Sud Liban : l’utilisation par Israël de bombes à sous-munitions au Liban en juillet et août 2006. Le rapport a établi qu’Israël a largué rien moins que 4,6 millions de bombes à sous-munitions sur le sud du Liban pendant la guerre de 2006. C’était, selon les mots de HRW, « l’utilisation la plus large de sous-munitions dans le monde depuis la guerre du Golfe en 1991 », tandis que par rapport à la taille de la zone ciblée, la densité de l’attaque était absolument sans précédent. Quelque 90 pour cent de ces sous-munitions ont été larguées au cours des trois derniers jours, « alors qu’Israël savait qu’un règlement était imminent » (HRW), la résolution de cessez-le-feu de l’ONU ayant déjà été adoptée mais n’étant pas encore entrée en vigueur. Mais bien que constatant qu’Israël avait commis des « violations massives » des lois de la guerre, HRW n’est pas allée au-delà de la déclaration selon laquelle le recours massif par Israël à des bombes à sous-munitions a « peut-être constitué un crime de guerre dans certains lieux ». Pourtant, les preuves assemblées par HRW elle-même montraient que les bombes à sous-munitions sont des armes indiscriminées ; que les bombes à sous-munitions utilisées par Israël étaient, selon les propres termes de HRW, indiscriminées ; et que les bombes à sous-munitions ont été utilisées de manière indiscriminée et ont délibérément ciblé des centres de population civile.

Ce qui constitue une arme indiscriminée n’est pas établi de manière tout à fait claire. La norme apparente est une norme relative fixée par la technologie disponible : si une arme existante a une forte probabilité de frapper sa cible, alors toutes les armes ayant une probabilité significativement plus faible peuvent être considérées comme indiscriminées. Mais d’après cette norme, seuls les pays riches ou les pays assez riches pour acheter des armes de haute technologie auraient le droit de se défendre contre des attaques aériennes de haute technologie. Ce serait là une curieuse loi qui nierait la raison d’être même du droit, à savoir la substitution du droit à la force.

HRW a fait valoir que, même si ses civils sont ciblés sans relâche, un peuple n’a pas le droit de procéder à des « représailles belligérantes », c’est-à-dire de cibler délibérément les civils de l’Etat adverse jusqu’à ce qu’il cesse ses exactions. « Quelle que soit l’origine exacte de cette dernière vague de violence, toute attaque visant des civils constitue une violation des normes fondamentales du droit international humanitaire » [version française ici] a déclaré le Directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW dans le premier communiqué de presse. « Toutes les attaques – y compris celles menées en guise de représailles – qui visent directement des civils ou sont menées de manière aveugle sont clairement interdites par les lois de la guerre.  » Pas du tout. Le droit international n’interdit pas – pas encore, du moins – les représailles armées [4]. Les États-Unis et la Grande-Bretagne, entre autres, ont fermement défendu le droit pour un État d’utiliser des armes nucléaires à titre de représailles belligérantes [5]. Selon cette norme, les habitants de Gaza ont certainement le droit d’utiliser des projectiles de fortune pour mettre fin à un blocus israélien illégal, impitoyable et imposé depuis sept longues années ou à des bombardements criminels par Israël de la population civile de Gaza. En effet, dans son avis consultatif historique de 1996 sur la légalité des armes nucléaires, la CIJ a jugé que le droit international n’est pas arrêté sur la légalité pour un État d’utiliser des armes nucléaires quand sa « survie » est en jeu. Mais si un État peut avoir le droit d’utiliser des armes nucléaires lorsque sa survie est en jeu, alors très certainement un peuple qui lutte pour l’autodétermination a le droit d’utiliser des projectiles de fortune quand il a été soumis à une mort lente par un blocus prolongé et des massacres récurrents commis par un État déterminé à maintenir son occupation.

On peut légitimement s’interroger sur la prudence politique de la stratégie du Hamas. Mais la loi n’est pas sans ambiguïté contre lui, tandis que les échelles de la morale pèsent en sa faveur. Israël a imposé un blocus brutal contre Gaza. 95 pour cent de l’eau dans la bande de Gaza est impropre à la consommation humaine. A tous les égards, le peuple palestinien soutient maintenant les combattants qui mènent des représailles belligérantes contre Israël. Dans la bande de Gaza, ils préfèrent mourir en résistant que de continuer à vivre sous un blocus inhumain. Leur résistance est essentiellement symbolique, car les projectiles de fortune causent peu de dommages. La question ultime est donc celle-ci : est-ce que les Palestiniens ont le droit de résister symboliquement à une mort lente ponctuée par des massacres périodiques, ou doivent-ils se coucher et mourir ?


________________________________________
 [1] Le droit international est soit neutre soit favorable (les spécialistes ne sont pas d’accord) au droit d’un peuple qui lutte pour l’autodétermination à utiliser la force. James Crawford, The Creation of States in International Law, second edition (Oxford : 2006), pp. 135-37, 147 ; Heather A. Wilson, International Law and the Use of Force by National Liberation Movements (Oxford : 1988), pp. 135-36 ; A. Rigo Sureda, The Evolution of the Right to Self-Determination : A study of United Nations practice (Leiden : 1973), pp. 331, 343-44, 354.

[2] Yoram Dinstein, The Conduct of Hostilities under the Law of International Armed Conflict (Cambridge : 2004), pp. 35, 94.

[3] Voir Norman G. Finkelstein et Mouin Rabbani, How to Solve the Israel-Palestine Conflict (à paraître en 2015).

[4] Jean-Marie Henckaerts et Louise Doswald-Beck, Customary International Humanitarian Law, Volume 1 : Rules (Cambridge : 2005), p. 523 ; A. P. V. Rogers, Law on the Battlefield, second edition (Manchester : 2004), p. 235.

[5] Legality of the Threat or Use of Nuclear Weapons (8 July 1996) – Lettre datée du 16 juin 1995 du Conseiller juridique du Ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, avec des observations écrites du Royaume-Uni ; Lettre datée du 20 juin 1995 du Conseiller juridique par intérim du Département d’État, accompagnée de l’exposé écrit du Gouvernement des États-Unis d’Amérique ; Déclaration orale du représentant des États-Unis (15 novembre 1995) ; Opinion dissidente du vice-président Schwebel. La CIJ, pour sa part, a choisi de ne pas se prononcer sur la légalité des actes de représailles, paragraphe 46.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 juillet 2014 13:02

    Quand vous accordez votre clientele a une entreprise dont les proftis contribuent à financer les bombes qu tuent les enfants de Gaza vous etes complice d’un crime conre l’humamité. Diffusez ce message.


    Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 juillet 2014 13:02

      Quand vous accordez votre clientele a une entreprise dont les proftis contribuent à financer les bombes qu tuent les enfants de Gaza vous etes complice d’un crime conre l’humamité. Diffusez ce message.


      Pierre JC Allard

      • Je Me Souviens Je Me Souviens 25 juillet 2014 15:34

        Je vous rappelle qu’au Canada nous finançons tous un petit peu ces bombes en acceptant que 75% de notre panier d’épicerie soit casher.
        Pour preuve,un reportage de Radio Canada.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 juillet 2014 19:03

        J’en suis bien conscient mais ne confondon pas une politique domestique de seduction d’un électorat cachere ou halal avec la contribution arrqché parfois de facon teu subile par les groupement qui financent israel. Au Canada, il faut bien sûr voter contre Harper qui nous a déshonorés depuis des années, mais procéder IMMEDIATEMENT, aussi, au boycott sine die des commerces qui contribuent au financement des activité d’Israel  Ne vendez pas votre âme pour economiser 30 deniers. 


         PJCA

      • Je Me Souviens Je Me Souviens 25 juillet 2014 20:09

        Je pense que vous n’avez pas compris le sens de mon commentaire.
        Je ne pratique pas une sorte de racisme nutritionnel,le fait que mon ketchup soit casher ne m’empêchera d’en mettre sur mes frites.Ce que je trouve inadmissible est que ce soit vous et moi qui payons pour que le ketchup soit casher.


      • antyreac 25 juillet 2014 18:32

        Beaucoup des palabres inutiles 

        car si regarde de près dans cette affaire on s’aperçoit rapidement que c’est bien Israël qui est la victime
         des nazis de Gaza qui ont commencé la confrontation avec l’état d’Israël en lançant les roquettes sur ce pays.

        • nanard 25 juillet 2014 19:06

          Antyreac, qui a commencé à coloniser la Palestine ? Israel aurait du rester dans les limites définies après-guerre et non s’étendre jusqu’à réduire à presque rien le territoire palestinien. Donc, oui, les israéliens sont victimes du Hamas, surtout ceux qui veulent vivre en pais, mais d’autres, les extrémistes, souhaitent rayer les palestiniens de la carte. Toute ce que je constate c’est que les victimes sont les gens qui veulent vivre en paix, peu importe leur nationalité ou leur religion, car oui, ce n’est pas un peuple contre un autre, mais des extrémistes contre d’autres extrémistes. Et ne parlez pas de nazisme, ça n’a rien à voir.


        • antyreac 25 juillet 2014 19:21

          N’importe quoi

          Les violences des palestoches ont commencé dès la naissance de l’état d’Israël et périodiquement depuis cette date Israël a connus des violences de la part des palestoches et arabes en général
          Le problème pour ces gens violents ce que les israéliens savent parfaitement se défendre et régulièrement les palestoches se payent une raclée

        • tf1Groupie 25 juillet 2014 19:25

          Et les violences des colonisateurs juifs avaient commencé 2 décennies avant la création d’Israel

          Tu me fais penser à Moshe Dayan mon pauvre antyreac : tu ne vois que d’un côté !


        • lermontov lermontov 25 juillet 2014 19:32

          @ troll de sion

          Tu dis n’importe quoi. Des affrontements entre Palestiniens et Juifs avaient lieu bien avant et c’est bien pour cela qu’il y a eu le plan de partage. Ce que tu appelles création de l’état d’Israël est une salade révisionniste ; l’état d’Israël a été crée auparavant, c’est l’objet même du plan de partage (création de deux entités) mais en 48, Israël a proclamé son indépendance, ie a rompu le contrat tacite soustendant le plan de partage.
          Les violences ont commencé de ce fait : Israel ne reconnaissant plus le plan de partage (ie devenant souverain) n’était plus tenu par les devoirs impliqués par ce plan de partage. En particulier les questions territoriales.
          L’origine du problème israelo-palestinien est là.


        • OMAR 25 juillet 2014 20:52

          Omar33

          antyreac

          15 gosses viennent d’être froidement assassinés par vos compères, et cela dans une école qui, plus est, de l’ONU...
          http://www.dailymotion.com/video/x222136_gaza-15-palestiniens-refugies-dans-une-ecole-de-l-onu-tues_news

          Mais vous l’avez déjà écrit.
          Ce drame va plutôt vous faire bander...
          Pauvre type....


        • antyreac 25 juillet 2014 21:07

          Pourtant vous avez déjà écrit :

          je suis l’homme le plus con du monde et je me soigne chez un médecin juif qui me prescrit les médicaments qui me rende encore plus con et j’aime ça

          pauvre type....

        • lermontov lermontov 25 juillet 2014 21:21

          @ Zion troll

          Ah oui, j’ai entendu parler de ce grand médecin viennois. Freud, c’est ça ?

          Au fond, m^me problématique que Werner. Vous aussi c’est lié à la ’faissée’. ?


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 juillet 2014 21:28


          @antyeac
          -
          Michèle Sibony (Vice-présidente de l’Union Juive Française pour la Paix) démonte la propagande sioniste sur LCI
          -
          Depuis la guerre des six jours en 1967, depuis 47 ans, l’état israélien occupe la bande de gaza ainsi d’autres territoires palestiniens.
          -
          Quel est la stratégie Israélienne ?
          Israël qui est un état nationaliste, occupe une grande partie des territoires palestiniens et fait jouer la montre. Après plusieurs générations, de temps d’occupation, Israël pourrait y dire dans 53 ans : Regardez ça fait 100 ans que nous « vivons ici » donc cette terre nous appartiens légitimement ! 
          -
          Les voleurs des terres et de vies jouent un jeu macabre !
          -
          Vous confondez victimes et bourreaux !
          Au 16ème jour de l’offensive israélienne, 798 palestiniens ont été tués, donc un grande majorité de civils. Du coté israéliens on compte la mort de 35 soldats et 3 civils.
          -
          Israël est à l’origine des problèmes, vous confondez agresseurs et agressées !
          -
          Les victimes sont en premier ligne les palestiniens !
          -
          — début de citation —
          « ...des nazis de Gaza qui ont commencé la confrontation avec l’état d’Israël en lançant les roquettes sur ce pays. »
          — fin de citation —
          -
          Vous osez de traiter les palestiniens qui se battent pour leur terre et contre le blockhaus des « nazis de Gaza » ?
          -
          Vous devez vous poser la question :
          Pourquoi il y à de tir de roquettes tous les jours ?
          -
          Nous avons à faire à un territoire densément peuple.
          Plus 1,5 million de personnes assiégé depuis 7 ans, 7ans des siège et du blockhaus ! Blockhaus déclaré illégale par toute la communauté internationale qui na pas levé le petit doit pour l’interrompre !
          -
          Nous sommes en cette année entrent de « fêter » le triste anniversaire de 7 ans de siège et nous sommes entrent de « fêter » un autre triste anniversaire, celui de dix ans de l’arrêté de la cours internationale de justice déclarent la construction du mur de séparation par Israël illégale.
          -
          A coté de cette situation, qui est une situation, d’oppression, une répression coloniale, notre président (F. Hollande - très proche du CRIF), comme vous, ne trouvent rien d’autre à dire que c’est Israël la victime !
          -
          Le gouvernement d’Israël à décrété de éradiquer le HAMAS !
          Mais pourquoi ?
          -
          Il faut prendre un minimum de chronologie « quand même ».
          Nous avons eu après l’échec des négociations, la construction d’un gouvernement d’Union nationale avec Mahmoud Abbas pour l’autorité palestinienne incluent le HAMAS et prévoyant de ramener GAZA au sein de la Palestine, car GAZA est exclus et complètement mise à écart.
          -
          A partir de ce moment la que à dit le gouvernement de Benyamin Netanyahou ?
          Il à dit qu’il n’accepte pas, alors les États-Unis et l’Union européenne ont accepté le gouvernement de l’Union nationale et Benyamin Netanyahou à dit qu’il attaquerai le HAMAS !
          -
          Le premier prétexte à été la capture des trois colons, que le HAMAS na jamais revendique et si ça se trouve il (Le HAMAS) n’y à rien avoir avec cette affaire, beaucoup de gens le disant aujourd’hui !
          -
          Je ne sais pas, mais cet assassinat des trois colons me fait étrangement penser à l’attentat de l’AMIA qui été une attaque à la « dite voiture piégée » (version décontesté par beaucoup de monde) qui à eut lieu le 18 juillet 1994 et a détruit un bâtiment abritant plusieurs associations ou organisations juives (dont l’Association mutuelle israélite argentine AMIA), faisant 84 morts et 230 blessés à Buenos Aires. Perpétré sous la présidence de Carlos Menem (1989-1999), c’est l’attentat à la bombe le plus meurtrier commis sur le sol argentin. D’arrière cet attentat on soupçonne la main des services secrets Israéliens avec l’intérêt de rompre les relations commerciales entre l’Argentine et l’IRAN ... une question du nucléaire ... Je vous invité à regarder à ce sujet ce filme AMIA REPETITA

          Il ne faut pas oublier à activer le « sous-titrage » - deuxième bouton en bas à droite du player de youtube pour visionner le filme


        • lermontov lermontov 25 juillet 2014 21:36

          [@ Oduro Binet

          Comme je te croise : excuse-moi, mais je t’ai parlé durement une fois alors que je t’avais en réalité lu complètement de travers. Aussi, je te prie d’accepter mes excuses. Tu ne t’en rappelles pas peut-être ou n’as pas relevé à l’époque mais bref. Ce n’est pas juste.]


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 juillet 2014 00:52

          Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, savait que les 3 israéliens n’avaient pas été tués par le Hamas de le début de l’enlèvement
          -
          La vidéo du lien haut dessus est en allemand.
          -
          dans cette vidéo il est dit que au moment de l’enlèvement un des des trois israéliens à puis lancer un appel téléphonique de détresse pour signaler l’enlèvement ... quelques secondes après on pouvait y attendre une dizaine de détonations (armes avec silencieux) ... Seulement quelques kilomètres de l’enlèvement les autorités israéliennes ont trouve une voiture calcinée avec des douilles et une très grande quantité de sang ceci à peine une heure plus tard !
          -
          Les autorités israéliennes ont été au courent
          de l’enregistrement (l’appel de détresse) ceci donc depuis le début !
          -
          Le Shin Bet savait qu’il ne s’agissait plus d’un enlèvement mais des meurtres !!!
          -
          Mais toute cette information à été volontairement retenue durant deux semaines ... les médias israéliens ont eu l’interdiction d’en parler ... regarde la vidéo ... je sais c’est en allemand ... mais je vous ai traduit l’essentiel.
          -
          On devine pourquoi le gouvernement Israélien à menti à la population et aux familles des victimes en faisant croire que les 3 juifs été encore en vie !
          -
          Sous le prétexte de chercher « les trois israéliens enlevé » l’armée israélienne à lancée une grande offensive militaire à Gaza ...

          Les autorités israéliens ont exploite cette affaire de manière scandaleuse et criminelle, en prétextant que ses assassinats été attribué au HAMAS, sans enquette aucune !
          -
          Le sionisme à une nouvelle fois frappé, frappé sur des nombreuses victimes plus de 600 morts cotées palestinien, sans compter les blesses ou mutilées et 38 coté israéliens 35 parmi eux ont été des militaires ....
          -
          Il est étonnant que les médias français (sous contrôle sionistes) retiennent cette information sur l’attitude du Shin Bet ...
          -
          Voyez vous je prend compte des morts des deux cotées, toutes ses vies cachées, et ceci au nom d’une idéologie, le SIONISME !
          -
          Si vous voulez mieux comprendre pourquoi la paix entre Israël et la Palestine échoue lisez
          mon dernier commentaire


        • Allexandre 26 juillet 2014 11:00

          Qu’auriez vous fait si on vous avez chassé de chez vous, massacré et spolié,, Arrêtez de dire des conneries. Réfléchissez si vous en avez la capacité !!


        • nanard 26 juillet 2014 16:44

          Ah bon, à quand faites vous remonter la création de l’état israélien, votre réponse peut être intéressante.


        • Luc le Raz Luc le Raz 27 juillet 2014 15:04

          —> antyreac
          Comment justifiez vous qu’Israël se déclare comme un état
          « juif » et « démocratique » ? Que faites vous de la partie du « démos » qui n’est pas juive ? Des sous-citoyens ?
          « c’est bien Israël qui est la victime » associé à « nazis de Gaza ». Ben voyons ! Vous voulez évoquer, en sous-entendu, un p’tit coup de l’excuse « passe-partout », la shoa ?
          Ce que je constate, surtout, c’est qu’Israel et la Palestine sont aussi bornées, l’une que l’autre. smiley


        • kako 27 juillet 2014 16:14

          Il ne faut surtout pas perdre son temps à répondre à Anthyreac ; soit c’est un provocateur, soit c’est un crétin. Dans les deux cas, quel intérêt ?


        • ovni 27 juillet 2014 17:09

          Mini cours d’histoire pour les ignorants : Territoires occupés est un terme qui est faux ! Il s’agit de territoires disputés. Les anti Israel essaient de faire croire que la convention de Genève s’applique à Israel .Or pour que la Convention de Genève soit applicable, un État souverain devrait avoir été expulsé, la Palestine n´a jamais été reconnue comme un État souverain légitime et donc jamais expulsée. L’ONU quant a elle n’a aucune compétence pour fixer des frontières. La légitimité d’Israel provient de la Conférence de San Remo (Avril1920) durant laquelle les puissances alliées avaient décidé de donner à la Déclaration Balfour (de 1917) la force de loi internationale, a en fait fixé le partage du Proche Orient entre Arabes et Juifs après la chute de l’Empire Ottoman. Rappelons que ce partage, impliquant toute la Palestine pour un Foyer national juif, a été officiellement entériné en 1922 par la Ligue des Nations ,donc l’ONU de l’époque, article 80. Non seulement les Juifs étaient autorisés à s’installer dans toute la Palestine mais les Nations étaient invitées à aider les Juifs dans cette tâche nationale.vous avez dit palestine ??



        • Onecinikiou 25 juillet 2014 19:43

          Partout où, dans le champ léxical mass-médiatique de l’oligarchie impériale, les « droits de l’homme » s’ingérent et s’insinuent, vous pouvez etre sûr qu’il n’y a là que manipulation, travestissement, mensonge, et volonté de domination hégémonique.


          HRW est de toute évidence une émanation de l’Empire, au même titre que Greenpeace ou mons subtilement la Soros fondation. 

          Il suffit pour s’en convaincre de dresser la liste de tous ceux qu’ils attaquent méthodiquement et systématiquement, comparativmeent à l’indulgence coupable dont ils font preuve vis à vis de leurs maîtres : les Etats-Unis et Israël. 

          • joelim joelim 25 juillet 2014 20:08

            Formidable démonstration. J’avais des doutes concernant l’alignement anglonazi (oui ! qualificatif adéquat non ? smiley ) d’HRW, je n’en ai plus.


            Allez pour se détendre, un peu d’humour (noir) : My Birthright Summer in Israel

            • antyreac 25 juillet 2014 20:19

              C’est pourtant l’avis d’une large proportion de la population française...


            • yvesduc 25 juillet 2014 20:20

              Merci pour cette analyse très précise.


              • OMAR 25 juillet 2014 20:46

                Omar33

                Salut Sayed  :" Néanmoins, Human Rights Watch (HRW – organisation de défense des droits de l’homme), dans son décompte légal, n’a pas seulement rééquilibré, mais bel et bien inversé le bilan.".

                C’est le même scénario qu’a vécu la rapport Golstone...

                Pourtant élaboré par un juif sud-africain , ce rapport a permis à l’ONU de condamner Israël tellement les preuves étaient accablantes.
                https://video.search.yahoo.com/video/play ;_ylt=A2KLqIWipNJTWl8AjO_7w8QF ;_ylu=X3oDMTB2dDgyY2VsBHNlYwNzcgRzbGsDdmlkBHZ0aWQDVjE1NARncG9zAzE-?p=le+rapport+goldstone+gaza&vid=5cf4e1f820d20af4a8175d626412be09&l=1%3A55&turl=http%3A%2F%2Fts3.mm.bing.net%2Fth%3Fid%3DVN.608032296919367750%26pid%3D15.1&rurl=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DxNcqFB9nJew&tit=Condamnations+par+les+Nations+Unies+d%26%2339%3BISRAEL+lors+des+crimes+de+%3Cb%3EGAZA+%3C%2Fb%3E-+%3Cb%3ERAPPORT+GOLDSTONE%3C%2Fb%3E&c=0&sigr=11ahgho6v&sigt=13af6n9ae&age=0&&tt=b

                Mais sur intervention et surtout pressions et chantages des USA, ce rapport fut jeté aux oubliettes...
                http://www.debriefing.org/29259.html

                Quand on vous disait que les sionistes frelatent l’histoire impunément...


                • jaja jaja 25 juillet 2014 21:17
                  « Malgré l’interdiction, nous manifesterons notre solidarité avec les Palestiniens !

                  L’offensive meurtrière contre la bande de Gaza se poursuit, avec toujours plus de violences et de victimes. On dénombre à ce jour plus de 850 morts et 5000 blessés parmi les Palestiniens de Gaza : bombardements de quartiers d’habitation, d’hôpitaux et, hier, d’une école de l’ONU... aucune zone n’est épargnée et la population de Gaza n’a nulle part où se réfugier.

                  Dans le monde entier, l’indignation est à la hauteur de la barbarie à l’oeuvre, et des manifestations sont organisées aux quatre coins du globe. C’est dans ce contexte que les autorités ont pris la décision d’interdire à nouveau une manifestation de solidarité avec les Palestiniens, prévue à Paris ce samedi 26 juillet. De toute évidence, le gouvernement Hollande-Valls fait peu de cas des libertés démocratiques lorsqu’il s’agit de faire taire la critique de l’Etat d’Israël et de la complicité de la France. Cette grave atteinte à la liberté de manifester se produit 2 jours après le succès de la manifestation du 23 juillet, qui a réuni 25.000 personnes dans les rues de Paris sans aucun incident.

                  Il s’agit bel et bien d’une décision politique, contre laquelle le NPA proteste vigoureusement. Le gouvernement a pris ses responsabilités en voulant empêcher l’indignation de s’exprimer et sera comptable de tout éventuel incident lors de la manifestation de samedi. Le NPA prend également ses responsabilités et appelle l’ensemble des forces démocratiques, politiques, syndicales et associatives, à s’élever contre cette interdiction et à converger place de la République samedi 26 juillet à 15h, aux côtés de toutes celles et tous ceux qui sont légitimement révoltés par l’agression israélienne et souhaitent exprimer leur solidarité avec les Palestiniens.

                  Montreuil, le 25/07/2014 »


                  • antyreac 25 juillet 2014 21:26

                    Un retournement historique les communistes de chez NPA soutiennent un gouvernement fasciste qui a déclenché des hostilités contre le gouvernement démocratique d’Israël dont le seul tort est d’être plus fort et d’une religion différente.


                  • jaja jaja 25 juillet 2014 21:34

                    Le gouvernement fasciste c’est celui d’Israël, puissance coloniale et raciste implantée par la force la terreur et l’expulsion des populations arabes de leurs foyers....

                    La seule solution sera une Palestine désionisée instaurée sur l’ensemble de la Palestine historique où juifs comme arabes jouiront des mêmes droits...

                    Inverser le rapport de force est donc essentiel....


                  • antyreac 25 juillet 2014 21:39

                    Israël est état démocratique ce que ne peut dire autant les palestiniens de Gaza

                    qui est appelé à juste titre un état fasciste ,islammo-faciste

                  • lermontov lermontov 25 juillet 2014 21:48

                    @ antyreac

                    Propagande. Israel n’ayant pas de constitution, écrivant ses lois fondamentales au fur et à mesure n’est en aucune façon une démocratie. La démocratie ne se voit pas dans l’existence d’institutions ou d’élections ; chez Hitler ou en urss, il y a une institution justice. La démocratie se voit avant tout dans la séparation des pouvoirs et leur équilibre, ainsi que dans l’état dit de droit. L’état dit de droit implique que la Loi doit être écrite car la responsabilité implique la connaissance des lois ainsi que leur esprit. Tu crois que Moïse a fait une harangue dans le désert juste pour jacasser ? N’ayant pas de constitution, Israel n’est donc pas un état de droit et n’est donc pas une démocratie.


                  • antyreac 25 juillet 2014 21:57
                    N’ayant pas de constitution, Israel n’est donc pas un état de droit et n’est donc pas une démocratie.


                    O que si l’état d’Israël est bien un état de droit et en plus c’est bien un état démocratique

                    Renseigne toi

                    en attendant des sources Wiki


                  • lermontov lermontov 25 juillet 2014 22:10

                    @ antyreac

                    Foutaise. C’est une apparence de démocratie pour les raisons que j’ai expliquées.

                    https://www.knesset.gov.il/description/eng/eng_mimshal_hoka.htm

                    http://www.juspoliticum.com/La-Cour-supreme-et-la-Constitution.html

                    et je te le dis : dans une bonne vieille dictature, il peut y avoir parlement, etc. Je ne sais si tu es français mais l’esprit des lois, ça te dit qq ch ?

                    Ex typique : si tu rends justice sans esprit de la loi fixé et connu de tous, 1 000 juges = 1 000 interprétation de la loi, arbitraire total. Sauf, évidemment, s’ils ont un esprit de la loi tacite et implicite. Comment pourrait-on croire qu’un état existe et subssite sans ce tacite/implicite ?


                  • lermontov lermontov 25 juillet 2014 22:42

                    @ antyreac

                    ’la knesset m’a tuer’, einh, troll de sion.

                    Alors, c’est quoi le tacite/implicite ?


                  • Allexandre 26 juillet 2014 11:04

                    Vous êtes indécrottable. Encore un juif sioniste qui a avalé toute la propagande sioniste, grâce au lavage de cerveau qu’ils lui ont fait. Et Dieu sait s’ils sont maîtres dans l’art du mensonge et de la manipulation. Vous êtes pitoyable. Mais soyez sûr que tout se paye un jour, et pas dans l’au-delà !!!


                  • mmbbb 26 juillet 2014 22:24

                    des conneries j’en ai lues mais celle ci me laisse sans voix Chose notee le groupe LGBT apportait son soutien a la paslestine Le seul pays ou la gay pride est autorisee est Israel Etonnant pour un pays non democratique ? 


                  • lermontov lermontov 27 juillet 2014 01:55

                    @ mmbbb

                    On doit rire ou non de votre conscience politique ? Israel est une démocratie modèle parce que s’y déroule la gay pride. Whaouhh !

                    Au demeurant, je vous conseille ce film ’trembling before G_d’.


                  • eric 28 juillet 2014 09:06

                    Mon cœur saigne de voir un parti qui fut progressiste, cautionner les découpages artificielles des frontières, réalises par l’impérialisme colonial au gré de ses intérêts égoïstes tout en s’acharnant contre la diversité multiculturelle durable...
                    Palestine ? Avant la réorganisation administrative Turque de 1873, la Judée Samarie relevait de Damas, et la Galilée de Beyrouth par exemple. Anglais et français, qui succédèrent au colonisateur turque, se repartirent le gâteau. Comment peut on entériner ce dépeçage de ces grands pays amis que sont la Syrie et le Liban ? Qui peut oser contraindre un Druze du nord d’Israël a se sentir proche d’un Gazaouite au nom d’un découpage colonial ?
                    État laïque ? Il n’y en a pas un dans la région. A la rigueur Israël en pratique, ou tous les cultes ont droit de citée,ou l’athéisme n’est pas considérè comme un crime, ou tous les citoyens ont sensiblement les mêmes droits. Mais c’est un pays tres marque par les traditions occidentales. Pourquoi vouloir imposer a tous les autres une « laïcité a la française » qui leur est tellement étrangère,que,comme pour la plupart des autres peuples du monde, le mot n’existe même pas vraiment dans leur langue ? Curieux nombrilisme de la part d’un groupuscule qui fut internationaliste. On pourrait même parler de révisionnisme. Trotsky n’était pas pour la laïcité,mais bien pour l’éradication des religions.
                    On se demande ce qui peut pousser ses émules a tant de compromission avec le religieux...
                    Surtout, soutenir la création d’une « palestine palestinienne »,c’est au fond enteriner le mythe sioniste qu’il existerait la bas, de tout temps et potentiellement,un « pays ».
                    C’est donc cautionner l’existence d’Israël.
                    Mais, après, tous,si une majorité de l’électorat, même composé de migrant de troisième voir quatrième génération en juge ainsi, pourquoi pas. A moins que vous ne soyez hostile au vote des français de grands parents étrangers ?
                    Je ne dis pas qu’on a pas le droit, mais ce n’est pas ma conception de la démocratie...
                    N’empêche, le désordre intellectuel a la gauche de la gauche atteint des sommets...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès