Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Que sont-ils ces dissidents armés syriens ?

Que sont-ils ces dissidents armés syriens ?

En Amérique latine, nous avons connu des regroupements de militants révolutionnaires qui prenaient le maquis et se déclaraient en guerre contre les autorités en place. Leurs luttes se dirigeaient le plus souvent contre des dictateurs qui assuraient le règne d’un régime politique et économique au service des grands et des puissants de ce monde. Dans les années 1960 et 1970 (MIRTUPAMARUS), nous avons connu plusieurs de ces mouvements dont certains existent toujours (FARC-EPELN). Ces groupes se plaçaient hors la loi pour mener à terme leur révolution. Ils étaient pourchassés par les gouvernements en place et leur sort allait de la prison jusqu’à la mort en passant par des séances de tortures dont ils étaient devenus des maîtres. Pendant toutes ces années, Les États-Unis et l’Europe ont appuyé sans équivoque les gouvernements en place et leurs méthodes pour vaincre ces révolutionnaires et n’a toléré aucun gouvernement ni organisation quelconque qui apportaient leur soutien à ces dissidents révolutionnaires.

Cette longue introduction met en perspective ce qui se vit présentement en Syrie, mais cette fois, à l’inverse. Les États-Unis et l’Europe se font les alliés indéfectibles des dissidents armés syriens qu’ils ont pour la plupart recrutés, formés, financés et armés. Ils ne trouvent aucun scrupule à s’inscrire contre le droit international qui garantit pourtant le droit à la souveraineté et à l’indépendance des États ainsi que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes dans le cadre des institutions et de la légalité. 

Autant ces pays soutiennent le désarmement des FARC-EP en Colombie, autant ils s’acharnent à armer une opposition dont on n’arrive plus à la distinguer des terroristes de l’E.I. tellement leurs objectifs et leur violence se recoupent. 

Depuis 2012, des centaines de millions de dollars sont dépensés par les pays membres de l’OTAN, dont la France et les États-Unis, pour les former, les entretenir et les fournir en armements. Si dans les premiers temps, ces dissidents étaient surtout des nationalistes, il est dit qu’avec le temps les djihadistes se seraient imposés et que ces dissidents seraient devenus une branche de l’État islamique à laquelle les armes de l’Occident seraient refilées. Voici un commentaire formulé en 2014, après Genève 2 :

« Genève 2 » a eu lieu en janvier-février 2014, sans le moindre résultat. Les efforts de structuration de l'ASL, engagée par le général Idriss, n'ont pas vraiment porté leurs fruits. En décembre 2013, des dépôts d'armes de l'ASL à la frontière syro-turque ont même été pillés par des combattants du Front islamique. Tandis que le régime se lançait dans une contre-offensive à Homs et autour de Damas, les rebelles islamistes prenaient l'ascendant sur leurs rivaux nationalistes dans le Nord. Autant d'événements qui ont dissuadé les autorités françaises d'amplifier leurs efforts. « C'est sûr que ces difficultés ne nous ont pas vraiment encouragés à aller plus loin », confie un diplomate.

Tout ceci démontre que l’obsession de la France et des États-Unis demeure fondamentalement la même : renversement du gouvernement d’Assad et prise de contrôle de l’État syrien. Il y a des intérêts politiques et géopolitiques qui vont bien au-delà du départ de Bachar Al-Assad. Ici, un article incontournable pour comprendre un peu mieux les intérêts et les enjeux des principaux acteurs de ce conflit. 

L’intervention de la Russie et de l’Iran à la demande du président Assad vient changer les scénarios mis en place par Washington et ses alliés européens. Poutine n’arrive pas les mains vides pas plus que l’Iran, avec ses soldats entraînés et motivés. Cette présence solidaire redonne de l’espoir au peuple et à l’armée syrienne. Cette dernière n’est plus seule avec ces stratèges des trois nations qui se concertent pour mener des actions qui se soutiennent mutuellement. Le centre de cueillette d’information, d’analyse et de coordination des interventions au sol, sur terre et sur mer joue un rôle primordial. Tout ce que fait la Russie, elle le fait en concertation avec l’armée syrienne et il en va de même pour l’Iran et l’armée syrienne. 

Le problème qui se pose aux Occidentaux, surtout la France et les États-Unis, c’est leur obsession à vouloir avant tout la prise de contrôle de l’État syrien. Les terroristes, de quelques allégeances qu’ils sont, servent bien leur principal objectif en créant le chaos dans le pays et en déstabilisant le gouvernement. Ils ne peuvent tout de même pas admettre qu’ils appuient l’État islamique au nom duquel ils justifient leurs luttes antiterroristes en Syrie. Pas plus, ils ne peuvent les combattre, ces terroristes sont leurs alliés. Ils sont et tiennent lieu de leur armée secrète qui fait pour eux un bon travail de chaos dans le pays. Il faut lire cet article qui compare l’OTAN à un cheval de Troie, portant dans ses entrailles, les terroristes islamiques.

La seule voie pour sauver leurs terroristes est celle de faire collaborer les dissidents armés syriens à la guerre contre les terroristes islamiques. Suite à la rencontre de F. Hollande avec V. Poutine, à Moscou, M. Fabius, ministre des Affaires étrangères de France, a eu la bonne idée d’accepter que l’armée régulière de Syrie puisse également participer à cette lutte contre l’État islamique et du même souffle suggérer que les dissidents armés syriens puissent également en faire autant. 

« Pour lutter contre Daesh, “il y a deux séries de mesures : les bombardements (…) et des forces au sol, qui ne peuvent pas être les nôtres, mais qui peuvent être à la fois des forces de l’Armée syrienne libre (opposition), des forces Arabes sunnites, et pourquoi pas des forces du régime et des Kurdes également bien sûr”.

Il ne lui est pas venu à l’esprit que cette lutte contre le terrorisme et l’É.I. était le combat de l’armée et du peuple syrien soutenus par la Russie et l’Iran. Ceci n’exclut évidemment pas que d’autres se joignent à cette armée et à ce peuple pour soutenir cette lutte. Si la Russie et l’Iran se mettent aux ordres de l’armée syrienne et que celle-ci donne son accord pour les stratégies de combat, il doit en être de même pour tout intervenant souhaitant participer, sur le sol syrien, à ce combat.

Je ne doute pas que la rencontre d’aujourd’hui (27 novembre) du ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, avec son homologue syrien, Walid Mouallem, portera sur ces derniers évènements maqués par l’attaque contre l’avion militaire russe et la rencontre toute récente de F. Hollande avec V. Poutine. Ils aborderont également les mesures à prendre pour mettre fin aux incursions de militaires étasuniens qui poursuivent leurs actions illégales en Syrie pour former et armer leurs terroristes. Ce matin une nouvelle AFP reprise par nos médias faisait état de cinq militaires déjà présents en Syrie pour faire ce travail de clandestinité contre l’État de droit.

Il ne fait pas de doute que l’armée de terre syrienne disposera de tout ce qu’il lui faut pour procéder elle-même à cette lutte contre les dissidents armés et ceux qui les soutiennent.

 

Oscar Fortin

Le 27 novembre 2015 

http://humanisme.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 28 novembre 2015 09:46


    ASSAD LE BOUCHER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    il faut l’abattre ou sont donc passés les tireurs d’élite de la CIA ????


    • Ben Schott 28 novembre 2015 09:48

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
       
      En RTT.
       


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 novembre 2015 12:19

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
      Toujours dans la finesse d’analyse...

      La boucherie est un secteur qui se porte bien au MO.
      Boucherie traditionnelle pour Assad,Boucherie Halal pour Daesh, Boucherie industrielle pour la Russie et la coalition, Boucherie artisanal pour les « Rebelles »
      Il y a en pour tous les (dé)goûts.

      C’est un peu le principe d’une guerre.

    • JC_Lavau JC_Lavau 28 novembre 2015 12:45

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
      Tu sais bien que le MOSSAD est toujours à la recherche de ce pistolero. Présente ta candidature.
      Toutefois je doute de ta longévité après ton exploit djihadiste ou ta tentative : sûr de lui et dominateur, le MOSSAD n’exfiltre pas les goys.


    • roman_garev 28 novembre 2015 13:17

      @JC_Lavau

      Ces trolls-là ne viennent ici que pour semer leur m...de. Drôle d’occupation.

    • zygzornifle zygzornifle 28 novembre 2015 13:32

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

       les tireurs d’élite sont sur les toits de Paris pour protéger Obama pour la COPAIN 21....


    • V_Parlier V_Parlier 29 novembre 2015 16:48

      @zygzornifle
      Et ça fait longtemps qu’ils sont repartis de Syrie après y avoir « snipé » en 2011, pour ensuite faire un petit crochet par l’Ukraine fin 2013...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 novembre 2015 19:45

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE


      Je vous inscrit dans le club très sélect des ordures anonymes qui ne devraient pas être publiées, 

      PJCA




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 novembre 2015 19:52

      @Pierre JC Allard

      Corriger la coquille. « inscris » et non "inscrit’. Je profite de l’occasion pour attirer votre attention sur le choix littéraire disponible pour désigner cet auteur et ses semblable


      PJCA

    • Passante Passante 28 novembre 2015 11:02

      alors savoir en syrie qui a usé du gaz ? mais il faut la métaphore, le propre du gaz, c’est que si tu en libères un peu, masqué, et que tu attends le vent, ça peut vraiment s’étendre, certains se fixent en nappes, mais encore, attends... patience, bientôt ils auront tué tout ce qui émerge alentours, attends encore, et déjà ils bondissent, ils frappent à tous vents, ils surgissent de partout, les terres, les airs, bientôt les eaux, à des milliers de kilomètres de leur ancienne geôle, rien ne vaut la lutte par le gaz, le tout c’est de savoir sa nature, et sa volatilité, comment lui assurer le lait des premiers pas tigresses, comment il coagule ou se fixe, ou au contraire s’étend, la jupe syrienne est chose profonde profonde...


      • Passante Passante 28 novembre 2015 11:12

        faut éviter donc deux erreurs :

        croire que assad au début n’aurait pas joué la carte daesh contre les rebelles
        croire que l’ennemi ici ne serait pas un « qui » mais un « que »
        s’il n’avait pas de « qui » il serait pas exportable...

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 novembre 2015 19:45

        @Passante
        Petit historique : « Le 2 novembre 2010, avant le Printemps arabe, la France et le Royaume Uni signent les accords de Lancaster House. La partie secrète prévoit d’attaquer la Libye et la Syrie (Cf Roland Dumas à qui cela a été proposé à Londres). Ces accords ont été négociés par Alain Juppé et le Général Benoît Puga, partisan enragé de la colonisation.(...)


        Le 29 juillet 2011, la France crée » l’ Armée Syrienne libre« (les modérés). Les premiers éléments n’étaient pas syriens, mais des Libyens d’Al Qaïda. Cette armée est encadrée par des légionnaires français mis à la disposition de l’ Elysée et de B. Puga, chef d’Etat major privé de Sarkozy.
        L’ ASL reçoit comme drapeau celui de la colonisation française.(...)

        L’ASL n’est plus une armée permanente. Sa marque est ponctuellement utilisée pour des opérations imaginées par l’ Elysée, que la France persiste à qualifier de »modérés« .(...)

        C’est l’ ASL qui a débuté les assassinats d’homosexuels en les jetant du haut des toits des immeubles. C’est l’ ASL qui a diffusé une vidéo d’un de ses dirigeants mangeant le coeur et le foie d’une soldat syrien. La seule différence avec les autres djihadistes, c’est le drapeau. (...)


        Quand Hollande relance la guerre en Syrie en juillet 2012, il conserve, fait unique dans l’ histoire de France, le Général Puga. Il reprend la rhétorique et la gesticulation coloniale. Hollande a déclaré que »la République arabe syrienne était une dictature sanguinaire« , il faut donc »libérer le peuple opprimé« .
        Le pouvoir est »confisqué par une minorité alaouite, il faut émanciper le peuple syrien« , toussa, toussa... Et Fabius : » Bachar ne mérite pas de vivre".

        Texte complet sur les visées colonialistes de la France


      • Passante Passante 28 novembre 2015 20:01

        @Fifi Brind_acier


        alors remontons Fifi jusqu’en 2007 ou 2008
        vers le camp palestinien de nahr elbared au liban nord 
        qui sera soudain investi par une mini-armée islamiste.
        ça commence par une vingtaine ou trente militaire libanais égorgés dans leurs casernes, 
        la bataille va durer, 200 morts bilan, le tout sous un chef 
        un certain chaker elabsi.
        d’où venait-il ? était-ce la première fois que le régime assadique jouait la carte de sortir un petit groupe islamiste de ses geôles pour jouer ? non, 
        déjà le père assad avait joué à ça dans les montagnes du nord libanais 
        avec le défunt rafic dans les nineties... les grand classique ; 
        sauf que sur le coup de 2010 on a sorti le grand jeu, 
        c’est plus un 9mm c’est la douchka comme ils disent, sans plus,
        maintenant d’autres ont nourri par la suite cette mitrailleuse pourquoi pas, 
        mais faut pas miser sur la naïveté...

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 novembre 2015 21:21

        @Passante
        On peut remonter à la guerre de cent ans, ou aux croisades, si ça vous amuse... ?
        Si vous voulez bien prendre connaissance du projet de Grand Moyen Orient, il s’agit pour les USA de faire éclater 5 pays souverains réticents, en 14 petits califats bien soumis : diviser pour mieux régner.


        Ce que défend la Russie, et tous ceux qui soutiennent l’intervention russe et iranienne en Syrie, c’est l’intégrité de l’ Etat syrien, pas Bachar. Il se trouve que les Syriens le soutiennent, parce qu’il tient tête à ceux qui veulent détruire leur pays. Comme ils ont détruit l’ Irak, l’ Afghanistan ou la Libye.
        Il s’agit de sauver l’ Etat syrien, pas spécifiquement son président.

        Et si vous posez la question de la démocratie, alors demandez -vous pourquoi les pays de l’ OTAN ne font rien pour la démocratie en Arabie Saoudite, au Qatar ou au Bahreïn ?
        Ils veulent la peau de Bachar pour faire passer le gazoduc qatari, pas pour répandre la démocratie ! Le chaos leur suffit bien, avec un Président fantoche, comme en Afghanistan, et comme partout où l’ OTAN intervient.

      • alinea alinea 28 novembre 2015 21:26

        @Passante
        Je m’y perds Passante ; en 2011, Assad aurait sorti une micro armée d’islamistes - de ses prisons dit-on- pour tuer les soldats de son armée ?
        Ou bien les infos qui racontent que les premiers morts de cette révolution orpheline très colorée, étaient des soldats de Assad, sont-elles fausses ?


      • oscar fortin oscar fortin 28 novembre 2015 22:48

        @Fifi Brin_acier : merci pour ce commentaire plus que pertinent et le lien que vous proposez. Je m’excuse pour mon absence , j’ai dù partir pour la journée. J’arrive à peine à l’heure du soir qui n’est pas la même que la vôtre. 


      • V_Parlier V_Parlier 29 novembre 2015 16:56

        @Passante
        Le problème c’est qu’à cette époque nous aurions pu intervenir à la demande du Liban. Nous avons lâchement laissé le Liban en proie à des barbares, probablement pour les mêmes raison que celles qui font qu’aujourd’hui nous liquidons des pays qui ne nous menacent plus (Libye, Syrie), contrairement à il y a 30 ans. D’ailleurs, pour revenir à votre exemple, les palestiniens n’étaient pas innocents et c’est pourquoi j’évite aujourd’hui de choisir un camp quant au conflit israelo-palestinien. Pas de vrais « bons camps » dans ce conflit, même si ce sont des innocents qui trinquent.


      • Passante Passante 29 novembre 2015 20:17
        alinea, non, pas pour tuer les soldats de son armée 
        qu’ils ont immédiatement dû fuir vu leur dissémination de départ, 
        mais une fois nourris, organisés, grossis, 
        il faut considérer que sur les bataillons d’extrémistes de tous bords venus en syrie, 
        il y en avait un bon nombre, les plus dangereux, les meneurs, 
        les reines comme disent les apiculteurs, 
        qui furent peut-être sorties à point nommé pour nuire aux rebelles sur leurs arrières, 
        notamment au nord-est, une fois que la jonction entre ces groupuscules 
        et le daësh irakien naissant fut accomplie,
        ce n’est pas un hypothèse à négliger sachant que les assad 
        lâchant leurs islamistes dans des situations précises, ont souvent ainsi emporté la mise,
        notamment dans les nineties, puis fin 2007 au nord-liban 
        en jouant une carte islamiste dans un camp palestinien
        avec assassinat de soldats et proclamation d’un émirat local.
        le chef, et une bonne part de la bande, sortaient des geôles de bachar,
        c’est tout, c’est connu, donc le vieux fusil fume peut-être encore, sans plus.


      • Passante Passante 29 novembre 2015 20:19

        ah, et la plus belle preuve de cette « victoire » :

        là où les russes et les syriens ne s’intéressent qu’à achever les rebelles,
        tout le monde ne parle plus que de daësh, souscrivant en sourdine à la logique :
        tout ce qui se trouve entre moi et ce barbu est adverse,
        ça peut aller très loin en effet.

      • Passante Passante 29 novembre 2015 20:27

        c’est d’ailleurs une telle banalité l’amie, 

        le principe même de création du FN par tonton médias -
        sauf que c’est moins blond, 
        et agité l’étage au-dessus, c’est tout smiley

      • Passante Passante 29 novembre 2015 20:36

        je renonce 

        en tout cas personnellement à m’y intéresser

        entendu pas mal d’avions ces deux jours,
        retour du feuj dans le ciel, il bombarde son hezbollah
        mais soit-disant les S400 russes ! etc-rat ! que tu verras ! 
        or non rien,

        donc les rebelles aussi, à part le hezbollah ont maintenant une aviation,
        pasque faut recadrer
        et si l’avion russe abattu était en surenchère par rapport au discours poutinien de la veille 
        sur le poids de responsabilité porté par les « alliés » des rebelles,
        cette intervention soudaine de l’aviation israëlienne 
        contre des positions du hezbollah prises récemment sur l’état islamique
         à la frontière libano-syrienne, voilà qui s’inscrit dans le cadre d’une escalade 
        qui présage rien d’autre que l’absurde, 
        autrement dit, précipitation possible des événements, 
        contradictions majeures au niveau infos, coupures diverses, 
        allo...

      • asterix asterix 28 novembre 2015 11:47

        Faire de Assad le leader démocratiquement élu de la Syrie démontre une méconnaissance profonde du dossier, puisque plus de deux tiers de la population syrienne n’a pas pu ou voulu se présenter à cette élection. Cela va dans la droite ligne de la doctrine Fortin qui fait, par exemple, de la famille Castro le légitime représentant de Cuba, tout en oubliant de préciser que personne n’a le droit de se présenter face à elle.
        Mi-décembre, vous verrez que la démocratie qui lui est si chère deviendra innommable au Venezuela aussi lorsque Maduro aura perdu les élections.
        En fait, Fortin est démocrate quand cela l’arrange.
        Poutine, qui est quand même largement au-dessus de notre analyste canadien, sait qu’Assad n’existe que par défaut et le laissera tomber dès que ses intérêts géo-stratégiques seront garantis. Stratège hors pair, il sait que lorsque l’ennemi l’entoure, la meilleure solution est et reste de se garantir une base arrière, raison d’être de son alliance avec Téhéran.
        Par ailleurs, l’Union européenne se rend compte qu’elle a, comme en Libye, misé sur le mauvais cheval. Aussi, dans les chancelleries, on se contente à présent de dire timidement que, si un jour solution il y a, ce sera de toute façon sans l’actuel Président syrien, cela s’appelle tenter de sauver la face.
        Pour garder la main et ils ont compris que leur double jeu vient d’éclater au grand jour grâce aux lumineuses inspirations guerrières d’Herr Dogan, les USA sont en train de faire un virage à 180 degrés. Cela fait donc 20 jours que, sans avoir l’air d’y toucher, les forces ukrainiennes « amies » ...et alliées au sunnisme salafiste ont repris le combat à la frontière du Donbass.
        De mon point de vue, tout est lié et il ne peut y avoir de solution, que ce soit en Syrie ou à Kiev, que si l’Europe, dernier rempart d’une civilisation moribonde, se décide enfin à faire valoir haut et fort sa voix :
        - pour obliger l’Ukraine à respecter les accords de Minsk ...accords qu’elle a négocié sans l’aval de l’oncle Sam
        - pour forcer Assad au départ dès que la Syrie sera débarrassée de Daesch ...soutenu en sous-main par l’oncle Sam
        - pour stopper ses ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et le Qatar ...et donc ne plus soutenir les accords qui lient indéfectiblement le whahabisme dollarisé et théocratique à l’oncle Sam.
        Toute autre solution qu’une politique européenne indépendante et ouvertement pacifiste nous entraînera droit vers la 3ème guerre mondiale. Et le temps presse car le futur Président américain, démocrate ou républicain qu’importe, n’attend que cela, d’autant que, sauf guerre nucléaire globale, elle ne se déroulera pas sur son territoire, seul moyen de garder la main-mise sur le monde.
        Mais l’Europe est faible, très faible et membre de l’Otan, tout le drame est là.
        Qu’attend donc Fortin « le grand humaniste » pour dénoncer d’abord l’appartenance de son beau Canada dont il ne parle jamais à l’Otan ?
        On se le demande...


        • chantecler chantecler 28 novembre 2015 11:57

          @asterix
          Bonjour ,
          Je ne comprends pas les 8 premières lignes de ton commentaire qui semblent opposées au reste de ton analyse .
          Il y a comme un hiatus .
          Peux-tu être plus clair ?


        • Pere Plexe Pere Plexe 28 novembre 2015 12:59

          @asterix
          Assad n’est pas un enfant de cœur c’est entendu.


          Est il pire ou meilleur que nombre de dirigeant de la région on peut épiloguer longuement.
          Reste qu’il à une légitimité .
          Sauf à considérer que tous les chefs d’états qui sont issus d ’éléctions non démocratiques ou sans elections ne le sont pas eux non plus.
          Ce qui doit bien représenter un bon quart de la planète.
          Avec nombre de pays « amis ».(Egypte Ukraine,Qatar,Arabie Saoudite,...)

          Ensuite ce pose le problème des Alaouites.
          Si Assad tombe leurs jours sont comptés et le carnage sera inévitable.
          1 million de personnes
          On peut aussi ajouter les chrétiens qui reste qui seront à coup sûr ,eux aussi massacrés.
          Quelques centaines de milliers là encore.
          Avec les conséquences prévisible pour les pays voisins (Liban et Iran en particuliers) qui à coup sur interviendront militairement.

          Enfin si le régime d’Assad à de nombreux défaut il a (ou avait) des qualités.
          Education ,condition de la Femme laïcité.
          Et c’est aussi un « vrai » état ce qui est tout de même un avantage (l’exemple libyen est éclairant sur la nécessité d’avoir un état, ne serait ce que pour discuter...) 

        • asterix asterix 28 novembre 2015 13:49

          @chantecler, bonjour.

          Que d’où qu’elle vienne, une dictature n’est qu’une dictature, peu importe l’orientation politique qu’elle est sensée servir...


        • microf 28 novembre 2015 15:11

          @Pere Plexe et chantecler merci pour vos remarques.

          Quelqu´en soit les cas, ASSAD est meilleur que tous les autres, et il doit rester, la Russie ne le lachera jamais.
          On comprends maintenant pourquoi ASSAD avait cette main de fer, c´était pour empêcher le contrôle de son pays par les criminels islamistes.
          La France vient de subir une attaque lâche des islamistes et c´est tout le pays et le monde qui sont en émoi. En Syrie on veut chasser ASSAD pour installer ceux qui ont commis ces attentats lâches, je ne comprendrais jamais cette logique.
          Vouloir intégrer des criminels islamistes avec les soldats de l´armée régulière Syrienne, comment peut-on seulement l´imaginer une seule seconde ? . L´histoire est trop récente pour être tronquée, comment voulez vous que les soldats de l´armée Syrienne régulière composent avec des criminels qui coupent les têtes ds enfants, femmes, vieillards et vendent des jeunes filles commes des esclaves pour assouvir leurs désirs ?. Le jour oú cette guerre prendra fin car il y aura une fin, il faudra juger ceux qui ont pris des armes contre leurs pays et tués des innocents. Si partout oú il y avait des désaccords les gens prenaient des armes, nous entrerons dans une « sauvagerie urlente » comme le dit si bien Aimé Césaire dans son « Discours sur le colonialisme » que j´invite tous ceux qui interviennent dans ce Forum, de visiomer á youtube.

          Pour ce qui est de la guerre qui pourrait éclater, je ne me fais pas beaucuop de soucis pour l´Europe. Si la guerre éclatait, la Russie épargnerait l´Europe et s attaquerait directement aux Usa son concurrent le plus sérieux.
          Le Président Poutine l´a dit, lorsqe la guerre serait inévitable, il faudrait être le premier á frapper, ce n´est pas en Europe qu´il va donner l´ordre de frapper, c´est sûr, mais aux Usa.
          Ces paroles ne sont pas des paroles en l´air, il sait de quoi il parle, souhaitons seulement que les Usa fassent comme l´Angleterre après la seconde guerre mondiale, á savoir laisser la place á la Russie première puissance aujourd´hui qui lutte pour un monde un peu plus libre.

          L´Angleterre après la seconde guerre mondiale, de la première puissance, est devenue une puissance de seconde zone, bien sûr avec toujours une capacité de nuisance comme on peut le constater.


        • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 28 novembre 2015 15:12

          @asterix
          Donc pour abattre une dictature tu soutiens d’autres dictatures pires qui en plus soutiennent réellement le terrorisme, comme l’Arabie, le Qatar, la Turquie...

          Tu n’es pas crédible.
          quand à assad on lui mets tout sur le dos (car la France esten guerre contre la Syrie, pas contre Daesh), meme FOG le reconnaît suite à l’affaire chimique d’aout 2013 :

          Tartufe.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 novembre 2015 18:57

          @asterix
          Donc Churchill a eu tort de s’allier à Staline ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 novembre 2015 19:00

          @microf
          Les avions US ne bombardent plus en Syrie depuis que les S400 sont en place.


        • oscar fortin oscar fortin 28 novembre 2015 22:50

          @Pere Plexe : Merci pour votre commentaire et les informations complémentaires que vous apportées.


          Bonne fin de soirée à vous et à tous les vôtres

        • oscar fortin oscar fortin 28 novembre 2015 23:42

          @Pere Plexe : Merci beaucoup pour ce commentaire qui apporte un éclairage particulier sur le sens que peuvent prendre les prochains évènements.


        • Pierre Pierre 29 novembre 2015 00:16

          @asterix
          Je suis très surpris par votre commentaire. Vous remettez en cause la légitimité des 3/4 des dirigeants de la planète comme si l’Europe avec sa démocratie représentative représente l’unique et incontournable modèle qui doit être élargi au reste de la planète. 

          Quelle arrogance qu’oser prétendre cela. D’abord, la marche de manœuvre de tous les gouvernements formés en Europe est restreinte par des traités européens qui imposent une économie libérale pour laquelle personne n’a voté. En France, on pourrait comparer cela au mouvement d’Alain Madelin qui a fait 3 ou 4 % quand il s’est présenté aux présidentielles et pourtant, c’est ce type d’économie qui nous est imposé à tous. Il me semblait que la démocratie, c’est la volonté du peuple ! On doit en être éloigné de 96 à 97 %.
          Autre chose. Comment le scrutin majoritaire français peut-il être qualifié de démocratique alors qu’il écarte de la vie parlementaire des partis qui représentent plus de 20 % des Français. Je pense évidement au FN mais pas seulement : il y a aussi le mouvement centriste de François Bayrou.
          La question n’est pas qu’on est d’accord ou pas avec ces mouvements. La question est : est-on en démocratie représentative quand le système interdit à un tel nombre de Français d’être représenté au parlement ? 
          On oublie que le système démocratique français a été taillé sur mesures, à une autre époque, pour un président d’envergure qui défendait la souveraineté de la France et que les temps ont changé, ce qui implique qu’il faudrait peut-être aussi changer le système électoral. 
          Un autre exemple qui découle du précédent. On est élu grâce à ses promesses électorales et un candidat se doit (en principe) d’éviter de faire des promesses démagogiques. Non ?
          Quand un président non seulement ne fait pas ce qu’il a dit mais en plus fait ce qu’il n’a pas dit, quel moyen a notre démocratie pour le sanctionner ? Aucun avant la fin de son mandat de 5 ans ! Vous avez dit « démocratie » ?
          On pourrait parler des autres types de démocraties représentatives comme « directe » (Suisse), « participative » (Venezuela), par tirage au sort, cela a existé dans le passé mais cela nécessiterait un long article que je n’ai pas le temps d’écrire.
          En vérité, et j’espère que vous le savez, il n’y a pas de démocratie parfaite ; il n’y a que des systèmes moins mauvais que d’autres.
          Vous semblez l’ignorer mais notre type de démocratie est rejeté par les populations du reste de la planète suivant des sondages qui ont eu lieu ailleurs dans le monde. 
          Le meilleur exemple est la Russie. Le président Poutine a le soutien de 90 % de sa population alors qu’il n’a pas été élu suivant les standards qui sont appliqués chez nous. Cela ne trouble pas vos certitudes ?
          En conclusion, je pense qu’il peut y avoir plusieurs manières de choisir ses dirigeants. Il ne faut pas imposer notre modèle qui est l’aboutissement imparfait de plusieurs siècles d’émancipation des peuples européens, cela rend des pays qui sont issus d’autres évolutions de la société ingouvernable.
          Il faut tenir compte de l’histoire, des coutumes, de la multiethnicité ou des religions de chaque pays parce que ce que finalement chacun recherche, c’est de pouvoir s’épanouir dans l’environnement qui est le sien et ce que pense les philosophes universalistes sur la démocratie, ce n’est que de la théorie pour des débats abstraits tout-à-fait déconnectés de la réalité. 
          PS. Sans vouloir vous vexer, vos idées sur la Syrie sont d’une naïveté effarante.


        • oscar fortin oscar fortin 29 novembre 2015 00:27

          @Pierre : merci, votre commentaire illustre bien la multiplicité de formes que peut prendre la démocratie, mais la seule manière d’en mesurer sa valeur c’est de la confronter à la volonté et aux intérêts du peuple.Au Chili, Michelle Bachelet gouverne avec moins de 24% de l’électorat chilien. Plus de 60% n’ont voté, n’ayant pas de choix rejoignant leurs préoccupations.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 novembre 2015 06:53

          @asterix
          Il s’agit de sauver l’ Etat syrien de l’éclatement souhaité par le Qatar pour y faire passer son gazoduc.
          Personne n’a jamais dit que Bachar était un grand démocrate. Il assure la cohésion et la défense de son pays, les Syriens lui en sont reconnaissants, c’est tout.


          Mais sans doute ne trouvez-vous pas choquant que l’Occident détruise des Etats souverains pour y faire passer les gazoducs des amis, au prix de milliers de morts, de blessés, de déplacés ?

          Alors vous serez enchanté de découvrir que les euro-régions ont pour but de faire éclater la France aussi. Voici une carte que les régionalistes bretons ne se gênent pas de mettre dans leurs tracts électoraux. Diviser pour mieux régner n’est pas réservé au Moyen Orient.

        • asterix asterix 29 novembre 2015 17:25

          Je vous ai simplement dit à tous que de mon point de vue, lorsque le conflit syrien prendra fin, Assad qui est loin d’être un modèle démocratique va devoir partir.
          Mais ici, il y en a de trop pour admettre qu’un dictateur, quel qu’il soit, doit être envoyé aux oubliettes par la communauté internationale dès qu’il a du sang sur les mains. Qu’il s’appelle Kagamé, feu Pinochet, Herr Dogan, Netayanou, Kabila, Assad, Saoud le prince ou bientôt feu Fidel, c’est du pareil au même.
          J’ai beaucoup aimé ce que m’a renvoyé Fifi brin d’acier au sujet de l’alliance Staline-Churchill....
          Beaucoup moins la duplicité indirecte du sieur Fortin. C’est curieux, plus il m’en veut depuis que je dénonce ses petits chéris de la dictature cubaine, plus je me sens conforté dans mon opinion. Tout le monde ne peut pas se prétendre à la fois humaniste ( ? ) et défenseur d’un assassin à grande échelle....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 novembre 2015 18:10

          @asterix
          S’il y avait un choix parfait, cela se saurait.
          C’est soit Bachar, soit le chaos. Fabius préférait le chaos qui convenait au Qatar.
          Provisoirement, les Syriens choisissent le moindre mal.
          Poutine soutient le moindre mal contre le chaos.


        • oscar fortin oscar fortin 29 novembre 2015 18:12

          @asterix : J’aimerais bien avoir votre définition de dictateur. Je pense que vous nous aideriez à mieux vous comprendre. Dites-nous, dans vos mots, qui est un dictateur, qui est un démocrate, qui est un tortionnaire, qui sont ceux qui ont les mains remplis de sang etc... 


          Au plaisir de vous lire....N’oubliez pas les détails, dans ces définitions ils sont importants.

          Avec tout mon respect comme à l’accoutumé.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 28 novembre 2015 12:32

          oH les beaux militaires que voilà...Les vierges du paradis de leur tocard cité dans le coran ne doivent pas pouvoir toutes attendre leur venue.. ?


          • roman_garev 28 novembre 2015 13:13

            Dans la région de la chute du Su-24 russe, au nord de Lataquié, les terroristes se rendent par dizaines, en affluant aux bloc-postes de l’armée syrienne :



            Selon les terroristes, ils sont consternées (tiens, des terroristes terrorisés, il fallait voir ça !) devant des frappes incessantes et plus que massives des bombes et missiles russes et syriennes.
            Rien que le soir du 27 novembre 200 bandits se sont rendus.
            Les terroristes qui seraient identifiés (grâce à leurs vidéos vantardes) parmi les assassins du pilote russe de l’avion abattu, seraient remis à ses concitoyens.

            • Après le retrait des missiles PATRIOTS de Turquie, après avoir piégé Erdogan, voila que les américains prennent leur distance de cet idiot devenu inutile :

              .

              .

              .

              De sources iraniennes :

              .



              - Un porte-parole de la coalition américaine anti-Daesh a déclaré que la suspension des raids aériens contre Daesh en Syrie n’avait rien à avoir avec le déploiement du système S-400 dans ce pays. " Les forces de la coalition n’ont visé, depuis jeudi, aucun objectif en Syrie, mais les raids aériens se sont poursuivis contre les positions de Daesh en Irak", a-t-il ajouté.


              " Le porte-parole de la coalition américaine a prétendu que les frappes aériennes en Syrie nécessitaient de longs examens. Il faudrait déterminer quand et où ces attaquent devraient s’effectuer pour pouvoir obtenir le maximum d’efficacité contre les positions de Daesh", a rapporté la chaîne russe, sans citer le nom de ce porte-parole.
              En riposte à l’action de la Turquie, qui a abattu le chasseur russe Su-24, le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé, jeudi, le déploiement du nouveau système de S-400 en Syrie.
              Le système S-400 a été transféré de la Russie en Syrie, en moins de 24 heures.
              Mardi dernier, un chasseur russe, Soukhoï-24 a été abattu par un F-16 turc dans l’espace aérien syrien.
              Après l’installation du système S-400 en Syrie, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a qualifié de crime, le renversement de l’avion de combat russe par la Turquie, rassurant que Moscou apporterait des réponses militaires et politiques nécessaires, contre la démarche agressive d’Ankara.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès