Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Séquelle de la guerre froide : expansion du wahhabisme !

Séquelle de la guerre froide : expansion du wahhabisme !

Le salafisme est un mouvement sunnite revendiquant un retour à l'islam des origines, fondé sur le Coran et la Sunna. Aujourd'hui, le terme désigne un mouvement composite fondamentaliste, constitué en particulier d'une mouvance traditionaliste et d'une mouvance jihadiste

Toutes ces mouvances affirment constituer la continuation sans changement de l'islam des premiers siècles. Leur rêve est de reformer le Grand Califat d’antan. 

Étymologiquement, « salafisme » (en arabe : السلفية as-salafiyya) provient du mot salaf, « prédécesseur » ou « ancêtre », qui désigne les compagnons du prophète de l'islam Mahomed et les deux générations qui leur succédèrent. Les salafistes interdisent toute remise en question de la chariâa (somme des exégèses) des deux premiers siècles de l'islam. Puisqu'elle est due aux "salafiyouns" (les prédécesseurs) que forment "Es'sahaba" (les compagnons du prophète) et les premiers califes, et de ce fait elle est sacralisée par les salafistes, pour qui elle est le prolongement du Coran. Donc immuable ! 

Le "jihad" en islam, a deux acceptions :

- L'effort intellectuel. Ce qui correspond à l’exégèse du texte coranique ; et 

- La lutte ou la guerre sainte. 

Pour les salafistes "jihadiste", le « jihad » s'entend par « guerre d’expansion » pour diffuser l'islam de la mouvance wahhabite, dont il faut se rappeler le deal passé entre le fondateur du wahhabisme et le chef guerrier de la tribu Ibn Saoud : l'un reconnaissant le pouvoir temporel à l'autre, charge à celui-ci de diffuser le wahhabisme dans le monde, plus exactement le "wahhabisme saoudien". Car cette doctrine est basée sur cette alliance entre le pouvoir politique et financier des Ibn Saoud et l'autorité religieuse de Mouhammad Ibn Abd al-Wahhab. Ce qui donnera naissance à un systéme politico religieux imparable pour dominer les peuples en les abrutissant par un wahhabisme qui prône la soumission au chef !

Doctrine qui perdure encore par le financement des guerres de libération des peuples, des écoles coraniques et des universités religieuses à travers le monde entier. Mais aussi par le financement de plusieurs chaînes de TV religieuses et par la formation de "cheikh" (prêcheur), aussi bien en Orient qu'en Occident ; sans parler du financement des mosquées partout dans le monde. 

C’était sur des tribus guerrières et farouches d'Arabie que s’était appuyé Thomas Edward Lawrence, alias Lawrence d’Arabie en jouant de leur fanatisme religieux wahhabite, lors du démantèlement de l’empire Ottoman que vont se partager les empires coloniaux anglais et français. Même le mouvement des « Frères Musulmans », s’inspirera du salafisme wahhabite, plus « combatif » à leurs yeux, pour libérer les pays du joug colonial des Anglais et des Français.

A la faveur de la guerre froide, le salafisme sera « réactivé » et donnera l’occasion à ses adeptes de tenter à nouveau de réaliser leur vieux rêve : la reconstitution du Grand Califat de l’âge d’or Omeyade, englobant les pays musulmans et bien au-delà. Comme elle sera l’occasion pour Ibn Saoud de donner des gages aux religieux wahhabites pour respecter le deal passé entre leur tribu et celle d’Ibn el Wahhab. 

En effet pendant la guerre froide, après l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, les américains n’ont rien trouvé de mieux que de jouer la carte des « religieux » pour chasser les russes de ce pays. Ce qu’ils feront avec l’aide des saoudiens qui trouveront là une opportunité d’ « occuper » les religieux wahhabites hors du royaume saoudien, où leur revendications incessantes commencent à exaspérer le monarque saoudien. 

Les saoudiens financeront les écoles coraniques et fourniront les cheikhs pour les animer ; les américains se chargeront de la formation aux techniques de la guerre, des talibans sortis de ces écoles ; et les armeront pour le « jihad » contre les mécréants « athées », que sont les communistes soviétiques. 

Ces écoles pousseront comme des champignons aussi bien au Pakistan qu’en Afghanistan, pour former les talibans pour le jihad armé, afin de débouter les mécréants soviétiques hors des pays musulmans. 

Etre taliban, ou étudiant dans une université religieuse, suppose une formation universitaire englobant des études religieuses mais aussi littéraire, philosophique, historiques…. Sauf que le terme est galvaudé par les médias occidentaux pour désigner en réalité des élèves formés sommairement dans des écoles coraniques de quartier dirigées par de pseudo imams autoproclamés, souvent recrutés parmi les laissés pour compte ; eux-mêmes d’un niveau intellectuel sommaire, réduit souvent à la récitation du coran et à l’apprentissage rudimentaire de la chariâa. 

Et c’est ainsi que le Pakistan, basculera en 1977 du hanafisme, l'école la plus libérale en Islam, au hanbalisme, dans sa version la plus rigoureuse et la plus radicale de toutes les obédiences musulmanes, c'est à dire le salafisme wahhabi saoudien ; pour devenir un pays exportateurs de terroristes. 

Les talibans finiront par débouter les russes hors de l’Afghanistan. Leur mission terminée, les américains vont les abandonner à leur sort. Certains désœuvrés vont regagner leurs pays d’origine où ils importeront le terrorisme auquel ils ont été bien formés (Algérie….) et l’idéologie qui le sous-tend : le salafisme wahhabi saoudien. 

Le gros de l’armée des talibans « orphelins » va se trouver un nouveau chef en la personne de Ben Laden. Ce saoudien élevé dans le wahhabisme, va utiliser leurs compétences et poursuivre ainsi le rêve des salafistes. Ainsi la branche armée salafiste voit le jour sous le nom d’Al Qaida (La Base) avec à sa tête l’émir Oussama Ben Laden. 

Il va exporter leur savoir faire dans de nombreux pays musulmans, et retour à l’envoyeur, dans l’Arabie Saoudite, pour débouter hors des terres saintes de l’Islam le grand Satan américain qui a des bases militaires dans ce pays. (Attentat contre les navires américains en rade dans les ports saoudiens). 

Et depuis, Al Qaida est devenue l’ennemie de l’Occident mais aussi de l’Orient puisque par la violence, elle veut convertir au wahhabisme, tous les « mauvais musulmans » qu’elle qualifie de mécréants, parce qu’ils suivent d’autre obédience. Ce mouvement armé va se répandre dans beaucoup de pays musulmans : Soudan, Somalie…. où les talibans seront désignés par « chabab », mais guère plus cultivés que les talibans. 

Mais aussi en Algérie, en Tunisie … et plus tardivement, au Niger, au Mali …

Son but final, sera d’éradiquer tous les mécréants et de répandre le wahhabisme partout pour l’avènement du Grand Califat avec à sa tête le « Serviteur des deux lieux saints », titre que se donne le gardien des lieux saints de l’islam : le roi Ibn Saoud qui sera auréolé du titre envié d’« Emir El Moumnin », Commandeur des croyants. 

Et voilà comment la guerre froide sera à l’origine de cette monstruosité qu’est Al Qaida comme elle sera à l'origine de l'expansion du wahhabisme par le terrorisme, parce que les apprentis sorciers américains ont exploité l’obscurantisme des salafistes saoudiens à des fins politiques. 

Si Al Qaida s’est attaquée ponctuellement à l’Occident, ce sont surtout les peuples musulmans qui subiront dramatiquement leur présence sur leur territoire et payeront le plus lourd tribut à leurs exactions (les algériens en savent quelque chose) ! 

Après la chute du mur de Belin le 9 novembre 1989, les saoudiens vont tenter de remplir le vide que va laisser le communisme finissant, en important dans les pays de l’Est leur wahhabisme !

Faisant d’une pierre deux coup : l’hégémonie politique saoudienne sur les pays musulmans et le prosélytisme au wahhabisme pour respecter le deal passé entre Mohamed Ibn Abd el-Wahhab et l’ancêtre du roi Ibn Saoud.

Très vite un « frère ennemi » des Ibn Saoud va essayer de lui damer le pion pour « exister » car son pays est coincé entre deux voisins qu’il craint : c’est l’émir du Qatar ! Entre eux, ce sera la course à l'hégémonie sur le monde dit arabo musulman.

Ainsi les deux pétromonarques vont profiter du printemps arabe pour essayer de les avorter, mais aussi ils entrent dans une course à l’hégémonie sur ces républiques !

L’émir du Qatar va soutenir Ennahdha le parti islamiste de Ghannouchi, converti au wahhabisme, et grâce à sa télévision Aljazeera il va promouvoir son poulain auprès des tunisiens.

Il soutiendra aussi les « Frères Musumans » en Egypte ; pendant que son rival Ibn Saoud tentera de créer des partis encore plus radicaux et plus extrémistes pour tenter de rattraper l’avancée de l’émir du Qatar …

Car à tort ou à raison, l’installation d’une démocratie dans ces pays, signera pour eux le début de la fin des monarchies arabes !

Le drame des musulmans, c'est que l'obédience la plus rétrograde et la plus violente, est appuyée et soutenue par les pétromonarques les plus riches du monde musulman : l’Arabie et le Qatar. Qui a leur tour sont soutenus par les américains « croyant » à leur discours de vouloir instaurer « démocratiquement » des « islamistes modérés » en remplacement des dictateurs « dégagés » par leur peuple ! Ce qui constitue une double absurdité :

- que des monarchies absolues, souvent inconstitutionnelle, veuillent aider à l’instauration de la démocratie dans les républiques en révolte,

- et comme s’il existait un islamisme modéré ! Ghannouchi en Tunisie et Morsi en Egypte, en moins d’un an ont démontré qu’il n’en était rien, si toute fois ils ont pu convaincre l’Occident de leur « islamisme light » !

Ces islamistes avancent comme argument l’échec des régimes laïcs arrivés au pouvoir au lendemain de la décolonisation. Car les leaders qui ont libéré leur peuple ont fini par se prendre pour les pères de la nation. Leur ego démesuré les a fait dévier vers la dictature. Dictature que ceux qui prendront leur relève voulaient pérenniser, sauf qu’ils n’étaient pas auréolés de la « légitimité » de leur prédécesseur. Ils instaureront à leur tour un régime de dictature policière encore plus perverse, sous couvert de rempart à l’islamisme devenus la hantise de l’Occident. Raison pour laquelle les gouvernements occidentaux fermeront les yeux sur les atteintes aux « droits de l’homme » par les dictateurs qu’ils soutiennent.

Faut-il pour autant passer par la case "islamistes" pour pallier aux défaillances des dictateurs "laïcs" ? Ne pourrons-nous tirer les leçons des pays qui ont déjà expérimentés la théocratie : Iran, Pakistan, Afghanistan, Soudan, Somalie... sans parler des pays du Golfe ?

Serait-ce une fatalité pour ces peuples de passer par la case « islamiste », comme d’autre auront subi le communisme pour réaliser 70 ans après que ce n’était qu’une utopie ?

La Tunisie mérite mieux que ces aventuriers passéistes pour la plonger dans l’obscurantisme où se trouvent les peuples des pays sous régime islamiste et théocratique !

Ghannouchi n’est animé que par sa revanche à prendre sur Ben Ali et sur Bourguiba. Il ne cesse de dire ses ressentiments envers Ben Ali qui l’avait persécuté. Ce dont il tire une « légitimité » qu’il rappelle comme un leitmotiv comme si tout un pays doit être l’exutoire de ses ressentiments envers Ben Ali ! N’hésitant pas pour cela, à précipiter la Tunisie dans un salafisme wahhabi saoudien obscurantiste.

Les tunisiens accepteront-ils d’être toujours pris en otage par les idéologues ? Mais comment résister au pouvoir de l'argent ? Pourtant il faut résister à l’hégémonie des pétromonarques et plus particulièrement au wahhabisme ! Car ce qui est arrivé au Pakistan, peut arriver aussi en Tunisie si les tunisiens ne résistent pas à cette vague de wahhabisme envahissant qui cherche à effacer leur malékisme ancestral !

A moins que les EU d’Amérique n’aient changé de stratégie envers les pays appartenant au monde dit « arabo-musulman ». (Le discours du Caire).

En effet, après avoir réveiller la bête (le wahhabisme) qui sommeillait en Arabie Saoudite pour l’utiliser contre l’ex URSS, et devant le terrorisme qu’engendreront ces apprenti-sorciers ; les américains, devant la vague du terrorisme islamiste et devant leur impuissance à le juguler, auraient-ils fini par le reconnaître et traiter avec ses chefs ? En somme, la paix pour l’Occident, contre l’acceptation d’une prise du pouvoir par les islamistes dans les pays musulmans ? En d’autres termes « permettre l’émergence des religieux » pour les pays dits arabes contre le Pétrole pour l’Occident. Acceptant une fois de plus que ces peuples soient soumis à des régimes autoritaires, et que les révolutions arabes n’aient d’autres choix que de remplacer une dictature par une autre.

Et que deviennent leurs beaux discours sur le désir de démocratie de ces peuples en révolte ? Une fois de plus la real politik prendra le dessus, et tant pis pour les martyrs des révolutions du printemps arabe.

Ce qu’ignore peut-être l’Oncle Sam, c’est que les salafistes accepteront cette solution provisoirement, comme ils l’ont acceptée pour collaborer avec lui pour libérer l’Afghanistan, en attendant de se préparer à la revendication d’après : « l’islamisation de l’Occident » de gré ou de force, après la conversion du monde musulman au salafisme saoudien.

Est-ce que l’Occident va rééditer la première erreur quand il aidait au maintien des dictateurs laïcs des républiques arabophones, qui le préserveraient des islamistes ; en aidant cette fois-ci à l’arrivée au pouvoir les partis islamistes dont ils ne voulaient pas avant le printemps arabe ?

Or les dirigeants du monde occidentale font semblant de croire à l’existence d’un islamisme modéré ! Qui peut croire qu’ils ignorent que le fondement même des islamistes c’est le salafisme, dans sa version la plus obscurantiste depuis l’avènement du wahhabisme !

Les peuples arabophones et musulmans, qui héroïquement veulent se libérer, se battraient-ils enfin de compte contre Goliath l’américain ? Toutes ces révolutions du printemps arabe, sont-elles vouées à l’échec pour préserver les intérêts des américains qui leur permettront tout au plus de changer de dictateur ?

Après l’expérience des dictateurs laïcs, leur proposeraient-ils des dictateurs religieux ? Car il est toujours plus facile de faire des affaires avec des dictateurs qu’avec des régimes démocratiques.

Les jeux seraient-ils pipés une fois de plus pour ce monde dit « arabo musulman » ?

Obama trahira-t-il ces peuples qui ont tant espéré de lui ? Il a pourtant trahit les palestiniens en leur opposant son veto pour la création de leur Etat ! Pourquoi se gênerait-il avec les autres. Se rattraperait-il lors de son deuxième mandat ? Il faut l’espèrer.

L’Europe, et à sa tête la France, commencent à réaliser qu’un nouveau « Afghanistan » est entrain de se mettre en place à leur porte : au Mali ! Toujours soutenu par les pétromonarques qatari et saoudien. Tant que le danger était loin (Afghanistan, Pakistan, Somalie …), personne ne « bougeaient » jusqu’à ce qu’un nouveau foyer salafiste jihadiste filiale d’Al Qaida au Mali, cherche à s’étendre.

Est-ce le début d’une prise de conscience du danger que représente le wahhabisme pour le monde entier ? Il serait temps que les peuples du Nord et du Sud se donnent la main pour lutter contre ce qui est la négation même de la civilisation, de la nation et de l’individu !

Il faut espérer que les occidentaux et à leur tête les américains révisent leur position vs à vis de l’islamisme modéré et de ceux qui l’exportent et le soutiennent : le Qatar et l’Arabie.


Lire aussi  : Les rénovateurs de l'Islam et Comment les hommes d'Al-Qaida sont arrivés au pouvoir en Libye

PS : Le Wahhabisme, est un fléau terroriste.

Comment est née cette secte obscurantiste, en quelques mots rapides.

La famille dont Ibn Saoud est l'héritier, a vu son destin changer au milieu du XVIIIe siècle lorsque son chef, Mohammed Ibn Saoud, s'est allié avec un illuminé du nom de Wahhab, fondateur de la secte musulmane des wahhabites.

Wahhab prêche le retour au Coran et aux hadiths de la façon la plus stricte qui soit, en écartant toute interprétation ultérieur.

C'est à partir de son enseignement que Ben Laden et ses fidèles accoutrent leurs femmes comme ils pensent faisaient le Prophète et ses compagnons avec les leurs.

Wahhab chassé de partout, trouve refuge auprès de Saoud dont il devient le gendre.

Depuis les Saoud cherchent à imposer le wahhabisme à leurs sujets et mènent une guerre sainte en vue de l'imposer aux pays arabes . Dans un premier temps sans grand succès.

Acculé, le dernier représentant des Saoul doit se réfugier chez l'émir du Koweït ( L'Arabie saoudite n'oublie pas ce geste d'où sa proximité avec ce pays )

Le fils Abd el-Aziz III ibn Saoud : Par un coup de main audacieux , reprend l'oasis de Ryad en 1902 puis se proclame émir de Nedjd et imam des wahhabites.

Au terme d'une longue et meurtrière guerre fratricide, dont les spécialistes évaluent à plus de 200 000 le nombre de victimes, dans une péninsule à peine peuplé de 3 millions d'habitants ; il Chassa Hussein de la Mecque le 5 décembre 1924 et se fait proclamer roi d'Arabie à laquelle il rajoutera le nom de sa tribu les Saoud : Arabie Saoudite, le 22 septembre 1932, unifiant sous sa férule la péninsule arabe à l'exclusion du Yémen et des émirats du Golfe. La suite est connue.

C'est l'Arabie saoudite qui soutient tous les mouvements islamistes partout dans le monde, grâce à ses milliards de dollars ; mais massacre toute opposition, aussi bien chez elle que dans les Emirats, comme au Bahreïn.

En Bosnie-Herzégovine juste après le terrible conflit, des mosquées aux l'architectures magnifiques de l'époque ottomane, furent touchées.

L'Arabie saoudite sous prétexte d'aide à reconstruire ce pays, au lieu de restaurer ces chefs-d’œuvre splendides, avait donné l’ordre de les détruire entièrement pour reconstruire d'autres en béton d'une grande laideur. Et ce conformément au wahhabisme d’une part pour effacer le culte d’avant, et une façon pour les ibn Saoud de prendre leur revanche sur les Ottomans qui englobait l’Arabie dans son grand empire ! Dramatique mesquinerie.

Et ce, sans que les Européens qui défendent les patrimoines avec juste raison, ne réagissent au crime des bédouins !

Ce que font les salafistes en Tunisie soutenus et financés par les saoudiens, en détruisant systématiquement mausolées, cimetières, mosquées … vénérés par les tunisiens, faisant partie de leur identité culturelle tunisienne, de leur mémoire collective et de leur histoire ! 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • bertin 19 janvier 2013 09:18

     

     Ces destruction de monument qui ont eu lieu partout y compris à La Mecque et Médine ont été effectuée sous l’influence du mind control islamophobe qui a perverti et caricaturé une tendance wahhabite de lutte contre le paganisme des tombeaux.


    • easy easy 19 janvier 2013 11:28



      Il est intéressant votre topo

      (Savez-vous si ce qui avait originellement et officiellement séparé le sunnite du chiite c’était surtout ou seulement secondairement la question de l’apostasie ?)


      Dans les vies en village, les gens sont en relation avec la nature et virent à l’animisme. Il n’y est jamais question de réussite donc jamais question de faillite ni matérielle ni spirituelle
       
      Dans les milieux urbains, on ne vit que de relationnel humain-humain, y compris quand on répare une voiture ou une fracture. Cette vie en miroirs vire à l’ouroboros et peut souvent sembler absurde.
      Dans la cité, sans un minimum de névrose qui les fixe sur un idéal de vie égocentrique au minimum familial avec un fort rôle éducatif-professoral, les gens se verraient en déshérence (D’autant que chacun demande constamment à l’autre ce qu’il fait dans la vie).

      Dans la cité, il surgit de l’anonymat, de l’habitus des apparences et du fait qu’on peut abuser d’un inconnu, le concept de réussite matérielle qui entraîne son lot d’abusés et de faillis. Il en surgit donc aussi le concept de réussite spirituelle qui vient consoler ces derniers.

      Dans la cité, les gens en affaires se rassurent par leur névrose réussiste.
      Mais les gueux qui se voient échoués de leurs chances n’ont que la névrose de leur humiliation et ils sont très demandeurs d’un concept qui les replace à l’honneur, ce que leur offre la religion. 

      Dans la cité, surgissent des harangueurs, des Jacques Séguéla et des Mohamed


      *****La Tunisie mérite mieux que ces aventuriers passéistes pour la plonger dans l’obscurantisme où se trouvent les peuples des pays sous régime islamiste et théocratique !******
      Mérite mieux, pourquoi pas, mais quoi ?
      C’est le même problème en Tunisie qu’en France qu’aux EU : que proposer comme consolation aux faillis qui ne soit pas religieuse donc passéiste de légitimité ? 



      Dans la cité, l’école matérialiste a été et reste encore partout le plus fort moyen de contenir le dépit par l’espérance de gain qu’elle brandit « Nous, parents, nous sommes des gueux mais nos enfants sont scolarisés et ça ira mieux pour eux »
      Mais comme très peu d’étudiants parviennent à une belle situation matérielle, comme il y a toujours plus de dépités, l’école matérialiste ne contient le dépit que pendant les 20 ans de la scolarisation. 
      Ensuite soit on réussit soit on échoue. 
      Ce qui offre un marché énorme à l’école religieuse. 


      Une religion peut jouer double jeu pour ratisser large (admettre aussi bien la réussite que la faillite). Mais son principe d’élection immatérielle offre infiniment plus de place aux dépités qu’à ceux qui réussissent. Comme le dépit des échoués les pousse naturellement à la jalousie et à la vengeance et comme l’Islam offre de larges prétextes à tuer, c’est la religion la plus intéressante pour tous les dépités du Monde. 

      A part l’école matérialiste qui ajourne le dépit pendant un temps seulement, il y a aussi la redistribution sociale vers les échoués. Ceux qui ont réussi leur redistribuent une petite somme à la masse des dépités et ça contient son explosion.

      Un rien de chômage en plus, un rien de redistribution en moins, un rien de jalousie de plus face au spectacle des réussites et la masse des dépités sort les couteaux.

      La vie en cité oblige à une fixation névrotique, réussiste ou consolatrice. La cité rend obsédé, parano, et l’irréformable Islam est une aubaine pour ses dépités, de quelque culture originelle qu’ils soient. 


      • BlackMatter 19 janvier 2013 11:43

        Le problème des musulmans, c’est qu’il n’existe pas un islam mais des « islams ». 

        Il y a l’islam tolérant pour les gens cultiveux et l’islam tolérant pour les imbéciles.
        Je pense quand même que la majorité des musulmans en France font partie de la première catégorie. Mon opinion, c’est que les wahhabiste se réclame de l’islam mais pour moi, ils ne méritent pas le titre de musulman.

        Mais que voulez vous faire quand les autorités religieuses de l’islam explique que si des homosexuels musulmans se marient, ils seront à la marge de la communauté alors que pour les musulmans terroristes, ils n’ont juste pas compris l’islam.

        • BlackMatter 19 janvier 2013 11:47

          Je voulais dire bien sûr :

          « Il y a l’islam tolérant pour les gens cultivés et un islam intolérant pour les imbéciles. »

          • njama njama 20 janvier 2013 11:38

            Le monde ne se partage pas entre gens cultivés et imbéciles, pas besoin d’être lettré pour être vertueux et tolérant. En matière de religion, les écoles religieuses sont une imbécilité, aucun prophète n’a prescrit ça ... aucun « religieux » ne trouvera justification de sa fonction sacerdotale dans la Bible, les Évangiles ou le Coran

            Le problème des musulmans, c’est qu’il n’existe pas un islam mais des « islams ».

            IDEM :
            Le problème des chrétiens, c’est qu’il n’existe pas un christianisme mais des « christianismes ».
            Le problème des juifs, c’est qu’il n’existe pas un judaïsme mais des « judaïsmes ».


          • BlackMatter 21 janvier 2013 17:17

            Je suis d’accord.


          • ctadirke 19 janvier 2013 15:34

            J’espère aussi que l’auteur comprendra au plus vite ceci

            Les noms (« gentilés » ou « ethnonyme ») désignant les habitants d’un pays, d’une province, d’une localité.... (Note de l’expéditeur : et même donc d’un quartier de grande ville !!!) prennent la majuscule initiale :  les Français, les Anglais, les Poitevins, les Parisiens.

            Les noms de langues correspondants gardent une minuscule : parler le français, l’anglais, le poitevin...

            L’adjectif garde la minuscule : la population française, la cuisine anglaise, le

            Marais poitevin, le Bassin parisien.

            L’usage est incomplètement fixé et les codes typographiques diffèrent quant au traitement de l’attribut : Il est anglais (adjectif) ou Il est Anglais (nom). L’Imprimerie nationale tranche en faveur du nom, comme on le fait par exemple en allemand (Sie ist Franzüsin).

            L’Académie considère que l’on a affaire à un adjectif, que l’on ne dira jamais Elle est Suissesse, mais Elle est suisse, et met donc la minuscule : Ils sont albanais, corses... Elle n’est pas parisienne.

            Enfin, on distingue généralement les noms désignant proprement des habitants de leurs emplois dérivés : les Albigeois aiment leur ville ; la croisade contre les albigeois, Cathares du Midi de la France, au XIIe siècle.


            Et si vous diffusiez ?


            • Kookaburra Kookaburra 19 janvier 2013 16:46

              par exemple en allemand (Sie ist Franzüsin). Correction : Sie ist Französin. En anglais c’est toujours un adjectif : She is German (avec majuscule mais c’est un adjectif.)


            • Kookaburra Kookaburra 19 janvier 2013 16:50

              Merci de ce résumé intéressant.

              Combattre les islamistes ne suffit pas. Il faudrait combattre l’islamisme, mais ce n’est pas à nous, les croisés, à le faire. Le cœur du problème c’est l’islam, car si l’Eglise catholique, en perpétrant des horreurs comme les croisades et l’inquisition, le faisait en flagrant contradiction de ses textes, l’islam, en faisant de même, ne fait qu’appliquer les siennes.

              Michel Onfray :

              « Monothéismes, I, 3 La kyrielle des interdits. […] Les Évangiles n’interdisent ni le vin ni le porc, ni aucuns aliments, pas plus qu’ils n’obligent à porter des vêtements particuliers. L’appartenance à la communauté chrétienne suppose l’adhésion au message évangélique, pas aux détails de prescription maniaque. […] Juifs et musulmans obligent à penser Dieu dans chaque seconde de la vie quotidienne.

              IV, i, 8 Inventaire des contradictions. Allah ne cesse d’apparaître dans le Coran comme un guerrier sans pitié.

              IV, iii, 1 Le goût musulman du sang. En bonne synthèse des deux monothéismes qui le précèdent, qu’il acclimate au désert arabe régi par le tribal et le féodal, l’islam reprend à son compte le pire des dits juifs et chrétiens : la communauté élue, le sentiment de supériorité, le local transformé en global, le particulier élargi à l’universel […] l’islam refuse par essence l’égalité métaphysique, ontologique, religieuse, donc politique. Le Coran l’enseigne : au sommet les musulmans […] Enfin, après le musulman, le chrétien et le juif, arrive en quatrième position, toutes catégories confondues dans la réprobation générale, le groupe des incroyants, infidèles, mécréants, polythéistes, et, bien sûr, athées … […]

              IV, iii, 8 Thématiques fascistes. […] Tout ce qui définit habituellement le fascisme se retrouve dans la proposition théorique et la pratique du gouvernement islamique : la masse dirigée par un chef charismatique, inspiré ; le mythe, l’irrationnel, la mystique promus au rang de moteur de l’Histoire ; la loi et le droit créés par la parole du chef ; l’aspiration à abolir un vieux monde pour en créer un nouveau - nouvel homme, nouvelles valeurs […] »

              Traité d’athéologie - Physique de la métaphysique, Paris : Grasset, 2005.


              • Mugiwara 19 janvier 2013 18:10

                un dirigeant arabe avait dit que la démocratie était comme une jungle. en vérité, non. pas à plus long terme. le plus important est que les laics arrivent à ressortir ce que voulait vraiment dire mahomet. bien évidemment, point n’en faut trop et le wahhabisme est appelé à disparaître étant donné que les pays arabes n’auront aucune envie de se laisser dicter quant à l’interprétation de leurs religions. en effet, il ressortira de différentes interprétations, d’où une nécessité vitale que de discuter et donc de passer par la démocratie. pourquoi ? parce que les rois, ou même les présidents n’ont jamais eu et n’auront jamais le monopole de quoi que ce soit, sinon, c’est la ruine assurée. c’est pourquoi je soutiens les laîcs du monde entier car quand la religion prospère, c’est là le risque qu’un pays retombe dans l’abîme de l’ignorance. le maître mot est donc de discuter. l’idéologie ne doit pas tuer l’homme comme je l’avais dit il y a quelques temps,mais, il y a toujours un mais :), selon les périodes, il faut savoir faire des entorses à l’idéologie puisque même en faisant cela, cela pourrait vous amener à une autre situation justement là où vous avez voulu y être dès le départ. 

                un exemple : on a beaucoup dit que le maghreb ne pouvait qu’un du fait qu’ils étaient tous des musulmans, or, ce qui se passe c’est qu’il est difficile de s’occuper des problèmes de son voisin quand on a déjà à faire chez soi, et de plus, il est les problèmes posées chez soi ne peuvent pas toujours avoir leurs réponses dans la religion mais peut être dans un autre pays même non musulman. est ce à dire que les musulmans vont manquer de solidatrité entre eux ? j’en veux pour preuve que la Turquie, malgré son islamité, ne pouvait rien pour les Syriens, et même s’il y a un soutien moral, qu’est ce que la religion peut faire pour ces 2 pays qui partage pourtant la même religion ? c’est pourquoi, je croise les doigts pour que la gauche israélienne puisse à travers tipzi livni par exemple essayer de de remporter les élections. ou encore que le spd allemand gagne de plus en plus du terrain. pareil pour les autres partis de gauche des pays arabes ou sud américain ou même asiatique... 

                donc, le danger qui guette les démocraties, c’est le manque de fondements et justement, l’argent ne doit pas être le fondement d’une société mais simplement la vie d’un humain qui elle procurera toujours à l’argent sa valeur qu’il veut bien lui donner pour atteindre ses objectifs. 

                pour ce qui se passe dans le moyen orient, en palestine, bah... continuez à emmerder les israéliens pendant encore un bon moment... 

                je dois ajouter que la religion musulmane est à prendre avec des pincettes, les religieux ne sont que la mémoire et ne font que réciter mais ne comprennent pas un traître mot de ce qui y est dit et surtout ne saurait même pas quand et où bien l’utiliser. chacun sa place, d’où une forte nécessité qu’il y ait des laîcs et c’est ce que je crois que mahomet parlait de la choura. 

                • Mugiwara 19 janvier 2013 20:46

                  les israéliens ont le droit de se défendre. pour faire simple, la religion ne sert strictement à rien, sauf à abuser des gamins, des enfants, une vie grassement bien payée pour diriger donc toute la meute à l’abattoir. 


                  ave maria ? plutôt dire : vafanculo maria, t’es rien qu’une pute... mais ça n’engage que moi et si j’ai pu heurter vos sensibilités, pensez juste que je ne vous ai pas obligé à me lire... 

                • njama njama 19 janvier 2013 22:14

                  Le « wahhabisme saoudien » c’est l’alliance du sabre et du goupillon comme vous dites.
                  Cela va de pair avec le sionisme, et le squelette politique bâtard d’Israël, ni état laïque, ni pure théocratie fondé sur la religion et le nationalisme, où se mêlent lois civiles et lois religieuses. Un pays qui pratique l’apartheid (normal le vice de forme est congénital).
                  Leurs expansions sont assez parallèles.
                  Cela va de pair avec le système américain, One nation under God depuis Einsenhower (1954)
                  Cela va de pair avec la doctrine du Choc des civilisations ... États islamiques, État Juif.
                  États chrétiens bientôt ?
                  L’Europe under Christ ? les racines chrétiennes ...

                  Le retour du religieux en politique ? le confessionnalisme, la libanisation de la vie politique ... 
                  La Calotte est de retour
                  L’apocalypse c’est maintenant …

                  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/La_Calotte_Janvier _1951.JPG/800px-La_Calotte_Janvier_1951.JPG


                  • epicure 20 janvier 2013 19:20

                    Merci de cet article qui m’a résolu une dissonance cognitive :

                    le fait que le pakistan est sensé être un pays d’école libérale, alors qu’y règne un islam intolérant, autoritaire, rétrograde.

                    Le centre du problème c’est bien le pétrole ... enfin l’argent du pétrole, c’est grâce à lui qu les saoudiens tiennent les américians par les bourses en étant maitre de leur bourse. IOLs ont développés de pussants réseaux de relations avec les élites américianes (dont la famille bush il me semble).

                    Je pense que si demain par un miracle inexpliqué les ( dirigeants ) saoudiens se retrouvaient sans une goutte de pétrole, ni un seul dollard en banque, leur espérance de vie serait très courte car les américains ne les soutiendraient plus. Malheureusement cela n’est que de la fiction, donc les américians composent avec les saoudiens et sont leurs alliés.

                     

                    Ce n’est pas la religion ou l’idéologie qui déterminen la politique mondiale, mais avant tout les intérêts éconopmiques et financiers, donc si les islamistes apportent du pétrole et des dollards aux américians, ils font partis des alliés, s’ils se mettent contre les intérêts américians ils sont leurs ennemis et ont droit à des interventions militaires. La démocratie etc... ont peu d’importance dans ce jeu de dupe international.

                    Du coup le mouvment international d’extrême droite le plus réactionnaire, le plus actif sur le terrain par les armes, le plus agressif, le plus dangereux pour le monde entier, sert de jouet pour les élites internationales, mais il leur arrive qu’elles s’y brûlent les doigts : on ne joue pas avec le feu impunément.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès