• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tea Party : l’extrême droite américaine se radicalise contre (...)

Tea Party : l’extrême droite américaine se radicalise contre Obama

Nous n’avons pas fait le nécessaire pour étayer les fondations de notre prospérité (Obama)

Pour quiconque s’intéresse à l’Amérique, plus particulièrement aux États-Unis d’Amérique, il est de plus en plus difficile de comprendre ce qui motive la population à vouloir réélire un gouvernement républicain. Barack Obama a échoué en très peu de temps à maintenir haute sa cote de popularité. La conjoncture économique ne s’améliore pas. Les derniers indicateurs économiques sont au rouge avec un taux de chômage à 9,5% de la population active et un nombre record de plus d’un million de saisies immobilières cette année. La reprise de l’économie a nettement ralenti aux États-Unis au deuxième trimestre, la hausse du PIB n’ayant atteint que 1,6% en rythme annuel. L’économie nuit dramatiquement aux démocrates. Les Républicains (The Grand Old Party) viennent de franchir le cap des 51% des intentions de vote aux prochaines élections parlementaires de mi-mandat du 2 novembre prochain contre 41% pour les démocrates. Et pour le Parti démocrate, l’épine dans le pied reste la lenteur de la reprise économique et l’anémie du marché de l’emploi. Tout rationnel qu’il soit, Barack Obama n’a pas su montrer la fougue et la passion, d’avant les élections présidentielles, auxquelles s’attendait la population américaine, empêtré qu’il était dans les guérillas parlementaires sur la santé et l’économie. Barack Obama a oublié que la compassion engendre la sympathie. L’inflation engendre l’indifférence. Et le grand mouvement populaire qu’il avait soulevé s’est transformé en cauchemar : le Tea Party.

Il existe en effet une autre réalité qui sévit aux États-Unis : le mouvement ultra-conservateur du Tea Party. L’extrême-droite se radicalise davantage, en opposition au plan de relance économique américain. Il s’organise principalement par l’entremise d’Internet et refuse de se lier aux dirigeants du parti républicain (GOP). Son financement est assuré par trois milliardaires : Rupert Murdoch et les frères David et Charles Koch. Le chiffre d’affaires de Koch Industries (pétrole, chimie...) est estimé aujourd’hui à 90 milliards de dollars. Les frères Koch occupent les neuvième et dixième rangs de l’échelle des milliardaires américains. Le mouvement a pour porte-étendard nulle autre que l’ex-candidate à la vice-présidence, Sarah Palin. Le printemps dernier, les sondages leur accordaient 23% des intentions de vote des Américains contre 36% pour les démocrates et 18% pour les républicains.

La devise du Tea Party est simple : Restoring Honor. Les Tea Party Patriots ne donnent pas dans la dentelle. Le mouvement est né il y a un an. Les Tea Party Patriots s’opposent notamment au fait que l’État fédéral « subventionne les prêts immobiliers des losers  ». Les partisans de ce groupe sont sans pitié. Ils n’ont de cesse de dénoncer les déficits du gouvernement fédéral creusés, selon eux, pour faire face à la crise économique, sauver les banques, et financer la réforme de l’assurance maladie de Barack Obama. Un autre principe qu’avance le Tea Party consiste à dire : « Le gouvernement ne peut me forcer à être charitable ».

La colère des Tea Party Patriots s’inspire de celle des colons des Treize Colonies anglaises d’Amérique du nord qui, en 1764, se plaignaient d’être soumis à des taxes nouvelles par le Parlement de Westminster. Les habitants de Boston lancent un puissant mouvement de boycott des marchandises anglaises. Le résultat se fait sentir : en deux ans, les importations concernées diminuent de moitié. Le 5 mars 1770, une échauffourée se solde à Boston par la mort de 5 manifestants. En 1773, les coloniaux américains se révoltent contre la décision du Parlement britannique d’imposer la consommation du thé (dont ils assurent le monopole). Les colons s’habillent en costumes indiens, prennent d’assaut, la nuit, plusieurs vaisseaux commerciaux britanniques, et déversent le contenu de centaines de coffres de thé dans le port de Boston.

En janvier 2009, le président Barack Obama annonce son plan relance (stimulus). Rush Limbaugh, le célèbre animateur de talk-radio conservateur, lance contre le gouvernement fédéral une violente attaque. Des groupuscules se forment pour appuyer les attaques de Limbaugh. Quelque 750 réunions ont lieu un peu partout dans le pays le 15 avril, date-limite avant laquelle les Américains doivent payer leurs impôts. La chaine conservatrice Fox leur consacre une journée entière de reportages.

Il ne faut surtout pas sous-estimer l’ampleur de ce mouvement. Quelque 52 % des Américains ont maintenant de la sympathie pour le mouvement Tea Party. Au Kentucky, le néophyte Rand Paul a ravi la nomination sénatoriale à Trey Greyson, le favori de l’establishment républicain. Lors des élections de de mi-mandat du 2 novembre, le candidat démocrate Jack Conway se retrouvera nez à nez avec Rand Paul. Au Nevada, le Tea Party a appuyé la candidate républicaine Sharron Angle en raison tout particulièrement de ses prises de position. Elle est en faveur de l’abolition du département de l’Éducation. Le leader démocrate du Sénat, Harry Reid, se retrouve à égalité dans les sondages avec Sharron Angle.

En Arizona, le Tea Party n’a pas fait de gain. En effet, le candidat républicain défait à la présidentielle américaine de 2008, John McCain, a remporté la primaire de son parti. S’il gagne son pari en conservant son siège à la chambre haute en novembre, John McCain, 73 ans, serait réélu pour un cinquième mandat. Il a dépensé 20 millions de dollars pour battre son adversaire J.D Hayworth. Relativement au retrait annoncé par le président Obama des troupes en Irak, John McCain persiste toujours à dire que c’est une erreur. La dette américaine a atteint un sommet historique : 13.000 milliards de dollars. Le prix Nobel d’Economie Joseph Stiglitz estime que le coût réel de la guerre en Irak et en Afghanistan est plus proche de 3.000 milliards de dollars si l’on prend en compte l’ensemble de l’économie, de la prise en charge des morts et des blessés jusqu’à la hausse du prix du pétrole. Barack Obama évoque le chiffre de 1.000 milliards de dollars. Selon le Congressional Research Service, les coûts associés à la guerre en général pourraient se situer entre 274 et 588 milliards de dollars sur les 10 prochaines années, et les deux conflits auront coûté au total entre 1.560 et 1.880 milliards de dollars aux Etats-Unis (Information AFP). Si les « troupes militaires sont l’acier du vaisseau de l’Etat », comme l’indiquait Barack Obama lors de son dernier discours à la Nation, l’économie montre des faiblesses qui ont tout lieu d’inquiéter la population américaine. Obama a longuement loué les soldats américains qui ont participé à cette guerre. Mais du même souffle, il a dû admettre que « malheureusement, durant la dernière décennie, nous n’avons pas fait le nécessaire pour étayer les fondations de notre propre prospérité ».

Samedi dernier, à Washington, Glenn Beck, animateur ultra conservateur et populiste sur la chaîne Fox News, et un des hommes politiques les plus provocateurs des États-Unis, n’a pas hésité à organiser un rassemblement ultraconservateur des Tea Party Patriots sur les lieux mêmes du célèbre discours de Martin Luther King, le Lincoln Memorial. Jonathan Mann, correspondant de CNN international, trace de Glenn Beck un portrait peu flatteur : dans ses shows radio et télé, il parle, sermonne et pleure. Il gesticule, passe de l’idiotie à la solennité, se montre passionné ou professoral. Cela a fait de lui un homme riche. Ses programmes, ses livres, ses apparitions en public, ses sites Internet lui ont rapporté plus de 32 millions de dollars l’an dernier. Le nationalisme était au cœur de ce rassemblement. Sarah Palin, qui songeait l’an dernier à se présenter à la prochaine présidentielle avec Glenn Beck comme candidat à la vice-présidence, était au rendez-vous. 300 000 personnes ont également répondu à l’appel de Glenn Beck. Toutefois, selon une estimation basée sur des photos aériennes pour la chaîne CBS News, les manifestants des Tea Party étaient environ 90 000. Glenn Beck a revendiqué la présence de 300 000 à 500 000 personnes.

Glenn Beck a invité ses partisans à un renouveau religieux, comme l’indique le correspondant de Cyberpresse, Richard Hétu : « Nous devons extirper le poison de la haine qui est en nous, quels que soient les calomnies ou les mensonges qui nous sont adressés. Nous devons nous tourner vers Dieu et vers l’amour. Nous devons défendre ceux avec lesquels nous sommes en désaccord ». C’est ce même Glenn Beck qui avait comparé l’Amérique de Barack Obama à la Planète des singes et qui accuse Obama de racisme anti-blancs. Et Sarah Palin n’a pu résister à la tentation de formuler une critique voilée du président, qui a promis de « transformer fondamentalement » les États-Unis.

Paul Krugman, prix Nobel d’économie, économiste américain et chroniqueur du New York Times, invitait, lors d’une entrevue à CNBC, Barack Obama à adopter un nouveau plan de relance de 800 milliards de dollars américain, si ce dernier ne veut pas perdre le contrôle du Congrès aux élections de mi-mandat en novembre. Comment voulez-vous régler votre problème d’endettement si l’économie ne reprend pas, s’interrogeait l’économiste ? Krugman prévient qu’une nouvelle récession guette les États-Unis. Selon les économistes de Natixis, cités par le quotidien Le Monde, les dettes cumulées des États-Unis, du Japon, de la zone euro et du Royaume-Uni ont gonflé de 11 233 milliards de dollars entre 2007 et 2010.

Paul Krugman dénonce du même coup les réductions d’impôt de Georges W. Bush dont ont bénéficié et bénéficient toujours les riches. Ces niches fiscales pour les 1% ou 2% des Américains les plus riches sont un gâchis éhonté d’argent public. Ces niches priveraient l’État d’une somme de 70 milliards de dollars par année. « Il est difficile d’imaginer une manière moins efficace d’aider l’économie que de donner de l’argent à des gens qui en ont déjà beaucoup, et qui n’ont aucune chance de dépenser cette manne ». La Réserve fédérale et le gouvernement peuvent-ils et doivent-ils faire plus qu’ils n’ont déjà fait pour aider à relancer l’économie ? Le président Barack Obama a déjà laissé entendre qu’il adopterait de nouvelles mesures de relance, dont une aide aux PME, la promotion des exportations, davantage de réductions d’impôt pour la classe moyenne et des investissements dans les énergies propres. Ben Bernanke, président de la Fed, a lui aussi ajouté que la banque centrale était prête, si nécessaire, à réutiliser des mesures de stimulation économique déjà employées durant la crise, telles que l’achat massif de titres financiers pour faire baisser les taux d’intérêt à long terme.

Un autre sondage indiquait, la semaine dernière, qu’une majorité d’Américains désapprouvait la politique du président, soit 50 %, contre 45 % en sa faveur. C’est une première chute brutale pour Barack Obama depuis son élection. Avec l’annonce de ces nouvelles mesures, tant souhaitées par Paul Krugman, Barack Obama devra choisir l’intérêt de l’État ou des pertes importantes lors des prochaines élections de mi-mandat en novembre prochain. Un lourd dilemme. Le Tea Party, un grass-roots movement, sortira-t-il vainqueur de cette lutte qui se joue sur l’économie des États-Unis ? Pour gagner, les Tea Party Patriots devront imposer à l’Amérique leur crédo qui se résume à : « lutter contre les dépenses et les taxations excessives du gouvernement » et les trois principes qui gouvernent leur lutte contre le gouvernement : « la responsabilité fiscale, un gouvernement limité et l’économie de marché » ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 11:15

    Marc


    C’est un point de vue qui se tient. 

  • olive17 olive17 2 septembre 2010 13:03

    sans compter que son slogan n’est ni plus ni moins qu’un titre de RUN DMC

    « yes we can »


  • NeverMore 2 septembre 2010 17:21

    Il perdrait même des voix en France, c’est dire ...


  • L'enfoiré L’enfoiré 2 septembre 2010 10:54

    Les Américains sont des gens qui veulent des résultats tout de suite. Leur situation économique, leur dollar qui remonte. Comme des enfants gâtés, ils veulent cela tout de suite. Wall Street attend des résultats des entreprises tous les trois mois. Nous sommes dans le court-termisme à tous niveaux. La tâche d’Obama était énorme dès le départ. On le savait, mais on rêvait. La grande crise était déjà là.
    Le pragmatisme américain est à tel point que le lundi, ils vont à droite et le lendemain, ils se retrouvent à 180° dans le sen sens inverse. Je connais très bien le problème.
    Un Européen changerait de quelques degrés en cas d’échec.
    Il est clair que l’on ne peut faire une politique de social en même temps que du conservatisme et protéger les fortunes faites.
    The Tea Party, une très vieille chimère, n’est que la peur intrinsèque de ne pas pouvoir faire ce qu’un Américain veut. Il est le balancier égoïste. Sarah Palin en tête. La femme au fusil qui va détruire l’Alaska sa faune, son environnement à la recherche de pétrole.
    Si on ne comprend pas toujours les Chinois, avec nos yeux d’Européen, pour ce qui est de l’Amérique, ce n’est pas nécessairement plus simple. Il faut du temps. Je demanderais bien ce qu’il en pense à Candide, qui ne vient plus par ici. 
     smiley


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 11:20

      L’enfoiré


      Mes salutations. Pour ajouter à la parodie, nous disons chez nous Sarah Palin, la gouverneure qui voyait la Russie de sa fenêtre. Plus sérieusement, je crois bien que si nous étions dans la même situation de crise, pertes d’emploi, pertes de maisons, saisies bancaires, dans le pays qui se prétend le plus riche au monde, nous aurions quelques sautes d’humeur. Il ne faut pas sous-estimer la détresse de l’Américain moyen. Il est important de préciser que si Obama perd sa majorité à mi-mandat, cela ne veut pas dire qu’il pourrait perdre les prochaines élections présidentielles. Les impacts du Tea Party sur les républicains pourraient être nuisibles. La mémoire de Georges W. Bush reviendra hanter les voteurs. 

    • L'enfoiré L’enfoiré 2 septembre 2010 13:10

      Pierre,

      « Marci ben », comme on dit chez vous. smiley
      « Je magazine », un peu, ces derniers temps

      "... si nous étions dans la même situation de crise, pertes d’emploi, pertes de maisons, saisies bancaires, dans le pays qui se prétend le plus riche au monde, nous aurions quelques sautes d’humeur.« 
      Eux qui ont l’habitude de »manger comme un bûcheron« . Ça la fout mal. Le pays de la liberté, de Wall Street ont eu de ses surprises sur prises.

       » Il ne faut pas sous-estimer la détresse de l’Américain moyen.« 
      Très vrai. Les films et feuilletons américains du type »Dallas, ton Univers impitoyable« est un peu passé de mode. Pourtant, il existe bel et bien, ce monde de »bas de gamme« qu’il voulait ignorer.

       » Obama perd sa majorité à mi-mandat, cela ne veut pas dire qu’il pourrait perdre les prochaines élections présidentielles.« 
      Voilà, encore, une erreur de rechercher des échéances de mi-parcours pour saper le moral.

        »La mémoire de Georges W. Bush reviendra hanter les voteurs."
      Exact.
       smiley


    • TDK1 TDK1 5 septembre 2010 13:58

      Bonjour L’enfoiré,

      Vous rendez vous compte, à la lecture de votre réaction, de la vanité qui s’en dégage ? Vous rendez vous copte que vous vous faites l’expression de cette attitude méprisante et hautaine que le monde entier reproche aux Français ?

      Qui êtes vous pour parler des américains en ces termes ? « des enfants gâtés » ! Le vieux cliché éculé de l’Européen supérieur et dominateur. Cela va faire bientôt un siècle que l’Européen n’a rien prouvé de sa supériorité. Comme quoi il n’est peut être pas plus idiot de changer à 180° plutôt que de « quelques » degrés (ce qui, d’ailleurs est complètement faux, les Allemands n’ayant pas hésité, sous le gouvernement Schreider à changer du tout au tout avec les effets bénéfiques que nous voyons aujourd’hui... Sous Tatcher, les Britanniques ont changé du tout au tout, sauvant leur pays et lui assurant le plus haut niveau de vie européen jusqu’à la dernière crise).

      Sarah Paulin, l’ennemi désignée du boboïsme mondial. Anti avortement, pro famille, attachée aux valeurs traditionnelles, y compris la chasse, ne s’embarrassant pas du politiquement correct, le DIAAAABLE de nos nouveaux religieux ! N’empêche que la mère Paulin a été Gouverneur d’un État grand comme trois fois la France, qui, contrairement à bien d’autres Etats américains (je n’irai même pas jusqu’à citer la Californie, vitrine W du boboïsme bien pensant qui est est cessation de paiement et ne paie plus ses fonctionnaires) n’a aucun déficit budgétaire, aucune dette structurelle et un revenu moyen par tête de pipe qui est le troisième des USA. Rappelez moi ce qu’à fait Monsieur Barack H Obama avant d’être élu ? Rien. Il était sénateur et n’avait jamais rien géré, pas même une ville !
      Son élection est une élection raciste. Il a été élu en vertu du réflexe de compassion à l’égard du « bon nègre ». C’est une élection Banania. Je vous choque ? Alors posez vous tranquillement dans votre fauteuil et relisez tous les commentaires parus lors de son élection. Reprenez les mot pour mot et replacez les dans le contexte « colonial » des années d’avant guerre. Vous serez surpris. Nos boboïstes bien pensants, tenants de la pensée unique d’aujourd’hui, qui font de "l’anti-racisme’ leur profession de foi sont en fait de parfaits racistes.
      Au nom de la discrimination positive, les USA ont mis à leur tête un dirigeant sans aucune expérience, idéologiquement dangereux. Et c’est là où je vous rejoins ! Le pragmatisme veut qu’une fois la gueule de bois passée, quand le vrai visage apparaît, les américains ne sont pas du genre à s’enfoncer dans leurs erreurs. Cela s’appelle du réalisme. Les Français en seront ils capables en 2012 ?

      Cordialement,


    • asterix asterix 2 septembre 2010 11:11

      Il n’avait pas la tâche facile dès le départ, s’est empêtré en Afghanistan malgré ses promesses, a instauré une sécurité sociale pour tous avec vingt pages d’exceptions et a reçu Deep Water comme un coup de poing sur la gueule.
      Les Etats-Unis ont toujours eu le choix entre la voie de droite soft et la voie de droite dure. Obamix suivra le destin de Carter, un brave type plein de bonnes intentions mais incapable de les réaliser. Dans deux ans, ils auront un Président plein de mauvaises intentions et parfaitement capable de les réaliser.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 11:21

        Asterix


        L’exemple de Carter est intéressant. Mais je ne compte Obama pour battu lors des prochaines élections présidentielles. Beaucoup d’eau va couler sous les ponts.

      • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 11:48

        @ Pierre, merci pour cet intéressant article.

        Beaucoup d’eau sous les ponts, certainement. Et de pétrole sur les côtes du Golfe du Mexique, les plages de Floride, et encore ailleurs.. !!

        Obama et son administration sont en effet plus que compromis dans cette affaire de forages à grande profondeur - avant même LES fuites DES puits, et l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon.

        Les infos sortent (essentiellement sur internet jusqu’à présent), malgré un black out strict, et vont continuer à sortir, en même temps que va croître l’exaspération quant aux dégâts..

         


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 11:57

        AniKoreh


        Mon compatriote François M l’a fort bien exposé hier. Les informations vont très certainement être publiées au compte-goutte. 

      • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 14:13


        Au compte-goutte.. smiley


      • LE CHAT LE CHAT 2 septembre 2010 11:28

        Morice a décidé de boycotter le thé ! non mais !  smiley


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 11:47

          Le chat


          N’est-il pas un peu tôt pour le thé ? Ici, il n’est que 06h du matin. Chez vous, c’est déjà l’heure du déjeuner.

        • LE CHAT LE CHAT 2 septembre 2010 11:53

          T’as raison , Pierre , ici c’est l’heure de l’apéro !  smiley


        • Hijack Hijack 2 septembre 2010 11:58

          Ben oui, normal tout ça !!! Oh Bwana a été élu pour booster ce genre de trucs ... La construction d’un lieu religieux près de Ground Zéro en est la preuve formelle...

          Tout en sachant que le 11/09 c’est tout ce que vous voulez, sauf des musulmans qui ne sont pas capables même de rêver une telle attaque !!! Et donc ... eh ben réfléchissez, ça fait du bien de temps en temps !
          Réfléchissez, même si ça va à l’encontre de ce que l’on vous a fait comprendre, ce que l’on vous a appris.

          Bref, Oh Bwana ... va presque faire la campagne électorale de Bush ... qui finalement était moins pire.

          A propos des négociations de paix avec Mahmoud Abbas, c’est comme si c’était l’OAS qui négocie la paix avec les harkis algériens, c’est comme en si 1945 c’étaient les collabos et le gouvernement de Vichy qui avaient négocié l’armistice ou la paix avec les allemands ...
          M. Abbas est considéré comme un traître partout ... même par les israéliens (mais se gardent de le crier haut et fort puisqu’il fait ce qu’ils lui ordonnenent). Il est considéré comme un traître, un lâche ... mais il nous l’a largement prouvé...


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 12:09

            Hijack


            Je me colle davantage sur l’analyse factuelle que sur les observations spéculatives. Dans le cas de Ground Zero, le président avait-il un autre choix que de défendre un principe inaliénable de la Constitution américaine ? Dans le cas des négociations de paix israélo-palestiniennes, tous les présidents des États-Unis, démocrates et républicains, ont cherché une solution, sans y parvenir. 

          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 12:15

            Je me base simplement sur la réalité ...

            Obama ne pouvait rien faire d’autre, on le sait depuis longtemps à présent.
            Il faut aussi élever un peu le débat, voire au-delà de ce qui nous est dicté ...


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 12:18

            Je reviens sur le fait que les précédents gouvernements US ne pouvaient rien faire :

            Comment pouvaient-ils bien faire, puisqu’ils sont juges et partie ???

            Qu’il s arment Israël, les financent, les aident politiquement ... font leur boulot dans la région.


          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 12:24


            Moins pire que Bush, allons, sérieux.. ?  smiley

            L’Afghanistan, l’Irak, 9/11, la guerre au terrorisme, la diabolisation des musulmans, le Patriot Act, etc., sont d’abord à mettre à leur actif, Bush et ses mentors néocons - Cheney, Rice, Rumsfeld, Perle, Wolfowitz..

            J’en passe, et sans doute des meilleurs, dans les coulisses..


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 12:40

            Hijack


            Je ne disconviens pas que les États-Unis ont des intérêts régionaux et qu’ils agissent brutalement parfois pour les défendre. Quels pays n’ont pas à défendre des intérêts stratégiques un peu partout sur la planète ? Les États-Unis, la Russie, la Chine, la France sont de ceux-là. Sont-ils moins brutaux que les États-Unis ? Pendant que les États-Unis arment Israël, la France s’apprêterait à vendre des missiles anti-char au Liban. Les fournitures d’armes à Taïwan par les Etats-Unis provoquent régulièrement la colère de la Chine. Notre planète obéit à des règles précises selon les influences des grands blocs économiques et militaires. 

          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 14:43

            Hola !!! C’est une façon de parler ...

            Ce que tu comprends pas ... c’est que Bush, vu son passé de blanc raciste déclaré néocon... on savait où on allait, on n’était jamais surpris...

            Tandis qu’avec Obama ... il fait le contraire de ce qu’on attend de lui ... 
            Au lieu de marquer l’histoire, il ne aissera une tâche dans l’histoire des présidents américains.

            Bush ... d’ailleurs est moins responsable car franchement con, ce qui n’est pas le cas d’Oh Bwana ... donc responsable !


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 14:49

            Arhgghhh !!! Je crois que tu n’y es pas du tout ...

            L’impérialisme, tout comme le sionisme sont les tares de notre planète ... responsables de toutes les guerres, de tous les morts ... on ne peut excuser de pareilles idéologies quels que soient leurs motifs...

            Ils n’ont pas que des intérêts, ça va bien au-delà, mais pour comprendre, faut se poser les bonnes questions, voir ça de haut ... n’avoir aucune barrière !


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 14:50

            Message ci-dessus à l’attention de AniKoreh


          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 15:07


            Dis, Hijack (allez, je te tutoie, camarade), tu crois - sérieusement - que je ne comprends pas.. ? smiley

            Tu crois que je ne comprends pas quels sont les puissants intérêts * qu’il y a derrière l’escalade du conflit en Afghanistan, son extension au Pakistan, et les préparatifs pour l’attaque de l’Iran ?

            * Les puissants intérêts désignés en son temps par Eisenhower, lorsqu’il a mis ses fellow Americans, et le monde, en garde contre le Lobby.


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 15:10
            Hijack

            La situation n’est pas aussi tranchée que cela. Restons au strict plan intérieur. Que peut faire Barack Obama avec une Amérique profonde qui lui tourne le dos ? Il est le premier président américain à réussir l’impossible : l’assurance santé pour tous. Le régime n’est pas parfait. Mais il répond à un immense besoin des populations pauvres privées de soins de santé. L’Amérique profonde n’en a cure du fait que les États-Unis ont de meilleurs rapports avec le reste du monde. On ne pardonne pas au président Obama de ne pas avoir ramené la prospérité. L’Amérique profonde n’a pas apprécié ses valses hésitations sur l’immigration. On lui pardonne pas davantage ses positions modérées sur les droits des homosexuels ou sur l’avortement. Le journaliste Ross Douthat du New-York Time écrivait qu’il existe deux amériques : The first America is wholly secular. Cette amérique qui ne vit que pour et par la Constitution des États-Unis (An America where the newest arrival to our shores is no less American than the ever-so-great granddaughter of the Pilgrims). L’autre amérique est celle qui ne parle ni espagnol, ni chinois, ni arabe. Elle tire sa culture du protestantisme et de son héritage judéo-chrétien. Elle ne parle qu’anglais. L’une est ouverte. L’autre est refermée sur elle-même. L’une est plutôt politique. L’autre est plutôt religieuse. Ainsi va l’Amérique de Barack Obama. Et ces deux hémisphères de l’Amérique voteront en novembre prochain.

          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 15:26

            @ AniKoreh,

            Bien sûr qu’on se tutoie ... dans un forum il est inutile de se vouvoyer...

            Je répondais à ton étonnement ... sur « moins pire que Bush » ...

            Un gars comme Bush, on sait d’avance ce qu’il va faire ... de plus, archi con, aucune instruction etc ... donc irresponsable.
            Bush par rapport au sionisme, c’est qu’il se servait d’eux ... car on connaît son fond antisémite.

            Oh Bwana ... fait ce que les racistes attendent de lui ... se met à genoux devant le sionisme.

            Si j’étais blanc raciste ... je dirai : tiens ce black est un vrai esclave, il fait vraiment tout pour nous donner raison ... après lui, les blacks n’auront plus aucune chance etc ....

            Voilà pourquoi il est pire que Bush ... pour le 11/09, il fuit et sanctionne même ses amis qui se posent des questions.


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 15:40

            Pierre R. Chantelois

            OK... restons à l’intérieur ...

            La première chose à faire est de faire entrer tous les soldats US au bercail(Surtout Irak et Afghanistan et ne me parle pas des talibans qui ne sont rien d’autre que des combattants à leur manière), ensuite arrêter tous les conflits où ils sont responsables, partie prenante ... et puis ensuite,
            Supprimer l’aide astronomique faite régulièrement à Israël, ainsi qu’à l’Egypte.
            Supprimer églalement l’aide militaire en matériel à Israël.

            L’assurance santé, c’est une bonne chose (je mets ça d’ailleurs sur le compte de son épouse) ... mais c’est pas encore fait.

            Bref, là où je veux en venir, c’est s’il ne règle pas les problèmes US à l’extérieur, ça foirera à l’intérieur ... c’est pas plus compliqué que cela...

            Et au lieu de ça ... A présent, Israël souhaite agresser l’Iran (qui lui n’a jamais colonisé, ni agressé qui que ce soit) ... et pour cela fait tout pour engager les ricains... qui tombent dans le panneau.
            Voilà pourquoi ... l’équipe Bush savait ce qui allait se présenter comme obstacles devant eux ... ont laissé Oh Bwana, le bien nommé. L’esclavage, quoi qu’on dise n’est pas terminé, il a juste évolué.


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 15:46

            Marc 


            Je ne partage pas votre avis. Si le président s’était tu, dans un débat aussi divisé, il aurait laissé tout le terrain aux tenants d’une thèse ou aux tenants d’une autre thèse. Il a tenté de ramener le débat sur les droits que confère le premier amendement de la Constitution des États-Unis : Our capacity to show not merely tolerance, but respect to those who are different from us—a way of life that stands in stark contrast to the nihilism of those who attacked us on that September morning, and who continue to plot against us today

            S’il s’était tu, il aurait été critiqué pour son manque de courage. 

          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 15:56

            Hijack


            La réforme du système de santé américain est définitivement entérinée depuis le 26 mars 2010. Elle pourra étendre la couverture maladie à 32 millions d’Américains supplémentaires. 

            Encore une fois, il ne faut sous-estimer l’importance des stratégies géopolitiques des États-Unis. Les intérêts régionaux dans le monde ont leur importance et il ne viendrait pas à l’esprit de la population américaine de sabrer dans cette aide versée à Israël, à l’Égypte ou à l’Arabie Saoudite, pour ne nommer que ces pays. Il en va ainsi de la France. Va-t-elle rappeler ses Boys d’Afghanistan ou d’Afrique pour éviter de sabrer dans les niches fiscales ? 

          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 16:35

            Pierre R. Chantelois,

            Bien sûr que je sous estime la stratégie US... surtout depuis le 11/09

            Je prévois d’ailleurs (suis pas le seul) ... une chute bien pire que celle de l’URSS ... tiens, après l’Afghanistan ... coïncidence quoi !

            L’assurance santé, ne concerne pas tout le monde que je sache.
            Mais rassure toi, Obama ... fallait bien qu’il fasse au moins quelque chose de bien... mais ce qui a fait là, sera effacé par ce qu’on pensera de lui par la suite.


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 16:38

            Il avait le choix et l’immense responsabilité de ne pas provoquer !!!

            Je sais pour ma part que les musulmans n’ont rien à voir avec le 11/09 ... mais l’ayant fait croire et y construire un endroit de culte musulman est de la pure provoc 1er degré !!!


          • Hijack Hijack 2 septembre 2010 11:59

            Rectif post ci-dessus.

            Je voulais dire ... :

            La construction d’un lieu religieux musulman  près de Ground Zéro



              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 12:59

                sonearlia


                Je viens de regarder Alex Jones. Si les choses étaient aussi simples 

              • franchamont franchamont 2 septembre 2010 14:34

                La vérité et la réalité sont en fait très simples et même souvent « incroyables ».

                C’est parce que c’est trop gros et trop évident que la grande majorité du peuple ne veut pas croire à ce qui se passe réellement.

                Ils ne sont pas prêts à l’inconfort moral que la connaissance du réel va leur asséner. Au petit matin ils préfèrent rester dans leur rêve le plus longtemps possible. Mais la réalité va bien vite les rattraper et les réveiller. Peu préparés, ils en souffriront bien plus.

              • fonzibrain fonzibrain 2 septembre 2010 12:45

                c’est l’armée qui est derrière le tea party


                beck l’a dit devant tout le monde, c’est l’armée qui restaurera les usa.

                usa = dictature militaire dans quelques temps 


                • simplesanstete 5 septembre 2010 18:20

                  Ce gentil canadien ne veut rien comprendre des choses simples. Le titre pour commencer ce n’est pas l’extrême droite mais DROIT, droit du fric de faire ce qu’il lui plait. Dès la création de la FED c’est clair j’écris un chèque, j’écris une loi, voir Aline Dediéguez. La finance est divine et son langage et discours est similaire à la bible, les prémisses identiques ; parier sur le futur et l’imaginaire !!!
                  Have a good flight, revisionnez Dr Strangelove.


                • ffi ffi 2 septembre 2010 13:06

                  A mon avis réduire le mouvement de Tea party à « l’extrême-droite » est un peu sommaire.
                  L’explication du nom, inspiré du « Boston Tea Party », est tronquée : il faut se mettre dans le contexte politique américain.

                  La boston Tea party, c’est historiquement le soulèvement contre l’empire Britannique et sa politique coloniale. C’est donc le symbole du peuple américain qui prend sa liberté, se délie de l’impérialisme et fonde la république. Une fois la république fondée, les US vont adopter tout le XIXème siècle une politique de type protectionniste, en opposition au libre-échange promu par l’Empire Britannique. La révolution américaine fut une réaction à la première vague de mondialisation libérale et financière de l’histoire. D’autres suivront, comme la révolution française par exemple.

                  Ceci posé, l’on peut interpréter les tea party. Ils symbolisent, pour les états-uniens fortement éprouvé par la crise, un mouvement de lutte contre le libre-échange, la mondialisation et l’impérialisme. D’où le coté patriote. Ces états-uniens pensent (à raison, je le crois), que leur patrie est en danger. Wall-Street est renflouée au-delà de toute raison, des gens sont virés de leurs habitations, les infrastructures se délabrent, les Etats sont quasiment en faillite et licencient massivement, Obama a remis leur santé au mains des assurances privées...

                  Un des thèmes préféré est la Fed. Beaucoup d’Etats-uniens pensent (à raison, je le crois) qu’il est anormal qu’une banque privée ait la haute main sur le dollars et en particulier qu’elle le vendent contre intérêt à l’Etat, ce qui augmente fortement les impôts. Le problème est le même en France. Pourquoi donc les Etats occidentaux s’obligent-ils à emprunter sur les marchés financiers, alors que ces marchés financiers sèment chaos et désolation ???

                  C’est là que Krugman ment. Il n’y a pas besoin d’emprunter 1 centime aux banques centrales pour éponger la dette : il suffit à l’Etat d’imprimer la monnaie lui-même, comme Lincoln l’a fait (green back) ou bien comme Kenedy avait commencé à le faire. Evidemment, ce genre de position ne plaît pas à tout le monde. D’où ces calomnies que colporte l’auteur, en référence comme d’habitude, selon la tactique de diabolisation éprouvée, à l’extrême-droite.

                  Mais, en vérité, le mouvement des tea party est massif. Des gens très variés s’y côtoient, simples citoyens, de droite ou de gauche. Ce qui les rassemble est le désir de ne pas voir mourir leur pays, mis à mal par le système, d’où ce ciment patriotique, reliant une alliance hétéroclite.

                  Dans un mouvement populaire, il est fort aisé de prendre des petits bouts de phrases par-ci, par-là, ou de braquer le projecteur sur quelques politiciens qui tente de le récupérer. C’est ce que fait l’auteur, qui tronque la réalité avec des concepts simplistes.

                  Ce qu’il faut voir, c’est donc qu’il existe un soulèvement populaire d’une ampleur considérable aux Etats-unis. Les républicains essayent de le récupérer, mais n’en sont pas à l’origine. Il y a une colère énorme contre la mondialisation, Wall Street et les banques.

                  Maintenant, bien malin celui qui saura ce qui va en sortir. Cela dit, les américains étant armés, une guerre civile n’est pas à exclure.


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 13:20

                    Fifi


                    Vous croyez vraiment qu’en imprimant des dollars les États-Unis vont redresser le marché de l’immobilier, vont contrer les prix qui baissent et modérer les saisies de maisons ? Dire que Paul Krugman ment... je vous laisse votre opinion, sans la juger.

                  • ffi ffi 3 septembre 2010 02:04

                    Je te signale que passer pour la Fed pour émettre 800 milliards de dollars de bon du trésor coûtera au contribuable américain plus de mille milliards de dollars, à cause des intérêts qui seront versé en sus à la Société Anonyme FED. Au final, l’emprunt à la FED siphonnera un peu plus les revenus disponibles (du montant des intérêts prélevés).

                    Ce n’est pas en pressurisant la classe moyenne que l’immobilier repartira... On n’en obtiendra, au mieux, qu’une embellie passagère, avant une nouvelle progression de la paupérisation générale, comme l’a montré les dernières années.

                    Il serait temps de comprendre que le mécanisme consistant à obliger les Etats à emprunter à des banques centrales privées, coûte très très cher aux populations. Il est de plus immoral puisque, dans le principe, cela réalise un transfert de richesse des pauvres vers les très riches. Ce fonctionnement n’est dans l’intérêt que d’une minorité.

                    Ce mécanisme aboutit partout à une tiers-mondisation des pays. Chez les plus fragiles d’abord : Afrique dans les années 90, AmSus, Russie, puis Grèce, bientôt Espagne, Portugal, Irlande et tous les pays « développés » vont suivre. Tout cela pour ne pas remettre en cause les rentes du 1% le plus riche de la planète qui spéculent sur les bons du trésor ?

                    Pour relancer l’immobilier, il faut du travail pour que les gens aient des revenus.
                    Pour qu’il y ait du travail, il faut qu’il y ait des projets (sensés) qui soient réalisés.
                    Pour que ces projets soient réalisés, il faut qu’ils soient financés.

                    Plus le financement se fera à moindre coût, c’est-à-dire sans payer d’intérêt aux banques privées, comme la Fed, plus la sortie de crise sera rapide.

                    C’est une réalité simple. En France, c’est l’intégralité des impôt sur le revenu des contribuables qui est engloutit dans ce poste budgétaire inutile et facultatif (les intérêts sur la dette, poste inexistant avant 1973), sommes utilisées de plus, in fine, à la spéculation et aux bulles monétaires. La France a déjà payé en intérêt, depuis lors, autant qu’elle en doit encore. C’est un mécanisme sans fin, une usure mécanique et systématique sur les finances publiques, au profit des plus aisés.

                    Les boites privées n’ont pas à prélever « une taxe » sur les investissements publics qui sont rendus nécessaires par leur défaut d’efficacité économique à financer la satisfaction des besoins de la population.

                    Vous pouvez donc toujours taxer d’extrême-droite les Tea-party, mais le fait est que, en soutenant un système monétaire dont le résultat est le transfert d’argent des milliards de plus pauvres vers les milliers de plus riches, ce sont vos positions qui sont d’extrême-droite.


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 3 septembre 2010 06:15

                    ffi


                    Je ne suis pas un expert en économie. Il m’est donc difficile d’argumenter intelligemment sur cette question. Toutefois, Barack Obama a compris que s’il voulait regagner une certaine confiance de la population, il devait délaisser pour quelques jours la politique étrangère et se consacrer entièrement au plan de relance de l’économie de son pays : Mon équipe économique travaille dur à identifier des mesures supplémentaires (...) tant pour susciter la croissance et les embauches à court terme, qu’à augmenter notre compétitivité économique à long terme. Et encore une fois, il y aura les Tea Party Patriots pour dire leur haine du Président et de son Etat fédéral, jugé trop interventionniste.

                  • ffi ffi 3 septembre 2010 14:44

                    Il n’y a pas besoin d’être expert en économie pour comprendre que si les Etats s’obligent à payer des intérêts aux banques privées, cela alourdit d’autant leurs dépenses. Le processus est simple :
                    - Comme ces dépenses il faut les couvrir, cela oblige mécaniquement à augmenter les impôts.
                    - Puisque ce sont les classes moyennes qui portent la plus grande charge de l’impôt, puisque ce sont les classes aisées qui placent leur fond dans les bons du trésor, le système actuel consiste à taxer de plus en plus les milieux modestes pour donner aux riches.

                    Obama, soi-disant ami des pauvres, mais en vérité financé par Soros, dont l’administration est trustée par les anciens de Goldman Sachs, poursuit ce fonctionnement illégal au regard de la constitution américaine, donc, dans les faits continue de prendre aux pauvres pour donner aux riches.

                    C’est un vrai Mondain des bois.


                  • goc goc 2 septembre 2010 13:12

                    je pense que ce mouvement « tea-pary » s’apparente surtout au maccarthysme, avec ses extrémistes et sa dérive fascisante

                    Il est clair aussi qu’avec l’affaire du centre culturel musulman de GZ, cela ne va pas s’arranger, bien au contraire, on va vite passer au racisme ouvertement affiché avec ses conséquences désastreuses

                    la France avec ses roms, a coté, risque bien de passer pour un pays humaniste


                    • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 13:30

                      Goc


                      Vous rejoignez l’avis du correspondant de la Presse à New-York, Richard Hétu. Hétu propose en visionnement un documentaire du journaliste américain Chris Matthews. Matthews établit également un parallèle entre la haine et la peur qui émanent du Tea Party et celles qui ont nourri la paranoïa de Joe McCarthy et de plusieurs autres figures de la droite américaine du passé

                    • Le péripate Le péripate 2 septembre 2010 13:41

                      Quelques images sur les méchants ultra-droitistes et les gentils ultra-gauchistes.


                      • Nestor 2 septembre 2010 14:02

                        Salut Péripate !

                        Genre photo pour propagande on ne pouvait mieux faire. Je te croyais en dessus de ça, franchement je suis dessus là !

                        Dans un mauvais jour Péripate ? Espérons le !


                      • birdy 2 septembre 2010 14:12

                        Salut péripate,


                        Ah ces gauchistes toujours dans le plus total déni de réalité, même les images de leur propre bestialité leurs sont insupportables. 

                      • plancherDesVaches 2 septembre 2010 14:25

                        C’est bien de reconnaitre d’être d’extrème-droite, peripate.

                        Le souci est que ça se termine toujours mal pour les dirigeants smiley


                      • Nestor 2 septembre 2010 14:46

                        Salut Birdy !

                        "Ah ces gauchistes toujours dans le plus total déni de réalité, même les images de leur propre bestialité leurs sont insupportables."

                        J’ose même pas chercher celles provenant de vos bestialités à l’échelle planétaire elles sont tellement nombreuses et bien plus cruelles que les quelques photos de Péripate. Les ultra-droitistes qui n’agissent que pour leurs profits !

                        Toi tu défends les puissants qui détruisent les humains et qui abiment chaque jour la planète pour leurs profits au dépend de toute une humanité, voir au dépend de la vie et d’une planète si rares et si précieuses dans l’univers !

                        Je suis pas gauchistes comme tu le dis, mais il est vrai que j’ai certains points en commun avec eux, ils défendent les faibles et se battent contre ceux qui les attaquent et les détruisent eux et leur environnement chaque jour au quatre coins du globe.

                        Marée noir et autres pollutions ... Modifications génétiques ... Guerres ... Création de misère à l’échelle planétaire ... Destructions de vies humaines et de familles ... Etc ... Etc. Les photos autres que les gentilles photos de Péripate contre les « Gauchistes » ne manquent pas pour décrire ce et ceux que tu cautionnes !


                      • birdy 2 septembre 2010 15:55

                        Nestor,


                        Mais oui je le sais, vous êtes un ange descendu sur terre, la morale est de votre côté, vous pissez le nectar et chiez l’ambroisie.

                         smiley smiley smiley

                      • Nestor 2 septembre 2010 18:28

                        « Mais oui je le sais, vous êtes un ange descendu sur terre, la morale est de votre côté, vous pissez le nectar et chiez l’ambroisie. »

                        J’ai remarqué Birdy, qu’à chaque fois tu transformes vite fait en dérisions les arguments de tes opposants que tu ne peux pas démonter.

                        J’en déduis que tu cautionnes des causes que tu ne même pas capable de défendre, en fait je pourrais dire que t’es un marrant, mais je trouve que les termes de rigolo et comique te sont plus appropriés.

                        Remarque ça peux se comprendre quand on défend des causes qui sont humainement indéfendables, faut dire aussi qu’il faut être sévèrement idiot pour cautionner et défendre l’indéfendable !

                        Pour l’ange là ... C’est clair que toi t’en ai pas un vu que tu n’arrives même pas à décoller, il faut qu’on t’aide !

                        Allez ... Va jouer !


                      • Nestor 2 septembre 2010 18:54

                        Salut Kronfi

                         C’est bien ce que je pensais, ils étaient deux sur le vélo ! Kronfi revient donc faire mu-muse avec ton pote Birdy dans la décharge que le magnifique monde capitaliste que vous cautionnez et défendez vous a réservé !

                        Allez Kronfi va pédaler et met y du nerf, ton pote Birdy ne demande qu’à décoller. Aller Va, du met du nerf l’ami et fait gaffe à pas prendre un sac plastique en pleine poire ça cacherait le peu de lumière qu’il vous reste  !

                        Chacun son tour la dérision !


                      • OMAR 2 septembre 2010 21:33

                        Omar T.

                        Nestor, n’en voulez pas trop à ce supplétif de Birdy : il sort tout droit la Cie Le Borgne, ayant pour consigne de vomir sa haine et son crétinisme sur tout ce qui représente les valeurs humaines.

                        Il vient de l’école de Rivelsates, c’est tout dire...


                      • Katinka 2 septembre 2010 13:46

                        Méfiez-vous de ne pas écraser les péripates .

                        Quelle est la différence entre un péripate et un Grand Larousse ?

                        Monsieur, j’ai trouvé : ils apprennent par cœur .


                        • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 13:47

                          Le péripate


                          Je n’embarquerai pas dans cette surenchère d’images. Le G20 de Toronto a fait l’objet de saccages comme d’autres G20 ou G8. Toronto n’est pas la seule ville où des exactions ont été commises. Et je n’ai pas l’intention non plus de proposer des liens qui montrent les horreurs que commettent les états-uniens eux-mêmes, chez eux ou ailleurs. Ou des liens sur des horreurs de la France avec les communautés qui habitent son territoire. Ou des horreurs sur les pendaisons et les lapidations dans le monde. Ai-je été assez clair ?

                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 14:05



                            - Le péripate : colonne de gauche, la droite débonnaire en famille ; colonne de droite, les casseurs gauchistes / altermondialistes. C’est juste, j’ai bon alors, m’sieur ? 

                            - Pierre : impeccable réponse !


                          • Le péripate Le péripate 2 septembre 2010 19:03

                            Non, pas clair du tout. Mais c’est sans importance.


                          • dom y loulou dom y loulou 2 septembre 2010 13:55

                            le clan Obama a détruit les US pire que le clan Bush encore
                            et les tea partys ne sont PAS d’extrême droite
                            certaines ont été gangrénées par des gens comme Sarah Palin qui n’a rien à y faire
                            les citoyens excédés seraient toujours d’extrême droite ??

                            Obama a légalisé la torture qui s’est tournée contre eux
                            il laisse la frontière sud ouverte avec le mexique où règne une guerre civile qui ne dit pas son nom et pendant quil tient des discours tellement savants que personne ne les comprend, ses copains de wall street ont RUINE les states sans rémission et ne paient plus les retraites ni les fonds pour les handycapés.

                            prenez ces mensonges sans fin et qui leur couteront leur lien à l’âme à ces assassins de masse...
                            retrait d’Irak ? à la bonne heure
                            en bombardant le pakistan le même jour
                            et en y laissant toutes ces milices barbares dont personne ne sait pourquoi ils s’acharnent sur les irakiens.

                            allez... un peu d’info VRAIE

                            http://www.reopen911.info/News/2010/07/08/le-cout-en-vies-humaines-de-loperation-enduring-freedom/


                            bonne journée quand même
                            au 4e Reich, celui des sionistes anglo saxons, précisément ceux qui finançaient Hitler autrefois et qui « financent » votre DEPOPULATION.

                            Ils font littérlement la guerre à la vie sur ce monde et les occidentaux soignent leur ego tandis que le système stérilise leurs enfants et nous file des cancers par TOUTES les voies possibles.
                            toute la politique est complètement ordurière à présent

                            nous sommes en dictature techno scientiste
                            et tous les *bons travailleurs« - qui »font leur devoir« disent-ils - remplissent les caisses des Rothschilds en consttruisant eux-mêmes l’enfer qu’ils devront vivre ensuite.

                            Les gens se laissent mettre à poil dans le aéroports par bodyscanning qui contredit les lois antipédophiles, n’y voyant pas les dangereuses prémisses du tout. Les douniers vous serrent les couilles et palpent les seins de votre compgne et les boeufs continuent de prendre l’avion. 

                            l’occident est fini. Ce n’est plus qu’une machine à massacres et tandis que les moutons »ne veulent pas le croire" ils sont trépanés avec des vaccins et tués lentement sous les chemtrails et les esprits sont emmenés captifs très loin de cette planète tandis qu’ils regardent des films où le monde est beau et leur gouvernement prend soin d’eux, comme au jardin d’enfants autrefois... le gouvernement-nounou qui se fout littéralement de votre gueule tous les jours que Dieu fait.

                            Un tel foutage de gueule assassin... du jamais vu..


                            • labulle 2 septembre 2010 15:34

                              « qu’il tient des discours tellement savants que personne ne les comprend »

                              C’est sûr qu’après les discours de Bush(! !!), les américains subissent un choc culturel dans leur propre pays !


                            • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 14:19

                              Dom y loulou


                              Croyez-vous que les 473.000 personnes qui se sont inscrites au chômage en une semaine lisent Re-Open ? Croyez-vous que les 10,1 millions de chômeurs au 7 août s’interrogent sur le 4e Reich, celui des sionistes anglo saxons ? Saviez-vous qu’aux Etats-Unis, 29% des banques ne sont pas rentables ? C’est ce qu’affirme Sheila Bair, présidente du conseil d’administration de la Federal Deposit Insurance Corp (FDIC). Le nombre de banques américaines « en difficulté » était de 829 au deuxième trimestre. Durant le trimestre avril-juin, le nombre de faillites aux Etats-Unis a atteint son plus haut niveau depuis 2005, avec 422.061 procédures de faillite recensées. Sur un an, et à fin juin, ce chiffre atteint 1,57 million, soit une hausse de 20% par rapport aux 12 mois précédents. Soyons un peu sérieux. 

                              • franchamont franchamont 2 septembre 2010 22:25
                                @ Pierre

                                Et alors,tout ce que vous dites là, on le sait. Je ne vois pas en quoi ça contredit le juste propos de Dom y loulou. Ce sont des maux et symptômes bien connus de tous, jusqu’au plus récent chômeur. Même si l’on a pas en tête tous les chiffres ni tous les noms que vous citez, la perception du déraillement de l’Amérique est sous tous les toits.

                                Personne n’est complètement idiot comme vous l’insinuez. Déjà en 2006 une enquête d’opinion révélait que seulement 16% des américains pensent que le gouvernement dit toute la vérité sur le 11/9.

                                Ce qui crée problème c’est que le pouvoir fait tout pour camoufler la dure et triste réalité (cf Golfe du Mexique), protéger des intérêts corrompus, justifier de son action et fomenter une nouvelle entourloupette électorale en présentant un nouveau gourou qui remplacera Obama au bout des fils pour un nouveau cycle de tromperie. Tout cela se réalise grâce aux mensonges et à l’endormissement que procurent les grands média.

                                Autrement un peuple normalement éveillé aurait déjà imposé l’impeachment, dissout ce cartel qu’est la Fed et remis la démocratie en marche.

                              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 22:42

                                Franchamont


                                Je suis toujours fasciné par ces personnes qui n’ont de cesse d’avoir raison. Voilà 12 heures (depuis six heures du matin heure du Québec) que je tente de vous exposer un point de vue. Vous vous butez à votre point de vue. Je ne vous dirai pas que vous avez raison. Je me tiens très loin des théories qui ne reposent sur aucune évidence et qui ne mettent en perspective qu’une argumentation évasive. Poursuivez la nuit durant si vous le souhaitez. C’est votre droit. Vous n’avez pas compris que le Tea Party n’est pas un parti politique de droite ou d’extrême-droite mais un mouvement, une tendance. Cette tendance n’est guidée par un aucun gourou. Elle ne repose que sur des à-priori. Voilà pourquoi il est difficile, voire impossible, d’établir une trajectoire de ce qu’elle sera et du chemin qu’elle parcourra d’ici à novembre 2010. J’aurai tenté un ultime effort non pour vous convaincre mais pour vous exposer un autre point de vue que le vôtre. J’ai pris connaissance de votre point de vue. Je l’ai argumenté au meilleur de mes connaissances et de mon expérience. Ici s’arrête pour cette nuit notre joute oratoire. Je vous remercie.

                              • franchamont franchamont 2 septembre 2010 14:24

                                Article parfois erroné, très mal informé (lisez plutôt wikipedia), voire tendancieux en ce qu’il élude complètement la véritable prise de conscience qui sous-tend toute la scène politique aux Etats-Unis. Prise de conscience qui touche de nombreuses couches de la société des plus pauvres jusqu’aux classes moyennes en plein appauvrissement et jusqu’aux plus éduqués. Le tea party n’en est qu’une manifestation, d’ailleurs fort significative, mais qu’il faut bien situer sur la bordure populaire aisément manipulable.

                                Tous les gens en lutte ou pestant contre le système ne sont pas forcément actifs dans le tea party, surtout tel qu’il est devenu en 2010, totalement infiltré, récupéré et manipulé par les services de la CIA et les grands média pro-républicains.

                                Le mouvement a été lancé en fait en 2008 par le congressman Ron Paul (père de Rand Paul ci-mentionné) appuyé par le fameux activiste Alex Jones.

                                Le fait de ne pas parler de ces derniers jette un gros doute sur les intentions de l’auteur, car le but évident de l’administration, des média officiels et des néocons est justement d’étouffer ces deux caractères qui leur font extrèmement peur, parce qu’ils disséminent la vérité et prônent une révolution pacifique. Pour connaitre la véritable situation aux E-U il faut suivre leurs sites internet, apprendre l’information indépendante et parfois troublante qu’ils révèlent, suivre leur chemin de pensée lucide et sincère et comprendre leurs idées de patriotes éclairés.

                                Le mouvement original a été récupéré à grand renfort de $ et de programmes télé, principalement par Glenn Beck qui n’est qu’un imposteur à la solde Fox News et des néocons, qui se sert des idées d’Alex Jones, de Ron Paul et bien d’autres critiques pour accrocher une masse inculte et docile et les détourner en vue de les faire voter en 2012 pour le prochain pantin au service de l’oligarchie financière et militaro-industielle, peut-être l’inénarrable Sarah Palin.

                                Mais bien des choses vont encore évoluer aux E-U avant 2012. De grands chambardements, douloureux ou encourageants, y sont inexorables.

                                • Tiberius Tiberius 2 septembre 2010 19:12

                                  Vous prétendez que pour connaître la véritable situation aux USA... il faudrait « suivre leurs sites internet, apprendre l’information indépendante et parfois troublante qu’ils révèlent » !!!

                                  Il me semble quant à moi que si quelque étranger désireux de connaître l’état d’esprit RÉEL des Français en 2007 s’était naïvement mis en tête de le découvrir en n’étudiant que nos sites internet « pour apprendre l’information indépendante et parfois troublante » que révélaient ces derniers, jamais cette malheureuse andouille n’aurait vu venir l’élection de Nicolas Sarkozy.

                                  Mais bon !... smiley


                                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 14:39

                                  franchamont


                                  Je ne dirai pas que vous êtes mal informé. La politesse me l’interdit. L’éthique également. Je constate simplement que vous ne vivez pas près des États-Unis. Depuis cinquante ans, je côtoie ce pays que je visite fréquemment. Et nous ne vivons pas dans un esprit de complotisme en cherchant à débusquer la CIA sous tous les buissons qui se dressent sur notre route. Que le Tea Party ait été ou non récupéré, selon vous, par Glenn Beck importe peu. Les résultats des élections de mi-mandat en novembre inquiètent davantage que les tractations de cuisine. Et pour comprendre cette réalité, il faut s’intéresser à l’Amérique profonde. Il faut surtout comprendre ce que signifie pour cette droite américaine le dixième amendement : It’s not the government’s business to tell me how to take care of myself

                                  • franchamont franchamont 2 septembre 2010 15:56

                                    @ Pierre

                                    Merci pour vos réponses assidues.
                                    Pas besoin de politesse pour vous interdire ce qui passe par la tête. Les faits seulement...

                                    Le fait fondant ma critique est que vous ne mentionnez même pas le fondateur du mouvement, ce qui est surprenant car l’intéressé et ses proches affirment leur rôle, ce qui confirme le texte de wikipedia que vous ne pouvez manquer d’avoir consulté avant de faire un article honnête sur la question, tout en sachant « ce qui se dit ».

                                    Fait que vous noyez et qui pourtant prouve l’imposture et la manipulation de haut rang à l’égard du peuple candide, fait qui n’est pas nouveau dans l’Histoire, certes, mais qui à présent importe beaucoup et non peu. Il suffit de se rappeler les épisodes les plus sanglants liés aux mensonges et manipulations. Point n’est besoin de réduire le nombre de kilomètres pour mieux comprendre des phénomènes de ces ampleur et gravité, ni de vivre en Amérique de façon permanente pour en connaitre la culture et l’esprit.

                                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 16:17

                                    franchamont


                                    Clarifions une fois pour toutes les origines du Tea Party. Sur Perspectives Monde de l’Université de Sherbrooke, voici ce qui est écrit : 

                                    Le mouvement tient son origine d’une vidéo du journaliste Rick Santelli, diffusée sur YouTube. Celui-ci dénonçait le plan d’action d’Obama et lançait à la blague l’idée d’organiser un Tea Party à Chicago pour manifester contre la levée d’impôts (3). La vidéo a connu un succès immédiat et a contribué à la formation de plusieurs groupes opposés aux projets de l’administration Obama, qui sont considérés comme socialistes. Le mouvement s’est consolidé avec une Convention qui s’est déroulée au début de février 2010, et qui a réussi à recevoir l’appui de personnalités publiques comme Sarah Palin, l’ex-colistière du candidat présidentiel républicain John McCain. 

                                    Wikipedia indique que le mouvement a pour origine des manifestations organisées en réaction aux plans de sauvetage du secteur bancaire, suite à la crise financière de 2008, et plus particulièrement contre le plan de relance gouvernemental de 787 milliards de dollars proposé par le gouvernement de Barack Obama et adopté par le Congrès des États-Unis. Le mouvement a gagné de l’ampleur lors de la révélation au public du montant des primes versées aux dirigeants d’American International Group, renfloué par le premier plan de relance du gouvernement. Il a encore gagné de l’importance lors des débats sur la réforme de santé menée par Barack Obama et a apporté un soutien décisif à l’élection du républicain Scott Brown au Sénat des États-Unis pour l’un des deux sièges du Massachusetts. Il devrait encore avoir de l’influence lors des élections de mi-mandat de novembre 2010 et pourrait envisager de présenter des candidats sous ses couleurs et concurrencer le parti républicain.

                                    Comme le précise Perspectives Monde, personne ne revendique le titre de chef du mouvement, mais certains affirment que la personne qui se rapprocherait le plus du gouvernail serait Sarah Palin (4). Cependant, personne n’est aux commandes, ce qui met en évidence la dimension hétérogène du mouvement. Ainsi, certains groupes affirment toujours qu’Obama n’est pas Américain et d’autres dénoncent les politiques d’immigration massive.

                                  • franchamont franchamont 2 septembre 2010 16:30

                                     Pierre écrit « Les résultats des élections de mi-mandat en novembre inquiètent davantage que les tractations de cuisine. »

                                    Ce qui est rigolo dans votre perception de la réalité politique c’est que vous pensez que les véritables marchandages de pouvoir entre les hommes politiques qui sont susceptibles de se dégager au travers de ces élections sont des affaires sérieuses et éminemment représentatives des intérêts et aspirations de la population. En fait la plupart de ces candidats sont des pantins et c’est précisémment à ce niveau là que se jouent les « tractations de cuisine ».

                                    Le véritable marché des élections américaines —et c’est ce qui devrait vous inquiéter plutôt qu’autre chose— est placé bien plus haut. On y sélectionne deux candidats, Blancbonnet et Bonnetblanc. Le pantin qui gagne devient président et dans la foulée de sa popularité on s’en sert pour passer les mesures les plus impopulaires et pour poursuivre la ligne des oligarques. Puis dès qu’il est bien usé et dévoyé, on lance la campagne pour les deux prochains pantins dont l’un (républicain très probablement la prochaine fois) sera utilisé de la même manière. Voila où nous en sommes.

                                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 16:54

                                    franchamont


                                    Pour avoir travaillé pendant 30 ans au sein d’offices gouvernementales, ce n’est effectivement pas mon avis. 

                                  • L'enfoiré L’enfoiré 2 septembre 2010 18:55

                                    Pierre,
                                     Je n’ai pas vécu comme vous aussi prêt des États-Unis, mais j’y suis allé.
                                     De plus, j’ai travaillé avec eux dans une multinationale pendant plus de 30 ans.
                                     Je peux dire que je connais.
                                     Je ne vais pas revenir une nouvelle fois, avec l’article que j’ai écrit sur eux.
                                     Réfléchir en Américain n’est pas réfléchir en Européen.
                                     Étant Belge, je suis dans la même situation que Pierre au sujet de l’avis qu’il peut donné des États-Unis, mais moi pour la France.
                                     Celui qui n’est passé par là, ne peut parler avec la même acuité.
                                     Ce que dit Pierre, me parait le plus proche de la vérité.
                                     Les Etats-Unis, on croit les connaitre, mais ile sont tellement différents, si on va sur les côtes ou si on va à l’intérieur du pays.
                                     Les premiers sont généralement démocrates, les seconds, républicains.
                                     Très pratiquant de la religion au centre. Des églises évangélistes en veux tu en voilà.
                                     Le sud et le nord, même chose.
                                     La Floride, c’est là où les pensionnés qui ont peu gardé un peu de dollars placés en Bourse se sont réfugiés pour passer leur fin de vie.
                                     La Nouvelle-Orléans qui garde la musique en tête malgré ce qu’ils ont subi avec Katrina et le pétrole gratuitement offert sur la mer. New-York un melting pot de quartiers de toutes les origines. La Californie, les extrêmes de richesses et de pauvretés.
                                     Vous ne vous rendez pas compte des distances entre chacun de leurs états.
                                     Les Etats-Unis, c’est plus de 14 fois la France..
                                     smiley
                                     
                                     


                                  • L'enfoiré L’enfoiré 2 septembre 2010 18:57

                                    « Entre le sud et le nord, même chose »
                                    Précisions, je voulais dire même différence.
                                    Le rapprochement avec la phrase précédente, n’est pas à faire.


                                  • zototo 2 septembre 2010 15:03

                                    Obama doit juste tenir encore un peu la barque, le temps que le dollar ou l’euro s’effondre...


                                    • zvalief 2 septembre 2010 15:17

                                      @ Fonzibrain

                                      Je pense que vous faites erreur sur le « qui est derrière »,

                                      D’après moi, ce sont les sectes évangélistes qui n’ont pas réussi à obtenir tout ce qu’elles voulaient avec Bush, ils utilisent toujours l’argument de la liberté, enfin les plus intelligents utilisent cet argument car les plus fanatiques ne cachent pas leurs réelles motivations, par exemples les guerres d’Afghanistan et d’Irak sont entre autre justifiées par un soi-disant apport de démocratie et de liberté, mais les plus fanatiques n’ont pas peur de dire même à la télé que c’est pour aller tuer du musulman.

                                      Autre exemple, regardez qui sont les plus farouches pourfendeurs de l’école publique et du même coup défenseur du « home-schooling », toujours les mêmes, les sectes évangélistes sous couvert de liberté, en fait liberté de pouvoir endoctriner.

                                      Malgré les délires et fantasmes de certains sur l’islam, c’est bien les évangélistes les plus conquérants et les plus dangereux, conquérant parce que passé de 4 millions en 1940 (environ 1% des chrétiens) à plus de 500 millions aujourd’hui (environs 25% des chrétiens) avec une vraie stratégie de conquête agressive, ils envoient des missionnaires partout, ils arrivent à convertir même dans des pays traditionnellement et profondément catholiques.

                                      Certains extrémistes islamistes rêvent de convertir le monde, mais eux rêvent de le détruire pour que leurs prophéties s’accomplissent. Le soutien aveugle à Israël (quelque soit leur action) fait aussi partie de leur stratégie pour accomplir leurs prophétie.

                                      Je terminerais par mon expérience personnelle, malgré les fantasmes de certains sur l’islamisation de la France, jamais un musulman n’a essayé de me vendre ses salades religieuses, par contre depuis plusieurs mois maintenant, c’est chaque semaine qu’un missionnaire soit sonne à ma porte soit met des prospectus dans ma boite aux lettres, et certains sont très insistant, voire même agressif, une fois l’un d’eux ma balancé une « malédiction » ( ce genre d’énergumène reste rare en France quand même) parce que je lui ai dis (pourtant gentiment) que je n’étais pas intéressé par son blabla religieux.
                                      http://ecolesdifferentes.free.fr/USFREVANGEL.htm


                                      • fonzibrain fonzibrain 2 septembre 2010 15:19

                                        pauvres américains,


                                        volés par la fed



                                        • galien 2 septembre 2010 15:42

                                          Les Tea party rassemble tous ceux qui s’opposent au pouvoir fédéral, ce mouvement à d’ailleurs réellement pris corps lors du sauvetage du Wall Street.

                                          L’association avec l’êxtrème droite, même si elle reflète une part de verité est un raccourcis bien facile et totalement stérile au niveau de l’analyse politique.

                                          Toujours la pensée binaire, le gentil Obama face aux fascistes du tea party.

                                          Article contribuant à la désinformation.
                                           


                                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 16:13


                                            Non, non, non, non..

                                            L’extrême-droite, c’est l’extrême-droite. Suprémacistes, klanistes, racistes, skins néo-nazis, réactionnaires, xénophobes, frontistes, etc., Tout fait farine à ce moulin, ou cette auberge espagnole.. 

                                            Le fascisme, c’est le fascisme. Franco, Mussolini, les phalanges, les Colonels, Pinochet, etc.

                                            Le national-socialisme, c’est le nazisme. Hitler, les SS.


                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 16:27

                                            Galien


                                            Je vous situe au centre, parmi les modérés. Ai-je raison ?

                                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 17:05


                                            Mon Dieu, Pierre.. smiley


                                          • franchamont franchamont 2 septembre 2010 17:16

                                            C’est tout à fait ce que je ressens de cet article.

                                            Si on s’imprègne bien de l’esprit américain (comme l’a d’ailleurs recommandé l’auteur) on se rend compte de l’importance de la Constitution et de l’esprit des pères Fondateurs.

                                            En réclamant le retour à ces valeurs qui ont été écorchées vives au fil des décennies par une minorité favorisée (banquiers, industriels bénéficiant du chaos et de la guerre), la population, dont le Tea Party entre autres, ne fait pas oeuvre de conservatisme ni preuve d’action réactionnaire, pas plus qu’on ne peut dire que les faiseurs de guerre à l’opposé de la scène sont des progressistes. Les gens ne font que jouer leur rôle de bons citoyens, en autre terme, de patriotes. Un patriote peut tout aussi bien être bleu ou rouge. La fausse dichotomie droite gauche n’a plus aucun sens à notre époque, et l’on parle maintenant de « Main Street vs Wall Street », ou « folks vs elite », voire même de serfs versus oligarques.

                                            Le retour du féodalisme donc, contre lequel naturellement s’insurge le peuple qui autrefois se battait contre l’oppresseur britannique. Le respect de la Constitution et l’American Revolution (1776) reprennent de nos jours tout leur sens comme l’énonce le fameux slogan d’Alex Jones : « The answer to 1984 is 1776 ».

                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 17:53

                                            franchamont


                                            Encore une fois il faut éviter de tomber dans le panneau des clivages. Comme l’indque David Barstow du Southern Poverty Law Center, cité par le Courrier international, il faut distinguer les diverses tendances de la droite. Certains sont animés d’une aversion fondamentale pour le gouvernement fédéral, envers M. Obama personnellement ou envers les progressistes en général. Certains autres disent avoir été sensibilisés en écoutant les tirades de Glenn Beck, l’animateur de la chaîne télévisée Fox News. Certains sont allés jusqu’à stocker des munitions, de l’or ou des rations de survie en prévision du pire. De nombreux autres souhaitent supprimer la Réserve fédérale, l’impôt fédéral sur le revenu et d’innombrables agences fédérales, sans parler des plans de sauvetage et des mesures de relance. Ils sont également nombreux à réclamer la suppression des aides sociales, en dépit du fait que beaucoup d’entre eux ont récemment perdu leur emploi ou leur couverture santé. 

                                            Il faudra donc prêter une attention toute particulière à cette nouvelle tendance de la droite qui risque d’être fatale pour certains républicains que ne courtisent pas les Tea Party Patriots et pour certains démocrates qui pourraient être battus dans des régions réputées imprenables. L’humeur d’une population est changeante et n’est jamais au beau fixe. 

                                          • galien 2 septembre 2010 18:56

                                            @franchamont
                                            Je souscris à 100% de votre commentaire.
                                            @l’auteur
                                            Si je fait parti du centre extrême ? avec vous je dois l’avouer, nous n’avons guère le choix.
                                            Franchamont a raison de dire que l’analyse commence par envisager ce mouvement politique en regard du bipartisme.
                                            En ceci l’analogie avec le FN est lourde se sens pour nos dirigeants qui prennent beaucoup plus au sérieux ces mouvement qu’une quelconque extrême droite, farcie de mous du bulbe, que tente de nous dépeindre l’auteur.

                                            ps : désolé pour le gras


                                          • franchamont franchamont 2 septembre 2010 19:17

                                            @ Pierre

                                            Southern Poverty Law Center n’est sûrement pas la meilleure référence n’est sûrement pas la meilleure. Cette organisation autrefois respectée a été prise mainte fois en contradiction avec ses buts originaux et en défaut de respect du Premier Amendement :


                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 19:34

                                            franchamont


                                            D’aucuns vous diront qu’Alex Jones, qui met de l’avant la théorie du complot aux États-Unis, n’est pas la meilleure personne pour juger le Southern Poverty Law Center. Comme vous le constaterez, il sera difficile de concilier nos valeurs, ce qui n’enlève en rien au droit à la dissidence. 

                                          • galien 2 septembre 2010 19:41
                                            "Certains sont allés jusqu’à stocker des munitions, de l’or ou des rations de survie en prévision du pire. « 
                                            —> ils ont bien raison vu la situation socialement explosive aux US.

                                             »De nombreux autres souhaitent supprimer la Réserve fédérale, l’impôt fédéral sur le revenu et d’innombrables agences fédérales, sans parler des plans de sauvetage et des mesures de relance.« 
                                            -> Le crime absolu en effet, pour un néolibéral accompli

                                             »Ils sont également nombreux à réclamer la suppression des aides sociales, en dépit du fait que beaucoup d’entre eux ont récemment perdu leur emploi ou leur couverture santé.« 

                                            ->Ils redoutent surtout la que les grands groupes pharmaceutiques ’étatise leurs profits’ avec la réforme de santé.
                                            En examinant le cas français Bachelot / H1N1, effectivement il n’y a pas de quoi se poser des questions.

                                             »Il faudra donc prêter une attention toute particulière à cette nouvelle tendance de la droite qui risque d’être fatale pour certains républicains que ne courtisent pas les Tea Party Patriots et pour certains démocrates qui pourraient être battus dans des régions réputées imprenables.« 
                                            —>Ca c’est le crime absolu en démocratie : piquer les places.

                                             »L’humeur d’une population est changeante et n’est jamais au beau fixe."
                                            —> Oui le peuple c’est chiant, vivement qu’on en finisse.


                                          • franchamont franchamont 2 septembre 2010 21:38

                                            @ Pierre

                                            Je ne constate aucune « théorie du complot » chez les d’experts et politiciens proches d’Alex Jones. Il n’y a que des « complots réels », point barre, et ces complots sont très bien documentés. Ces gens sont les plus lucides. Ils sont parfaitement au courant de ce qui se passe, mais ce sont ceux-là que vous évitez de citer pour ne vous cramponner qu’à quelques sources douteuses savamment manipulées et dosées par les agences de désinformation.

                                            Avez-vous fait votre travail, càd de vérifier vos sources en amont ?
                                            Ou bien êtes-vous envoyé ici par ces mêmes agences ?
                                            Ou bien êtes-vous sincère et naïf ?

                                            Au début j’avais aussi des doutes sur ce que vous appelez les « théories du complot ». Mais, profondément troublé, acquis à une culture scientifique, j’ai fait mon travail de recherche et suivi les dossiers les plus sensibles. Je peux vous assurer n’avoir trouvé aucune faille dans les éléments révélés et que les accusations lancées contre un système de plus en plus oppresseur sont bien fondées.

                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 17:40

                                            kronfi


                                            Heureux de constater que vous avez trouvé votre voie. 

                                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 17:51


                                            Un scoop qui n’en est plus un..  smiley

                                            Moi, ça me plaît encore, tiens, ces proclamations de foi, la main sur le coeur. On les a eues dernièrement de la part de calmos, de kitamissa, de gelone.. J’en oublie, excusez-moi, là-bas, les ceusses et celles que je cite pas.

                                            Naboléon 1er lui-même donne le ton - avec les Roms -, alors on se sent tout ragaillardi, pour le coup !! On va plus se gêner, tiens !

                                            Pas vrai, le Roumain ? Le mépris du Rom - c’est une euphémisme -, vous en connaissez un rayon, non ?



                                          • sonearlia sonearlia 2 septembre 2010 17:53

                                            « On est rassure, je suis en effet d’extreme droite.... »

                                            Mais, on s’en doutaient.

                                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 17:55



                                            Bush réélu haut la main....... Mazette, c’est kronfi qui délire..


                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 17:59

                                            kronfi


                                            Si votre message s’adresse à moi, sachez que je tente d’expliquer un point de vue. Je ne juge pas et je me tiens éloigné de la polémique. J’accepte la pluralité d’opinions et je tente de proposer une argumentation raisonnée et intelligente. Je ne contrôle pas les humeurs changeantes du peuple américain, je ne suis un fondateur du pays, je ne suis le conseiller de personne. J’analyse et je constate. Je respecte parfaitement votre droit d’être en désaccord et d’avoir une vision diamétralement opposée à la mienne. Ce que je peux vous dire, simplement, est que ni vous ni moi n’allons changer la conjoncture électorale aux États-Unis en novembre 2010. 

                                          • AniKoreh AniKoreh 2 septembre 2010 18:19


                                            Que nenni, kronfi.

                                            Je vous y ai lu attentivement, et je vous parle donc du mépris des Roumains pour les Roms. Que vous partagez. Les soi-disants interventions charitables que vous auriez eues à leur égard ne changent rien à l’affaire.

                                            Je vous parle de mépris. La charité, voyez-vous, s’accomode bien volontiers d’un certain mépris. 

                                            Par ailleurs, je vous lis tout aussi attentivement sur d’autres fils.. Ca m’intéresse.


                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 18:23

                                             kronfi


                                            J’ai fait un choix de rédaction. Vous faites vos propres choix. Nos positions me semblent irréconciliables. Merci.

                                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 6 septembre 2010 03:34

                                            kronfi


                                            Lorsque j’ai soumis cet article, le titre était : Nous n’avons pas fait le nécessaire pour étayer les fondations de notre prospérité (Obama)

                                            La rédaction a changé le titre. C’est son droit. 

                                            Pierre R. Chantelois

                                          • L'enfoiré L’enfoiré 2 septembre 2010 19:09

                                            Pierre,

                                             Votre objectivité va même plus loin.
                                             Vous prenez vos distances avec les événements.
                                             Vous « badigeonnez » tous les bords, comme il faut le faire.
                                             Pas dupe en rien.
                                             Votre article précédent sur le sujet le prouve. 
                                             C’est ça la bonne critique, rester hors du lot.
                                             
                                             smiley
                                             


                                            • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 19:38

                                              L’enfoiré


                                              Merci beaucoup. J’essaie de garder la tête froide smiley Il est fascinant de suivre l’évolution des États-Unis. Un grand pays avec ses forces et ses faiblesses. 

                                            • Tiberius Tiberius 2 septembre 2010 19:27

                                              @ Pierre R. Chantelois

                                              N’ayant vu jusqu’ici aucun remerciement, je me suis dit que ça vous ferait peut-être plaisir d’en recevoir au moins un. smiley

                                              Merci beaucoup de m’avoir fait profiter de vos lumières.


                                              • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 2 septembre 2010 19:36

                                                Tiberius


                                                Je vous remercie. Notre voisin du Sud ne passe pas inaperçu dans notre vécu quotidien. 

                                                Pierre R.

                                              • Candide Candide 3 septembre 2010 03:55

                                                Bonsoir Pierre, bonjour Guy (la nuit est bien avancee a Bruxelle),


                                                Je viens de lire un article bien ecrit et documente. Neanmoins, je regrette l’amalgame entre les Tea Parties et l’extreme droite. A ce que j’en sais le mouvement Tea Party est surtout inspire par les founding fathers, Patrick Henri (Donnez moi la mort si je ne peux vivre libre), Thomas Paine (The common Sense) en tete, ainsi que Jefferson pour sa fameuse opposition a la creation d’une banque centrale. C’est un mouvement populaire de fond, en phase avec ce que pense l’Amerique profonde, avec l’esprit pionnier, aventureux, entrepreneur et responsable de ses actes et donc de leurs consequences.
                                                Comme toujours, les partis de l’establishment essaient de recuperer un mouvement populaire de fond. Mais il semble ici qu’ils n’y arriveront pas et c’est en cela que l’on ne peut savoir quelle sera la suite, electorale, emeutiere ou guerriere.
                                                Les americains sont meurtris, depossedes, humilies par une oligarchie financiere et des politiques corrompus.Et surtout ils sont decus par Obama sur lequel ils avaient fonde tant d’espoirs. Mais gageons que ce grand pays democratique trouvera l’energie de son rebond, en tout cas pour ma part j’y crois fermement.
                                                PS : It’s not easy to write in French with an american keyboard.

                                                • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 3 septembre 2010 06:06

                                                  Candide


                                                  Vous avez raison. C’est un mouvement. Ce n’est pas un parti politique. Sauf que, ce qu’il faut comprendre, c’est que les options idéologiques des Tea Party Patriots auront plus d’impacts sur le GOP que sur les démocrates. Comme c’est déjà le cas. Les Tea Party Patriots sont plus près des Républicains que des Démocrates. Et pour comprendre cette question de fond, il faut lire ce qu’en disait en mai dernier Rand Paul lui-même : Mr. Paul also shows the risks that have emerged as new figures move to the forefront of conservative politics, as candidates with little experience and sometimes unorthodox policy positions face the kind of scrutiny and pressure that could trip up even the most experienced politicians. Ce dernier a dû s’expliquer sur ses positions controversées relativement au Civil Rights Act

                                                • L'enfoiré L’enfoiré 3 septembre 2010 13:57

                                                  Candide,
                                                   Merci d’être passé par ici et d’avoir apporté votre éclairage.
                                                   smiley


                                                • wizard62 wizard62 3 septembre 2010 19:23

                                                  Chers amis,

                                                  Je lis cet article et je m’offusque de plusieurs choses illogiques.
                                                  Cet article donne déjà Obama perdant pour les prochaines élections mais serai-t-il nécéssaire de rappeller que tout le monde voyait G.W Bush perdant lors des élections de 2004. Le vote populaire est trés faible aux Etats-Unis car la politique interessent peu les habitants qui préférent s’en remettre a leur senateurs ou governeurs.
                                                  C’est le systeme fédéral qui veut cela :
                                                  -un etat national qui n’est pas au dessus des etats fédéraux.
                                                  Les intentions de vote ne peuvent donc pas etre prise aux pied de la lettre, à la difference de la France, un sondage aux Etats-Unis ne signifie rien tant que les véritables résultats ne sont pas visibles.

                                                  Venons en aux Republicains. Il me semble important de ré-expliquer la pensée républicaine qui est basée sur le « rugged individualism », en d’autres termes, il faut que chaques personnes se forgent elles-même (principe du « self-made-man ») en aidant et en participant a la vie de la communauté autour d’elle pour que l’Etat national fonctionne.
                                                  L’Etat n’intervient donc presque pas.
                                                  Il me semble tout aussi important de rappeller quelque chose que les médias oublient souvent : les Democrates et les Republicains sont trés proches en terme de programme politique. Et lorsque je lis « extreme droite » dans cet article ; je me pose une question : imaginez vous la réaction d’un Americains lorsque vous le direz « Are you on the right side ? »
                                                  Il se demandera surtout de quelle planete vous venez. C’est un reflexe français de bipolariser le monde politique entre la droite et la gauche.
                                                  Il faut aussi evoquer le commencement du parti républicain qui est a l’origine de l’emancipation des noirs aux Etats-Unis, c’est le parti de Lincoln ! Dois-je rappeller qu’Obama a pris le pouvoir en jurant sur la Bible de Lincoln, autre preuve de la proximité entre les deux partis. Fait non signaler dans cet article, la présence de noirs durant cette Tea Party. Alors, dire que l’extreme droite se rassemble, c’est caricaturer à la façon des Guignols de L’info.
                                                  Sarah Palin est l’ancienne candidate republicaine, dire qu’elle fait parti de l’extreme droite lorsqu’elle evoque clairement l’esprit de Martin Luther King est un peu tiré par les cheveux.
                                                  Les républicains sont plus conservateurs que les democrates, voila leur grande difference. Ils veulent un protectionisme plus présent ; en aucun cas ils ne souhaitent laisser de coté le systeme capitaliste. Ils refusent l’avortement et souhaitent une présence plus importante de Dieu dans leur démocratie. En aucun cas il n’est question de racisme ou pire ; de facisme.
                                                  L’economie americaine va mal, certes, mais l’economie europeene va d’autant plus mal. Les deux sont liées étroitement.
                                                  Les Americains ont toujours eut foi en leur systeme, qui fonctionne depuis environ 150 ans. Ce systeme a traversé les crises, soit disant toujours plus longues et difficiles, les unes que les autres. Digne du cinéma d’Hollywood ces médias...

                                                  Tout cela est dit avec le plus grand respect pour les lecteurs et les autres commentaires. Un respect loin d’etre présent pour les médias qui cultivent l’antiamericanisme basique comme on cultive un jardin.
                                                  Ce commentaire n’est ni une vision politique, ni un moyen de prêcher l’Amerique. A bon entendeur...

                                                  Pour conclure : Sapere Aude.

                                                   Wizard62


                                                  • Jean-paul 5 septembre 2010 03:37

                                                    We the people ......
                                                    D’accord avec l’enfoire et l’auteur ,il faut vivre avec les Americains pour pouvoir les comprendre .
                                                    La logique francaise n’est pas la logique americaine .
                                                    Les Americains ne vont pas en vacances a l’etranger mais vont visiter les autres etats .Le pays est si grand .
                                                    Chaque etat a ses propres lois ,exemple un francais peut faire un mariage gay en Californie mais n’aura pas la residence (green card )par l’etat federal qui ne reconnait pas le mariage gay .
                                                    La peine capitale n’existe pas dans tous les etats .
                                                    L’etat federal a admis la loi d’Arizona mais a du supprimer quelques textes .A quand la reforme sur l’immigration )
                                                    Pour le ground zero ,il y a polemique mais le pays reste fidele a sa constitution .
                                                    Quant a Obama ,les Americains se preoccupent plus de l’etat ou ils vivent ( gouverneur ).
                                                    Les Americains ne veulent pas que l’etat se melent de leurs affaires ( taxes )Le contraire de la France ou le gouvernement gere tout .
                                                    Les Americains pensent qu’il faudra encore 2 a 3 ans pour que l’economie revienne .
                                                    En ce moment Il y a partout des maisons en« foreclosure » a acheter a tres bas prix mais en meme temps les banques sont reticentes pour avoir un credit pour justement acheter ces maisons .
                                                    Vous pouvez louer une superbe maison en foreclosure a tres bas prix mais vous ne savez pas quand la banque vous mettra a la porte ( entre 6 mois et 1 an )
                                                    Bref tout n’est pas simple .
                                                    Maintenant comptez le nombre de drapeaux americains au 4 juillet et le nombre de drapeaux francais au 14 juillet ,y a pas photo sur le patriotisme .


                                                  • Thérèse Leduc 5 septembre 2010 22:21

                                                    Un autre principe qu’avance le Tea Party consiste à dire : « Le gouvernement ne peut me forcer à être charitable ».

                                                    Je ne comprends pas qu’a l’écoute de cette phrase les citoyens américains ne se rendent pas compte qu’ils sont manipulés par des intérêts privés cachés derrière une façade publique.
                                                    La liberté est devenue un prétexte pour ne rien faire : « je suis libre de refuser d’aider mon voisin ». On est en train de l’opposer à la solidarité. Cette phrase est astucieuse et très bien amenée par les professionnels de la communication et autres lobbyistes. En effet on ne peut rien trouver à y redire dans son sens propre. Mais son immoralité saute aux yeux pourtant. C’est de la non assistance à personne dans le besoin.

                                                    Le problème de la politique c’est qu’elle se laisse dépasser par l’économie et que les élus n’arrivent plus à envisager leur métier que sous un angle financier.
                                                    D’ autres sciences sont plus nobles et méritent plus d’attention. L’économie aujourd’hui est l’éloge de la cupidité. Science économique, deux mots qui quand ils sont placés l’un derrière l’autre deviennent un non sens complet.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès