Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une élection dans un fauteuil

Une élection dans un fauteuil

Le printemps arabe ne connait pas l’Algérie, où un président plus mort que vif, vient de se faire réélire dans un fauteuil… puisque c’est en fauteuil roulant que le candidat s’était rendu dans un bureau de vote pour déposer son bulletin dans une urne, qui sera peut-être bourrée un peu plus tard, s’il faut en croire son principal opposant, Ali Benflis qui dénonçait les risques de fraude. lien

L’histoire est un perpétuel recommencement, puisque Bouteflika avait été élu en 1999 avec 73,8% des voix, puis avec 84,99 % en 2004, et finalement avait obtenu 90,24% des voix en 2009.

Il vient d’obtenir 81,53% des voix, soit moins de 9 millions de voix.

Pour 22 millions d’électeurs, seule la moitié aurait voté.

Pourtant, lors d’une visite protocolaire, John Kerry avait constaté de ses propres yeux l’incapacité physique et mentale d’Abdelaziz Bouteflika. lien

Mais qui est Bouteflika ?

Ce marocain, né à Oujda, le 2 mars 1937, avait rejoint l’armée de libération nationale algérienne après avoir achevé ses études, puis s’était engagé en politique devenant ministre de la Jeunesse et du tourisme du gouvernement Ben Bella, puis ministre des affaires étrangères, et enfin nommé conseiller du nouveau président Chadli Bendjedid, jusqu’en 1980 ;

Accusé de détournement de fond, 60 millions de francs à l’époque, à la fin des années 70, traduit devant le conseil de discipline du FLN (Front de libération nationale) et poursuivi par la cour des comptes, il quittera pour un temps la vie politique avant de revenir en 1999.  lien

Hichem Aboud, ex officier des services secrets algériens, dans un livre à paraitre, « l’Algérie des Bouteflika, vol, vice et corruption » décrit dans le détail la corruption, et pas seulement, liée aux personnages qui sont aux destinées de l’Algérie, s’attardant sur Saïd, le frère du président, évoquant des détournement de fond liés à de grands travaux routiers, l’autoroute est-ouest (qui a couté 3 fois plus que prévu) estimant la fortune des Bouteflika à plus de 9 milliards de francs suisses. lien

Il est menacé aujourd’hui d’atteinte à l’unité nationale, à la stabilité, et au bon fonctionnement de l’institution. lien

Le politologue Mohamed Hachmaoui est intarissable sur la corruption algérienne. lien

Démarche courageuse si l’on veut bien se souvenir que le chanteur Cheb Faycal a été trainé devant les tribunaux pour avoir mis en cause la DGSN et son directeur général, le général Abdekghani Hamel, dans une chanson : « mama mia  ». lien

Il a écopé de 6 mois de prison avec sursis, et 100 000 dinars d’amende pour avoir critiqué la police. lien

Un autre chanteur de rai, Cheb Azzedine avait été condamné en 2005 à un an de prison ferme pour s’être moqué du préfet et du procureur de la république dans une chanson. lien

Mais revenons à « l’élection ».

Au-delà de cette mascarade pitoyable, voulue par un quarteron de militaires, une poignée de corrupteurs, souvent de la famille du candidat, et des milliers de corrompus, arrosés par la manne pétrolière, qui a préféré laisser au pouvoir un homme atteint d’une AVC, privé quasiment de parole, mais pas de voix, puisque 8,9 millions d’électeurs lui ont donné la leur, essayons de comprendre comment on en est arrivés là.

Toutes les tentatives de faire vivre une réelle démocratie, et surtout de mettre un terme à la corruption, ont jusque là échoué en Algérie.

Chaque début de contestation a été soit réprimée par la force, (lien) soit en arrosant copieusement tout velléitaire grâce à la manne générée par le gaz algérien.

Les manifestants, appelés par les représentants du pouvoir en place des « perturbateurs  », sont accusés d’avoir « dépassé les lignes rouges de la correction, en passant graduellement de la nuisance sonore aux manœuvres d’intrusion, jusqu’au recours à des actes de violence physique (…) ont été identifiés (…) auront à répondre de leurs actes, comme il sied, devant la justice ». lien

A Bouira, des émeutes ont eu lieu le jour de l’élection, faisant de nombreux blessés. vidéo

Je suis en contact régulier avec Kaddour Houari, président de la LADDH CHLEF (ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme), et le 13 avril, il m’a fait parvenir un communiqué de presse, dénonçant la perquisition arbitraire dans les locaux de la chaine Al-Atlas TV privée, ajoutant que cette perquisition constituait une atteinte grave à la liberté de l’information.

Cette chaine qui tente de rester libre, pléonasme à l’envers, était connue pour sa couverture non-stop des manifestations organisées par le mouvement « Barakat  », lequel s’était mobilisé contre le président sortant.

Quant aux autres contestataires, ils sont purement et simplement achetés.

75 millions d’euros, soit 10 fois plus que ce qui était autorisé, auraient été dispersés sous forme de cadeaux divers, tee-shirt, gadgets divers, afin de convaincre le petit peuple de voter pour Abdelaziz Bouteflika.

Outrepassant les règles électorales, les médias à la botte du pouvoir ont continué à faire de la propagande, sur le câble, sur internet, jusqu’au dernier moment. lien

Quant à ceux qui hésitaient, on leur a longuement expliqué qu’il fallait mieux voter pour « la continuité » et donc la sécurité, afin de ne pas subir le sort des Egyptiens, des Libyens, ou pire, des Syriens, puisque la stratégie de la campagne du candidat sortant était sur le thème de « moi ou le chaos ». lien

Les jeunes ont clairement indiqué qu’ils n’iraient pas voter. vidéo

Quant aux autres, ils sont restés chez eux, n’acceptant pas cette situation et s’abstenant pour montrer leur colère, provoquant une abstention record puisque le taux de participation a dépassé tout juste les 50%, (lien) mais Mohcine Belabbas, le président du RDC, affirme que les chiffres auraient été gonflés par le ministère de l’intérieur. lien

Dans la capitale algérienne, le taux de participation n’a pas atteint 38%. lien

Selon maître Allal, directeur de campagne et représentant du candidat Ali Benflis, des ordres avaient été donnés pour le bourrage des urnes, ce qu’a démenti la commission de surveillance aux ordres du pouvoir. lien

Sur les réseaux sociaux, ils ont tout de même été nombreux à dire NON à un 4ème mandat de Bouteflika, en vain... lien

Mais que dire de la visite de notre président français les 19 et 20 décembre 2012 au président algérien ?

A l’ordre du jour, la coopération, avec l’ambition de construire « un partenariat d’exception » avec la France…il n’a apparemment pas été question de l’énorme dette que l’Algérie devrait à la France et qui se monterait à 600 millions d’euros, dont 34 pour la sécurité sociale (lien) ce que démentait récemment l’Algérie par la voie du porte parole du ministère des affaires étrangères, Amar Belani. lien

En attendant 13 contrats ont été signés entre les deux pays en décembre 2013. lien

Un hommage à la fin de la France-Afrique ?

Comme dit mon vieil ami africain : « il vaut mieux changer de livre que tourner la page ».

L’image illustrant l’article vient « bizhumour.over-blog.com »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Les flics de Bouteflika

Rwanda, une vérité qui dérange

Aux armes, etc

Internet, moteur de révolte

La contagion de l’espoir

L’alibi de Kadhafi

Le vieil homme est amer

Pour Moubarak, Les cairotes sont cuites

Quand les Ivoiriens voient clair

Le naufrage de Bagbo

Le chocolat sent mauvais

Des maliens aux malins

Morts pour AREVA

Documents joints à cet article

Une élection dans un fauteuil

Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 19 avril 2014 08:09

    L’Algérie reproduit et amplifie tous les défauts de notre système. Lorsque l’on voit le regard vitreux de ce « pauvre Boutef », sorti avec d’infinies précautions pour faire quelques images et montrer qu’il est encore vivant (?), on comprend qu’il y a tout un système en place qui cherche à se maintenir.
    C’est grotesque et pitoyable. Encore pire sont les crédules -ou totalement idiots- qui le suivent.

    Et la tragédie pour l’Algérie est qu’on ne voit pas (?) de personnalité qui pourrait changer le système. Surement pas Benfils qui veut juste devenir calife à la place du calife.


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 08:54

      Alpo

      bien sur, benfils (qui était dans le gouvernement bouteflika auparavant) veut seulement le remplacer pour continuer de plus belle.
      évident.

    • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 11:50

      gros macho

      « dont l’auteur est la preuve » ?
      vous n’êtes pas bien ?!!!
      je vous informe que je suis en relation régulière avec les opposants à Bouteflika...et je ne crois pas que ce dernier soit a prendre en exemple....bien loin des préoccupations de son peuple.

    • appoline appoline 19 avril 2014 18:16

      Ils l’ont voulu, ils l’ont eu. Un peuple ne peut se libérer que par lui-même. L’indépendance aussi, ils l’ont voulue maintenant qu’ils se débrouillent


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 09:44

      @ tous

      En direct sur la TV Algérienne et les résultats officiels mentionnés par les services de Tayeb Belaiz. Dans la wilaya de Ghardaia , le total des totaux des 6 candidats est : 150,99% 
      Du jamais vu, uniquement en Algérie 
       smiley

      • appoline appoline 19 avril 2014 18:17

        Vous pensez bien que tous ceux qui touchent des enveloppes et tous les corrompus ne vont pas laisser leurs places


      • Deneb Deneb 19 avril 2014 10:35

        De la même manière que les communistes de l’Europe de l’Est se sont soudainement découvert les affinités avec le christianisme pour garder le pouvoir, le Clan d’Oujda dominant le FLN surfe lui aussi sur la religion . Une seule solution : lustration !


        • Deneb Deneb 19 avril 2014 11:25

          Resister à la liberté, oui.


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 11:46

          gros macho

          la religion comme solution ?
          surprenant...
          je sais bien que le pape François est appelé Pape des pauvres...en référence a st François d’Assise, mais quand on voit la richesse de l’église, l’or, la banque, les œuvres d’art, je ne suis pas sur que cela puisse servir d’exemple.
          fort heureusement, depuis un bout de temps, il y a eu la séparation de l’Eglise et de l’Etat, même si le sujet est discutable...

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 11:51

          Deneb

          d’ou l’impérieuse nécessité de sortir la religion de la politique.

        • Deneb Deneb 19 avril 2014 12:35

          Absolument, Olivier. Malheureusement il n’y a pas un seul pays musulman qui serait prêt à le faire, sauf peut-être l’Indonésie, et encore - ils ont quand même extradé le blogueur saoudien qui risquait dans la peine de mort dans son pays pour avoir osé (quel culot !) exprimé une opinion personnelle sur l’Islam.


        • Attilax Attilax 19 avril 2014 12:55

          L’Indonésie ? Vous rigolez ? Vous êtes passible de prison si vous êtes athée, là-bas ! Je doute fort qu’ils se laïcisent avant longtemps.


        • Deneb Deneb 19 avril 2014 13:03

          Merci attilax, mais c’est quand même l’Indonésie qui a la réputation de pays musulman le plus démocratique. Les autres sont manifestement bien pires.


        • Jelena XCII 19 avril 2014 13:13

          Foutaises, les peuples qui ne sont pas sous domination de la religion, sont sous l’emprise des mass-medias. En Algérie c’est Mahomet qui dit ceci-cela, en France c’est Saint David Pujadas qui est le guide spirituel de la nation.


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:25

          jelena

          vous y allez fort.
          mais j’aime bien.
          essayons quand même de garder un peu de mesure ?
          mais, comme disait l’autre, c’est vous qui voyez.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:28

          Deneb

          nos anciens (ceux de 1789) l’avaient bien compris.
          chacun sa foi et les vaches seront bien gardées.
          mais que la religion reste ce qu’elle est, sans qu’il puisse y avoir de liens avec la politique.
          ça fait un moment que ça dure, et je doute que dans les religions, quelles qu’elles soient, acceptent d’être complices de massacres au nom de faire triompher leurs convictions religieuses.
          mais, je peux me tromper.
           smiley

        • Jelena XCII 19 avril 2014 13:40

          @Olivier Il faut choquer pour se faire entendre. smiley

          Mais il y a un peu de ça quand même, la grosse majorité des français ont pour seule source d’info le sacro-saint 20 heures et leur vision du monde est conforme à ce que souhaitent « les prêtres-rabbins de l’Elysée ».


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 15:21

          Jelena

          c’est pour cette raison que j’ai débranché la tv depuis plusieurs années...
          et je ne m’en porte pas plus mal, bien au contraire, car sur le net, on peut sélectionner nos infos, souvent bien plus sérieuses.
          non ?
           smiley

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 2014 17:56

          Jelena,
          Je crois que ce que vous dites est en partie faux, sinon le taux d’abstention ne serait pas aussi élevé.

          Comme dans tous les pays où les médias sont sous contrôle, les citoyens ont appris à lire entre les lignes et les slogans des communicants ...


        • Attilax Attilax 19 avril 2014 18:13

          Il suffit de lire les sondages pour voir qu’une grande majorité de français n’a plus aucune confiance dans les médias officiels... Les journaux ne se vendent presque plus et ne survivent que grâce aux généreuses subventions de l’état (tiens, alors qu’ils appartiennent aux hommes les plus riches, curieux ?), les journaux télé sont de moins en moins regardés et une minorité importante de gens choisissent aujourd’hui internet pour s’informer. C’est pour ça qu’ils veulent tant le contrôler...


        • appoline appoline 19 avril 2014 18:20

          Pfff, entre le coran et les hadiths qui préconisent de tuer tout ce qui n’est pas musulman, ils vont vachement avancer avec ça. Toute religion est un frein pour l’avancer d’un peuple et une religion qui préconise la violence au nom d’un dieu est encore pire que les autres


        • OMAR 19 avril 2014 20:33

          Omar33

          Revoilà notre Deneb, ce suceur de sang des musulmans..

          Dés qu’il s’agit d« arabes er/ou de musulmans, ses canines s »allongent.

          Srébrénica ne l’a pas totalement assouvi.

          Pour lui, le sous-développement, la tyrannie, l’intolérance etc.. ne peuvent exister qu’en « terre d’Islam ».

          C’est à croire que le génocide cambodgien, des bosniaques, ou des tutsis est l’œuvre de musulmans.
          Que Hati, la Colombie, le Swaziland ou la Corée du Nord sont des pays arabes...


        • Deneb Deneb 19 avril 2014 20:51

          Olivier, vous dites " je doute que dans les religions, quelles qu’elles soient, acceptent d’être complices de massacres au nom de faire triompher leurs convictions religieuses.« 

          Ca s’est vu et pas qu’un peu. A une époque rélativement récente encore pour le catholicisme (fermant les yeux sur les crimes nazis, vous connaissez, j’imagine  »Amen" de Costa-Gavras.) Et les cathos ce sont encore les moins pires.

          Ce que je redoute dans les religions, c’est l’eschatologie. Elles prévoient toutes l’apocalypse. D’ici à la provoquer ...


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 22:08

          Deneb

          ma réponse était une provocation, j’avais ajouté « mais je peux me tromper »
          bien évidemment, quelles qu’elles soient, les religions ont beaucoup à se faire pardonner.
          chacune pense détenir la vérité, et au nom de SA vérité est parfois prête à massacrer tous ceux qui n’ont pas adhéré à la leur.
          catholiques, protestants, musulmans... et d’autres, personne n’y échappe.
          mais laissons tomber, ce n’est pas l’objet de l’article.
           smiley

        • ZenZoe ZenZoe 19 avril 2014 11:42

          L’Algérie est encore une preuve qu’on ne peut pas se contenter de la mise en place d’élections pour qualifier un pays de « démocratique ».
          La démocratie, c’est bien autre chose. On assiste en Algérie à une bien triste mascarade.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 11:47

            ZenZoe

            pas mieux,
            je partage.

          • Attilax Attilax 19 avril 2014 12:56

            Et chez nous alors ? C’est pas une triste mascarade ? Franchement, on a aucune leçon à donner.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:18

            Atilax

            je suis d’accord,
            mais contester les uns ne devrait pas empêcher de contester les autres, non ?

          • Attilax Attilax 19 avril 2014 18:05

            D’accord avec vous, Olivier, mais c’est le côté condescendant qui me dérange, genre « nous on a l’habitude de la démocratie, eux ils en sont incapables ». On est une république, pas une démocratie, on a strictement aucune habitude de la démocratie, nos élites décident de tout et nous trahissent depuis des décennies, et pourtant on continue à voter pour ces connards. On n’a pas de leçon à donner aux algériens, c’est tout ce que je dis et je ne le disais pas pour vous car vous n’êtes jamais condescendant.


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 18:58

            Attilax

            je suis d’accord avec vous.
            si on y réfléchis bien, quelle démocratie avons nous ?
            bien sur on a élu un président...mais on a cru au programme qu’il nous avait promis.
            première trahison.
            puis, il nomme ses ministres... ils ne sont pas élus... nous ne les avons pas choisis, et pourtant ils sont là. 
            bien sur les députés sont là aussi... mais ils sont au mains des partis, et ont souvent le doigt sur la couture du pantalon. 
            on les appelle les godillots, c’est tout dire.
            quand a la corruption, on est largement servis ! tous les partis ont leur moutons noirs.
            donc, effectivement on n’a pas de leçons à donner aux uns ou aux autres, mais en tant que journaliste citoyen, j’ai trouvé important de tenter de raconter ce qui se passait de l’autre coté de la grande bleue, ne serait-ce que pour que ceux qui contestent cette élection sachent qu’ils ne sont pas seuls.

          • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:20

            joyeusetés

            comme toujours, c’est des jeunes que pourra venir la réponse.
            ils ont encore un idéal, les autres ont, semble t-il des pantoufles, 
            comme en France d’ailleurs.
             smiley

          • alinea Alinea 19 avril 2014 12:41

            Moi je retiens que nos Présidents ne sont que des vrp ! ils vont faire leur petit commerce avec ce qui se fait de mieux en matière de gouvernements ! La corruption est une alliée formidable à nos intérêts ; quand je dis « nos », je pense bien sûr aux incontournables rafales, ici ou là aux centrales nuc... nos bagnoles...rien de neuf sous le soleil algérien, donc !


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:22

              oui Alinea

              et ils auront beau jeu de dire qu’il s’agit de faire rentrer « des sous » dans notre beau pays, oubliant au passage un minimum de déontologie.


            • Deneb Deneb 19 avril 2014 13:06

              Heureusement il y a gros macho sur ce fil, comme tout le monde peut se rendre compte du contraste entre les gens raisonnables et ...


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 13:23

                deneb

                oui, l’arrivée de ce ventripotent est intéressante.
                bon, ça manque de cohérence, mais il ne faut jamais se refuser l’occasion d’un sourire.
                 smiley

              • moumou moumou 19 avril 2014 14:04

                Les massacres qui ont suivi l« élection du Fiss dans les années 90 ont bien fait comprendre aux Algériens l’imposture démocratique. 

                 Rien d »étonnant que maintenant ils votent pour un fantôme. 
                Un vote pragmatique qui ne signifie pas plus que l’abstention.
                Quelqu’un a parlé de religion , ici plus haut, comme seule voie de salut....Dans ce contexte, c’est compréhensible. 

                • olivier cabanel olivier cabanel 19 avril 2014 15:19

                  moumou

                  dans ce contexte (au sujet de la religion), je ne crois pas (mais c’est mon modeste avis) que mêler la religion à tout ça soit d’une quelconque utilité.
                  je respecte la foi des uns et des autres, mais ne mêlons pas la politique et la religion.

                •  Mohamed Takadoum (alias Bouliq). M Takadoum alias Bouliq. 19 avril 2014 15:04

                  Pour l’auteur, Bouteflika est né à Oujda au Maroc mais n’est pas marocain pour autant.Il fait partie d’une famille algérienne installée au Maroc. Sa soeur qui vit toujours dans cette ville porte toujours la nationalité algérienne.    

                   D’ailleurs les miséres qu’il nous fait depuis qu’il est aux affaires depuis les années 70 rend les marocains aussi victimes de ses manoeuvres que les algériens.Voir mes différents articles sur l’Algérie sur ce site.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès