Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Médias > France Inter égratigne la version officielle du 11-Septembre

France Inter égratigne la version officielle du 11-Septembre

C'est un petit événement médiatique qui mérite d'être souligné : pour la première fois, un grand média français, France Inter, a consacré une série d'émissions aux zones d'ombre du 11-Septembre, et, tout en se tenant éloigné des outrances conspirationnistes, a écorné - de façon considérable - la version officielle de ces attentats.

Trois samedis consécutifs, les 9, 16 et 23 mai 2009, les Rendez-vous avec X, menés par le journaliste Patrick Pesnot et le mystérieux Monsieur X, un homme qui aurait jadis flirté avec les services spéciaux, ont tenté d'affronter les nombreuses controverses suscitées par le 11-Septembre. Après deux émissions largement historiques (1-2), le troisième volet s'est davantage attardé sur les attentats eux-mêmes. Tout n'a évidemment pas été abordé, mais plus que cela ne l'avait jamais été sur un grand média national (du moins depuis les interventions télévisées d'Eric Laurent).
 
La première émission peut être écoutée ici, les deux suivantes, qui retiendront le plus notre attention, sont disponibles ici et (n'hésitez pas à les écouter intégralement).
 
9/11 version France Inter
 
Allons droit au fait. Voici, résumée, la version présentée par Monsieur X :
 
1. Al Qaïda a organisé et exécuté l'opération du 11-Septembre, mais avec l'appui des services secrets pakistanais et de membres de la famille royale saoudienne. L'implication de l'ISI est même qualifiée de "sûre".
 
2. Avant ces attentats, l'administration Bush a été aveuglée par son obsession de l'Irak, dont l'invasion était déjà programmée, et n'a pas prêté suffisamment attention aux avertissements nombreux qu'elle avait reçus d'une attaque à venir d'Al Qaïda sur le sol américain. Des avertissements (niés, rappelons-le, par tous les officiels américains) qui spécifiaient même le mode opératoire : l'utilisation d'avions comme bombes volantes.
 
3. Le matin du 11-Septembre, le NORAD était sur le pied de guerre, des exercices de simulation militaires avaient lieu, qui auraient dû rendre la réaction de la chasse particulièrement rapide et efficace (idée contestable : la ressemblance des exercices avec les attentats pourrait, au contraire, avoir durablement créé de la confusion... jetez un oeil ici et ...) ; en outre, les informations concernant les détournements d'avions étaient arrivées très vite au commandement militaire ; seule explication pouvant rendre compte de l'inaction de la chasse : Bush n'aurait pas osé prendre la responsabilité de faire abattre lui-même les avions, ou plutôt aurait hésité trop longtemps. 
 
4. Juste après le 11-Septembre, l'administration Bush a laissé des centaines de membres de la famille royale saoudienne et des membres de la famille Ben Laden quitter le territoire américain avant tout interrogatoire, de peur que l'on ne découvre des liens entre eux et les attentats ; elle a ensuite laisser fuir Ben Laden de Tora Bora, en Afghanistan, où il était pourtant cerné, et ne l'a jamais recherché officiellement pour le 11-Septembre ; elle a enfin rechigné à mettre en place une Commission d'enquête et à lui attribuer des moyens. A chaque fois la même raison : la peur que l'on ne regarde de trop près les liens d'affaires qui unissaient les clans Bush et Ben Laden.
 
Deux accusations très graves sont donc lancées par Monsieur X : d'abord, des membres de la famille royale saoudienne et des services secrets pakistanais, dont son chef de l'époque (le général Mahmood Ahmed), auraient participé à l'organisation des attentats. Ensuite, l'administration Bush aurait couvert ces responsables par intérêt : pour ne pas dévier de son agenda guerrier, et pouvoir attaquer l'Irak et l'Afghanistan avec le soutien des alliés saoudiens et pakistanais. Elle a aussi décidé de laisser courir Ben Laden, l'homme que Bush avait pourtant juré de ramener aux Américains "mort ou vif".
 
Ces informations, si elles sont définitivement authentifiées, arriveront-elles un jour aux oreilles du plus grand nombre ? Et les criminels - actifs ou passifs - seront-ils un jour dénoncés à une heure de grande écoute ?
 
Laisser faire...
 
Tout au long de l'émission, Monsieur X s'est positionné par rapport à la thèse du "laisser faire", consistant à dire que l'administration Bush aurait laissé sciemment se produire les attaques pour avoir un prétexte à la guerre. S'il s'en est détaché, il ne l'a guère méprisée, qualifiant l'inaction américaine avant le 11-Septembre de "très troublante", et présentant sa propre thèse comme n’excluant "pas tout à fait l’hypothèse du complot"... Ce n'est que la thèse du complot purement américain (inside job) qu'il a moquée, la qualifiant de "délire". Pour justifier son refus final de la thèse du "laisser faire", il n'a d'ailleurs guère pu apporter d'autre argument que son intime conviction : "Je ne doute pas du machiavélisme de certains des personnages les plus proches de George Bush, Dick Cheney, Rumsfeld et Wolfowitz. Mais j’ai du mal à croire qu’ils auraient pu participer à un complot qui a entraîné dans la mort presque 3 milliers de leurs compatriotes."
 
Pourtant, il existe un argument de poids pour défendre la thèse du "laisser faire" et Monsieur X ne l'a pas mentionné. D'où l'intérêt de le rappeler ici. En septembre 2000, le très influent think tank néoconservateur "Projet pour un Nouveau Siècle Américain" (PNAC), dont font partie les Cheney, Rumsfeld et Wolfowitz, publie un rapport intitulé Reconstruire les Défenses de l'Amérique. Il préconise la mise en oeuvre (rapide) de réformes et d'actions militaires visant à maintenir l'hégémonie américaine au XXIe siècle - une hégémonie menacée par la montée en puissance de la Chine. Et page 51, cette phrase prophétique : "Le processus de transformation [des Etats-Unis en force dominante], même s'il est porteur de changements révolutionnaires, sera probablement long, en l'absence d'un événement catastrophique et catalyseur - comme un nouveau Pearl Harbor". C'est l'aspect bénéfique de la catastrophe qui est ici envisagé. Au vu de cette réflexion (qui avait interpellé une journaliste de la chaîne ABC, voir vidéo ci-dessous), quelle était l'attitude rationnelle des dirigeants ayant justement pris connaissance de l'imminence d'un nouveau Pearl Harbor (l'attaque des "bombes volantes" d'Al Qaïda) ? Prendre toutes les mesures de sécurité adéquates pour stopper l'attaque ? Ou laisser faire et bloquer les enquêtes en cours ?
 
 
... ou aveuglement ?
 
Monsieur X préfère penser que les dirigeants américains ont été aveuglés par l'Irak et n'ont rien vu venir... Sans doute "aveuglés" le 12 septembre 2001, ils ont immédiatement voulu associer l'Irak au 11-Septembre (dixit Richard Clarke, patron du contre-terrorisme, et George Tenet, directeur de la CIA, qui ont fini par révéler les manigances de George Bush, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, et Richard Perle).
 
La thèse de l'aveuglement ne serait recevable que si l'administration Bush avait réellement cru que l'Irak représentait une menace avant le 11-Septembre ; les interventions de Colin Powell et Condoleezza Rice à ce sujet, en février et juillet 2001, montrent qu'il n'en était rien :
 
 
Si l'administration Bush était bel et bien obnubilée par l'Irak, au point de planifier sa guerre dès janvier 2001, ce n'était pas parce que ce pays représentait une quelconque menace militaire, mais parce que le pouvoir américain avait le projet d'y construire une base militaire permanente (dixit l'ancien président Jimmy Carter et le rapport du PNAC, p. 14, 23...), d'y contrôler le pétrole (dont sont surtout dépendants les concurrents chinois et européens), et il s'agissait aussi peut-être de punir un président qui avait témérairement choisi de ne plus vendre son pétrole en dollars, mais en euros. Autant de motifs qui ne justifiaient pas une guerre aux yeux de l'opinion internationale. Il fallut donc inventer la fable des armes de destruction massive, qui ne prit sa pleine dimension que dans le contexte post-11-Septembre.
 
Omission essentielle
 
Parmi les autres points faibles de l'argumentation de Monsieur X, n'en citons qu'un. X juge l'hypothèse de la démolition contrôlée des tours très improbable, dans la mesure où venait d'être nommé chef de la sécurité du World Trade Center, peu de temps avant les attentats, un homme très compétent, John O'Neill, ancien membre du contre-terrorisme au FBI (jusqu'au 22 août 2001), qui avait enquêté sur le premier attentat à la bombe contre le WTC en 1993, et qui fut l'un des premiers à avoir tiré la sonnette d'alarme au sujet de la menace que représentait Ben Laden ; la recherche de bombes devait très certainement constituer une priorité pour les services qu'il dirigeait... En effet, comme nous l'apprit l'Independent le 17 septembre 2001, la sécurité avait été brusquement renforcée au WTC à la fin du mois d'août, avec l’introduction de chiens renifleurs et le contrôle systématique des camions de livraison pénétrant dans les bâtiments. L'effet John O'Neill ? Pas si sûr cependant, car, si l'on en croit CNN, O'Neill n'avait commencé son nouveau job au WTC que le 10 ou le 11 septembre... jour de sa mort. Quoi qu'il en soit, le jeudi 6 septembre, les chiens renifleurs seront subitement retirés, rapporte Newsday. De quoi relancer chez certains les spéculations quant à la possibilité d'avoir introduit des explosifs dans les tours...
 
Mais au-delà des spéculations oiseuses, il est un élément incontournable qui doit désormais rentrer dans le débat : la récente étude scientifique, publiée le 3 avril 2009 dans The Open Chemical Physics Journal, qui indique que des explosifs de nouvelle génération, de la nano-thermite, ont été identifiés dans les poussières du World Trade Center. Fin stratège, ou simplement ignorant de cette découverte, Pesnot préfère ici aller chercher un allié traditionnel des anti-bushistes, le penseur contestataire Noam Chomsky, qui raille tous ces amateurs qui s'improvisent "experts très qualifiés en génie civil et mécanique en passant une heure ou deux sur Internet"... et omet de mentionner la fameuse étude, non pas produite par des amateurs en une heure de surf sur Internet, mais par une équipe de neuf scientifiques au terme de 18 mois de recherche...
 
 
Une nouvelle version officielle ?
 
Patrick Pesnot et Monsieur X n'ont certes pas prétendu avoir levé tous les mystères qui entourent encore le 11-Septembre. Leur parole, qu'elle aille parfois dans le sens des "sceptiques", parfois dans celui des "pro-VO", n'est pas non plus d'Evangiles, mais elle aura enfin permis de réhabiliter le questionnement serein et légitime sur ces monstrueux attentats. Leur analyse, si elle écarte l'idée d'un complot purement américain, ne rejette pas complètement celle d'un "laisser faire" américain. La thèse qu'ils proposent, sans être révolutionnaire, égratigne considérablement la version officielle, telle qu'elle figure dans le rapport de la Commission de 2004. D'autres responsables sont épinglés, et l'administration Bush est accusée de les avoir protégés. C'est déjà beaucoup.
 
Si France Inter et les autres grands médias français sont solidaires de cette analyse, il ne leur reste plus qu'à en informer leur vaste auditoire. Pour rompre enfin le mythe d'un 11-Septembre imputable à la seule Al Qaïda et celui d'une chasse au Ben Laden qui s'avère de plus en plus être une gigantesque farce.

Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (147 votes)




Réagissez à l'article

219 réactions à cet article    


  • Rounga roungalashinga 26 mai 2009 10:27

    Ce très vénérable Monsieur Val nous a très bien expliqué que ceux qui ne croient pas la version officielle des attentats à la virgule sont des connards (car antisémites je précise pour ne pas qu’on puisse penser que le jugement de ce grand Sage est péremptoire). J’espère donc que le nouvellement nommé Philippe Val, héros de la liberté d’expression, saura réprimander sévèrement l’individu qui a permis qu’un tel tombereau d’ordures puisse être déversé par les ondes sur la version que la Sainte Commission a émise sur le 11 septembre.


    • Flo Flo 26 mai 2009 14:27

      A n’en pas douter monsieur Val (béni soit ce grand penseur de gauche) saura, dans sa profonde sagesse, adapter son opinion à la future version officielle des faits.
      Il devrait également pouvoir nous expliquer que les mauvais esprits qui s’acharneront à interpréter ce fait comme un retournement de veste sont des antisémites de la pire espèce.


    • Rounga roungalashinga 26 mai 2009 15:13

      Si vous êtes le seul à être étonné, ça doit être que vous êtes plus intelligent que la moyenne sûrement.


    • médy... médy... 26 mai 2009 15:16

      Et non, arthur mage, s’il a autant de votes, c’est qu’il emploie ce cynisme salvateur qui nous épargne la folie de vivre dans un monde de boeufs sacrificiels qui lèvent à peine la tête lorsque leurs homologues sont égorgés sous leur yeux. Une fois qu’on est réveillé, il faut être suffisement fatigué pour se rendormir, vos commentaires sont certes mous et soporifiques mais l’éveil est trop intense pour sentir leur effet antalgique.

      France Inter avec son Mr. Pyramide nous ont montrés une fois de plus que le boulot d’un journaliste moderne est de mentir et d’omettre les éléments à charge, à savoir l’utilisation de nano-explosifs voir d’une mini-nuke en plus des avions dans lesquels les gens étaient déjà tués par un gaz neurotoxique et les commandes prises par un drone.


    • boris boris 26 mai 2009 17:03

      @ Médy

      Même pas la peine de commander un 757 où tout autre jet liner par un drone , ils sont tous équipés d’au minimum trois centrales inertielles qui font redondance, suffit de les programmer et roule ma poule. 


    • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 17:31

      Un avion de ligne n’a besoin d’un équipage que dans le cas d’une panne des systèmes de vol.
      Certaines compagnies low coast choisissent même d’embaucher des pilotes ne sachant pas piloter « à vue », c’est à dire effectuer toutes les phases de vol sans tous les instruments de bord.
      C’est dire si les systèmes embarqués dans les avions sont éprouvés. Et effectivement, plusieurs fois redondants, comme le réseau présent dans l’avion, ...

      Même les ailes, y en a 2 alors voyez...
       smiley


    • blh 26 mai 2009 17:48

      La majorité des gens sont cons.
      La minorité aussi, mais ils sont moins nombreux  :)


    • médy... médy... 26 mai 2009 18:58

      Oui Boris, mais pour le profane que je suis programme et drone c’est la même, cela dit je ne suis pas contre les détails interessants. Vous, que pensez vous de tous ces drones qui épandent les chemtrails ?


    • boris boris 26 mai 2009 19:52

      @ Médy

      Un drone c’est un avion sans pilote, directement commandé depuis le sol.

      Les jets modernes n’ont pas besoin de pilotes, ils peuvent décoller prendre leur cap et atterir sans aucune aide interne, en régle générale les pilotes font toujours le décollage et l’aterissage en manu,histoire de garder la main ils sont là aussi pour rassurer les passagers, imaginez deux secondes prendre un avion sans pilotes, déjà que les compagnies aériennes battent de l’aile, elles n’auraient plus beaucoup de clients.

      D’autre part les jets modernes sont quasimment pas pilotables en manuel car leur transfert de masse est trés instable, je parle là bien sur des gros jets, dans la pratique un excellent pilote aura du mal à reprendre les commandes en situation extréme ( mais pas impossible,l’exploit du pilote qui à amerri dans l’Hudson), rappelez vous le crash d’un aibus A320 lors d’un meeting, le pilote à été sabré pour ne pas mettre en cause l’informatique de l’avion.

      C’est pourquoi, l’histoire du 757 sur le pentagone ( je parle là de sa trajectoire tendue à plus de 600 mph) n’est absolument pas viable, n’importe quel pilote vous le dira.

      Pour les chemtrails je suis beaucoup plus réservé, cela sera un autre débat, si vous voulez bien.


    • Vent Couvert 26 mai 2009 23:20

      Philippe Val, héros de la liberté d’expression..

      Je suppose que vous faites de l’humour ? Je me souviens encore de l’affaire Siné. Quel héros ce Val.


    • wesson wesson 26 mai 2009 10:56

      Bonjour l’auteur, et merci pour votre article.

      J’ai également été étonné que France Inter ose aborder la question comme ça, dans une de ses émissions jouissant d’une forte audience. Et c’est vrai que d’ordinaire je ne suis pas tendre envers Inter et ses multiples compromissions, mais évoquer le 11 septembre d’une manière critique et posée, sans stigmatisation excessive, même Mermet qui pourtant n’a plus grand chose à perdre ne s’y est pas risqué (et d’ailleurs, je crois qu’il aurait même déclaré « si je fait ça [parler du 11 Septembre], je sautes »)

      J’ai bien aussi noté les passages sur la démolition contrôlé, mais qu’attendiez-vous, que sur une chaine nationale une émission se permette de remettre directement en cause une vérité officielle de cette ampleur ? Évidemment non, pour cela il faudra attendre au moins une bonne vingtaine d’années. Toutefois, j’ai relevé que son explication sur la chute du WTC7 est tellement rapide et alambiquée (l’effondrement des tours 1 et 2 aurait provoqué un tremblement de terre qui aurait affaibli le WTC7) que j’y ai décelé chez M. X un véritable embarras que P. Pesnot, sentant le vent du boulet, essaie pourtant d’amoindrir en commentant « Oui mais un immeuble beaucoup plus ... modeste » - comme si effectivement un immeuble de - quand même - plus de 100 mètres de haut était fondé à s’écrouler plus facilement ... Bref ça a bien ramé sec pour expliquer la chute du WTC7, pour en conclure que de toute manière, le rapport de la commission d’enquète n’y avait pas répondu de manière satisfaisante.

      Autre point qui m’as paru interessant : Selon M. X le gouvernement Américain serait finalement interessé par la polémique concernant les destructions de ces tours,car cela détournerai l’attention. Même si ça a pu être le cas pendant un instant, ça me parait maintenant beaucoup moins plausible, tant les lézardes apparues maintenant dans cette vérité officielle se font chaques jours un peu plus béantes. Et, démontrer que ces destructions ont été effectuée de manière controlée, c’est prouver le caractère prémédité de la chose, et de tout ce qui en as découlé. Derrière cette preuve, c’est la présence Américaine en Irak et en Afghanistan qui se joue, c’est l’ensemble des lois liberticides édictées depuis 2001, la torture et guantanamo compris.

      Derrière la preuve irréfutable d’une démolition controlée lors des évènements du 11 Septembre, c’est donc toute la crédibilité du gouvernement Américain qui est en jeu, tant au niveau intérieur que mondial. Je ne crois pas le gouvernement assez fou pour jouer avec ce feu là.


      • Kalki Kalki 26 mai 2009 18:04

        Et tout la légitimité d’un système centralisé, une république qui impose, un capitalisme neoliberal tout à fait sein comme tous les représentants du monde ont osé le proner.

        On parle de secession aux usa.

        Smith et wesson...

        C’est une possibilité on verra : avec obama ça tient encore debout, par le miracle du sauveur du systeme ! et le relégitimant après toutes les saloperies...

        http://www.20minutes.fr/article/309919/Monde-Chuck-Norris-veut-etre-president-du-Texas.php

        http://politicalticker.blogs.cnn.com/2009/03/12/chuck-norris-for-president-%E2%80%A6-of-texas/

        http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_U.S._state_secession_proposals

        Le pire, c’est que tous ces pays, dont la france ne sont plus capable de penser par eux meme et d’avoir une politique, à eux.

        Des suiveurs, sans sauveurs.


      • yvesduc 26 mai 2009 20:51

        wesson : bien vu ! Si c’était dans l’intérêt du gouvernement, celui-ci se débrouillerait pour donner subtilement de l’importance au Mouvement pour la vérité sans en avoir l’air, un peu comme Sarkozy le fait avec Dieudonné lorsqu’il essaie d’interdire sa liste, lorsqu’il envoie la police bloquer son bus au moment de déposer la liste, etc.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 mai 2009 01:29

        @ Wesson


        Avant tout, bravo à Taiké Eilée pour un article documenté et irréprochable. Il faudrait bien que AGV donne suite à la proposition de plusieurs lecteurs et donne chaque mois ou chaque année au moins une reconaissance formelle à un lauréat parmi ceux qui font vivre ce site.

        Quand à vote commentaire, un point me semble occulté. La GOUVERNANCE A CHANGÉ AUX USA. La vérité d’hier ne demande qu’à être corrigée... Ça commence doucement. 

        Pierre JC Allard

         

      • boris boris 26 mai 2009 11:36

        C’est un inside job.

        Bien evidemment Monsieur X ne va pas le crier sur les toits, il le laisse sous entendre timidement, c’est un bon début.

        Bon article.


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 16:22

          Trop timide !

          Seuls les personnes déjà déjà intéressées à cette affaire sont à même de décrypter les sous entendus.
          Il aurait été honnête de donner quelques noms parmi les détracteurs de la VO, citer Van Bulow ou Cossiga ou encore l’association d’architectes et d’ingénieurs travaillant pour la réouverture d’enquête. Et bien sûr l’emmision de France inter ne parle pas de l’obstruction d’enquête de l’administration Bush concernant la reche d’explosifs sur le lieu du crime.

          D’habitude cette émission de France inter est plus exhaustive, là nous avons eu droit aux seules appréciations subjectives de Mr X, du type « je ne pense pas que » « il me semble vraissemblable que », « mais naturellement je ne suis pas spétialiste donc je ne peux rien vous dire de plus ».
          Aussi, il cite en guise de conclusion N. Chomsy qui assume sans honte que le mouvement pour la vérité n’est constitué que de bloggers sans qualification aucune. Là on se moque carrément du monde.

          Je reste donc sur ma faim.


        • boris boris 26 mai 2009 17:22

          Bien d’accord avec toi cascabel, mais quand on voit le sort réservé à ceux qui l’ouvrent trop sur les médias, vaut mieux y aller sur la pointe des pieds si on ne veut pas se faire diaboliser.


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 17:39

          Le but est de créer une théorie du complot politiquement correcte car la VO ne tient vraiment pas la route. Tout du moins je le perçois ainsi, autrement Mr X aurait cité quelques noms.


        • eric biegala 31 mai 2009 07:59

          Yeah ! Inside job !

          And who the fuck did, smart-ass ?

          GW Bush himself ?


        • Dominique Larchey-Wendling 26 mai 2009 12:06

          Vous pouvez bien citer Chomsky mais une fois que vous vraiment l’aurez lu, je ne pas sûr que vous continuerez à utiliser ses mots ... Le 11 septembre ne l’intéresse pas tant que ça surtout parce qu’il considère que c’est un bien « petit » crime au regard des nombreux autres crimes de terrorisme d’état, en particuliers ceux commis par les administrations américaines successives.

          Il a une phrase particulièrement éloquente à propos du terrorisme :

          « The only way we can put a permanent end to terrorism is to stop participating in it. »

          « Notre seule manière d’aboutir à la fin du terrorisme est que nous cessions d’y participer. »


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 12:12

          Chomsky trouvait aussi l’administration Bush trop incompétente pour réaliser un travail d’une telle ampleur sans le foutre en l’air...


        • Traroth Traroth 26 mai 2009 14:35

          « Quant à l’Irak, le terroriste était Saddam Hussein » : Vous semblez avoir de la difficulté à concevoir l’idée qu’il n’est pas incompatible que Saddam Hussein est été un terroriste, mais que l’invasion de l’Irak de 2003 soit également du terrorisme. Il n’y a absolument pas incompatibilité entre les deux !


        • Dominique Larchey-Wendling 26 mai 2009 14:37

          Quant à l’Irak, le terroriste était Saddam Hussein.....

          Si on utilise les mots n’importe comment, ils n’ont plus de sens. Vous pouvez traiter SH de dictateur sanguinaire si vous voulez, de despote, mais de « terroriste » certainement pas. J’ai l’impression que vous utilisez ce mot pour désigner les ennemis que l’Amérique se choisit pour déployer et justifier sa puissance militaire.


        • Dominique Larchey-Wendling 26 mai 2009 16:14

          c’est l’accaparement et la conservation du pouvoir en usant de la terreur aveugle

          Aveugle ? Cynique, sans état d’âme, sans doute, mais aveugle ? Aveugle voudrait dire qu’il frappait au hasard pour terroriser son peuple. L’usage de la torture n’entrant pas dans ce cadre bien que sa fonction principale soit d’inspirer la crainte chez les dissidents (et non pas l’extraction de renseignements qui se révèle de toutes façons plus absurde les uns que les autres).

          Loin de moi l’idée de minimiser la nocivité du régime de SH, mais le mot terroriste n’est pas approprié pour lui. Vous ne pouvez pas changer la définition des mots comme cela vous chante. SH ne frappait pas au hasard, il frappait ses opposants, les shiites en particulier. A vous entendre, n’importe quel régime dictatorial est forcément terroriste ... à partir de là, on n’en a pas fini avec le terrorisme ...

          Maintenant, votre coalition de 50 démocraties, c’est de la rigolade. Elles avaient pour la plupart un fusil américain dans le dos, ces 50 « démocraties. »


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 16:28

          Chomsy se moque du monde c’est tout.


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 16:47

          Chomsy se moque du monde c’est tout.

          Si vous le dîtes... C’est tellement bien formulé... et étayé en plus...
          Tiens, ben du coup je vais vous croire !


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 16:51

          emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique

          Hé Arthur, on se fait un quizz pour donner le plus d’exemple possible ?
          Attention, il se pourrait que votre employeur se retrouve dans la liste à maintes reprises...


        • Dominique Larchey-Wendling 26 mai 2009 17:28

          Voilà la définition qu’utilise Chomsky que vous citiez avant et qui est celle du manuel de l’US Army : "l’usage calculé de la violence ou de menaces de violence afin d’inculquer la peur ; dans le but de contraindre ou d’intimider des gouvernements ou sociétés quant à la poursuite de certains objectifs ; généralement politiques, religieux ou idéologiques."

          Ce n’est pas la définition que vous citez et elles sont très différentes. La votre « emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique » ne recouvre ni le Hamas ni le Hezbollah puisqu’en se présentant aux élections, ils n’emploient donc pas systématiquement la violence pour atteindre un but politique ... Ce qui n’est pas souhaitable de votre point de vue j’imagine ...

          Ce qu’il faut comprendre dans tout cela, c’est que le mot terroriste est en général utilisé pour diaboliser un ennemi. Et rien d’autre. Alors il vaudrait mieux arrêter de l’utiliser car son sens dépend de celui qui en parle.


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 17:44

          Arthur, dois-je vous rappeler qu’avant Bush et Clinton, il y eut, dans une galaxie lointaine, fort lointaine, d’autres présidents des etats-unis (une quarantaine si peu), dont certains (ainsi que leurs camarades de jeu) ont fait mumuse avec pas mal de régimes en Amérique Latine et ont utilisé des méthodes, en plus d’être lâches, totalement ignobles ET terroristes (Nicaragua, Chili, Argentine, ...).

          Ces mêmes grands démocrates, lors de génocides tels que celui du Cambodge, se sont exclamés devant l’horreur communiste... Mais ont fermé les yeux devant d’autres horreurs commises par des régimes qui les arrangeaient.

          Lisez Chomsky, le révérend Wright, qui vous voulez, il y a plus d’une personne qui a déjà présenté les nombreuses preuves de ces méfaits. Les ignorer tiendrait de la malhonnêteté la plus vile. Je vous le tiend pour dit.

          En ce sens, cher Arthur, la politique des etats unis depuis 50 ans ne paraît pas, à mes yeux, très différente et plus brillante que celle de Saddam Hussein durant 30 ans.


        • boris boris 26 mai 2009 17:47

          Ouais, je connais d’autres hommes politiques aux US qui n’ont pas eu cette chance.

          Par exemple un certain JFK, son frangin aussi.

          Chez nous, nous ne sommes pas en reste remarque ! Premier ministre, ministre, conseiller se suicident allégrement. Bon je citerais pas de noms, pas la peine, hein...


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 21:54

          @ Nobody K.M

          Vous n’êtes pas obligé de me croire.

          Il n’empêche qu’il ne fait pas son job d’intello. Son job est bien de rechercher la vérité où qu’elle soit et non de décréter ce qui est important ou non pour un militant. Ou bien il agit d’un doctrinaire, mais il ne se revandique pas come tel.
          J’accuse Chomsky de malhonnêteté intellectuelle car il reprodiuit sciemment la propagande débile des mass médias à propos du 9-11. Comme il n’est pas imbécile, il sait parfaitement ce qu"il fait.


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 21:56

          Faute de frappe, je corrige

          « ou bien il agit en doctrinaire »


        • Cascabel Cascabel 26 mai 2009 21:59

          @ Mage

          def du terrorisme
          « emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique »

          Israël et les USA entrent bien dans ce cadre là non ?


        • Cascabel Cascabel 27 mai 2009 02:07

          Voir les USA comme garants de la démocratie sur cette planète me semble bien naïf !


        • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 11:57

          France Inter égratigne la version officielle du 11-Septembre

          Mais que fait la police ???!!! Que fait Jean Luc Hees ???!!! Que fait Philippe Val ????!!!
          Qu’attend donc Frédéric Lefevre pour y aller de sa réplique fatale afin de pourfendre ce nid d’espions ???!!!
          Arthur, composez-moi le 17 immédiatement !!

          Ce que vous avez posté de Chomsky, ce sont ses premières réactions, mesurées et rationnelles comme à son habitude.
          Apparemment, il aurait glissé vers un scepticisme.... mmmmh... primairement anti-américain je dirais...


          • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 12:22

            on ne peut glisser vers là où on se trouve déjà.

            Chomsky, un anti américain primaire... Un non-patriote en somme. Celui qui veut pas faire la guerre, ni soutenir des coups d’état ou des masssacres, un bitnik quoi !!

            Dois-je comprendre que votre alarme d’anti-américanisme se situe à partir du moment où un scientifique critique les méthodes (terroristes, illégales, violentes) des gouvernements de son propre pays depuis plusieurs décennies ?

            Me trouveriez-vous anti français primaire si j’évoquais et critiquais les méthodes de l’armée française durant la guerre d’Algérie ?


          • Nobody knows me Nobody knows me 26 mai 2009 12:59

            Superbe. On dirait du Jacob. J’en chiale et j’ai un départ.


          • Traroth Traroth 26 mai 2009 14:40

            @Mage : vous franchissez la lgne jaune, là. Le citoyen responsable, contrairement à ce qu’affirme une certaine droite jamais vraiment remise de la fin de la monarchie, ce n’est pas celui qui ferme sa gueule. Demander des comptes au gouvernement et décider, par exemple, de leur vote, en fonction des réponses (ce qui veut dire, le plus souvent, en fonction de l’absence de réponse), c’est ça que font les vrais citoyens !


          • Butters Butters 26 mai 2009 12:27

            c’est un nouveau Alain Decaux pour officieuliser une version qui est sencé plaire a tout le monde ? « qui croit que », et « pense que » qui n’est pas architecte mais qui « trouve que »
            et est-ce un journaliste avec ? où un assistant qui dilue des transitions sous forme interrogative parfois grotesque, exemple :
            « ...et certains disent qu’il y avait des missiles sur les avions qui ont percuté les tours... » 
            (ui ui c’etait une des questions ^^)

            et bien malin en plus... Bush et son gouvernement par contre eux c’est des débiles profond qui prennent pas en compte les avertissements et laissent arriver des évenements qui sont du pain bénis pour eux en définitive... t’as raison Léon, i sont vraiment trop débiles sans dec.

            Franchement, c’est pas un sujet qui m’interresse d’habitude, je dirais plutot que je cherche une version pour faire la paix avec ce truc, mais là c’est qd mme assez ridicule, on dirait une version mi-figue mi-raison, sencé convenir a tout le monde ?
            peut-etre aux auditeurs de france inter... ils ont peut-etre établi cette version « je crois que » d’apres leur profil...


            • hans lefebvre hans lefebvre 26 mai 2009 12:40

              C’est l’arrogance de l’administration Bush en particulier et de la nation américaine en général qui sont coupables. Pour le reste, frustrations, vexations ont motivé les assaillants, tout cela couplé à une persévérance certaine, et une idéologie religieuse ont fait la différence et ont produit ce scénario IMPROBABLE. Quant aux délires qui perdurent sur le sujet ils relévent d’une mécanique psychologique déjà éprouvée à maintes reprises et qui s’apparente évidemment à la théorie du complot.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès