Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Jeu de la mort : les organisateurs sont-ils eux aussi des tortionnaires (...)

Jeu de la mort : les organisateurs sont-ils eux aussi des tortionnaires ?

Tania Young, en acceptant de jouer la présentatrice impitoyable, certes dans un faux jeu mais infligeant néanmoins des vraies souffrances à ses candidats, ne s’est-elle pas transformée en tortionnaire sous l’autorité de la télévision ?

Remarquons que lorsque la présentatrice avait devant elle des candidats en extrême détresse, alors qu’elle savait parfaitement que leurs souffrances étaient bien réelles, elle restait néanmoins imperturbable et cessait de les torturer seulement après en avoir reçu l’ordre dans son oreillette.

 Elle était donc elle aussi en position « agentique », pour reprendre le terme du professeur Milgram, tout comme ses propres candidats à qui elle infligeait une souffrance réelle et croissante à mesure qu’elle leur demandait de poursuivre l’expérience qu’ils souhaitaient pourtant arrêter.

  Il est intéressant de noter qu’elle n’en avait certainement pas une pleine conscience, elle même reconnaissant l’autorité légitime de la télévision, et donc la légitimité des ordres données et du but poursuivi.

 Lui a t’on dit après coup qu’elle avait été « l’agent exécutif » d’un système ayant provoqué de la souffrance au même titre que les candidats placés sous son autorité ?

 Rien n’est moins sûr. Gageons plutôt qu’elle a été rassurée : « il ne s’agit que d’une expérience scientifique. »

 Aucun des acteurs ayant participé à cette supercherie infligeant néanmoins des vraies souffrances aux candidats, n’échappent à cette réalité.

 Il me semble que cela est une vrai question, si ce n’est LA question que pose ce documentaire, et nous ne pouvions sans doute pas compter sur Christophe Hondelatte pour la poser, lui même étant un ‘agent exécutif’ placé en position d’obéissance à l’autorité de la télévision.

 Le documentaire de Christophe Nick est donc surtout intéressant par ce qu’il démontre en creux, il met en abîme une série d’employés de la télévisions qu’on n’a pas vu parce qu’ils étaient derrière les caméras, (Exceptés certains d’entre eux : Les acteurs, Tania Young et Christophe Hondelatte), et qui ont tous accepté d’apporter leur contribution à ce jeu où l’on infligeait pourtant des souffrances réelles à des candidats, souffrance qui vont très certainement durer dans le temps.

 Toutes les personnes qui se sont impliquées dans la fabrication du « jeu de la mort » se sont ainsi rendues complices, à leurs niveaux, de ces actes de torture commis en réunion, et contrairement à leurs victimes, ils n’étaient pas isolés, ni même manipulés.

 L’expérience est donc d’autant plus intéressante en ce qui les concerne.

 Ces observations mettent également en lumière la profonde hypocrisie du message de ce documentaire et les conclusion abusives qui en sont tirées.

En effet, on stigmatise des candidats vulnérables qui ont été manipulés par un groupe puissamment organisé (France 2), mais on ne parle pas de ces « autres candidats » de l’establishment audiovisuel qui ont eux aussi accepter d’ infliger de la souffrance (réelle cette fois ci) et se sont donc également comportés en tortionnaires.

 Les organisateurs du documentaire se sont sans doute placés plus ou moins consciemment dans la situation de tortionnaires légitimes. Des tortionnaires légitimes de la télévision publique poursuivant le but légitime de déniaiser les masses. (Comme le scientifique Milgram acceptaient de faire souffrir ses cobayes pour les bienfaits de ses découvertes scientifiques)

 Regardons les choses de plus près  :

 France 2 se choisit un bouc émissaire télégénique : « la télé réalité » et poursuit son but légitime de chaîne publique (puisque placé sous l’autorité de la science) : faire de l’audimat. 

 Et c’est bien là le problème, en visant des « boucs émissaires » choisis comme la télé réalité, et le communisme, les auteurs du documentaire font preuve d’une profonde malhonnêteté intellectuelle.

 Que dire en effet du capitalisme et de toute entreprise ? 

 N’est-ce pas dans cette logique compétitive que France 2 a réalisé ce documentaire et organisé la souffrance d’autrui ?

 L’entreprise capitaliste n’est-elle pas l’ organisation parfaite d’une chaîne de soumission à l’autorité souvent malfaisante ?

 La télévision n’est-elle pas une entreprise comme une autre avec ses agents exécutifs comme le démontre parfaitement l’envers du décors de ce documentaire ?

 Pourquoi dans ce cas avoir choisir cette image du chinois résistant à un tank sur la place Tienanmen pour illustrer la résistance à l’autorité plutôt que les suicides de chez France Télécom ?

 Parce que le communisme est dans un autre pays, comme la télé réalité est sur d’autres chaînes ?

 Est-il plus difficile de se soustraire à l’autorité d’un régime totalitaire ou de refuser un bonus quand on travaille dans une banque ?

 Toutes ces questions méritent d’être posées et pourtant le débat est soigneusement circonscrit à la télé réalité.

 Le seule mérite de ce documentaire est donc d’avoir ouvert la boîte de pandore. France 2 tel un savant fou a été dépassé par son expérience télévisuelle.

 En réalité, la télévision n’est qu’un autorité parmi d’autres à laquelle nous sommes plus ou moins soumis, et la télé réalité comme omet soigneusement de la dire France 2 ne fait que reconstituer artificiellement ce qui se passe dans notre société. En l’occurrence elle met toujours en scène des compétitions ou « seul le succès est juge de ce qui est bon ou mauvais » comme disait Hitler. (Phrase que l’on retrouve en introduction du très instructif ouvrage de Philippe Bartherotte, La tentation d’une île, derrière les caméras de la télé réalité. A noter que l’histoire développé dans ce livre est intéressante car l’auteur à lui même été un agent exécutif au service de la télé réalité avant d’entrer en résistance)

  Or, « il faut savoir perdre » comme l’a dit très humainement un des candidats du jeu de la mort qui à ainsi expliqué son refus d’aller au bout.

 Tout est là. Le jeu de la mort était une compétition et beaucoup sont allés au bout parce qu’ils sont conditionnés à gagner depuis qu’ils sont à la maternelle. (Tout comme Tania Young à accepté de faire souffrir des candidats pour faire avancer sa carrière à la télévision)

 France 2 aurait donc mieux fait de nous faire réfléchir sur le thème de la soumission à l’autorité sous toutes ses formes, dans la cadre de l’organisation capitaliste de notre société, au lieu de réduire son discours à la télévision et à la télé réalité en particulier.

 France 2 aurait alors fait un véritable documentaire digne d’un Service Public et non pas un docu-réalité sensationnel aux conclusions aussi biaisées et malhonnêtes que celles des émissions de télé réalité que la chaîne prétend dénoncer.

 Aussi, il est évident que ce qui est intéressant n’est pas tant ce que ce documentaire nous offre à voir, que la réflexion sur ce qu’il ne montre pas et notre soumission à l’autorité des images que nous voyons à la télévision.


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • morice morice 20 mars 2010 11:45

    Tania Young, en acceptant de jouer la présentatrice impitoyable, certes dans un faux jeu mais infligeant néanmoins des vrais souffrances à ses candidats, ne s’est elle pas transformée en tortionnaire sous l’autorité de la télévision ?


    NON.

    • JL JL 20 mars 2010 11:55

      « Tania Young, en acceptant de jouer la présentatrice impitoyable, certes dans un faux jeu mais infligeant néanmoins des vrais souffrances à ses candidats, ne s’est elle pas transformée en tortionnaire sous l’autorité de la télévision ? »

      De deux choses l’une : ou bien c’était bidon, et les « tortionnaires » jouaient un rôle, ce que le bon sens suggère ; ou bien c’était réel, et effectivement Tania Young était, avec la production, l’arroseur arrosé.

      Dans un cas comme dans l’autre, ce qui a nous été dit, la VO, est une escroquerie intellectuelle. La question qui se pose est : à qui profite le crime. Et la réponse tombe sous le sens.


      • JL JL 20 mars 2010 14:53

        La seule autorité à laquelle je concède que quasiment tout le monde se plie est celle de l’argent ! Mais on peut appeler ça de l’intérêssement, voire, de la cupidité.


      • foufouille foufouille 20 mars 2010 12:31

        mais non, c’est pas de la faute des collabos qui electrocute l’acteur
        ils sont mur pour garder les camps de travail des chomeurs


        • blabla4444 20 mars 2010 13:18

          oui, j’avais écrit un article allant dans ce sens il y a 2 jours, peut-etre l’aviez vous lu ?

          http://www.lepost.fr/article/2010/03/18/1994184_le-jeu-de-la-mort-de-bonnes-raisons-de-poursuivre-france2-en-justice_1_0_1.html


          • ddacoudre ddacoudre 20 mars 2010 17:26

            bonjour bla bla

            je suis allé lire ton article il est juste qu’une telle expérience affecte les individus qui y consentent, c’est le cas de notre participation a toute chose même au travail, seule l’acceptation volontaire informé nous empêche de nous en plaindre. si non nous pouvons porter plainte contre dieu de nous avoir contraint a la souffrance de la vie. nous avons donc défini des comportement asociaux et dangereux. la liste n’est pas limitative mais elle ne peut aller comme nous en avons une tendance à la négation de l’existence qui ne se conçoit pas sans « pulsion de mort », tout va donc s’apprécier dans la nuance en fonction des psychisme individuel. comme nous ne passons pas notre temps a nous explorer il est convenu que notre assentiment majeur sans tromperie est valide. http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=71838

            cordialement


          • JohnJohn JohnJohn 20 mars 2010 17:28

            @ blabla4444 et l’auteur

            Merci beaucoup pour vos articles. C’est flagrant qu’il y a une grave atteinte à l’intimité des gens.

            Plus les jours passent, et plus j’ai du mal à croire qu’une telle émission ait pu se passer.

            Si on se met 2 minutes dans la tête de Tania Young -la véritable électrocuteuse dans l’histoire- force est de constater qu’elle a fait appel à beaucoup de cruauté et un immense manque d’empathie pour balancer très froidement des ordres atroces à des innocents en détresse psychologique majeure.

            C’est intéressant de voir toute une bande d’Agoravoxiens pavoiser en disant « moi j’aurais certainement pas fait partie des 81% » et qui à côté de ça ne trouvent rien à redire à l’émission.

            Pour finir, le plus triste et révoltant dans l’histoire c’est le comportement des ex-questionneurs qui non seulement ne se révoltent pas contre le viol psychologique qu’il ont subi, mais en plus viennent témoigner pour quasiment remercier la télé de leur avoir fait subir ça. Comportement de petit enfant sage face à l’autorité. J’espère que chacun d’entre eux rencontrera une personne qui leur ouvrira les yeux et leur apportera un son de cloche différent.


          • emmanuelR 20 mars 2010 18:10

            Non je ne l’ai pas lu, mais je vais le lire. Merci !


          • emmanuelR 20 mars 2010 18:12

            merci à vous, oui c’est exactement ça, les candidats du jeu de la mort se sont comportés ensuite comme les candidats de n’importe quelle émission de télé réalité.


          • Philou017 Philou017 20 mars 2010 17:38

            article caricatural.

            « Remarquons que lorsque la présentatrice avait devant elle des candidats en extrême détresse, alors qu’elle savait parfaitement que leurs souffrances étaient bien réelles, elle restait néanmoins imperturbable et cessait de les torturer seulement après en avoir reçu l’ordre dans son oreillette. »

            Il ne s’agit pas de torture quand on place les gens devant un dilemne. Faut pas pousser. A ce compte on pourrait taxer de torture n’importe qui. Un prof qui fait la leçon à un éleve, un parent qui engueule son enfant. Que dire d’un patron qui dit à son employé « tu fais ca ou je te vire ? ».

            Tania Young joue tres bien son rôle, de manière sobre. Je ne vois rien à redire au fait de chercher jusqu’où les gens peuvent aller en situation, à condition qu’il n’y ait pas de conséquence néfaste, ce qui est le cas.
            Faut arrêter avec ces soi-disants préjudices moraux. Si vous voulez vous occuper de préjudices, allez voir les mendiants sur les trottoirs de votre ville, allez voir les prostituées macquées par des réseaux, allez voir les gens qu’on licencie pour faire plus de benef.

            Les gens qui ont accepté de s’engager dans ce jeu sont responsables de leurs actes. Ils ont de la chance, car finalement ils n’ont causé aucun préjudice. Ils se retrouvent simplement face à leur responsabilité. Chose tellement rare à la télé.

            Nous sommes responsables de nos actes.

            Critiquer la télé est un devoir selon moi. Mais j’ai bien du mal à comprendre l’attitude de gens qui descendent systématiquement une des rares émissions qui a voulu traiter de la problématique télévisuelle. Etre critique, c’est aussi savoir discerner et faire la part des choses. Il y en a ici qui tombent dans un espèce de fanatisme qui montre que le savoir n’amène pas le discernement.


            • Camouflet 20 mars 2010 18:49

              J’ai apprécié cet article qui éclaire un axe de lecture qui m’avait échappé, merci à son auteur.

              à Philou017 :
              Votre commentaire est intéressant, mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.
              Effectivement, il est outrancier d’assimiler l’attitude de la présentatrice à une torture des questionneurs.
              Par contre, elle était forcément consciente que ces personnes, qui étaient en souffrance morale au moment du jeu, subiraient aussi des préjudices différés : poids de la culpabilité de n’avoir pas su résister, regard de leur famille, de leur collègues...
              A ce titre, l’argumentaire de l’auteur de l’article ne peut pas être complètement balayé.

               


            • Philou017 Philou017 20 mars 2010 23:40

              Par contre, elle était forcément consciente que ces personnes, qui étaient en souffrance morale au moment du jeu, subiraient aussi des préjudices différés : poids de la culpabilité de n’avoir pas su résister, regard de leur famille, de leur collègues...

              Préjudices, quels grands mots. Le poids de la culpabilité ne regarde qu’eux. Quand aux images, ils étaient libres de les laisser diffuser ou pas celles les concernant. Je trouve courageux que la plupart aient accepté la diffusion.
              Il me semble que dans cette émission, toutes les précautions avaient été prises pour sauvegarder les candidats.

              Si vous aviez été à la place de « l’électrocuté », vous ne montreriez peut-être pas la même compassion.
              Une bonne leçon pour tout le monde, qui valait bien un petit préjudice moral.
              Quand aux candidats, ca leur donne une immense possibilité de réfléchir à leur capacité de choix.


            • flibustier 20 mars 2010 18:20

              Bonjour à tous,

              Je suis d’accord avec Philou017. Nous sommes responsables de nos actes. A tel point que je ne me serai pas prêté au jeu, et d’ailleurs, je n’ai pas regardé l’émission.
              Il s’agit d’un programme de télé-réalité de plus, idiot, qui ne grandit pas notre service public.
              Je m’étais habitué à mieux, concernant FR2, pensant que l’on laissait ce genre de bêtise aux chaînes privées.
               Si le devenir audio-visuel doit passer par des programmes ressemblant à Kho-Lanta, ou tout autre niaiserie, autant ne plus investir dans des écrans plats.


              • emmanuelR 20 mars 2010 18:53

                oui, ce documentaire a le mérite certain d’avoir ouvert un débat très intéressant, mais malgré lui je dirais. Il est indéniablement victime de ce qu’il prétendait dénoncer et c’est là que c’est intéressant.
                Ce n’est pas la première fois que l’on voit des émissions de télé réalité avoir recours à des « psy » pour légitimer leur propos, le mélange télé science me parait assez dangereux. (l’ordre des médecins a déjà condamné cette dérive lors d’émissions diffusées sur M6)


                • Philou017 Philou017 20 mars 2010 23:45

                  Les réalisateurs se sont entourés non pas de psy, mais de sociologues, afin de rester au plus près de Milgram.
                  Si vous voulez vous attaquer à la télé-réalité, attaquez-vous aux vraies émissions qui dérivent, et non pas à la seule qui en dénonce les dérives.
                  Quel aveuglement.


                • emmanuelR 30 mars 2010 13:25

                  il semblerait que vous n’ayez pas vu le documentaire, le scientifique en blouse blanche est Jean Léon Beauvois, psychologue social, il est assisté par un autre psychologue social qui est également présenté dans le documentaire. Je vous conseille donc de le regarder de nouveau avant de diffuser des âneries. Le protocole utilisé par ce « documentaire » a été mis en place par des pyschologues sociaux et non des sociologues.


                • Gueudin 20 mars 2010 20:08

                  La boite de pandore a été ouverte en France par M6 il y a neuf ans avec « Loft Story ».
                  Maintenant, Koh Lanta fait 8 millions de téléspectateurs d’audience, pas encore de mort mais déja 2 mort pour la version américaine Survivor.

                  Vous tirez sur l’ambulance...


                  • emmanuelR 20 mars 2010 20:17

                    Bonjour,

                    Vous avez mal lu, ou peut être ne me suis je mal fait comprendre. Je fais référence non pas au débat sur la télé réalité mais à celui de la soumission à l’autorité en générale, et c’est bien ce débat qu’a ouvert le documentaire de Christophe Nick, et non pas comme il le souhaitait un nouveau débat sur la télé réalité (celui là ouvert depuis LOFT STORY et has been je vous l’accorde)


                  • Gueudin 20 mars 2010 20:25

                    Ha ok.

                    Mais alors, quel est le danger pour vous de lever ce lièvre ? N’est ce pas au contraire salutaire de lancer ce débat sur la soumission à l’autorité ?

                    Ceci dit, pour l’éthique de l’expérience et la torture mentale je plussois. Mais il ne faut pas jeter bébé avec l’eau du bain. Et je trouve triste que le débat télé-réalité soit « Has Been », cela signifie que nous avons acceptés une autre torture mentale, régulière celle la.

                    Filmer une femme qui visionne une vidéo avec son mari en train de baiser une bombe sexuelle, torture ? Se faire démonter par Bocoloni dans le maillon faible, torture ? Des exemple comme ça il y en a des tonnes je suppose.


                  • Renaud 20 mars 2010 21:21

                    Entièrement d’accord avec Emmanuel IR et c’est une belle analyse.
                    J’ajoute qu’il ne s’agit pas d’un cran supplémentaire par rapport à d’autres émissions écoeurantes.
                    Il s’agit d’un profond scandale qui je l’espère, et je m’active actuellement dans ce but, ira jusqu’aux tribunaux.
                    France2 et Christophe Nick se considèrent autorisés à salir l’honneur des gens au plus haut point puisqu’il est ouvertement question de reproduire le mécanisme qui a amené les bourreaux Nazi à exécuter les ordres.
                    Il est assez consternant qu’aucune personnalité n’ait encore voulu se lever contre ce mépris absolu de la dignité des personnes.
                    De même, le peu de réactions indignés des blogueurs en dit long sur l’état moral de la France de Sarkozy.
                    J’espère que votre site participera à sa façon à faire éclater ce scandale.
                    De mon côté j’ai contacté un avocat connu pour lui présenter l’affaire.
                    J’attends sa réponse.
                    Une question, comment retrouver les victimes de cette émission ?


                    • Philou017 Philou017 20 mars 2010 23:50

                      Il n’y a pas un mot dans votre commentaire pour expliquer pourquoi cette émission était écœurante.
                      Que faites-vous quand la télé ridiculise le genre humain dans « la ferme » ou « l’ile des tentations » ?


                    • JohnJohn JohnJohn 20 mars 2010 23:53

                      à 100% avec vous.

                      Espérons que la prise de conscience va se faire petit à petit parmi les lecteurs du site, et plus largement sur la toile.

                      A ceux qui penseraient que c’est une lutte inutile, je leur demanderais juste de prendre les faits indépendamment de tout l’enrobage scientifique : il s’agit d’une présentatrice -connaissant parfaitement, grâce à Milgram, dans quel état cela va plonger les questionneurs- qui torture une autre personne.

                      C’est un saut qualitatif dans la perversité de ces gens là, ce n’est pas seulement un truc sordide de plus.

                      Je crois que c’est pour ça qu’il faut dire STOP maintenant.


                    • epapel epapel 21 mars 2010 00:25

                      Je crains que malheureusement, ça ne s’arrêtera que quand il y aura des vrais morts, et encore ce n’est même pas sûr.

                      Si le but de ce jeu était mettre un coup d’arrêt c’est raté, il a au contraire permis de faire un pas de plus dans la direction du morbide.

                      D’ailleurs, dans un C dans l’air de cette semaine, une « chercheuse » du CNRS a affirmé que ce jeu n’avait aucun rapport avec la soumission à l’autorité et que les participants avaient entière confiance dans les organisateurs quant à l’absence de conséquences.


                    • epapel epapel 21 mars 2010 00:35

                      A mon avis ce n’est pas du ressort de tribunaux car il n’y a pas de victime :
                      - ceux qui y ont participé étaient volontaires
                      - ceux qui ont accepté ensuite de passer à la télé ont donné leur accord
                      - ceux qui ont regardé l’émission étaient prévenus
                      - le CSA n’a pas demandé le retrait de l’émission.

                      Conclusion : base juridique inexistante.


                    • blabla4444 21 mars 2010 16:46

                      @epapel

                      Pas d’accord, il y a un biais. Les candidat étaient volontaire pour une émission de télé pas pour une expérience scientifique mettant potentiellement en danger leur équilibre psychique.


                    • michel 21 mars 2010 00:24

                      Effectivement c’est bien de la banalisation de la torture qu’il faut parler, cette émission est vraiment scandaleuse même si ce n’est qu’une mise en scène,
                      mais après tout les geôliers de Guantanamo ou d’Abou Ghraib ne se posent pas autant de questions n’est-ce pas.. ?
                      Les organisateurs, le public et les intervenants ont été au-dessous de tout, mais c’est le problème de l’ignorance et de la stupidité, du mensonge et de cette manie à manipuler l’opinion avec des spectacles morbides.
                      Comment ne savent-ils pas que des chocs électriques sont très dangereux pour la santé ?
                      Déjà que le courant 220 volts dans nos foyers peut être mortel dans certaines conditions (Souvenez-vous de la mort de Claude François..),
                      alors je ne vous dis pas pour du 460 volts, cette expérience est vraiment répugnante,
                      si c’était pour nous démontrer que 80% des gens obéissent aveuglément à des ordres iniques et amoraux, ça on le savait déjà, mais peut-être n’était-ce pas assez puisque seuls ceux qui ont été au bout de l’expérience ont été applaudis,
                      fallait-il montrer du doigt les récalcitrants et les désobéissants pour les culpabiliser ?
                      Ces esprits rebelles qui gênent tant nos décideurs et nos autorités ?
                      Il me restera un goût amer et malsain de cette soirée, je ne pensais pas que la télé aurait pu tomber aussi bas.. O_o



                      • epapel epapel 21 mars 2010 00:28

                        Pourquoi l’avoir regardée alors après le tapage qui en a été fait ?


                      • epapel epapel 21 mars 2010 00:30

                        Le public qui a regardé cette émission en toute connaissance de cause vu la promotion intensive et explicite qui a eu lieu juste avant ne s’est-il pas rendu un peu complice de l’opération ?


                        • michel 21 mars 2010 00:54

                          Je connaissais l’expérience de Milgram, et je voulais voir comment ils allaient l’adapter à cette émission de télé-réalité, mes craintes étaient fondées, le débat qui a suivi ne volait pas plus haut, je pense que ce qui les intéressait était de savoir comment transformer un sujet insoumis en agent servile pour de basses besognes, ce qui devrait permettre d’améliorer la propagande et la manipulation qui transite par la télé.


                          • intactsaphir 21 mars 2010 02:07

                            Bonjour,
                            Au delà d’une grande mise scène, les questionneurs et le public ou au moins une grande partie d’entre eux étant des comédiens, à qui profite cette propagande :
                            au pouvoir en place ? aux téléspectateurs ?
                            C’est là, amha, qu’il faut creuser.
                            Quelle a été l’audience de cette émission là ou elle a été présentée, Belgique, Suisse, internet ?


                            • emmanuelR 21 mars 2010 10:28

                              Bonjour,

                              A mon sens cette « propagande » ne profite à personne. Ce qui s’est passé est l’expression de deux choses :

                              -France 2 se comporte encore (Inconsciemment ou pas) comme une chaine privée méprisant ses téléspectateurs en s’adressant à leurs « perception émotionnelle » plutôt qu’à leur raison.

                              -Un réflexe de type capitaliste de vouloir faire retomber la responsabilité et la culpabilité sur les « petits ». On culpabilise les foules pour mieux les dominer. (réflexe constant des manipulateurs sur leurs victimes) Les foules seront ensuite plus apte à écouter les « messages »


                            • michel 21 mars 2010 12:07

                              Ce n’est un secret pour personne que la torture se pratique aux quatre coins du monde, il est très dangereux de faire croire au public, sous prétexte que la grande majorité (80%) s’y adonne, pour des raisons ou des buts plus ou moins obscurs et inavouables, que ces méthodes peuvent être anodines ou légitimes
                              il est très malsain de faire appel aux instincts les plus bas de l’homme, nul ne sait où cela peut nous mener, il est clair que les autorités font tout pour obtenir l’approbation des masses pour excuser ou légitimer leurs dérives sécuritaires.
                              Jean de La Fontaine avait écrit justement :
                              « Les injustices des pervers servent souvent d’excuses aux nôtres. »


                              • Renaud 21 mars 2010 12:38


                                Même sur ce blog où l’on peut lire une analyse claire et intelligente de EmmanuelIR, la plupart des intervenants ne comprennent toujours pas le scandale de cette émission !!!

                                On peut imaginer dans quelques jours ou semaines, après le méa culpa de France2, toute la France se lever indignée.
                                Mais faites le maintenant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                                En tout cas au moins, boycottez le faux débat créé par cette émission !
                                Le vrai débat c’est l’atteinte à la dignité des candidats !!!


                                • emmanuelR 21 mars 2010 17:59

                                  très juste


                                  • cjpkicherche 22 mars 2010 01:41

                                    Je suis d’accord avec le pb signalé : l’animatrice elle-même joue un rôle de tortionnaire et le téléspectateur même s’il y a une grande différence entre la souffrance psychique de devoir dire non à une animatrice et la souffrance réelle bien que simulée d’un choc électrique. Mais bien d’autres aspects ont été escamotés lors de l’émission et la décrédibilisent

                                    Le public ?
                                     Il est présenté comme « naif’. Dans ce cas comment se fait-il que sur la centaine (?) de personnes présentes aucune n’ait réagi lorsque des interrogateurs en difficulté ont fait part de leur malaise ? Qu’il n’y ait eu personne pour crier »on arrete« , au contraire : unamimité pour pousser au crime. En tout cas que personne ne s’interroge lors de la phase de d’analyse sur l’attitude du public et c’est plus qu’étrange car elle est plus inexplicable que celle des interrogateurs : ils sont spectateurs, ils ne sont pas pris dans le jeu, ils n’ont rien signé, ils sont libres de crier non. Le problème est que personne ne s’interroge sur cette passivité, qu’il n’y ait pas d’entretien individuel, de statistique sur ces réactions ou leur absence. rien. Aucun chiffre. le vide.
                                     Autre solution : le public n’était pas naïf mais engagé pour supporter l’animatrice. Dans ce cas en plus du phénomène »agent d’exécution« il y a la grégarité de l’etre humain : dans une foule ou dans un groupe l’homme a tendance à suivre. Dans une analyse »scientifique« cet élément ne peut etre escamoté. Quelle que soit la réponse, le doute me fait douter de l’émission.

                                    Le contrat
                                     1) Dans la présentation, on nous dit que l’interrogé recevra »de légers chocs électriques« . Le fait d’accepter ce contrat introduit un biais. Il ne s’agit plus »d’hommes et de femmes ordinaires, comme vous ou moi« , mais de gens qui ont accepté ce contrat. Je me sens très ordinaire et jamais je n’accepterai un tel contrat. S’il faut faire souffrir quelqu’un pour lui sauver la vie, le dégager d’une voiture en flamme par exemple OK, mais dans un jeu, non. La moindre des choses aurait été d’indiquer combien ont refusé. Meme si ce chiffre est faible, une première analyse des refus, de la façon dont la question a été posée doit etre faite. Ici silence total.
                                     2) Arrivé sur le plateau, les cobayes découvrent qu’il ne s’agit pas »de légers chocs électriques« mais de chocs »dangereux’. C’est écrit dessus et en gros. Il y a une rupture manifeste du contrat. Comment se fait-il que personne n’ait réagi « ce n’est pas ce que j’ai signé » ? Qu’au moment de l’analyse personne ne commente ce changement de contrat en cours de route ni le biais qu’il introduit : on peut s’interroger sur le manque de discernement des interrogateurs. Nativement gogos ou piégés par l’ambiance ? Aucune réaction sur un panel de quelques dizaines, est-ce significatif ? Surtout, le fait que les organisateurs semblent ne pas l’avoir perçu m’interpelle.

                                    Le jeu
                                     Il est pour le moins étrange et soulève de nombreuses questions.
                                     1) D’abord qui gagne « un million d’Euros » ?
                                     Si j’ai bien compris, pas les interrogateurs. Sur le forum que FR2 a mis en place beaucoup ont compris le contraire et écrivent « Pour un million d’Euros, je le ferais peut-etre » Soit, mais dans ce cas l’expérience est de savoir jusqu’où la cupidité peut mener les hommes et l’analyse doit porter dessus. Ni le titre, ni le reste ne conviennent. Un protocole expérimental beaucoup plus léger et supprimant de nombreux biais peut-etre imaginé.
                                     Ou bien est-ce l’interrogé ? Le « jeu » étant alors de savoir quel est le seuil de douleur qu’on est pret à accepter pour gagner un million d’Euros.
                                     a) Dans ce cas il faudrait non pas un, mais des dizaines d’interrogés. Pas des acteurs. Changer le titre. Changer tout. Un seul interrogateur suffit.
                                     b) Quand l’acteur dit « j’arrete, je ne veux plus continuer », il a perdu. Le jeu s’arrete. L’animatrice dit contre toute vraisemblance « continuez, vous allez le faire perdre ». Le jeu perdure meme quand l’interrogé ne repond plus. L’analyse devrait au moins s’interroger sur ce phénomène : le joueur a perdu, le jeu continue, l’animatrice tient des propos délirants et les interrogateurs ne s’en aperçoivent pas. Il y a perte de discernement. Quel est le but de l’expérience ? Montrer que dans certaines circonstances des humains perdent la tete, confondent le haut et le bas, la droite et la gauche ? Si c’est le but, le protocole n’est pas pertinent. Sinon à quoi joue FR2 ?
                                     2) Quelle est la règle du jeu ? Elle n’est pas expliquée clairement. Il s’agit semble-t-il de deviner un mot parmi 5. Honnetement, je suis peut-etre idiot, mais je n’ai pas compris. Cela se passe très très vite comme au bonneteau. Je ne suis jamais parvenu à découvrir la bonne réponse ni à comprendre pourquoi celle-là. Mais la vraie question est : quel est le taux d’erreur de l’interrogé ? Un interrogateur dit « il me semble très mauvais ». C’est vague. Si l’interrogé répond toujours à coté, c’est trop étrange et cela suffit pour que l’interrogateur arrête. Il y a un taux d’erreur admissible qui doit etre corrélé avec le taux d’erreur de l’interrogateur. Si celui-ci comprend qu’il pose des questions toujours plus idiotes = il ne voit pas lui-meme la reponse, il doit comprendre que quelque chose ne va pas. C’est possible que le cadre crèe cette autre perte de discernement, mais
                                     a) cela devrait etre commenté et analysé.
                                     b) le spectateur du film DOIT comprendre le jeu, sinon il ne peut s’empecher de penser à une émission truquée.
                                     c) Si on veut sauter les succès pour des questions de timing, le taux de succès doit apparaitre en permanence . Il suffit d’un bandeau score cf 11/32 comme dans toute émission sportive. Sinon cela décrédibilise tout.

                                    Le sujet de l’expérience
                                     Là non plus, rien n’est moins clair. On fait référence à Milgram. Mais Milgram avait un sujet d’expérience précis et un protocole en rapport. Ici, on nous dit d’abord qu’il s’agit de refaire l’expérience en remplaçant la caution scientifique par le cadre d’un jeu télé. Puis on nous parle du « pouvoir de la télévision », ce qui est un sujet différent, vague et bateau. On nous présente en prégénérique des émissions trash et à nouveau dans le courant du film. Il s’agirait donc des « dérives de la télévision ». C’est un 3ème sujet, intéressant aussi, qu’on peut relier avec le second : ces émissions limites ont-elles une influence ? On peut imaginer un protocole adhoc et cela a été fait ailleurs, mais aucun rapport avec le documentaire qui concerne le pouvoir (ou l’autorité) d’une femme animatrice dans le cadre d’un plateau de jeu télévisé. Les émissions trash, les images de pavillons couverts d’antennes paraboliques n’ont rien à faire ici et ne font que brouiller les pistes. Le pouvoir d’une femme fut-elle animatrice n’est pas le pouvoir de la télé. Les trois sujets se télescopent en permanence. Or on sait que les monteurs du documentaire ont obéi à une logique. Ou bien les réalisateurs sont eux-memes très embrouillés dans leur pensée ou bien ils ont volontairement joué au presdigitateur. Il m’est apparu particulièrement inquiétant que dans le premier débat (j’ai renoncé à regarder le second) aucun intervenant, théoriquement de haut niveau n’ait pas relevé cela et que tous aient mélangé pouvoir de la télé et pouvoir d’une animatrice dans le cadre d’un jeu télé, ce qui est très différent
                                     Là aussi, je m’interroge. Aveuglement ou complicité ?
                                     
                                    Les scientifiques
                                     Ils ressemblent trop aux personnages montrés dans d’innombrables série télévisées et films de science-fiction. Du professeur barbu et dessinateur de schémas aux « graphiques » vite montrés et jamais clairement expliqués. Les scientifiques sont pour la plupart beaucoup moins pittoresques et leurs graphiques beaucoup moins sexy. Il y a des exceptions célèbres et cette ressemblance avec la science fantasmée est peut-etre un hasard. Si le documentaire était plus crédible, je ne m’interrogerais pas. Mais là oui.

                                    Bref, beaucoup de questions !
                                    Si on s’interroge sur comment l’autorité fait obéir, il suffit de se rapprocher de n’importe quel officier de l’armée. Il a été formé pour cela et formé pour réagir aux cas de désobéissance. Des entretiens, des visites des coulisses des académies militaires auraient coûté moins cher et n’auraient pas été moins formateurs. Moins spectaculaire et moins racoleur certes. C’est aussi pour cela que je n’ai plus depuis longtemps de télévision chez moi et ce n’est pas ce genre de documentaire qui me réconciliera avec ce média.


                                    • JL JL 22 mars 2010 08:25

                                      @ cjpkicherche, vous posez les bonnes questions. Il faut savoir que le questionneur sait que la « victime » ne touche pas d’argent : cela a été dit. Il ne pouvait en être autrement, puisqu’il est censé croire que les rôles ont été tirés au sort, et il lui paraîtrait injuste que l’autre gagne et pas lui.

                                      Vous dites : « Cela se passe très très vite comme au bonneteau » C’est exactement ça : le bonneteau. La télé bonneteau sous le règne du roi du bonneteau qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Est-ce parce que le roi lui-même, ne fait pas la différence ?

                                      J’en veux pour preuve la courbe de Laffer, vessie s’il en est, qui lui aurait été présentée par Christine Lagarde comme étant une lanterne : il n’y a vu que du feu !


                                    • Renaud 22 mars 2010 17:32

                                      Jeu de la Mort :

                                      Il est pour moi absolument illégitime de créer le mal dans le but de le dénoncer.

                                      C’est extrêmement pervers par rapport au message que l’on a voulu faire passer au téléspectateur.

                                      C’est irrespectueux de l’honneur et de la dignité des personnes utilisées pour la démonstration.

                                      L’honneur est-il encore une valeur dans notre société ?

                                      J’en appelle à des autorités morales pour que ce fait de société qui n’est pas anodin ne passe pas aux oubliettes de l’info.


                                      • emmanuelR 22 mars 2010 18:48

                                        ne comptez pas sur le CSA


                                      • Renaud 22 mars 2010 22:19

                                        Pourquoi ne pas pouvoir compter sur le CSA ? Vous avez des infos ?
                                        En tout ca merci à vous pour votre article et merci à John John.
                                        Est ce que vous n’avez pas à Agoravox des moyens pour faire pression quelque part ?


                                        • emmanuelR 23 mars 2010 00:32

                                          Je n’ai pas d’info sur le CSA si ce n’est que je sais par expérience qu’il ne contrarie jamais le pouvoir, tout juste fait il des recommandations sur des vétilles. La raison tient très certainement à ce que ses membres comme Françoise Labordes sont d’anciens pontes des chaînes qu’ils « surveillent »

                                          Je ne connais personne au sein d’Agora Vox

                                          La seule chose qu’on peut espérer c’est que les « intellectuels » français s’emparent du débat dans la presse mainstream. Mais les esprits libres sont rares à notre époque.Et les philosophes pensent davantage à passer à la télé qu’à la critiquer.

                                          Bien à vous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

emmanuelR


Voir ses articles







Palmarès