Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Journalisme servile ou opprimé ?

Journalisme servile ou opprimé ?

Une récente révélation de Wikileaks fait apparaitre sur la presse française une vérité dérangeante, confirmée par un mélange des genres peu souhaitable : ces télescopages entre le monde du pouvoir, et celui de l’information, comme par exemple lors des « diners du siècle ».

Grace à Wikileaks on apprend que l’ambassade américaine à Paris, en date du 25 janvier 2007 écrivait déjà ceci :

« Les médias français sont partiellement aux mains de l’état, ou dans les mains d’entreprises privées. Les téléspectateurs français sont en majorité accro aux 6 canaux traditionnels (…) Les grands journalistes sont souvent issus des mêmes écoles élitistes que de nombreux chefs de gouvernement. Ces journalistes considèrent que leur premier devoir n’est pas nécessairement de surveiller le pouvoir en place. Nombre d’entre eux se considèrent plutôt comme des intellectuels préférant analyser les évènements et influencer les lecteurs plutôt que de s’en tenir aux faits ». (Voir à partir du paragraphe 15)

Elle ajoute dans le paragraphe suivant «  le secteur privé des médias en France -journaux, TV et radios- continue d’être dominé par un petit groupe de conglomérats, et les médias français sont plus régulés et soumis à des pressions politiques et économiques que leurs homologues américains (…) Les blogs sont fortement utilisés par les minorités comme un moyen de communication pour exprimer leurs opinions car elles estiment que ces positions ne sont pas retranscrites dans les médias traditionnels ».

On ne peut que constater la lucidité de l’ambassade américaine qui décrit, déjà en 2007, la situation des journalistes en France, (elle s’est encore plus dégradée aujourd’hui) et on comprend mieux pourquoi la presse traditionnelle française s’en est prise comme un seul homme à Julian Assange, l’homme qui dérange.

Tous les médias ou presque insistent lourdement sur « les procédures de la justice suédoise pour viol et agression » sachant parfaitement de quoi il en revient :

En réalité, la plainte de la « violée » avait été retirée quelques heures après son dépôt, et le viol en question concernait le fait d’avoir fait l’amour avec un préservatif qui n’avait pas tenu ses promesses. lien

Or en Suède, faire l’amour sans préservatif est considéré comme un viol.

De plus l’accusation dont il avait fait l’objet était « sexe par surprise » et non pas viol. lien

Or de l’Express, au Point, en passant par le Figaro, et d’autres, tous ne font qu’évoquer ce « viol présumé ».

Ce n’est quasiment que dans la presse étrangère que les journalistes précisent un peu mieux ce qui s’est réellement passé. lien

On peut légitimement s’inquiéter de cette subjective approche de la vérité de la part des médias français.

Faut-il y voir un rapport avec les déclarations d’Éric Besson qui veut expulser Wikileaks du territoire français. lien

La situation est difficile pour les médias traditionnels français, dépendants qu’ils sont, soit de l’état qui les contrôle, soit des lobbies qui les financent.

On sait en quelle « estime » Sarközi tient le service public, comme on a pu le constater lors d’un son « off » avant une interview sur FR3. lien

On sait aussi que le chef de l’état s’est donné les moyens de nommer le patron de France télévision, lequel contrôle France2 et France3, (lien) ainsi que France Inter, France Culture, France Info, FIP, France Musique, et France bleu, un réseau de 42 locales de Radio France. lien

Mais il contrôle aussi indirectement les médias privés.

On se souvient de l’éviction brutale de PPDA coupable d’avoir comparé le président à un petit garçon jouant dans la cour des grands (lien) ou à celle de Génestar de Paris Match, (cher à Bolloré) coupable d’avoir montré Cécilia au bras de son amant. lien

Le contrôle des médias que le pouvoir exerce est facilité par les liens qu’il a tissés avec eux.

« le Point » l’a évoqué dans un article. lien

Europe 1 dépend du groupe d’Arnaud Lagardère, (LVMH, Hachette, Filipacchi Médias, et France Télécom) lequel considère Sarközy comme son « frère ». lien

Serge Dassault, dont dépend « le Figaro » est aussi un des amis du Président.

Il faisait partie de la liste des privilégiés du « célèbre » repas du Fouquet’s, qui célébrait la victoire de Sarközi.

Il n’est d’ailleurs pas inutile de se remettre en mémoire cette liste, car on voit ainsi les liens étroits que les puissants patrons des médias ont avec le chef de l’état. lien

Ce qui relie ces journalistes « de l’élite » c’est leur tendance à ne pas poser les « questions qui dérangent », ou alors qu’ils effleurent, version soft, sans trop insister, si par malheur l’interlocuteur sort sa plus belle langue de bois.

On se souvient de l’interview de Sarközi que Pujadas a réalisée en juillet 2010, qualifié de « honteux » par Jean François Téaldi, sécrétaire général du SNJ-CGT :

« Une heure de communication sans opposition avec un journaliste KO debout face au président, un journaliste complaisant, incompétent sur les dossiers traités, notamment sur les retraites, et laissant Nicolas Sarközi avancer des contre-vérités ». lien

Ne parlons pas de Jean-Pierre Pernault, le journaliste de « la France profonde », celle du terroir régional, évitant d’évoquer la misère ou le chômage, mais prolixe sur la qualité d’un fromage, ou la beauté d’une danse Folklorique.

Sa prestation anesthésiante face au chef de l’état frôlait le degré zéro.  lien

Avec Arlette Chabot, ce n’est guère mieux : elle a subi sans broncher une colère noire du chef de l’état qui l’a humiliée publiquement pendant ¼ d’heure à la suite d'une interview. lien

Sarközy a regretté ce jour là qu’il n’y ait plus de « vraies émissions politiques », regrettant l’heure de vérité, chère à Henri de Virieu.

Et pourtant, malgré toutes ces humiliations, Chabot et Pujadas, avec beaucoup d’autres se pressent servilement au « diner du siècle » pour y rencontrer les puissants patrons du pays, et le chef de l’état, puisque tous ceux-ci sont membre du même club. lien

Rappelons que le prochain « diner du siècle » devait avoir lieu le mercredi 22 décembre, à l’Hôtel Crillon, place de la Concorde, et que devant la pression populaire, il a été annulé.

Sur le net, de nombreux blogs avaient appelé a participer à un apéro citoyen devant les portes du Crillon, et il est probable qu’ils auraient été nombreux, ceux qui seraient venu protester contre cet étrange et discutable mélange des genres. lien

Mais revenons à nos journalistes.

Certains acceptent de préparer les questions avec l’interviewé, afin d’éviter les « impairs ».

D’autres vont encore plus loin en bidonnant des reportages.

Comme Alexandre Delpérier, lorsqu’il a fait croire avoir réalisé une interview de Domenech (lien) ou PPDA pris la main dans le sac pour son interview bidon le 16 octobre 1990 avec Fidel Castro. lien

D’autres plus subtils, bidonnent les interviews en ne gardant que la partie caricaturale des propos, faisant dire aux interrogés ce que le journaliste veut entendre.

« Arrêt sur Image » relate un épisode révélateur lors d’un documentaire réalisé en banlieue par Cathy Sanchez. lien (la cité du mâle)

Et pourtant, ils sont nombreux à ne pas se sentir concernés, tel Alain Duhamel qui clame « je ne suis pas manipulable  »

Lorsqu’on l’interroge sur le désamour des français par rapport aux journalistes, il propose une réponse candide :

«  C’est une des dimension de la crise de la démocratie, ou de la crise de la représentation. Nous avons un rôle, une fonction dans la société politique. Quand celle-ci est en crise, tous ceux qui en font partie sont mis en cause. C’est le cas des journalistes, qui la co-symbolisent. On est furieux contre le monde politique, on est donc également furieux contre ceux qui l’interrogent, et le commentent. C’est inévitable ». lien

Jolie tour de passe-passe !

Ce n’est pas la faute du journaliste, c’est la faute de la crise.

Décidément, elle a bon dos.

Proposons-lui de s’interroger sur le respect que les français portent de plus en plus aux journalistes courageux : ceux de médiapart, de rue 89, du canard enchainé, et de quelques autres, malheureusement pas assez nombreux.

Proposons-lui d’expliquer pourquoi les sites internet de presse libre ont de plus en plus de succès.

Les tribunes qu’ont les journalistes vedettes de s’exprimer ne manquent pas : d’Aphatie à Bourdin en passant par Fogiel, Parizot, Demorand, Poincarré, Pernault et Ferrari, il est difficile d’y échapper, à moins de se priver de journaux, de Radio et de TV.

Et pourtant, ils sont mal aimés, et chacun y va de son explication, sans évoquer un seul instant la raison essentielle du désamour dont ils sont l’objet. lien

Ils songent rarement à remettre en cause leur servilité, leur manque d’insolence, ni leur difficulté à poser les questions qui dérangent.

Alors comme dit souvent mon vieil ami africain :

« La gaité du chien est dans sa queue ».

L'image illustrant l'article vient de : luttennord.wordpress.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

119 réactions à cet article    


  • Imhotep Imhotep 22 décembre 2010 11:01

    Il faut se méfier du terme « sexe par surprise ». Il semble que ce ne soit pas une incongruité judiciaire mais une sorte d’expression suédoise, une plaisanterie, qui veut dire en fait viol.


    En revanche il semble aussi que la loi suédoise soit un peu dérangée. Le simple fait pour la femme de dire non, quel qu’en soit le moment, suffit à qualifier l’acte sexuel de viol. Imaginez un peu au moment fatidique, où ce n’est que le réflexe qui joue, elle dise : non ! Je laisse à Bigard le soin d’en faire un sketch qu’il ira jouer devant le Pape.

    • Clojea Clojea 22 décembre 2010 11:06

      Salut Olivier : Merci pour l’article, mais je crois que le problème des journalistes n’est pas nouveau. Depuis la création de la presse, les journalistes n’ont que deux choix :
      - Ecrire ce que veux le rédac chef et toucher son chèque de fin de mois où
      - S’en aller.
      Les journalistes d’investigations, en France comme ailleurs, si tant est qu’il y en ait eu beaucoup, ont disparus du paysage médiatique. Trop d’infos, pas assez de temps pour tout vérifier et du coup, hop, on publie un peu du n’importe quoi ou du copié collé de l’ AFP.
      Enfin, c’est vrai, collusion avec les politiques. Tu me diras, c’est normal, la presse est le 4 ème pouvoir. Non officiel bien sur. Il y a le l’Exécutif, le Législatif, le Judiciaire et la Presse.
      A part ça, Joyeux Noêl qui s’annonce. smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:12

        Clojea,
        les journalistes ont toujours le choix,
        aux USA, ils ne fonctionnent pas comme chez nous,
        ici le watergate n’aura jamais eu de conséquences.
        on voit toutes les difficultés que nous avons a connaitre la vérité sur l’affaire sarkozy, woerth, Bettencourt, ou sur l’affaire de l’attentat de karachi.
        a part la presse libre, les autres manient le flou artistique, et ne se mouillent guère.
        en tout cas merci pour ton commentaire.
         smiley


      • plancherDesVaches 22 décembre 2010 11:32

        Légère incohérence, Mr Cabanel.

        Expliquez-moi pourquoi les journaleux des US fonctionnent autrement et que Wikileaks ait tant d’ennuis de la part du gouvernement.. ???

        Si le fonctionnement semble différent, le résultat est absolument identique : les peuples sont de plus en plus manipulés et le vrai pouvoir est de plus en plus obscur.


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:37

        plancher,
        aux USA, ce sont les banques, et le gouvernement qui se sont mis en chasse contre wikileaks, prétextant que les révélations qu’ils font portent atteinte à la sécurité du pays.
        mais vous aurez remarqué que dans les 5 grands quotidiens qu’a choisi Assange pour communiquer sur les télégrammes d’ambassade, il y a le New yord Times.
        les journalistes américains sont la plupart du temps beaucoup plus libres qu’ici, dans notre vieille France.
        rappelez vous le Watergate, et d’autres affaires,
        regardez la liberté des journalistes, éditorialistes, américains...leur liberté de ton à la TV,
        on est bien loin de nos pujadas, et autres duhamel...
        non ?


      • plancherDesVaches 22 décembre 2010 12:05

        Regardez l’affaire JFK..
        Non seulement tout le monde sait que l’assassin présumé ne l’était pas, mais, de plus, toutes les personnes qui ont approché l’affaire de trop près ont eu des « accidents étranges »...

        Le résultat est le même, Olivier. Quelque soit la « liberté » de la presse.


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:08

        plancher,
        c’est vrai,
        depuis, on sait quand même qui était derrière tout çà,
        mais bon...
        ne trouvez vous pas qu’il y a plus de liberté d’expression chez les journalistes d’outre atlantique ?
         ?
         smiley


      • friedrich 23 décembre 2010 00:56
        Une bonne remarque Sir Cabanel, qui me donne l’envie soudaine de citer ce cher Roland Dumas qui m’a récemment redonné confiance en ce singe arriviste ou peureux qu’est l’être hum... avec ce :

        Il faut croire que les subalternes sont sans doute plus zélés que leurs maîtres

      • olivier cabanel olivier cabanel 23 décembre 2010 06:47

        friedrich
        bien vu,
        je met de coté cette joli citation.
        elle est judicieuse.
        merci


      • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:10

        Imhotep,
        non, je crains que vous ne soyez dans l’erreur,
        tous les documents que j’ai trouvé prouvent que « le sexe sans préservatif » est considéré en Suède comme viol, or, ds le cas d’Assange, il avait un préservatif, et comme je l’ai écrit celui ci s’est déchiré.
        le sexe par surprise c’est autre chose, profiter du sommeil de la personne pour lui faire l’amour...
        lorsque l’on sait que cette personne a ouvertement dragué Assange, que d’autre part elle est liée à la CIA, on commence à y voir plus clair.
        j’ai mis plusieurs liens qui l’expliquent, et que manifestement vous n’avez pas ouverts.
        en voici quelques uns supplémentaires :
        http://www.lepost.fr/article/2010/12/08/2333304_julian-assange-de-wikileaks-accuse-de-viol-par-un-personnage-lie-aux-groupes-anti-castristes-finances-par-la-cia.html
        ou cà :
        http://www.legrandsoir.info/Julian-Assange-de-Wikileaks-accuse-de-viol-par-un-personnage-lie-aux-groupes-anti-castristes-finances-par-la-CIA.html
        ou encore çà :
        http://sos-crise.over-blog.com/article-j-assange-de-wikileaks-accuse-de-viol-par-un-anti-castriste-lie-a-la-cia-62613104.html
        les journalistes français le savent pertinement, mais en reste à l’expression « viol présumé »
        ce qui n’est guère sérieux, ni professionnel.


        • Imhotep Imhotep 22 décembre 2010 11:40

          1- je n’ai écrit qu’au conditionnel

          2- je ne parle pas de l’histoire de préservatif
          3- voici d’où je sors mon information rue89 : Selon plusieurs sources amicales suédoises, « sex by surprise » serait une traduction d’un mot d’argot suédois « överraskningssex » utilisé pour plaisanter sur le viol, ou pour le nier.
          4- suite : 
          En Suède, le droit de dire « non » à n’importe quel moment

          « […] Si le nombre de plaintes a augmenté aussi rapidement [en Suède], c’est aussi une conséquence de “la libération des femmes et de l’affirmation de leur droit à décider de leur sexualité” », expliquait, dans Libération, Christian Diesen, professeur de droit à l’université de Stockholm :

          « Aujourd’hui, les femmes en Suède considèrent qu’elles ont le droit de dire “non” à n’importe quel moment d’un rapport et qu’une relation forcée, même sans menace ou violence, est un viol qui doit faire l’objet de poursuites. »

          Dans l’esprit des féministes, qui commencent à réagir au dénigrement dont sont victimes les deux plaignantes, l’expression « sexe par surprise » du défenseur de Julian Assange revient à discréditer les poursuites et la loi suédoises.


        • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:43

          imohtep,
          mais alors pourquoi les journaux français continuent-ils d’évoquer « un viol présumé »
          cette expression n’a pas le meme sens en France !
          s’ils étaient corrects, ils expliqueraient la différence qu’il y a pour ce mot entre la France et la Suède,
          et que faites vous de cette femme, qui va draguer ouvertement Assange, et qui manifestement fait tout pour se retrouver dans son lit,
          qui porte plainte, puis retire la plainte
          et qui est suspectée d’appartenir à la CIA ?
           smiley


        • Philou017 Philou017 22 décembre 2010 22:20

          Un article de France Soir plutôt objectif sur le sujet :

          WikiLeaks - Mata Hari ou victimes ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 22:25

          philou,
          le vent tourne,
          les journalistes l’ont senti, et change d’avis comme des girouettes pour bien être dans le sens du vent,
          mais ils devraient avoir honte de subir, plutot que d’informer.


        • frugeky 22 décembre 2010 11:13

          Bonjour Olivier.

          Ils sont serviles, ils mentent par omission, ils ne connaissent pas leurs dossiers.
          Qui ?
          L’élite de la pensée merdiatique qui viennent nous dire comment voter (grâce aux sondages), comment penser, que internet est un ramassis de bêtises puisqu’on y trouve des critiques les concernant, etc, etc,...
          Ils me rappellent ces sénateurs, dans le Caligula de Bob Guccione, qui bêlent quand l’empereur bêle...


          • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:24

            frugeky,
            ils ne connaissent pas leurs dossiers, ou ils les connaissent, mais prennent des distances avec la réalité.
            une vérité masquée devient vite un mensonge,
            combien de fois, écoutant la radio (la tv, j’ai débranché) j’entends des énormités, lorsque par chance, c’est un dossier que je connais bien,
            alors on finit par douter de tout.
            en tout cas, merci de ton commentaire.
             smiley


          • plancherDesVaches 22 décembre 2010 11:36

            « on finit par douter de tout »....

            Oui. Mais c’est le but de la manoeuvre : depuis des siècles, les puissants ont toujours essayé de noyer le poisson histoire de tirer leur épingle du jeu.
            Vous voulez cibler les puissants : ce sont ceux qui essaient de ré-écrire l’histoire.


          • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:39

            plancher,
            on doute de tout, sauf lorsque l’on se sert d’internet, car là, on passe les frontières, et les infos pleuvent.
            en les recoupant, il est facile ou disons plus facile de se faire une opinion.
            non ?


          • plancherDesVaches 22 décembre 2010 11:59

            Tout dépend de ce que l’on FAIT d’internet, cher Olivier.
            Et vous avez entièrement raison, les sources sont nombreuses, encore faut-il avoir la pertinence de les trouver et l’intelligence de les partager.

            D’ailleurs, pourquoi croyez-vous que tous les gouvernements du monde essaient de maîtriser autant que possible ces canaux.. ???? smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:09

            plancher,
            là, je suis en phase,
            rien à ajouter, et merci de votre commentaire.
             smiley


          • Philou017 Philou017 22 décembre 2010 15:32

            PLV : "Et vous avez entièrement raison, les sources sont nombreuses, encore faut-il avoir la pertinence de les trouver et l’intelligence de les partager."

            Et encore faut-il avoir l’honnêteté et l’intelligence de les vérifier, ce qui est rarement le cas.

            Comme par exemple cette info comme quoi Assange se serait mis d’accord avec Israel pour ne pas publier de câbles le concernant :

            Wikileaks : psy-op israëlienne ?  
            Wikileaks aurait conclu un accord avec Israël

            En fait, cela apparait comme une lamentable opération de désinformation :

            etrange-affaire-d-intox-autour-de-wikileaks
             
            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/wikileaks-julian-assange-l-85990#forum2772228
            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/wikileaks-julian-assange-l-85990#forum2772370

            Si Internet permet d’avoir accès à une bien plus grande masse d’information et de contredire les poncifs répétés sur les médias, il ne rend pas forcément plus intelligent et plus lucide. Il est consternant de voir certains internautes reproduire des infos non vérifiées, parce qu’elle vont dans leur sens, notamment de la part de complotistes forcenés qui hurlent à la CIA et à la désinformation des que Wikileaks ne donne pas les infos qu’ils voudraient voir.

            Si Internet permet un bien meilleur accès à l’info, il reste encore à développer l’exigence du croisement des sources et la culture de doute, surtout dans une affaire aussi trouble que celle de wikileaks VS médias et système, vu que les deux cotés pratiquent le secret.

            C’est pas gagné.


          • antonio 22 décembre 2010 11:18

            En tout cas, le numéro ’ d’à plat ventrisme « des Chazal, Denisot et Pujadas lors de la dernière » interview de M. sarkozy était époustouflant ! De la haute voltige !
            Mais c’est tellement « gros » que ça passe de moins en moins et bien des téléspectateurs « de base » ne sont plus dupes.


            • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:26

              antonio,
              j’aime bien l’expression « a plat ventrisme »
              elle illustre parfaitement la situation.
              je crois qu’ils n’ont pas assez de distance avec le pouvoir, qu’il soit financier ou politique, (cf le diner du siècle) et qu’ils sont poussés à l’auto-censure.
              merci de ton commentaire.
               smiley


            • La sentinelle La sentinelle 22 décembre 2010 11:20

              Bonjour

              Très bon article.

              Même si je pense que la servilité d’une bonne partie de la presse est beaucoup plus ancienne ; Certains membres de notre prétendue élite journalistique n’ont fait que remplacer les parasites de la cour des Rois de France, semant alternativement ragots, commérages, intrigues et étrons dans les couloirs du château.

              Du Mercure Galant en passant par le Bulletin de la Grande Armée, les puissants ont toujours su se servir de la veulerie des serviles écrivaillons de base.

              Heureusement avec quelques exceptions confirmant la règle.

              Mais exceptions de plus en plus rare, hélas. 

              A+


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:28

                Sentinelle,
                je suis assez d’accord,
                nous avons quand même un problème en France avec la presse officielle,
                les situations qui se pratiquent ici ont bien moins de chance d’arriver au USA ou ailleurs,
                heureusement internet est là, et les citoyens savent ou prendre les infos.
                merci de ton commentaire.
                 smiley


              • La sentinelle La sentinelle 22 décembre 2010 13:35

                Bonjour

                @ L’auteur.

                heureusement internet est là, et les citoyens savent ou prendre les infos.

                Attention à Internet, n’importe qui peut y écrire n’importe quoi. Internet, oui, mais un minimum de vérification s’impose.

                A+


              • Gabriel Gabriel 22 décembre 2010 11:25

                Bonjour Olivier,

                 A la décharge de certains, écrire avec un revolver sur la tempe n’est pas chose aisée. Cependant d’autres, étant par nature cireur de pompes ou colleur de timbres, n’ont nul besoin de menace pour effectuer de perverses références. Merci pour tes articles.

                Joyeuse fin d’année.


                • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 11:29

                  Gabriel,
                  c’est vrai,
                  avec un révolver sur la tempe, c’est pas facile,
                  et pourtant le Canard Enchainé est déchainé depuis longtemps, et il n’est pas le seul, heureusement !
                  merci de ton commentaire, et très bonne fin d’année.
                   smiley


                • Harfang Harfang 22 décembre 2010 12:44

                  Pour beaucoup, le révolver est moins sur la tempe que sur le porte-monnaie.
                  Par ailleurs, je pense qu’un certain nombre de « journalistes » cirent les pompes par goût : de tous temps il y a eu des courtisant auprès des puissants.

                  Reste une petite frange de journalistes courageux... mais les patrons des médias leur accordent-ils les moyens de travailler ?

                  Après il reste internet, avec du bon et du moins bon (il est recommandé d’avoir un cerveau fonctionnel pour faire le tri), mais libre pour combien de temps encore ?

                  En tous cas, comme Gabriel : je remercie Olivier pour ses articles bien documentés  smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:18

                  Harfang,
                  il y a un véritable réveil chez nos concitoyens
                  ils prouvent qu’ils ne sont pas idiots, et savent trouver les bonnes réponses,
                  merci de ton commentaire.
                   smiley


                • Frabri 22 décembre 2010 12:24

                  Sur le journalisme servile on peut voir le film de Pierre Carles « fin de concession »

                   http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19123672&cfilm=177384.html

                  Parmi les quelques sites intéressant pour la critique des médias il y a Acrimed

                  http://www.acrimed.org/


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:22

                    Frabri,
                    Carles fait un boulot sérieux,
                    il était l’un des instigateurs de la contestation du diner du siècle
                    il en faudrait mille comme lui,
                    merci des liens édifiants.
                     smiley


                  • LE CHAT LE CHAT 22 décembre 2010 12:41

                    Oui , le journaliste Kent Clark était obligé de se travestir pour faire son boulot !
                    le plus dur était de devoir mettre le slip au dessus du collant , heureusement que le ridicule tue moins que la kryptonite !  smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:20

                      au Chat,
                      il ne manque que le « capitaine » pour que la troupe soit au complet,
                      j’adore tes commentaires,
                      je passe ma combinaison de superman et je vais enqueter dans les alcoves du pouvoir,
                      faudrait enquêter sur l’usage des stupéfiants.
                       smiley


                    • LE CHAT LE CHAT 22 décembre 2010 13:28

                      salut Olivier ,
                      il faut savoir garder le sens de l’humour par les temps qui courrent ! smiley


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 décembre 2010 13:29

                      au Chat,
                      je savais qu’ils avaient 7 vies, mais j’ignorais qu’ils se travestissaient.
                       smiley


                    • Pyrathome pyralene 22 décembre 2010 12:51

                      Bonne description de l’état des lieux du journalisme en France, on peut le dire haut , fort, et simplement, ils ne font tout simplement pas leur boulot, les plus médiatisés étant les mieux payés et même grassement pour être à la botte ? moi, j’appelle ça de la corruption...... !!
                       ce quatrième pouvoir étant sous domination soit de l’état, soit des intérêts de grands groupes industriels et financiers, eux-mêmes à la botte de « l’empire »et du « système »...
                       personnellement, j’appelle ça le totalitarisme....
                      Et puis est arrivé Assange avec ses tempêtes de révélations qui vont aller, je l’espère, crescendo....
                      Mais le personnage semble aussi cacher son jeu, pourquoi n’adhère t-il pas à ceux très nombreux qui doutent sérieusement sur le 11 septembre ? est-ce une stratégie ? ne pas adhérer à cette vérité pour garder une place dans le circuit ? il faudra bien pourtant à un moment ou à un autre qu’il prenne position de manière tranchée sur ce sujet !!
                      Pourrait-il y avoir en coulisse quelques manipulations de certains états relativement épargnés jusqu’à présent  ?? c’est mon intime conviction......
                      On attend avec impatience les révélations sur la finance en janvier, ça va faire très mal.....
                      Mais aussi sur les OVNI avec ses dernières déclarations qui mettent l’eau à la bouche...comme celle-là qui me laisse assez dubitatif et circonspect, faut être prudent !!...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès