Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une nouvelle révolution pour le journalisme citoyen ?

Une nouvelle révolution pour le journalisme citoyen ?

Le projet de Jay Rosen est séduisant. Ce spécialiste des médias collaboratifs et citoyens veut promouvoir un journalisme de qualité et open-source. Les citoyens choisissent et financent les sujets d’enquêtes et de reportages... réalisés ensuite par des journalistes professionnels.

Professeur de journalisme à New-York University, spécialiste des médias citoyens, Jay Rosen vient de lancer NewAssignment.net (à lire sur son blog "PressThink", en anglais), un projet totalement innovant en matière de journalisme. "L’idée est simple : faire du journalisme "open-source" de grande qualité. Comment cela devrait fonctionner ? Tout un chacun va pouvoir passer une commande de reportage, d’enquête... sur un site Internet : NewAssignment.net. Là, des journalistes professionnels, embauchés par le site, prendront en charge ces projets. Avec la participation du public, ils aideront à préciser et à améliorer la commande", explique Jeff Mignon sur son blog Media Café, qui m’a permis de découvrir le projet de Jay Rosen (lire sa note en entier).

JOURNALISTES ET CITOYENS ENSEMBLE

En effet, dans le projet NewAssignment.net, la participation des citoyens (ou lecteurs, ou internautes ou passionnés d’info) est primordiale. Ce sont eux qui définissent les sujets des enquêtes qu’ils aimeraient voir publiées... et qui financent chaque enquête.

Dans l’absolu, c’est le gage d’un journalisme totalement en prise avec la demande du lectorat et indépendant de grands groupes financiers ou d’annonceurs.

L’idée d’associer journalistes et lecteurs, en les plaçant sur un pied d’égalité (les lecteurs pourront corriger au fur et à mesure les enquêtes, en fonction de leurs connaissances personnelles) est pleinement dans l’air du temps. Elle répond à la question que pose Benoît Raphaël dans l’en-tête de son blog : "Demain, tous journalistes ?" Eh bien oui, ou peu s’en faut avec NewAssignment.net. Sauf que, contrairement à Agoravox - le projet collectif ambitieux de journalisme citoyen lancé par Carlo Revelli et Joël de Rosnay - NewAssignment.net associe les citoyens aux choix de sujets, mais en délègue la rédaction à des journalistes professionnels rémunérés.

"PLUTÔT EXCITANT, NON ?"

Le projet pose évidemment plusieurs questions : à partir de quel niveau de donation faut-il déclencher une enquête journalistique ? Faut-il que les sujets d’enquêtes soient proposés aux lecteurs par NewAssignment.net ou par ses lecteurs ? Les idées de sujet des lecteurs seront-elles pertinentes ? Et enfin, toujours la même question au final : quelle est la viabilité économique du projet ?

Pour conclure sur une note à laquelle j’adhère complètement voici ce qu’en dit Damien, dans son commentaire sur Media Café : "(...) Je trouve encore plus génial d’imaginer une rédaction entièrement tournée vers ses clients (qui pour la première fois ne seraient plus les annonceurs), où les discussions tourneront autour de telles ou telles interviews à réaliser, chacun apportant ses connaissances et sa motivation. Quelle belle preuve de confiance pour les journalistes, et surtout, quelle assurance de se savoir soutenu par la communauté au moment d’utiliser sa carte de presse pour aller poser les questions qui dérangent. "Monsieur le ministre, j’ai 350 personnes qui me paient pour que je vous pose cette question..." Plutôt excitant, non ?".

Pour le coup j’aimerais bien connaître le point de vue de Carlo Revelli (fondateur d’Agoravox) sur l’initiative de Jay Rosen... ;-)

************************
A LIRE ÉGALEMENT : l’entretien e
ntre Dan Gilmor (We the Media) et Jay Rosen il y a deux ans déjà. Pour comprendre que toute la philosophie du projet NewAssignment était déjà là. Suffisait à la concrétiser.

TRADUCTION : mon anglais étant très moyen, je suis preneur d’une traduction complète des deux notes publiées par Jay Rosen, ICI et LA sur son blog.

JAY ROSEN : éléments de biographie sur le site de NYU et sur WikipédiaWikipédia


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 août 2006 13:41

    Merci pour votre intéressant article.

    J’avais entendu parler de ce projet d’abord via le blog de Cyril Fiévet et ensuite via Gilles Klein sur PointBlog. Mais je n’avais pas lu le papier de Jeff Mignon qui est antérieur.

    Je trouve ce projet très intéressant et il va dans la direction que je souhaite donner à AgoraVox avec des futures « enquêtes collectives » (menées en mode « wiki »). J’en ai déjà parlé brièvement dans quelques commentaires sur AgoraVox et je vais faire un article détaillé qui en annonce le lancement avant la fin du mois d’août.

    D’ailleurs, j’ai répondu ainsi à Gilles Klein qui ne voyait pas de journalisme à proprement parler sur AgoraVox :

    « Tout dépend, cher Gilles, de la définition que tu donnes au terme  »journalisme". Si pour toi, journalisme = journalisme d’investigation, je suis assez d’accord avec toi (avec quelques nuances cela dit). A ce jour, sur AgoraVox on commente beaucoup l’actualité (avec souvent des éclairages originaux qu’on ne voit pas dans les médias traditionnels) et plus rarement on fait un vrai travail d’enquête (mais cela arrive pour certains rédacteurs). Cela dit, nous allons lancer d’ici quelques semaines un important projet inédit qui va permettre (j’espère) d’inverser cette tendance. Néanmoins, je suis aussi désolé de dire qu’une bonne partie des informations que je lis dans la presse traditionnelle sont aussi du « commentaire et des opinions exprimées sur l’actualité » avec la langue de bois en plus... smiley"

    Gilles Klein a donc en partie raison. A ce jour, sur AgoraVox il n’y a pas suffisamment d’articles qui apportent des news inédites et factuelles voire même des véritables investigations. J’en suis conscient et je le regrette même si parfois on a des articles excellents avec des véritables investigations.

    C’est pour cette raison que nous allons lancer ces wiki collectifs pour faire de l’investigation sur des sujets précis. La plate-forme est déjà opérationnelle et prête à être lancée.

    Le but est donc de mener des « investigations collectives » à plusieurs rédacteurs... D’ailleurs, c’est le moment de proposer des thèmes d’enquête et de vous proposer comme volontaires. Pour l’instant, j’ai déjà eu des sollicitations pour des enquêtes sur l’industrie du tabac, sur certains questions environnementales et le 11 septembre. Mais cela reste encore informel. D’autres idées ? D’autres volontaires ?

    Pour revenir à votre article, l’idée de faire contribuer financièrement les lecteurs de manière volontaire me semble une excellente idée et j’espère que cela puisse marcher. OhMyNews fait déjà ça en Corée avec un certain succès paraît-il. J’y songe depuis longtemps et la Wikipedia réussit à recueillir des sommes impressionnantes. Je suis donc favorable sur le fond à cette idée et je pense qu’il faudrait la coupler à l’idée des investigations collectives.

    Ce serait intéressant d’ailleurs que les lecteurs d’AgoraVox nous disent s’ils seraient prêts à verser quelques euros pour financer une enquête indépendante.

    J’aime aussi l’idée que ce soient les lecteurs qui décident quelles enquêtes devraient être lancées à court ou à moyen terme.

    Cela dit, se posent un certains nombre de problèmes pas simples à résoudre notamment d’ordre organisationnel et juridique. Je ne suis pas sûr qu’en France une société commerciale puisse recueillir des fonds venant du public même si elle les redistribue. Peut-être qu’il faudrait créer une association que pour ça. Mon autre doute c’est comment répartir l’argent recueilli pour un projet au sein des différents rédacteurs qui participent à l’enquête. Tous ne vont pas s’impliquer de la même manière forcément. Certains feront un vrai boulot d’investigation alors que d’autres apporteront uniquement quelques éléments. Pas simple à disséquer dans un travail collectif qui de plus est menée via un wiki... Si vous avez des idées, je suis preneur. Je pense que dans tous les cas, pour chaque enquête il faut un responsable bien identifié qui coordonne le groupe. Peut-être que c’est à lui d’intervenir à ce niveau.

    Enfin, des vrais journalistes d’enquêtes pourrait très bien participer à ces investigations collectives. Et puisqu’il s’agit pour eux de leur boulot, il est normal qu’ils puissent être rémunérés. Je ne vois pas d’antagonisme entre journalistes traditionnels et journalistes citoyens. Les deux peuvent tout à fait coordonner ou simplement participer à une enquête en fonction de leur profil, leurs compétences et leurs disponibilités. Le journalisme citoyen est une menace uniquement pour les mauvais journalistes. Pas pour les bons.


    • Phil Philippe Gammaire 3 août 2006 14:21

      A mon tour de vous remercier Carlo pour la réponse rapide à l’article. En fait, je pense que NewAssignment.net pourraît concilier deux aspects importants : la participation citoyenne active au processus de choix des enquêtes, de collecte de l’info, de rédaction. Et le financement de journalistes professionnels chargés d’enquêter ou d’aller sur le terrain tout simplement pour rapporter de l’info exclusive. Cette partie-là prend du temps, nécessite des déplacements, bref du travail qui mérite rémunération. Sur la forme que prendrait la structure chargée de collecter des fonds, je ne vois que l’association loi 1901 : pour une question de crédibilité, il faut à mon sens que la structure ne génére pas de profits mais redistribue ses fonds pour son objet (c’est aussi l’avis de Jay Rosen).

      Le projet NewAssignment pose quand même problème, sur la question du choix des sujets. Imaginons qu’une majorité de lecteurs financent un projet d’article sulfureux, aux relents xénophobes, communautaristes, etc. Jusqu’où les lecteurs (qui ne sont pas tous bienveillants, équilibrés, humanistes) auraient-ils raison dans leurs choix de reportages ou d’enquêtes. En celà, je rejoint le point de vue de Ludovic, ci-dessus.

      Sur le fond du projet lui-même, je vous renvoie à l’excellente note d’Olivier Trédan : http://oliviertredan.wordpress.com/2006/08/01/le-renouveau-du-public-journalism-via-internet/ Il adopte un angle sociologique intéressant et explique la démarche de Jay Rosen plus complètement que je ne l’ai fait.


    • Phil Philippe Gammaire 3 août 2006 14:34

      Une autre remarque : Agoravox fonctionne très bien mais montre aussi ses limites, telles que les décrit Gilles Klein. Effectivement, chacun se rend bien compte qu’il n’y a pas à proprement parler d’infos exclusives sur le site, ce qui n’empêche pas d’y lire par ailleurs d’excellentes analyses.

      D’où votre projet de wiki je suppose. Mais personnellement, je ne suis pas prêt à m’investir bénévolement. Pas par égoïsme, mais par nécessité économique. Chacun pourra aussi comprendre que l’info de bonne qualité a un coût qu’on ne peut éluder. Au risque de me répéter, l’idée de Jay Rosen me séduit car elle concilie la démarche citoyenne et la nécessaire rémunération des journalistes contributeurs.


    • Phil Philippe Gammaire 4 août 2006 01:09

      Je ne veux pas trop m’avancer mais tout de même, cette discussion semble montrer qu’il n’existe pas UNE opinion citoyenne, mais autant d’opinions que de citoyens. Et que pour arriver à un consensus sur des sujets ou dees enquêtes il faudra dégager des majorités : pas évident.

      Ensuite, une réflexion me vient à l’esprit à propos du journalisme citoyen. Cette expression fait bondir la plupart du temps : foutaises, disent les uns ; manipulation d’antimondialistes disent d’autres, etc.

      Pour moi, le journalisme citoyen c’est oser poser les questions qui dérangent, affronter les pouvoirs, donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, dire la vérité sans se cacher derrière de faux prétextes. En celà, c’est un journalisme engagé, qui veut parler du réel sans langue de bois ni connivence. Enfin, c’est une pratique du journalisme qui se réconcilie avec ses lecteurs, en sortant des sentiers battus des medias traditionnels.

      Pour autant, cela ne signifie pas que le journalisme citoyen est partial : sur chaque sujet, il doit donner la parole à toutes les parties en présence. Mais lorsqu’une vérité surgit il s’agit de la dire, y compris si elle dérange les lecteurs (ou même le journaliste qui l’écrit).

      Une petite citation pour finir (tirée du blog d’Olivier Tredan, qui explique la pensée de Jay Rosen) :

      « La « fonction » des médias, selon Rosen, est de contribuer à un meilleur « rendement » de la démocratie et revoir en profondeur certains fondements de la pratique du journalisme. Ce mouvement se situe politiquement dans une forme de continuité du « progressisme » américain du XIXème siècle, rétif à la confiscation du politique par les machines partisanes. Il exprime une exaspération des journalistes devant l’habileté du personnel politique à gérer les médias, la réduction des débats politiques à la « course de petits chevaux » entre candidats. Il traduit aussi une réaction à la désaffection des lecteurs pour la presse écrite, une réponse alternative à la concurrence des chaînes audiovisuelles d’information permanente. Le « Public journalism » vise à faire surgir un « agenda de l’opinion », à se faire l’interprète des citoyens quant à la hiérarchie des problèmes et au chois des solutions. Il repose sur une vision procédurale de la démocratie où la confrontation des opinions est le moteur de la délibération et du choix, le journaliste devenant l’animateur désengagé de ces échanges. »

      Pas mal comme projet, non ?


    • Dagg (---.---.221.104) 4 août 2006 05:54

      Carlo Revelli, en vous lisant, plusieurs questions et réactions me viennent.

      Tout d’abord, sur ce que vous dites dans votre commentaire :

      « Gilles Klein a donc en partie raison. A ce jour, sur AgoraVox il n’y a pas suffisamment d’articles qui apportent des news inédites et factuelles voire même des véritables investigations. J’en suis conscient et je le regrette même si parfois on a des articles excellents avec des véritables investigations. »

      D’une part est-ce que cela signifie qu’Agoravox devrait courrir après le Pulitzer, être « le scoop » plus que le « media » citoyen ?
      D’autre part les regrets que vous émettez au sujet de la teneur des articles remettent-ils en cause le comité de rédaction ou les auteurs ?

      Concernant votre interrogation, oui, le pronétaire que je suis est tout à fait enclin à débourser quelques euros pour une action pronétarienne, mais pas pour celle que vous et Philippe Gammaire évoquez.

      Non, non seulement je ne vois pas en quoi le fait de payer rendrait l’information meilleure, et je suis même tenté de croire aux effets pervers à long terme, mais en plus je ne vois pas non plus en quoi ce journalisme interactif serait plus profitable, bénéfique, meilleur que celui que l’on connaît si son seul changement se situe dans son mode de fonctionnement.

      L’info c’est bien, mais l’information pour l’information n’apporte rien. Du bruit, il y en a déjà suffisamment.

      Ce qui m’intéresse, c’est que l’information serve de carburant à l’amélioration et pas à la vision.

      Si j’avais à payer pour financer des investigations citoyennes, ces dernières ne devraient servir qu’à intervenir, en utilisant le droit, de manière à réguler les organes démocratiques et commerciaux.

      Mais peut-être est celà que vous envisagez ? Du moins si le terme « enquêtes » que vous utilisez fait mention à l’aspect judiciaire.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 4 août 2006 12:26

      @Dagg Non justement avec des recherches collectives en mode wiki, on court pas derrière le scoop mais derrières des investigations de longue haleine qui peuvent durer des mois.

      Je ne remets absolument en cause ni les rédacteurs, ni le comité de rédaction. Au contraire ! Rien ne va changer à ce niveau. Ce que j’ai décrit n’est qu’un projet supplémentaire visant à enrichir la qualité globale d’AgoraVox.

      Quant aux questions financières et ses dérives potentielles, j’entends les avis des uns et des autres. Pour l’instant, je n’ai vraiment pas d’opinion tranchée à ce sujet et je pense qu’il faut continuer à y réfléchir et à en discuter.

      Enfin, vos remarques pour financer les aspects juridiques sont intéressantes. J’en ai parlé encore à personne (je le ferais dans un prochain article) mais nous venons de gagner notre premier procès en diffamation... On a gagné mais ça nous a coûté environ 10.000 euros en frais juridique que le tribunal nous a pas remboursé... On en reparlera de l’absurdité de la loi.

      @OLG AB , c’est jamais agréable mais il faut se faire aux choix d’un comité de rédaction. En tous les cas, votre article vous l’avez republié dans les commentaires ici ou là si ma mémoire est bonne... Il n’y avait pas d’actualité dans le sens où l’article se résumait à une poignée de mains, certes assez insolite, entre deux hommes politiques.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 4 août 2006 13:06

      Voilà AB un article de génie de votre part ! Je l’avais oublié... Devenir Suisse... Bon, je vais y réflechir... En attendant, comme dit si bien Totti, « Chi non salta è un francese »... smiley

      J’ai un super article sur la coupe du monde dans les tiroirs, mais si je le sors je vais me faire descendre par 99% des lecteurs d’AgoraVox... Pour l’instant, je me censure et je savoure cette joie en silence... smiley


    • Dagg (---.---.222.68) 5 août 2006 01:02

      @Carlo Revelli
      Merci de vos réponses, même si elles me laissent sur ma faim.

      Mais je préfère attendre votre article de lancement des inwikistigations ;) pour réagir, cela y sera plus approprié que cet article.

      Néanmoins, il y a quand même un point qui me trouble, c’est que j’ai l’impression que vous privilégiez l’outil à l’homme, et que s’il existe des problèmes, c’est donc qu’il faut changer l’outil.


    • Olivier (---.---.34.79) 6 août 2006 09:31

      Bonjour Carlo,

      J’aime beaucoup AgoraVox, et surtout l’idée du NewAssignment.net, car je pense que c’est un vrai contre pouvoir à la politique-politicienne et il va permettre d’accéder à une démocratie citoyenne.

      Ceci-dit, je pense que vous pouvez aller encore plus loin dans la définition de ce projet et le faire définir par l’ensemble des citoyens en créant « des » wiki. En effet, il est intéressant d’avoir quelques définitions :

      - QU’est-ce que le journalisme citoyen ? Doit-il apporter quelque chose ? Que doit-il apporter ?

      - Qu’elle structure pour encadrer ce projet ?

      - Quelle doit-être la ligne éditoriale ?

      - Quels intervenants seront rémunrés ? Pour quel service ? Combien et Comment ?

      - Comment sera désigné le comité de rédaction et pour combien de temps ?

      - ... etc ...

      L’idée de NewAssignment.net est pour moi, une nouvelle façon d’être informée et sera dans l’avenir le media d’information et d’investigation, et pour être au plus proche de ce qu’attend le citoyen, je pense qu’il est important de passer par une définition de ce nouveau media par le citoyen.

      Qu’en pensez-vous ?

      Olivier


    • Emile Red Emile Red 4 décembre 2006 21:08

      ...........


    • faxtronic (---.---.127.45) 3 août 2006 14:04

      Etre bon journaliste est un metier exigeant et honorable. Il y a aussi peu d’article d’investigation dans la presse. Souvent le metier de journaliste est ternie par les journalistes d’opinions, de propagandes etc... qui commente sans preuve des faits pris sur le volet. Alors oui c’est une bonne idée d’imaginer un systeme d’appel d’offre pour un sujet dínvestigation, d’un coté les lecteurs et journalistes citoyens qui formulent un besoin dans un thread et lance une collecte d’argent au coup par coup ou à l’abonnement, et de l’autre coté un journaliste professionnel qui a pour devoir d’exercer avec scrupule son metier sur un sujet d’investigation donné, par mission. Ce serait une chance pour des jeunes journalistes. Et puis ce sont ensuite aux journalistes citoyens de commenter ensuite l’article, et de developper.


      • Daniel Milan (---.---.162.107) 3 août 2006 14:58

        On voudrait nous faire croire que le journalisme citoyen serait un contre-pouvoir au journalisme professionnel. En fait, « le journalisme citoyen », selon la conception d’Agoravox, se veut le pendant du journalisme aux ordres. On ne peut discuter de ce qui ne dérange pas trop, mais on ne doit pas toucher aux « puissants » et surtout pas le lobby sioniste, si j’en juge par la suppression de la plupart de mes commentaires, qui pourtant au regard des lois, se situent bien en retrait de « la ligne roue ». Par contre, on peu déverser son venin islamophobe et y soutenir les criminels de guerre d’Israël en toute normalité. Le journalisme citoyen, n’est pas de considérer certains citoyens comme plus ou moins citoyens que les autres. C’est aussi de parler des problèmes qui fâchent, des vérités interdites, d’aller à contre-sens des consensus, c’est accepter d’écouter et pourquoi pas, d’entendre l’autre !


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 3 août 2006 15:07

          Si certains ne sont pas contents d’Agoravox, rien ne les empêche de créer leurs propres blogs où ils pourront lâcher leurs points de vue et n’inviter que des personnes qui abondent dans leur direction. Milan, si tes commentaires sont supprimés, ce n’est pas pour cause d’anticonformisme. C’est parce qu’ils sont cons. Tout simplement.


        • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 août 2006 15:35

          Daniel, je crains que vous ayez une vision un peu biaisée de la question.... On supprime énormément de commentaires tous les jours. Et en ce qui concerne les conflits au Proche-Orient, il nous arrive de supprimer aussi beaucoup de commentaires « filo-israëliens » à partir du moment où il y a des insultes et ils nous sont signalés. Demandez à Bulgroz ou à Adam si c’est pas vrai. Vous naturellement vous ne remarquez que les commentaires qui vous concernent, ce que je peux en partie comprendre.

          Mais arrêtez de voir partout la manipulation « sioniste » car vous allez sombrer dans la paranoïa.... Et pourtant mon dernier article sur le 11/09 m’avait permis d’obtenir par certains le qualificatif de « islamo-gauchiste »... Et voilà qu’en quelques jours, je suis devenu « facho-sioniste »... Arrêtons les plaisanteries et essayez, vous comme les autres, de faire valoir vos opinions sans insulter (même si on devait vous insulter sans raison).


        • mandaraka (---.---.233.253) 3 août 2006 15:44

          je ne vois pourquoi tu parles d’islamophobie, de sionisme etc. pour une fois qu’on tombe sur un article et des commentaires qui parlent d’autre chose ! lachez-nous avec vos débats passionnels, c’est du sérieux là ! puis il y a d’autres rubriques pour ça... et pour quoi pas monter ton blog (je crois que je reprends qq’un... la preuve que tes commentaires gavent toutle monde)


        • Daniel Milan (---.---.162.107) 3 août 2006 17:48

          Votre réponse appellerait une longue réponse que je ne puis vous faire, compte tenu de mes impératifs, maintenant. Je ne pense pas vous avoir traité de « pro-sioniste », je vous trouve même plus objectif que la plupart, dans vos propos. Cela dit, les pressions, même « amicales », doivent être fortes en ce moment ! Bien à vous. Daniel Milan


        • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 août 2006 17:55

          Salut Demian,

          J’ai finalement compris comment faire pour bien comprendre le demianwest ! Il suffit de commencer par la dernière phrase qui est en générale assez claire et remonter par le haut. Du coup on comprend (presque) tout ! smiley

          Au fait c’est un peu comme l’arabe où on lit de la droite vers la gauche alors qu’avec toi c’est du bas vers le haut. Du coup, je pourrais relire tes 2.800 commentaires (le nombre n’est pas inventé !). Est-ce qu’on pourrait donc dire que le demianwest est une variante avancée de l’arabe ?


        • Dafrey (---.---.119.77) 3 août 2006 20:01

          Le problème du terme « Citoyen » est qu’il a été détourné pour ne plus signifier que « anti-mondialiste » (et idéologies satellites, dont anti-américaine, anti-capitaliste, etc...). En s’associant involontairement à ce terme, Agoravox attire ainsi plus facilement les idéologues du « tout le monde il est gentil, les petits sont faibles et les puissants méchants, surtout les patrons »). Je comprends cependant parfaitement que ce n’était pas nécessairement l’intention première. C’est dommage, mais on n’y peut pas grand chose.

          Pour le reste, j’entrevois une dérive potentielle de ce projet de journalisme professionnel financé par ses lecteurs (projet au demeurant très séduisant). La ligne éditoriale deviendrait rapidement celle du plus riche ou du plus nombreux, quitte à ressembler rapidement à un bateau ivre. Par exemple, si les pro-José Bové sont plus vociférants et plus nombreux, ils vont pouvoir monopoliser les ressources d’enquête et de rédaction avec une série de papiers consacrés au « danger des OGM qu’on nous cache bouh nous on sait que c’est pas bon ». Et les trois pauvres types qui trouveraient assez pertinent d’aller enquêter sur combien les saccages coûtent, de revenir voir les agriculteurs la saison suivante pour savoir avec quoi ils ont bouffé dans l’année, etc... peuvent toujours s’accrocher pour financer une enquête. Et vice-versa, bien entendu.


        • Daniel Milan (---.---.168.224) 4 août 2006 11:26

          Cher Ludovic, Je vois pas en quoi mes commentaires seraient « cons », ou plus cons que les autres ? Sans doute, sont-ils cons parce qu’ils vous dérangent. Je le comprends, puisque vous soutenez la tendance libérale-socialiste du PS, représentée, en particulier par le communautariste DSK !!


        • Daniel Milan (---.---.168.224) 4 août 2006 11:56

          J’ai défini sur aqolad.net comme seule limite à la liberté d’expression, les menaces contre l’intégrité physique des personnes, les insultes, ne discréditant que leurs auteurs dans la plupart des cas ! Non, je ne suis pas un adepte de la « théorie du complot », d’ailleurs sur ce point je ne vois pas ce sur quoi il resterait à comploter... Je comprends que mes propos dérangent et qu’ils dérangent d’autant plus que je suis un homme libre très ancré dans la civilisation européenne. Mes références ne sont pas le judéo-christianisme, mais la Civilisation Romaine et la Grèce antique !... Je pense que toutes les vérités, même (surtout !) les plus dérangeantes doivent être dîtes sans être censurées, ou à tout bout de champ censuré ou traité de « nazillon », d’« antisémite », de « nazislamiste »... Le sionisme est bien la forme la plus élaborée du racisme érigé en idéologie... Israël commet bien actuellement des crimes de guerre et génocide bien le peuple palestinien, selon la définition reconnue du génocide, donnée par Raphaël Lemkin... Toute déportation de population et destruction de villages et d’identité d’une population, sont des faits consécutifs qui relèvent du crime de génocide !... Très Cordialement. Daniel Milan


        • Phil Philippe Gammaire 4 août 2006 23:47

          Ca s’est produit sur Agoravox : la vérité a fini par sortir de la coquille. Sous les insultes, ce qui m’a toujours étonné, c’était ce caractère impertubable trempé au feu de la critique la plus virulente. J’ai toujours flaîré un truc, et c’est qu’il cachait bien son jeu . Damien West démasqué ! Le 4 août 2006 (à lire aussi à l’envers)


        • David Orbach davideo 13 août 2006 10:59

          @Demian, Si tu t’intéresses à la lecture « à rebours » des textes, je ne peut que t’inviter à lire patiemment puis à flinguer Marcel Proust qui lui aussi écrivait ses phrases par la fin comme je l’ai montré il y a peu. Avec tes connaissances « arabes et orientales » et celle de Proust, qui était juif, tu pourrais nous faire un utile rapprochement entre ces deux continents qui dérivent en ce moment même tragiquement. Ton intervention artistique ne serait pas réelle c’est vrai, mais hyperréelle, ce qui reconnaissons le, est la seule qui nous intéresse aujourd’hui. Cordialement.


        • paslyon (---.---.25.170) 3 août 2006 15:57

          moi une fois je me suis fait taxer d’anarchiste :) (ca a bien fait rire ma famille) mais bon, pour en revenir à l’idée du reportage collaboratif, l’éternel problème reste la notion de temps (qui dépasse aujourd’hui celle de l’argent). La plupart des gens sont demandeurs de scoop, de nouveautés. Hier c’était la grippe aviaire, aujourd’hui le Liban et demain ce sera... ? La véritable enjeu pour les journalistes du 21ème siècle est de créer de vrais dossiers de fond, enrichis d’un maximum d’infos (vérifiées eet recoupées évidemment) Une sorte de wikipédia, dédié à l’actualité


          • faxtronic (---.---.127.45) 3 août 2006 16:07

            Je me permet de recadrer la discussion car c’etait interessant : demander moyennant finances a des journalistes professionnelle de faire du journalisme d’investigation sur une question qui preoccupent les citoyens, qui faute de temps et de connaissance, car journaliste est un metier, ne peuvent avoir de plus larges informations. Pour le financement je propose un systeme d’appel d’offre pour les journalistes, et de jetons payant pour les citoyens. Comme une bourse de sujet.

            Par exemple, on cours d’une discussion un sujet nouveau est abordé, mais pas approfondis. Si le sujet est nouveau et digne dínvestigation, il est mis aux encheres. D’un coté les citoyens achetent par avance l’article avec des jetons, de l’autre coté un appel est soumis pour une mission d’investigation. Le journaliste rafle les jetons et passe a la caisse, et est doit faire un article respectant un charte de qualité.


            • Thomas (---.---.153.54) 3 août 2006 17:40

              Tres interessant le systeme des jetons.


            • Vendetta (---.---.102.151) 3 août 2006 16:45

              Mensonge :

              Faire croire aujourdh’ui que n’importe quel citoyen pourrait choisir quel sujet serait interressant à approfondir, et que des journalistes s’executerais en toute bonne foi ?

              Mensonge : il existe déja de nombreux journalistes, pro pouvoir, anti pouvoir, indépendant...etc Mais quelle sont leur motivation ? L’envie d’informer le peuple de façon équitable ? Non juste distiller les informations que lui juge importante, selon les directives de sa foi, sa conscience, et le plus souvent sous l’inflence de ses idées et du groupe qui finance ses travaux !

              Mensonge : Il n’y aura pas plus d’indépendance dans les choix de ses pseudo professionnels, qu’il y en a aujourdh’ui dans la profession journaliste... Car seul les aspect finaciers entreront en compte...les lobby les plus riches donneront les moyens sur les sujets qui les interresse de faire diffuser...donc retour à la case départ...Le journaliste qui va oser aller chercher des actualité en dehors de la censure politico-financiéro-religieuse, aura peu de chance de se faire entendre...pourquoi ? Simplement que si un de ses article vérité commence à gêner, alors il suffira de dire qu’il a été financer par de lobby « axe du mal » pour le discréditer.

              Donc qu’importe le système de financement, le journaliste d’aujourd’hui n’a aucune indépendance...donc une soeule solution !

              Imposer que sur tout sujet, chaque partie puissent s’exprimer de façon équitable, et laisser les lecteurs choisir en âme et conscience...

              Car aujourdh’ui ce n’est pas le manque d’information contradictoire qui manque, mais la liberté d’expression qui est baffoué , suivant les interêts des parties les plus influents.

              Exemples :

              Comment expliquer que lors de la dernière campagne présidentielle en France, il y est 18 candidats inscrit au conseil constitutionnelle (site), et que 2 n’est jamais eu accès à toutes les emissions sur l’ensemble des chaines (sauf 1 fois sur france deux obligé légalement d’égalité de traitement dans le journale TV du 20h). Un de ces candidats, possède pourtant des centaines d’élus en France !

              Comment expliquer que lors des emissions consacrés au proche orient, soient invités uniquement des « philosophes » juifs, des spécialiste du monde arabe « chrétien », et pas un seul musulman ? Où juste représenté par des extrémiste non-français comme Mr Ramadan !

              Pourquoi lors d’émissions en présences de politiques, les spectateurs soient trié sur les données des renseignement généraux ? Lors de 100 minutes pour convaincre, un membre du panel inscrit au départ à été supprimé car il avait appartenu à la LCR !

              Comment expliquer qu’un Ministre de l’Intérieur puissent d’un coup de fil, interdire la publication d’un Livre sur son nouvelle-ex-future femme ? et que personne de cri ?

              Comment expliquer que des socialistes Ségo et Holande, appelle les CRS à l’Aéroport, pour mater une manif, qui retardais leur avion pour les antilles, en vacances « privées » ?

              Bref...toutes ces infos, si moi pauvre innocent sans influence, je les ai, vous pouvez, le peuple peu les avoir...car les journalistes les ont toutes, ces infos !

              Mais la question est la suivante : l’important est t’il vraiment d’avoir encore plus d’infos pour innonder les masses sous prétexte de journaliste-citoyen, où simplement rétablir une équité de représentation des source d’informations, comme cela devrait être la règle dans une démocratie ?

              V.


              • faxtronic (---.---.127.45) 3 août 2006 17:10

                Ici a Agoravox il y a tout type de lecteur. Le journal n’a pas de ligne éditoriale d’opinion prédéfini. Le role dún journaliste n’est pas d’avoir une opinion, mais de débusqer les fait et de ne pas dire de mensonges. C’est rare de nos jours. Peut etre qu’Agora peut en se modifiant un peu pallier aux abus des medias traditionnels.


              • re:Vendetta IP:xxx.x20.102.151) 3.8.’06 16H45 (---.---.47.54) 3 août 2006 17:15

                « Comment expliquer que lors des emissions consacrés au proche orient, soient invités uniquement des »philosophes« juifs, des spécialiste du monde arabe »chrétien« , et pas un seul musulman ? Où juste représenté par des extrémiste non-français comme MrRamadan ! »(par Vendetta (IP:xxx.x20.102.151) le 3 août 2006 à 16H45 & « memento mori » d’une journaliste Italienne au Sud Liban ).


              • lesyeux (---.---.126.197) 3 août 2006 16:46

                une chose me parait interessante : la possibilité qu’aurait le lecteur de proposer des sujets de dossier et d’enquete mettrait un terme à l’ennui des sujets redondants sur tous les supports médiatiques quels qu’il soient

                si cela pouvait inverser l’uniformisation de l’information, cela serait déjà énorme

                redorer le blason du journaliste aujourdh’ui trop souvent devenu un « journaliste d’opinion » oui (ce qui est pour moi d’ailleurs un contre sens ces deux mots accolés)

                sinon un doute : comment garantir l’indépendance des journalistes à qui seraient confiés ces enquetes financées en partie par notre argent ??? comment éviter l’écueil du donnateur généreux qui tenterait de peser avec son poids financier sur le ton de l’investigation, càd comment faire pour éviter de retrouver les memes aléas que sur les support traditionnels ?

                enfin, le journalisme reste un métier.... le citoyen ne sera jamais journaliste, il peut commenter les enquetes et par ses commentaires et ses connaissances instaurer le débat, le nourrir après tout n’est ce pas ce qui est souhaitable ?


                • damien (---.---.169.66) 3 août 2006 17:11

                  très intéressantes réflexions m’sieurs dames. Thanx pour le lien Philippe !


                  • ropib (---.---.27.229) 3 août 2006 17:31

                    Pour moi le principal problème du journalisme est la prise de distance. Prise de distance aussi bien avec les faits qu’avec le clientélisme dû à l’articulation vendeur/acheteur. Je ne vois pas bien en quoi on apporterai ici une réponse.


                    • (---.---.159.95) 3 août 2006 17:45

                      L’idée d’associer journalistes et lecteurs, en les plaçant sur un pied d’égalité (les lecteurs pourront corriger au fur et à mesure les enquêtes, en fonction de leurs connaissances personnelles)..."

                      Quelle connerie, quand on sait que la vocation d’un article est d’emballer les épluchures des pommes de terre, dans les huit heures qui suivent l’acquisition du journal. Et qui corrigera les corrections des lecteurs, s’ils s’avèrent que les connaissances personnelles d’iceux étaient défaillantes.

                      Déjà que les journalistes connus, signant leurs articles, ont une très faible crédibilité.

                      En fait, l’air du temps, c’est de faire semblant de croire que tout le monde est apte à tout, que n’importe qui peut faire n’importe quoi et qu’il n’y a pas de gens plus compétents que d’autres. Sauf peut-être en chirurgie cardiaque. Quoique... Il doit y avoir des éboueurs maliens qui...

                      Bref, une idiotie égalitariste de plus.

                      On va dans le mur. Vivement l’impact ` !!!

                      Qu’on puisse prendre un nouveau départ.


                      • ropib (---.---.27.229) 3 août 2006 17:48

                        Certes. Mais il faut bien détruire le journalisme minable actuel. Il est vrai que proposer la même nazerie gratos (peut-être d’encore moins bonne qualité mais encore plus vendeuse) fera peut-être réfléchir les journalistes... je me ravise : très bonne idée.


                      • Phil Philippe Gammaire 4 août 2006 13:47

                        Votre commentaire un peu lapidaire me laisse à penser que la connerie est l’une des choses les mieux partagées au monde, beaucoup plus que la Connaissance malheureusement. Je crois que vous n’avez rien compris à cet « air du temps » dont je parle dans l’article. L’idée n’est pas, pour reprendre vos propos, que « tout le monde est apte à tout ni que n’importe qui peut faire n’importe quoi ». Elle est tout bêtement que 100 personnes possèdent une connaissance plus large qu’une seule. D’où l’idée de journalisme collaboratif, citoyen, participatif. Mais peut être pensez-vous être plus intelligent que 100 personnes qui cherchent à réfléchir ensemble sur un même sujet... Pour les corrections apportées par chacun, elles devront bien entendu être argumentées et prouvées.

                        Vous dites que les journalistes connus qui signent leurs papiers sont peu crédibles, très bien, mais que proposez-vous ?


                      • olivier (---.---.206.84) 6 août 2006 16:13

                        @ IP:xxx.x26.159.95

                        Etes-vous obligé d’être autant insultant envers les journalistes et le Monde en général ?

                        D’ailleurs vous n’êtes pas vraiment fier de vos propos, vous n’avez pas le courage de les signer, ne serait-ce que de votre prénom.

                        Voilà l’attitude qui nuit à ce site, des gens qui utilisent des propos insultants, malveillants, pour règler leurs comptes avec la société. Vous n’êtes pas d’accord, vous en avez parfaitement le droit, et tout comme moi et la majorité des lecteurs de ce blog, acceptez que les autres aient une opinion différente sans les juger et les rendre coupables de propos contraire à votre justement bonne façon de penser, exprimez-vous sur le fond du sujet et non pas sur la personne qui l’a écrit.

                        Vous verrez, vous vous sentirez mieux et vous oserez signer vos propos.

                        Bien à vous, Olivier


                      • Internaute Internaute 3 août 2006 17:49

                        L’idée est mauvaise dés le départ car elle va à contre-courant du journalisme citoyen en laissant croire le contraire. Pour résumer, le citoyen lambda paye pour qu’un journaliste professionnel écrive un article qui l’intéresse et on laisse croire qu’on y gagnera en qualité et en liberté d’information.

                        Surtout venant d’un journaliste new-yorkais dont on sait pour qui ils travaillent, je trouve que cette proposition sent le souffre et la récupération à plein nez.

                        Les journalstes professionels ne sont, à de rares exceptions prés, que des propagandistes qui choisissent de ne parler que de ce qu’ils veulent mettre en avant et utilisent trés souvent un reportage comme un simple support à une propagande faite au second niveau. Ne nous y trompons pas, ils suffit de regarder la télé, je ne vais pas vous refaire la liste. Il n’y aura plus aucune liberté d’expression. La chappe de plomb sera retombée sans même qu’on s’en rende compte.

                        L’avantage d’Agoravox est de présenter des papiers faits par n’importe qui. Que j’aime ou non le ton et le contenu des articles n’a pas beaucoup d’importance. Je reconnais au moins à l’auteur la sincérité de ses pensées. C’est énorme par rapport à la presse officielle !

                        Je suis prêt à payer Tintin, mais existe-il encore un journalisme d’investigation ? Bien souvent , leur boulot se limite à recopier les messages des agences de presse. Je peux vous citer mille exemples d’articles de fond qui sont mot à mot, virgule à virgule, écrits exactement pareils dans des journaux qui n’appartiennent absolument pas au même groupe de presse. Donc, le journaliste professionnel n’apportera aucun diversité supplémentaire, bien au contraire.


                        • lesyeux (---.---.126.197) 3 août 2006 17:50

                          pour nourrir ma reflexion sur votre article , j’ai parcouru ce document intitulé ’le peuple jadis connu sous le nom d’audience’ , à lire ici :

                          http://www.place-publique.fr/article2146.html

                          écrit par le journaliste américain Ray Josen


                          • herbe (---.---.24.207) 3 août 2006 18:21

                            Merci pour cet article.

                            on peut toutefois pousser l’analyse sur le phénomène global du « crowdsourcing » : ses promesses, les risques etc... comme sur cet article d’internetactu : http://www.internetactu.net/?p=6470


                            • José W (---.---.25.142) 3 août 2006 18:44

                              L’idée est bonne pour re nouveler un peu le genre du journalisme et permettre à certaines plumes d’êtres plus facilement rémunérées.

                              Par contre je suis sceptique sur le qualificatif citoyen : Ce serait un journaliste citoyen un peu canda dry.

                              Mais bon, c’est tout de même un pas en avant plutôt posifit a priori, mais à veiller dans son fonctionnement réel...


                              • José W (---.---.25.142) 3 août 2006 20:58

                                En parlant de journalistes citoyens américains, la prison semble parfois les attendre dans la très néo-conservatrice Amérique.

                                Vive le Patriot Act et la « parano » post 11 Septembre !

                                Voyez plutôt cela :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès