Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Alain Juppé face au terrorisme djihadiste

Alain Juppé face au terrorisme djihadiste

« Il ne faut plus nier la réalité qui s’impose : nous sommes confrontés à une menace lourde et continue. Celle-ci se caractérise par sa gravité au vu des méthodes de l’ennemi, par son caractère massif puisqu’elle peut toucher tout le monde et en tout point de notre territoire, et par son caractère durable compte tenu de la démultiplication des auteurs potentiels (réseaux djihadistes, personnes radicalisées et parfois isolées, personnes de retour des zones de combat, etc.). » (Alain Juppé, le 30 juillet 2016).

_yartiJuppe2016A01

C’est ce mardi 13 septembre 2016 à Strasbourg que le candidat à la primaire LR Alain Juppé prononce un discours très attendu sur l’identité. Le concepteur de "l’identité heureuse" a été souvent attaqué sur cette expression. C’est l’occasion ici de revenir sur les propositions d’Alain Juppé sur la lutte contre le terrorisme, qu’il a faites le 30 juillet 2016, peu après les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Alain Juppé jouit d’une autorité personnelle indiscutable, au grand contraire du Président sortant François Hollande. C’était d’ailleurs, pour lui, plus un défaut qu’une qualité lorsqu’il était à Matignon puisqu’on lui reprochait d’être "droit dans ses bottes" (selon sa propre expression). Depuis une vingtaine d’années, et les habitants de Bordeaux peuvent probablement l’admettre, il est beaucoup plus ouvert et depuis une ou deux années, il fait même partie des rares présidentiables populaires. Il se positionne d’ailleurs dans une stratégie de rassemblement très consensuelle tandis que la plupart des candidats de tout bord sont tentés par l’accentuation des clivages.

À 71 ans, il n’a plus à démontrer sa détermination à aller jusqu’au bout de sa démarche présidentielle. L’issue de la primaire LR est incertaine, car la combativité de Nicolas Sarkozy est redoutable et le besoin de renouvellement qu’incarne Bruno Le Maire est de plus en plus pressant. Mais il rassure. Alain Juppé rassure sur son sens de l’État, son esprit de responsabilité, ses compétences en matières non seulement économiques, mais aussi diplomatiques. Enfin, sur sa loyauté, tant vis-à-vis de Jacques Chirac que de Nicolas Sarkozy lui-même lorsqu’il était son ministre.

_yartiJuppe2016A04

Quand Alain Juppé explique que « la France a plus que jamais besoin d’un État fort qui mobilise tous les moyens nécessaires, qu’ils soient juridiques, financiers ou opérationnels », il est crédible. Pas François Hollande.

Face à des candidats très légers politiquement, très légers institutionnellement, on sent bien qu’Alain Juppé rétablirait une partie de l’autorité de l’État tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Il marche sur des œufs. Il sait très bien que de bons sondages ne signifient pas une bonne élection. Les précédents sont trop nombreux pour vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Il sait aussi que des électeurs de gauche lui font maintenant confiance (qui l’eût cru ?) mais ne voteraient pas forcément pour lui au moment crucial. Mais il reste encore le favori à une époque (huit mois avant l’élection) où le favori de 2012 était déjà définitivement éliminé.

Dans son document qui date du 30 juillet 2016, il a présenté des propositions réparties sur six axes. Certaines ont été émises dès janvier 2016 et parmi celles-ci, certaines ont été adoptées par le gouvernement entre-temps.


1. Renforcer le renseignement

En particulier, Alain Juppé insiste sur la nécessité d’impliquer la gendarmerie nationale car elle est très présente sur tout le territoire. De plus, il voudrait ressusciter les anciens renseignements généraux qui étaient les seuls capables de détecter les "signaux faibles" de la radicalisation. Il propose aussi de mettre dans la "boucle" les renseignements pénitentiaires et de créer une agence européenne de coordination du renseignement pour rassembler les efforts des différents États européens.


2. Optimiser les moyens de sécurisation

Il veut renforcer le dispositif législatif pour empêcher les individus signalés comme très dangereux de passer à l’acte. Il veut aussi utiliser les réservistes (ce qu’a demandé François Hollande également) pour compléter les forces de sécurité en trop faible nombre.


3. Réprimer les auteurs d’infractions terroristes

Pour éviter la contamination djihadiste dans les prisons, Alain Juppé propose la création d’une police pénitentiaire et l’isolement des détenus radicalisés, ainsi que la construction de 10 000 places de prison supplémentaires sur les cinq prochaines années.


4. Prévenir la radicalisation

Il propose d’expulser les imams salafistes, de fermer les mosquées qui se sont radicalisées, de punir les internautes consultants régulièrement des sites djihadistes, de faire interdire ces sites, et de faire de la propagande gouvernementale sur les valeurs de la République, en particulier sur la laïcité.

_yartiJuppe2016A03


5. Organiser l’islam

Alain Juppé, comme beaucoup d’autres responsables politiques, se trouve dans le dilemme entre la laïcité (indépendance du politique et du religieux) et la tentation d’organiser et de structurer une religion (ici, l’islam de France). Ainsi, il suggère un accord entre la République et les représentants du culte musulman pour créer un islam de France, qui déterminerait les règles sur la formation des imams, la transparence du financement des mosquées, et l’emploi du français comme langue de prêche.


6. Renforcer la coopération européenne

La principale mesure qu’Alain Juppé expose est remise en cause par le Brexit dans la mesure où le Royaume-Uni était avec la France l’un des poids lourds militaires de l’Europe : « Amener les autres pays européens, et particulièrement ceux disposant des capacités militaires les plus développées, à contribuer plus aux interventions extérieures et à l’assistance aux pays tiers auxquels nous sommes alliés dans la lutte contre le djihadisme. ».


Le point crucial

Comme on peut le comprendre, la plupart des mesures (pas toutes) sont de bon sens, mais doivent être appliquées de manière crédible et efficace, ce qui n’est pas toujours le cas avec le gouvernement actuel.

La proposition la plus contestable et pourtant la plus nécessaire est l’organisation du culte musulman. Nicolas Sarkozy l’avait initiée lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur. François Hollande, aujourd’hui, essaie de faire renaître la Fondation des œuvres de l’islam de France créée le 31 mai 2005 par Dominique de Villepin, mais son efficacité ne passerait pas forcément en attribuant en fin août 2016 sa présidence à Jean-Pierre Chevènement, homme politique très respectable à l’autorité reconnue, mais peut-être un peu trop âgé (77 ans) pour une fonction qui nécessiterait dynamisme et énergie.

Le problème, c’est que l’islam, au contraire de l’Église catholique, est décentralisé et sans hiérarchie. Donc, vouloir hiérarchiser l’islam pourrait être un objectif qui serait très peu réaliste dans le contexte actuel.

_yartiJuppe2016A02

Pendant deux mois et demi, les huit candidats à la primaire LR (si leur candidature est bien validée d’ici le 21 septembre 2016) vont multiplier leurs propositions, et celles concernant la lutte contre le terrorisme sont sans doute très attendues par les électeurs, mais devraient faire l’objet d’un consensus national et pas de combinaisons politiciennes comme l’avait tenté (sans succès) François Hollande juste après les attentats de Paris du 13 novembre 2015.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (13 septembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Alain Juppé et le terrorisme.
L’envie d’Alain Juppé.
Le projet d’Alain Juppé.
Alain Juppé, la solution pour 2017 ?
En débat avec François Hollande.
Au Sénat ?
Virginie Calmels.
Nicolas Sarkozy.
François Fillon.
Bruno Le Maire.
Jean-François Copé.
Jacques Chirac.
Dominique de Villepin.
Gérard Larcher.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.11/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • philouie 13 septembre 16:48

    Et faire une enquête pour trouver les coupables, il n’y pense pas ?


    • Las_Casas Las_Casas 14 septembre 15:25

      @philouie
      Bien dit !
      Enquête !? Peut être après les élections, maintenant ça risque de déranger quelques uns...


    • fred.foyn fred.foyn 13 septembre 17:12

      Un ectoplasme comme futur président ?

      La france éternelle quoi...

      • njama njama 13 septembre 20:19

        @fred.foyn
        entre Sarkozy et Juppé, vous choisiriez qui ?


      • Las_Casas Las_Casas 14 septembre 15:20

        @njama
        Bonjour,
        Je pense que’il n y a pas de différence, derrière c’est Bruxelles qui dicte....

        Pour l’instant je pense F. Asselineau (même s’il fait que 2%)


      • placide21 14 septembre 15:22

        @njama
        Le coup du choix fermé est périmé , la réponse est  : marine .


      • Las_Casas Las_Casas 14 septembre 15:26

        @placide21
        Bonjour,

        Une autre réponse : F. Asselineau


      • francesca2 francesca2 13 septembre 17:27
        Alain Juppé rassure sur son sens de l’État

        ses compétences en matières non seulement économiques

        Alain Juppé rétablirait une partie de l’autorité de l’État tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. 

         smiley

        Jamais entendu parler de ses condamnations ? 
        Jamais entendu parler du fait qu’il voulait vendre à une puissance etrangère une partie de la brillante technologie française pour 1 franc symbolique ?
        Jamais entendu parler des arrangements raisonnables passés avec les islamistes de sa ville ?

        Sinon, il faut vraiment que je vienne plus souvent sur vos articles, ils n’informent pas mais au moins ils sont drôles.

        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 septembre 10:56

          @francesca2

          Vous êtes trop pressée, Francesca. Prenez exemple sur Sylvain Rakotoarison.

           

          Il vient de découvrir qu’Alain Juppé s’est aperçu, il y a deux mois, que l’islam peut être dangereux.

           

          Jusqu’à présent, peu de candidats à la présidence de la République française s’étaient rendu compte de la dangerosité islamique, les dizaines de millions de personnes massacrées par l’islam depuis 14 siècles et en application de ses conceptions théologiques ne leur avaient pas ouvert les yeux.

           

          Les découvertes de Juppé et de Sylvain constituent une avancée considérable, et très rassurante.


        • Las_Casas Las_Casas 14 septembre 15:32

          @Pierre Régnier

          Bonjour,
          Vous avez écrit :
          "...les dizaines de millions de personnes massacrées par l’islam depuis 14 siècles..."
          vous avez tiré ces chiffres de quelles sources ?

          La 1ère et la seconde guerre, se sont passées où ? pas moins de 60 millions en 30 ans seulement.. et c’étais hier et en Europe.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 septembre 20:07

          @Las_Casas

          Bonjour Las Casas

          (Vous avez un bien beau nom, ou pseudo. Il rappelle les efforts d’un vrai chrétien contre les justifications de l’exploitation des indiens, de l’esclavage, du racisme, de la violence commise au nom de Dieu...)

           

          Rien que la conquête de l’Inde, entreprise par les islamistes, a fait 80 millions de victimes, selon certains historiens. Plus près de nous, des historiens évaluent à 200 000 les victimes des violences commises par les islamistes en Algérie, il y a une vingtaine d’années et durant une décennie. Comme je tiens compte des victimes commises par les résistants je retiens 40 millions en Inde, 100 000 en Algérie, même si la violence des résistants est bien due, elle aussi, à la violence des premiers intervenants dans les conquêtes et les massacres. Je retiens les chiffres bas mais je suis probablement en dessous de la vérité quand je dis "des dizaines de millions de victimes de l’islam en 14 siècles". Des centaines serait sans doute plus juste. Vous savez aussi bien que moi qu’en ce moment les guerres provoquées par les différents courants de l’islam font, entre eux ou contre l’extérieur, d’énormes quantités de victimes.

           

          Je ne nie pas la capacité des européens à pratiquer des guerres épouvantables, mais celles que vous rappelez sont désormais passées... en quelques générations, et elles n’étaient pas entreprises au nom d’un Dieu qui veut - éternellement - du bien à l’humanité.

           

          Nous avons aujourd’hui à éviter que s’installe en France et en Europe l’horreur islamique qui, elle, dure depuis 14 siècles. Qu’un Juppé ignorant tout du passé de l’islam - et semblant s’en ficher éperdument - se déclare candidat à la présidence de la République est plus qu’inquiétant. Au moins autant que la soumission à l’islam acquise par l’actuel président, et par les autres hommes « de gauche » genre Mélenchon.

           

          Le seul problème sérieux auquel il faut s’affronter est celui des causes théologiques de la violence islamique. Jusqu’à présent tout semble prouver qu’elles sont indestructibles et, donc, c’est bien l’islam lui-même qu’il faut empêcher de s’installer toujours plus en France et en Europe. La plus indispensable réflexion à mener est celle sur les possibles - s’il en existe - moyens de faire régresser la présence de l’islam.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 septembre 17:36

           JUPPÉ ? ? ? smiley  smiley  smiley smiley  smiley  smiley  smiley smiley  smiley  smiley  smiley 

          Juppé : immense économiste devant l’éternel.
          C’est lui qui possède le plus grand potentiel socio-économique ! ! !

          Alain Juppé, 1996 :
          « L’Etat est un mauvais actionnaire, a tranché le gouvernement Juppé. Le prix de vente de Thomson en est la démonstration : si l’entreprise ne vaut plus que 1 franc, c’est qu’elle fut mal gérée. »
          http://www.liberation.fr/evenement/1996/10/30/quatre-questions-sur-une-privatisation-a-1-franc-valeur-du-groupe-logique-de-la-vente-au-secteur-pri_185500

          2006 :
          Thomson ne vaut plus 1 franc symbolique.
          http://www.liberation.fr/futurs/2006/03/27/thomson-ne-vaut-plus-1-franc-symbolique_34424
          L’offre de rachat serait de 5 milliards d’Euros. Loin, très loin du franc symbolique auquel Alain Juppé avait estimé la valeur de Thomson, à l’époque où il voulait le céder au coréen Daewoo. C’était en 1996. Il y a dix ans pile.

          Enfin, en tout état de cause et pour être parfaitement clair, ce n’est certes pas « l’extrême intelligence supposée » de Juppé (« Le meilleur d’entre nous » selon Chirac) qui a fait monter la valeur de Thomson de 1 Franc en 1996 à 5 milliards d’Euros en 2006...

          2016 :
          Aujourd’hui, cet homme présente-t-il une seule proposition socio-économique innovante, réaliste et progressiste ?...

          P.S. :
          Un Repris de Justice sera-t-il le prochain Président de la République Française ?
          https://blogs.mediapart.fr/andremarchal/blog/020116/un-repris-de-justice-sera-t-il-le-prochain-president-de-la-republique-francaise


          • Clocel Clocel 13 septembre 17:45

            @Jean-Pierre Llabrés

            Ouais, mais bon, ça c’était avant qu’il aille se faire recâbler à la maison mère ! smiley
            Regarde les photos, il arrive presque à sourire à présent !
            S’ils ne lui ont pas retiré le gros balai qu’il a dans le cul, c’est pour pas saloper le pli du costard !
            Sinon, il est bon, pour un petit pays comme le notre, il peut faire ! smiley


          • Sozenz 13 septembre 18:11

            @Clocel
            allez , je vais vous faire une risette  smiley
            il est content ?


          • Ben Schott 13 septembre 17:56

             

            Juppé a été condamné en 2004 en première instance à 18 mois de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité, puis en appel à 14 mois avec sursis et 1 an d’inéligibilité (du coup il a boudé pendant cette année au Québec !)
             
            Il a été reconnu coupable d’avoir « trahi la confiance du peuple souverain », en temps qu’ex-secrétaire général du RPR (1988-1995) et adjoint aux finances à la mairie de Paris (1983-1995), en couvrant la rémunération par la Ville de sept personnes qui travaillaient en réalité pour le parti gaulliste.
             
            Dans son arrêt, la cour a estimé « regrettable que M. Juppé, dont les qualités intellectuelles sont unanimement reconnues, n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l’ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés ».
             
            La cour a aussi jugé « particulièrement regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, M.  Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti, dont il était le secrétaire général à l’autorité incontestée, les règles qu’il avait votées au Parlement ».
             
            Bon, mais après tout, pourquoi ne pas se choisir un repris de justice comme Président de la République ? Ce serait moderne, la France a besoin d’innover...
             


            • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 18:04
              En juin 1995, le Canard enchaîné épingle Alain Juppé, alors Premier ministre de Jacques Chirac. En cause : depuis 1990 et alors qu’il occupait des fonctions d’adjoint aux finances de la Mairie de Paris, celui-ci louait un logement de 180 mètres carrés, propriété de la Ville de Paris, situé rue Jacob, dans le 6ème arrondissement, pour un loyer mensuel de 12.000 francs (environ 2.000 euros), bien en dessous des prix du marché.

              L’hebdomadaire tire par deux fois sur Juppé en affirmant que le ministre aurait également contribué à réduire le montant du loyer de son fils, logé aussi par la Ville de Paris dans un appartement de 88 mètres carrés. Une enquête du Parquet de Paris s’ouvre. Alain Juppé et son fils déménagent. L’affaire est classée.

              Ensuite il y a eut les emplois fictif ou il est condamné a 14 mois de prison avec sursis, 1 an d’inéligibilité puis sa fuite au Canada et maintenant Mr Propre revient avec une virginité toute neuve, il parait que les Français en ont marre de tous ces personnages crapuleux. En France, 396 métiers exigent un casier judiciaire vierge mais pas en politique .....

              • foufouille foufouille 13 septembre 18:16

                le centre est il tombé dans le caniveau des pourris ?


                • asterix asterix 13 septembre 18:22

                  Juppé ou pas Juppé, je m’en fous complètement. Mais force est de constater que PARTOUT EN EUROPE le thème des élections est toujours le même : quelle réponse apporter face à l’islamisme radical ?
                  Et de réponses, il n’y en a que deux : le sarko-lepénisme et l’hollando-andouillisme.
                  Aucune n’est satisfaisante.
                  A mon sens, la seule réponse HUMAINE est l’exil sur un territoire européen.
                  L’EXIL sans retour AUX ÎLES KERGUELEN, territoire français des mers du sud à 3.500 km de toute trace de civilisation. Aucun habitant fixe, il y a même des moutons à bouffer..
                  Ensuite, que tous les radicalisés se débrouillent entre eux.
                  Ils trouveront bien la solution tout seuls...

                   


                  • Claire29 Claire29 14 septembre 12:56

                    @asterix

                    Je pense en effet que ce serait une très bonne idée d’envoyer les radicalisés dont les politiques ne savent pas quoi faire sur une île déserte en leur laissant le Coran qu’ils auraient le temps d’étudier,sans aucun moyen de communication et qu’ils se débrouillent pour survivre avec ce qu’ils trouveraient sur place dans la végétation,la chasse et la pêche !
                    A mon avis,ils se déradicaliseraient très vite !





                  • franc 14 septembre 14:33

                    @asterix
                    -

                     Bien d’accord avec vous


                  • doctorix doctorix 14 septembre 23:10

                    @Claire29

                    Bonne idée.
                    Avec le Coran, ils pourraient au moins se torcher.
                    On peut même leur refiler des bibles et des torahs.
                    L’idéal, ce serait une nouvelle atlantide qui surgirait au milieu du pacifique.
                    On y mettrait tous les croyants de toutes les religions, jusqu’à ce qu’ils se soient tous entretués. On leur refilerait toutes les armes du monde, devenues inutiles.
                    Sans les religions, sans les religieux, on aurait probablement droit à la paix, enfin, nous autres qui ne croyons qu’en l’homme, l’amour et la fraternité.
                    Et Dieu dans tout ça ? Il est d’accord, il me l’a dit : « Je n’aime pas les gens qui m’aiment ».
                    Ca me rappelle Charlie : « C’est dur d’être aimé par des cons ».

                  • berry 13 septembre 18:26

                    Dans la liste des dernières publications, l’article
                    « Alain Juppé face au terrorisme djihadiste »
                    est suivi par l’article
                    « De l’art de prendre les gens pour des cons »
                     
                    C’est très réussi visuellement.
                     
                    Ca me fait penser aux campagnes jumelées de Coluche. Vous vous souvenez ?

                    « Pendant 3 semaines ils font les dragées Fuca, et après pendant 3 semaines ils font Ajax WC qui nettoie tout du sol au plafond ».


                    • njama njama 13 septembre 20:30

                      Alain Juppé face au terrorisme djihadiste... ah-ah !!!
                      qu’il a largement contribué à alimenter ...
                      petit rappel, non pas que nous soyons tous amnésiques, mais parce que dans le flot incessant d’informations jamais atteint auparavant tous ces camelots de journalistes pourraient facilment détourner notre attention, même ici sur AV

                      Il faut considérer le tandem Sarkozy_Juppé comme indissociable concernant la guerre contre la Libye, et dans bien d’autres sujets. Également sur le dossier syrien.

                      Alain Juppé : « L’intervention française en Libye est un investissement sur l’avenir »
                      par Yahia Gouasmi
                      3 septembre 2011
                      Interrogé sur les origines de l’intervention de la France dans le conflit, le ministre des Affaires étrangères a reconnu : « On nous a reproché du retard à l’allumage lorsque que se sont déclarées les manifestations du Printemps arabe […] C’est fini. Notre ligne, qui a déjà prévalu en Côte d’Ivoire, c’est de privilégier les aspirations des peuples et la protection des populations civiles  ».
                      ------------
                      privilégier les aspirations des peuples et la protection des populations civiles ? !!!
                      Qu’en pensent les Libyens après coup ?

                      Les aveux de Sarkozy : « On a sorti Gbagbo, on a installé Ouattara »

                      « Il y a eu une improvisation sur le Mali et la Centrafrique. Je ne dis pas qu’il ne fallait pas intervenir, mais je n’ai toujours pas compris ce qu’on allait y faire. Le Mali, c’est du désert, des montagnes et des grottes. Quand je vois le soin que j’ai mis à intervenir en Côte d’Ivoire… On a sorti Laurent Gbagbo, on a installé Alassane Ouattara, sans aucune polémique, sans rien ».
                      Nicolas Sarkozy a fait cet aveu de taille lors des nombreux rendez-vous secrets qu’il a eus pendant sa retraite politique de deux ans et demi avec Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel pour chroniquer le quinquennat de François Hollande. Des confidences que les deux journalistes français ont consignées dans un livre paru, en novembre 2014, aux éditions Flammarion, sous le titre : « Ça reste entre nous, hein ? Deux ans de confidences de Nicolas Sarkozy ».


                      • njama njama 13 septembre 20:33

                        suite Juppé

                        Alain Juppé est responsable du chaos en Libye (vidéo)
                        Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères
                        en train de se vanter sur RTL le 1er septembre 2011
                        de l’action de la France en Libye

                        Mais, le 2 février 2016, Alain Juppé en visite à Alger a dû reconnaître ses tords. Cet aveu, tardif il est vrai, souligne à grands traits la politique des puissants de ce monde qui se permettent de se jouer du sort de millions de personnes et peut être pour des décennies. Et pour cause, la France était en 2011 aux avant-postes de l’attaque de l’OTAN contre la Jamahiria arabe libyenne et socialiste établie par le très courageux et très révolutionnaire Mouhamar Kadhafi et ses alliés en 1969.

                        L’intervention militaire en Libye, un « fiasco » selon Juppé
                        Par Hakim Megatli | 02/02/2016

                        Le maire de Bordeaux et néanmoins candidat aux primaires républicains à la présidentielle française, Alain Juppé a fait ce matin à Alger son mea culpa au sujet de l’intervention militaire de la France et ses alliés de l’OTAN en Libye. Juppé a fait ces aveux devant des journalistes algériens qui l’ont interrogé alors qu’il fut le chef de la diplomatie française. « Oui, c’est un fiasco et un chaos », a-t-il reconnu, bon joueur contrairement aux autres responsables français notamment Nicolas Sarkozy qui se vante à ce jour d’avoir « libéré » la Libye de Kadhafi.

                        http://www.algerie1.com/actualite/lintervention-miliaire-en-libye-un-fiasco-selon-juppe/

                        ----------------------------

                        faute avouée à moitié pardonnée ?


                      • njama njama 13 septembre 20:39

                        pour mémoire, le discours impérialiste et intégralement mensonger d’Alain Juppé à l’ONU le 17 mars 2011.

                        « Prenons garde d’arriver trop tard. Ce sera l’honneur du Conseil de sécurité d’avoir fait prévaloir en Libye la loi sur la force, la démocratie sur la dictature, la liberté sur l’oppression. »
                        (5’38)
                        https://www.youtube.com/watch?v=A5ZFRryGnoE

                        Quels résultats aujourd’hui ?
                        Nous pouvons bien accabler Juppé ici puisque c’est le sujet (et on ne va pas s’en priver), mais en matière de politique étrangère française Sarkozy, Juppé, Hollande sont à mettre dans le même sac


                      • Jonas 13 septembre 22:57

                        « Il propose d’expulser les imams salafistes, de fermer les mosquées qui se sont radicalisée »

                         ??????

                        Alain Juppé est proche du mouvement fondamentaliste UAM-93, la puissante organisation islamique contrôlant plusieurs dizaines de Mosquées en région parisienne, qui veut imposer un califat sous la charia en France en expliquant que « Le niqab est supérieur à jamais au dévoilement du visage. Les lois de Dieu supérieures à jamais aux lois de la République. »
                        Alain Juppé a déclaré le 3 mars 2015 après une rencontre avec les responsables de l’UAM-93 : « nous sommes en très large accord avec l’UAM-93  »
                        .

                        Alain Juppé décerne la Légion d’Honneur pour services rendus à la France à Tareq Oubrou, l’imam de l’UOIF et recteur de la Grande Mosquée de Bordeaux le 6 février 2014.

                        Rappelons que Tareq Oubrou préchait ouvertement à ses fidèles dans les années 1990 la propagande du fondateur des Frères Musulmans Hassan Al Bannah, la fin de la république et du monde occidental, remplacés par un califat sous les lois islamiques de la charia :
                        « Le Califat est une obligation, tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui oeuvrent pour instaurer ce Califat »
                        « La vraie politique du Musulman c’est de pratiquer son Islam, de le manifester, la politique des Musulmans c’est pas la politique des autres, la politique des autres est construite sur le mensonge. »

                        http://islamineurope.unblog.fr/2016/09/10/mohamed-barry-imam-de-la-grande-mosquee-de-pessac-le-voile-islamique-est-une-obligation/


                        • njama njama 14 septembre 11:32

                          @Jonas

                          l’UAM 93 est fiancée avec les sionistes, et des néo-cons (qui sont parfois les mêmes mais pas toujours) ! Qui ne leur cire pas les babouches dans le monde politique.

                          lu dans votre lien : « Dans une déclaration aux médias présents à son meeting de Montreuil, Alain Juppé est revenu sur sa rencontre avec l’UAM-93 à Bondy le même jour, mardi 3 mars 2015. L’ancien premier ministre et maire de Bordeaux a souligné « nous sommes en très large accord avec l’UAM-93  » sur les principaux sujets traités. »

                          Comme Juppé est l’associé du belliciste Sarkozy dans l’agression contre la Syrie ... ça crée des liens, les amis de mes ennemis sont mes amis comme on dit.


                        • njama njama 14 septembre 11:33

                          suite
                          njama 23 octobre 2014 16:30

                          L’humanitaire, le cheval de Troie des neo-cons !
                          .
                          Comme le soulignait Silvia Cattori « la mission de Jacques Bérès, en février 2012 à Homs, avait été organisée et financée par l’UAM-93 et l’association France Syrie Démocratie en Syrie. Et que Jacques Bérès devait en retour toucher les médias sur fond humanitaire de manière à propager la propagande de l’ASL ».

                          Pour une personne qui agit sous couvert d’une organisation soi-disant « éthique » et qui se veut afficher une certaine neutralité c’est pas top, c’est le moins que l’on puisse dire !

                          Dans le corps de l’article du nouvelobs.com « PORTRAIT. Jacques Bérès : un médecin dans l’enfer syrien », on retrouve d’ailleurs de quoi confirmer les propos de Silvia Cattori qui n’ont rien « d’allégations » jetées en l’air ... !
                          « On ne voulait envoyer personne dans cet enfer et encore moins quelqu’un qu’on aime comme Jacques. Mais il nous a harcelé, il a réussi à nous convaincre, alors on lui a signé un ordre de mission« , confie le président de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis M’hammed Henniche. Jacques n’est pas du genre à se laisser dissuader », confirme Bernard Schalscha, secrétaire général de France-Syrie démocratie et également signataire de l’ordre de mission. »

                          voir dans l’article « L’ingérence de Médecins Sans Frontières en Syrie aux côtés de groupes terroristes est criminelle »
                          La respectabilité et la sympathie que les médecins inspirent dans leur dévouement à sauver des vies, est complètement détournée par des médecins « barbouzards » qui comme Jacques Bérès ont été financés et instrumentalisés par des associations musulmanes comme démontré par un échange avec vos sponsors que nous portons à votre connaissance ci-dessous (*).

                          (*) lire après« l’Annexe », Extraits de l’échange entre Silvia Cattori et M’hammed Henniche

                           Extraits de l’échange entre Silvia Cattori et M’hammed Henniche

                          M.H : [...] On a fait plus qu’ils n’espéraient. On a permis de médiatiser la situation, par le nombre d’articles et de passage à la TV qu’on a eu moi et Jacques Bérès. Lui a même eu le journal TF1, I-Télé, France 2, etc

                          On lui a permis [à Bérès] d’entrer à l’intérieur ; on a pris en charge sa mission, on a acheté du matériel et surtout trouvé des réseaux à travers les Syriens pour qu’on lui permette d’entrer en Syrie.

                          Après sa première mission Bérès a eu une dizaine de passages télévisés, Al-jazzera toute la journée ; bfmt, i-tele, canal plus, France 5, et la TSR l’a aussi invité… mettez le nom Bérès sur notre site et vous verrez…Même le New York Times


                        • franc 14 septembre 14:39

                          @Jonas

                           -

                          Ca prouve donc que Juppé est dans le double langage .

                          Diabolique


                        • Jonas 14 septembre 23:05

                          @njama
                          « l’UAM 93 est fiancée avec les sionistes »

                          L’UAM93 lutte contre le sionisme dans les plus grandes mosquées de banlieue et sur son site internet, les responsables de l’association appellent au boycott d’Israêl :
                          http://img4.hostingpics.net/pics/824836MosqueUAM93boycottIsrael.png
                          https://fr-fr.facebook.com/pages/UAM-93/


                        • njama njama 15 septembre 00:50

                          @Jonas

                          Je dis ça parce que l’UAM 93 l’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis a financé le séjour du sioniste Jacques Bérès

                          Est-ce la vocation d’une telle association  !!! ???

                          M’hammed Henniche : [...] On a fait plus qu’ils n’espéraient. On a permis de médiatiser la situation, par le nombre d’articles et de passage à la TV qu’on a eu moi et Jacques Bérès. Lui a même eu le journal TF1, I-Télé, France 2, etc

                          On lui a permis [à Bérès] d’entrer à l’intérieur ; on a pris en charge sa mission, on a acheté du matériel et surtout trouvé des réseaux à travers les Syriens pour qu’on lui permette d’entrer en Syrie.

                          -----------
                          J’ai des doutes sur votre doc, l’image page Facebook date de 2014, et on dirait un bricolage genre post-it sur une photo ...


                        • Perceval 14 septembre 07:49

                          Les Français doivent comprendre qu’après 25 ans de déconnade (le second septennat de Mitterrand, les quinquennat de Chirac, ceux de Sarkozy et de Hollande) il est temps de se rassembler et de se mettre sérieusement au travail.
                          Ceux qui vont nous sortir de prétendues casseroles ou on ne sait quelle connerie (après 40 ans de vie politique on peut tjrs trouver à redire) feraient mieux de se regarder dans une glace et de cesser de jouer aux enfants gâtés : les années qui viennent seront difficiles pour la France et nous n’avons pas les moyens d’avoir un pays encore coupé en deux, seul Juppé (le candidat de la raison) peut tenter de remettre le pays dans des rails (qui devront être poursuivies pendant de nombreuses années).
                          Les années d’insouciance et d’exubérance de la parole doivent se calmer sinon nous serons à ramasser à la petite cuillère sous peu.


                          • Claire29 Claire29 14 septembre 13:46

                            @Perceval


                            « seul Juppé (le candidat de la raison) peut tenter de remettre le pays dans des rails »

                            Quels rails ? les rails de ses amis invités à la réunion Bilderberg 2015 en Autriche à laquelle il participait ?
                            Pendant une conférence,Juppé répond aux question du public dont celles de l’Agence Info Libre qui l’interroge sur cette réunion Bilderberg.
                            Il explique que pour avoir la liberté d’expression,il ne doit pas y avoir de journalistes,il énumère une liste de sujets débattus dont l’intelligence artificielle !
                            On apprend alors que les puissants de la planète et leurs invités qui partagent leurs idées,pensent qu’un jour,nous aurons des ordinateurs créateurs,qui pensent et éprouveront des émotions !
                            M.Juppé,un robot ne sera jamais autre chose qu’une machine fabriquée par des hommes,sans âme, sans émotion à part des « émotions » programmées,sans liberté,sans responsabilité,entièrement à la disposition de celui qui le commande,tout le contraire de l’Homme qui ne se laisse pas réduire en esclavage !



                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 septembre 11:27

                            Vous dites des choses justes, Perceval :

                             

                            - les années qui viennent seront difficiles pour la France et nous n’avons pas les moyens d’avoir un pays encore coupé en deux pour tenter de le remettre sur de bons rails, et

                             

                            - les efforts devront être poursuivis pendant de nombreuses années.

                             

                            Mais compter sur Juppé, comme d’autres sur Sarkozy, pour rassembler les citoyens et les aider dans ces durables efforts est insensé. Si Hollande et toute la fausse Gauche n’ont toujours pas pris conscience du désastre que constitue l’islamisation du pays, Juppé et Sarkozy ne l’ont que très récemment et très faiblement compris.


                            • njama njama 14 septembre 11:45

                              Juppé directement responsable avec Sarkozy de l’implication de la France début 2011 dans le conflit en Syrie, et du chaos qui a fait des dizaines de milliers de morts. Du sang syrien sur les mains ? l’histoire les jugera ...
                              Alain Juppé venait d’être nommé ministre des affaires étrangères. La responsabilité en incombe donc entièrement au Gouvernement Sarkozy qui fait le « pari » de la chute de Bachar al Assad. François Hollande ne fera qu’obstinément poursuivre cette même politique, en l’aggravant considérablement.
                              °
                              il n’y avait pas de répression sanglante !
                              Alain Juppé accusé par sa propre administration d’avoir falsifié les rapports sur la Syrie

                              Au début des événements, en mars 2011, le Quai avait dépêché des enquêteurs à Deraa pour savoir ce qui s’y passait. Leur rapport, transmis à Paris, indiquait qu’après quelques manifestations, la tension était retombée, en contradiction avec les reportages d’Al-Jazeera et de France24 qui indiquaient à l’inverse que la ville était à feu et à sang. L’ambassadeur demanda la prolongation de la mission pour suivre l’évolution des événements. Furieux de ce premier rapport, le ministre des Affaires étrangères lui téléphona pour exiger qu’il le modifie et fasse état d’une répression sanglante. L’ambassadeur plaça alors le chef de mission à Deraa en conférence téléphonique avec le ministre pour lui redire qu’il n’y avait pas de répression sanglante. Le ministre menaça l’ambassadeur et la conversation se termina de manière glaciale.

                              Immédiatement après, le cabinet d’Alain Juppé fit pression sur l’AFP pour qu’elle publie des dépêches mensongères confortant la vision du ministre.
                              ------------------------
                              « Syrie : quand l’ambassadeur de France déjeunait avec la bête noire des frondeurs », par Georges Malbrunot, L’Orient indiscret/Le Figaro, le 14 avril 2011.

                              et dans cet article, Georges Malbrunot écrit : "Le Quai d’Orsay est embarrassé. Il cherche à éviter la répétition de l’épisode tunisien, où la diplomatie française avait été sévèrement critiquée pour ne pas avoir su anticiper la chute de Ben Ali."

                              ----------------------

                              dans le livre des journalistes français Georges Malbrunot et Christian Chesnot, « Les chemins de Damas, Le dossier noir de la relation franco-syrienne », publié en octobre 2014 :

                              Altercation au ministère des Affaires étrangères

                              Un chapitre du livre intitulé “Bagarre au Quai d’Orsay” fait état d’une violente querelle sur la Syrie qui s’est produite dans un bureau du ministère des Affaires Etrangères à Paris au printemps 2011. A cette époque, Alain Juppé était le ministre des Affaires Etrangères. L’altercation a eu lieu dans le bureau d’Hervé Ladsous, le chef de cabinet du ministre des Affaires Etrangères, entre Eric Chevallier, l’ambassadeur de France à Damas, et Nicolas Galey, le conseiller du président (Nicolas Sarkozy à l’époque) pour le Moyen-Orient. Etaient aussi présents Patrice Paoli, directeur, à l’époque, du département du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et aujourd’hui ambassadeur de France au Liban, et Joseph Maila, le directeur de la prospective au ministère des Affaires étrangères, ainsi que des diplomates responsables des affaires syriennes.

                              La conviction de l’ambassadeur Chevallier était la suivante : « Le régime d’Assad ne tombera pas, Assad est fort » et il se maintiendra au pouvoir. C’est ce qu’il avait écrit dans ses dépêches diplomatiques depuis Damas, raison pour laquelle il avait été rappelé à Paris. Chevallier "a redit aux personnes présentes à cette réunion qu’il était « proche du terrain », et qu’il avait « visité diverses régions de la Syrie et qu’il n’avait pas le sentiment que le régime en place était en train de s’effondrer » .

                              « Arrêtez de dire des bêtises ! » l’a interrompu Galey, le représentant de Sarkozy. «  Il ne faut pas s’en tenir aux faits, il faut voir plus loin que le bout de son nez. » a-t-il ajouté. La remarque de Galey était d’une « hostilité sans précédent » selon une des personnes présentes. Même Ladsous « a été choqué de la détermination de Galey, » quand il est apparu que Galey "n’était pas venu prendre part aux délibérations mais remplir une mission spécifique : imposer l’idée que la chute d’Assad était inévitable," et faire comprendre à tout le monde qu’aucune opinion divergente ne serait tolérée dans le corps diplomatique français.

                              Mais Chevallier a défendu sa position qui différait de celle que l’Elysée voulait imposer. Il a dit qu’il avait rencontré l’opposition syrienne régulièrement, « mais qu’il continuait à penser que le régime avait la capacité de survivre ainsi que des soutiens étrangers » . « On se moque de vos informations !a réitéré Galey » , ce à quoi l’ambassadeur a répondu : « Vous voulez que j’écrive autre chose mais mon travail comme ambassadeur est de continuer à dire ce que j’ai écrit, c’est à dire ce qui est réellement arrivé » . « Vos informations ne nous intéressent pas. Bachar el-Assad doit tomber et il tombera », a rétorqué Galey d’une voix coupante. La querelle s’est alors envenimée, ce qui a forcé Ladsous à intervenir plusieurs fois pour mettre fin à cette « bataille verbale ».

                              http://www.legrandsoir.info/les-chemins-de-damas-comment-l-elysee-a-manipule-les-rapports-sur-les-armes-chimiques-al-akhbar.html

                              Un médecin syrien analysait, en 2011 déjà, de quoi son pays était victime
                              Ce qui se passe en Syrie
                              Dr. Nabil Antaki
                              "L’Ambassadeur de France en Syrie, Mr Eric Chevallier, un homme remarquable, s’est vu tirer dessus à boulets rouges par les médias français pcq il a osé dire leur qu’ils [les médias] mentaient. Ils l’ont accusé d’être l’Ambassadeur de Assad en France."

                              http://arretsurinfo.ch/un-medecin-syrien-analysait-en-2011-deja-de-quoi-son-pays-etait-victime/

                              « Vos informations ne nous intéressent pas. Bachar el-Assad doit tomber et il tombera », a rétorqué Galey d’une voix coupante.

                              on ne peut pas être plus clair, non ? C’ est juste une option, un pari, Juppé s’en foutait de ce qui se passait réellement en Syrie.

                              Il n’y a jamais eu de révolution en Syrie.


                              • njama njama 14 septembre 11:51

                                Si Juppé veut servir la France il ferait bien de se désengager de la politique étrangère qu’il avait initiée en tant que ministre des affaires étrangères ...

                                Le cas de la Libye a été un « fiasco », il l’a reconnu lui-même  !
                                http://www.algerie1.com/actualite/lintervention-miliaire-en-libye-un-fiasco-selon-juppe/

                                Reste plus qu’à dire la même chose concernant la Syrie ... et rétropédalez pour repartir dans le bon chemin ...


                                • christophe nicolas christophe nicolas 14 septembre 12:54

                                  « Al Nustra fait du bon bouleau en Syrie » mais pas ici. Il y a tout de même des raisonnements qui échappent à l’entendement.


                                  Imaginez que les USA qui nous envahissent et pof, plus de salaires aux militaires, pompiers, policiers, les trois quarts des profs, plus de retraite pour la fonction publique, etc... 

                                  Moi, je vous dis qu’il y a plus d’un prof de littérature qui sera plus violent que Godefroy de Bouillon lequel avait un fameux coup d’épée.

                                  • F-H-R F-H-R 14 septembre 13:23

                                    Quand Alain Juppé explique que «  la France a plus que jamais besoin d’un État fort qui mobilise tous les moyens nécessaires, qu’ils soient juridiques, financiers ou opérationnels », il est crédible.

                                    ----

                                    Personnellement, j’en ai plus qu’assez de cette escroquerie de l’ « Etat fort », qui ne profite qu’aux privilégiés de république et qui est imposé de manière totalitaire par la mafia des énarques qui a gangréné tous les ministères, du législatif au judiciaire en passant par l’exécutif.
                                    Le petit dictateur franquiste Valls n’a, d’ailleurs, que ces mots-là à la bouche : « Il faut un Etat fort »… traduction : l’administration décide de tout pour vous, et vous, vous nous garantissez une vie confortable grâce aux impôts dont on vous assomme. Pour le reste, c’est-à-dire vos besoins élémentaires, vous n’avez qu’à créer des associations à but sociale, lesquelles, bien, sûr, vous financerez de vos dons.

                                    Et la démocratie ? Comment intervient-elle dans votre raisonnement ?
                                    Je souhaite juste rappeler que l’Etat doit être au service des citoyens et non pas l’inverse comme c’est le cas depuis 40 ans.

                                    De plus, Juppé a tellement de « casseroles » que je me demande comment on peut encore l’espérer au pouvoir ?

                                    D’ailleurs, ils ont tous des casseroles plus ou moins connues. C’est la raison pour laquelle il est suicidaire de continuer de cautionner, par le vote, ce système inique et décadent.
                                    Je suis, en ce qui me concerne, plutôt d’accord avec ces articles :

                                    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-republique-des-casseroles-184538

                                    et
                                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/je-ne-voterai-pas-a-l-election-184147


                                    • franc 14 septembre 14:54

                                      Alain Juppé accusé par sa propre administration d’avoir falsifié les rapports sur la Syrie

                                      -

                                      c’est une forfaiture extrêmement grave.

                                      Quand est-ce que la justice prenne en main cette affaire et inculper Juppé de trahison


                                      • njama njama 14 septembre 15:14

                                        @franc
                                        la forfaiture n’existe plus ...
                                        à 6’30
                                        « autrefois ça s’appelait une forfaiture. On a supprimé ce mot dans le langage politique français, qui est remplacé par  »manquement aux obligations de la charge« , ce qui est infiniment plus délicat..., mais enfin, la chose est la même, la chose est exactement la même ! ... »

                                        [Vidéo] Marie France Garaud : « Gauche ou Droite n’ont aucun intérêt pour les gens »
                                        23 octobre 2012 – Ce soir ou jamais.
                                        Marie-France Garaud, Ancienne conseillère de Georges Pompidou réagit sur l’évolution de la « droite » en France.
                                        (9’12)
                                        https://www.youtube.com/watch?v=8CIueW1O7Xw

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès