Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Deux partis politiques français à découvrir

Deux partis politiques français à découvrir

ll y a deux partis politiques qu'il sera intéressant de découvrir durant cette campagne des européennes de 2014. Il s'agit de l'UPR (Union Populaire Républicaine) et de EDE (Europe démocratie Espéranto). L'un et l'autre seront présents lors de la campagne officielle sur les chaînes de télévision.

Si le premier peut revendiquer plus de quatre mille adhérents, l'autre est beaucoup plus modeste sur le plan des effectifs, même s'il a été créé quatre ans auparavant.

En effet, l'UPR a été fondée le 25 mars 2007, jour anniversaire du Traité de Rome signé en 1957, quant à EDE, son acte de naissance remonte au 21 octobre 2003 à Strasbourg, ville symbolique européenne, s'il en est.

Si, l'UPR devrait être singulièrement boudé par les médias, — je reviendrai sur ce point — EDE en revanche ne devrait pas trop en pâtir.

Je m'intéresse à la vie politique de mon pays depuis tout petit. Cela m'a pris en effet très jeune, et le déclic fut sans doute les événements de mai 1968, j'avais alors treize ans. 

J'ai encore le souvenir de mon père m'amenant à Paris un samedi après-midi, alors que la rue Gay-Lussac, théâtre de manifestations toute la nuit durant, fumait encore de gaz lacrymogènes bien présents dans l'air ambiant, et était encombrée de carcasses de voitures renversées, sans compter les arbres arrachés, et avec, comme disait le fameux slogan, sous les pavés, la plage.

Le boulevard Saint-Michel barré par deux colonnes de CRS, des géants noirs, casqués et armés jusqu'aux dents, c'était aussi très impressionnant pour l'adolescent que j'étais.

Les années passent, et voilà qu'en 2013, au printemps, la Castafiore, comme je l'appelle, c'est-à-dire Geneviève Fioraso es qualité ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche s'apprête à défendre un projet inique contre l'emploi de la langue française dans nos universités. Je ne reviendrai pas sur les raisons invoquées par cette ministre : il faut être idiot ou malhonnête, c'est selon, pour défendre un tel projet, qui, comme l'a très bien dit le philosophe Michel Serres, signe l'arrêt de mort de la langue française.

Nous sommes donc à quelques semaines du vote de cette loi, car elle a bien été votée par le Parlement français, cette loi, et je découvre sur Internet une pétition contre cette fichue loi Fioraso, une pétition lancée par l'UPR.

L'UPR ? Inconnu au bataillon !

Comme je suis d'un naturel curieux, et surtout comme je ne veux pas signer n'importe quoi et m'accoquiner avec n'importe qui, je vais visiter le site Internet de ce mystérieux UPR.

Et, ô surprise, je découvre quelque chose de très intéressant, et je vais passer une bonne partie de l'été à visionner les conférences dudit fondateur, un certain François Asselineau, et lire ses nombreux articles et dossiers. Et surtout vérifier tout ça. Et tout ce qui est dit ou écrit, ça tient la route. Vraiment.

Je peux même dire, que le programme de ce parti politique répond en de nombreux points à mes interrogations, restées sans réponse depuis plus de quinze ans.

En quelques mots, il prône la sortie de la France de l'Union européenne en vertu de l'article 50 du TUE (Traité de l'Union européenne), parce que l'Union européenne n'est pas réformable, et il le démontre, il souhaite la sortie de la France de l'OTAN, et le retour aux fondamentaux bien de chez nous, c'est-à-dire le programme du CNR (Conseil National de la Résistance) un programme, rappelons-le qui fut élaboré par les gaullistes et les communistes pendant la guerre, et appliqué dès la Libération, la défense des services publics à la française, etc. Je suis convaincu que là se trouve la chance de la France qui est maintenant engluée depuis des années dans un piège mortel.

La République française est également en danger par différents projets pilotés en sous-main par les États-Unis (Charte européenne des langues régionales et minoritaires, projet des euro-régions qui, comme par hasard, seraient transfrontalières, mais aussi la réduction du nombre des régions en France, la suppression des conseils départementaux, comme l'a proposé tout récemment Manuel Valls dans son discours de politique générale, etc.

Tout cela relève du principe du cliquet, et ne permet donc jamais de revenir en arrière, avec à terme une Europe non plus constituée d'États nations mais de régions, chacune parlant sa langue, avec au-dessus, j'allais dire : « über alles » sa majesté l'anglo-étatsunien.

         Volià ce qui nous attend, ou plutôt ce qui guette les générations futures.

         

Le lecteur sagace remarquera qu'il y a un État qui, lui, profite à fond d'un tel projet.

Je n'insiste pas. Le site de l'UPR est très bien organisé et documenté, et j'invite vraiment le lecteur à s'y rendre. Il apprendra plein de choses.

Alors, tout naturellement, je contacte le parti UPR, en vue de rencontrer François Asselineau en personne. Je souhaite en effet, lors d'un passage à Paris prévu deux mois plus tard, c'est-à-dire en septembre 2013, rencontrer ce monsieur dans le cadre d'un rendez-vous. J'ai une proposition à lui faire. Un de ses collaborateurs, qui me répond sur le site Internet, — appelons-le Vincent — me fait savoir dans l'heure qui suit que la réponse dudit François Asselineau est déjà : "Dites-lui que je le recevrai avec plaisir lors de son passage à Paris", je précise que j'avais proposé une date autour du 14 septembre 2013. Or, nous n’étions encore qu’à la mi-juillet 2013.

Par la suite, j'ai dû appeler Vincent et lui ai écrit une bonne dizaine de fois, sans réponse. Que ce soit sur sa messagerie, par texto ou par Internet, le résultat fut toujours le même : silence radio. Bien, bien !

Inutile de dire que je passais comme prévu en septembre par Paris pour me rendre aux Pays-Bas pour une durée de quinze jours et que je proposais même une rencontre pour le retour. Toujours aucune réaction.

Par la suite, et étant d'un naturel plutôt tenace, je tentais de nouveau le coup, mais cette fois-ci avec un autre collaborateur — appelons-le Laurent. Lui, il fut plus disert et même plus coopératif que Vincent, mais malgré mon insistance, il finit par me dire au mois de décembre 2013, un peu déçu, je le crois, qu'il ne parvenait pas à obtenir une réponse de François Asselineau. Et je crois vraiment qu'il a essayé, lui, de me donner satisfaction. Une fois, François Asselineau était en Grèce, une autre fois je ne sais pas où, pour une conférence sans doute... Bref, jamais de temps à me consacrer au sein de sa permanence. Bon, bon !

Je précise que j'ai bien évidemment conservé l'intégralité des échanges passés avec l'UPR.

Alors ? Eh bien, je mène donc actuellement campagne pour les européennes, mais pas pour l'UPR. D'aucuns vont dire que je règle des comptes ? Mais oui, je règle des comptes !

En effet, à l'UPR, il semble qu'on n'ait pas vraiment bien compris certaines choses qui ne vont pas en Europe et que je comptais bien expliquer à François Asselineau en personne.

Il ne m'a pas reçu ? Eh bien, tant pis pour lui, et tant pis pour l'UPR !

Je roule donc actuellement pour le seul parti qui, lui, a tout compris sur le problème majeur de l'Union européenne, un problème que visiblement dans la maison UPR on n’a pas vu, ou qu’on ne veut pas voir, puisque c'est absent du programme, à savoir la nécessité d'une langue neutre pour favoriser les contacts entre les citoyens européens. C'est bien joli de lancer une pétition contre la loi Fioraso et d'être pour la défense de la langue française, mais quoi proposer de vraiment concret pour faire face à ces attaques en règle contre notre langue, des attaques qui, comme le disait fort justement Jean Dutourd, viennent de l’intérieur comme de l’extérieur.

« la langue française n'est pas malade, elle est en guerre. Elle est victime d'une agression. Elle est envahie par les armées du sabir qui la ravagent comme les armées anglaises ravageaient la France pendant la guerre de Cent Ans. »

(Jean Dutourd, de l'Académie française)

Du reste, il n’y a pas que le français qui souffre de la situation actuelle, toutes les langues sont en danger. Et la langue anglaise, la vraie, ne fait pas exception. Mais passons.

Apprenez donc, M. François Asselineau, ainsi que les militants de ce parti, que je souhaitais obtenir votre accord pour présenter sous forme d'une conférence devant vos instances dirigeantes la question linguistique au sein de l'Union européenne.

Cette proposition reste bien entendu sur la table.

Comme je l'ai déjà dit, ce point est absent de votre programme, c'est à mes yeux une lacune. Une grave lacune.

Eh bien, parlons en de ce problème et du seul parti politique français qui s’est attelé à cette tâche et qui est inscrite dans ces statuts, je veux parler de Europe Démocratie Espéranto.

Que propose donc ce parti créé, je le répète, en 2003 ?

D'abord de dénoncer la Convention européenne des droits de l'Homme qui dilue dans du blablabla sur les libertés individuelles les articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme, pourtant de deux ans son aînée, et qui au passage supprime les fameux droits créances.

Les droits créances, ce sont les droits pour tout citoyen de pouvoir disposer d'un logement, d'une éducation, d'un travail, de la santé, d'une protection sociale.

C'est curieux, n'est-ce pas, mais ces droits créances sont absents de la Convention européenne des droits de l'homme rédigée pourtant en 1950 et plusieurs fois modifiée jusqu'en 2010. Cherchez l'erreur !

Ensuite, apprenez à l'UPR que même si la France devait sortir de l'Union européenne, et vous m'avez convaincu sur ce point, il faudra bien envisager une coopération avec d'autres pays, qui inévitablement suivront notre exemple, et la communication internationale avec la langue de l’empire, vous ne croyez pas que cela suffit comme ça ?

Alors, il faudra bien donner aux citoyens la possibilité de communiquer sur un pied d'égalité avec leurs homologues étrangers, et ce avec le seul candidat valable pour cette tâche : la langue internationale espéranto.

Précisons pour ceux qui n'en sauraient rien, — et c'est justement ceux-là qui en parlent le plus, forcément — que l'espéranto n'est en aucun cas un gadget, même s'il fait sourire ou se gausser les ignorants. Et un ignorant, qui rit ou qui se gausse, reste un ignorant. Citons à ce propos le journaliste de Télématin sur France 2, Patrice Romedenne, qui a traité la liste électorale "Espéranto, langue commune équitable pour l'Europe" de liste farfelue. C’était le mardi 6 mai 2014. Certes, ce journaliste citait le journal l'Opinion, le canard fondé en 2013 par Nicolas Beytout et financé par le Medef, — vous savez la machine à broyer les travailleurs dont le fiston Gattaz est le président — mais la mimique qu'il prend, Patrice Romedenne, montre qu'il est bien réveillé et qu'il reprend à son compte le qualificatif de farfelu employé par son confrère s'agissant de cette liste électorale, citée du reste et moquée comme d'autres petites listes. Pour ce petit monde, hors les grands partis, tout le reste les fait bien rire. Riez, messieurs !

AVI - 2.6 Mo

Cette langue, l'espéranto, est en effet parlée chaque jour dans le monde entier et est vraiment une langue internationale, parce qu'elle est la plus facile des langues à apprendre, qu'elle dispose d'un vocabulaire européen : l’espéranto, c’est donc une synthèse des langues latines germaniques et slaves.

Son usage au niveau européen réduirait la facture de la France de plus de 5,4 milliards par an. Chiffres de 2005 que l'on trouve dans le Rapport Grin, un rapport demandé par l'Éducation nationale à un linguiste et économiste suisse, François Grin, et qui aboutit à des conclusions qui ne plurent pas du tout aux autorités mandantes. Ce rapport fut donc tout simplement enterré.

Et pour ceux qui la "ramèneraient" en disant que puisque cette langue est européenne, elle ne peut convenir pour un usage mondial, eh bien, pan sur les doigts ! c'est encore raté.

En effet, la manière syntaxique de construire les mots est exactement celle du chinois (excusez du peu !) mais aussi du birman, du thaï, du vietnamien et du tibétain. Elle s'apparente aussi, mais un peu moins à toutes les autres langues parlées dans le monde, langues qu'on nomme agglutinantes et qui précisément n'appartiennent pas à la grande famille des langues indo-européennes qui, elles, sont flexionnelles.

Enfin, je ne m'étendrai pas sur la littérature, ni sur la musique en espéranto. Que le lecteur se reporte donc sur Wikipédia pour commencer.

En résumé, chacun retrouve dans l'espéranto un peu de sa propre langue, et c'est probablement là qu'il faut voir le succès de l'espéranto qui a diffusé sur toute la planète. Les faits, rien que les faits.

À EDE donc, nous proposons l'enseignement de l'espéranto, à raison d'une heure par semaine pour tout écolier entrant au CM1. C'est bien suffisant. Ce rythme lui permettra d'entrer en sixième avec un bagage linguistique international.

Il est évident, mais précisons-le tout de même, qu'il n'est pas dans notre intention, à EDE, de toucher à l'enseignement de l'anglais. Bien évidemment.

En revanche, nous défendons la possibilité pour tout citoyen de pouvoir apprendre la langue de son choix et ce quel que soit son âge, ainsi que la création d'un super programme Erasmus.

Au niveau politique, l'utilisation de l'espéranto comme langue-pont au sein des institutions européennes est également l'une de nos mesures phares.

Le reste du programme peut être consulté sur notre site internet

Un dernier point : toutes nos têtes de listes sont des femmes. Et pas des potiches, s'il vous plaît ! Et notre adversaire principal, c'est encore cette fois-ci et bien évidemment l'abstention et le Front national ; ce parti qui n'est au fond qu'un parti attrape gogos, une affaire familiale, pour ne pas dire financière, et sur lequel il n'y a rien à dire de plus.

Enfin, rêvons à une UPR qui méditerait sur cet article dont je n'ose croire qu'il restera sans conséquence.

À bon entendeur, salut.

J'ai dit plus haut que l'UPR risquait d'être boudé par les médias. Le verbe boycotter conviendrait mieux. C'est évidemment injuste, mais c'est ainsi. Le programme de ce parti gène terriblement tous nos tireurs de ficelles, les médias notamment qui sont aux ordres. En effet, la question de savoir si la France doit ou non sortir de l'Union Européenne est taboue en France. Interdiction d'en parler.

EDE, auquel j'appartiens, n'étant pas sur cette position, (pas encore), ce risque n'existe pas pour ce parti.

PDF - 159.1 ko
affiche EDE dans le Sud-Ouest

La parole est donc maintenant aux lecteurs de cet article, et nul doute que les opposants à l’espéranto vont s’en donner à cœur joie. Si cela peut leur faire plaisir, après tout cela ne fait que 127 ans que cela dure... Et puis il faut bien que chacun s’occupe. En revanche, s’agissant des partisans de l’UPR, assez nombreux sur Agora Vox, il sera intéressant de lire leurs commentaires surtout s'ils sont capables de ne pas succomber à la vilaine tentation des premiers cités.

Je laisserai donc les premiers vomir, et ne répondrai qu'aux seconds.

Pour le lecteur intéressé :

La pétition internationale chez Avaaz :

Le Rapport Grin

Le projet "Tuj"

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

97 réactions à cet article    


  • jaja jaja 13 mai 2014 12:52

    Bof l’Espéranto et les hauts fonctionnaires qui sont à la tête de l’UPR ça doit pas faire bon ménage... Tout comme les langues régionales d’ailleurs... Breton, Basque, Corse.....


    • doctorix doctorix 13 mai 2014 17:29

      Honte à Mr Asselineau, qui n’a pas daigné recevoir Monsieur Thierry Saladin. Quelle désinvolture coupable ! Quelle manque de vision universelle !

      Honte aussi à la Castafiore, qui n’a pas proposé l’usage exclusif de l’esperanto dans nos facultés !
      Bon, plus sérieusement ; j’ai découvert Asselineau et ses conférences grâce à Fifi Brindacier (qui ne va surement pas tarder à se pointer), et j’ai été littéralement ébloui, enchanté par tant de lucidité, de rigueur dans l’analyse, et d’une connaissance si parfaite de de l’Histoire.
      On retrouve la culture et la vision large d’un De Gaulle ou d’un Mitterand, et on souffre en pensant à nos deux derniers ignares, sarko et hollande, qui ne méritent nulle majuscule.
      Si vous prenez le temps de visualiser l’une ou l’autre de ses conférences, et elles sont nombreuses, vous découvrirez un homme dont vous avez toujours rêvé sans oser croire qu’il puisse exister encore.
      Vous boirez littéralement ses paroles, tant il est précis, lucide, humain et juste.
      Mais aussi parfaitement réaliste, très bien informé de ce qui est possible et de ce qui ne l’est pas.
      Vous vous prendrez à rêver à nouveau d’un monde juste.
      Je voulais m’abstenir, mais il m’a fait changer d’avis : il faut faire entrer ce loup dans la bergerie européenne, afin qu’il en ouvre les portes et nous libère (je pense au loup de Gubbio, bien sûr).
      Pardonnez-moi cette dityrambe, venant de quelqu’un plutôt enclin à mordre qu’à caresser les politiques : c’est le miracle Asselineau.
      Et j’en suis le premier étonné.

    • steph bigorneau steph bigorneau 13 mai 2014 18:35

      Jaja vous faites encore des amalgames, Asselineau est un haut fonctionnaire, mais à ma connaissance il n’y en a pas d’autres parmi les cadres bénévoles de l’UPR.
      Donc au NPA il n’y a que des facteurs ?


    • jaja jaja 13 mai 2014 19:51

      Personne au NPA qui n’ait travaillé avec Pasqua, Tibéri, De Panafieu, Sarkozy ni personne qui n’ait été Haut fonctionnaire à la BCE....
      Consultez nos listes électorales pour savoir d’où viennent nos militants... Par contre pour l’UPR aucun ouvrier ou employé pour les têtes de liste...que des énarques, HEC ou cadres...juste une infirmière seconde de liste...
      Bref la même composition sociale que chez tous les partis institutionnels bourgeois !

      http://www.francoisasselineau.fr/2014/04/elections-europeennes-lupr-presente-ses.html

      Au NPA sur 5 listes (pas les moyens financiers d’être sur les 7 circonscriptions) 2 ouvriers têtes de liste, 2 employés et un postier....


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2014 20:09

      Salut Doctorix !!


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2014 20:22

      jaja,
      Les lanceurs d’alerte sont TOUJOURS des gens qui occupent des postes où ils ont connaissance de tout ce qu’on cache aux Français depuis 50 ans.

      On se fiche de savoir les diplômes qu’ils ont, médecins, hauts fonctionnaires , tradeurs, économistes, ingénieurs, ou cheminots, l’important, c’est ce qu’ils ont découvert et ce qu’ils font connaître aux Français.

      Vous devriez lire « Syndicats, corruption, dérives et trahisons », il y a un paquet de lanceurs d’alerte qui ont eu tous les emm... possibles et imaginables !

      Asselineau est de ceux là, il aurait pu se la couler douce à la tête d’une banque avec retraite chapeau, il préfère sillonner les routes pour expliquer tout ce qu’il a découvert en étant Haut fonctionnaire. Et qu’il n’aurait pu voir s’il avait été facteur, avec tout le respect que je leur dois !

      Il a découvert que les Traités européens ne permettaient plus aux Gouvernements de défendre les entreprises françaises, ni de s’opposer au rachat d’ Arcelor par Mittal, ni de s’opposer aux délocalisations, ni de défendre les emplois, les services publics et le niveau de vie des Français.

      Il s’est donc mis à éplucher tous les Traités, il a pensé un moment que les Gaullistes historiques l’aideraient à sortir la France de l’ UE. Quand il a compris qu’il n’en n’était rien, il a créé l’ UPR.

      Vous ne citez jamais aucun article des Traités, vous ne voulez pas sortir de l’ UE, et vous venez donner des leçons de morale ?


    • jaja jaja 13 mai 2014 20:38

      Non nous ne voulons que rompre avec cette UE... et sortir de tous les traités existants en force. Avant que votre menteur soit élu il se passera beaucoup de temps... et ce ne sera que lorsque les amis bourgeois d’Asselineau souhaiteront majoritairement sortir de l’UE...Ce n’est pas demain la veille !

      Nos ennemis à nous qui ne fréquentons pas les cuisines de la bourgeoisie ce sont les actionnaires capitalistes qui donnent le la au gouvernement et à l’Union européenne... Ennemis que vous vous efforcez de cacher aux yeux des gens du peuple en imputant tous leurs malheurs sur les pions des capitalistes que sont les gens de la Commission européenne.... Une voie de diversion...une de plus !

      En tous cas on sait maintenant d’où sortent vos têtes de liste....


    • doctorix doctorix 13 mai 2014 20:44

      Salut Fifi.

      Vous le voyez, les ouvriers de la dernière heure ne sont pas les pires.
      Je suis persuadé que si Asselineau avait bénéficié de la même audience que les putois qui prétendent nous représenter, il serait en tête de tous les sondages.
      Je suis convaincu qu’au fond d’eux, c’est un homme comme lui que les français cherchent : mais ils ont fini par croire que ça ne pouvait pas exister, tellement les autres les ont déçus.

    • steph bigorneau steph bigorneau 13 mai 2014 23:51

      Jaja, il faut regarder plus attentivement les têtes de liste, vous avez cité l’infirmière, mais il y a aussi en première position un antiquaire, ayant commencé à travailler à 16 ans si je ne m’abuse, et en 2ème position une artisan. Si vous regardez les listes en entier, vous trouverez toutes les catégories socio-professionnelles représentées, y compris les chômeurs.

      Pour ce qui est de la représentation politique, beaucoup viennent de gauche, certains de droite ou du centre. Un exemple parlant, c’est Régis Chamagne ancien colonel de l’armée de l’air en retraite, il se considère comme un gaulliste de gauche mais vu le glissement actuel de la politique vers le libéralisme, il a voté front de gauche aux dernières élections. C’est bien la preuve que l’UPR est ouverte et non sectaire, au contraire des formations politiques médiatisées, y compris le NPA.

      Une petite interview de 7 minutes de Régis Chamagne devrait vous persuader, si c’est encore possible que l’UPR se situe aux antipodes du positionnement des personnes que vous avez cité.

      Vous dites que le NPA est contre l’UE et ses traités, très bien mais pensez vous que l’ensemble de la population va se ranger derrière vos analyses sur la société, juste parce que-vous critiquez l’UE. Je pense qu’une analyse plus nuancée et mettant en valeur le retour à la démocratie est plus à même d’y arriver.
      le programme de libération nationale de l’UPR


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2014 07:22

      jaja,
      La moitié au moins des adhérents à l’ UPR viennent de toute la Gauche, et de plus en plus nombreux, tant ils ne supportent plus vos discours inadaptés à la situation !

      Comme ils ne sont pas aveugles et sourds, ils se rendent compte que les ouvriers quand ils ne sont pas en Chine, sont désormais à Paul Lemploi....

      Grâce à des gens comme vous, qui ne comprenez pas que pour créer « le Grand Marché dérégulé européen », il a fallu supprimer toutes les lois et les régulations nationales acquises par nos anciens, qui protégeaient les entreprises, les emplois, le code du travail, les services publics, les lois sociales, le contrôle des capitaux, le contrôle des frontières, les quotas, la liberté d’expression et d’information, le contrôle du taux de change externe, la limitation de la dette par la Banque de France etc.

      C’est la Droite, mais encore plus la Gauche qui a « dérégulé » et privatisé tout ça !

      Ce n’est qu’au plan national qu’il est possible de remettre tout cela en place.
      Le peuple est souverain, et il n’existe pas de peuple européen. C’est encore un mensonge comme : « L’Europe c’est la paix et la prospérité », ou « l’ Europe c’est le contrepoids aux USA »... on voit avec TAFTA qu’il n’en n’est rien.


    • Doume65 14 mai 2014 18:29

      Jaja, tu n’aimes pas Asselineau, c’est tout à fait ton droit. Mais plutôt que de vomir sur lui ta perpetuelle haine, que dirais-tu de débattre sur ses idées et la charte de son parti ? Tu te ferais certainement mieux entendre qu’avec cette comparaison qui n’a aucun sens avec le NPA. Parce que pour le moment c’est zéro argument. Seulement l’invective.
      Asselineau n’a pas un programme politique et économique pour la France. Il veut lui redonner une démocratie. En quoi cela empêche-t-il ton parti d’exister ?


    • LE CHAT LE CHAT 13 mai 2014 12:56

      les gens qui parlent l’espéranto et les fans de l’UPR sont des sectes et ne peseront rien dans ce scrutin , quelques milliers de voix tout au plus !

      on serait prêts à mettre un billet que les fans de cannabis feront un meilleur score qu’eux !

      • Gauche Normale Gauche Normale 13 mai 2014 21:09

        Une secte, l’UPR ?

        Alors, vite sauvez-nous : appelez la MIVILUDES !
        Vous feriez une bonne action, vraiment.
         smiley

      • Baarek Baarek 14 mai 2014 10:50

        In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti, Asselineauuuuuuu..

        Ah nan ça le fait pas. Pourriez-vous développer votre argumentaire contre l’UPR le chat ? Étant défenseur de cette cause je me sens visé. Que reprochez-vous ?


      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 14 mai 2014 11:01

        Bonjour Baarek,


        Vous pouvez toujours attendre que des gens qui parlent de secte, tant pour l’UPR que pour l’espéranto et donc le parti politique EDE, apportent la moindre preuve de ce qu’ils avancent.

        Vous voyez, c’est déjà un point commun entre l’UPR et l’espéranto, qu’ils nous donnent.

        Il faut plutôt passer outre et les laisser vomir, ces gens-là.
        Je le rappelle : un ignorant qui se gausse reste un ignorant.

        Bien cordialement.

      • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2014 11:51

        @thierry Saladin


        ne prenez pas les électeurs FN pour des imbéciles ou des ignorants !
        nous n’ignorons pas que votre gourou Asselineau écrit la moitié de ses articles pour cracher sur nous dans le but d’égarer des voix et de servir ses véritables maitres UMP, qu’il a servi et avec lesquels il est complaisant !

        0.5% la seule fois où il s’est présenté , c’est un bide !!!!!

      • jaja jaja 13 mai 2014 13:02

        Et le parti à découvrir c’est celui qui tout en affirmant que l’Union européenne n’est pas réformable et qu’il faut sortir des traités et que pour ça il faudra une mobilisation populaire d’envergure.... c’est le NPA !

        NPA qui dans le silence médiatique a occupé le bureau d’information de l’UE à Paris, a amené le drapeau étoilé européen pour le remplacer par le drapeau rouge ! Tout un symbole de ce que veut ce parti en programme d’urgence.... Socialiser toutes les banques, annuler la dette et socialiser les entreprises essentielles pour la population...

        Le drapeau rouge flotte sur l’UE :
        http://npa2009.org/videos/fermons-frontex-action-du-npa-en-video


        • LE CHAT LE CHAT 13 mai 2014 13:19

          salut Jaja ,

          le seul qui ait une chance au NPA , c’est le petit facteur en région parisienne , et je le préfère lui qu’un FDG pour représenter la gauche eurosceptique , si vous arrivez à faire voter ceux que vous faites défiler 

        • jaja jaja 13 mai 2014 13:39

          On verra Le Chat mais bon les élections c’est une chose mais le plus important pour nous c’est d’arriver à créer une organisation suffisamment crédible et costaude pour être en capacité d’agir en force sur le terrain des luttes sociales et de la rue...


        • Romy 13 mai 2014 16:07

          hahaha très amusant de jaja !Il va socialiser les banques ,annuler la dette, socialiser les entreprises essentielles pour la population.,va être contente Madame Michu , franchement j’aimerai bien voir ça , si en plus jaja assure la tranquillité dans la rue , ne plus se faire agresser par ces « trous de balle » excités qui bavent leur haine sur les Français alors, alors , pt’être ben qu’oui quejv’ai voter pour jaja ! 


        • jaja jaja 13 mai 2014 16:17

          Très bonne idée quand on veut faire un score il faut bien attirer quelques crétins smiley


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2014 07:35

          Jaja,
          Sûr, les banquiers tremblent déjà devant le drapeau rouge !

          Ils trembleront bien plus quand le gouvernement remettra en route la Banque de France et ses prêts à taux 0% à l’Etat et aux collectivités territoriales !
          Finie l’arnaque de l’article 123 qui oblige les Etats à emprunter aux banques privées...

          Et encore davantage quand l’ UPR organisera un débat et un referendum sur la dette..., interdira les lobbies, remettra en place le contrôle des capitaux, évincera Goldman Sachs et JP Morgan du marché du gaz, et Vinci des autoroutes.

          Les nationalisations d’ EDF, GDF, France télécoms, des autoroutes, des Sociétés des eaux, de TF1, de TDF et de tous les établissements financiers secourus par les fonds publics, ne devraient pas leur plaire non plus....

          Ni la fin de la privatisation rampante de la Poste et l’interdiction de privatiser les services publics comme la santé et l’éducation...
          En fait c’est tout le programme de l’ UPR qui va leur faire sortir des boutons....


        • Martha 13 mai 2014 13:47

           Votre article est très intéressant bien que, un peu trop égocentrique. Le sujet que vous abordez-là et d’importance mais il faut le considérer actuellement secondaire devant l’urgence.

           Asselineau dans ses différentes conférences montre qu’il faut aller à l’essentiel.
           => On ne pourra décider de rien tant que la France n’aura pas retrouvé la maîtrise de ses choix et sa souveraineté.

           Il faut d’abord libérer la France des diktats Européistes. Il ne s’agit pas de s’égarer sur des sujets « clivants » actuellement : devant l’urgence, il faut se concentrer sur ce qui a une importance majeure POUR TOUS LES FRANCAIS.

           Sortir de l’Europe, ratée, actuelle, sortir de l’Euro, qui mène à la ruine, sortir de l’OTAN, devenue facho.

           svp, votez pour l’UPR le 25/5 et faite le savoir auprès de vos adhérents : donnez lui tout le pouvoir qu’il doit prendre ce jour-là.


          • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 14 mai 2014 01:52

            Bonsoir Martha,

            Vous écrivez : 
             (...)Le sujet que vous abordez-là est d’importance mais il faut le considérer actuellement secondaire devant l’urgence.(...)
            Non, il n’y a pas de sujet accessoire, il y a des sujets dont on n’estime pas bien la portée.
            Le coup de « aller à l’essentiel » c’est en gros un enterrement du sujet, qui moi m’intéresse et qui ne me fera jamais voter pour un parti, même l’UPR, tant que la question linguistique telle que je la voie, et telle que je l’expose dans mes conférences ne figurera pas en bonne place dans le programme dudit parti.
            Ce point n’est absolument pas négociable, et figurez-vous que si F. Asselineau me permettait de m’exprimer devant un aréopage de cadres de l’UPR, j’ai une petite idée des réactions au mieux de scepticisme, au pire négatives, que mon intervention provoquerait. Réactions qui ne seraient en fait que la confirmation de l’ignorance ou de la non prise de conscience de ces problèmes. Il n’y a qu’à lire quelques réactions ici et là parmi les commentaires.

            Désolé de vous décevoir.

            Cordialement.

          • Doume65 13 mai 2014 13:55

            Bonjour.

            Il est certain qu’une langue contient forcément des schémas de pensée inconscients.
            Les expressions ne sont pas les mêmes d’une langue à l’autre. Lorsque F. Hollande, après une entrevue avec le président U.S. s’exprime en disant « Aller vite n’est pas un problème, c’est une solution  », on entend bien une pensée d’Obama, et non de celui qui l’exprime.

            Le choix d’une langue internationale a donc son importance. la langue anglaise s’est imposée du fait que les anglo-saxons détenaient la prééminence dans échanges commerciaux, et maintenant dans l’informatique.

            Ceci dit, ce qui m’ennuie le plus dans cette langue, ce n’est pas ce qu’elle contient, mais son manque de sémantique. On peut tout comprendre à partir d’une phrase en anglais, et il faut la maintenir dans son contexte pour en deviner le sens. Elle est de ce fait absolument inadaptée à l’international. Sa domination (basée sur un impérialisme) n’est qu’artificiel et ne répond pas aux exigences de ce que devrait être une langue universelle.

            Je parie qu’elle s’effondrera en même temps que l’empire qui l’a imposée.


            • claude-michel claude-michel 13 mai 2014 13:58

              « durant cette campagne des européennes de 2014. »...nous retrouvons la LIE des politiciens qui cherchent à tous prix un job bien payé a ne rien foutre pour cause d’incompétence en France... !

              Bruxelles est une énorme fosse septique ou surnage les restes des partis politiques.. !

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2014 08:08

                A l’ UPR on se demande bien pourquoi ceux qui critiquent Asselineau pour avoir crû pendant deux ans que les Gaullistes historiques voulaient sortir de l’ UE, ne reprochent jamais rien à Mélenchon affecté d’une myopie prolongée :

                * qui a voté pendant 40 ans toutes les privatisations et dérégulations au PS
                * qui a voté Maastritch qu’il qualifiait « de bon compromis de Gauche »
                * et qui a mis 40 ans à découvrir que le PS était de Droite ??


              • Robert GIL ROBERT GIL 13 mai 2014 14:00

                un certain François Asselineau, haut fonctionnaire qui a fondé son propre parti : Il fait ses études à H.E.C. (1980) et l’E.N.A (1985). En 1985 il est inspecteur général à l’inspection générale des Finances. De 1989 à 1990, il est le chef de la mission pour le Crédit National. Il a aussi été le président de la Société pour l’Analyse Économique et Financière (SADEF). Ensuite, il occupa le poste de directeur de cabinet auprès de ministres du gouvernement Juppé (1995-1996), avant de rejoindre en 1999 le R.P.F. de Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Entre 2000 et 2004, il occupe des postes importants de conseillers aux côtés de Pasqua, alors président du Conseil Général des Hauts-de-Seine. Toujours avec le même, alors allié à Jean Tibéri, il est élu sur une liste de droite dissidente aux municipales parisiennes de 2001. C’est sans étonnement qu’on le voit nommé par Nicolas Sarkozy le 20 octobre 2004 à la tête de la Direction Générale à l’Intelligence Economique à Bercy ; il travaille alors en étroite collaboration avec Jean-Pierre Raffarin...encore et toujours cette petite classe elitiste, ça n’a rien de nouveau !

                voir : ASSELINEAU, L’ULTRA-DROITE SOUVERAINISTE

                Allez, ses aficinados, vont se déchainer contre mon commentaire...completement soumis et lobotomisé qu’ils sont !


                • Robert GIL ROBERT GIL 13 mai 2014 15:14

                  trés marrant, cet enarque ne savait pas que pasqua faisait parti du sac , juste pour memoire un petit rappel :

                  Le SAC a finalement été dissout par une ordonnance du Conseil des Ministres, le 3 août 1982, à la suite de la “tuerie d’Auriol”, dans laquelle l’un des responsables de l’organisation, l’inspecteur Massié, sa femme, ses enfants et d’autres membres de sa famille ont été sauvagement massacrés par un commando du SAC. À partir de 1984, l’organisation a été remplacée par une nouvelle structure paramilitaire, à laquelle fut confié certaines activités inavouables de l’État français à l’étranger, et notamment en Afrique.

                  Y nous prends pas pour des cons cet Asselineau ?


                • Romy 13 mai 2014 16:18

                  à GIL 

                   Aficionado est un mot espagnol se référent à la corrida , plus exactement , c’est un amateur de corrida , quel rapport avec est ton François Asselineau ? est-il Espagnol lui aussi ? Olé ! bonhomme, on en a un peu ras le bol des espinguoins !
                   

                • alinea alinea 13 mai 2014 17:41

                  Les asséliniens ont-ils honte du passé de leur maître ? Ils ont tort ! cela ne joue pas en leur faveur, enfin !! cela n’a pas ma faveur ! smiley
                  J’ai écouté des conférences de Asselineau, aussi ; je les ai trouvées intéressantes ; en revanche je ne partage pas ses solutions !! C’est , pour moi, un Le Pen un peu plus poli, policé !! mais qui possède un côté monsieur je sais tout qui m’est insupportable !


                • steph bigorneau steph bigorneau 13 mai 2014 19:01

                  @ Robert gil
                  Vous ne voulez pas voir la carrière de Monsieur Asselineau dans son ensemble, il n’a jamais caché avoir travaillé avec Pasqua, et si vous regardez objectivement la réponse indiquée par efzed.
                  Par contre si il s’est momentanément associé avec lui ce n’est pas pour son parcours discutable, mais pour pouvoir défendre dès cette époque une volonté de s’opposer à la construction européenne. Il a vite compris que c’était un parti leurre.
                  Depuis il a monté tout seul et sans aucun soutien politique, financier ou médiatique, un parti qui correspondait à ses analyses. Je ne dis pas qu’il faut suivre aveuglément cet homme, j’ai eu comme beaucoup des doutes et c’est en analysant ses prises de positions sur le long terme, en voyant comment il a su fédérer autant de personnalité différentes et enfin en le rencontrant personnellement que j’en suis venu à le tenir en plus haute estime que tout autre homme politique.

                  @ alinéa
                  Je respecte vos prises de positions en général, mais je trouve cette critique injustifiée. Je ne suis pas Asselinien, comme dit plus haut je respecte cet homme, mais il n’est pas mon gourou, si il venait à exprimer des positons incompatibles avec les miennes je ne me remettrait pas en cause et arrêterais d’adhérer à ce parti
                  .
                  Je n’ai pas honte des antécédents de Asselineau, j’ai toujours été plus que critique avec Pasqua, ce qui explique entre autre le temps que j’ai mis avant d’adhérer à ses positions. Il a fallu que je vérifie ses sources que je regarde ses conférences en gardant un esprit critique et que je finisse par me dire, malgré son passé c’est le seul parti qui correspond à mes analyses et qui respecte mon orientation politique (très à gauche et très concerné par l’écologie).
                  cordialement


                • doctorix doctorix 13 mai 2014 20:05

                  @alinea

                  « C’est , pour moi, un Le Pen un peu plus poli, policé !! »
                  Et vous prétendez avoir écouté les conférences d’Asselineau ?
                  Alors un conseil, achetez un sonotone.
                  Non seulement il tape sur Le Pen et ses idées, mais en plus il déplore que l’Europe ne soit qu’une entité qui se rassemble sur son nouvel ennemi commun, le monde arabo-musulman.
                  Quant au passé modérément droitiste d’Asselineau, tout le monde a le droit aux erreurs de jeunesse. Il a au moins l’expérience de ce qu’il rejette avec force et talent.
                  Sur le plan social, il est aussi à gauche qu’a pu l’être De Gaulle, et beaucoup plus que ne le sera jamais Hollande (si du moins ce dernier a des opinions de gauche, ce qui n’est pas prouvé).
                  Idem sur le plan du libéralisme et surtout du mondialisme.
                  C’est en outre le seul à ne pas cirer les pompes de l’Oncle Sam, contrairement à Hollande qui est très fidèle à son appartenance aux young leaders.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 mai 2014 20:31

                  Robert Gil
                  Asselineau n’a rien à se reprocher, il n’a aucune casserole aux fesses, pas comme le PS, l’ UMP et le FN..., sinon vous vous doutez bien que vos copains, les antifas, en auraient placardé tout Paris.


                • alinea alinea 13 mai 2014 20:38

                  Doctorix,
                  Je me suis mal fait comprendre !!! Je ne dis pas qu’il dit et pense les mêmes choses que Le Pen ; il m’y fait penser ( de loin parce que lui fait des analyses et ne joue pas la corde de la connivence séductrice) parce qu’il fait les bonnes analyses, les bons diagnostiques mais fait les mauvaises réponses, à mon point de vue !
                  C’est sûrement parce qu’il n’est pas assez à gauche !! Son repli national(iste) n’est pas le mien ; d’ailleurs je ne prise guère l’idée de nation, mais bon...
                  Je le trouve simpliste,ou si cela vous parait péjoratif, simplificateur.. ;
                  je ne vais pas m’étendre davantage parce que, Asselineau, est loin de me paraître « un ennemi », à première vue !! mais je n’aimerais pas vivre dans un pays qu’il dirigerait !!
                  Dans ce que j’ai entendu ( et je n’ai pas tout entendu, bien sûr), il manque pour moi l’essentiel ; il est trop politicien quoi !!


                • doctorix doctorix 13 mai 2014 23:25

                  mais je n’aimerais pas vivre dans un pays qu’il dirigerait !

                  Moi, si.
                  Ce pourrait même être un pays dont je retrouverais la fierté de faire partie.
                  Un sentiment que je n’ai plus connu depuis 46 ans.
                  Le sentiment de ne plus être une sous-merde.
                  La merde étant bien entendu les USA.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 mai 2014 07:58

                  alinea,
                  Mais toute la Gauche aujourd’hui, (à part le M’PEP et le PRCF), est bien plus à droite qu’ Asselineau, ils sont tous pour la survie de l’ UE des banksters...

                  Ils sont tous pour « Une Autre Europe » sans dire ni quand, ni comment ils la mettront en place. Ils nous promettent ça depuis 1979... Il arrive un moment où il faut se poser la question : Pourquoi l’ UE ne change jamais sauf en pire ?!

                  L’UPR répond à cette question majeure : c’est parce que l’ UE n’est pas réformable, à cause du verrouillage de l’article 48 des Traités.
                  « Une autre Europe est-elle possible ? Non et voici pourquoi. »
                  Alors, sortons-en.


                • Baarek Baarek 14 mai 2014 10:56

                  @ROBERTGIL : Vous voulez du respect, commencez par en donner. Je vous considère comme un panneau publicitaire ambulant sur ce forum, toujours à copié-coller les articles de votre blog pour la postérité. Vous voulez une invitation sur France 2 chez Drucker ? Continuez comme ça.

                  Quel est votre problème au juste ? Vous faites parti de cette frange insupportable d’individus qui ne sait pas respecter les opinions différentes de la votre, cherchant à les ridiculiser « publiquement », déballant votre bien-pensance hystérique à la face de chacun.

                  Mais comme vous semblez être dans un concours de « qui à al plus grosse » dites moi donc qui possède votre soutient, et nous verrons bien si Asselineau à plus de casseroles que lui.

                  Je ne vous salue pas.


                • alinea alinea 14 mai 2014 12:33

                  Quelle France voulez-vous exactement Fifi ; impossible de m’en faire la moindre idée !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès