Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > H comme Hollande ou Hartz...

H comme Hollande ou Hartz...

Le journal allemand Saarbrücker Zeitung a révélé il y a quelques jours que Peter Hartz, ancien conseiller du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, aurait été approché par l'Elysée pour devenir le conseiller de François Hollande en matière d'emploi. 

Sans confirmer pleinement cette information, l’entourage du Président de la République a reconnu toutefois la tenue d'une rencontre récente à Paris entre les deux hommes...

Qui est Peter Hartz ? C’est le père des réformes du travail allemand qui sont aujourd'hui considérées comme un modèle du genre par la droite française. Peter Hartz, était le directeur du personnel de Volkswagen où il négocia des accords sur la flexibilité des horaires. Il a démissionné de son poste le 10 juillet 2005 à la suite d'une affaire de corruption puis condamné le 17 janvier 2007 à 2 ans de prison et 576 000 euros d’amendes…

Aujourd’hui, la révélation d’une rencontre avec Peter Hartz est d’autant plus importante que François Hollande vient de perdre son pari d’inversion de la courbe du chômage à la fin de l’année 2013 et qu’il lorgnerait bien vers une autre boîte à outils que la sienne… 

Les lois Hartz 

Les lois « Hartz » ont changé fondamentalement l’organisation du travail et les conditions d’indemnisation du chômage en Allemagne. Elles ont été mises en place progressivement, sous la forme de quatre lois, mais la plus importante et la plus impopulaire est la loi Hartz IV qui a donné lieu à plusieurs semaines de manifestations hebdomadaires à la fin de l'été 2004, surtout dans l’Est du pays. 

La loi Hartz 1 entre en vigueur le 1er janvier 2003. Le chômeur est censé avoir le même conseiller personnel qui lui proposera, s'il n'y a pas mieux, des missions intérimaires…

La loi Hartz II entre en vigueur le 1er avril 2003 avec notamment les concepts de « Minijob » (contrat de travail de type précaire, moins taxé et de court terme) et « Midijob » (salaire compris entre 400 et 800 € par mois pour 15 heures de travail par semaine). Ces contrats concernent actuellement près de 20 % des employés allemands.

La loi Hartz III entre en vigueur le 1er janvier 2004 avec une restructuration de l'agence nationale pour l'emploi et des agences fédérales.

Enfin, avec la loi Hartz IV, les indemnités de chômage ne sont plus versées pendant 32 mois mais seulement 12 mois (18 mois pour les plus de 55 ans) avec une réduction des indemnités versées aux chômeurs de longue durée qui refusent d'accepter des emplois en dessous de leur qualification. Les chômeurs peuvent de plus être embauchés à des salaires inférieurs (1 €/heure) à la convention collective du secteur. 

Les conséquences des lois Hartz

La dernière loi Hartz oblige en fait les chômeurs à accepter n’importe quel travail, même le plus précaire et le plus mal payé.

Ainsi, près de 12 millions de citoyens, soit 15% de la population, sont pauvres car ils travaillent dans un cadre très fragile, à coup de petits métiers et voient leur niveau de vie baisser dangereusement au fil des années. Un emploi sur trois n’est désormais ni à plein temps, ni à durée indéterminée, et à Berlin par exemple, un jeune sur trois tente de survivre en étant au-dessous du seuil de pauvreté.

4 millions de personnes gagnent moins de 7 euros bruts de l’heure et selon le livre noir du travail intérimaire, publié en mars 2012, plus de 1 million de salariés sont des intérimaires.

Tous ces emplois précaires sont en augmentation exponentielle si l’on en croit les chiffres de l’office allemand des statistiques et l’Allemagne est devenue le pays de l’Union Européenne où la proportion des bas salaires est la plus élevée.

Au-delà des difficultés que rencontrent ces millions de salariés, les retraités ne sont pas non plus épargnés. Ils étaient au moins 400 000 en 2012 à devoir se contenter de 688 € mensuels, après avoir travaillé 35 ans pour 2500 € bruts par mois. Ceux qui ont cotisé pendant 40 ans se retrouvent quasiment dans la même situation. Du coup, pour boucler leurs fins de mois, les retraités sont de plus en plus nombreux à devoir prendre des « mini jobs », privant les actifs du peu de travail qui reste dans le pays

Si le taux de chômage a effectivement baissé (6,8 %, soit 2,897 millions de personnes), il y a néanmoins une véritable précarisation à cause de la thérapie de choc privilégiant l’entreprise aux dépens de travailleur, avec la flexibilité comme arme. Au total, les 10% d'Allemands les plus fortunés se partagent 53% de la richesse nationale, tandis que les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays…

Le double-jeu de François Hollande

En avril 2013, pendant que Jean-Marc Ayrault excluait à Paris tout « tournant » vers l’austérité, François Hollande faisait en Allemagne l'éloge des réformes du marché du travail allemand lors des célébrations à Leipzig des 150 ans du parti social-démocrate (SPD), en présence de la chancelière Angela Merkel :

« Le progrès, c'est aussi de faire dans les moments difficiles des choix courageux pour préserver l'emploi, pour anticiper les mutations industrielles et c'est ce qu’à fait Gerhard Schröder ici en Allemagne et qui permet à votre pays d'être en avance sur d'autres. Ces décisions ne sont pas faciles à prendre, elles peuvent faire surgir des controverses, mais rien ne se construit, rien de solide ne se bâtit en ignorant le réel », a fait valoir le président français.

Aujourd’hui, sans la presse allemande, on n’aurait jamais su que François Hollande avait rencontré Peter Hartz. En fait, partisan depuis toujours, mais sans le dire, de la politique libérale de son ami Gerhard Schröder, François Hollande a déjà commencé à la mettre en œuvre en France.

Le choix initial le plus important est la signature du pacte budgétaire européen, qui a mis la France dans une logique d’austérité. Avant son élection François Hollande s'était pourtant engagé à une vraie renégociation de ce pacte. Mais il lui aura suffi d'un pseudo "pacte de croissance" qui n'équilibre en rien l'austérité massivement mise en œuvre en Europe pour abandonner cet engagement.

En matière d’emploi, l’accord national interprofessionnel (ANI), signé par le patronat et les organisations syndicales dites « réformistes » CFDT, CFTC et CFE-CGC, représente un recul social majeur. Cet accord facilite notamment les licenciements, permet aux entreprises de baisser les salaires et d’augmenter le temps de travail, réduit le délai de recours aux Prud’hommes pour les salariés licenciés, etc.

En matière de retraite, la durée de cotisation sera portée 41,5 ans en 2020, 42 en 2023, 42 et un trimestre en 2026, 42 et demi en 2029, 42 et trois trimestres en 2032 et enfin 43 en 2035. Quant aux cotisations salariales, elles augmenteront de 0,15 point en 2014 puis 0,05 point en 2015, 2016 et 2017, soit 0,3 point au total. 

Enfin, le pacte de responsabilité annoncé le 31 décembre par le chef de l'Etat, prévoit la suppression des cotisations familiales patronales, soit environ 30 milliards d'euros d'ici à 2017 avec des « contreparties » en termes d’emplois et de rémunérations. Mais personne ne peut imposer à une entreprise d’embaucher. Cette réduction des cotisations patronales va en fait rétablir les marges des entreprises, provoquer quelques effets d’aubaine, mais pour combien d’emplois ? 10 milliards d'euros d'allégement de charges supplémentaires en plus des 20 milliards du CICE, c'est peu de chose par rapport à ce que peut engendrer la moindre variation de l'euro.

François Hollande a donc commencé substantiellement à importer le modèle allemand qui est pourtant discrédité avec ses millions de travailleurs réduits en quasi esclavage ou ses retraités plongés dans la misère. 

Et si le Président de la République persiste, c'est qu'il veut avant tout s’inscrire dans le droit fil des préconisations de la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) appliquées partout en Europe : démantèlement du droit du travail, chantage à l’emploi pour baisser les salaires et les droits sociaux au nom de la compétitivité…

 

Photo Creative Commons par Yahoo Images (http://fr.images.search.yahoo.com/search/images ;_ylt=Az_6xdfFo.5SXmcANfJlAQx.?p=peter+hartz&ei=utf-8&y=Rechercher&fr=yfp-t-703&imgsz=icon)

 

> Lire tous les articles du blog : http://reformeraujourdhui.blogspot.com/2008/01/tous-les-billets-du-blog-reformer.html

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • gogoRat gogoRat 5 février 2014 12:27

    « Le progrès, c’est aussi de faire dans les moments difficiles des choix courageux pour préserver l’emploi, pour anticiper les mutations industrielles et c’est ce qu’à fait Gerhard Schröder ici en Allemagne et qui permet à votre pays d’être en avance sur d’autres. Ces décisions ne sont pas faciles à prendre, elles peuvent faire surgir des controverses, mais rien ne se construit, rien de solide ne se bâtit en ignorant le réel  », a fait valoir le président français.
     
     On comprend mieux, en entendant ça, pourquoi celui qui nous appelle à l’humilité d’obtempérer, tient à ce qu’on ignore sa vie privée. Dans un moment de sa vie intime qu’il nous a présenté comme difficile, ( probable batifolage rue du Cirque), le choix courageux qu’il a effectué pour préserver son emploi, sa décision pas facile à prendre , pour rester en avance sur les autres, été de congédier la partenaire qu’il avait présentée au monde ... Sur le plan de ses relations privées, c’est peut-être alors sa propre expérience qui lui a inspiré cette belle découverte : rien ne se construit, rien de solide ne se bâtit en ignorant le réel .
     
    L’idée de mutations qui puissent être anticipées pour être « en avance » avait sans doute aussi alimenté des « rumeurs » concernant une hypothétique « théorie du genre » que son sens rafraîchi du réel et du solide lui aurait fait repousser ? ...


    • pens4sy pens4sy 5 février 2014 12:32

      Hollande paye un repris de justice pour le conseiller.
      Qu’attendre d’autre de ce bouffon plus occupé a trousser, sinon une femme de chambre, une actrice tombée par la séduction du pouvoir.
      Il cherche un gourou, il engage un condamné pour corruption.
      Jusqu’où va-t-il s’enfoncer et le pays avec ?


      • Richard Schneider Richard Schneider 5 février 2014 16:22

        Excellent article. Tout est dit : hors du système prussien, point de salut. L’euromark l’a définitivement emporté.

        Quand en 2005, les peuples néerlandais et français ont voté NON au traité de Lisbonne, cela n’a pas dérangé les européïstes. En France, l’UMP, le PS, les Verts et les Cenristes, sous la houlette du pro-OTAN Sarkozy, ont tourné la difficulté : ils se arrangé entre eux et ont entubé 55% des électeurs de ce pays ! Et aujourd’hui, il faut que les Européens se plient aux dikats de Bruxelles et de Berlin. Sinon, c’est la cata !


        • zygzornifle zygzornifle 5 février 2014 16:41

          H comme honte à Hollande qui est devenu un satellite de l’Allemagne ....


          • leypanou 5 février 2014 16:57

            De la part d’un ancien de la French American Foundation, cela n’étonne guère. De toute façon, comment peut-on croire une seconde quelqu’un qui dit dans un discours devant des milliers de personne que « mon adversaire c’est la finance », et qui quelques jours après, est allé caressé dans le sens des poils les gens de la City ?

            Ce qui est extraordinaire, c’est que tout le monde se rend compte au mieux de l’inefficacité de ces prétendues baisses des charges sur l’amélioration du chômage, et pourtant, ils persistent.

            Pire, il faut vraiment prendre le monde pour des imbéciles pour faire croire qu’il puisse y a voir de responsabilisation. Apparemment, l’expérience de la baisse de la TVA dans la restauration n’aura pas suffi. Pour une fois, H Guaino avait raison quand il disait que c’est une ânerie que de croire qu’il puisse y avoir un donnant-donnant. Une baisse effective des cotisations sociales -et non des charges qu’ils nous martèlent à longueur de journée- ne sera jamais compensée par des embauches hypothétiques.

            Pauvre France condamnée probablement au scénario espagnol : chasser Zapatero pour tomber sur Rajoy, car ce que concocte l’UMP pour les travailleurs, c’est la précarité pour tout le monde.


            • mmbbb 5 février 2014 21:23

               je suis assez content les gens ont la memoire tres courte Ayrault tirait a boulet rouge sur Sarko Les personnes de gauche comme Melanchon appelalit a voter Hollande Hollande a fait cocu Treweiller il fera cocu les personnes ayant vote pour lui Par ailleurs la soupe est bonne Chereque a eu un poste d’un truc socio machin et l’ancien syndicaliste de florange est rentre au PS. Je comprends que les travailleurs puissent vote FN apres s’etre si joliment fait cocufier 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès