Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Interdiction de la burqa : l’incroyable hypocrisie des députés (...)

Interdiction de la burqa : l’incroyable hypocrisie des députés français

Nos députés nous ont ostensiblement montré leur détermination à combattre le voile intégral, en votant ce mardi à l’Assemblée nationale son interdiction générale... à peine trois semaines après que leurs homologues - français - du Conseil de l’Europe aient montré, avec beaucoup moins de médiatisation, toute leur détermination à combattre cette interdiction !

Le projet de loi destiné à interdire le port du voile intégral dans l’espace public a été adopté mardi 13 juillet par l’Assemblée nationale. Le texte a été voté par 335 voix pour (principalement UMP et Nouveau Centre) et une voix contre (celle de Daniel Garrigue, membre de République solidaire, le nouveau parti de Dominique de Villepin). Pour l’essentiel, la gauche (PS, Parti de Gauche, PC, Verts) a refusé de participer au vote. Seuls dix-huit élus socialistes, ainsi que le communiste André Gerin et Jacques Desallangre, du Parti de Gauche, ont voté en faveur du texte. Yvette Roudy, l’ancienne ministre aux Droits de la femme de François Mitterrand, a d’ailleurs fait part de sa consternation, se disant "stupéfaite" de la faiblesse des socialistes.

Le projet de loi prévoit d’interdire la burqa et le niqab sur les "voies publiques", c’est-à-dire dans la rue, ainsi que dans les "lieux ouverts au public ou affecté à un service public". L’article 1 stipule que "nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage". Le texte prévoit une amende de 150 euros, à laquelle pourra s’ajouter ou se substituer un "stage de citoyenneté".

En votant le texte, le groupe UMP "dit non à la résignation, non aux pratiques obscurantistes, non à l’oppression", a clamé la députée des Ardennes Bérengère Poletti, lors des explications de vote. "Ce texte honorera celles et ceux qui ont choisi de défendre les valeurs de la République".
 
Double discours
 
Tout cela est fort beau. L’ennui, c’est que nos députés français, non plus à l’Assemblée nationale, mais au Conseil de l’Europe, ont voté unanimement contre l’interdiction de la burqa !
 
Le 23 juin 2010, à Strasbourg, dans une résolution sur la lutte contre l’islamisme et l’islamophobie, le Conseil de l’Europe recommande aux 47 États membres concernés, dont la France, de ne pas recourir à l’interdiction du voile intégral : "L’interdiction générale du port de la burqa et du niqab dénierait aux femmes qui le souhaitent librement le droit de couvrir leur visage", affirme la résolution adoptée par 108 voix, dont celles des Français, et quatre abstentions.
 
Les parlementaires européens justifient leur position par la nécessité d’intégration des femmes musulmanes dans les sociétés européennes : "[L’interdiction de la burqa] pousserait les familles et la communauté à faire pression sur les femmes musulmanes pour qu’elles restent chez elles et se limitent à entretenir des contacts avec d’autres femmes". La résolution affirme d’ailleurs clairement : "Les musulmans sont chez eux en Europe, où ils sont présents depuis des siècles".
 
Le Conseil de l’Europe spécifie tout de même que "les restrictions légales imposées à cette liberté peuvent être justifiées pour des raisons de sécurité ou lorsque les fonctions d’une personne lui imposent de faire preuve de neutralité religieuse ou de montrer son visage".
 
Nous avons donc des parlementaires français qui, au Conseil de l’Europe, votent le 23 juin, à l’unanimité, contre l’interdiction du voile intégral, et qui, à l’Assemblée nationale, votent le 13 juillet, sans opposition, pour l’interdiction de ce même voile intégral ! On se demande en particulier à quoi peuvent bien jouer les députés UMP dans cette mise en scène, ce que peut bien signifier leur discordance aux plans national et européen...
 
Vers une abrogation du vote suisse
 
Dans cette même résolution du Conseil de l’Europe du 23 juin, il est à noter que les parlementaires ont demandé à la Suisse d’abroger l’interdiction de construire des minarets, décidée lors d’une votation populaire le 29 novembre 2009, jugeant que cela était discriminatoire pour les musulmans. Ils incitent la Confédération "d’adopter un moratoire sur son interdiction générale de construction des minarets" et "d’abroger l’interdiction dès que possible car elle discrimine des communautés musulmanes". On se souvient que c’est le souhait qu’avait émis l’eurodéputé Vert Daniel Cohn-Bendit dans un débat houleux face à Oskar Freysinger :
 
 
"La construction des minarets doit être possible, au même titre que celle des clochers, dans le respect des conditions de sécurité publique et d’urbanisme" précise le texte adopté par le Conseil de l’Europe.
 
Identités
 
Pour revenir à l’interdiction du port du niqab dans l’espace public, votée hier par l’Assemblée nationale, elle a été fermement condamnée par Amnesty International, mouvement pourtant censé défendre les droits humains : "Amnesty International mène de front sa mission de recherche et d’action pour prévenir et empêcher les graves atteintes aux droits de l’intégrité physique et mentale, à la liberté de conscience et d’expression et prévenir toute forme de discrimination". Une femme qui se camoufle de la tête aux pieds, jusqu’au visage, ne s’auto-discrimine pas selon Amnesty... "L’interdiction totale de se couvrir le visage constituerait une violation de la liberté d’expression et de religion des femmes portant la burqa ou le niqab comme un signe d’identité ou de foi", écrit l’organisation dans un communiqué. On croit rêver, en voyant les défenseurs des droits de l’homme définir la burqa, cette négation radicale de la personne, comme un signe d’identité...
 
"De façon générale, la liberté d’expression et de religion stipule que chacun est libre de choisir ce qu’il veut porter ou ce qu’il ne veut pas porter. Ce droit ne saurait être limité au seul motif que certains - y compris une majorité - jugent un vêtement inapproprié ou offensant", poursuit Amnesty International, qui accorde à l’individu tous les droits au détriment de la société et de sa cohésion interne. Exit la notion de coutume. De poussiéreux philosophes (Montaigne, Pascal, Descartes) disaient jadis que la règle des règles, c’était de suivre la coutume du pays où l’on était né. Vieillerie à jeter aux orties pour Amnesty... mais néanmoins reprise par un célèbre polémiste ("A Rome, fais comme les Romains") :
 
 
Nos députés et nos associations "humanistes", obsédés aujourd’hui par ce qu’ils appellent "l’islamophobie" et qu’ils assimilent à du racisme, devraient peut-être lire ou relire Claude Lévi-Strauss, humaniste authentique et lucide, qui ne faisait pas du "vivre ensemble" abstrait la règle d’or des sociétés humaines, conscient que pour que chacune d’entre elles persévère dans son identité singulière, il lui fallait une dose d’imperméabilité aux autres :
« […] je m’insurge contre l’abus de langage par lequel, de plus en plus, on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales, légitimes même, et en tout cas inévitables. Le racisme est une doctrine qui prétend voir dans les caractères intellectuels et moraux attribués à un ensemble d’individus, de quelque façon qu’on le définisse, l’effet nécessaire d’un commun patrimoine génétique. On ne saurait ranger sous la même rubrique, ou imputer automatiquement au même préjugé l’attitude d’individus ou de groupes que leur fidélité à certaines valeurs rend partiellement ou totalement insensibles à d’autres valeurs. Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au-dessus de toutes les autres, et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels dont le genre de vie, respectable en lui-même, s’éloigne par trop de celui auquel on est traditionnellement attaché. Cette incommunicabilité relative n’autorise certes pas à opprimer ou détruire les valeurs qu’on rejette ou leurs représentants, mais, maintenue dans ces limites, elle n’a rien de révoltant. Elle peut même représenter le prix à payer pour que les systèmes de valeurs de chaque famille spirituelle ou de chaque communauté se conservent, et trouvent dans leur propre fonds les ressources nécessaires à leur renouvellement. Si comme je l’ai écrit ailleurs, il existe entre les sociétés humaines un certain optimum de diversité au-delà duquel elles ne sauraient aller, mais en dessous duquel elles ne peuvent non plus descendre sans danger, on doit reconnaître que cette diversité résulte pour une grande part du désir de chaque culture de s’opposer à celles qui l’environnent, de se distinguer d’elles, en un mot d’être soi ; elles ne s’ignorent pas, s’empruntent à l’occasion, mais, pour ne pas périr, il faut que, sous d’autres rapports, persiste entre elles une certaine imperméabilité. »
 
Le Regard éloigné (1983)
 
Un relativiste (nourri de Lévi-Strauss) pourrait sans doute accepter la burqa... en Afghanistan et au Pakistan, si c’est là-bas une coutume établie, car aucun usage n’est intrinsèquement supérieur aux autres. Mais il ne l’accepterait pas en France et en Europe, où elle n’a jamais eu sa place et où elle choque la majorité. N’en déplaise à Amnesty International, c’est une raison suffisante pour l’interdire, sans débat (Aldo Sterone, cité à la fin de mon précédent article, a raison sur ce point : le débat est déjà de trop sur un tel sujet).

Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

168 réactions à cet article    


  • courageux_anonyme 14 juillet 2010 04:31

    C’est incroyable la distance qu’il peut y avoir entre les « élites » et les gens. J’ai passé une partie de la nuit à chercher à savoir quelle était l’opinion publique mondiale sur l’interdiction de la burqa en France.
    Aux Etats-Unis, ils demandent à avoir la même loi et saluent le sursaut de la France. En Angleterre idem.
    En Espagne ils se plaignent que le problème de la burqa ne soit même pas évoqué chez eux.
    En Inde ils dénoncent la burqa en général.
    A ma grande surprise les australiens eux aussi félicitent la France (je ne savait pas qu’ils avaient des problèmes avec les musulmans).
    En Turquie je ne comprends pas la langue mais j’ai vu deux fois « bravo fransaya ».
    Et enfin au Canada, c’est la déferlante de félicitations.

    Voilà pour mon petit tour du monde des réactions des gens sur internet. Globalement, les gens apprécient la prise de position de la France. Il y a bien sur les « united color of bobo bienpensants » mais ils sont minoritaires (et au coude à coude avec les islamistes pur et dur aux USA).
    Sur ce, je vais me coucher.


    • courageux_anonyme 14 juillet 2010 04:37

      PS : l’information est aussi traitée en Irlande, en Chine, dans les pays scandinaves et en Allemagne,
      sans parler das pays que je n’ai pas pu identifier, mais dans les premiers cas, il n’y avait pas de commentaires, et dans les seconds, c’est juste illisible pour moi : c’est pourquoi je n’en ai pas parlé plus haut smiley


    • Paradisial Paradisial 14 juillet 2010 15:59

      Preuve comme quoi le lobby international a aiguisé tout son arsenal pour détourner les sociétés des préparatifs d’installation de leur fameux Décadent Désordre Mondial.

      Avec un phénomène infinitésimal ils ont su instrumentaliser toute une planète.

      Sont fortiches les sayanim.


    • courageux_anonyme 14 juillet 2010 17:36

      Oh non Paradisial, pas de lobby, ne sous-estimez pas la magnifique réputation qu’ont réussi à se forger les musulmans « around the world ».
      Que voulez-vous, l’islam est plus réputé pour ses attentats que pour ses prix nobels, par exemple.


    • Paradisial Paradisial 14 juillet 2010 17:45

      La décadence de l’Orient est due à son éloignement de l’Islam. Quand l’Orient était musulman, il était rayonnant, et s’était par son truchement que le témoin de la science passa entre les mains de l’Occident.

      Quels attentats ?!!!

      Les false-flags ?!!!

      La petitesse de votre intelligence démontre que vous en êtes une victime de plus.

      Moi je dis : soit vous êtes un vrai con, soit vous êtes un agent de hasbara.


    • armand armand 14 juillet 2010 17:59

      Paradi,

      C’est ça, pauvre crétin, les milliers de pauvres hères pakistanais explosés en faisant leur marché par les vaillants kamikazes de l’Homme-Mollard sont un « false flag ».
      A d’autres !
      Tu peux faire le petit Goebbels islamiste tant que tu veux, ton vernis de culture ne suffit plus à masquer ton intention, le militantisme illuminé pour le compte d’une secte mortifère. Car le type d’Islam que tu défends n’est autre que cela.

      Alors on te tolère tant que tes discours font rire. Le jour où tu présenteras une menace véritable, on changera de ton et on passera aux travaux pratiques.


    • Paradisial Paradisial 14 juillet 2010 18:24

      Amandélire,

      Crétin toi-même. L’Islam est innocent de ces dérives là. Et ces dérives là on ne les observe que dans des milieux géostratégique où la main de fer ussioniste gantée de velours existe militairement et est proactive.

      Pauvre patate, qu’elles aient lieu au Pakistan, en Afganistan ou en Irak ou Algérie, je rappelle à ta petite gouverne que ces techniques là, il est archi-connu qu’elles appartiennent aux techniques de guerre psychologique et à ceux de la lutte antiinsurectionnelle.

      Mon Islam, celui que je défends, est l’Islam des Lumières, qui inexorablement ne manquera pas à ressusciter.

      Tes avis de pacotille complètement sionisés tu les gardes pour toi, et tu en gargarise ta fétide bouche.

      La Khazarie ne sera plus, et sera jetée dans les poubelles de l’histoire. Les vieux aigris quant à eux .... bof, en s’en souciera quand on se souciera de la vermine.


    • Arafel Arafel 14 juillet 2010 20:36

      Quels attentats ?
      Heuuuuu...........

      .
      Attentat/Irak : 4 morts et 23 blessés

      AFP
      04/07/2010 | Mise à jour : 10:42

      Attentat-suicide meurtrier au Pakistan

      LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 09.07.10 | 08h41

      Publié le 26 mars 2010 à 16h31 | Mis à jour le 26 mars 2010 à 16h34

      Attentat islamiste près d’Alger : 2 morts, 5 blessés graves

      Et il y en a des dizaines comme ça, avec des morts tous les jours. je n’ai pas envie de passer du temps à chercher, j’ai juste tapé « attentat » dans google, j’avais juste le « choix », il y en a des centaines comme ça depuis des années.
      Et vous posez encore la question : « quels attentats » ?


    • courageux_anonyme 14 juillet 2010 20:49

      armand et Arafel, ne cherchez pas, il a suffit d’opposer attentat et prix nobel pour que le mot « sioniste » s’allume en rouge dans la petite tête de Paradisial et qu’il pète un plomb smiley


    • Arafel Arafel 18 juillet 2010 22:00

      « l’islam est innocent ...... »
      Va dire ça aux pauvres gens qui meurent déchiquetés, massacrés, assassinés dans les attentats islamiques, va dire ça à leurs famille, je ne doute pas que tu sois bien reçu.
      Décidément, la connerie n’a plus de limites de nos jours.....


    • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 18 juillet 2010 22:14

      On peut dire de même avec le christianisme, qui pourtant est une « religion d’amour », mais a donné l’inquisition.

      Toutes les religions ont servi à commettre les pires exactions.


    • jack mandon jack mandon 14 juillet 2010 06:34

      A l’auteur, à tous.

      Un environnement culturel obéit à des critères conscients et inconscients.

      La burqa et le niqab nous parlent d’un autre monde qui peut être dérangeant voir même provocateur pour un occidental.

      Il me semble équilibré et harmonieux de réserver à la sphère privée, les pratiques humaines qui dérangent ou frappent l’imagination .

      Du naturisme à la burqa, de l’amour à la pornographie, de la religion au prosélytisme « même combat », cela doit pouvoir se pratiquer librement mais dans l’intimité. Cela ne concerne que les adeptes de ces pratiques qui doivent respecter l’espace publique.
      La distance est mince entre la provocation, le fanatisme et le terrorisme.

      Ce qui véhicule des émotions engendre des positions fortes et radicales qui peuvent aboutir à la violence voir au meurtre.

      C’est pour cette raison qu’il faut différencier la sphère privée et publique pour respecter les deux.

      Tout cela est simple, point besoin de sortir de l’ENA pour légiférer.

       


      • Fergus Fergus 14 juillet 2010 15:47

        Pas mieux, Jack. J’approuve à 100 % ce commentaire.

        Bonne journée.


      • Ouallonsnous ? 16 juillet 2010 00:56

        Il reste maintenant à se mettre en régle avec les conséquences légales de la loi de 1905, avec l’application de la laïcité et le principe de tolérance, qui consiste justement à n’arborer aucun signe ostentatoire d’appartenance à une secte, une religion ou un courant de pensée étranger à la République et à ses principes en dehors de la sphére privée !

        La premiére et la principale hypocrisie des politiques et des édiles sur le terrain réside dans ce que rien n’est fait pour l’application des ces lois, ce qui aurait probablement épargné à notre pays le discrédit de sa représentation nationale au yeux de l’opinion internationale !


      • Albar Albar 14 juillet 2010 09:41

        Que ne fait on pas pour la lutte anti-islamique euh pardon antiterroriste ! Le four tout par des lois scélérates comme en sont supposées l’être les femmes, toutes les femmes musulmanes (très dangereuses parce que voilées mis a part les bonnes soeurs de l’église) en vertu de l’autre supposée laïcité qui bien entendu tolère celles qui sont intégralement dévoilées, nues comme ces anguilles bonnes a être consommé par des dégustateurs de bonne chair (comprend qui voudra) et des envieux voyeurs.

        Il va bien falloir qu’un illustre Zola se manifeste et sort de son anonymat pour déclarer son pamphlet de manifeste et dénoncer cette hypocrite loi au non de la tolérance et de la Liberté.

        Il est bien a signaler que l’instigateur de cette loi n’est autre que le sioniste président psychotique, rageur, disciple des néo conservateurs maléfiques, adepte de la guerre totale, et éradicateur de toute opposition ou quelle se trouve.

        Je fini par dire qu’il n’est pas bon voire avantageux de stigmatiser les musulmans, surtout pas par le maillon faible symbolisé justement par cette femme voilée


        • mor95 15 juillet 2010 12:09

          Incroyable de voir le nombre de personnes tombés dans les marmites de la pensé unique.
          Un livre, un seul à vous conseiller, afin d’éclairer ne serait-ce qu’un peu votre l’anterne sur ce sujet de l’islame et islamisme qui fait grand débat.
          « la peur des barbares » tzevtan todorov.
          Le pire dans tous ça, c’esst que les 3/4, j’en suis sur. Pense avoir une vision du monde indépendante et faire parler leur libre arbitre.
          La blague


        • Arafel Arafel 18 juillet 2010 22:07

          C’est quand même bizarre, parce que on ne parle jamais de lutte contre les terroristes chrétiens, les terroristes bouddhistes, les terroristes juifs, les terroristes hindous et j’en oublie...c’est vrai que ces religions là ne revendiquent pas des attentats avec des dizaines, voir des centaines de morts à chaque fois......mais cela doit être le hasard.....non, c’est toujours et partout l’islam des mollahs et des obscurantistes...........au nom de de Dieu....


        • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 18 juillet 2010 22:16

          C’est quand même bizarre, c’est à partir du moment ou les USA ont financé les talibans et Ben Laden que ça a commencé...


        • zelectron zelectron 14 juillet 2010 09:49

          Burqas en soldes : à vendre pas cher...


          • okidocman okidocman 14 juillet 2010 09:55

            y a t-il un autre sujet au quel la france a autant debatut c’est 2 dernieres années ?

            Comme disait Nabe

            Les français portent une Burqa mentale !


            • DESPERADO 14 juillet 2010 13:51

              C’est tout a fait normal

              Quand on entend Eric Raoult dire « Israel c’est plus important que les retraites » on comprend tout de suite, sa démarche face au niqab.
              Elle est basée sur les intérêts dIsrael.
              Car en stigmatisant les musulmans en général, cela permet de rebondir sur les palestiniens.
              Il faut diaboliser jusqu’à plus soif afin de se donner les justifications à l’extermination et la déportation des palestiniens.
              En gros
              Izrael über alles.
              Ca va mal finir tout ça.

            • Orélien Péréol Aurélien Péréol 14 juillet 2010 10:44

              Il faut toujours débattre.

              Vous avez l’air de croire que vous portez la valeur selon laquelle vous êtes assez sûr de vos valeurs pour les imposer par la force.
              Cette valeur là, c’est vraiment la pire de toute.

              Vous instrumentalisez Lévi-Strauss à votre cause. Vous avez tous les toupets. Tous les abus, dont cette instrumentalisation de Lévi-Strauss, sont dans cette valeur si agréable à vous-même.

              Il faut débattre, il faut toujours débattre.

              • Douglas Barr 14 juillet 2010 15:49

                Bonjour Aurélien,

                Je suis en désaccord avec vous. Certains sujets n’ont pas à être débattus. En France, j’espère qu’on ne débattra jamais de la lapidation, par exemple. Pourtant, dans certains pays où elle existe, ce pourrait être un sujet de débat. Le port de la burqa (ou du niqab) est une coutume trop éloignée des coutumes françaises, trop en contradiction avec les valeurs les plus fondamentales de notre pays, pour être un sujet de débat (et pourtant nous débattons...).

                Je ne vois pas en quoi j’instrumentalise Lévi-Strauss, je le cite, et j’aurais pu le citer encore davantage.

                Je ne suis pas sûr de mes valeurs, comme vous le prétendez et je ne veux certainement pas les imposer aux autres par la force : je dis au contraire (en bon relativiste que je suis) qu’aucun usage ne peut être dit (dans l’absolu, que Dieu seul, s’il existait, pourrait fonder) supérieur aux autres. Nos usages ne sont pas pour moi intrinsèquement meilleurs que ceux de tous ceux qu’on qualifie parfois de « sauvages » ou de « barbares » (les talibans par exemple aujourd’hui, les Indiens d’Amérique à l’époque de Montaigne : « nous appelons barbare ce qui n’est pas de notre usage... »). Je dirais même que je respecte ceux qu’on appelle les intégristes (musulmans ou d’autres religions), ils ont le droit d’exister et de vivre selon leur foi. Et ils peuvent avoir toutes les règles (notamment vestimentaires) qu’ils veulent. Le seul problème, c’est que leurs valeurs sont absolument incompatibles avec les miennes et celles de la majorité des Français et des Européens. Le « vivre ensemble » avec eux, qui souhaitent imposer notamment la burqa dans l’espace public, me paraît impossible.

                Je rappelle Lévi-Strauss : une société ne peut certes pas descendre sous un certain seuil de diversité et d’ouverture sans se mettre en danger, mais elle ne peut pas non plus aller au-delà d’un certain seuil de diversité et d’ouverture sans se mettre également en péril. Tout est une question de mesure, de modération. La burqa, c’est clairement au-delà de ce que notre société peut admettre, si elle veut survivre (ce qu’évidemment elle n’est pas forcée de vouloir...).


              • heho 14 juillet 2010 16:04

                @ A.Pereol

                Oui, récupérer LéviStrauss, pour servir un discours d’exclusion culturelle, faut le faire... Et d’ailleurs, c’est bien hypocrite, parce qu’à suivre bêtement cette citation, on approuveraitr les pires communautarismes, communautarismes qu’ils entendent combattre ! (au nom de la démocratie... laquelle démocratie n’a qu’un défaut à leur yeux, c’est de ne pas leur donner les pleins pouvoirs...)

                Oui, débattre plutôt que considérer une fois pour toutes, que ce sont les mêmes valeurs qui valent pour tous, et ce, à jamais.

                Moi, les valeurs que ces gens-là prétendent défendre, je ne les partage pas... Ma patrie, ma nation, mon clocher, ma culture, moi et les miens et mon jardin pour seul horizon... Merci bien ! Ils ne savent pas qu’il existe des français différents d’eux, qui vivent autrement ? ils ne se sont jamais posé la question de savoir si les autres français partageaient leurs idées ? ils ne s’étonnent donc pas que les mouvements politiques qui représentent leurs idées ne soient pas au pouvoir ? Ils croient que c’est la faute au complot islamo-bobo-gauchiste ! Ne parlant qu’entre eux, ils se croient la majorité, quand tout simplement c’est que la France n’est pas LEUR France, et heureusement. Leur soi-disant culture française homogène et millénaire est une illusion sanglante, et je refuse qu’en tant que français, on m’assimile à ça.


              • Douglas Barr 14 juillet 2010 17:19

                @ heho

                Pour vous, épargner à toutes les femmes françaises de porter la burqa, c’est de l’exclusion culturelle ?

                Pour le reste, vous ne m’avez pas lu ou pas compris, puisque je dis exactement l’inverse de ce que vous prétendez, à savoir que les valeurs sont relatives, mais qu’en un même lieu la coexistence de valeurs contradictoires n’est pas forcément souhaitable, si l’on veut éviter les tensions et protéger la paix civile. Cela dit, comme le dit Lévi-Strauss, la diversité (mesurée) est souhaitable.

                Je ne m’approprie pas forcément toute la pensée de Lévi-Strauss (qui serait très subversive aujourd’hui), mais puisque vous ne semblez pas la connaître, voici d’autres citations :

                Extrait de Magazine littéraire (2003) :

                « J’ai commencé à réfléchir à un moment où notre culture agressait d’autres cultures dont je me suis alors fait le défenseur et le témoin. Maintenant, j’ai l’impression que le mouvement s’est inversé et que notre culture est sur la défensive vis-à-vis des menaces extérieures, parmi lesquelles figure probablement l’explosion islamique. Du coup je me sens fermement et ethnologiquement défenseur de ma culture. »

                Extrait d’un entretien avec Didier Eribon (2002) :

                Claude Lévi-Strauss : J’ai dit dans Tristes Tropiques ce que je pensais de l’islam. Bien que dans une langue plus châtiée, ce n’était pas tellement éloigné de ce pour quoi on fait aujourd’hui un procès à Houellebecq. Un tel procès aurait été inconcevable il y a un demi-siècle ; ça ne serait venu à l’esprit de personne. On a le droit de critiquer la religion. On a le droit de dire ce qu’on pense.

                Didier Eribon : Mais alors, qu’est-ce qui a changé ?

                Claude Lévi-Strauss : Nous sommes contaminés par l’intolérance islamique. Il en va de même avec l’idée actuelle qu’il faudrait introduire l’enseignement de l’histoire des religions à l’école. J’ai lu que l’on avait chargé Régis Debray d’une mission sur cette question. Là encore, cela me semble être une concession faite à l’islam : à l’idée que la religion doit pénétrer en dehors de son domaine. Il me semble au contraire que la laïcité pure et dure avait très bien marché jusqu’ici.

                Nombreuses autres citations compilées par Arrêt sur images : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2477


              • Orélien Péréol Aurélien Péréol 14 juillet 2010 17:26

                A Douglas Barr

                Je vous remercie de votre réponse qui argumente sur mon argumentation, ce qui n’est pas toujours le cas sur ce site.

                Cependant, pour moi, vous êtes dans le déni et dans le procès d’intention.

                Vous dites que vous n’instrumentalisez pas Lévi-Strauss parce que vous le citez ! L’argument ne tient pas dans le cas général. Instrumentaliser un auteur n’est pas falsifier les citations. C’est leur donner des connotations intéressées. Autrement dit, laisser accroire que Claude Lévi-Strauss aurait dit que la burqa serait du côté de l’excès, du trop grand écart à l’acceptable, voilà l’’instrumentalisation. Mais c’est un point mineur. Quand vous écrivez : « La burqa, c’est clairement au-delà de ce que notre société peut admettre, si elle veut survivre (ce qu’évidemment elle n’est pas forcée de vouloir...). » c’est absolument insensé. Les femmes sous voiles intégrales, combien de divisions ? Avec 2000 femmes sous voiles intégrales, la société ne peut pas survivre ? Vous croyez vraiment ce que vous dites. ? Cela me rappelle dans un tout autre domaine que le Président Pompidou avait prophétisé une Révolution si les chômeurs de France dépassaient le nombre de 500 000. La société, pour parler comme vous, est beaucoup plus forte que vous le pensez, (et les valeurs beaucoup moins). Quand vous dites : « Je ne suis pas sûr de mes valeurs, comme vous le prétendez et je ne veux certainement pas les imposer aux autres par la force … » puis au terme de votre paragraphe : « Le seul problème, c’est que leurs valeurs sont absolument incompatibles avec les miennes et celles de la majorité des Français et des Européens. Le « vivre ensemble » avec eux, qui souhaitent imposer notamment la burqa, me paraît impossible. » C’est incompatible. Vous voulez imposer vos « valeurs » en déclarant que les valeurs des autres (non-Français et non-Européens si je vous suis) sont absolument incompatibles. Que faire devant cette incompatibilité absolue, telle que vous la déclarez ? Votre solution est d’imposer vos valeurs, me semble-t-il.Les projections sont nécessaires à ce type de discours : la plupart des musulmans auxquels vous vous opposez sont Français, ce que vous ne prenez plus en considération sitôt qu’ils sont musulmans et pas comme vous voudriez que les musulmans soient. Autre procès d’intention : « Le « vivre ensemble » avec eux, qui souhaitent imposer notamment la burqa, me paraît impossible. » Où voyez-vous qu’ils souhaitent imposer la burqa à l’ensemble de la société ? Vous êtes exactement à l’envers : Vous voulez imposer l’interdiction du voile intégral en prétendant que celles et ceux qui sont intéressés par cette pratique souhaitent imposer le port de la burqa et qu’on ne peut donc pas les considérer comme des êtres de parole, qu’on doit agir envers eux par la force. En ce qui concerne l’effet de cette inversion, c’est aussi une inversion. Les musulmans vont renforcer le sentiment identitaire du fait de la violence des condamnations qu’ils subissent. J’espère que nous n’aurons pas à débattre de la lapidation. Mais si un jour, la lapidation venait dans le débat public, ce qui serait très malheureux j’en conviens, il faudrait débattre ; il ne faudrait pas ressortir la guillotine pour guillotiner celles et ceux qui seraient pour la lapidation.


              • Orélien Péréol Aurélien Péréol 14 juillet 2010 17:44

                à douglas Barr
                vous écrivez : « Pour vous, épargner à toutes les femmes françaises de porter la burqa, c’est de l’exclusion culturelle ? »

                Vous vous donnez des buts d’une générosité à faire peur... Vous croyez vraiment que les femmes françaises sont en danger de devoir être voilées entièrement ? Toutes les femmes françaises ?
                Vous vous racontez des histoires effrayantes qui vous font cauchemarder. Ce n’est pas crédible du tout. ça n’existe pas. Sauf votre respect, vous êtes un Don Quichotte.


              • Annie 14 juillet 2010 17:50

                Mais établir un parallèle, pour justifier de refuser tout débat, entre le port de la burqa et la lapidation est malhonnête, surtout si le port de la burqa est volontaire. S’il ne l’est pas, la burqa n’est alors pas plus acceptable dans la sphère privée que dans la sphère publique. S’il y a hypocrisie, c’est bien à ce niveau.


              • Waldgänger 14 juillet 2010 17:53

                On a pas le droit non plus de se promener en uniforme nazi sur la voie publique ? La comparaison n’est pas excessive vu ce qu’ont fait les Talibans. Vous voulez finir comme les Coptes ? Libre à vous.


              • Waldgänger 14 juillet 2010 17:57

                Je ne vois pas où est le problème d’interdire la burqa. Cette pratique renvoie directement à l’islam radical, dont les idéologues dont se revendiquent les intégristes de base se disent totalement opposés à tout type de régime démocratique et aux libertés individuelles. Les programmes d’un Tariq Ramadan et de ceux dont il se revendique totalement sont assez clairs là dessus.


              • Douglas Barr 14 juillet 2010 18:12

                @ Aurélien Péréol

                Lévi-Strauss ne parlait certes pas de la burqa en France, dans la mesure où elle n’y existait pas du temps où il s’exprimait encore. Il s’inquiétait plus généralement de certains excès de l’islam...

                Ensuite, le problème de la burqa n’est pas de nombre, mais de principe. Ce serait une concession (si elle était tolérée) qui serait la porte ouverte à de nombreuses autres revendications du même type (communautariste), et d’ailleurs il y en a déjà. De revendications en revendications, et de concessions en concessions, on transforme une société.

                Je ne doute pas que « la société » survivra à tout, mais ce sera une autre société que celle que nous connaissons, et elle ne me fait pas envie.

                Vous dites que je veux imposer mes valeurs aux « non Français »... Pensez-vous que les « non Français » veuillent la burqa ? Je pense que non. Et quand bien même, je ne me plierais pas à leur volonté, si elle était telle. Je sais que ce n’est pas une référence intellectuelle, mais avez-vous écouté « Aldo Sterone », cet Algérien de Londres qui critique le fait même que l’on débatte de la burqa en France et qui a la dent dure contre les poussées islamistes en France ?

                http://www.dailymotion.com/video/xdy1dk_aldo-sterone-a-propos-de-la-burqa-e_news

                Malika Sorel, membre du Haut Conseil à l’Intégration, est certes française, mais d’origine algérienne, et elle est certainement plus intransigeante que moi.

                http://puzzledelintegration.blogspirit.com/

                Vous voyez que des « non-Européens » d’origine (et je pense qu’ils ne se limitent pas à Malika Sorel et Aldo Sterone) ne sont pas béats devant l’islamisme en Europe. Ils sont même plus intransigeants que l’immense majorité des Européens !

                J’avoue ne pas comprendre qu’on puisse me reprocher d’être simplement opposé à la burqa en France (je n’y suis même pas opposé au Pakistan, où elle s’inscrit parfois dans une culture séculaire, je ne me permettrais pas de contester cette coutume et si j’allais en voyage au Pakistan je me plierais aux coutumes locales).

                Vous dites : « la plupart des musulmans auxquels vous vous opposez sont Français » : à mon sens, être français, c’est une volonté d’être français, et porter la burqa (qu’on ne porte même pas dans nombre de pays musulmans) ne me semble pas refléter le désir d’être français.

                Je ne voulais pas dire que les islamistes voulaient imposer la burqa à tous, mais qu’ils l’imposaient « dans l’espace public » au mépris des sensibilités de la majeure partie de la population.

                Vous dites : « Les musulmans vont renforcer le sentiment identitaire du fait de la violence des condamnations qu’ils subissent. » J’espère qu’interdire la burqa ne représente pas une violence pour la grande majorité des musulmans français. Même en Syrie, le gouvernement prend des mesures contre la burqa : http://palestinenote.com/cs/blogs/news/archive/2010/07/08/syria-and-france-taking-steps-to-ban-niqab.aspx

                « Mais si un jour, la lapidation venait dans le débat public, ce qui serait très malheureux j’en conviens, il faudrait débattre » : là, j’avoue que les bras m’en tombent... Vous êtes sérieux ?


              • Douglas Barr 14 juillet 2010 18:19

                @ Aurélien

                Je me suis peut-être mal exprimé : je ne voulais pas dire que toutes les femmes françaises étaient aujourd’hui menacées par la burqa ; je voulais dire qu’il fallait protéger (par la loi) toutes les femmes susceptibles d’être un jour menacées (même si elles ne sont actuellement « que » quelques milliers).


              • Douglas Barr 14 juillet 2010 18:54

                Bonjour Annie,

                Contrairement à vous, je pense que certains usages, même s’ils sont volontaires, n’ont pas leur place dans une société donnée. Que les femmes portant le niqab le fassent volontairement ne m’importe pas ; d’ailleurs je ne doute pas que beaucoup le fassent tout à fait volontairement.

                Vous prônez le laisser-faire, le « chacun fait ce qu’il veut ». Je pense que ce laxisme (politique) est à l’origine de beaucoup de problèmes actuels, et du communautarisme qui malheureusement sévit dans certains quartiers.

                Je ne suis pas opposé complètement au débat, puisque j’y participe moi-même... mais je trouve qu’il prend beaucoup trop de place, sur un sujet qui devrait (me semble-t-il) faire consensus en France.


              • Orélien Péréol Aurélien Péréol 14 juillet 2010 20:41

                à Douglas Barr

                Vous n’arrêtez pas de dire que vous n’avez pas dit ce que vous avez dit.
                Vous n’êtes pas dans la réflexion, vous êtes dans l’affectivité, et l’affectivité négative.

                Vous écrivez : « 
                Lévi-Strauss ne parlait certes pas de la burqa en France, dans la mesure où elle n’y existait pas du temps où il s’exprimait encore. Il s’inquiétait plus généralement de certains excès de l’islam... »
                Donc est d’accord vous l’instrumentalisez dans un combat qui n’est pas le sien.

                Vous écrivez : « Ensuite, le problème de la burqa n’est pas de nombre, mais de principe. Ce serait une concession (si elle était tolérée) qui serait la porte ouverte à de nombreuses autres revendications du même type (communautariste), et d’ailleurs il y en a déjà. De revendications en revendications, et de concessions en concessions, on transforme une société. » Ben voyons ! C’est du délire de persécution, dit très naïvement. (vous êtes tellement sûr d’avoir raison).
                Vous écrivez : « Je ne doute pas que »la société« survivra à tout, mais ce sera une autre société que celle que nous connaissons, et elle ne me fait pas envie. » Eh bien je n’ai pas envie d’une société où vous seriez gardien des « valeurs », et où vous m’interdiriez très rapidement. Il faut débattre, c’est une valeur.
                Vous écrivez : « 
                Je pense que ce laxisme (politique) est à l’origine de beaucoup de problèmes actuels, et du communautarisme qui malheureusement sévit dans certains quartiers. » Vous vous sentez tellement sûr de vous et de ce que vous pensez que vous voulez imposer aux autres votre point de vue. Pas de laxisme !
                Au secours ! Vous êtes danger bien plus grand que celui que vous nous décrivez, et qui n’existe que dans une certaine présentation des choses, qui est largement créé par vos fantasmes, et auquel je ne crois pas du tout. En revanche, je vois bien l’irrationalité de votre point de vue et les contorsions de langage que vous êtes prêt à mettre en œuvre pour lui garder un semblant de logique.


              • Douglas Barr 15 juillet 2010 01:41

                @ Aurélien

                Puisque vous voulez une citation de Lévi-Strauss sur la burqa, je vous en ai trouvé une. Dans Tristes Tropiques, il écrit : « Tout l’Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l’esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d’une très grande (mais trop grande) simplicité. D’une main on les précipite, de l’autre on les retient au bord de l’abîme. Vous inquiétez-vous de la vertu de vos épouses ou de vos filles pendant que vous êtes en campagne ? Rien de plus simple, voilez-les et cloîtrez-les. C’est ainsi qu’on en arrive au burkah moderne, semblable à un appareil orthopédique. » http://ibnkafkasobiterdicta.wordpress.com/2009/11/04/islam-le-triste-tropisme-de-claude-levi-strauss/

                Je ne crois pas avoir trahi les sentiments de l’ethnologue sur cette pratique, et donc non, je ne l’instrumentalise pas.

                Sur les changements sociaux en cours dans certains quartiers (phénomène de ségrégation) et induits par le laisser-faire politique, je vous renvoie aux témoignages du maire de Montfermeil Xavier Lemoine :

                http://www.youtube.com/watch?v=PvcMOpYhM5g

                http://www.dailymotion.com/video/xdyxpy_le-probleme-majeur-des-banlieues-es_news

                http://www.dailymotion.com/video/xdlxtv_segregation-xavier-lemoine-maire-ra_news

                Pensez-vous que ce maire fantasme dans sa description ?

                Pour le reste, je me répète une dernière fois : la seule chose que je souhaite voir interdite ici, c’est la burqa. Si une société sans burqa vous paraît intolérable, si voir des burqas dans la rue est indispensable à votre équilibre, je n’y peux rien et n’y comprends rien...

                Puisque vous voulez débattre de la burqa en France et semblez favorable à son autorisation, débattez donc, de préférence avec des femmes (il en manque ici), j’espère qu’elles vous remettront les idées en place.

                Je ne suis pas « gardien des valeurs », mais je pensais naïvement que l’égalité hommes-femmes était un acquis en France sur lequel plus aucun débat n’était possible. Je vois avec vous que non...

                Oui, je suis sûr de moi quand je dis qu’une femme vaut un homme et n’a pas à se murer sous un drap noir (en France) pour échapper à la concupiscence agressive de quelques-uns. Je suis pour que quelques principes fondamentaux soient respectés par tous dans la société dans laquelle je vis. Si mon souci féministe vous donne l’image du totalitarisme, c’est dommage. Je suis sur ce terrain du côté de Michel Onfray contre beaucoup d’extrême-gauchistes avec lesquels il a récemment pris ses distances, notamment à cause de leur position « laxiste » sur la burqa. Vous êtes manifestement dans leur camp.

                Mais je suis vraiment curieux, puisque vous voulez débattre, de connaître vos arguments pour la burqa (et même la lapidation, puisque c’est un sujet sur lequel vous seriez aussi prêt à débattre, dites-vous).

                J’ai bien noté votre façon de dénier à votre adversaire (moi en l’occurrence) toute rationalité pour ne lui reconnaître qu’une irrationalité et une affectivité, négative de surcroît ! La diabolisation n’est pas loin. Ça sent bon la tolérance chez vous, et le goût de la discussion sereine... De mon côté, je n’ai jamais mis en doute votre sens logique et votre raison ; pas le genre de la maison, ce genre d’attaque personnelle. Noblesse oblige.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juillet 2010 02:33

                @ l’auteur


                Ce que vous présentez comme contradiction et hypocrisie m’est-t-il pas plutôt une parfaite cohérence et un indéfectible attachement à la volonté de NE PAS intervenir dans cette question ? Évidemment, il est ubuesque de prétendre accueilllr sans préjugés des Musulmans et leur garantir le libre exercice de leur religion… tout en leur interdisant de bâtir des lieux de cultes. Il l’est encore plus de prétendre défendre la liberté de la femme en lui interdisant de se vêtir comme elle l’entend. 

                Pourquoi ce flirt avec l’absurde ? Hypocrisie ? Que non, on veut au contraire faire un clin d’oeil et qu’absolument tout le monde comprenne ce qu’on ne veut à tout prix pas dire. On ne veut pas dire que être un bon Musulman est incompatible avec être un bon citoyen d’un État laïque, démocratique où hommes et femmes ont égaux.

                Le pari que font les politiques actuels, c’est que les immigrants s’assimileront, cesseront d’être de « bons Musulmans » pour devenir « postislamiques », comme les Occidentaux sont devenus bien majoritairement « postchrétiens », et deviendront alors de bons citoyens comme les autres, pour qui les valeurs civiques primeront sur leurs convictions religieuses devenues un simple folklore. 

                C’est un pari dangereux. Il serait plus sage de dire qu’il n’y a pas de place pour de bons Musulmans dans nos sociétés de culture occidentales et d’agir en conséquence. Ceux qui ne le font pas ne sont pas hypocrites. Ce sont des lâches.




                 Pierre JC Allard










              • Douglas Barr 15 juillet 2010 02:58

                @ Pierre JC Allard

                Vous avez peut-être raison, il y a sans doute ce pari.

                Vous pensez que la contradiction entre le vote national et le vote européen serait le signe qu’ils ne veulent rien faire au final ? Je viens de lire le communiqué de Marine Le Pen sur l’interdiction de la burqa, il semble aller dans ce sens : « Il faut en outre souligner la terrible hypocrisie du pouvoir UMP sur cette question. Le Président de la République et le gouvernement savent bien en réalité que le Conseil constitutionnel a toutes les chances d’invalider cette loi. De façon plus sournoise encore, le 23 juin dernier au Conseil de l’Europe, les parlementaires représentant la France, dont les UMP, ont adopté une résolution condamnant le projet français d’interdiction ! Les Français doivent savoir qu’il y a d’un côté les votes à Paris, destinés à manipuler l’opinion publique, et de l’autre les vraies décisions qui sont prises dans leur dos, contre leurs intérêts, dans le confort des assemblées supranationales. » http://www.frontnational.com/?p=5514

                Agiraient-ils au niveau national en sachant qu’ils seront désavoués au niveau européen ? Ce serait osé...

                Votre préconisation finale est inconcevable : elle consisterait à affirmer des valeurs françaises et européennes auxquels chaque immigrant devrait se soumettre. Une telle affirmation serait vécue aujourd’hui comme une discrimination et une stigmatisation... Que pensez-vous de cet article de Malika Sorel ? http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/outrage-au-drapeau-76945 Il rejoint votre point de vue, je trouve.


              • adjudant-Chef Teigne adjudant-Chef Teigne 14 juillet 2010 11:07


                tous en burqa - allez les gars un peu de courage !
                http://www.zarinas.com/imagesx/burqa_camo.jpg


                • Stoïque 14 juillet 2010 11:45

                  Si le port de la burka peut s’admettre dans les milieux privés, le fait de se cacher totalement sur la place publique n’est à mon sens pas tolérable, ne serait-ce déjà qu’au niveau des relations humaines ( « tu » me vois et il est donc normal de « te » voir ) , mais aussi de la sécurité.
                  Qui peut se cacher dessous et pour quelles raisons la burka est-elle portée ?

                  De la même façon, les voitures aux vitres totalement foncées qui ne permettent pas de voir qui est dedans peuvent permettre tout acte malveillant ... C’est une autre forme de burka....
                   


                  • A. Nonyme A. Nonyme 14 juillet 2010 14:54

                    L’intégrisme n’a nullement besoin d’une loi à son encontre pour avoir une résonnance médiatique, très (vraiment très moyen là) Franck2012.
                    Au fait vous attendez quoi en 2012 ? L’élection du Mollah Demesdeux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Douglas Barr


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès