Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’abstention confirme le divorce entre les français et la classe (...)

L’abstention confirme le divorce entre les français et la classe politique

Le taux record d'abstention confirme le divorce croissant entre les français et l'ensemble de la classe politique.

PREMIER BILAN DU 1er TOUR DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DU 10 JUIN 2012

UMP ET PS SONT TOUS LES DEUX CONTENTS

L'enseignement le plus important du scrutin législatif du 1er tour du 10 juin 2012 ne réside pas dans les résultats, où droite et gauche vont se disputer pour savoir qui l'a emporté :

  • l'UMP peut faire valoir un score inattendu, nettement supérieur à celui obtenu par Nicolas Sarkozy au 1er tour de l'élection présidentielle si l'on y ajoute les "alliés" de l'UMP ; Ainsi, Jean-François Copé a souligné sur France 2 que « L'UMP emporte un score qui, d'après vos estimations, est supérieur à celui du Parti socialiste ».
  • le PS fait un score plus modeste que l'UMP si on se limite aux seuls candidat ayant l'étiquette PS, mais la gauche arrive en tête si l'on y ajoute les candidats de EELV qui avaient un accord électoral avec le PS. Elle obtient même 47,10% en comptabilisant à la fois les voix d'Europe-Ecologie-les Verts (EELV) et celles du Front de gauche, contre un peu plus de 35% pour l'UMP et ses alliés.

En bref, UMP et PS vont afficher, chacun, leur satisfaction, quoi que François Hollande peut être à peu près sûr de pouvoir disposer d'une majorité PS-EELV la semaine prochaine.

L'ÉCHEC DES "FRONTS" ET DES PARTIS ALTER-EUROPÉISTES

Les résultats de ce 1er tour marquent par ailleurs l'échec des partis protestataires alter-européistes. Les deux fameux "FRONTS" (FN et FG) - font ce soir une nouvelle contre-performance par rapport à ce qu'espéraient leurs militants et sympathisants :

  • le Front National retombe très banalement autour de 13,7 %, un score qui n'a rien de spectaculaire par rapport à son historique depuis 30 ans. Cela confirme une nouvelle fois toutes mes analyses sur le FN : ce parti est et demeure une impasse qui sert à neutraliser 13 à 18 % de l'électorat, pour le plus grand profit du système qu'il prétend combattre.

  • le Front de gauche fait une mauvaise performance autour de 6,8 %. C'est la rançon d'un parti qui prend trop ouvertement ses électeurs pour des imbéciles, en jouant la "dent du râteau" en faveur de François Hollande. Tout comme le FN mais d'une façon un peu différente, le FG agit pour le plus grand profit du système qu'il prétend combattre.

LE VRAI SYMPTÔME : LE NOMBRE COLOSSAL D'ABSTENTIONNISTES

En revanche, le véritable résultat dit être recherché ailleurs : dans le score de l'abstention, que le journal Le Monde estime à 42,9% à 20 H 00 (ce résultat doit être affiné).

Ce qui est essentiel à voir, c'est que ce score est sans précédent dans toute l'histoire de la Ve République, et probablement dans toute l'histoire de la République tout court.

Comme on le voit sur ce graphique (exclusif UPR), et notamment grâce à la courbe de la moyenne mobile sur les deux dernières élections, le taux d'abstention au 1er tour des élections législatives a connu deux phases sous la Ve République :

   

  • - L'abstention a décru de 1958 jusqu'à 1981 :

Cela témoigne du fait que Charles de Gaulle avait rendu à l'Etat son autorité et donc leur sens aux élections : le débat politique intéressait de plus en plus les Français, qui avaient le sentiment qu'il pouvait exister une réelle alternance.

  • - L'abstention ne cesse de croître depuis 1981 :

Cela témoigne de l'effet inverse : la désillusion de la gauche au pouvoir, puis la perte continuelle de souveraineté organisée par les traités de Maastricht (1992), Amsterdam (1997), Nice (2000), Lisbonne (2008) ont fait leur œuvre : les Français se détournent de plus en plus de la politique, qui les écœure.

Pour avoir une bonne vision de l'état de la société française en ce 10 juin 2012, il faut donc retenir que, sur les quelque 46 millions d'électeurs :

  • - environ 12 millions sont allés voter pour un candidat du PS, de EELV, ou du FG, (dont environ 9 millions sont allés voter pour le PS seul),
  • - environ 9 millions sont allés voter pour un candidat de l'UMP ou de ses alliés,
  • - environ 3,5 millions sont allés voter pour un candidat du FN,

et...

  • - environ 20 millions ne sont pas allés voter.

C'est-à-dire que le nombre d'abstentionnistes est :

  • du même ordre de grandeur que le nombre total d'électeurs qui sont allés voter aujourd'hui pour les candidats du PS + EELV + Front de gauche + UMP + alliés de l'UMP !
  • 6 fois supérieur au nombre d'électeurs qui sont allés voter aujourd'hui pour le Front national.

On peut par ailleurs estimer que, sur ces quelque 20 millions de personnes qui ont refusé d'aller voter, environ 15 millions l'ont fait de façon délibérée.

En résumé, les Français mécontents de TOUS les partis politiques médiatisés constituent donc le premier parti de France.

C'est à eux, notamment, que s'adressent les analyses et les propositions de l'UPR.

François ASSELINEAU
Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 10 juin 2012 23:59

    Moi, j’avais piscine.


    • Jean Jolly Jean Jolly 12 juin 2012 01:00

      Combien il a fait Asselineau au fait ?


    • appoline appoline 12 juin 2012 12:02

      Vous avez fait des progrès ?


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 juin 2012 00:00

      L’abstention, l’abstention...

      On ne peut pas demander à des « cerveaux disponibles », abrutis par TF1, de se démultiplier en regardant en même temps la finale de Rolland-Garros, les matchs de foot Italie-Espagne et Irlande-Croatie, tout en allant voter aux législatives.

      Ces couillons-là sont monotâche.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 juin 2012 00:01

        J’en connais même un qui « avait piscine ».

         smiley


      • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 00:05

        Sans parler de la piscine.


      • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 00:06

         smiley C’est ce que je disais...


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 juin 2012 00:10

        Oui, je te l’accorde.


      • 65beve 11 juin 2012 08:12

        Musima,

        Allez faire un tour en Corée du Nord, et on en reparlera (si vous revenez).

        cdlt


      • tesla_droid84 11 juin 2012 10:42

        Ce n’est pas parsqu’il y a pire ailleur que c’est bien chez nous. C’est celui qui se croit libre qui est le plus enfermé par la fabrique du consensus actuel. Le Peuple Francais se fait violer depuis la signature du traité de Rome, par des parlementaires qui n’avait pas le mandat pour le faire. Depuis ces temps la la propagande empeche toute reflexion sur la sortie de l’europe. C’est un des seul débat qui mérite d’avoir lieu quand on ne peut pas la changer (à 27 personnes n’est d’accord sur rien...)


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 juin 2012 16:18

        Musima :« ...ces élections n’étaient qu’une grosse mascarade pour citoyens artificiels dans une démocratie d’opérette. »

        Possible, mais en attendant mieux, ceux qui sont élus gouvernent réellement pour le meilleur ou pour le pire. Merci, donc, de m’avoir laissé voter à ta place hier, ce qui m’a permis de faire réélire mon député Front de Gauche dès le premier tour.

         smiley


      • Cadoudal Cadoudal 11 juin 2012 23:36

        Quelle finesse dans l’analyse, très content pour vous et votre dépité...


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 juin 2012 01:48

        @ Cadoudal, et les autres, au-dessus.

        Ne t’en déplaise j’ai une immense estime pour le vote citoyen et pour mon député, Front de Gauche, qui tient la circonscription avec le Parti Communiste depuis 80 ans contre vents mauvais et marées nauséabondes. Et ce dont je te vais te parler ne relève pas d’une vue de l’esprit.

        Chez moi, en un siècle, les ligues de 34, les nazis, les Pétain, les Poujade, les FN, les banksters, les marchands de soupe et les Sarkozy ont toujours regretté de venir poser leurs sales pattes sur nos terres de labeurs. Certains d’entre-eux, en d’autres temps, sont morts ; légitimement exécutés par la Résistance. Les autres, aujourd’hui, sont balayés par les urnes. Sans autres armes à disposition, on s’adapte.

        Nous votons parce que nous ne voulons pas être empuantis idéologiquement et dépossédés matériellement par les salopards de droite, la vermine fasciste du Front National et les ordures du néolibéralisme.

        J’ignore si tu es un facho de province, un bobo urbain, un anar sympa, un branleur ou un convaincu sincère du vote blanc, mais les faits sont là : on t’a proposé de donner ton avis et tu es allé « à la pêche ». Saches que malgré ta défection je défendrai ton droit à t’exprimer après la bataille électorale à laquelle tu n’as pas participé.

        Cependant, en toute cordialité, et au regard de ta légitime abstention, je te propose de le faire dans la pondération quand tu parles des gens courageux qui vivent dans le bassin minier du Nord et qui se déplacent, eux, pour se prémunir des salopards de la droite sarkozyste qui, eux, votent massivement sur ordre et sans la moindre once de réflexion.

        Cerveaux disponibles contre citoyens actifs, ici il n’y a pas d’autres choix. Essaye au moins de le comprendre.


      • Jonathan Moadab Jonathan Moadab 11 juin 2012 00:00

        Merci monsieur Asselineau de relever le niveau !! Le terreau pour une Révolution est fertile... Semons, semons ! 


        • latortue latortue 11 juin 2012 09:11

          relever le niveau mais vous rêvez mon ami c’est a cause de lui qu’il y a autant d’abstention a cause de lui et de ses copains et de leur langue de bois ,la vérité est tout autre les gens en ont asses de cette façon de faire des politiques qui refusent de voir ce qui va leur exploser dans la figure .le dédain c’est ça leur leitmotiv .


        • elmi 11 juin 2012 10:45

          Révolution  : Mouvement en courbe fermée autour d’un axe ou d’un point, réel ou fictif, dont le point de retour coïncide avec le point de départ.


        • latortue latortue 11 juin 2012 11:40

          STABILOBUSS :
          faut prendre la chose au second degré ’’a cause de lui ’’= ’’a cause des politiques ’’
          itout


        • Morpheus Morpheus 11 juin 2012 17:06

          @ elmi

          Bonne définition.

          Voilà pourquoi il vaudrait mieux s’exclamer

          VIVE L’ÉVOLUTION  !

          (sans le R).

           smiley

          (oui, je sais, le terme « révolution » dans le contexte de ce débat provient de « révolte », merci smiley )


        • alinea Alinea 11 juin 2012 00:21

          Les gens sont dépolitisés, c’est une évidence : même quand ils militent, ils sont complétement ignares.
          Mais je ne crois pas que ce soit seulement la faute de la gauche au pouvoir, quoique je suis convaincue qu’elle n’aie pas fait son boulot de gauche(!) mais bien le libéralisme qui a réussi à transformer les citoyens en consommateurs. Il y a fort à parier que beaucoup d’électeurs « consomment » le produit qu’on leur vante.
          Beau tableau que la démocratie aujourd’hui.
          La moitié des gens s’en foutent et la moitié de ce qui restent votent n’importe quoi !


          • politzer politzer 11 juin 2012 08:54

            les citoyens ne sont pas dépolitisés mais démoralisés ce qui est bien différent. La meilleure preuve le non à la constitution giscard en 2005 où les Français ont montré un conscience politique hors du commun en Europe à l’issue d un débat démocratique inouï et de haut niveau ! Le problème c est que les partis ne proposent pas d alternative à la politique désastreuse des européistes et qu’ils ne font aucune confiance à MLP dont les 14% sont en majorité constitués de votes protestataires et non d’adhésion aux solutions néo fascistes ! Le programme de François Asselineau est, pour l’instant, le seul qui propose une alternative intelligente et progressiste aux politiques de régression sociales et liberticides des partis . 


          • lebreton 11 juin 2012 17:56

            Un peu de retenue avant de dire que nous sommes des ignares SVP ne prenez pas votre cas pour une généralité ,déçue du résultat Ah ,on vois dans ce cas d’ou vous venez et ou vous pouvez de nouveau retourner ,dans les oubliettes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!et je suis poli moi !


          • Croa Croa 11 juin 2012 19:40

            « est que les partis ne proposent pas d’alternative à la politique désastreuse »

            SI, sauf qu’il faut bien chercher ces partis là. Ils ne sont passé à la télé qu’à l’occasion des quelques secondes obligatoires où vous étiez sûrement partit pisser ! Ils étaient aussi dans l’enveloppe mais pour les connaître vraiment une seule solution : Internet !

            En plus les sondages ne leur donnant aucune chance au départ, cela n’incitait guerre à vouloir en savoir plus, donc leurs chances restent nulles (système du serpent qui se mord la queue.)

            Bref ce n’est pas que les partis ne proposent pas d’alternative mais que ceux qui en proposent sont censurés, voilà la vérité !


          • CARAMELOS CARAMELOS 17 juin 2012 22:20

            Il y aussi fort à parier que l’abstention est un fait et une posture politique à la vue des actions et résultats de tous les partie politiques confondus. Pour certains, ils ne sont plus au fait des réalités, pour d’autres se sont de doux rêveurs et de philosophes qui ne veulent pas voir et affronter les basses réalités de ce monde . Dans cet esprit l’electeur moyen ne se fait plus aucune illusion et le bonimenteur politique de gauche ou de droite n’a plus aucun crédit. Il y a lieu d’observer que le vote blanc n’a et ne sera jamais pris en compte dans les résultats des éléctions, certains ont beaucoup trop à perdre.


          • wesson wesson 11 juin 2012 00:26

            bonsoir l’auteur, 


            ce que cette élection prouve surtout, c’est que les Français sont des ânes , ce que l’on savait au moins depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence.

            Allez, rendez-vous pour la gueule de bois qui ne saurait trop tarder.

            • gorgonzola 11 juin 2012 01:11

              Si je vous suis dans votre raisonnement selon vous :

              Les électeurs sont des ânes, or les électeurs sont français.

              Conclusion : les français sont des ânes

              Joli syllogisme...


            • wesson wesson 11 juin 2012 01:35

              bonsoir Gorgonzola,


              je vois que j’ai besoin de développer : 

              * ceux qui ne votent pas : ok, je vous le concède c’est plus des lemmings qu’autre chose (bien que c’est insultant pour ces pauvres lemmings qui n’étaient pas aussi bêtes que Walt Disney a bien voulu faire croire dans un reportage animalier bidonné à l’origine de leur réputation de bêtise).

              * ceux qui votent pour l’UMP le PS, le modem : Des ânes qui se rendent même pas compte que ces 2 formations votent à 95% les mêmes lois et directives européennes, et qu’ils ne se bornent qu’à appliquer les solutions qui ne marchent pas depuis 30 ans, en les changeant d’appellation de temps en temps pour faire croire qu’il s’agit de choses nouvelles.

              * ceux qui votent pour le FN : des ânes qui pensent que si il y a une crise, c’est de la faute aux arabes et aux noirs, et que si on tapes sur les plus faibles, ça ira mieux pour eux.

              Donc voilà qui fait un bon gros paquet d’ânes bien Français !!!

            • gorgonzola 11 juin 2012 02:44

              Merci d’avoir pris le temps de développer, on est passé du « les français sont des ânes » à « les français qui votent UMP, PS et FN sont des ânes (et les abstentionnistes sont des lemmings) » ^^

              PS : je me suis volontairement abstenu, je fait donc parti de la catégorie lemmings apparemment (selon votre point de vue bien sûr :)


            • wesson wesson 11 juin 2012 03:32

              " PS : je me suis volontairement abstenu, je fait donc parti de la catégorie lemmings apparemment "


              1 voix pour Staline, 2 voix pour Hitler, 63.000.000 d’abstentionniste, et c’est Hitler qui est élu !

              Cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas smiley

            • gorgonzola 11 juin 2012 04:22

              C’est sûr qu’entre Hitler et Staline, mon cœur balance smiley


            • politzer politzer 11 juin 2012 08:56

              les Français ont montré en 2005 qu’ils sont au contraire le peuple le plus politisé d’Europe . Les ânes sont ceux qui n’ont rien compris à cette opposition aux mesures ultra libérales contre la majorité des partis et de la totalité des media aux ordres du capital financier .


            • ffi ffi 11 juin 2012 09:25

              Mettons-nous au niveau de Wesson : C’est le premier qui le dit qu’y est !


            • les francais disent merci a l UMP pour le gros cadeau...l’abstention 1er parti de france 43%
              SARKO A GAGNE ABSTENTIONS 43%

              43% DE FRANCAIS ABSTENTIONNISTES DEVRAIENT AVOIR UN DOUBLEMENT DES IMPOTS COMMUNAUX POUR PARTICIPATION AUX FRAIS DES VOTES...

              nulle excuse valable a part l’« egoisme » des generations de FOURMIS TRAVAILLEUSES QUI DORMENT LE WEEK END (voir vie des travailleurs a paris....toujours la course)

              MAINTENANT TONTON FRANCOIS TU DIVISES LEUR LOYER PARISIEN PAR 2 ET TU LES RECUPERESA DUFLOT ET TOI DE JOUER........bon courage contre les gerants de sci ump....parisiens


            • Luxum Luxum 11 juin 2012 11:54
              Wesson : « 1 voix pour Staline, 2 voix pour Hitler, 63.000.000 d’abstentionniste, et c’est Hitler qui est élu !

              Cherchez pas l’erreur, il n’y en a pas  »

              Si il y en a une et une grosse ! Pourquoi ceux parmi les 63.000.000 qui se sont abstenus aucun n’a voter blanc ? Tout simplement parce que le vote blanc n’est pas reconnu. S’il l’était, Staline et Hitler peuvent se rhabiller.


            • Le matou 11 juin 2012 23:30

              Bonsoir Wesson,

              Vous permettrez à un futur âne (le 17 juin selon vos critères) de vous répondre.
              Si je ne me trompe pas, il n’y a que deux partis relativement significatifs que vous n’avez pas mentionné : EELV et le Front de gauche.

              Vous connaissant un peu, je sais que les seuls électeurs intelligents à vos yeux sont les électeurs du Front de gauche. Avec un programme hyper-réaliste comme chacun le sait : le SMIC à 1700 € brut par mois...soit + 40 % du jour au lendemain...
              Il faudra que vous nous expliquiez pourquoi ce programme super-intelligent et super-efficace selon vous n’est appliqué nulle part dans le monde ! Tous les dirigeants du monde sont-ils des crétins ? Même dans les démocraties d’Amérique du Sud dirigées par la gauche, voire l’extrême gauche (Brésil, Venezuela, Bolivie, Cuba) aucun programme comparable n’a été appliqué...
              Dans aucun pays européen non plus...
              Pourtant, il y a des pays qui réussissent très bien en Europe malgré la crise, la Suède par exemple affiche 4 % de croissance en 2011, un taux de chômage deux fois plus faible qu’en France, un budget excédentaire, et un endettement réduit, et qui baisse... alors qu’il explose en France, Espagne, Italie, Royaume-Uni...etc.. Ce pays n’a pourtant pas augmenté son SMIC de 40 % (ni même de 5 % d’ailleurs). D’ailleurs c’est bien simple, le SMIC n’existe pas en Suède...


            • CARAMELOS CARAMELOS 17 juin 2012 22:21

              Il y a eu Mao aussi dans son genre !


            • Morpheus Morpheus 11 juin 2012 00:48

              Bonjour Mr Asselineau.

              Vous parler de « divorce entre les français et la classe politique ». C’est une façon de voir les choses. Mais peut-être que le désintérêt des français pour ces législatives traduit un malaise bien plus profond. Plus encore qu’une défiance envers la classe politique, je ressens un dégoût vis-à-vis du système. Les français (et ils ne sont pas les seuls en Europe) sentent que quelque chose cloche. Beaucoup ne savent pas quoi, c’est comme une écharde dans leur esprit. Ils n’y croient plus. Et comment le pourraient-ils ? Une tromperie, un stratagème, peut fonctionner un certain temps, mais à force, le subterfuge finit par devenir évident.

              Si la plupart n’a pas encore mis le doit sur la cause de ce malaise, d’autres, de plus en plus nombreux, ont cherché et ils ont trouvé la cause du malaise. Oh, certes, je vous l’accorde, beaucoup font la sourde oreille et ne veulent rien entendre (et peut-être faites-vous partie du lot). Mais je crois qu’à un moment donné, il faudra bien tendre l’oreille. Les personnes intelligentes ne peuvent pas rester éternellement dans le déni.

              L’écharde que j’ai évoqué est assez simple à énoncer : le système politique français, comme la plupart des systèmes des pays dit « démocratiques », ne sont pas des démocraties, mais bien des gouvernements (prétendument) représentatifs. Et la tromperie a justement été de faire appeler ces systèmes des démocratie, alors qu’un gouvernement (prétendument) représentatif, fondé sur le suffrage électif, est le strict contraire de la démocratie.

              Selon Rousseau, il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place. Madison ne considérait pas la représentation comme une approximation du gouvernement par le peuple, mais au contraire un système politique substantiellement différent et supérieur. Sieyès soulignait avec insistance la différence énorme entre la démocratie où les citoyens font eux-mêmes la loi et le régime représentatif dans lequel ils cèdent leur pouvoir à des représentants élus.

              Pour Sieyès en France, comme pour Madison au Etats-Unis, le gouvernement représentatif n’était pas une modalité de la démocratie, c’était une forme de gouvernement essentiellement différente et préférable.

              Mais préférable pour qui ? Selon eux, préférable pour tous, car ils s’estimaient eux-mêmes supérieurs en qualités et en intelligence, autant sans doute qu’en vertus, et donc seuls à même de gérer les affaires publiques. Ils ne voulaient donc en aucun cas d’une démocratie, et cela de façon ouverte et non dissimulée. Ce n’est que par la suite que les systèmes républicains auxquels ils ont participer à l’élaboration et l’instauration ont volé le nom de démocratie.

              Toujours est-il qu’après 200 ans de ces régimes, ont peut sans difficulté voir qu’ils ne sont pas - et de loin ! - préférable pour les peuples. Ils ne servent pas l’intérêt public, mais servent avant tout des intérêts privés, ceux des plus riches, et en particulier ceux des banquiers et des riches industriels. Ceux-là, qui possèdent déjà tout le pouvoir que procure la richesse financière, ont également volé le pouvoir de création monétaire (cela, au moins, vous n’en disconviendrez pas), non sans la complicité de traitres (je pèse mes mots) arrivés au pouvoir par ... les élections. A présent, avec la dictature des institutions européennes, ils ont donc tous les pouvoirs.

              Cela, les français (et d’autres en Europe) l’ont compris. Ils ont compris que c’est l’Europe qui dicte la politique aux états, et que la classe politique - de quelque parti que ce soit - n’est plus qu’une ribambelle d’exécutants qui d’une manière ou d’une autre, les trahis ou les trahira et, dans le meilleur des cas, sera impuissante à résister au politburo de l’axe Bruxelles-Strasbourg.

              Aristote a écrit "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives (...)".

              Il semble que la solution à l’impuissance politique chronique des peuples (dont vous-mêmes êtes une victime en dépit de votre expérience politique) réside dans ce qui caractérise une démocratie : le tirage au sort, appuyé par une série de mesures dont les athéniens ont déjà montré l’efficacité., comme la rotation des charges (mandats courts et non renouvelables), la reddition des comptes (mandats impératifs), le referendum d’initiative citoyenne (RIC) et, surtout, le maintient exclusif du pouvoir décisionnel entre les seuls mains de l’assemblée du peuple.

              Pour parvenir à cela, ce qu’il faut, c’est une nouvelle constituante citoyenne. Et il est impératif que cette constituante ne soit en aucun cas élue, sans quoi : mêmes causes, mêmes effets. Ce n’est pas aux gens de pouvoir d’écrire les règles qui doivent les empêcher d’abuser du pouvoir.

              C’est là la cause fondamentale de tout le problème de l’impuissance des peuple : l’évident conflit d’intérêt lorsque ce sont les hommes qui se destinent ou qui sont au pouvoir qui rédigent la constitution, censée protéger les peuples contre les abus de pouvoir. De la même façon qu’un juge est récusé lorsqu’il a un intérêt pour l’une des partie à un procès, il faut récuser toute personne se destinant à l’un quelconque des postes de pouvoir. Il faut donc un Assemblée Constituante tirée au sort parmi le peuple.

              Je vous invite donc à lire l’excellent ouvrage de Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif.

              Cordialement,
              Morpheus


              • Thorgal 11 juin 2012 10:32

                Eh ! C’est Etienne Chouard derriere ce pseudo ? smiley

                Serieusement, je partage partiellement l’analyse. Par contre, je ne pretends pas dire qu’il y ait une « cause des causes ». Ca voudrait qu’il y aurait un Probleme Fondamental susceptible d’etre regle par la Solution au Probleme Fondamental, quelle qu’elle soit.

                Mon opinion est que tous ces problemes pratiques (eco, financiers, politiques, environnementaux, sociaux, etc, etc) participent d’un environnement a la base completement chaotique (dans le sens physico-mathematique du terme). Et la ou le bat blaisse, c’est de croire que la societe marche par des processus lineaires. Ce n’est pas vrai et on peut pousser plus loin : plus la societe est importante en nombre (individus, complexite, etc), plus les instabilites chaotiques ont de chance de faire basculer tout le systeme vers autre chose, et ce de maniere assez brutale. Il y a dans tout systeme chaotique des regions pseudo-stables de son espace des phases. Lorsque le systeme atterit dans une de ces regions, et bien il va y rester un moment et tout paraitra stable, mais il suffira de certaines conditions pour amplifier les instabilites fluctuantes inherentes au systeme pour le faire ejecter de cette region pseudo-stable. Le systeme traversera d’autres regions pseudo-stables par chance seulement.

                Il me semble que c’est ainsi que les societes humaines fonctionnent. Pourquoi ? Parce que la majorite des processus naturelles fonctionnent ainsi.

                Dans ce contexte, la mondialisation est une tentative d’uniformiser, de lineariser un systeme chaotique dans sa globalite. C’est voue a l’echec, pas par manque d’intelligence ou de solutions, mais par la nature meme du dit systeme.

                Si la democratie athenienne avait represente une region de vraie stabilite, et bien on y serait reste ! Le fait qu’elle n’ait dure que 200 ans a peu pres montre parfaitement la nature chaotique des societes humaines. Meme si nous implementions une telle structure politique, elle flanchera tot ou tard. Ceci-dit, ce serait tout de meme bien mieux a vivre que la chniasse actuelle et c’est pourquoi je suis d’accord avec Chouard quant aux structures a mettre en place.


              • Luxum Luxum 11 juin 2012 12:03

                @Thorgal

                Mais vous faites de la cybernétique ma parole ! smiley

                Je pense que le système athénien était très stable et auto-régulé. S’il s’est effondré c’est uniquement à cause d’éléments extérieurs (maladies, attaques de « barbares », etc...).
                Vous ne faites qu’énoncer une évidence en disant que rien n’est éternel.


              • Thorgal 11 juin 2012 12:31

                Mais non, ce n’est pas si evident. Il ne s’agit pas de dire que « rien n’est eternel », il s’agit de comprendre qu’il n’y a pas forcement de « cause des causes » que l’on peut regler. E. Chouard essaie de trouver cette cause des causes mais a mon avis, c’est une gageure. Par ailleurs, meme si les politiciens appliquaient leurs promesses, leurs solutions ne seraient que de courtes portees et pas forcement adaptees a la societe dans son ensemble. De plus, les effets secondaires de ces solutions pourraient tres probablement s’averer critiques a long terme, « critique » dans le sens d’une situation pouvant changer radicalement, les systemes chaotiques etant tres sensibles aux petites variations de conditions initiales.

                Les maladies et invasions exterieures que vous evoquez sont justement des elements aleatoires typiques des societes humaines, perturbant les systemes humains parfois de maniere dramatique (effondrement d’empires, etc).

                Tout ce que l’on peut esperer a mon avis, c’est de traverser des periodes relativement paisibles et prosperes sans croire que cela durera, non pas eternellement, mais plus que le temps d’une ou deux generations. Il n’y a pas a mon sens de systeme politique stable. Meme ceux qui en donnent l’illusion (dictatures dures par exemple) s’ecroulent tot ou tard.


              • Morpheus Morpheus 11 juin 2012 15:21

                @ Thorgal

                Le fait que la démocratie athénienne ait duré deux siècles prouve que leur système était robuste. A contrario, le fait que le système athénien ait disparu ne prouve pas qu’il était mauvais. Tout d’abord, les causes de la disparition du système démocratique athénien sont en grande partie externe, et étrangères au système lui-même : d’abord et principalement la guerre perdue contre Sparte, ensuite une vague d’épidémies meurtrières. Ce sont les oligarques qui ont repris le pouvoir après la défaite face aux spartiates qui ont défait les institutions démocratiques, et ils se sont débrouillé pour qu’elle ne reviennent pas. Leurs descendants se sont également bien gardé de rappeler ces principes démocratiques. N’oubliez pas : ce sont toujours les vainqueurs qui réécrivent l’Histoire.

                Cordialement,
                Morpheus

                PS : Non, ce n’est pas Étienne Chouard qui se cache derrière mon pseudo smiley Par contre, je suis en train de terminer le livre de Bernard Manin, et je suis donc particulièrement inspiré dans les répliques ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès