Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’UPR aux régionales : Une contre-analyse politique

L’UPR aux régionales : Une contre-analyse politique

L’Union Populaire Républicaine est un parti politique, créé en 2007 par François Asselineau autres fondateurs historiques maintenant oubliés, qui prône la triple sortie (UE, euro, OTAN) comme tout préalable à la reconquête de la souveraineté de la France et à l’instauration d’une démocratie réelle. Ce parti a mis très longtemps à décoller, son président fondateur, sillonne la France pour délivrer des conférences sur les méfaits et les mensonges de la construction européenne.
C’est le seul parti sur la scène politique française s’étant présenté aux régionales et qui prône la triple sortie ( UE, euro, OTAN). Pouvant, peut-être, représenter la seule solution pour beaucoup d’entre nous, il me semble important de réfléchir et d’analyser les scores obtenus au premier tour de ce scrutin.

Bilan des scores de l’UPR aux régionales du 6 décembre 2015 :

Nord (9 listes) : 0,63%
ACAL (9 listes) : 1,23%
Ile-de-France (13 listes) : 0,94%
Normandie (9 listes) : 0 ,93%
Bretagne (11 listes) : 0,87%
Pays de Loire (10 listes) : 1,26%
Centre (8 listes) : 1,48%
Bourgogne Franche Comté (10 listes) : 0,92%
Aquitaine Limousin Poitou Charentes (11 listes) : 0,92%
Auvergne Rhône Alpes (10 listes) :0,87%
Languedoc Roussillon Midi Pyrénées (12 listes) : 0,71%
PACA (9 listes) : 0,61%
Réunion (10 listes) : 0,48%

Donc entre 0,48% et 1,48%, entre 0,61% et 1,48% en métropole.
Bilan national : 0.87%% soit 189046 voix sur 21 708 031 exprimés.

Contexte et campagne

Maintenant que les résultats sont connus il est temps d’en faire une analyse.

Je tiens à souligner que la cause défendue par l’UPR m’est très chère puisque je pense que seule la triple sortie permettra à la France de retrouver un peu de lustre. C’est pour cette raison que j’aimerai apporter ma pierre à l’édifice en essayant de comprendre les raisons de cet échec relatif pour pouvoir aller de l’avant et rendre le futur possible.

Pour commencer il faut trouver un exemple comparable. L’UKIP en Angleterre a été créé en 1993 et est passé de 0 à 3,1% des votes en 22 ans, seules les élections européennes ont permis de voir son score décoller et grâce à la proportionnelle voire des députés entrer au parlement de Strasbourg. Ce parti n’a toujours qu’un seul député au niveau national. En France le FN a mis près de 40 ans à arriver dans le trio de tête.

Que l'UPR ait réussi à boucler 13 listes est remarquable et il faut féliciter ce mouvement pour cet exploit, mais contrairement aux apparences la constitution des listes a été très douloureuse. Elles ont été complétées au dernier moment en faisant appel aux familles élargies, aux proches et aux amis.

« Cédric Moyemont ne souhaite pas s’exprimer sur les élections régionales car il n’est pas adhérent à l’UPR. » Édouard Clair, tête de liste de l’Union populaire républicaine (UPR) en Côte-d’Or, semble un peu penaud. Il ne nous donnera pas le numéro de son dernier de liste départementale en Bourgogne-Franche-Comté. C’est « un ancien coéquipier de rugby qui a accepté de figurer sur la liste uniquement par amitié ». Candidat, oui, mais pas trop.

 Extrait d’un article de Slate.fr (03/12/2015)

La campagne, qui a commencé très tard, a été concentrée dans quelques régions et a été atone dans d’autres. Quelques têtes de liste ont été très présentes, d’autres ont été transparentes. La campagne sur les réseaux sociaux a été intense. Très peu de militants ont été remarqués sur le terrain et quasiment aucune action notable n’a été menée en dehors des quelques réunions publiques, des collages d’affiches électorales et de quelques tables d’information. La taille du territoire à couvrir, le manque de moyens (pas de subvention publique) et le nombre de militant près à s’engager sur le terrain explique cette quasi absence.

La « propagande électorale », c’est le nom officiel de la « profession de foi » composée et payée par le parti mais distribuée par les autorités sur les fonds public, était de très bonne qualité et présentait toutes les thèses du parti : analyses, moyens, objectifs et (un petit) programme régional, mais en décalage avec l’enjeu ressenti et affiché du scrutin. L’UPR, par un effort financier remarquable, est donc rentrée dans tous les foyers français avec ce document. Il faut noter que, pour des mesures d’économie, les bulletins de vote n’étaient disponibles que dans les bureaux de vote. (Pour l’anecdote, sur les 4 enveloppes électorales reçues chez moi, il n’y avait aucun document UPR)

Les articles de presse (régionale), les interviews, les débats ont été nombreux et ont atteint un volume jamais observé auparavant pour ce jeune pari dont le slogan était « Le parti qui monte malgré le silence des médias ».

De plus, l’UPR a bénéficié de consignes de votes de Laurent Louis, de Dieudonné, du Comité Valmy (qui mettait néanmoins l’abstention au même niveau) et d’autres personnalités de la ‘dissidence’ de moindre audience.

Une analyse

Mais maintenant il faut, la tête froide, analyser les résultats en regard des objectifs affichés, de la stratégie déployée et des moyens mobilisés pour les atteindre, et réfléchir à un avenir possible.

Par une stratégie assumée et revendiquée par François Asselineau, ce scrutin était une étape prioritaire pour faire connaître l'UPR à tous les français et à tous les maires de France dans l'espoir de récolter des signatures de parrainage pour les présidentielles, les régionales étant le dernier scrutin au calendrier avant celui de mai 2017, le plus important pour la France et les objectifs de l’UPR.

On peut remarquer objectivement, que seules les listes de l'UPR défendaient la France contre la construction européenne et soulignaient la toxicité des euro-régions. Toutes les autres passaient sous silence l'influence de la Commission européenne sur la loi NOTRe et le risque de déconnexion totale des exécutifs régionaux de la tutelle parisienne (par fléchage direct en régions des crédits FEDER, par exemple).

Pour la première fois l'UPR a obtenu une bonne couverture médiatique dans quasiment toutes les régions, son nom est apparu comme un choix dans des sondages (TNS-Sofres-Le Figaro, Les Echos ...), sur des cartes de synthèse (Le Monde) et certains candidats ont pu présenter leur projet ou même débattre sur des plateaux de télévision locales ou régionales. François Asselineau a fait quelques apparition sur des antennes nationales (BFM, iTélé, France 5 …).Il faut noter l’ostracisme scandaleux dont il reste l’objet dans les grands titres de presse et sur les chaines nationales.

En comparaison avec les résultats obtenus aux scrutins précédents (bien que comparaison ne soit pas raison) il n'y a que très peu de progrès en pourcentage :

- Législative de Villeneuve sur Lot : 0,58% (François Asselineau, Régis Chamagne)

- Européennes : 0,41% (national), entre 0,27 et 0,58% (en régions), 0,98% outre-mer.

- Législative de Audincourt : 0,57% (Yannick Hervé, Jonathan Vallard)

- Départementales : de 0,79 à 3,22% (sur 14 cantons), entre 1,08 et 2,18 si on enlève les scores 'atypiques' (0,79 et 3,22), avec une médiane autour de 1,45%

- Législative de Millau : 1,86% (Loïc Massebiau, Edith Paradis)

J’attire l'attention du lecteur que les résultats d'une législative partielle sur un district ou d'une départementale sur un canton ne sont pas directement comparables à une élection régionale, les chiffres sont justes des indicateurs. Je pense que seul le scrutin européen, au niveau national sur des grandes régions, est une bonne base d’évaluation.

En ACAL le score aux européenne a été de 0,35% pour 23 listes. Une simple règle de trois laissait prévoir 0,89% pour 9 listes. En deçà c’est une reculade, au-dessus une progression, ce qui est le cas avec 1,23% (Davis Wentzel). Par le même procédé, en Ile de France, le score a été de 0,58% pour 31 listes, donc pour 13 listes on devait s’attendre à un score supérieur à 1,38%, mais le score a été bien plus faible à 0,94% (François Asselineau).

Au mois de mai 2014, l’UPR a réuni 76907 électeurs sur son nom et ses propositions. Pour ce scrutin, ce nombre est monté à 189046 (fois 2,46) avec une multiplication de couverture médiatique bien plus importante, certainement d’un facteur 20 ou plus.

18 mois séparent les scrutins des européennes et des régionales. Le nombre d’adhérent revendiqué par l’UPR est passé de 5000 à presque 10.000. Si les actions de terrain, et la campagne, avaient été efficaces et continues (tractage, tables d’information, collage, réunions publiques, journal papier, CD/DVD … on pouvait s’attendre à une progression supérieure à la progression du nombre d’adhérents dans les urnes. Ce qui est tout juste effectif en pourcentage (fois 2,12), seule mesure de la réussite d’un scrutin, et un peu meilleur en nombre d’électeurs (fois 2,46). On peut donc en conclure que la campagne électorale n’a apporté quasiment aucun bénéfice supplémentaire à la croissance naturelle.

A ce rythme, et sans événement notable, le rythme d’évolution nous amène 600.000 électeurs pour les présidentielles ce qui devrait représenter environ 2,5% des exprimés. Et la mort quasi certaine de la cause à l’image d’un Jacques Cheminade, homme brillant mais détruit par le système.

Alors que peut-on conclure ?

Pour les objectifs : Trop tôt, trop gros.
Pour la campagne : Trop tard, pas assez fort, trop timide, trop chère, trop seul.
Pour le militantisme : Trop léger, trop absent.

Certains scores électoraux du passé, trop faibles au goût de François Asselineau, ont été retenus comme griefs contre des militants engagés pour justifier (en partie) de leur exclusion alors qu'ils n'avaient pas bénéficié d'autant de moyens ou de couverture médiatique (en oubliant d'ailleurs son 0,58% personnel à Villeneuve-sur-Lot).

Extrait du dossier d’exclusion d’un militant rédigé par François Asselineau (mai 2015) :

« Nous notâmes que votre résultat était bien modeste pour l’une des régions les plus durement frappées par les politiques européennes et où notre électorat potentiel est plus important qu’ailleurs . (23 listes, 0,35% : note de l’auteur) 
En outre, il n'y avait que 23 listes en compétition dans votre circonscription, soit le plus faible nombre en France métropolitaine à l’exception du Nord-Ouest (où il y avait 22 listes mais où la liste UPR fit un score sensiblement supérieur de 0,42%). Nous avions donc tous prévu que vous y feriez un meilleur score qu’ailleurs et ce fut le contraire que nous fûmes forcés de constater. Bien entendu, il ne vint à l’idée de personne au Bureau national de vous faire grief de ce résultat. Néanmoins, ce résultat de votre liste, en-deçà de la moyenne des listes UPR, obtenu alors que les conditions y étaient plutôt plus favorables qu’ailleurs, aurait dû, à notre sens, vous inciter à vous interroger sur vos façons de faire. 

Nous vous avons donné successivement l’investiture le 18 novembre 2014 pour vous présenter à l’élection législative partielle de la 4e circonscription du Doubs (Audincourt), pour le siège laissé vacant par le départ de Pierre Moscovici (0,57%, note de l’auteur), et le 6 janvier 2015 pour vous présenter à l’élection départementale dans le canton d’Erstein (1,55%, note de l’auteur). Dans les deux cas, votre score s’est situé en-deçà des attentes.

Résultats électoraux décevants, ne vous donnant aucune légitimité pour vous faire passer pour le champion électoral et militant de l’UPR »

A la lecture de constat, on peut se demander le sort que va s’auto-réserver François Asselineau alors qu’il n’a obtenu que 0,94% en présence de SEULEMENT 13 listes. En cohérence, la seule conclusion objective et cohérente à prendre c'est que tous les candidats, dont le président-fondateur, qui ont fait un score moins élevé que les exclus soient exclus à leur tour.

Au cours de cette campagne, et encore trop souvent, les prises de position du président ont manqué de nuance et de recul. Par exemple un sondage TNS-Sofres publié le 29 octobre 2015 par le Figaro, pour la première fois, a donné 2% d’intention de votes à l’UPR. Et François Asselineau de clamer que l'UPR est au centre de l'échiquier politique avec une confirmation de la progression exponentielle en cours de son mouvement. Quelle arrogance aveugle et potentiellement décourageante pour les observateurs et les militants

En fait, et l’ENARque devrait le savoir, un résultat de sondage est associé à un intervalle de confiance lié à la taille de l’échantillon interrogé et à la mesure (le pourcentage relevé). Tous calculs faits sur le sondage cité, le résultat effectif est une fourchette de 1,2 à 2,74% à 95% de probabilité ; donc rien de nouveau à ce moment de la campagne. D’ailleurs il a moins commenté celui qui lui donnait 0,5% dans les Echos, à titre personnel, le 26 novembre.

Autre exemple, il continue à taper à titre personnel sur toutes les figures de la scène politique sans faire de différence entre les personnes et les idées (voir ses vidéos d’information). Cette attitude ne peut avoir que des conséquences néfastes sur le recrutement et de futures potentielles alliances.

L'argent mobilisé, exclusivement à partir de dons, pour imprimer des affiches électorales, des tracts et 45 millions de profession de foi a-t-il été correctement utilisé ? Le résultat obtenu est-il à la mesure du respect que l'on doit aux donateurs ?(Au 3 décembre, 530929 € par 4966 donateurs, 75,8% de la somme demandée) [note : dons + adhésions depuis le 27 juillet 2015]

Encore une fois des détails, et c’est une habitude due exclusivement à son président dans ce mouvement, ont pris beaucoup de temps alors que des sujets prioritaires n'ont pas retenu assez d'attention. Comme par le passé les membres du bureau national (des bénévoles, je le souligne) ont été très majoritairement absents, les soutiens aux candidats étant toujours effectué par les mêmes personnes avec une omniprésence de François Asselineau et quelques interventions de Vincent Brousseau.

Un des arguments de François Asselineau, l’omerta médiatique, pour justifier les scores très faibles est donc tombée au cours de ce scrutin et révèle les limites réelles de l'UPR. La campagne pour les présidentielles ne pourra commencer efficacement que quand FA aura réussi à faire passer ce paradoxe. De plus il va devoir gérer les têtes qui sont sorties du lot à l'occasion de ces régionales. Va-t-il les promouvoir et en faire des lieutenants au risque de perdre en influence exclusive ou alors tout faire pour qu'ils retournent à l'anonymat pour garder l'image de l'homme providentiel (auto-proclamé) et générer des frustrations ?

Tout en continuant de se plaindre de la censure contra la réalité objective, je suis certain que François Asselineau trouvera d’autres excuses pour faire passer son échec global et son échec personnel, les facultés d’analyses et d’embrouilles de l’ENArque sont intactes : les attentats, l’état d’urgence, l’annulation de quelques réunions ou tables d’information, le désintérêt orienté par les autorités et le PS, la confiscation de la parole publique par le FN, le mauvais temps ou la proximité de Noël. Ne vous inquiétez pas, comme tout homme politique ce résultat sera présenté comme une très grande victoire (peut-être même exponentielle comme il aime à qualifier les progressions linéaires) en basant son analyse uniquement sur la progression absolue en nombre de voix. Et le pire c’est que les adhérents les plus disciplinés vont le croire et ne pas faire d’analyse par eux-mêmes pour réclamer les changements indispensables à la suite.

L'erreur de fond de ce parti est de croire que seule l'exposition (surtout médiatique) pendant les campagnes électorales peut convaincre les électeurs en plus des conférences du président-fondateur qu'il considère lui-même comme l'alpha et l'oméga du militantisme. Le 'militantisme' Facebook est clairement un leurre destiné à un microcosme, pourtant la stratégie est quasiment uniquement centrée sur ces moyens.

Le militantisme "Twitter/Facebook" atteignant clairement ses limites (le compteur de « j’aime » sur la page Facebook de ‘François Asselineau – Union Populaire Républicaine’ plafonne depuis déjà un certain temps), les militants devraient être plus présents sur le terrain. La fierté et l'obsession de François Asselineau, son compteur d'adhérent, n'est clairement pas à la mesure du nombre de personnes mobilisables sur le terrain. Si plus de 9000 personnes s'étaient approprié la campagne depuis mars ou avril 2015, on les aurait remarqués. Si des événements spécifiques et remarquables avaient été organisés, le 9 mai (fête de l'Europe) ou le 29 mai (10 ans du référendum volé au français) par exemple, à travers toute la France, la campagne aurait pu être lancée en avance et avec l'œil des médias toujours friands « d’exotisme » quand il est bien présenté. La présence sur le terrain doit être continue, les actions doivent être fortes et symboliques sur tout le territoire. Ce n'est objectivement pas le cas.

Lors des départementales, le porte-à-porte de l'équipe de Grandvillars (90) leur avait permis d'obtenir le meilleur résultat national de l'UPR à 3,3%. A Filain en Haute-Saône l'UPR fait un score de 10.83% lors de ce premier tour des régionales grâce à l'investissement d'un "semi-renégat UPR" (démissionnaire de l'UPR suite à l'affaire "Hervé" et patriote convaincu). Le "semi-renégat" est un "disciple" de Simone Weil (la résistante morte en août 1943) adepte de Chouard, qui soutient les idées défendues par l'UPR sans cautionner la flatterie due à son président et en regrettant fort l'absence totale de "tactique" même s'il feint de croire en l'existence d'une stratégie.

Les diagrammes traçant le nombre de voix dans des villes du Doubs ayant eu des candidats dans les 4 derniers scrutins (européennes, législative partielle, départementales et régionales) montrent la stagnation ou l'effondrement des votes UPR dès lors que le travail de terrain n'est plus assuré et continu. Rencontrer et discuter avec les français - sur leur terrain- est le meilleur moyen de leur expliquer les raisons de la situation, les conclusions viennent alors d’elles-mêmes. Les tables d'information initient la réflexion et sont probablement la meilleure tactique de terrain (bien loin devant le « tractage » à la volée et le mono-affichage électoral).

Le stand de l'association 'Les Clés de l'Europe' pour les tables d'information a coûté moins de 300€. C'est du matériel associé à une méthode pédagogique originale. Dupliquer ce dispositif dans 95 départements coûterait moins de 30.000€ (sans tenir compte des prix négociés en volume). A comparer au budget de 500.000 euros dépensé par l'UPR. En sachant que ce matériel très solide est réutilisable pendant très longtemps.

Une table d'information toutes les 2 ou 3 semaines dans tous les départements en allant dans toutes les grandes villes aurait un impact sans commune mesure avec le militantisme dans le microcosme Facebook.

Il faudrait que les médias n'aient pas d'autre choix que de s'intéresser à l'UPR pour ses actions et son actualité plutôt que l'option choisie par FA d'un profil le plus lisse possible en attendant d'être invité dans les grandes émissions politiques. C’est de la mendicité médiatique.

Il faut aussi noter que le comportement de certains militants, bien que ce soit une petite proportion mais c’est ceux qui parlent le plus et le plus fort, usent de méthodes « pour convaincre » inacceptables et outrancières. Les insultes et le dénigrement arrivent vite dans les conversations si on a la malheur de ne pas être d’accord avec la doxa ou si on ose remettre en cause le ‘patron’. Les victimes de ces zélotes, qui n’ont aucune réflexion personnelle, aucune mise en perspective, aucune nuance dans le discours font plus de mal à l’UPR que tous les journalistes muets. Les réactions attendues et outrée de leur part à cette analyse en seront d’ailleurs la preuve.

Par exemple, pendant cette campagne, on a vu se développer une initiative sur les réseaux sociaux de personnes en train de se filmer pendant qu’ils déchiraient ou brulaient leur carte électorale pour montrer leur refus du système représentatif. Les défenseurs les plus zélés de l’UPR prétendent et ont fait circuler l’information que ces personnes étaient pilotées (par qui ?) pour détourner les votes de l’UPR au profit de l’abstention. On a déjà vu paranoïa plus raisonnable.

Le mouvement doit se faire connaître par autre chose que les conférences de son président-fondateur. Il doit créer l'événement quitte à transgresser pour qu'il forge son identité par lui-même et soit reconnu comme tel. Et surtout, il doit devenir un des rouages d'un mouvement plus large rassemblant toutes les forces en présence qui vont dans le même sens. Il doit sortir du paradigme classique du parti qui doit tout détruire sur son passage pour y arriver, c'est justement ce que ne veulent plus les français.

Il faut s'attendre qu'avec cette stratégie et cette organisation, la présidentielle, alors qu’aucun événement ne viendra remuer les souvenirs des électeurs d'ici là, sera un fiasco monumental. Il faut que les particuliers, les mouvements citoyens, les associations ... qui ne se reconnaissent pas dans un parti politique et sa structure lourde, castratrice et anxiogène comprennent que des résultats peuvent être obtenus avec une approche différente, une approche citoyenne. C'est ce que propose l'Alliance pour une France Libre. (http://alliance-pour-une-france-libre.org)

On doit espérer maintenant que la réflexion profonde sur les causes et l’examen de conscience seront réalisés par les premiers intéressés, le Bureau National et le Conseil National du parti. Mais est-ce que l’UPR a les moyens de réfléchir en groupe, de travailler sur des questions stratégiques, organisationnelles, quasi-philosophiques et existentielles, alors que son envahissant président omniscient n’en a jamais laissé la possibilité jusqu’ici ? Il faut absolument que François Asselineau se guérisse de son syndrome démiurgique pour gagner en efficacité.

Les média, poussés par leur déontologie (? !) ou par le CSA, ont donné (assez) largement la parole à l’UPR pendant cette campagne. De deux choses l’une, ou c’était opportuniste et sous contrainte et ce sera sans lendemain, ou ils ont découvert ce parti hétérodoxe et ils continueront à s’y intéresser, l’aidant par là-même à se développer. Les premiers mois de 2016 nous donnerons la réponse et la progression du compteur d’adhérent en temps réel, même si sa valeur absolue est surestimée, nous donnera un indice important sur la suite à attendre.

Objectif : présidentielle

Communiqué de presse du 8 décembre 2015 : Comme prévu, l’UPR par la voix de son président se réjouit bruyamment de la progression « fantastique » (*2,46) du nombre de voix obtenues sans en oubliant au passage de souligner que la croissance naturelle (dixit compteur d’adhérents) du mouvement permettait de prévoir le résultat avant même une campagne inutile et très coûteuse, et que le même progression, les mêmes causes produisant les mêmes effets, est à attendre d’ici mai 2017 (sauf cause exogène).

Communique du 11 décembre 2015 : Une cartographie des résultats ramenée aux circonscriptions montre que l’UPR a passé 1% des exprimés dans 159 circonscriptions. Ce résultat laisse envisager l’accès au financement public dès lors que ce score serait atteint dans plus de 50 de circonscriptions. Le président souligne bien que ce sera après les législatives de juin 2017 et insiste sur le fait que ce financement permettrait d’assurer des actions de militantisme.

En creux on peut lire plusieurs messages : Il faudra financer plusieurs centaines de campagnes législatives efficaces, il n’y aura pas de militantisme innovant d’envergure avant la deuxième moitié de 2017 et, surtout, l’UPR renonce à faire un score marquant aux présidentielles à venir puisque il n’y aura pas de militantisme d’ici là.

Il reste un peu plus d’un an aux forces patriotes, aux défenseurs de la souveraineté (au sens de l’article 4 de la Constitution), aux opposants à la construction européenne, pour se rassembler, s’organiser pour partir en ordre à la bataille vers la présidentielles et faire porter ses attentes par un unique candidat.

Il faut que les militants de la base, le plus grand nombre, fasse pression sur le Bureau national de l’UPR pour lui faire comprendre que les idées sont plus importantes que les hommes et qu’il faut tout faire pour les faire gagner.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

206 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 18 décembre 2015 13:03

    UPR = Union Pour Rire...


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 18 décembre 2015 13:03

      Comment l’UPR peut-elle compter ses voix alors que dans les résultats fournis pas le Ministère de l’Intérieur, elle est regroupée sous l’acronyme « DIV » qui regroupe quelques autres partis ?


      Si vous avez d’autres sources, citez les et validez les.

      • Yannick HERVE Yannick HERVE 18 décembre 2015 13:13

        @M de Sourcessure

        Il faut faire la somme région par région et ne pas pendre le chiffre global du ministère sous le nom « Divers » .

      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 18 décembre 2015 13:16

        mais d’ou sortent les chiffres des régions ? 

        c’est ça ma question
        j’ai suffisamment participé à des dépouillements pour savoir que les bulletins sont triés par listes !
        c’est comme si vous confondiez PCF, PG FDG, et DIVG !

        • Yannick HERVE Yannick HERVE 18 décembre 2015 13:53

          @M de Sourcessure

          Site du ministère mais région par région.
          Le chiffre global/national par ’tendance’ politique n’est pas assez précis ;

          Mais que le chiffre soit de 186000, 190000 ou 250000 ne change rien au raisonnement.

        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 18 décembre 2015 13:24

          L’UPR se disqualifie par ses approximations (et peut être ses mensonges aussi ; déjà ? ^^).

          De plus, je ne savais pas que « l’UPR a bénéficié de consignes de votes de Laurent Louis, de Dieudonné, du Comité Valmy ». J’ai donc cherché, et à part le Comité Valmy, je n’ai rien trouvé qui allait dans ce sens.
          Tout comme le site du parti, 2eme site politique en terme de visites, parait-il.

          Pour le reste, ça relève plus du compte d’apothicaire. Ah cette politique, toujours la même chose ^^ smiley


          • foufouille foufouille 18 décembre 2015 13:29

            0,41% des veautes pour ton UPR.
            45 293 603 d’électeurs

            26 455 563 voix = UPR sale menteur qui ne reconnait pas le vote blanc


            • Fergus Fergus 18 décembre 2015 13:59

              Bonjour, foufouille

              Bien vu !

              L’UPR ne cesse en effet de nous asséner cette méthode de calcul de l’influence politique réelle des autres partis. Or, curieusement, cela ne vaut pas pour Asselineau et ses troupes. Etrange pour un parti qui prétend renouveler les mœurs politiques !


            • Fergus Fergus 18 décembre 2015 13:53

              Bonjour, Yannick

              « A la lecture de constat, on peut se demander le sort que va s’auto-réserver François Asselineau alors qu’il n’a obtenu que 0,94% en présence de SEULEMENT 13 listes. »

              C’est effectivement la question que l’on peut se poser après avoir pris connaissance des éléments d’exclusion que vous avez rapportés dans votre article.

              A noter le caractère précieux et ampoulé de la prose d’Asselineau : ajouté à son absence quasi-totale de charisme, cela devrait inciter l’UPR à chercher un autre champion pour la présidentielle. Mais comment se passer du gourou dans une formation de fonctionnement sectaire ? Là est toute la difficulté !


              • Yannick HERVE Yannick HERVE 18 décembre 2015 13:55

                @Fergus

                Au moins de travailler sur une stratégie digne de ce nom.
                Ce travail avait débuté en décembre 2014 mais a été repoussé d’un revers de main par FA qui pense être l’alpha et l’oméga du sauvetage de la France ;

              • Fergus Fergus 18 décembre 2015 14:02

                @ Yannick HERVE

                « FA qui pense être l’alpha et l’oméga du sauvetage de la France »

                C’est bien en cela qu’il a un comportement de gourou, confirmé par sa mainmise totale sur les investitures et le fonctionnement du parti, tel que cela apparait dans les témoignages.


              • Doume65 18 décembre 2015 17:13

                @Fergus et @l’auteur
                La lettre, dont l’auteur nous a livré un extrait ne ressemble pas, par son contenu, à une lettre d’exclusion mais plutôt à un non renouvellement de confiance pour diriger une liste. Ce sont deux choses bien différentes. D’autre part, l’ensemble des éléments contenus dans ce courrier ne sont pas dévoilés. Les lecteurs d’AV sont d’habitude prompt à réclamer des preuves sur tous les sujets. Mais qu’un scan du courrier pour étayer cette attaque en règle ne dérange personne ! Personnellement, je ne suis pas membre de l’UPR, mais ce qui est présenté comme un motif de radiation me parait tellement stupide (Asselineau a ses défauts, mais il ne me semble pas idiot) que je n’y croirais que lorsque la preuve sera un peu plus solide.


              • Tythan 19 décembre 2015 12:28

                @Doume65

                Si cela vous intéresse, j’ai écrit un article sur cette affaire lamentable à tous les points de vue. 

                Il s’agit bel et bien d’une exclusion.



              • Doume65 19 décembre 2015 19:58

                @Tythan
                Écrivez tant que vous voulez, cela n’empêche que je voudrais bien voir la lettre et ses « 16 pages tout de même ». Il s’y trouve certainement nombre d’arguments non développés ici.

                Du reste, le fait que vous écrivez plusieurs articles sur « cette affaire lamentable à tous les points de vue » prouve bien un certain acharnement qui n’est pas compatible avec quelque chose d’objectif.


              • Tythan 20 décembre 2015 13:52

                @Doume65

                Quand un lien est surligné, ça signifie qu’il suffit de cliquer dessus pour avoir accès à cette lettre...

                Tythan

              • Doume65 22 décembre 2015 12:18

                @Tythan

                Très drôle...
                ...Sauf que tu m’a donné un mauvais lien.
                Si ça intéresse quelqu’un voici le vrai lien menant à la lettre d’exclusion

                On y constate que
                1) C’est bien une lettre d’exclusion.

                2) Elle n’a pas été rédigée par François Asselineau mais un de collectif de treize personne identifiées (mensonge donc de l’auteur de cet article).

                3) le principal reproche à l’encontre de l’adhérent nous a bien été cache (deuxième mensonge)
                Le voici :
                « Comme tous les internautes ont pu le constater, vous avez en effet développé un très grand activisme, depuis plusieurs semaines, pour entretenir un climat délétère et tenter de jeter le trouble et la zizanie chez certains militants. Vous avez veillé à cacher soigneusement les vraies raisons pour lesquelles vous risquiez d’être exclu, en multipliant pour cela des contrefeux vils et déshonorants. En usant de la part du fichier des adhérents à votre disposition, vous avez écrit des courriels et passé des appels téléphoniques pour inciter à la rébellion certains cadres de l’UPR, pour multiplier publiquement les angles d’attaque à l’encontre du président et du Bureau national, instance collégiale de direction du mouvement, dont nous rappelons que c’est la seule instance élue par les adhérents lors du Congrès triennal. Plusieurs cadres, choqués par ce procédé, nous ont évidemment informés de vos appels à la sédition. »

                On imagine mal n’importe quel parti vouloir conserver un adhérent pareil !

                Il est ajouté juste après :
                « Adepte de la tactique qui veut que « la meilleure défense c’est l’attaque », vous avez également multiplié bassesses et calomnies, en laissant croire aux militants impressionnés par votre activisme que le président aurait décidé seul de votre exclusion[...] »

                On peut constater en effet que cela est vrai : voir le mensonge dénoncé dans mon point 2.

                4) Je comprends maintenant pourquoi tu as échoué à placer un lien valide vers cette lettre.


              • Yannick HERVE Yannick HERVE 22 décembre 2015 12:38

                @Doume65

                Allégations.
                (j’ai toutes les preuves du contraire)

                Le juge donnera son avis bientôt.

              • Tythan 23 décembre 2015 10:27

                @Doume65


                Tous les liens fonctionnent très bien, il faut apprendre à cliquer !!

              • Doume65 23 décembre 2015 16:18

                @Yannick HERVE
                « Allégations. »

                Tu parles de celle de l’UPR ?
                Possible, mais ce n’est pas le sujet de mon message.


              • Doume65 23 décembre 2015 16:21

                @Tythan
                De plus en plus drôle !

                Tiens, voilà aussi un lien qui fonctionne très bien et qui va te prouver que la terre est plate.
                Tu saisis ?


              • troletbuse troletbuse 18 décembre 2015 14:07

                « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt » La lune, ce sont nos gouvernants pourris jusqu’à la moëlle, le doigt, c’est l’UPR.


                • Yannick HERVE Yannick HERVE 18 décembre 2015 14:09

                  @troletbuse

                  C’est peut-être le doigt mais nous aimerions qu’il soit la main et le poing

                • troletbuse troletbuse 18 décembre 2015 14:13

                  @Yannick HERVE
                  Figure toi que moi aussi. Mais malheureusement, le temps presse car comme je l’ai dit ailleurs, la dictature n’autorisera plus qu’un parti unique.


                • troletbuse troletbuse 18 décembre 2015 14:17

                  @Yannick HERVE
                  Figure toi que moi aussi, je voudrais qu’il soit le poing. Malheureusement le temps presse et la dictature qui est déjà bien installée empechera ou torpillera tous les petits partis.


                • Tythan 18 décembre 2015 14:15

                  Pas mal de choses à dire sur cette analyse.La première chose notable, c’est que son auteur, Yannick Hervé, pourtant exclu d’une manière extrêmement violente (avec notamment des insultes gratinées), semble conserver malgré tout une révérence envers François Asselineau qui franchement me dépasse. Une espèce de variante de syndrome de Stockholm.



                  Sinon, s’il y a du vrai dans l’analyse, il y a aussi pas mal d’approximations et de reproches infondés. Par exemple, faire une règle de trois pour comparer les élections régionales et européennes en fonction du nombre de listes, je suis désolé, mais ce n’est pas sérieux et cela ne veut strictement rien dire.

                  De même, il me paraît difficile de reprocher le manque d’investissement des militants de l’UPR. Comme partout, il y en a de plus ou moins impliqués et c’est tout à fait naturel. L’investissement de certains militants UPR, dont Yannick Hervé était le prototype, dépasse l’entendement, mais ce n’est pas une raison pour critiquer ceux qui n’ont pas ce comportement que personnellement je trouve tout à fait déraisonnable. Ce qu’on peut critiquer en revanche, c’est l’endoctrinement manifeste que leur inculque François Asselineau, qui prétend contre l’évidence être la seule solution politique aux dysfonctionnements de l’UE en France. 

                  S’agissant des législatives, je n’ai pas vérifié et je veux bien croire ce que dit François Asselineau, à savoir qu’il pourrait dépasser les 1% dans un certain nombre de régions. Mais de nombreux handicaps se dressent face à lui s’il espère faire cette performance. La première, c’est qu’il faut qu’il réussisse à se présenter à l’élection présidentielle. La seconde, c’est que s’il y réussit, il fasse un score un tantinet supérieur à 1%. La troisième, c’est qu’il trouve des candidats de valeur : contrairement aux européennes et aux régionales qui sont des scrutins de liste et où la personnalité des candidats, hors les têtes de liste, reste peu scrutée, ce ne sera pas le cas pour les législatives. François Asselineau ne pourra pas se permettre de recruter toute une famille pour être candidat ou de demander aux copains de copains de se présenter. Plus encore, il faudra surtout qu’aucun de ces candidats ne puissent être soupçonné de complotisme et d’antisémitisme, comme c’était encore le cas au cours de cette élection (avec les cas de Nicolas M dans les Pyrénées Atlantique ou d’un candidat en moselle). Enfin, last but not least, il faudra 1) financer toutes ses campagnes, et 2) en suivre le bon déroulement. Le financement est bien sûr un énorme obstacle, qui en plus fera suite à la campagne présidentielle qui ne sera certainement pas gratuite non plus, mais le 2) n’est pas moins ardu pour un jeune parti aux compétences humaines limitées : il suffira d’un candidat un peu border pour que ses comptes soient annulés.


                  • Yannick HERVE Yannick HERVE 18 décembre 2015 14:45

                    @Tythan

                    C’est du resucé ton truc.

                    Et la règle de trois en s’en contrebat les nouilles, puisque il y a des mesures qui me donne raison.

                    Je ne reproche rien, je constate simplement que l’engagement n’est pas la hauteur des objectifs affichés (et rêvés).

                    Sinon on est d’accord sur le reste.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 décembre 2015 21:17

                    @Yannick HERVE
                    Et vous pensez sans doute qu’en essayant de dresser les adhérents contre Asselineau, vous allez faire avancer le schmilblick ?? Vous perdez votre temps.


                    La seule chose positive à faire si vous voulez vous rendre utile (mais est-ce votre but ?) c’est de faire connaître vos actions de terrain qui me semblent tout à fait intéressantes, auprès des délégués départementaux et des adhérents.

                    Le travail de terrain n’a jamais été interdit par l’ UPR. Il apparaît maintenant comme une nécessité.
                    Et régler vos comptes personnels n’intéresse personne. 

                  • Yannick HERVE Yannick HERVE 19 décembre 2015 08:46

                    @Fifi Brind_acier

                    Tu te trompes. Tout ce qui m’intéresse c’est la « cause » et les moyens pour la faire progresser dans l’opinion.

                    Pour ce faire il faut une tactique, une stratégie et une logistique.
                    tout ce qui est rendu impossible par l’étroitesse d’esprit asselinesque sur ces points. 


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2015 20:41

                    @Yannick HERVE
                    C’est ta méthode qui est mauvaise.
                    Diviser et agresser, c’est une mauvaise méthode.
                    La fin ne justifie pas les moyens, relis Camus.


                  • Yannick HERVE Yannick HERVE 23 décembre 2015 19:34

                    @Fifi Brind_acier


                    C’est effectivement ce que pensait l’UPR puisque j’ai été chargé de la seule formation militante nationale effectuée à ce jour.

                  • jaja jaja 18 décembre 2015 14:29

                    Bon au final un parti peu démocratique qui prétend redonner le pouvoir aux Français alors qu’il est dirigé d’une main de fer comme n’importe quelle officine politique inféodée au système ...
                    Difficile de prôner la démocratie à l’extérieur alors qu’on n’en a pas une once sur soi en interne...


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 décembre 2015 21:19

                      @jaja
                      C’est la version de Yannick Hervé.
                      Je suis à l’ UPR depuis 2012, je n’ai jamais subit aucune directive, ni pression.


                    • Tythan 19 décembre 2015 00:05

                      @Fifi Brind_acier

                      Et bien c’est un problème Fifi Brin d’Acier. De nombreux militants de l’UPR m’ont indiqué à quel point, y compris d’ailleurs sur Agoravox, ils désapprouvaient votre militantisme agressif et contreproductif sur Agoravox.

                      Un cadre de votre parti, que je connais personnellement, m’a d’ailleurs indiqué qu’au contraire les cellules de net-militantisme de l’UPR avaient essayé de calmer les énergumènes sévissant sur Agoravox (et, bien qu’il ne vous ai pas citée, ciblant en revanche une de nos connaissance communes qui a depuis je crois quitté le militantisme pour l’UPR, j’ai fortement pensé à vous).


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2015 06:59

                      @Tythan
                      Manque de bol pour vous, ce n’est pas l’avis d’Asselineau qui m’a félicitée récemment pour mon action sur Agoravox et ailleurs...


                      Vos mensonges n’engagent que vous, vos témoins, si vous en avez, vous n’avez qu’à leur dire d’aller s’inscrire chez Dupont Aignan. Ils pourront s’occuper des soucis des automobilistes, puisqu’il semble de Dupont Aignan s’occupe beaucoup plus de ce créneau que de sortir de l’ Union européenne....

                    • Yannick HERVE Yannick HERVE 19 décembre 2015 08:47

                      @Fifi Brind_acier

                      Mais as tu fait quoi que ce soit ?

                      c’est sûr que assise sur ton cul devant ton PC tu ne risques pas trop les récriminations.


                    • Tythan 19 décembre 2015 11:26

                      @Fifi Brind_acier

                      Je vous ai dit que le cadre que je connaissais ne vous avez pas cité, parlant d’un autre contributeur. J’ai supposé que vous étiez incluses dans les énergumènes qu’on trouve sur facebook, mais peut-être n’y êtes vous pas...

                      De toute façon, il est très probable qu’au fur et à mesure qu’il se développe, François Asselineau abandonne le terrain d’Agoravox, qui bénéficie d’une réputation assez douteuse en raison de son tropisme complotiste.

                    • GrandGuignol GrandGuignol 19 décembre 2015 16:31

                      @Tythan

                      Le votre de « tropisme complotiste » est une évidence pour tous..

                      la novlangue c’est Cool et Hyper réducteur, vous en êtes le digne représentant.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 19 décembre 2015 16:41

                      @Yannick HERVE

                      Fifi de par son militantisme régulier sur internet a réussie à faire connaître, diffuser , expliquer, informer sur l’UPR, ces liens souvent pertinents en ont convaincu plus d’un, et je lui doit mon adhésion à ce parti que je ne connaissait pas.

                      Donc encore une fois, merci Fifi.

                      « c’est sûr que assise sur ton cul devant ton PC tu ne risques pas trop les récriminations. »

                      Détrompez vous Fifi fait face avec courage et détermination à toutes les attaques possibles, pas celles du BN car elle reste à sa place et propose sans vouloir imposer.

                      Après chacun son caractère et celui de FIfi est bien trempé.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2015 20:42

                      @Yannick HERVE,
                      Agoravox, c’est 15% des adhésions à l’ UPR, et toi ?


                    • Dom66 Dom66 19 décembre 2015 22:50

                      @Fifi Brind_acier

                      J’ai voté UPR au 1er tour

                      Ce qu j’ai retenu de l’article c’est :

                      "faut noter l’ostracisme scandaleux dont il reste l’objet dans les grands titres de presse et sur les chaines nationales.

                      "

                      Merdias aux ordres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès