Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Finlande annonce officiellement qu’elle préfère sortir de (...)

La Finlande annonce officiellement qu’elle préfère sortir de l’euro plutôt que de payer les dettes des autres

NOUVEAU COUP DE THÉÂTRE SUR L'EURO-TITANIC !
Le bobard de "l'Apocalypse en cas de sortie de l'euro" s'effondre.

JPEG - 419.2 ko
Mme Jutta Urpilainen, ministre finlandaise des finances

 

Par une déclaration fracassante - qui sera probablement cachée elle aussi à nos compatriotes par les médias à la botte des "euro-fascistes" -, la ministre finlandaise des Finances en personne, Mme Jutta Urpilainen, vient d'annoncer ce matin, dans le quotidien financier Kauppalehti, que :

« La Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

Et elle enfonce le clou :

« La responsabilité collective pour les dettes (...) et les risques d'autres pays n'est pas ce à quoi nous devons nous préparer. Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n'importe quelles conditions ».

La Finlande, qui est l'un des derniers pays de la zone euro à bénéficier d'une note de crédit triple A, entend se battre pour la conserver.
 

À LA DIFFÉRENCE DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS, LE GOUVERNEMENT FINLANDAIS DÉFEND LES INTÉRÊTS DU PEUPLE FINLANDAIS FACE AU DÉLIRE EUROPÉISTE

Ce n'est à vrai dire pas tout à fait nouveau de constater que le gouvernement finlandais a à cœur de défendre les intérêts... du peuple qui l'a élu !

Vu de France, cela paraît incroyable, non ?

Ce petit pays de 6 millions d'habitants ne possède guère de richesses naturelles, à part des milliers de km² de toundra et de lacs. Et le peuple finlandais ne voit pas pour quelles raisons il devrait se saigner aux quatre veines pour aller rembourser les dettes d'autres pays, dont le patrimoine national est bien plus important que le sien.

1°) L'obtention de gages de la Grèce pour s'assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Ainsi, le gouvernement d'Helsinki avait déjà exigé, et obtenu, lors du deuxième plan d'aide à la Grèce l'an dernier, de conclure un accord bilatéral avec Athènes lui garantissant de récupérer les sommes avancées.

Comment ? Eh bien tout simplement en prenant ce que tous les banquiers exigent eux-mêmes lorsqu'ils prêtent de grosses sommes d'argent et qu'ils appellent une « sûreté réelle » : c'est-à-dire une hypothèque sur un bien immobilier, un nantissement sur des créances ou un fonds de commerce, etc. Bref : un gage sur un actif réel, qui permet d'être sûr d'être remboursé si l'emprunteur fait défaut.

On remarquera que le gouvernement français, en refusant de faire la même demande d'obtention de gages que le gouvernement finlandais, a donc accepté le principe que ce soit les contribuables français qui soient les dindons de la farce si la Grèce faisait défaut. Ce qui sera d'ailleurs le cas avec plus de 90% de probabilité.

2°) La demande identique formulée par la Finlande à l'Espagne et à l'Italie au dernier sommet européen

Même si les médias français ont, là aussi, organisé l'omerta, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a mis les pieds dans le plat la semaine dernière, en demandant que l'Espagne et l'Italie émettent des « obligations sécurisées » plutôt que de demander aux autres peuples de payer à leur place.

Le Premier ministre finlandais savait particulièrement bien de quoi il parlait puisqu'il est lui-même ancien ministre des finances.

Et sa proposition obéissait à la même logique que celle que j'ai déjà décrite : pourquoi un peuple dont le patrimoine national est si modeste devrait-il payer les dettes de l'Italie, qui est un pays qui croule sous les richesses, notamment patrimoniales et artistiques ?

Pour bien comprendre la position d'Helsinki, il suffit d'imaginer un château, dont le châtelain, ayant perdu des sommes colossales au casino, demanderait au gardien de les rembourser à sa place, car il préfère quant à lui conserver ses tableaux de maîtres...

La Finlande est dans la situation du gardien : elles est d'accord pour prêter de l'argent au châtelain, mais à la condition que ces sommes soient gagées par le tableau de Titien ou de Claude Lorrain que celui-ci possède.

Bien entendu (et cela n'a pas été non plus porté à la connaissance des Français), le président du Conseil italien Mario Monti (et "Goldman Sachs boy") a refusé immédiatement cette proposition finlandaise : le châtelain italien compte bien faire payer le gardien et garder ses œuvres d'art pour lui.

Est-il besoin de le préciser ? Notre "socialiste" François Hollande a volé au secours.... du châtelain.

http://www.romandie.com/news/n/_Zone_euro_Helsinki_propose_des_obligations_
securisees_pour_les_pays_fragiles96280620122005.asp

Marie Antoinette Kirsten Dunst

3°) La Finlande a annoncé qu'elle bloquera l'utilisation étendue du futur MES, qui avait été présentée comme un changement et un triomphe des "pays du sud" dernier sommet européen

Le Premier ministre finlandais a annoncé, voici quatre jours (le 2 juillet 2012), que la Finlande empêchera le Mécanisme européen de stabilité (MES) d'acheter des obligations sur le marché secondaire, ce qui bloquera la mesure très hypothétique annoncée comme un triomphe lors du dernier sommet européen.

Car une telle décision requiert l'unanimité des membres de la zone euro, ce qui ne sera pas le cas.

Rendant compte du sommet de Bruxelles la semaine dernière, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a en effet lancé cette bombe au Parlement d'Helsinki (sans que les grands médias français, là encore, n'en parlent à nos compatriotes) :

« À l'avenir, l'unanimité est nécessaire pour décider de tels achats et il semble que cette unanimité ne soit pas possible en raison de l'opposition néerlandaise et finlandaise ».

Un porte-parole du chef du gouvernement finlandais, Pasi Rajala, a ensuite précisé à l'AFP qu'Helsinki considérait que « faire des achats sur le marché secondaire n'avait aucun sens ».

http://www.romandie.com/news/n/UEHelsinki_veut_empecher_le_MES_d_acheter_des
_bonds_sur_le_marche_secondaire79020720121601.asp

JPEG - 58 ko
Jyrki Katainen
 
4°) L'obtention de gages de l'Espagne pour s'assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Enfin, hier 5 juillet 2012, la Finlande a annoncé l'ouverture prochaine de négociations bilatérales avec l'Espagne pour l'obtention du même type de garanties qu'avec la Grèce en échange de sa participation au plan de sauvetage des banques ibériques.

Là encore, le gouvernement finlandais protège les intérêts du peuple finlandais, à la différence du gouvernement français, qui, se refusant de faire la même demande d'obtention de gages auprès de Madrid, accepte donc le principe que les contribuables payent des dizaines de milliards d'euros pour sauver les banques espagnoles !
 

LA MINISTRE FINLANDAISE DES FINANCES EST LA PRÉSIDENTE DU SDP, QUI EST UN PARTI FRÈRE DU PARTI SOCIALISTE FRANÇAIS PUISQU'ILS APPARTIENNENT TOUS DEUX AU PSE (PARTI SOCIALISTE EUROPÉEN)

Cette déclaration de la ministre finlandaise des finances est d'autant plus embarrassante pour nos médias à la botte que cette femme politique intègre ne rentre pas dans les clichés de la propagande des euro-fascistes qui terrorisent les peuples par l'intimidation constante et par la diabolisation de toute idée de sortir de l'UE et de l'euro.

Mme Jutta Urpilainen, qui est une jeune ministre (37 ans), à peine plus jeune que le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen (40 ans), n'est en effet :

- ni une "populiste",

- ni une "souverainiste",

- ni une folle,

- ni une raciste,

- ni une xénophobe,

- ni une antisémite,

- ni une nostalgique du IIIe Reich,

- ni une personnalité d'extrême-droite,

- etc.

Non. C'est la présidente du Parti social-démocrate de Finlande (SDP).

Lequel est membre du "Parti socialiste européen (PSE)", parti politique au Parlement européen regroupant les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes d'Europe, et notamment le Parti socialiste français. (Son groupe politique est le deuxième en taille au Parlement européen après les élections de 2004 et de 2009).

Par solidarité "socialiste" et parce qu'ils appartiennent au même parti européen PSE, le gouvernement socialiste français va-t-il approuver les déclarations de Mme Jutta Urpilainen ou la traîner dans la boue ?

Plus sûrement les instructions vont-elles être données pour organiser le verrouillage médiatique sur cette déclaration, afin que les Français soient tenus comme toujours dans l'ignorance de ce qui se passe.
 

CONCLUSION : UN GRAND PAS DE PLUS VERS LA DÉSINTÉGRATION DE LA MONNAIE EUROPÉENNE

La déclaration fracassante de la ministre finlandaise des Finances constitue un événement historique car c'est la toute première fois qu'un ministre des finances en exercice de la zone euro :

- annonce que son pays envisage de sortir de l'euro,

- et révèle que la sortie de l'euro est synonyme de sauvetage et non pas d'Apocalypse.

Ainsi, peu à peu, la vérité finit par s'imposer : ce sont les analyses de l'UPR, constamment identiques depuis la création de notre mouvement il y a 5 ans et 3 mois, qui sont les bonnes.

Tous nos adhérents peuvent ainsi se réjouir de constater qu'en dépit de tous les obstacles qui nous sont opposés par les européistes, les événements vont conduire de plus en plus, et inexorablement, notre mouvement sur le devant de la scène.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (144 votes)




Réagissez à l'article

190 réactions à cet article    


  • politzer politzer 6 juillet 2012 16:05

    bonjour


    C’est le commencement de la fin annoncée par tous les économistes qui ne sont ni payés ni interdits de media par le capital financier qui les tient presque tous ! Quand la preuve sera faite qu’un pays s en sortira mieux que les autres comme Stiglitz ( prix Nobel d’économie quand même !) l a prévu , eh bien ça risque de donner des idées à quelques autres et déconsidérera les Cassandres françaises ! Bien vu François !

    • Jukap 7 juillet 2012 14:58

      Qu’un pays s’en sorte par des moyens de protectionnisme ne remettra pas en cause les théories de sortie de crise, bien qu’elle risque alors de fortement compliquer leur réalisation - de la même manière qu’une banque aie réussi à y faire des bénéfices records en cas de bulle parce qu’elle a su se retirer plus tôt que les autres ne prouve pas la viabilité du modèle, qui est évidemment plus général (et ici hautement critiquable !).

      Ma position n’est alors pas de tout accepter, loin de là, et de nombreux points obscurs pour la démocratie me semblent à prioriser (BCE/MES/OTAN/commissions), mais il faut sur le fond bien se garder de tout mélanger : Quelle cohérence politique donner à cette crise ? Socialiste, libérale ? Il faut choisir, les deux étant viables, mais ne passant pas par les même étapes, n’agissant pas sur les mêmes leviers, ne nécessitant pas les mêmes règles, n’aboutissant pas aux mêmes réalisations. La bataille actuelle est bel et bien politique.


    • Marc Chinal Marc Chinal 26 juin 11:57

      @politzer quelle honte toute cette analyse sans aucun contre argumentaire.
      .
      Faire croire que « ça ira mieux » avec une monnaie nationales est une escroquerie.
      Pourquoi ?
      Parce que la monnaie est un outil qui doit être suffisamment rare pour être utilisable, et que cette rareté relative fera toujours « des riches » et « des pauvres », de la magouille, de la corruption, l’avantage de polluer, de détruire les ressources jusqu’au bout, etc.
      .
      Vivement la suite, une société post-monétaire, une civilisation de l’accès.


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 juillet 2012 16:55

      Actias. Vous allez finir raciste.


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 juillet 2012 22:54

      Votre mépris des grecs accablés par les banques est un bon début de racisme, en fait de xénophobie. On se demande bien d’où vous vous donner le droit de cette cette arrogance de juger les autres peuples. Quand ce sera notre tour, vous ferez moins le malin. smiley


    • Henri Francillon Henri Francillon 7 juillet 2012 09:57

      La mouche du coche, vous allez finir facho.


    • appoline appoline 7 juillet 2012 11:10

      Les grecs sont de gros branleurs incapables de gérer leur pays tout simplement et nous ne sommes pas loin derrière


    • Jukap 7 juillet 2012 15:05

      Que restera t il d’une vision européenne socialiste après ce virement protectionniste en Finlande ? Et du socialisme tout court d’ailleurs ?

      Quelles sont les nouvelles formes politiques modernes, disposant d’une vision à long terme, vers lesquelles se tourner ?


    • Vipère Vipère 6 juillet 2012 16:37

      Bonjour à tous

      Merci de nous livrer, une information de cette importance.
       
      Les médias européistes à la bottes des Etats auraient bien évidemment fait l’impasse dans leurs pages éditoriales, sur le refus des finois et des néérlendais, à éponger la dette des pays du Cub Méd, sans garanties sur des actifs réels.

      Une position pragmatique des scandinaves que l’on ne peut que saluer. 

      Quid de la position franco-française ? les dirigeants semblent prêts à creuser davantage le déficit de la France et grever d’impots les contribuables, sans se garantir d’un défaut de paiement d’un Etat emprunteur. Une disposition laxiste qu’aucune banque n’appliquerait jamais à un particulier, candidat à un emprunt ?

      Devons-nous avoir confiance dans un Gouvernement qui nous engage dans une telle voie, sans nous consulter par référendum ?

      s’agissant de l’Italie, L’Espagne, la Grèce, des pays dont il y fort à parieravoir ldes Etats et in fine, à fonds perdus ?


      • Jukap 7 juillet 2012 15:22

        Il y a effectivement beaucoup à dire sur la démocratie de l’information ainsi que sur celle de l’Europe actuelle... Cependant, on peut s’accorder à dire que la « dette espagnole » par exemple n’est pas si espagnole que cela, puisqu’elle implique dans un monde financier interdépendant des acteurs européens commerciaux sur des montants colossaux, appuyant eux-mêmes de manière extrêmement importantes sur les états dont ils sont créditeurs.

        Une réforme globale du système semblerait s’imposer, mais chacun, à l’instar notamment de la Finalnde ici, cherchant à tirer la couverture à soi, si ce n’est à profiter de la situation, seule une vision politique cohérente pourrait arriver à démêler cet écheveau de tentations protectionniste vs. volonté de monde libre et ouvert. Ce n’est apparemment pas demain la veille, une solution (capitaliste vs. socialiste) comme l’autre impliquant actuellement l’abandon de (presque) la moitié de ce qui en ferait une politique globale cohérente.


      • Vipère Vipère 6 juillet 2012 16:39

        Désolée, quelques boulettes, la dernière phrase aurait dû être effacée !!!

        Massima mea culpa.


        • La mouche du coche La mouche du coche 6 juillet 2012 17:16

          Ne craigniez rien. Personne ne lit les commentaires de plus de 5 lignes. Personne n’a lu votre erreur, tout va bien.


        • Vipère Vipère 7 juillet 2012 14:40

           smiley Merci la mouche du coche


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 6 juillet 2012 16:47

          La Finlande, comme l’Allemagne, n’exporte-t-elle pas beaucoup en Europe et n’a-t-elle pas plus à perdre à en sortir qu’à y rester ?


          • Le taulier Le taulier 6 juillet 2012 21:10

            Quel rapport entre exportations et Europe ou zone euro ?

            Le Royaume-uni est hors zone euro et il commerce beaucoup avec nous.
            La Suisse ou la Norvège sont hors UE et ils commercent aussi beaucoup avec nous.


          • Croa Croa 6 juillet 2012 16:47

            Des garanties mais sur quelles sommes ?

            Celles des banques ou juste sa part comme intermédiaire ?

            Je pense que cette dame nous joue une comédie histoire de mettre la pression un peu plus sur ces cochons (PIGS) de payants en fin de magouille. (Non la Finlande ne quittera pas l’euro la première.) 


            • Vipère Vipère 6 juillet 2012 17:25

              Croa

              Sur les sommes empruntées à ses partenaires sur l’échiquier mondial !

              Les français auxquels on ne cesse de répéter, qu’ils doivent une dette colossale, à des Etats tiers, auraient intérêt à connaître le détail des créances et leurs créanciers ! 

              Pourquoi pas, un état comptable par la Cour des Comptes ? 


            • dom y loulou dom y loulou 29 mars 2013 16:21

              les sous-merdes banqueroute qui coulent tout le monde sont LONDRES et WALL STREET BANQUEROUTE


              eux aussi qui traitent les pays d’Europe de PIGS

              branleurs banqueroute sans esprit qui descendent tous les pays occidentaux pour cacher LEUR COMPLET FIASCO TOUS AZIMUTS, leur guerre éternelle qui ne cherche même plus à se justifier tant ses arguments sont vidés de toute réalité, DE TOUT REEL ENNEMI

              al kaida financée par wall street, voilà qui coule toutes les économies et embrase le monde à tout va

              UN PROCES DES BANKSTERS ANGLO SAXONS qui devrait voir le jour au lieu de ce pillage continuel pour l’agenda de dépopulation du common wealth (dites plutôt common HELL) qui n’a plus les moyens de ses ambitions DEBILOIDES

            • Vipère Vipère 6 juillet 2012 17:17

              Quand bien même, ce serait une stratégie pour mettre la pression à se partenaires européens ?

              Au grand monopoly qu’est devenu le mondialisme, que risquent les Etats à bluffer à la table de jeu ?

              Quittera, quittera pas, peut-être ben qu’oui, peut-être que non !!!

              Et la France qui ne vend rien, faut-il rappeller que sa balance commerciale est déficitaire, que risque-t-elle à demander aux pays tiers à garantir leurs emprunts, si ce n’est de devoir, elle-même garantir ses emprunts sur des actifs réels ?


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 juillet 2012 17:24

                Le démenti ne s’est pas fait attendre : "toute affirmation selon laquelle la Finlande allait quitter l’euro est simplement fausse« , selon le porte-parole de la ministre, Matti Hirvola (AFP)
                Mme Urpilainen a déclaré, quant à elle, que »l’euro est bénéfique pour la Finlande".

                Sa dureté apparente à propos d’un accord de garantie signé est une plaisanterie à usage rhétorique interne : nul ne voit la Finlande, ni en Finlande, ni ailleurs, envahir la Grèce ou l’Espagne pour faire respecter ce prétendu accord en cas de non respect de cette garantie !

                Prendre de tels propos au sérieux, c’est prendre les lecteurs pour des imbéciles. Si l’Euro doit mourir, ce ne sera certainement pas du fait de la Finlande seule contre tous les autres.

                Simples rodomontades diplomatiques.


                • Txotxock Txotxock 6 juillet 2012 17:29

                  Ou, comment disserter sur du vent.


                • Pie 3,14 6 juillet 2012 17:52

                  Asselineau est tellement pressé de voir l’UE s’effondrer qu’il fait feu de tout bois.

                  Il doit, il est vrai rassasier sa secte d’adorateurs de 2 ou 3 articles par semaine afin d’entretenir la flamme d’une détestation hystérique de l’Europe.

                  Des milliers de lignes qui décrivent toujours la même obsession : l’Europe est une machine diabolique, inféodée aux Yankees, destinée à asservir les peuples.

                  Cela a le mérite d’être simple et d’attirer quelques crédules paniqués par la crise.




                • François Asselineau 6 juillet 2012 18:19

                  @Sylvain Reboul.
                  Excusez-moi mais où avez vous lu ce démenti officiel ?
                  Pouvez-vous nous donner le lien de la dépêche car je ne l’ai pas trouvée ?

                  Si démenti il y avait, il poserait un « petit problème », car l’interview de la ministre a paru dans le plus grand journal économique et financier finlandais !

                  Si démenti il y avait, il ne prouverait donc qu’une chose : que les euro-fascistes ont exigé en catastrophe d’Helsinki ce démenti officiel, c’est-à-dire un mensonge officiel : la ministre aurait seulement eu le tort de trop parler.

                  Du reste, si démenti il y a eu - et je ne l’ai pas vu -, il ne trompe personne. La Bourse de Madrid vient de s’effondrer de 3% ce vendredi soir et les taux sur l’Espagne sont de nouveaux à des niveaux quasi-records.

                  En bref, je ne comprends pas bien qui « prend les lecteurs pour des imbéciles ».
                  A qui cette remarque s’applique-t-elle ?

                  ------------------------

                  Par ailleurs, vous semblez faire fi des garanties accordées par la Grèce à l’Espagne.

                  Vous avez tort : si Athènes faisait défaut et refusait de céder les garanties réelles accordées à la Finlande, celle-ci pourrait se porter devant la Chambre de Commerce Internationale qui condamnerait la Grèce, laquelle verrait alors se détourner d’elle les investisseurs internationaux qui n’auraient plus confiance du tout.

                  C’est d’ailleurs bien parce qu’il est très gênant de donner des sûretés réelles que la Grèce et l’UE ont fait tout leur possible pour limiter ce type de demandes à la seule Finlande.
                   

                  -------------------------
                   

                  Par ailleurs, je n’ai jamais dit que l’euro « allait mourir » du fait de cette déclaration.

                  J’ai dit et je répète que cette déclaration fracassante de la ministre finlandaise des Finances constitue un événement historique car c’est la toute première fois qu’un ministre des finances en exercice de la zone euro :

                  • - annonce que son pays envisage de sortir de l’euro,
                  • - et révèle que la sortie de l’euro est synonyme de sauvetage et non pas d’Apocalypse.
                   

                  Du reste, si la Finlande décidait de sortir de l’euro :

                  • a)- cela poserait un énorme problème juridique puisque les traités européistes ne le prévoient pas. La seule possibilité est de sortir de l’UE conformément à l’article 50 du TUE

                  • b)- cela aurait aussitôt un effet de souffle sur le château de cartes européiste qui ne demande qu’à s’effondrer.

                  -------------------------

                  Enfin, je ne sais pas où vous puisez vos informations pour dire que « la Finlande serait seule contre tous les autres ». La Finlande vient de dire tout haut :

                  • - ce que disent tout haut le Royaume-Uni, le Danemark, la Suède et la Tchéquie qui ont refusé ou se refusent à entrer dans l’euro, et aussi les Pays Bas qui soutiennent la Finlande sur le MES
                  • - ce à quoi se préparent activement l’Allemagne, les Pays Bas, le Luxembourg
                  • - ce que disent tout bas les dirigeants espagnols et grecs
                  • - et ce que pensent une part de plus en plus importante des peuples à travers l’Europe.
                   
                  En bref, le gouvernement finlandais n’est pas du tout « seul ».
                  Il est simplement plus franc.

                   

                  FA
                  ==


                • Pie 3,14 6 juillet 2012 18:26

                  « euro-fascistes »... ou quand les mots ne veulent plus rien dire.


                • ChatquiChouine ChatquiChouine 6 juillet 2012 18:28

                  Apparemment, Sylvain Reboul, c’est vous qui ne comprenez pas grand chose aux subtilités diplomatiques.
                  Lorsque vous écrivez notamment ceci :

                  « Sa dureté apparente à propos d’un accord de garantie signé est une plaisanterie à usage rhétorique interne »

                  Vous auriez pu vous assurez au moins qu’ils ne n’avaient pas déjà fait dans le passé (par ex en septembre 2011) avant de prendre les Finlandais pour des rigolos.

                  Mme Jutta Urpilainen a fait passer le message qu’elle voulait faire passer aux intéressés, le reste, c’est de l’affichage pour les TF1ophiles et les marchés qu’il faut bien rassurer.

                  L’article de son coté n’a jamais affirmé que la Finlande ferait chuter l’€ comme vous semblez l’avoir compris, mais donne de l’écho à des positions iconoclastes vis à vis de cette monnaie, lesquelles sont portées par des partis parfaitement « convenables » et qu’a ce titre, les discours lénifiants tenus par l’unanimité de nos médias et politiciens français pour encenser cette monnaie n’en sont que plus lamentables.


                • eresse eresse 7 juillet 2012 00:22

                  Bonsoir M Asselineau.
                  Le fait que la Finlande se prépare à quitter l’Euro n’est pas explicitement dit dans le communiqué. Il s’agit d’une interprétation des lecteurs, dont vous faites partie, que vous nous exposez comme une vérité.
                  Cela est compréhensible du fait du « parti pris » que vous affichez ouvertement.

                  Votre analyse est fort intéressante comme toujours, mais vos conclusions répétitives et dirigées commencent à « lasser » et auraient plutôt l’effet inverse de celui recherché.

                  D’autres médias français ont parlé de ce communiqué, par exemple Boursorama :
                  http://www.boursorama.com/actualites/la-finlande-refuse-de-payer-les-dettes-des-autres-pays-de-la-zone-euro-2ed080331d9e9919f14069c8defca63e

                  D’ailleurs un autre article sur Boursorama devrait aussi vous plaire.
                  http://www.boursorama.com/actualites/la-bce-enfonce-le-clou-aux-etats-et-aux-banques-de-se-sauver-eux-memes-79c65ba13703f84c7d265e2910e34e6a


                • François Asselineau François Asselineau 7 juillet 2012 01:51

                  @Eresse
                  --------------

                  1°) Comme je l’ai écrit, la ministre finlandaise a expressément dit :
                  « La Finlande ne s’accrochera pas à l’euro à n’importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

                  Par ailleurs, je vous invite à me relire : je n’ai pas écrit que « la Finlande se prépare à quitter l’Euro », comme vous me l’attribuez. J’ai écrit qu’elle « envisage de sortir de l’euro », ce qui n’est pas identique.

                  Dans ces conditions, j’estime que votre première critique est totalement infondée. J’ai écrit, et je maintiens, que « la Finlande envisage de sortir de l’euro » parce que c’est exactement ce qu’a dit la ministre des finances  : « La Finlande ne s’accrochera pas à l’euro à n’importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

                  Il ne s’agit donc pas du tout "d’une interprétation des lecteurs, dont je ferais partie« , c’est la vérité.

                  ---------------------------

                  2°) Je suis navré d’apprendre que mes  »conclusions répétitives et dirigées commencent à [vous] lasser« .

                  Mais si vous saviez combien de millions de Français commencent à être  »lassés«  des  »conclusions répétitives et dirigées«  des  »sommets européens de la dernière chance« , vous feriez preuve de plus de patience.

                  Nous avons par exemple assisté au 19ème Sommet, qui s’est achevé comme tous les autres par une mystification destinée à faire croire que »tout est réglé« alors que la situation ne fait que s’aggraver encore et encore. N’est-ce pas »lassant«  ?

                  Et puis, si vous saviez saviez combien de millions de Grecs, d’Espagnols, d’Italiens commencent à être  »lassés«  des  »conclusions répétitives et dirigées«  des européistes qui viennent exiger d’eux de détruire tous leurs acquis sociaux et de vendre tout leur patrimoine public à ces mêmes banques qui les ont poussés dans la catastrophe !

                  Savez-vous, Eresse, que les Grecs sont tellement  »lassés« que leur taux de suicide a connu un bond prodigieux depuis un an, grâce à cette petite merveille qu’est l’euro et les »réformes indispensables" qu’il provoque ?

                  ---------------------------

                  3°) Il me semble bien audacieux de conclure que mes analyses « auraient plutôt l’effet inverse de celui recherché ».

                  • D’une part notre mouvement politique vole de records en records : adhésions, consultations Internet, consultations Facebook, messages de citoyens désireux de travailler bénévolement, etc., etc.

                  • D’autre part, la situation ne fait que s’aggraver, je me permets de vous suggérer d’aller consulter les tout derniers articles que j’ai mis en ligne sur notre page Facebook :
                  https://www.facebook.com/francoisasselineau

                  -----------------------------------

                  4°) Il est vrai que Boursorama a repris l’information, je vous l’accorde.
                  Mais vous m’accorderez que l’audience de Boursorama n’est pas exactement identique à celle de TF1, France 2, France Inter, RTL ou Europe 1....

                  Quant à Libération, ils avaient publié la déclaration de la ministre finlandaise dans un premier temps sur leur site. Et puis la page a été censurée ! Le journaliste a dû probablement se faire passer un savon. Le lien dont le titre est explicite indique que la page n’existe plus, et qu’il faut consulter le service technique ! http://www.liberation.fr/economie/2012/07/06/plutot-quitter-l-euro-que-payer-les-dettes-des-autres-previent-la-finlande_831619

                  Cette censure ne s’est pas passée en Syrie, en Chine, en Iran ou en Corée du Nord. Non, elle s’est passée le 6 juillet 2012 à Paris sur Seine, dans l’un des grands quotidiens nationaux français.

                  Toutes ces censures des européistes, ça ne vous « lasse » pas, Eresse ?

                  FA
                  ==


                • François Asselineau François Asselineau 7 juillet 2012 12:40

                  @ Schweizer.ch

                  Encore une insulte en guise de réponse à mon énoncé des faits.

                  NON, TF1, France2, France Inter, RTL, Europe 1, n’ont pas parlé de la déclaration historique de la ministre finlandaise.

                  Et OUI la page de Libération a bel et bien été censurée. Je vous en ai fourni la preuve sous les yeux.

                  Voilà les faits. Ils sont indiscutables.

                  -------------------------------------------------

                  En réponse, vous ne savez faire que 2 choses :

                  • 1)- me traîner dans la boue, en me traitant de « parano »

                   

                  • 2)- et m’objecter que France 24 en a parlé.
                   
                  Sur ce dernier point, je vous signale - et je signale aux lecteurs - que France 24, qui se veut une « CNN à la française », est justement la chaîne qui n’est pas regardée par les Français. Elle est regardée, à plus de 95% probablement, par des populations francophones dans le monde, notamment en Afrique.
                   
                  Comme CNN a sans doute parlé de la déclaration finlandaise, France 24 ne pouvait pas faire moins qu’en parler aussi.

                  Le fait que France 24 en ait parlé ne contredit donc en rien mon analyse puisque les responsables publics que vous évoquez savent parfaitement que le peuple français ne regarde pas France 24. 

                  ----------
                   

                  En conclusion, je vous invite à lire la réponse que j’ai faite à Pie 3,14 sur la différence fondamentale qui existe entre la Science et la Raison d’un côté, le Dogme et l’Irrationnel de l’autre.
                   
                   
                  La pensée

                  scientifique et rationnelle considère que les faits ont toujours raison, et qu’elle doit se remettre en question si elle découvre des faits qui la contredisent. Elle fonctionne sur la base du raisonnement et de la recherche inlassable de la vérité quoi qu’il en coûte. Elle table sur la liberté de pensée et sur le courage des individus.
                   
                  C’est ma démarche et celle de tous les adhérents et sympathisants de l’UPR.

                   
                   

                  A contrario, la pensée dogmatique et irrationnelle balaie d’un revers de main l’avalanche des faits qui la contredisent car elle estime qu’elle a raison contre tout. Elle fonctionne sur la base de l’intimidation et de l’anathème. Elle table sur le conformisme et sur la lâcheté des individus.
                   
                  Vous venez de nous confirmer une nouvelle fois que c’est la démarche des européistes
                  .



                • COUPU Jean 7 juillet 2012 14:09

                  Sommaire, superficiel, désinvolte. Désobligeant.
                  Ce blog peut devenir une occasion de soigner la qualité des connaissances, voire de les élargir et approfondir.
                  La première habitude à adopter : Je le dis et le prouve en citant mes sources.
                  A suivre donc... On ramassse dans quatre heures (folklore du bac !)


                • tf1Goupie 7 juillet 2012 15:05

                  « Euro-fascistes » ça c’est un commentaire digne d’une petite frappe, pas de d’un home politique (?) qui avait envisagé de se présenter à la candidature présidentielle...


                • vida18 8 juillet 2012 12:42

                  Je ne pense pas que sortie de l’euro constituerait un vide juridique. Rien ne dit qu’un pays doit rester membre de la zone euro ad aeternam. Et puis si la Finlande quittait l’euro, il se passerait quoi ? Certains les menaceraient d’une amende record comme Joaquin Almunia qui avait menacé la Suède d’une amende de plusieurs centaines de millions d’euro pour non-respect du traité d’adhésion qui oblige théoriquement la Suède à adopter l’euro comme tous les nouveaux pays membres. Mais tout ça, c’était du vent même s’il l’avait fait ça n’aura eu que pour résultat une forte montée de l’eurphobie en Suède.


                • dom y loulou dom y loulou 29 mars 2013 16:29

                  eh schweitzer.truc


                  toi et ta bande de vauriens racistes QUI SE SONT LAISSÉS PLAFONNER EN SE DÉCULOTTANT A L’IMMEDIAT dès que VOUS avez pris la plus minuscule des petites injonctions londoniennes tu peux parler de dégonflés

                  après douze ans que JE vous portais pauvre con, c’est toi le dégonflé et je t’interdis A JAMAIS de te prendre pour un autre saleté schizo parodique, tu t’es bien amusé pendant douze ans quand je te portais aux sommets ?


                  maintenant va les chercher ou tu peux tes droits de l’homme que tu as piétiné 

                • François Asselineau 6 juillet 2012 18:34

                  @Pie 3,14
                  ---------------
                  Excusez-moi mais mon article est extrêmement factuel.

                  Il est fondé sur des dépêches de presse très sérieuses, du reste reprises par Les Echos , qui n’est pas spécialement un journal « hystérique ».

                  Par ailleurs, le style de mon article est précis, sobre et démonstratif.
                  Il n’a strictement rien « d’hystérique ».

                  Les milliers de lecteurs pourront en revanche juger que c’est votre attaque personnelle contre moi, pleine de haine, dépourvue du moindre contre-argument, dénuée du moindre raisonnement, qui est à proprement parler un réflexe d’hystérique.

                  Vous ne répondez à rien des différents points de mon raisonnement.

                  Vous ne faites que m’insulter, et vous insultez aussi les milliers d’adhérents et de sympathisants qui ont déjà rejoint l’UPR.

                  -------------------------------------

                  Je comprends qu’il vous est très difficile de réaliser que tout ce à quoi vous avez pu croire n’était fondé que sur du vent et des mensonges. Vous constatez avec effroi que c’est en train de s’effondrer sous vos yeux.

                  Il vous faut donc un bouc-émissaire pour exprimer votre colère et c’est le rôle que vous m’attribuez. 

                  Vous êtes plus à plaindre qu’à blâmer.

                  FA


                  • Pie 3,14 6 juillet 2012 19:02

                    Votre style n’a en effet rien d’hystérique, c’est celui du professeur qui donne un cours.
                    Vos articles sont toujours structurés et argumentés.
                    C’est la preuve d’un parcours scolaire solide et d’une vie professionnelle faite de dossiers à traiter, habituée au maniement des concepts, à la mise en forme rhétorique.
                    Cet aspect vous vaut sans cesse les compliments de vos adeptes.

                    C’est votre pensée qui est hystérique. J’ai tenté dans un premier temps de vous expliquer que l’Europe n’est pas l’hydre malfaisante que vous imaginez, que son histoire n’en fait pas une simple annexe des USA, que ses faiblesses indéniables ne justifient pas que l’on jette le bébé avec l’eau du bain. J’ai vite compris que cela était vain.
                    Vous êtes enfermé dans une pensée circulaire imperméable au doute.

                    C’est votre combat, votre affaire, je ne cherche plus à vous convaincre mais simplement à apporter une voix discordante dans ces fils que je trouve pathétiques.

                    J’ai bien des inquiétudes sur l’Europe d’aujourd’hui mais je tiens à vous rassurer : vous n’êtes pas mon bouc-émissaire, vous ne mettez pas en colère, le seul effroi que vous suscitez chez moi, c’est ce triste spectacle de vacuité intellectuelle.


                  • Gasty Gasty 6 juillet 2012 19:26

                    Comme l’a fait remarqué Jean pierre Llabré, il y a deux Asselineau sur ce site.

                    L’intervenant et auteur (présumé) de l’article ne devrait pas apparaitre sous cette couleur.

                    Il existe 2 François Asselineau sur AgoraVox :
                    1) Vrai :
                    http://www.agoravox.fr/auteur/francois-asselineau-64510

                    2) Faux :
                    http://www.agoravox.fr/auteur/francois-asselineau


                  • François Asselineau François Asselineau 6 juillet 2012 21:50

                    Ne vous inquiétez pas, c’est bien moi dans tous les cas qui écris.
                    Il y a en effet un petit problème technique dû au fait que nous avions ouvert séparément deux comptes.

                    FA


                  • François Asselineau François Asselineau 6 juillet 2012 23:01

                    @Pie 3,14
                    ---------------
                    Votre ton est plus mesuré et je vous en remercie.

                    Il n’en camoufle pas moins encore beaucoup de perfidie car vous donnez à entendre :

                    • a)- que j’aurais des « adeptes », comme s’il s’agissait d’une foi.
                    • b)- que ces « adeptes » seraient un peu benêts puisqu’ils ne seraient, au fond, convaincus que parce que je saurais leur présenter habilement des inepties.

                    Eh bien NON.

                    Vous avez tort de mépriser l’intelligence de ceux qui ne pensent pas comme vous.

                    -------------------------------------

                    Le flot grandissant des adhérents et des sympathisants de l’UPR (encore 8 adhésions reçues aujourd’hui 6 juillet) n’est pas constitué d’« adeptes », ni d’« envoûtés », ni d’« illuminés », ni d’« hystériques ».

                    Plutôt que des les regarder de haut, vous feriez mieux de comprendre que les adhérents et sympathisants de l’UPR sont des citoyens sains de corps et d’esprit qui ont décidé de réfléchir par eux-mêmes et sans qu’un garde-chiourme de la pensée ne leur dise ce qu’ils ont le droit de penser.

                    Ce sont des Françaises et des Français, et aussi de plus en plus d’internautes du monde entier (comme en témoignent les statistiques explosives de notre site et de notre page facebook) :

                    • - qui m’ont découvert par hasard, grâce à Internet dans 95% des cas,
                    • - qui ont eu l’intelligence et la curiosité d’esprit de me lire et de m’écouter sans a priori,
                    • - puis qui ont été tellement sidérés qu’ils sont ensuite partis eux-mêmes à la recherche de mes preuves et de mes sources, toujours officielles, pour vérifier si je ne racontais pas des blagues,
                    • - puis qui ont dû reconnaître que mes preuves, qui sont toujours prises aux sources les plus irréfutables, étaient vraies,
                    • - puis qui ont été frappés par le fait que mes analyses leur permettaient ENFIN de comprendre tout ce qu’ils ne comprenaient pas sur la situation de désastre dans lequel la France s’enfonce inexorablement depuis 4 décennies,
                    • - puis qui, me lisant et m’observant depuis 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans, 3 ans, 5 ans, ont fini par admettre, non seulement que je ne changeais pas dans mes analyses, mais que celles-ci sont formidablement prédictives de la réalité.

                    Je sais que cela vous est dur à regarder en face mais le succès de l’UPR tient fondamentalement au fait que les événements ne cessent pas de me donner raison.

                    Relisez par exemple ce que j’ai écrit, dans notre Charte Fondatrice du 25 mars 2007, écrite il y a 5 ans et 3 mois, et dont nous n’avons pas changé une virgule depuis cette époque : http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2011/02/UPR-CHARTE-FONDATRICE-FR-2011.pdf,

                    Comparez donc avec ce que disaient et écrivaient à l’époque tous les autres partis politiques.

                    Et réfléchissez-y honnêtement.

                    Vous pouvez aussi rependre tous les articles que j’ai publiés sur Agoravox : rien ne vous est plus facile puisque c’est ici même. Et voyez si je me suis trompé. Et comparez avec les salves de sarcasmes et d’injures que certains internautes, dont vous-même, m’ont accablé voici 1 ou 2 ans parce que je ne cessais de mettre en garde sur le désastre de l’euro.
                     

                    -----------------------------------------------
                     

                    Permettez-moi en conclusion d’élever le débat.

                    Car nous touchons ici du doigt ce qui a fait la grandeur de la pensée occidentale : à partir de la Renaissance, la pensée occidentale a appris à découvrir le doute et la pensée rationnelle. Puis elle a mis au jour le concept essentiel de pensée scientifique s’opposant à la pensée dogmatique.

                    Depuis Copernic puis Galilée, une pensée est dite scientifique lorsque les faits la confirment. Et dès que les faits observés la contredisent, alors la pensée n’est plus scientifique. Il faut trouver une nouvelle théorie explicative.

                    Nos ancêtres de la Renaissance puis de l’Âge classique ont ainsi découvert cette différence capitale entre la Science ou la Raison d’un côté, le Dogme et l’Irrationnel de l’autre.

                    • Une pensée, un esprit, un raisonnement, sont scientifiques ou rationnels s’ils acceptent avec humilité de se plier aux faits observés. Ils estiment que les faits ont toujours raison sur la théorie.

                    • En revanche, une pensée, un esprit, un raisonnement, sont dogmatiques ou irrationnels s’ils refusent avec prétention, menaces et violence, de se plier aux faits observés. Ils estiment que la théorie a toujours raison et que si les faits la contredisent, c’est... soit que les faits sont faux, soit que la théorie doit être mieux appliquée.

                    En ce début de Troisième millénaire, l’une des oppositions essentielles entre les humains passe toujours entre les partisans de la Science et de la Raison d’un côté, et le partisans du Dogme et de l’Irrationnel de l’autre côté.

                    Dans le champ politique, je suis navré de vous le dire, mais les européistes sont du coté du Dogme et de l’Irrationnel : depuis les 20 ans écoulés depuis le traité de Maastricht par exemple, TOUTES leurs prédictions sans exception ont été démenties par les faits.

                    La situation de l’Europe ne fait que s’aggraver continuellement dans tous les domaines : économiques, sociaux, monétaires, financiers, industriels, culturels, militaires, etc.

                    Le niveau de vie régresse pour le plus grand nombre, la pauvreté s’étend inexorablement, les industries s’effondrent, le chômage s’étend, les délocalisations font des ravages, l’illettrisme gagne, de même que la gangrène de la corruption, et de plus en plus la démocratie n’est plus qu’un simulacre. Les pays d’Europe, complètement alignés sur les Etats-Unis et l’OTAN, perdent enfin leur âme culturelle et deviennent les supplétifs d’une oligarchie financière et militaire atlantiste, qui envoient leurs soldats se livrer à des guerres néco-coloniales de plus en plus meurtrières et dangereuses pour la Paix du monde.

                    Devant ce constat accablant, que répondent les esprits scientifiques et rationnels ?

                    Ils répondent que les faits sont suffisamment clairs pour en conclure que la construction européenne n’a donné en rien les résultats promis ; qu’elle est donc une erreur de raisonnement colossale, fondée il y a 61 ans sur des prémices erronés.

                    Mais devant ce même constat accablant, que répondent les esprits dogmatiques et irrationnels ?

                    Ils répondent que les faits ne sont pas opposables à la construction européenne puisque le Dogme affirme que celle-ci est forcément l’avenir.

                    Donc, puisque les faits sont accablants  :

                    • - d’une part, les européistes cachent les faits : c’est ce que font constamment nos médias : ils cachent les faits et diffusent des contes de fées et des bobards à la place, comme par exemples les « sauvetages de l’euro » à répétition depuis 2 ans

                    • - d’autre part,  les européistes expliquent que ces faits sont dus à la mauvaise application de la théorie. Comme pour tout esprit dogmatique, ils ne peuvent pas une seconde concevoir que la construction européenne ait tort. Elle a forcément raison sur les faits : il ’ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain« , et la solution passe par  »plus d’Europe" !

                    ------------------------------------------------------
                     

                    Voilà tout ce qui nous sépare, Pie 3,14.
                     
                    Je suis, moi, du côté scientifique et rationnel.
                     
                    Et vous êtes, vous, du côté dogmatique et irrationnel.
                     
                    Ce qui me rassure, et qui devrait vous inquiéter, c’est que l’histoire du monde a toujours montré qu’au bout du compte le Dogme et l’Irrationnel s’effondrent toujours devant la Science et le Rationnel.

                    FA
                    ==


                  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 7 juillet 2012 08:32

                    Par François Asselineau (xxx.xxx.xxx.10) 6 juillet 21:50
                    « Ne vous inquiétez pas, c’est bien moi dans tous les cas qui écris. Il y a en effet un petit problème technique dû au fait que nous avions ouvert séparément deux comptes. FA »

                    Vous prétendez avoir des solutions aux problèmes de l’Europe mais vous êtes incapable de gérer convenablement un petit problème technique sur AgoraVox.
                    Laissez-moi rire ! ! !

                    smiley smiley smiley 


                  • Parchis Parchis 7 juillet 2012 09:42

                    Par Jean-Pierre Llabrés (xxx.xxx.xxx.82) 7 juillet 08:32

                    Vous prétendez avoir des solutions aux problèmes de l’Europe mais vous êtes incapable de gérer convenablement un petit problème technique sur AgoraVox.
                    Laissez-moi rire ! ! !

                    Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès