• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Pierre Llabrés

Jean-Pierre Llabrés

Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
l’accord intellectuel et du soutien moral de
Jacques SAPIR,
Économiste.
 
Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.
Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
Après tant de dizaines d’années de chômage massif, il devient légitime de retenir l’hypothèse selon laquelle l’économie ne pourrait fournir du travail à tous et en tirer les conséquences sans hypothéquer un retour incertain au plein-emploi.
Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.
¿ Et si les Français(es) adoptaient un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?
 
Cependant, au
Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
on peut préférer le
Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme
Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel
 
financées ​par l’Épargne.

Lire le lien, SVP :
Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3...
"http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Universel_Sincerite.pdf"
 
Refondation du Capitalisme & Dividende Universel
RÉSUMÉ :
Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.
Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.
Objectif Principal :
Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.
Objectifs Spécifiques :
I)
Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
II)
Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
II.1)
À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
II.2)
a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d'exploiter qui que ce soit.
II.3)
Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).
​On n'ose imaginer que l'Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

L'addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.
​Addendum :
À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s'évitant la phase d'épargne incluse dans cette proposition puisque tout le "capital social" des entreprises était depuis longtemps la possession de l'État et, donc, du peuple russe.

Tableau de bord

  • Premier article le 04/03/2016
  • Modérateur depuis le 20/08/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 11 4264 243
1 mois 0 19 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1135 307 828
1 mois 10 5 5
5 jours 2 1 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 15 septembre 11:28

    @Luniterre
    Merci d’avoir accepté de préciser votre pensée.

    « ...mais vous y a allez carrément à la louche pour faire le panégyrique du capitalisme ».
    Je ne fais pas le panégyrique du Capitalisme.
    Simplement, je constate qu’il demeure le meilleur système pour créer des richesses (Compétitivité) mais qu’il demeure intrinsèquement incapable de les répartir équitablement (Solidarité).

    « Reste votre conception particulière, et quelque peu utopiste, d’une sorte d’actionnariat populaire généralisé, et qui est donc, à la limite, supposé prendre le contrôle du capitalisme... »
    Tous les Français(es) seront, de plein droit, possesseurs des actions acquises grâce à leur épargne collective. En 20 ans, ils posséderont 51 % du capital social des entreprises du CAC 40, banques incluses.

    « Le fait qu’une majorité, même très large, des titres, soit détenue par des petits porteurs, cela n’enlève rien au caractère spéculatif du capitalisme, même et surtout, financier ».
    Le portefeuille d’actions des Français(es) sera géré par une assemblée élue démocratiquement (sans politicards). La gestion de ce portefeuille et, donc, des entreprises où il sera majoritaire, sera donc le strict reflet des conceptions de la majorité des Français(es) en matière économique et financière. Leur capitalisme sera donc « spéculatif » selon leur volonté.

    « Je n’ai pas examiné à fond votre projet, mais il me semble comprendre que les titres détenus par la population seront « gérés » par ses représentant, dans des associations, en quelque sorte... »
    Cf. ci-dessus.

    Même en supposant que cela fonctionne à peu près, ce qui paraît déjà improbable, vu les intérêts en jeu, reste le choix « démocratique » d’une politique de gestion...
    Cf. ci-dessus.

    « Dans le cadre du système actuel, où le profit maximum est roi, c’est lui qui sera seul guide, via la « majorité », et non pas la moindre des considérations éthiques, que ce soit sur l’environnement, les conditions de travail, etc... »
    Dans le cadre du système futur de gestion majoritaire des entreprises et des banques par tous les Français(es), l’éthique, l’écologie, les conditions de travail, et cætera..., seront directement intégrées dans la philosophie de fonctionnement des entreprises et banques par la volonté des Français(es) via leur représentation démocratique de leur portefeuille boursier.

    « Et de plus, comme vous le mentionnez vous-même, tout cela se déroulerait dans un contexte concurrentiel où les actionnaires en arriveraient pratiquement à voter, sinon carrément leur propre licenciement, du moins celui de leurs voisins... Bonjour l’ambiance ! »
    Les Français(es), via leur assemblée de représentation démocratique de leur portefeuille boursier, pourront être amenés à procéder à des réductions d’effectifs de manière à assurer la pérennité-transformation de certaines entreprises et banques. Il est donc exact qu’un(e) Français(e) pourrait s’auto-licencier via l’assemblée de représentation démocratique de leur (son) portefeuille boursier. Mais cela n’aurait rien de dramatique puisque cette personne, outre sa rémunération dans l’entreprise, percevrait et continuerait de percevoir le Dividende Universel (minimum de 1.000 Euros mensuels per capita, net d’inflation et d’impôt).

    « Quant au fond, tant que le profit reste le moteur, avant l’utilité sociale réelle des productions et des services, il n’y a aucune différence entre ce capitalisme « utopique » et l’actuel, sauf dans les formes »
    Cette refonte du Capitalisme placera les préoccupations sociales au même rang que les préoccupations de profit puisque ce seront le Français(es) eux-mêmes qui, majoritaires dans les entreprises et banques du CAC 40, détermineront leurs stratégies de développement.

    Pour le reste, je ne dispose pas de compétence spécifique pour disserter sur le communisme soviétique ou chinois...



  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 septembre 14:00

    @Luniterre
    Si vous acceptiez de développer les parties que j’ai soulignées, je serai plus à même de saisir votre pensée, voire de la partager. Merci d’avance.

    N’êtes vous pas, comme CN46400, un adepte de Deng Xiaoping ?

    Auquel cas, il y a nettement un « rapprochement », sinon un front uni, possible, entre votre « Parti Capitaliste Français » et celui (Parti Communiste Français) de CN46400...

    En effet, pour que la grande bourgeoisie capitaliste puisse diriger un état officiellement prétendu « socialiste » comme la Chine, il faut bien qu’elle s’attribue encore un rôle « révolutionnaire »...

    Cela peut sembler être une boutade, et de fait, c’en est une aussi, mais ne nous en ramène pas moins exactement au « discours » de Jacques Attali, tel que repris, presque mot pour mot, par les « idéologues marxistes » du PC chinois...

    Donc, une « perspective d’avenir » pour cette coalition « Parti Capitaliste Français-Parti Communiste Français » à la française... Qui sait ?



  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 septembre 08:31

    @Alren

    Leur régime économique (entre autres) fut un immense succès (qui a laissé le capitalisme loin derrière).


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 septembre 16:00

    @Jeussey de Sourcesûre

    D’accord avec vous quant à la parenthèse Eltsine (un peu longue).



  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 septembre 15:11

    La « réflexion » (?) sur les relations « Russie-Europe-USA » n’est aucunement basée sur le plus récent événement HISTORIQUE survenu en 1989-1991, à savoir :
    1)
    La chute du Mur de Berlin ainsi que celle du Rideau de Fer, en 1989, et
    2)
    La dissolution-disparition de l’URSS, en 1991.

    En effet, depuis cette date, les USA n’ont pas cessé de considérer la renaissante Russie comme un ennemi justifiant l’expansion de l’OTAN toujours plus vers l’Est.

    Ce faisant, depuis cette date, les USA se sont placés en dehors du sens de l’HISTOIRE.

    Tout ceci prouve que les cocos avaient tort jusqu’en 1989-1991 et qu’il n’est pas rendu justice à la renaissante Russie depuis 1989-1991 ! ! !...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès