Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La langue Française en passe d’être marginalisée à l’international

La langue Française en passe d’être marginalisée à l’international

Imaginez que le gouvernement Hollande commence à rédiger ses notes en Anglais, vous crieriez au scandale, et vous auriez raison ! Cependant au sein de l’UE (qui régit 70% du droit national), de moins en moins de documents sont traduits en Français.

Comment peut-on se laisser gouverner par une institution qui ne prend même pas la peine de traduire sa documentation dans la langue des différents pays qu’elle est censée administrer ?

Je suis tombé sur cet article très intéressant concernant la baisse faramineuse des documents émis par l’Union Européenne et n’étant disponible qu’en Anglais :"Tandis que les documents initialement rédigés en anglais passaient quant à eux de 45 à 80%." Des années 90 à nos jours.

C’est assez impressionnant de voir à quel point l’Union Européenne se détache peu à peu de ses citoyens les moins polyglottes et ne prend même plus la peine de traduire sa documentation. (Lien de l’article)

L’auteur de l’article essaye de trouver des raisons à cette baisse de la documentation disponible dans la langue de Molière, je pense qu’il ne faut pas aller chercher bien loin, c’est un renoncement des différents gouvernements et/ou parlementaires à exiger et à donner les moyens pour qu’une traduction systématique soit faite des documents en Français.

Un problème pointé du doigt depuis de nombreuses années :

Le problème n’est pas récent, je suis tombé sur un rapport du Sénat de 1997 pointant déjà les manquements de l’institution européenne en matière de traduction.
(Lien du rapport du sénat)

Anecdote assez intéressante, le projet d’accord qui devait être signé entre l’UE et le Mercosur (Union économique des pays d’Amérique latine) était à la base prévu uniquement en Anglais !!!! C’est seulement après une protestation des différents gouvernements que ce document fut traduit en espagnole ! (Ce qui était quand même le minimum)

On note dans le rapport du Sénat que « Cette situation regrettable a des conséquences non seulement politiques mais également économiques. Le poids croissant de l'anglais comme langue de travail de la Commission conduit à ce que la grande majorité des appels d'offres d'organismes européens soit rédigée en langue anglaise et appelle des réponses en anglais. »
Ce qui de fait, élimine beaucoup de petites PME qui n’ont pas les moyens ou les compétences pour répondre aux appels d’offres en Anglais !

Le Français plus utilisé hors de l'UE qu'en son sein  :

On apprend également dans le rapport que l’organisation de l’Unité Africaine présentait en 1997 40% de documents en Français contre 25% actuellement, cela dit le français est plus souvent utilisée dans les institutions Africaines qu’en Europe ! Cette statistique est très intéressante, elle témoigne des liens que la France a avec les différents pays d’Afrique de part l’histoire commune, quand dans sa propre organisation supranationale la langue Française est marginalisée !!

Cependant cette baisse significative de l’utilisation du Français au sein de l’Union Africaine et également dans l’Union Européenne prouve à quel point le rayonnement international de notre pays est mis à mal !

Pour rappel la promotion de la francophonie ne vient pas de la France, mais des pays qui se sentaient plus proche d’elle que des autres nations :

« Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement prend une ampleur nouvelle, sous l'action notamment d'Africains et de Canadiens français. Achevant son processus de décolonisation, la France s'en tient à une attitude prudente et réservée, tandis que des dirigeants africains, dont les présidents Senghor, Diori et Bourguiba, proposent dès les années 1960 la constitution d'une communauté francophone. »
(Lien de la documentation Française )

Un abandon total de la part des politiques Francais :

Pour conclure, je reprendrais une des phrases de conclusion du rapport du sénat cité plus haut :

«  Ainsi, seule une politique volontariste en faveur de la langue française et du plurilinguisme permettra d'inverser la tendance  »

Sauf que la volonté politique manque et c’est même tout l’inverse qui est en train de se jouer dans un relatif silence assourdissant des médias, il s’agit de la proposition de loi FIORASO qui vise autorisé les établissements français d’enseignement supérieur à effectuer TOUS LEURS examens et TOUS LEURS enseignements ENTIÈREMENT, EXCLUSIVEMENT ET OBLIGATOIREMENT EN LANGUE ÉTRANGÈRE, donc essentiellement en anglais !

(Pour plus d’infos sur la loi FIORASO)

Comment pourrait-on obliger l’Union Européenne à donner l’accès ses documents au plus grand nombre, tout en excluant le Français des cursus supérieures, on marche sur la tête !

D’ailleurs j’invite mes lecteurs à signer la pétition qui compte désormais plus de 6 700 signataires concernant ce projet, à l’adresse suivante :

http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_langue_francaise

(Il faut bien penser à confirmer votre signature via l’email qui vous sera envoyé)

Un problème d'éloignement des citoyens avec les Institutions Européennes :

Une fois de plus je pointe un problème de fonctionnement de l’Union Européenne, en tant que Français je défends ma langue, mais je tire les même conclusions pour un citoyen Espagnole, Italien, Allemand qui ne maitrise pas la langue de Shakespeare, il sera de faite exclu du droit de regard sur les travaux de l’Institution Européenne…

 "Nul n’est censé ignorer la loi », mais si le citoyen n’a pas les moyens de pouvoir, ni la lire, ni la comprendre, on ne pourra que constater une absence de sécurité juridique, et un certain déni de démocratie."

Et pour conclure je vous laisse avec ce texte sur La Francophonie de Léopold Sédar Senghor un poète, écrivain, homme politique sénégalais et premier président de la République du Sénégal (1960-1980), premier africain nommé à l’académie Française, texte paru dans la revue « ESPRIT » en 1962.

"Au moment que, par totalisation et socialisation, se construit la Civilisation de l'Universel, il est, d'un mot, question de nous servir de ce merveilleux outil, trouvé dans les décombres du Régime colonial. De cet outil qu'est la langue française.
 La Francophonie, c'est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des "énergies dormantes" de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. "La France, me disait un délégué du F.L.N., c'est vous, c'est moi : c'est la Culture française". Renversons la proposition pour être complets : la Négritude, l'Arabisme, c'est aussi vous, Français de l'Hexagone. Nos valeurs font battre, maintenant, les livres que vous lisez, la langue que vous parlez : le français, Soleil qui brille hors de l'Hexagone".


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


    • lsga lsga 21 mars 2013 15:32

      rappelons quand même que cela fait belle lurette que les documents administratifs ne sont plus écrits ni en Breton, ni en Catalan, ni en Occitan, ni en Provençale, ni en Poitevin, ni en Basque, ni en Flamand, ni en Lorrain, ni en Corse....


      Le français, rappelons le, n’est pas la langue de France.
      Le français, c’est la langue des parisiens.

      Sinon, pour la langue officielle de l’Europe, je plaide pour le Quenya smiley 

    • Krokodilo Krokodilo 20 mars 2013 20:03

      Ca ne va faire que s’aggraver avec cette loi complètement dingue de Fioraso sur l’enseignement, qui permettra à tous les établissements d’enseignement supérieur de faire leurs cours en anglais, tous leurs cours s’ils le souhaitent ! Comme en Suède ou en Norvège, dont personne n’apprend plus la langue. 

      Signez la pétition en ligne :


      • Bracam Bracam 20 mars 2013 23:34

        Eh oui, si vous aviez écrit : 


        La langue française en passe d’être marginalisée sur le plan international, ou en voie de marginalisation dans le monde, j’aurais partagé sans doute votre inquiétude concernant un tel avenir possible. Mais en lisant ce titre, il me semble que les progrès de la chose sont bien plus graves que vous ne le suggérez.


        • Bracam Bracam 21 mars 2013 00:09

          Mes excuses je vous prie, pour ce petit coup de gueule ; il me sera difficile à l’avenir de critiquer celui qui s’attache à la forme au détriment du fond... Il est permis de souffrir en voyant au quotidien la déchéance du langage, parlé, pensé, écrit, et parfois cela me dépasse.


        • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 21 mars 2013 06:06

          Très bon article, décrivant une situation qui est soit niée, soit assumée, chez la plupart des Français, à commencer par quelques uns de mes amis qui ne manquent pas de me railler lorsque je dénonce cet état de fait. Tout se passe comme si les élites avaient décidé de passer en masse au globish en saupoudrant leur prose, comme leur verbe, de mots anglais à la place des mots français existants. C’est la mode : un mot d’anglais toutes les trois phrases. Il n’ y a qu’à regarder les débats à la télévision (C’dans l’air sur France 5, Entre les lignes sur LCP, sans parler des deux chaînes d’info continue sur la T.N.T. que sont BFM TV et ITélé). Alors, le bon peuple entend cela, et lentement il suit. Lentement, il répète, ou répètera. 

          Si cette situation devait perdurer, notre langue deviendrait un sorte de franglobish. Hélas ! L’allusion à Étiemble, qui dès 1964 dénonçait cette tendance, n’aura échappé à personne dotée d’un peu de culture. Et je ne parle pas des grands auteurs classiques ou même romantiques qui, au rythme où vont les choses, seront difficilement compréhensibles sans l’aide d’un dictionnaire d’ici deux ou trois générations.
          Ce n’est pas grave, m’a-t-on dit, on ne lira plus que sur des tablettes tactiles, alors d’un clic on aura la définition du mot...
          Rien n’est perdu, mais la situation n’est guère brillante. Un peuple qui n’emploie plus sa langue, qui ne lui fait plus confiance pour exprimer ses idées, n’est-il pas sur la voie de la décadence ? 
          C’est une p... de bonne question !

          • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 21 mars 2013 09:48

            Bonne question en effet Thierry ! Une langue est l’expression d’une histoire, d’une géographie et d’une culture.

            Je suppose que les accords transatlantiques veulent faire de nous des anglo-américains.
            Changer de langue c’est aussi changer de valeurs et de manière de penser, et là est le plus grave.

            L’indépendance des USA vis à vis de l’ Angleterre s’est faite lors de la thea party de Boston.
            Les caisses de l’Angleterre étaient vides et les Anglais avaient décidé de taxer les exportations vers les USA en particulier le thé. Refus catégorique des Américains.

            La révolution américaine est construite sur le refus de payer des impôts et des taxes, ils sont pour la liberté du commerce intégrale, et que chacun se démerde.

            La Révolution française s’est faite par le refus du Tiers Etat d’être seul à payer des impôts et des taxes, l’ Eglise et la Noblesse en étant dispensés. Egalité devant l’impôt et solidarité.

            Liberté, égalité, fraternité. Même si ces revendications ont subi quelques revers dans le temps, ce sont les fondamentaux du pacte social français. Rien à voir avec la pensée américaine.


            • ekarlate 21 mars 2013 10:29

              Je n’ai pas grand chose à dire, sauf qu’une bonne partie de la Pub qui passe à la télé est déjà en langue anglaise et personne ne le critique. Alors laissons faire, dans une cinquantaine d’années beaucoup de nos compatriotes parlerons cette langue et auront oublié notre langue de toute façon trop compliquée pour les étrangers et même pour nous.


              • chmoll chmoll 21 mars 2013 10:53

                la frenchie c sur elle est marginalisée , comme pays des ripoux


                • PASDUPE 21 mars 2013 10:59

                  C’est la volonté affichée de nous faire disparaître en nous amenant, tel du bétail, à un degré d’américanisation extrème afin que nous nous fondions dans le mondialisme amerloque auquel ils obéissent.

                  Nos gouvernants veulent aujoud’hui nous confisquer notre langue. Jamais, je n’aurais pensé cela possible. Un peuple sans sa langue n’existe plus. Nous vider de ce que nous sommes, c’est bien le projet qu’ils poursuivent en plus de celui de vouloir marchandiser le savoir, et de ce fait l’interdire à tous ceux qui n’ont ni l’argent ni la maitrise de cette putain de langue étrangère qui aujourd’hui agit comme un formidable outil de domination.

                  L’anglais, le Round-up qui ne laissse rien derrière lui. Une langue devenue une arme politique, ravageuse, polluante, tueuse.

                  Et que l’on se méprenne pas sur mon propos, l’anglais en soit n’a rien qui m’horripile, c’est le projet d’asservissement qu’elle porte que je dénonce. Son hégémonie jamais remise en cause par personne comme acceptée par fatalité.

                  Pour moi, comme pour l’auteur, défendre notre langue c’est le premier acte de résistance que nous devons poser pour continuer à exister. Il y va de nos propres intérêts ainsi que de ceux de la francophonie.

                  La France qui abandonne sa langue, c’est inconcevable. Et pourtant nous en sommes là.

                  Je m’adresse à tous les étudiants, les premiers concernés, refusez en bloc, pour votre propre salut et celui de vos familles. Il faut faire échec à ce projet de loi. Si il s’avère qu’elle soit votée, protestez, refusez de suivre cette trahison. Devant l’infamie, notre premier devoir est de désobéir.

                  Ils dépècent la France un peu plus tous les jours.

                  Ce n’est plus tenable. Ils sont devenus nos ennemis.

                  Il est vraiment temps que nous reprenions notre indépendance et notre souveraineté.

                  Je soupçonne encore les directives de l’UE d’être derrière ça comme de tout le reste. Et aucune opposition de la part des dirigeants de ce pays qui ne sont là que pour mettre en place cette politique de destruction, dociles et zélés.

                  Le cauchemar continue.

                  (commentaire posté une autre fois sur l’autre article traitant du français aujourd’hui )


                  • captain beefheart 21 mars 2013 11:40

                    Marginalisée ,la langue française ?

                    Mais non ! Vous n’êtes pas au courant du fait que la dictature familiale du Qatar est entré à la francophonie comme membre observateur ? Peut-être ils vont apprendre de force le français à leur population ,on ne sait jamais.


                    • LE CHAT LE CHAT 21 mars 2013 12:28

                      Les cadres dans les entreprises sont les premiers fossoyeurs de la langue française .
                      Lors de la présentation du dernier bilan sécurité dans ma boite , ils utilisent désomais road map au lieu de plan de route , cela s’ajoute aux backups , turnover , coaching , reporting qui polluent tous leurs mails , sans compter le franglish avec des verbes comme acter ou investiguer qui n’existent nulle part . BEURK !


                      • Le poulpe 21 mars 2013 12:48

                        Commençons par la télévision. Une prune dissuasive pour tout « manager », « coach », « team » que les milliardaires en shorts sans cervelle tapant dans un ballon utilise en permanence et que les jourlaneux repètent sans même réfléchir. Ensuite la pub, de même pour les « Wir leben Autos ».

                        Pour l’Europe, il suffit de dire que tout texte non traduit (au départ pour que tout le monde le comprenne bien) ne sera pas appliqué. Point barre. Pas content ? Pas grave, il se passeront de la participation financière française (sachant qu’on verse 5 à 8 milliards de plus qu’on reçoit au global).

                        Bref, il s’agirait d’arrêter d’être faible et de hausser un peu de ton, voire de montrer un peu les muscles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès