Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le nouveau coup de force des agriculteurs

Le nouveau coup de force des agriculteurs

Comme d’habitude, les agriculteurs, en l’occurrence les légumiers du Finistère, ont choisi la méthode forte pour appuyer leurs revendications : un hôtel des impôts dévasté et un bâtiment de la Mutualité Sociale Agricole à reconstruire. Tout cela a bien sûr un coût qui sera payé collectivement, comme si le pays en avait encore les moyens.

Motif affiché de la colère, le « ras le bol fiscal », revendication qui rejoint celle des Bonnets Rouges qui semble-t-il ont participé au raid sur Morlaix et à la destruction des bâtiments administratifs. Bel exemple d’opportunisme politique de la part de Thierry Merret, porte parole des Bonnets Rouges (et par ailleurs Président de la FDSEA du Finistère) qui se dédouane en disant qu’il est dépassé par sa base, manière de dire qu’il n’y est pour rien tout en soutenant en filigrane des troupes dont il n’aurait plus le contrôle, et surtout éviter des ennuis judiciaires.

Sur cette base du ras le bol fiscal, le citoyen lambda, moyennement informé, pourrait donc estimer « légitimes » les destructions de bâtiments publics, beaucoup moins cependant ceux de la MSA, qui gère le régime social des agriculteurs et qui par conséquent sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

En fait, le « message » envoyé par les producteurs est subliminal. Il cache un motif principal à ce coup de force : la chute des cours en raison de la surproduction et de l’embargo russe, mis à toutes les sauces, ces temps ci, comme si une partie essentielle de la production française de fruits et légumes était vendu aux russes.

Mais cet embargo, s’il pénalise en partie les producteurs, ne donne pas toutes les clés de ce conflit. La vraie raison n’est pas nouvelle : elle concerne le prix payés aux producteurs par la grande distribution.

Là est le vrai motif. Un producteur d’échalotes disait samedi aux médias que sa production qui lui était payée 6 centimes d’euros au kilo était revendue 4 euros dans la grande distribution.

Or, à part quelques opérations « coup de poing » feutrées et bon enfant mais bien médiatisées, dans les magasins de la grande distribution, véritable responsable de la situation, les producteurs ne mettront jamais le feu à une grande surface, ce qui serait très impopulaire, alors que les bâtiments des impôts… Voilà pourquoi, les agriculteurs ont de tout temps privilégié le fait de faire payer la collectivité publique, c'est-à-dire nous, plutôt que les vrais responsables du marasme et de leurs difficultés et en demandant bruyamment aux pouvoirs publics de régler leurs problèmes par des subventions ou des échelonnements de dettes, alors que le problème est ailleurs. 

Aujourd’hui, les légumiers et les producteurs de fruits sont dans l’œil du cyclone, hier c’étaient les producteurs porcins, demain sans doute les viticulteurs : tous ont ou auront des raisons objectives de se plaindre. Ils doivent cependant éviter plusieurs écueils : 

  • Occulter les vraies responsabilités qui sont celles de la grande distribution et éviter de faire payer le contribuable.
  • Eviter les manipulations, les alliances de circonstances et les confusions de casquettes (cf Thierry Merret « Bonnet rouge » et FDSEA).
  • Fuir la récupération politique pour ne pas dire la confusion, quand on connaît les liens qui unissent droite et mouvement agricole majoritaire.

Est-ce trop demander ? Que les responsabilités de chacun soient établies et que le dialogue social s’engage sur ces bases, le gouvernement, quelle que soit sa couleur, n’étant présent qu’en tant qu’arbitre et non premier responsable. Il faudrait que les représentants majoritaires du mouvement agricole fassent leur révolution interne et coupent enfin le lien le cordon ombilical qui les unit avec le monde politique et celui des affaires et découvrent enfin les vertus du véritable dialogue social et de la négociation avec la grande distribution.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 22 septembre 2014 09:47

    Ben oui,mais c’est çà un monde compétitif, et de non partage...certains gagnent , et beaucoup perdent.,pour un gagnant il faut beaucoup de perdants et certains font des guerres pour çà,détruisent ...et alors, tout le monde adore cela..

    la grande distribution que je connais bien après 9 ans de pratique gagnerait beaucoup , ce qui est vrai pour celui qui possède , c’est énorme, mais c’est normal , logique, previsible et inévitable...comme le traité TAFTA qui va nous lier aux usa est normal,logique ,previsible et inévitable..

    Dans un monde d’auto centrés sur eux même, il y a 7 milliards de centres du monde sur la planète ,soleils ineffables et impérissables au dessus desquels il n’y a rien d’autre et autours desquels l’univers tourne et gravite...

    et oui nous valons tous plus que les autres.....

    vous imaginez vous le futur vainqueur d’un championnat quelconque se dire : bon j’arrête là je vais attendre les autres.....c’est trop con que la compétition,car çà élimine en fait, on s’attend et on partage..non bien sur on n’imagine pas.

    non seulement il va falloir l’imaginer mais le vivre.....cela dit....déjà que on ne comprends même pas que la compétition est guerre, que l’argent n’existe pas car il n’a jamais rien fabriqué mais est le reflet de notre noirceur, et que sans le collectif qui travaille ensemble in n’y a plus rien de produit et que même l’humain a disparu, alors pour voir en profondeur des choses plus complexes,c’est pas gagné, mais la bonne nouvelle est que çà n’est pas perdu, parce que le pire ne lâchera JAMAIS les humains tant que nous continuos sur cette route...mauvaise nouvelle par contre, j’ai « vu » que ce pire contient aussi un compte a rebours....

    merci.....

    ps : mon amie est ex-agricultrice ayant abandonné ce métier pour cause de fabrication de produits de m...e...


    • Xenozoid Xenozoid 22 septembre 2014 10:42

      Il doit y avoir un moyen de sortir d’ici,
       dit le bouffon au voleur
       Il ya trop de confusion
       et point de soulagement
       pendant que les hommes d’affaires boivent mon vin et les
       laboureurs creusent ma terre
       Aucun d’entre eux dans ce contexte
       ne savent ce que cela vaut
       Aucune raison de s’énerver
       Le voleur parle gentiment
       Il y en a beaucoup parmi nous
       Qui sentent que la vie est une farce,
       Mais vous et moi, nous l’avons vécu
       Et ce n’est pas notre destin
       Alors ne parlons pas de tort maintenant
       L’heure se fait tard

       Tout au long de la tour du guêt
       Tout au long de la tour du guêt


    • Cocasse Cocasse 22 septembre 2014 09:50

      L’embargo est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
      Il faut noter un élément important de cette révolte : le fait que les syndicats aient été court-circuités.
      Ce qui témoigne d’une action de la base, sans manipulation, reconnaissant que les syndicats sont complices du pouvoir.

      Depuis des années, et sans revendication autre que foutre le bordel et déclamer la haine de la France, des voitures crament par milliers au quatre coin du pays, en toute impunité.
      Et voici que les foudres de la répression la plus brutale vont abattre sur les agriculteurs désespérés, qui ont eux un motif légitime, utilisant le seul moyen pour se faire entendre, tous les autres ayant échoué, face à un pouvoir qui ne veut pas les écouter, qui les écrase.


      • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 10:14

        Bonjour Cocasse

        Erreur ! c’est la grande distribution qui les écrase, pas le pouvoir !
        Quant aux syndicats agricoles, ils ne sont jamais bien loin : ils ne soutiennent pas, mais ils « comprennent ». Tout est dans la nuance.


      • Fergus Fergus 22 septembre 2014 11:23

        Bonjour,Michel.

        Je partage totalement ton avis sur la question : la plus grande partie des problèmes financiers (bien réels) qui sont posés aux producteurs de légume ne vient pas de l’embargo russe, mais bel et bien de la rigidité de la grande distribution qui refuse de rémunérer au juste prix les produits qui lui sont vendus par les agriculteurs.

        Ce n’est donc pas à des bâtiments publics que les producteurs (manipulés par les leaders de la FDSEA du Finistère) auraient dû s’attaquer, mais aux hypermarchés, ce qu’ils se sont bien gardés de faire, ceux-ci restant leur plus gros clients comme l’a reconnu sur le ondes un syndicaliste avec beaucoup de naïveté.


      • César Castique César Castique 22 septembre 2014 11:40

        « ...c’est la grande distribution qui les écrase... »


        Avec la complicité du pouvoir qui, incapable de relancer l’économie, maintient le pouvoir d’achat des ménages en écrasant des catégories électoralement négligeables, en sachant que l’exportation peut les remplacer à n’importe quel moment. 

        Ce qui, cerise sur le gâteau, va dans le sens de la mondialisation, en déplaçant la production agricole en direction de pays (secrètement) considérés comme définitivement non industrialisables.

      • César Castique César Castique 22 septembre 2014 11:46

        « ... ceux-ci restant leur plus gros clients comme l’a reconnu sur le ondes un syndicaliste avec beaucoup de naïveté. »


        Pourquoi naïveté ? Tout le monde sait que la grande distribution absorbe une énorme proportion de la production et qu’ainsi, elle assure la survie des producteurs, sans avoir réellement besoin d’eux !!!

      • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:54

        Bonjour Fergus

        Comme dit le proverbe « on ne mord pas la main de celui qui vous nourrit »


      • César Castique César Castique 22 septembre 2014 09:58

        « Là est le vrai motif. Un producteur d’échalotes disait samedi aux médias que sa production qui lui était payée 6 centimes d’euros au kilo était revendue 4 euros dans la grande distribution. »


        C’est quoi l’idée ? Faire payer à la grande distribution, des échalotes françaises deux fois plus chères qu’elles ne coûtent chez des fournisseurs « exotiques » ? 

        Parce qu’il me semble que vous ne prenez pas en compte le fait que la grande distribution se sert des prix étrangers pour faire pression sur les producteurs français. 

        C’est ce que le Front national appelle la concurrence déloyale, et qui est permise par de calamiteux accords signés par les gouvernements UMPS depuis vingt ans et plus.

        • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 10:10

          Bonjour César

          C’est bien ce que je dénonce : une position monopolistique de la grande distribution. Là est le vrai problème et ce ne sont pas les problèmes fiscaux ou administratifs qui sont la vraie cause de la colère des agriculteurs, alors il faut qu’ils arrêtent de foutre le feu aux bâtiments publics ou à la MSA (cogérée par les agriculteurs eux mêmes !) et qu’ils s’adressent directement aux grandes chaînes de distribution qui se goinfrent.

          Ceci étant, des échalotes « exotiques » à moins de 6 centimes d’euros, transport compris, faut déjà les trouver !


        • César Castique César Castique 22 septembre 2014 11:32

          « C’est bien ce que je dénonce : une position monopolistique de la grande distribution. »



          Mais qui, à part l’Etat, peut contenir les abus liés à une position monopolistique n’ayant rien d’illégal ? Et qui, si ce n’est l’Etat, signe des traités commerciaux qui placent, de plus en plus, les consommateurs français dans la dépendance de l’étranger pour leur alimentation ?


          « ...qu’ils s’adressent directement aux grandes chaînes de distribution qui se goinfrent. »


          En jouant sur la corde patriotique ?

          « Ceci étant, des échalotes « exotiques » à moins de 6 centimes d’euros, transport compris, faut déjà les trouver ! »

          Pourquoi « transport compris » ? Les Marocains, par exemple, ne manquent certainement pas de transporteurs plus compétitifs que leurs collègues framçais, les usines de conditionnement ne manquent pas davantage de personnels sans qualification 12 ou 13 fois moins cher qu’en France, et les maraîchers, de leur côté, sont liés par un SMAG (salaire minimum agricole garanti) de 63.39 dirham par jour, soit 5.7 euros au cours du jour, à mettre en parallèle avec le SMIC français qui est de 9.53 euros... l’heure. 

          Alors, des échalotes marocaines à 6 centimes du kilo, ça me paraît tout à fait jouable et si la grande distribution obtient ce prix-là, c’est bien qu’elle dispose de moyens de pression, non ?


        • mimi45140 22 septembre 2014 17:24

          @ César castique

          Je suis malheureusement d’accord avec vous, d’autant plus que la localisation étrangère permet de s’ exonéré de la fiscalité des plus-values en faisant transiter les marchandises sous des cieux fiscalement plus clément, le cycle s arrêtera lorsque tous les moutons serons tondus un peu de patience la pousse met plus de temps que la tonte, pendant ce temps bêlons.


        • alinea alinea 22 septembre 2014 10:06

          Moi je paye une guerre en Irak, l’abattage des bouquetins, les cadeaux au CAC, je peux bien payer la colère des exploités !


          • Lemaïsjekiff Nestor 22 septembre 2014 10:37

            Salut Alinea,

            En fait tu paies surtout les conneries de ceux qui nous gouvernent  smiley ...  smiley


          • Lemaïsjekiff Nestor 22 septembre 2014 10:29

            Salut Michel,

            "les producteurs ne mettront jamais le feu à une grande surface, ce qui serait très impopulaire, alors que les bâtiments des impôts…"

            Sans jeu de mot qui dirige ce pays ? Les grandes surfaces ou l’État ?

            Pourquoi s’en prendre aux grandes surfaces ? C’est à ceux qui gouvernent et qui sont responsables de cette situation de faire plier les grandes surfaces ! Pas aux agriculteurs !

            C’est pas les grandes surfaces qui votent les lois et les décrets ...

            Si on suivait ton résonnement, faudrait donc bruler l’ambassade Russe parce que la Russie ne prends plus nos produits made in France et à coté de ça accepter et trouver normal que les dirigeants Français aient balancé sanction sur sanction à la Russie !

            Les responsables de tout ça sont ceux qui gouvernent, ceux qui prennent les décisions (les sanctions envers la Russie) , ceux qui laissent faire (les grandes surfaces se goinfrer) ... Voilà les responsables !


            • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:14

              Bonjour Nestor

              On parle alors d’une économie administrée dans laquelle l’Etat fixerait les coûts de production plancher selon les caractéristiques de l’exploitation et encadrerait les prix de vente dans les grandes surfaces.

              J’imagine les réactions des agriculteurs qui crieraient à la collectivisation de l’outil de production.

              Dès que l’Etat met le nez dans l’agriculture, ça se retourne contre lui.

              Pour l’embargo russe, les producteurs et les coopératives sont déjà en train de réorienter leurs exportations vers d’autres pays délaissés par l’amérique du sud qui profite de « l’aubaine russe », donc pas besoin de déclarer la guerre à la Russie.

              Le problème est avant tout franco français et comme on dit, c’est le contrat qui fait la loi des parties, alors agriculteurs et grande distribution doivent s’entendre sans avoir recours à l’Etat sinon pour une médiation et les agriculteurs doivent arrêter de nous bourrer le mou avec la fiscalité et les charges administratives et arrêter de détruire des bâtiments publics.


            • César Castique César Castique 22 septembre 2014 11:48

              « Dès que l’Etat met le nez dans l’agriculture, ça se retourne contre lui. »


              Ce n’est pas mettre le nez dans l’agriculture que de pratiquer un protectionnisme intelligent pour contrer la concurrence déloyale  !

            • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:57

              Bonjour César

              Vous faites comment ?

              En général le protectionnisme se retourne contre nous et nous avons beaucoup plus à perdre qu’à gagner surtout dans le domaine de l’agriculture où la balance commerciale penche en notre faveur.


            • Lemaïsjekiff Nestor 22 septembre 2014 12:16

              « et arrêter de détruire des bâtiments publics. »

              Et pourquoi donc ?

              Apparemment les quelques bâtiments publics détruits par les agriculteurs te révoltent beaucoup plus que les 400 suicides et les quelques milliers de fermes qui disparaissent chaque année !

              Mais bon chacun ses priorités ... Hein ! Ce ne sont que des gueux après tout ... N’est-ce pas !


            • César Castique César Castique 22 septembre 2014 12:29

              « En général le protectionnisme se retourne contre nous.... »



              Cela reste à démontrer. au cas par cas.


              « ...et nous avons beaucoup plus à perdre qu’à gagner surtout dans le domaine de l’agriculture... »


              Cela aussi, reste à démontrer. Le protectionnisme intelligent frappe les pays coupables, ipso facto, de concurrence déloyale, c’est-à-dire les pays aux salaires de bas à très bas, dont la masse des consommateurs ne présente aucun intérêt pour l’exportation, surtout lorsqu’elle mise autant ou plus sur la qualité que sur la quantité.


              « ...où la balance commerciale penche en notre faveur... »


              Ce ne sont pas les exportations agricoles à destination du Kenya, de la Bolivie et du Pakistan qui font pencher la balance commerciale agricole de la France du bon côté.

            • jef88 jef88 22 septembre 2014 10:30

              LA GRÄÄÄNDE DISTRIBUTION ! ! ! ! !
              depuis une quarantaine d’années elle est le moteur de l’affaiblissement de la France !
              - Qui achète dans les pays à bas cout ?
              - Qui pousse aux délocalisations ?
              - Qui génère le chômage ?
              LA GRÄÄÄNDE DISTRIBUTION ! ! ! ! !
              Mais elle a un complice !
              Le même depuis Giscard : l’état

              L’état n’a RIEN FAIT pendant toute cette période pour , au moins, calmer le jeu


              • Lemaïsjekiff Nestor 22 septembre 2014 10:56

                Salut Jef,

                « L’état n’a RIEN FAIT pendant toute cette période pour , au moins, calmer le jeu »

                Ah on est d’accord ...

                Comme quoi l’État depuis des lustres n’en n’a plus rien à cirer du monde paysan ... En moyenne un suicide par jour dans ce monde paysan ... T’en entends parler aux infos de cette détresse ? Quedale ! Par contre l’intervention du ministre là ... Hein ... Valls avant de condamner les actes devrait d’abord regarder de plus près comment supportent et vivent ceux qui s’en prennent à des bâtiments d’État ...

                Faudrait que le Manuel comprenne que certains dans ce pays n’ont plus rien à perdre ... Que tous les efforts fournis sont de jour en jour anéantis ...


              • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:58

                Bonjour Jeff

                Erreur, ce n’est pas l’Etat qui est complice, c’est le monde politique, nuance d’importance.


              • jef88 jef88 22 septembre 2014 14:10

                Et avec quoi agissent les politiques ?
                Avec l’état ! c’est leur terrain de jeu et leur outil .........


              • titi 22 septembre 2014 10:31

                « C’est bien ce que je dénonce : une position monopolistique de la grande distribution. Là est le vrai problème et ce ne sont pas les problèmes fiscaux ou administratifs qui sont la vraie cause de la colère des »

                Si la grande distribution a une situation monopolistique, c’est avant tout la faute du consommateur.

                Si les prix sont tirés vers le bas, c’est avant tout la faute du consommateur.

                Pour ce qui est de l’écart entre le prix d’achat et le prix de vente, vous ne faites pas la différence entre marge brute et marge nette.
                Vos chiffres ne veulent rien dire.

                Présentez nous le bilan d’un magasin Carrefour ou Leclercq. Pas d’une marge brute.


                • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:01

                  Bonjour Titi

                  Vous savez bien qu’il existe de multiples artifices comptables pour minorer le bénéfice final, notamment la rémunération de prestataires qui ne sont en fait que des filiales du groupe, quelquefois off shore qui plus est pour éviter l’impôt, alors marge brute/marge nette...

                  Maintenant entre 6 centimes le Kilo d’échalotes acheté au producteur et vendu 4 euros en grande surface, tout ne passe pas en frais de structure ou en frais financiers et il y a de la « marge » au final.


                • Fergus Fergus 22 septembre 2014 11:31

                  Bonjour, Titi.

                  « Si la grande distribution a une situation monopolistique, c’est avant tout la faute du consommateur. »

                  Eh oui, vous avez entièrement raison ! Pour des raisons pratiques, la plupart de nos compatriotes a pris l’habitude de faire ses achats en supermarché. Les prix pratiqués sur les marchés (les vrais) ne sont pourtant pas plus élevés pour une qualité supérieure. Exemples à Dinan : grosse salade feuille de chêne à 80 cts l’unité ou 1,20 euro pour deux ! échalote à 3,50 euros le kilo ; fraise locale (sans la moindre perte) à 5 euros les 500 g, etc...


                • titi 22 septembre 2014 18:02

                  @Michel DROUET

                  « Maintenant entre 6 centimes le Kilo d’échalotes acheté au producteur et vendu 4 euros en grande surface, tout ne passe pas en frais de structure ou en frais financiers et il y a de la « marge » au final. »

                  Il n’y a que la lecture du bilan qui peut le confirmer.

                  La vérité c’est que le producteur à une production mécanisée avec peu de main d’œuvre.

                  Lorsqu’il a vendu ses échalotes par tonnes, il faut de petites mains pour les trier, les mettre en cagettes, en cartons, puis en palettes pour les mettre dans des camions. Et à l’arrivée on défait les palettes, les cartons, les cagettes pour les mettre en rayon....

                  La main d’œuvre biaise tous les prix.

                  d’après la Coface la rentabilité d’un super est maxi de 1,95%.... ca fait par rêver.


                • titi 22 septembre 2014 18:10

                  @Fergus

                  Oui les marchés c’est très bien.

                  Sauf que dans mon patelin c’est le mardi. Et moi le mardi je bosse.


                • Spartacus Spartacus 22 septembre 2014 10:45

                  La grande distribution est « acheteur », ce n’est pas une activité philanthropique, mais une activité commerciale, qui sort des bilans à moins de 3% de marge brute. Son rôle est d’acheter au moins cher. 


                  Quand les tomates sont moins chère chez « Super T » que chez « Lefoncé » les gens achètent chez Super T ou inversement....Point.

                  Ces agriculteurs subissent des impôts fonciers, locaux ou sur le revenu en augmentation.....
                  Les CICE et autre niaiseries bureaucrates, basées sur les salaires ne s’appliquent pas à des agriculteurs TNS (travailleurs non salariés) cotisant à la MSA.
                  Leurs entreprises subissent la concurrence d’agricultures ultra automatisées des Pays Bas ou d’Allemagne.
                  L’effondrement des ports Français pour cause de grèves, fait qu’il faut transporter pour exporter à Anvers ou Rotterdam en passant un pays plein de péages, là ou les allemands, Belges et Hollandais ont des autoroutes quasi gratuites.....

                  La MSA a augmenté ses cotisations obligatoires dans l’indifférence générale, pour une assurance retraite 7 fois inférieure aux autres assurances.

                  Non les agriculteurs ne se sont pas trompé de cible....Mais de méthode, détruire des bâtiments ne résout rien. L’état et les contraintes sociales obligatoires sont les premières raisons de leur déclin.. 

                  Inutile d’accuser le client pour se voiler la face.
                  Nos impôts sont complexes, inégalitaires, et plus élevés, comme la protection sociale.
                  C’est cela qu’il faut changer.....

                  Accusons ce conservatisme à la Française de situations acquises et statique qui voudrait faire croire que le monde ne changera jamais....
                  Il faut voir cela comme la fin de l’agriculture de petits paysans....Comme on a assisté à la fin des drogueries, des confections, des .....des....

                  • Alex Alex 22 septembre 2014 10:56

                    Ces destructions sont déplorables, mais c’est malheureusement le seul moyen dont disposent les agriculteurs pour attirer l’attention.
                    S’ils avaient de bonnes agences de com, un bon réseau d’amis haut placés, ils passeraient plus souvent à la télé qu’un BHL pour exposer leurs problèmes.
                    Les journaleux, dans leur majorité, sont acquis à la mondialisation sans limite ; ils ne feront donc jamais d’émission expliquant aux Français que les économies faites en achetant du poisson vietnamien (élevé aux farines de cadavres d’animaux venues du Chili) entraineront un chômage qu’il faudra payer très cher.
                    Aucun magazine d’enquête ne tentera de suivre l’évolution du prix d’un produit entre le producteur et le détaillant.


                    • Fergus Fergus 22 septembre 2014 11:42

                      Bonjour, Alex.

                      Non, ce n’est pas le seul moyen. Bloquer la RN12 au niveau du viaduc de Morlaix et, le cas échéant, la ligne de TGV Paris-Brest en déversant des tonnes de produits et en incendiant des pneus eût été largement suffisant.

                      Brûler la MSA qui est au service des agriculteurs est en outre totalement imbécile.

                      Ajoutons à cela que nombre d’agriculteurs marchent sur la tête en utilisant du matériel surdimensionné par rapport aux besoins de leur exploitation. J’en connais qui, il n’y a pas si longtemps, tournaient très bien avec des tracteurs d’une puissance de 150 cv. Pourquoi s’être endetté pour suivre une mode débile en achetant des tracteurs dépassant les 250, voire les 300 cv pour un prix neuf dépassant largement les 100 000 euros ? 


                    • Michel DROUET Michel DROUET 22 septembre 2014 11:52

                      Bonjour Fergus

                      Vous auriez pu rajouter pour être complet « le tout financé par les banques qui prennent aussi leur part de gâteau sur le dos d’agriculteurs crédules ou qui veulent tchatcher avec leurs gros cubes »

                      Pour le reste, je suis bien d’accord avec vous et brûler la MSA est totalement débile ou bien cela relève de la provocation orchestrée.


                    • Alex Alex 22 septembre 2014 12:42

                      Fergus

                      Je reconnais que ma réponse était excessive ; il faut malheureusement des actions « fortes » pour attirer les médias alors que l’on ne voit jamais de réflexion de fond sur les problèmes des agriculteurs.
                      Les opérations que vous suggérez auraient fait au mieux l’objet d’un encart de 2 lignes en pages intérieures des journaux. Mais l’excès est tout aussi nuisible.

                      C’est une constante dans l’Histoire : alors que les agriculteurs sont la catégorie de la population la plus vitale (au sens propre), ils ont été systématiquement méprisés dans un très grand nombre de pays. Il me semble que dans un domaine aussi important, le gouvernement devrait s’assurer que le pays jouisse d’une certaine autonomie.
                      Je ne suis cependant pas opposé à une certaine mondialisation ; la preuve : je suis favorable à la délocalisation du personnel politique et des énarques.


                    • Lemaïsjekiff Nestor 22 septembre 2014 12:43

                      Salut Fergus,

                      « J’en connais qui, il n’y a pas si longtemps, tournaient très bien avec des tracteurs d’une puissance de 150 cv. Pourquoi s’être endetté pour suivre une mode débile en achetant des tracteurs dépassant les 250, voire les 300 cv pour un prix neuf dépassant largement les 100 000 euros ? »

                      C’est sûr qu’en prenant des exemples comme celui-ci on en deviendrait vite hors sujet ...

                      Fergus, même s’il y a des gros qui morflent ce ne sont pas vraiment eux qui sont les plus touchés ... Ce sont les petites exploitations qui disparaissent ... Elles sont déjà remplacées par des « fermes » à 1000 vaches ou le bon lait coulera à flot grâce au bonheur total amené à l’animal cloitré pour le bien être des petits enfants comme des grands ...

                      Défendre les petites exploitations agricoles c’est aussi éviter à des animaux d’être considérés comme des machines ... Pas facile de retenir les noms et les caractères de 1000 vaches ...
                       


                    • Fergus Fergus 22 septembre 2014 13:07

                      Bonjour, Nestor.

                      Défendre les petites exploitations, 100 % d’accord, et cela d’autant plus que, comme je l’ai déjà écrit, je suis issu d’une famille de paysans et que plusieurs de mes cousins sont encore paysans en Auvergne.

                      Mais cela ne doit pas tout justifier, et surtout pas des saccages comme ceux qui se sont produits à Morlaix. Sauf à penser qu’on laisserait d’autres corporations agir de même en incendiant les bâtiments publics !

                      J’ajoute à cela que je connais assez bien le terroir en question, ayant habité durant 10 ans à Morlaix et pas mal fréquenté les lieux d’exploitation entre Saint-Pol-de-Léon et Plouescat. Or, il apparait que ce sont surtout les exploitations affiliées au CERAFEL (dépositaire du label Prince de Bretagne) qui sont sur le devant de la scène car les petites exploitations indépendantes fonctionnent différemment, et parfois mieux en faisant de la vente sur les marchés. Bref, le problème est complexe. Mais une fois encore, c’est à la grande distribution qu’il convenait de s’en prendre, pas aux services publics, et notamment la MSA.


                    • aimable 22 septembre 2014 13:09

                      de toute façon casser n’a jamais arrangé leurs affaires !
                      il y a d’autres méthodes plus efficaces !
                      des légumiers qui n’ont rien dans le chou , c’est un comble !!!


                    • alinea alinea 22 septembre 2014 13:46

                      La MSA est au service des agriculteurs ? Des quels ???


                    • rocla+ rocla+ 22 septembre 2014 13:49

                      le MSA c ’est les maladies sexuellement abordables ?


                    • Fergus Fergus 22 septembre 2014 14:40

                      Bonjour, Alinea.

                      La MSA n’est sans doute pas idéale et ne rend pas forcément toujours les services attendus, mais cette sécurité sociale des agriculteurs n’en est pas moins indispensable et utile.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès