Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement : PTCI (...)

Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement : PTCI (ou TAFTA ou TTIP) Ou comment s’enchainer à l’Empire américain

L’autre soir, plein d’ardeur printanière, je suis allé assister à une conférence de Raoul Marc Jennar (RMJ) sur le PTCI. Un coup de chapeau à RMJ capable de décortiquer les méandres de ce texte pendant deux heures, tout en restant clair, lucide et en captivant son public !

Mais alors, au retour, plus d’ardeur printanière, mais le moral dans les chaussettes !

Liberté des marchés

En effet, comme souvent, la réalité est encore pire que la fiction !

J’avais déjà une petite idée bien négative de l’initiative, à ranger au compte libéral de l’UE, façon Lisbone-TCE-remis-sur-un-plateau-malgré-le-Non, as usual, sans plus.

Déjà l’article d’Agoravox de J.Dulourd avait précisé quelques points bien inquiétants sur les atteintes aux droits sociaux, au droit du travail, aux services publics et à la souveraineté des états eux-mêmes face aux grands groupes multinationaux ; tout ces risques encourus pour un hypothétique gain de 0,27 à 0,48% de croissance de PIB à l’horizon 2027. On peut lire ici l’étude du « Centre for economic policy research » qui a fourni ces analyses.

 En outre, des secteurs entiers pourront être bouleversés tels l’agriculture (OGM, hormones, poulets-Javel, fermes-usines…) et les activités de production de machines électriques et d’équipements de transport, ainsi que la métallurgie, l’industrie du bois et du papier, les services d’affaire, de la communication et les services personnels.

Qui plus est, avec une pression à la baisse sur les salaires ! Et des impacts potentiels très modestes sur l’emploi (peut-être 400 000 à l’horizon 2027, et encore…), voire négatifs : « At sector level, roughly 0.2 to 0.5 per cent of the EU labour force (in terms of allocation across sectors) is de-located.” (0,2 à 0,5% des emplois délocalisés ou transférés à d’autres secteurs)

On peut trouver ici le texte « secret » du mandat de négociation traduit et commenté par RMJ.

Ce texte fournit le cœur de l’argumentation de RMJ. C’est un document secret, rédigé en anglais et qui a été élaboré en concertation avec les représentants des grands groupes multinationaux des USA et d’Europe, le dialogue économique transatlantique (TABD). Il a été adopté en juin 2013 par le Conseil européen des Affaires Etrangères.

La négociation est confiée à Ignacio Garcia Bercero (illustre inconnu !) avec la participation de Karel de Gucht, commissaire européen au commerce (bien connu pour être suspecté de délit d’initié dans l’affaire de la banque Fortis et de fraude fiscale à hauteur de 1,2M € dans la vente de la société Vista !).

La négociation se poursuit avec l’habituel secret précautionneux de l’UE à raison d’une semaine par mois.

Ce pacte de libre échange vise à supprimer les barrières douanières mais surtout à supprimer les barrières réglementaires ; c’est d’ailleurs cette libéralisation réglementaire qui devrait apporter 80% des bénéfices annoncés !

RMJ montre bien comment l’objectif de ce mandat est de soumettre encore plus les pays de l’UE aux préceptes de l’ultralibéralisme pur et dur :

  • concurrence libre et non faussée,
  • protection absolue de l’investisseur contre toute atteinte à sa liberté et à ses intérêts,
  • possibilité de recours des entreprises devant un tribunal arbitral, y compris contre les collectivités publiques de tout niveau,
  •  renforcement du principe de subsidiarité (un des piliers des traités européens) :
    • réglementations minimalistes,
    •  réduction du champ d’intervention de l’état et des collectivités locales aux strictes activités régaliennes hors du domaine marchand ouvert à la concurrence.

Toutes ces conditions s’ajouteraient naturellement à celles déjà introduites par les règles de l’OMC et contribueraient à limiter d’autant plus les capacités des états et des politiques à mener des politiques sociales, économiques, fiscales et environnementales volontaristes.

Les services publics seraient alors des cibles de choix pour tous les « investisseurs » que ce soit dans le domaine de la santé, des assurances (ex sociales), de l’éducation et de la culture ; le secteur associatif risquera fort dans ces conditions de manquer de subventions publiques mais il pourra toujours s’orienter vers le mécénat et les « Fondations » à l’américaine.

Qui impulsera alors la Transition écologique et énergétique nécessitant un volontarisme très fort des institutions publiques alors que les USA ne sont même pas signataires du Protocole de Kyoto ? Qu’adviendra-t-il des emplois éventuels nécessaires pour la rénovation des bâtiments, seront-ils français, polonais, ukrainiens voire américains ou mexicains ?

 Les états ne pourraient même pas garder la souveraineté de leurs ressources car les signataires s’engagent « à garantir un accès libre et durable aux matières premières » ; cette clause n’impliquera d’ailleurs pas les USA car le sous-sol y appartient aux propriétaires privés et on a bien compris que la seule valeur universelle et incontournable reste la Propriété Privée.

RMJ souligne en outre les déséquilibres de fait qui apparaitront entre les USA et l’UE dans l’application de ces règles.

  • Un premier point tient au fait que l’accord sera applicable par tous les états de l’UE alors que la signature de Washington n’engagera pas systématiquement tous les 50 états fédérés. Il sera difficile en particulier de contourner deux préceptes très prégnants aux USA : la loi « Buy American » et la règle des 25% de parts de marché réservées aux PME ;
  • le deuxième point tient à un facteur d’échelle : les multinationales américaines sont en général beaucoup plus puissantes que leurs concurrentes européennes ;
  • le troisième point tient à la suprématie de l’économie américaine dans un certain nombre de secteurs : le cinéma et l’audiovisuel, la finance, l’économie de l’internet et des réseaux, la formation universitaire privée…
  • Sans oublier la position privilégiée de l’américain, lingua franca de toutes les sciences et de la communication internationale.
  • Les USA sont actuellement de loin les plus gros exportateurs de services au monde avec plus de 1/8 eme des exportations mondiales, ils sont aussi les premiers importateurs de services.

Deux articles introduisent des structures et mécanismes de contrôle supranationaux et l’on voit se confirmer ainsi un mode de gouvernance par des entités supranationales, en dehors des systèmes politiques et judiciaires étatiques et démocratiques : ce sont les articles 43 et 45 cités ci-dessous.

43. Cadre institutionnel

L'Accord mettra en place une structure institutionnelle en vue de garantir un suivi
efficace des engagements découlant de l'Accord, ainsi que de promouvoir la réalisation
progressive de la compatibilité des régimes réglementaires.

45. Règlement des différends

L'Accord comprendra un mécanisme de règlement des différends approprié, ce qui fera
en sorte que les Parties respectent les règles convenues. L'Accord devrait inclure des
dispositions pour le règlement le plus indiqué des problèmes, comme un mécanisme de
médiation flexible.

RMJ voit dans ce système de gouvernance par des entités supranationales- qu’on connait déjà dans le cadre de l’UE avec la Commission ou dans le cadre de l’OMC, mais aussi avec le FMI ou la Banque Mondiale- une prise de pouvoir oligarchique par le monde économique et plus précisément par les grandes Multinationales.

Personnellement j’y vois davantage une évolution progressive vers l’établissement d’un Gouvernement Mondial par un Système-Empire complexe contrôlé in fine par les USA. Je préciserai plus loin mon analyse.

RMJ observe que les craintes que l’on peut formuler à propos du PTCI sont largement confirmées par l’expérience de l’ALENA, accord de libre échange entre le Mexique, les USA et le Canada, pour lequel on dispose de 20 années de recul : on a pu ainsi constater l’impact désastreux sur l’agriculture mexicaine, la pression à la baisse sur les salaires, la montée des inégalités, le creusement des crises sociales et environnementales (gaz de schiste, sables bitumineux…) et la dépendance accrue du Canada et du Mexique par rapport aux USA. L’impact sur l’emploi est discuté, certains évoquent même la disparition d’un million d’emplois.

Les multinationales américaines on fait appel 30 fois aux procédures d’arbitrage et ont gagné 30 fois, par contre toutes les poursuites contre des intérêts américains ont échoué !

Un autre point important de déséquilibre doit être rajouté : c’est l’absence de politique monétaire commune. A quoi bon parler de concurrence libre et non faussée alors que le cours du dollar peut fluctuer librement du simple au double et que la BCE pratique une politique de l’euro fort !

Madame Clinton, peut-être la future présidente des USA, soutenue d’ailleurs par le deuxième oligarque d’Ukraine, V.Pinchuk (Que le Monde est petit !), a déclaré à propos du PTCI que c’était « un OTAN économique ». J’y vois une confirmation que ce projet est une étape majeure pour l’établissement de ce Système-Empire contrôlé par les USA.

C’est Zbigniew Brzezinski (ZB), éminent conseiller aux Affaires Etrangères de plusieurs présidents américains, Carter, Bush père, Obama, qui l’explique dans son livre « Le grand Echiquier » écrit en 1997. On peut lire ici des extraits significatifs de ce livre.

ZB écrit ainsi :

« Surtout, l'Europe est la tête de pont géostratégique fondamentale de l'Amérique… Pour le dire sans détour, l'Europe de l'Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses Etats rappellent ce qu'étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires. »

« En conséquence, l'objectif géostratégique central de l'Amérique en Europe peut se résumer très simplement : elle vise à consolider, grâce a un partenariat transatlantique plus équilibré, sa tête de pont sur le continent eurasien

Pour l'Amérique, l'enjeu géopolitique principal est l'Eurasie. » « L'Eurasie demeure, en conséquence, l'échiquier sur lequel se déroule le combat pour la primauté globale.  »

ZB précise ensuite les enjeux du futur élargissement et on comprend mieux les dessous de la crise actuelle en Ukraine.

« L'Ukraine constitue cependant l'enjeu essentiel. Le processus d'expansion de l'Union européenne et de l'OTAN est en cours. Bien que l'échéance soit encore lointaine, l'Ouest pourrait dès à présent annoncer que la décennie 2005-2015 devrait permettre d'impulser ce processus ».

On ne peut être plus explicite !

Le très européen think tank LEAP, Laboratoire Européen d’Anticipation Politique, fondé par le regretté Frank Biancheri, l’un des créateurs d’ERASMUS, défend dans l’une de ses dernières publications l’idée que la crise ukrainienne s’inscrit dans une entreprise de déstabilisation de l’UE par les USA et ses affidés. J'adhère complétement à cette analyse.

« L’attaque actuelle se situe en effet dans la lignée de celle menée en 2010 contre l’euro, sachant qu’en cassant la monnaie commune, et compte tenu de l’impossibilité technique à retourner aux monnaies nationales, l’Europe se serait de facto retrouvée intégrée à la zone dollar. »

LEAP précise un peu plus loin :

« La crise ukrainienne n’a probablement pas été déclenchée pour autre chose que pour, in fine, nous obliger à acheter le gaz de schiste américain , à signer le PTCI (hors duquel le précédent ne peut être vendu en Europe ) et à justifier une ré augmentation des budgets militaires américano-otanesques grâce à la réactivation d’une guerre froide entre Occident et Emergents »

LEAP est un think tank spécialisé en prospective et géopolitique ; il avait largement anticipé la crise de 2007 et ses rebondissements dont la crise de l’euro attaqué par la Finance (USA) ; il défend l’idée d’une construction européenne autonome développant un partenariat harmonieux à la fois avec les USA et la Russie.

 Pour LEAP, Mme Ashton, M. O’Sullivan, en charge du Service d’Action Extérieure de la Commission européenne, ainsi que M. Fule de la DG Élargissement, ont littéralement tendu un piège à l’Ukraine… -et à l’Europe- en la poussant à « choisir son camp » ce qui a produit toute la cascade d'évènements que nous avons connus. Ces enchainements étaient pourtant tous prévisibles...

Et nous n'avons pas encore connu le pire.

Car si l'Europe s'obstine à l'exemple des Américains, à refuser le dialogue avec la Russie en se livrant à de ridicules rodomontades avec nos quatre avions du général Vincent Desportes (toujours prêt à en découdre !) et si elle se jette dans les bras des USA pour signer le PTCI à deux mains les yeux fermés, alors le piège se refermera et le rideau de fer se réinstallera sur une Europe soumise en grand danger.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • JL JL 24 mars 2014 09:30

    Si la contribution du LEAP se résume à ça, c’est pas brillant, je cite : ’’La crise ukrainienne n’a probablement pas été déclenchée pour autre chose que pour, in fine, nous obliger à acheter le gaz de schiste américain’’

    Le danger de ces traités n’est pas de nous obliger à acheter le gaz de schiste américain mais de nous obliger à autoriser leurs industries minière d’éventrer notre pays et de saloper nos nappes phréatiques : demain ce n’est pas le pétrole qui se vendra au prix de l’or, mais l’eau potable.

    Par ailleurs, si le LEAP ne voit que ça dans la crise ukrainienne, il lui faut rapidement changer de métier.


    • wesson wesson 24 mars 2014 11:43

      Bonjour JL,

      je plusse votre commentaire. Le LEAP après y avoir été abonné j’ai lâché depuis un bon moment. Et si ils ont bien écrit ce que vous dites, alors cela me conforte dans mon opinion.

      Croire que le gaz de schiste Américain va être acheté par l’Europe, c’est tout simplement stupide pour plusieurs raisons fondamentales.
      1 - Le gaz de schiste est au bas mot 2 fois plus cher que le gaz naturel Russe
      2 - Les Américains n’en produisent même pas assez pour eux-même (ils sont toujours importateurs net de 20% de leur consommation totale)
      3 - Pour amener le gaz depuis les USA il faut le liquéfier et le mettre dans des bateaux, ce qui en pratique en double encore le prix.
      4 - Le gaz de schiste est de toute manière une arnaque, ou les quantités réellement exploitables sont bien plus faibles que ce qu’on laisse croire. Les puits se tarissent au rythme de 24% l’an, ce qui fait que pour juste maintenir une production stable, il faut tous les 4 ans remplacer l’ensemble des puits.

      C’est dire qu’il n’y a aucune chance que le gaz Américain puisse suppléer au gaz Russe, ni aujourd’hui, ni même dans un futur prévisible.

      Si le LEAP n’est pas capable d’analyser cela, c’est vraiment qu’ils font de la prévision en peau de lapin.

      Quand au TTIP, effectivement son danger (et en fait son but) ne réside pas dans l’abaissement des droit de douane qui sont déjà aujourd’hui ridiculement faibles (de l’ordre de 3% il me semble).

      Le véritable objet du TTIP est d’abattre toute norme pouvant être considérée comme une entrave au commerce. Cela inclus donc les normes sanitaires (viande aux hormones, poulet au chlore) mais aussi les normes sociales (droit du travail, droit social) et les normes protectives (appelations d’origines). C’est ça le véritable objectif, faire tomber tout ce qu’il reste de protection sociale en Europe, et rendre les gouvernement impuissant face au commerce et au marché.


    • alberto alberto 24 mars 2014 12:15

      Bonjour JL,
      Bonjour Wesson,

      Bien d’accord avec vous deux, et si je puis me permettre d’en rajouter une petite couche, je vois arriver gros comme une maison le désinguage de nos institutions judiciaires (en France et en Europe) au bénéfice de tribunaux privés si magistralement (c’est le cas de le dire !) initialisé par notre Sarko the 1st (suppression des juges d’instructions, affaire Tapie renvoyée vers un tribunal privé, etc...). Le genre de justice où celui qui gagne est celui qui peut faire le plus gros chèque !

      Bref, un boulevard pour l’invasion des multinationales étasuniennes.


    • JL JL 24 mars 2014 13:48

      Bonjour wesson, bonjour alberto,

      entièrement d’accord avec vos commentaires.

      De plus en plus de personnes prennent conscience des mensonges des dirigeants et du danger de ces traités scélérats, mais comme toujours dans ces complots fomentés par le pouvoir économique contre le pouvoir démocratique, de deux choses l’une : ou bien les lanceurs d’alertes sont aisément diabolisés dans les médias parce qu’il n’y a pas assez des personnes sensibilisées ; ou bien la prise de conscience arrive mais trop tard : les carottes sont déjà cuites.

      Comble d’ironie, cette vidéo postée par Erwanet le libéral : ’’Les normes plombent la construction en France’’ qui s’incruste opportunément sur cette page. Dans peu de temps hélas, si le TAFTA est signé, ces normes ne seront plus qu’un mauvais souvenir pour les malfrats du BTP.


    • wesson wesson 24 mars 2014 22:09

      « Dans peu de temps hélas, si le TAFTA est signé, ces normes ne seront plus qu’un mauvais souvenir pour les malfrats du BTP. »

      Ne doutez pas que les entreprises savent parfaitement se jouer des normes, en faisant abolir celle qui les gênent, mais aussi en incitant à la création de celles qui les arrange.

      Le fond du problème étant de laisser à des lobbys et des intérêts privés le soin de rédiger ces normes.

      Ainsi concernant le BTP si on y regarde bien , un tas de nouvelles normes ont été voulues par les grands nom du secteur, tout simplement pour pénaliser la concurrence de petits opérateurs indépendants. On les oblige ainsi à suivre de longue et coûteuses formations, à subir des contrôles de la part d’organisme privés qu’ils doivent payer eux-même, des choses qui sont très pénalisantes pour une TPE, alors qu’elles sont très faciles à obtenir pour un gros opérateur.

      Le véritable problème lié aux normes, c’est de laisser les acteurs privés s’en occuper de la rédaction au contrôle. ça devrait être l’objet d’un service public.


    • JL JL 24 mars 2014 23:21

      Pour qu’un service public gère ça efficacement, il y faut du personnel compétent et en nombre.

      Or des fonctionnaires compétents, c’est tout ce que haïssent les capitalistes. Rappelons nous la phrase préférée du facho de service : un bon fonctionnaire, c’est un fonctionnaire mort.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 mars 2014 03:07

      @ JL


      On bavarde pour rien. Les choses sont claires et en parler n’est qu’une manoeuvre dilatoire. Pour le plan d’asservisement de l’Europe aux USA, lisez Asselineau. Ne comptez pas sur nos politiques, tous inféodés. Quiconque veut autre chose a la responsabilité PERSONNELLE de faire tout en son pouvoir pour saboter et detruire le systeme actuel. Chacun peut bien plus qu’il ne le croit pour changer le cours des choses car ls Systeme est odieux... et fragile. Agissez. Discretement. Entrez en résistance.

      Pierre JC Allard

    • Antoine Diederick 26 mars 2014 19:49

      la crise ukrainienne présente des causes multiples pour des finalités multiples.

      augmentation des dépenses militaires européennes souhaitée par USA
      affaiblir la Russie dans son pré-carré
      faire de la concurrence énergétique

      etc.


    • gaijin gaijin 24 mars 2014 09:45

      quand vous avez l’impression de l’avoir dans le cul , la plupart du temps vous l’avez dans le cul ........
      ( désolé rien d’autre a dire )
      sauf ça : on arrête quand de baisser notre froc ?


      • Dany romantique 24 mars 2014 11:23

        Félicitation pour vos articles, toujours construits et documentés. A conserver pour ma part, dans les dossiers économiques.

        On attendrai plutôt ce genre de dossier dans le Nouvel Obs, Marianne, Le Monde. Ils peuvent le faire bien sûr sauf que.. ils ne feront jamais étant soumis aux actionnaires de ces médias mainstream qui sont la main dans laquelle ils mangent.
        Bien vu aussi de faire le pont entre ces projets économiques ET de régression sociale avec le fond de la politique officielle harmonisée des US et UE qui est celle du capitalisme mondialisé (robotisé, informatisé, financiarisé) une Europe « succursale » qui pousse l’Ukraine à se révolter de son partenariat avec la Russie par volonté hégémonique -impérialiste occidentale- sous couvert du mot magique de « démocratie » (formelle et bourgeoise, non représentative de fait).
        C’est la répétition historique relatée dans livre de Naömie Klein : « La stratégie du Choc » ou tout est dit. 

        • Richard Schneider Richard Schneider 24 mars 2014 16:29

          Bon article. Il faudrait que ce genre d’info se multiplie, car ce qui nous attend est mortifère pour notre système républicain.

          Bien en accord avec Dany romantique :  ce n’est malheureusement pas dans le N.Obs, l’Express etc … que l’on trouve ce genre de dossier.

        • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 24 mars 2014 13:12

          Trahison des élites élues.
          Ne votez pas !
          La démocratie, la vraie, c’est le pouvoir au peuple. Sans intermédiaire.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2014 13:15

            Pour ne pas avoir le moral dans les chaussettes, il faut commencer à envisager de sortir de ce piège européen. Je sais, c’est dur, le rêve européen est tenace...

            * Les européistes nous prédisent l’apocalypse ! Comme si le reste du monde, qui n’y est pas, se suicidait chaque matin...

            * « Vous serez isolés ! » Les autres pays du monde sont isolés ?

            * Et puis, il y a ceux qui promettent que demain, l’ UE , grâce à eux bien sûr, sera autre chose qu’une machine à ruiner les peuples...

            * Et puis il y a le FN, que tout le monde dit qu’il veut sortir de l’UE, alors qu’il ne veut que « renégocier les Traités ». Faut pas dire comme le FN, alors restons dans l’ UE ! Sinon, les européistes vont nous traiter de fachos...

            Il faut se faire une raison, cette construction européenne a été organisée par les USA, et pas du tout pour nos beaux yeux !

            Il faut reconnaître que De Gaulle, Chavez, Poutine, et les leaders sud américains ont raison : l’indépendance et la souveraineté imposent de lutter contre l’impérialisme américain, qui veut sauver le dollar sur notre dos.

            La seule issue, c’est de sortir de cette Union européenne, qui négocie dans notre dos et contre les intérêts des Nations européennes.

            La Nation n’est pas un gros mot, c’est une idée de Gauche :
            « Le peuple est souverain ! ».

            C’est la colonisation et la perte de souveraineté qui sont des idées néolibérales du Nouvel Ordre Mondial.

            Aux élections européennes, l’ UPR présentera des listes : « Pour la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, définitivement, par l’article 50. »

            Comme le propose aussi l’ EPAM, Parti de Gauche grec :
            « Union sans condition pour sortir de l’ UE et de l’euro »


            • Hermes Hermes 26 mars 2014 14:04

              Bonjour, et merci tout d’abord pour cet article qui met sur le devant un sujet majeur que la classe politique fait TOUT pour l’occulter.

              Concernant l’article de Fifi, il y a hélas un verrouillage constitutionnel difficile à surmonter. Je tenterai de l’expliquer dans un prochain article.


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 mars 2014 13:19

              @ l’auteur

              Bonne analyse.
              @Wesson et JL
              Idem.
              Ceci, qui n’a pu vous échapper :« Un aveu » billet de J. Sapir sur

              • Graffias Graffias 24 mars 2014 13:19

                Bonjour

                C’est difficile à croire que l’Europe sera transformée et détruite comme le mexique avec la libre circulation. Et pourtant. La libre circulation c’est la libre circulation de tout mais surtout du pire.
                Et puis Goldman Sachs qui s’est implanté en suisse avec son département matières premières après avoir éliminé JP morgan attendez vous à une inflation à la weimar.
                Soit l’Europe met dehors les yankees soit c’est la mort de l’Europe. 


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2014 19:03

                  Graffias,
                  L’UE a été construite pour qu’ils s’installent et s’y épanouissent, pas pour les chasser...


                • Jelena XCII 24 mars 2014 14:37

                  >> L’Ukraine constitue cependant l’enjeu essentiel. Le processus d’expansion de l’Union européenne et de l’OTAN est en cours.

                  Les amerloques disaient la même chose de la Serbie, au plus tard en 2004, elle ferait partie de l’UE et intégrerait l’Otan.

                  En 2014, soit 10 ans après la date fatidique, la Serbie ne fait toujours pas partie de l’UE et elle a signée un pacte d’alliance militaire avec la Russie.


                  • Aldous Aldous 25 mars 2014 07:52

                    Les Serbes, même vaincus, ont de l’honneur et du courage.


                  • la vergonha 26 mars 2014 14:01
                    @Aldous et Jelena XCII
                    Sauf que la candidature de la Serbie a été acceptée en 2012 (remarquez quand même que les sondages donnent une opinion publique tout juste en faveur de l’adhésion avec beaucoup d’indécision...). Si la Serbie ne fait pas encore partie de l’UE, c’est qu’elle ne respecte pas encore les conditions d’admissibilité, et non qu’elle ne veuille pas adhérer.

                  • Cassiopée R 24 mars 2014 14:49

                    Post guerre mondiale, les Etats-Unis sont la plus grande plaie qu’ait connu la Terre.


                    Surtout avec ses nombreux dégâts sur l’environnement et le réchauffement climatique.

                    • Robert GIL ROBERT GIL 24 mars 2014 16:54

                      la planete n’a absolument rien a craindre, quoi qu’il arrive elle s’en sortira et inventera de nouvelle forme de vie...l’homme lui, aura disparu !

                      voir : LA PLANETE RIGOLE


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2014 19:27

                      Demosthène,
                      Si, si, ils ont un nom et une adresse...

                      Les dérégulations financières et bancaires ont été négociées par le Trésor Américain et 4 ou 5 grandes banques, parfaitement identifiées, dans un accord mondial à l’ OMC.

                      «   Le Trésor américain accusé d’avoir vendu le monde aux Banquiers »

                      Quant aux USA, c’est justement parce qu’ils sont à la ramasse qu’ils essayent de sauver le dollar sur notre dos.

                      « 6 domaines où les USA ont un palmarès du Tiers Monde »


                    • elpepe elpepe 26 mars 2014 02:07

                      votre réflexion est le fondement de l’écologie intelligente, cad avant tout au service des hommes.


                    • paul 24 mars 2014 14:57

                      Ben non, l’objectif US avec le gaz de schiste (GdS) n’est pas d’être rentable, pas plus en Ukraine qu’aux EU où la bulle ne tardera pas à se dégonfler . L’objectif est :

                      - que Kiev croit pouvoir se passer du gaz russe . Il est en cela conseillé intensivement par « l’ONG » (ouarf !) américaine UNSAID . Vu que la protection de l’environnement est inexistante et que de plus, l’UE vient d’annuler la nécessité d’études d’impact pour les GdS (avant les européennes : bien joué) tous les espoirs sont permis pour le pillage ...
                       - fournir aux compagnies US déjà sur place des perspectives très intéressantes de prospection et d’exploitation : le raisonnement (primaire) c’est drill baby, drill , comme aux states où un forage est payé par le suivant (payé in fine par les c... qui y croient) . Sans parler des dégâts indirects, payés directement par les habitants . 

                       Shell et Chevron sont à pied d’œuvre pour le gaz de schiste de Yukovska et Olesska (voyez que ce n’est pas une légende). ExxonMobil pour l’exploitation du champ gazier et pétrolier de Skifska en Mer Noire : un contrat de 11 Md de $ . 

                      Démocratie comprise dans ces contrats ! 


                      • paul 24 mars 2014 16:11

                        Pas de lien vers mon blog mais celui d’une économiste :
                         www.bilan.ch/ myret-zaki/ redaction-bilan/ cette-guerre-froide-nest-pas-ideologique


                      • Robert GIL ROBERT GIL 24 mars 2014 15:28

                        L’accord commercial anti-contrefaçon (mieux connu sous le terme ACTA) s’inscrit dans la même logique : les gouvernements européens s’apprêtaient à ratifier des reculs considérables en termes de respect de la vie privé, des droits des citoyens sur internet, d’accès aux médicaments génériques ou d’utilisation de semences paysannes pour mieux complaire aux désidératas de l’industrie. Le traité a finalement été rejeté suite à une mobilisation citoyenne sans précédent en Europe.

                        La négociation d’un accord transatlantique entre l’Union européenne et les Etats-Unis, qui a débuté en aout 2013, se situe lui aussi pleinement dans la rhétorique de la compétitivité. Pour l’emploi, donc pour la croissance et la compétitivité de l’industrie européenne, il s’agit de supprimer les « barrières » au commerce et à l’investissement que constituent les normes sanitaires, écologiques, sociales............

                        voir : QUAND LA COMPETITIVITE INTOXIQUE LA SOCIETE


                        • alinea Alinea 24 mars 2014 15:50

                          N’ayant pas eu le courage de faire le travail que vous nous donnez ici, j’avais envoyé la conférence de Raoul Marc Jennar en article sur AvoxTV ; celui-ci n’a pas été validé.
                          Je vous remercie donc particulièrement ; permettez-moi de joindre à ce post le lien vers cette conférence :
                          http://www.youtube.com/watch?v=n08NAQSn4nw&feature=em-share_video_user


                          • favari favari 24 mars 2014 17:18

                            Retrouvez toutes les informations actualisées ainsi que mon analyse dans mon ouvrage « UE-USA, les enjeux de l’accord de libre-échange, les coulisses du TAFTA » à paraître le 11 avril 2014 aux éditions Yves Michel
                            http://www.yvesmichel.org/product-page/livres-a-paraitre/europe-etats-unis-les-enjeux-de-laccord-de-libre-echange
                            et protester en signant ma pétition sur :
                            http://www.petitions24.net/nous_protestons_contre_le_traite_transatlantique
                            Merci d’avance, Danièle Favari,
                            Juriste de l’environnement et droit européen de l’environnement, Membre expert de la « Fabrique écologique », Auteure de « Les vrais dangers du gaz de schiste » et de "Europe-Etats-Unis, les enjeux de l’accord de libre-échange" aux Editions Yves Michel et d’articles dans la revue Nexus, blogueuse dans le Huffington Post, Slate.fr.


                            • leypanou 24 mars 2014 19:37

                              @joyeusetés :

                              Vous auriez pu aussi parler de l’or allemand qui s’est fondu lors de sa restitution par l’empire ! J’ai aussi lu que l’or ukrainien a disparu !

                              L’empire ne fait pas de cadeau.


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2014 19:19

                              Au fond, beaucoup ont l’air masos...Ils constatent que les accords transatlantiques vont être un désastre, mais surtout, restons dans l’ UE, juqu’à ce qu’on en crève !
                              Qui pourront nous aider quand nous seront dans l’ Etat de la Grèce ?

                              Une belle et grande réussite, cette Europe de la prospérité, n’est -il pas ?

                              * 120 millions d’européens menacés par la précarité.
                              * 50 millions qui vivent dans un foyer où personne ne travaille.
                              * 43 millions qui n’ont pas les moyens de se nourrir correctement.
                              * au moins 4 millions de sans abri. (Chiffres Eurostat)

                              Et vous vous étonnez que les électeurs n’ aient pas envie de vous suivre dans vos poursuites des chimères d’ Autre Europe ?

                              La lutte contre l’impérialisme américain est la principale préoccupation des Etats sud Américains.

                              Chavez expliquait dans chacun de ses discours qu’il n’y avait rien de plus essentiel que l’amour de son pays, que le patriotisme, l’indépendance et la souveraineté des Etats.

                              « La leçon de Chavez à l’ Empire »

                              NB : Patriotisme, à ne pas confondre avec le nationalisme qui est la haine des autres. Certains rejettent l’idée de Nation qu’ils assimilent au nationalisme. 

                              « La haine de la Nation est l’internationalisme des imbéciles » Jacques Sapir.


                              • Antoine Diederick 25 mars 2014 09:29

                                Il faut résister à ce nouveau « machin ».

                                En se documentant même partiellement, très vite, il apparait que ce sera une catastrophe pour l’ensemble de L’Europe.

                                Nous ne sortirons pas de cette crise grave (endettement publique, désertification économique, transition énergétique ,etc ...la liste est longue) sans l’initiative de nos Etats respectifs (ou/et unis ds le même élan) pour impulser de nouvelles politiques d’avenir.

                                Après 30 ans d’hédonisme ridicule qui a amolli nos cerveaux et nos coeurs et notre esprit sinon nos corps eux aussi, il faut se réveiller.

                                Il faut résister.


                                • Hervé Hum Hervé Hum 25 mars 2014 10:26

                                  La mondialisation telle que la rêve l’oligarchie est un enfant mort né. Autrement dit, il ne peut survivre à sa propre naissance.

                                  Pourquoi ? parce que la mondialisation fait apparaître de facto l’alternative à la concurrence, la coopération. En effet, comment prétendre faire un accord de coopération pour instituer la concurrence ? Comment prétendre faire la paix pour favoriser la guerre ? C’est un contre sens qui pour apparaître au grand jour doit occuper tout l’espace pour que l’évidence ne soit plus déni. Aussi, pour contrer ce risque, la stratégie est de réactiver les vieilles peurs avec le meilleur des ennemies, la Russie.

                                  Mais cela ne devrait pas suffire, la seule véritable manière pour l’oligarchie d’assurer son emprise sur les richesses est de provoquer des catastrophes à répétition. Le problème étant que ces catastrophes peuvent détruire ces mêmes richesses !

                                  Enfin, cet accord, s’il est signé, signe la fin de l’oligarchie, car il n’aura pas été signé par les citoyens des pays concernés et la fracture de classe apparaîtra comme la véritable cause des crises sociales et économiques.

                                  Chaque chose en son temps, ce traité doit faire émerger , signer l’alternative économique et sociale au système actuel. Sans le savoir, il y travaille ardemment.


                                  • mortelune mortelune 25 mars 2014 11:10

                                    Superbe ! Merci à l’auteur


                                    • nonmerci 25 mars 2014 11:19

                                      Le Traité Transatlantique n’est pas signé !

                                      Les français sont intéressés par le Traité, il suffit d’en parler avec eux ou de leur donner quelques informations.

                                      Pourquoi ce silence dans les « Grands médias » (presse, tv ,,,) ? Ils n’en parlent pas, ne font pas leur travail d’information !

                                      - Un collectif unitaire « StopTAFTA » a été crée en France.
                                      - En Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Royaume-Unis il en est de même. Ces collectifs se sont réunis avec des représentants « StopTafta » de toute l’Europe à Bruxelles pour coordonner leurs actions avant les élections européennes, des manifestations à Berlin, Bruxelles et Paris ont fait le plein..
                                      - En France des collectifs locaux se montent (comme cela a été le cas pour lutter contre les gaz de schiste . il y a plus de 250 collectifs « gaz de schiste non merci  »)
                                      - En France des conférences sont programmées pour avertir les français des dangers du traité transatlantique en cours de négociation. ---> http://stoptafta.wordpress.com/conferences-reunions-des-collectifs-locaux/
                                      - Les régions Ile de France et PACA, les villes de Besançon et Niort se sont déclarées « Hors Tafta » et le région Auvergne « contre le Traité (tafta)

                                      - Signez la pétition « PROTÉGEONS NOS COMMUNES, DÉPARTEMENTS, RÉGIONS … DÉCLARONS LES HORS TAFTA  ! »

                                      Toutes les informations et l’actualité à ce sujet sur —> http://stoptafta.wordpress.com/

                                      - Rejoignez un collectif local »StopTafta » ---> http://stoptafta.wordpress.com/les-collectifs-locaux/



                                      • Antoine Diederick 25 mars 2014 12:45

                                        En réfléchissant bien, si ce TAFTA passe à l’Europe sans consultations des peuples, la messe sera dite. C-à-d, que nous pourrons tous constater que l’institution européenne se moque de nous.


                                        • Antoine Diederick 25 mars 2014 13:08

                                          je remets ici le lien, qu’Alinéa, je crois me souvenir, avait déposé sur un fil de discussion agoravoxien. A 1 hr. 20. allusion à l régulation (perso je suis attaché à la régulation par l’Etat national) : de la subtilité et de l’usage du mot régulation, vous pourrez le constater.

                                          Et donc, des problèmes constitutionnels pourraient apparaître (mon interrogation fera plaisir à certains).

                                          J’ai en mémoire une conférence d’un constitutionnaliste canadien à propos des injonctions états-uniennes à ce sujet , surtout mal ressentis pas les canadiens français....


                                        • kéké02360 25 mars 2014 21:29

                                          Luttons à tous les niveaux , gaz de schiste, nucléaire et aussi ici :

                                          https://www.youtube.com/watch?v=DD6AUGjwi10#t=49 

                                          https://www.facebook.com/criigen

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès