Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Sarkoléon nouveau est arrivé : plan de rigueur de 7 milliards

Le Sarkoléon nouveau est arrivé : plan de rigueur de 7 milliards

C’est depuis le ministère des Finances que Sarkoléon a présenté son plan de rigueur de 7 milliards d’euros à grappiller en quatre ans, concocté par la récidiviste Commission de modernisation des politiques publiques (CMPP). Après avoir dépensé 15 milliards en cadeaux fiscaux stériles et admis que « les caisses sont vides », c’est sur les pauvres, les chômeurs et les fonctionnaires que le président va se concentrer pour « rationaliser » les dépenses. 166 mesures après une autre centaine en décembre, et les deux cents et quelques du rapport Attali. Comme pour noyer le chaland sous la masse des lubies présidentielles.

Etrangement, personne n’arrive à se procurer cette fameuse liste de propositions forcément révolutionnaires. D’ailleurs, au cas où le494284 citoyen l’eût oublié, il s’agit bien de « réformes » et de « rationalisation » pas de rigueur, ce mot tabou qui pourtant revient orner les discours politiques régulièrement hors périodes électorales. La seule source que j’ai pu trouver est quasiment invérifiable, mais la plupart des mesures ont été pompées sur le rapport Attali (rédigé avec la bénédiction de l’OCDE et l’aide généreuse de l’Institut Montaigne de Bébéar, l’ex-PDG d’Axe, temple du néo voire ultralibéralisme à la française) et sur le rapport Camdessus (une prière néolibérale en règle que Sarko avait commandée à celui qui était directeur du FMI pendant les crises en Amérique latine et en Asie).

Aujourd’hui, on sait que l’inflation sera autour de 3,5, voire 3,8 % en 2008, et la croissance en dessous de 1,8 %. Les prix grimpent, les salaires, quant à eux, selon le credo néolibéral, doivent stagner absolument pour limiter cette inflation. Car, si on augmente les salaires, les prix vont encore augmenter. C’est donc à la classe moyenne d’éponger l’ardoise, les pauvres étant relégués aux Restos du cœur depuis vingt ans. Sarko a choisi : les 15 milliards du paquet fiscal (sur lequel il ne compte pas revenir) c’est pour les riches, pas pour le populo.

Comme en décembre, sous couvert de « modernisation » et de « rationalisation », on nous sort des mesurettes qui relèvent davantage du replâtrage que de la « réforme ». Le tout dans un langage digne d’un étudiant sorti d’une école de management à l’américaine. D’ailleurs, comme le mentionne Marc Lainé dans Le Monde diplomatique de décembre 2007 : 26 équipes d’audit (des comptables spécialistes des économies de bout de chandelle qui ne connaissent rien ou trop peu des domaines sur lesquels on leur demande de faire ces audits) parmi lesquels des consultants privés (évidemment) et des contrôleurs de l’administration, soit environ 200 personnes qui sont occupées depuis le mois de juin 2007 à chercher ce que l’Etat peut économiser sur ses 1 000 milliards de dépenses annuelles. Et six mois plus tard, miracle, presque tous les secteurs ont été entièrement analysés, et nous voilà des centaines de mesures de rapiéçage après les 15 milliards du paquet fiscal.

Marc Lainé et Les Echos citent parmi les cabinets de consultants qui auront le grand privilège de casser le service public : Mc Kinsey - Accenture, Ernst & Young, Capgemini, Boston Group Consulting, Bearing Point, BCG, Lazard, Roland Berger. Bref, que du beau linge qui va avoir des beaux contrats pleins de zéros pour nous dire comment faire des économies. Sarko en a conclu qu’on dépensait donc 150 milliards de trop par rapport à l’Allemagne (et chacun sait que comparaison est forcément raison !).

Prenons donc les mesures qui sont accessibles via les médias aujourd’hui.

  • Fonctionnaires :

- un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite ne sera pas remplacé, c’est le chef qui l’a dit (et redit). C’est donc 11 000 postes enfonctionnaires_chiffres moins dans l’Education nationale en 2008, et 16 000 en 2009. Chose tout à fait logique, Sarko a promis de reverser aux fonctionnaires la moitié des 4 % d’économies annuelles qu’il compte faire grâce à cette super mesure.

  • Logement :

- baisse de 10 % du plafond des ressources nécessaires pour avoir droit à un HLM. Le but est que seulement 60 % des Français puissent prétendre à un logement social ;

- le loyer des HLM sera indexé sur les prix (vu l’inflation ça va être sympathique) ;

- augmentation des surloyers (pour ceux qui gagnent trop pour le loyer d’un HLM) ;

- augmentation de la vente de logements sociaux (ce qui, si l’on ne construit pas plus de HLM, restreindra forcément l’accès aux logements sociaux par ceux qui en ont besoin).

  • Santé :

- création des agences régionales de santé ayant des accords avec l’assurance-maladie (dans le cadre de la future loi sur l’organisation de la santé déjà annoncée pour la rentrée) ;

- une « meilleure » organisation (= rationalisation - des dépenses bien sûr) de l’hôpital. Après la « rationalisation » de la carte judiciaire, on va bien rigoler encore une fois. Mais rassurons-nous, Le Monde affirme qu’il s’agit de « renforcer l’efficacité de notre système de soins. C’est grâce à cette organisation nouvelle que les priorités sanitaires pourront être encore mieux satisfaites qu’aujourd’hui et que des transformations indispensables pourront se développer  » (on croirait lire le communiqué de presse !) ;

- fusion des missions d’expertise et d’audit hospitalier. Ca veut simplement dire qu’au lieu de faire des expertises neutres dans les hôpitaux, on va chercher à faire des économies, à « rationaliser », comme ils disent. Mais les pros de l’audit, dans les hôpitaux, ne sont pas des professionnels de la santé, juste des comptables. Avec ça, la qualité de soins est assurée... ;

- pour les administrations de la santé et de la solidarité, création d’Agences régionales de santé (ARS) intégrant le médico-social et associant l’Etat et l’assurance maladie (avec les services "santé" des DDASS et DRASS, les actuelles ARH, les URCAM...). Encore des économies d’échelles, et la régionalisation de la santé.


  • Economie :

plantu- création d’une Haute Autorité pour garantir l’indépendance des statistiques (on se rappellera la polémique sur les chiffres du chômage que l’Insee a refusé de publier pendant la campagne et jusqu’à cet automne, ou la coupure des crédits pour l’Observatoire de la délinquance, qui ne dispose plus que des chiffres de l’Intérieur...) ;

- création d’une Haute Autorité de la concurrence (super, l’AMF ou la répression des fraudes ça sert à quoi alors ?) ;

- aide à l’innovation surtout pour les entreprises de moins de 5 000 salariés ;

- création d’un Centre national d’appel pour les consommateurs (si ça peut leur éviter les class action, pourquoi pas ?).

  • Emploi :

- contrats aidés que pour les plus éloignés de l’emploi : bénéficiaires de minima sociaux et chômeurs de catégorie 3 ;

- fin des dispositifs qui favorisent les départs anticipés des seniors ;

- les exonérations de charges liées aux contrats aidés seront limitées dans le temps. C’est bien, comme ça on aura encore plus de turn over dans les emplois précaires.

  • Administration :

- suppression d’une trentaine de structures d’administration centrale ou d’organismes divers en rapprochant celles aux missions complémentaires (ex. : fusion service statistique du ministère de l’Industrie avec ceux de l’Insee, ou fusion des impôts et de la comptabilité publique, autorité commune pour la police et la gendarmerie, cette dernière passant elle aussi sous la coupe du ministère de l’Intérieur) ;

- augmentation des papiers administratifs et fiscaux à remplir via internet (impôts, taxe d’habitation, taxe foncière) ;

- simplification des marchés publics... (Fillon demandait même la suppression du Code des marchés publics, histoire d’être plus transparents sûrement) ;

- allègement du Code de procédure pénale... Diantre, on craint le pire pour les suspects ;

- selon Les Echos : « limitation des consultations préalables avant l’édiction d’un texte »... C’est sûr que ça va simplifier les choses, bientôt plus personne ne sera consulté, ce sera encore plus simple ! ;

- toujours selon Les Echos : « allégement du contrôle financier », oui on peut aussi dépénaliser la fraude fiscale, aussi, ce sera plus simple ! ;

- créer huit grosses structures centralisées pour les différentes institutions régionales. Je suis assez perplexe quant à la cohérence de ce genre des mic mac, mais soit ;

- une trentaine d’ambassades seront transformées en « postes de présence diplomatique » ;

- automatisation du contrôle des étrangers aux frontières, notamment dans les grands aéroports ;

- "évaluation extérieure de l’accueil physique et téléphonique des ministères". En dehors du fait que je ne vois pas bien l’ampleur des économies qu’on réalisera, je constate qu’encore une fois c’est le privé qui sera chargé d’évaluer les performances du public. Aucun conflit d’intérêts bien sûr ! ;

- réduction de ce qu’ils appellent les « missions périphériques » de la police et de la gendarmerie, comme l’escorte judiciaire ou la sécurité des « centres de rétention » pour les étrangers. Ca veut dire que ces missions seront confiées au privé, avec tout ce que ça implique ;

- externalisation du recueil des demandes de visa, les consulats se concentrant davantage sur du contrôle hiérarchisé. Externalisation = confier au privé encore une fois. A la longue, on peut se demander s’il s’agit d’un démantèlement des fonctions régaliennes de l’Etat (enfin, celles qui lui restent). Et puis, comme tous les services publics privatisés, on sait que le service, puisqu’il devra être « rentable », se dégradera forcément ;

- rapprocher dès que possible les services de l’État et les services d’opérateurs dont le mode d’intervention et les missions sont proches. En gros, encore une fois, on fait rentrer le privé dans des missions qui sont du ressort de l’Etat. La logique de rentabilité deviendra donc très vite la règle dans nombre d’administrations où le but est encore d’assurer un service.

  • Enseignement supérieur :ouvrier_specialise

- en gros, on va nous « redéfinir » les rôles du public et du privé dans les collaborations public privé. Ainsi, ce sera « simplifié », et évidemment le public n’en sortira pas vainqueur ;

- le recrutement des chercheurs (dans les universités) devra davantage tenir compte des « besoins » (des entreprises, donc ?) ;

- développement d’un système centralisé pour évaluer les coûts (et les gains) des universités et laboratoires, et ce avec le corollaire qui est un financement « fondé sur les performances ». Le seul problème avec ce genre de principes, c’est : quels critères ? Définis par qui ? ;

- augmentation des financements sur projet pour la recherche. Donc, on aura les domaines jugés intéressants (comprendre : « rentables ») qui seront financés et les autres, ben non... ;

- évolution des modalités de définition des priorités nationales de recherche. Certes, mais dans quel sens ? Le flou artistique est maintenu sur la plupart des « mesures » de ce genre, plutôt nombreuses dans la liste.

  • Social :

- lutte contre la fraude aux prestations sociales (on rappellera que depuis deux mois Sarko a la liste de « quelques centaines  » de contribuables français ayant placé de l’argent au Lichtenstein, et rien ne vient même s’il s’agit de plusieurs milliards d’euros). Donc on va "lutter contre la fraude" grâce à l’automatisation des contrôles des Caisses d’allocations familiales et le développement des échanges informatiques entre les administrations. Big Brother arrive... ;

- fin très probable du Revenu de solidarité active, qui devait favoriser le retour à l’emploi en versant encore quelques euros.

  • Armée :

- selon Le Monde : «  les armées vont voir l’organisation de leurs fonctions de soutien (près de 60 % de l’effectif) profondément transformée, par une mutualisation de moyens (notamment interarmées), qui permettra de mettre fin à l’émiettement excessif des responsabilités. De véritables "bases de défense" unifiant les fonctions supports seront constituées. Ces réformes seront complétées en fonction des conclusions du livre blanc sur la défense portant sur les priorités stratégiques et opérationnelles de nos armées ;

- à l’étranger, l’action de l’État va être unifiée entre les différents services, sous l’autorité de l’ambassadeur, et mieux proportionnée aux enjeux diplomatiques, consulaires, économiques ou culturels. » On note qu’il n’est pas vraiment question de diminuer le budget, d’ailleurs on n’a pas le droit, c’est écrit dans le Traité de Lisbonne qu’on doit militariser davantage. Et puis ça plairait pas à Bush junior.

En conclusion, on observe que ces mesures ressemblent davantage à de simples économies d’échelle qu’à des réformes de fond, pensées pour faire des économies intelligemment. Nombreuses car inefficaces, diverses car sans orientation définie au préalable. On colle un pansement sur une fracture ouverte, en somme. Comme d’habitude, Sarkoléon privilégie simplement la quantité à la qualité, prenant ouvertement les gens pour des cons, espérant qu’on n’aura pas le courage de lire cette énième liste de « mesures » ultraréformatrices.

Car, après avoir dépensé de manière aussi inutile que complaisante la maigre marge de manœuvre qu’il restait au pays après douze ans de droite, que peut faire Sarko pour économiser en sachant que les dépenses sociales, logiquement, ne feront qu’augmenter ? (cf. crise immobilière américaine, chômage, augmentation des retraites...)

Car, en réalité, c’est depuis que Sarko a annoncé son programme, lors de la campagne, que la gauche pointe le caractère inconséquent de son programme économique, avec des dépenses infructueuses et aucune rentrée concrète. Mais, il n’y a pas que la gauche à avoir critiqué depuis le début l’irréalisme du président. Le Financial Times, que l’on ne peut soupçonner de gauchisme, dénonçait lui aussi - notamment - la volonté de favoriser les emplois aidés (sur lesquels il revient peu à peu d’ailleurs, faute d’argent et faute de résultats évidemment), la réforme du droit de succession ou l’abaissement du plafond fiscal. Mais surtout, c’est le financement de toutes ces mesures, que le journal évaluait alors à 29 milliards d’euros par an, qui laissait perplexe ce quotidien, puisqu’il n’était absolument pas prévu. FT parle même de « reaganisme à la française ». De belles réformes, donc, très chères, mais sans financement particulier ces mesures allaient obligatoirement creuser le déficit des comptes. C’est ainsi que, huit mois plus tard, Sarko nous dit que « les caisses sont vides », et Fillon que « l’Etat est en faillite ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 8 avril 2008 12:04

    J’ai à peine commencé à lire ce pavé indigeste qu’est la RGPP. Ca m’a l’air en premier abord d’un texte surtout comique, le genre de slides que les consultants projettent pour trouver un prétexte pseudo-intellectuel pour boire du café et manger des biscuits au chocolat.

    Mais il me semble aussi qu’il y a un certain nombre de coups de vice cachés dans les coins et dont personne n’a encore trop parlé, comme la suppression de la réduction "famille nombreuse" dans les trains.


    • Ceri Ceri 8 avril 2008 12:53

      oui, avec ce genre de mesures l’essentiel est dans le détail, et on risque de mettre un peu de temps avant de comprendre les implications d’une grande partie des "réformes" de ce texte.

      y’a pas grand chose de nouveau là dedans mais ils en profitent quand même pour enfoncer le clou sur le "social" sur l’enseignement supérieur par ex.

       

      a suivre, apparemment ils nous préparent un nouvel opus pour cet été...


    • lavabo 8 avril 2008 13:45

      @ l’auteur,

      merci pour ce billet fort intéressant. je vois quand même pas comment toutes ces mesures même mises bout à bout permettront de renflouer les caisses de l’état........ enfin on verra Sarko a dit Sarko fera.

      Juste un petit point sur l’enseignement supérieur : les financements sur projets existent déjà et depuis pas mal de temps. En général ce sont des financements état (par le biais d’une de ces agences : ADEME, CEA, Institut Pasteur....) - entreprises. Le but est de donner favoriser des labos publics sur des sujets dits "brûlants". D’un autre coté, les financements publics (venant directement du ministère de la recherche) sont répartis de manière plus ou moins équitable entre toutes les universités. J’ai cependant peur que les mesures annoncée ne soient la fin de ce type "équitable" de financement.

      Au fait j’ai pas encore vu Lerma,


    • tvargentine.com lerma 8 avril 2008 14:22

      Mon pôvre ami !!!!!! c’est affreux affreux affreux !!!!! encore 4 ans et peut etre 9 ans à subir pour vous Nicolas Sarkozy et Carla Bruni et les réformes pour optimiser l’administration française afin de redynamiser l’activité économique et sociale de notre pays

      Il vous reste à attendre les beaux jours et le programme du PS => Paris Plage

      Si le comité de soviet suprème (pardon,de rédaction troskiste) m’autorise à publier prochainement un article je vous écrirais la réalité des réformes sur les points que vous soulevez

       

       


      • Dégueuloir Dégueuloir 8 avril 2008 18:32

        pauvre Lerma,je te plains...si,si,sincèrement......


      • millesime 9 avril 2008 11:19

        @lerma

        vous qui connaissez si bien le Président, demandez lui de vous communiquer cette fameuse liste des français qui ont planqué "leur fric" au Lichtenstein, et vous la faite circuler sur Agoravox histoire que l’on s"amuse un peu .... !


      • valere valere 8 avril 2008 14:25

        Réformes, rationalisation, que de mots pour dire la même chose : rigueur.

        Avec Sarko qui est franc comme un âne qui recule, on ne saura qu’au dernier moment ce que cet apprenti sorcier nous a concocté pour « redresser la France ». Sarkomaniac doit avoir peur que la rue se révolte.

        Dans tous les cas, on peut déjà faire une croix sur ce qui a été promis durant la campagne. Tout le monde l’aura compris, les promesse étaient l’appât que Sarkodingue avait mit au bout de sa canne de futur plus grand menteur et ringard de France.

        Malheureusement, je m’attends au pire. Les pauvres et les très pauvres ont du soucis à se faire.

        Mais rassurons nous, au gouvernement tout le monde vivra riche et heureux.

        En plus d’ici 4 ans ils auront tous eu le temps de foutre du blé au Lichtenstein. Parce qu’avec les cumulards de chacun, ils doivent en avoir du fric à dépenser.

        Le pouvoir d’achat, la plupart ne doivent même pas savoir à quoi ça sert !


        • tvargentine.com lerma 8 avril 2008 14:33

          Visiblement vous semblez pas connaitre le mot "rigueur"

          Je l’ai connu à l’époque et il a fait mal sur la feuille de paie et la feuille d’impôt et sans parler des restructurations industrielles (pertes et suppressions d’emplois industrielles par centaines de milliers)

          En ce qui concerne notre époque,le gouvernement n’est pas responsable du prix des matières premières qui continue à flamber (1,50 le litre de 95 !) le blé qui à augmenté depuis le début de l’année de 70% et les fruits et légumes qui flambent avec le réchauffement de la planête

          Alors,ne pas mélanger le mot RIGUEUR et encore moins le mot RESISTANT qui correspondaient à une autre époque de l’histoire de France

           


          • lavabo 8 avril 2008 14:58

            @Lerma,

            le blé qui à augmenté depuis le début de l’année de 70% et les fruits et légumes qui flambent avec le réchauffement de la planête

            Vous avez plus ridicule comme argument ?


          • Charles Ingalls Charles Ingalls 8 avril 2008 16:56

            (Lerma) "les fruits et légumes qui flambent avec le réchauffement de la planête"

            Bof...Moi j’aime bien les bananes flambées...


          • Dégueuloir Dégueuloir 8 avril 2008 18:34

            les bonnes poires au sirop ,c’est pas mal non plus.....


          • aquad69 8 avril 2008 15:42

            Bonjour CERI,

            "Automatisation du contrôle des étrangers aux frontières" ? Qu’est-ce donc que celà ???

            Vous mettez une pièce de deux Euros dans la fente de l’appareil, et le tapis roulant se met automatiquement en route pour vous embarquer dans le charter ?

            --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

            Sérieusement, toutes ces mesures ne vous rappellent rien ? Rappelez-vous l’époque des grandes OPA sur entreprise, quand certains PDG, connus pour être des spécialistes de la casse, ont préparé le démantèlement et le rachat de leur propre groupe sous forme de pièces détachées.

            C’est l’impression que l’on a aujourd’hui : l’équipe actuelle est là pour casser un maximum de choses. Une fois ce travail effectué, même si les nouvelles mesures se révèlent catastrophiques, de toutes façon, on ne pourra plus revenir en arrière...

            Cordialement Thierry

             


            • Gilles Gilles 8 avril 2008 17:30

              Aquad69

              ""Automatisation du contrôle des étrangers aux frontières" ? Qu’est-ce donc que celà ? ?  ?"

              Simple, tu présentes ton passeport sur un appareil qui y lit les informations (ça existe déjà au passage). Ou alors un système de lecture biométrique. Tout ça compare en deux secondes tes données avec une base de donnée de flicage

              Si la lumière est verte la barrière se lève... si elle est rouge la sirène se déclenche et trois condés qui jouaient à la belotte dans un coin débarquent.

              proposition pour plus d’économie Si lumière rouge, un alors un filet tombe du plafond sur toi, une trappe s’ouvre, un anhestésiant est vaporisé et hop dans le chariot pour le vol de retour


            • valere valere 8 avril 2008 16:17

              @Lerma : "En ce qui concerne notre époque,le gouvernement n’est pas responsable du prix des matières premières qui continue à flamber (1,50 le litre de 95 !)"

              Pouvez me dire combien de taxes en % l’etat se prend sur les 1, 50 Euros du litre de 95 ? Pour ma part il me semble que cela doit être près des 80%. Sur les 1,50 Euros, l’etat se fout 1.20 Euros dans les poches.

              Et vous dites que l’Etat n’y peut rien ???

              On ne doit pas vivre sur la même planète.


              • wizi 8 avril 2008 16:42

                Il serait interessant de suivre à qui va le plus profiter la privatisation de certains domaines publiques. Des fidèles de Sarko qui ouvriront des boites en situation de monopoles ?

                Et qui va payer encore plus cher les services qui étaient publique avant, pour offrir une rente à une personne ?

                (on l’a déjà vu avec l’entretien des radars automatiques : c’est une boite privé en situation de monopole, qui touche 2% de toutes les amendes automatiques(!), tenue par le frère de De Robien, le ministre de la sécurité routière de l’époque...)

                La RGPP, ça va mettre beaucoup de monde dans la merde, ça fera plus payer le français moyen, mais ça profitera sûrement à un petit nombre...On commence presque à être habitué.


                • tvargentine.com lerma 8 avril 2008 16:59

                  La RGPP est une très bonne réforme qui a été voté par tous les députés

                  Elle va permettre de savoir si l’argent va bien à sa destination finale

                  Un peu de culture pour se faire une idée

                  http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr/cmpp4-4-8/

                  Je n’ai rien à ajouté,il suffit de lire

                   

                   


                  • Gilles Gilles 8 avril 2008 17:41

                    Lerma, diminution de la redistribution = forcément quelque part la facture présentée à l’usager. Car économie d’échelle et meilleure organisation je veux bien, mais le montant doit être minime par rapport à ce que l’on gagne en supprimant des services entiers

                    Mais c’est pas grave, l’idéologie en cours excige que les prélévements obligatoires diminuent.

                    Faire payer un impot et s’en servir pour offrir un service aux usagers, c’est un prélèvement obligatoire et c’est MAL !

                    Par contre si pas d’impôts et que l’on demande au client de sortir son porte monnaie pour payer le même service, ce n’est pas un prélèveemnt obligatoire donc c’est BIEN

                    La mise sur le marché de fonctions assurées par l’Etat fera quelques heureux ! pas vous, ni moi....devinez qui ?

                    Plus le fait que c’est forcément ceux qui payent le moins d’impôt pour qui la facture sera la plus élevée...je parle de 80% des foyers fiscaux pas que des assistés Lerma

                    Et encore faudrait que les impôts baissent....pas sûr ! mais pas grave les français les plus riches ont eu +42.6% de revenus en 8 ans, alors !

                    Si les gouvernements étaient honnêtes et les medias faisaient leur boulot on nous présenterait des tableaux comparatifs entre les deux modes de fonctionnement public/privé. Ce que ça nous coute en impôts vs ce que ça va nous couter en espèces ! Là on pourrait choisir...mais non, c’est mal de laisser le peuple choisir. mais bon de toute façon qui dans le peupel aurait l’idée de poser uen telle question ? 10-20% ?


                  • Bigre Bigre 8 avril 2008 18:16

                    heu ... donner des suites aux rapports de la Cour des Comptes, c’était pas suffisant ? Trop facile ? Fallait une nouvelle initiative ?


                  • sisyphe sisyphe 8 avril 2008 18:44

                    Alors, un peu de nouveau ...

                    De quoi faire avaler sa tente Quechua à Monsieur Hirsch...

                     

                    L’avenir du revenu de solidarité active conditionné aux finances du pays
                     

                     

                    La question du financement du Revenu de solidarité active (RSA) devient de plus en plus épineuse en ces temps de déficits publics. Après François Fillon début avril, c’est au tour du Président lui-même de conditionner sa mise en place aux finances de l’Etat.

                    Le RSA est « une idée extrêmement intéressante », a jugé Nicolas Sarkozy ce mardi à Cahors (Lot). Mais « il faut le calibrer en fonction des disponibilités financières qui sont les nôtres », a-t-il ajouté.

                    Le chef de l’Etat réagissait aux propos du Haut commissaire aux Solidarités actives dans une interview au

                    « Pélerin »

                    ce mardi. Martin Hirsch y affirme qu’il ne fera pas un

                    Revenu de solidarité active

                    « au rabais ». « Ce qui ne peut, à mes yeux, être remis en cause, ce sont les principes du RSA et sa contribution à la réduction de la pauvreté », affirme Martin Hirsch, soulignant que les discussions au sein du gouvernement sur l’attribution des crédits nécessaires à la généralisation du RSA, estimés entre 2 à 3 milliards, étaient en cours.

                     

                    « Ce coût, je l’avais annoncé »

                    Convenant qu’il n’a pas reçu l’assurance d’obtenir cette somme, Martin Hirsch a souligné que c’était « pour cela qu’il se battait ». « Je n’ai jamais avancé masqué, dit-il, ce coût, je l’avais annoncé, j’avais bien insisté sur ce point, pendant la campagne électorale et avant d’être nommé, pour ne tromper personne ».

                    « La négociation doit porter non seulement sur le coût du RSA, mais aussi sur la manière dont on le finance », dit-il, ajoutant qu’il faut à la fois garantir aux allocataires de minima sociaux qu’ils vont y gagner durablement chaque fois qu’ils retravaillent et qu’il y aura une équité avec ceux qui sont aujourd’hui pauvres bien que travaillant ».

                    http://www.20minutes.fr/article/224094/Economie-L-avenir-du-revenu-de-solidarite-active-conditionne-aux-finances-du-pays.php

                     

                    Et hop !

                    A la trappe, le RSA !

                    En attendant 5 milliards d’économies sur la sécurité sociale (c’est à dire de nouveau des centaines de médicaments déremboursés), plus les sanctions touchant les chomeurs qui auront refusé 2 boulots merdiques, précaires, à temps partiel, payés au lance-pierres.... mais, surtout, pas question de ... rigueur, of course...

                    Bienvenue en Sarkozie, happy taxpayers !!

                     

                     

                     

                     


                    • Marc Bruxman 8 avril 2008 23:32

                      En conclusion, on observe que ces mesures ressemblent davantage à de simples économies d’échelle qu’à des réformes de fond, pensées pour faire des économies intelligemment. Nombreuses car inefficaces, diverses car sans orientation définie au préalable. On colle un pansement sur une fracture ouverte, en somme. Comme d’habitude, Sarkoléon privilégie simplement la quantité à la qualité, prenant ouvertement les gens pour des cons, espérant qu’on n’aura pas le courage de lire cette énième liste de « mesures » ultraréformatrices.

                      Les économies d’échelles pour l’état cela serait déja bien en France. Malheureusement le plan actuel ne vise à économiser au maximum que 10 milliards. C’est insuffisant. Les économies d’échelles c’est justement ce qui doit permettre de réduire la dette sans toucher aux prestations.

                      Prenez le cas des HLM. Actuellement vous y avez droit à Paris si vous gagnez 4500 € par mois. Est ce décent ? Etes vous pauvre si vous gagnez 4500 € ? Et bien non je suis désolé. Les mesures prises visent donc à réserver les HLM a ceux qui en ont besoins et encourager les autres à chercher dans le privé. Si les plafonds avaient été bcp plus abaissés, cela permettrait surement de diminuer le nombre de SDF. Et de réduire les listes d’attente. C’est donc une mesure sociale à proprement parler.

                      La simplification des marchés publics est une très bonne chose. Je connais plus d’un fonctionnaire qui rale sur les procédures actuelles d’appels d’offres qui sont très lourdes, leur font perdre du temps et coutent très cher. Ces procédures d’appels d’offre visaient à lutter contre les détournement de fonds public mais elles coutent tellement cher que l’on peut se demander si le remède n’a pas été pire que le mal. Un service de controle aléatoire des achats (un peu comme les entreprises se prennent de temps en temps un controle fiscal) avec des sanctions en cas d’abus aurait probablement un effet dissuasif. Tout en améliorant l’efficacité des administrations.

                      Enfin la fusion de services publics et administrations proches est clairement à rechercher dans des buts d’économie.

                      La seule chose qu’il faut espérer c’est que Sarko osera cette fois ci les faire ces réformes. Il y avait plein de choses bien dans le rapport Attali comme la libéralisation des taxis qui sont passés à la trappe.

                       

                       


                      • sisyphe sisyphe 9 avril 2008 06:17

                        par Marc Bruxman (IP:xxx.x24.48.80) le 8 avril 2008 à 23H32

                         

                        Prenez le cas des HLM. Actuellement vous y avez droit à Paris si vous gagnez 4500 € par mois. Est ce décent ? Etes vous pauvre si vous gagnez 4500 € ? Et bien non je suis désolé. Les mesures prises visent donc à réserver les HLM a ceux qui en ont besoins et encourager les autres à chercher dans le privé. Si les plafonds avaient été bcp plus abaissés, cela permettrait surement de diminuer le nombre de SDF. Et de réduire les listes d’attente. C’est donc une mesure sociale à proprement parler.

                        Droit aux HLM en gagnant 4.500€ ???? Jamais entendu une telle énormité ! Combien y-a-t-il de gens en attente d’un HLM, à Paris et en région parisienne, qui ne gagnent même pas 1.500€ par mois ?

                        Combien de français gagnent 4.500€ par mois ?

                        Vous vous foutez de la gueule de qui ?

                        Et expliquez nous comment, en "abaissant les plafonds", on diminuerait le nombre de sdf, alors que la part du budget pour les loyers a augmenté de façon exponentielle, que ça représente aujourd’hui, plus du tiers du budget des ménages, que le pouvoir d’achat est en baisse, et l’augmentation des loyers constante.

                        Se tourner vers le privé ? Ben voyons ... Fastoche ; quand les agences exigent maintenant un revenu de plus de 3 fois le prix du loyer , plus des garanties de travail stable, alors qu’il y a explosion du travail précaire.

                        Oser présenter ça comme "une mesure sociale" : y aurait de quoi éclater de rire si ça ne touchait un sujet si dramatique !

                        Alors que la loi SRU est vidée de son sens, par les sommes dérisoires des amendes, alors que le manque de logements sociaux n’a jamais été aussi criant, alors que plus de 3 millions de français sont logés dans des conditions indécentes, alors qu’un tiers des sdf est constitué de gens qui travaillent, que leur nombre est en constante augmentation, que les tarifs de l’immobilier continuent d’exploser, il vient nous parler de "mesure sociale" : pas besoin de lire le reste : on a compris tout de suite à qui on a à faire...

                        Au lieu d’augmenter le nombre de logements sociaux, d’obliger les communes à respecter la loi (comme à Neuilly, par exemple), Sarkozy se débrouille à diminuer le nombre de gens qui y ont droit, laissant donc le champ de l’immobilier livré au privé, à sa spéculation, à l’augmentation continuelle de ses prix, et l’autre, il vient parler de "mesure sociale" : vraiment pas la moindre décence...

                        Marc Bruxman, hein ? Vous gagnez combien, et vous vous logez comment, Marc Bruxman, qu’on rigole un peu ?

                        Economies d’échelle ? 5 milliards retirés aux prestations sociales d’un pays où 7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, quand on a pris des mesures grevant le budget de l’état de 15 milliards en année pleine, au bénéfice de gens largement au dessus de la moyenne, ce n’est pas seulement du cynisme, ni même de la mauvaise gouvernance et de l’incompétence, c’est carrément une forfaiture : c’est une provocation à la rébellion : j’espère que les français, de plus en plus nombreux, l’entendront comme ça, et empêcheront que les dégats de cette politique puissent se poursuivre pendant 5 ans, par les seuls moyens qui leur restent : la grève générale et la rue.


                      • Gilles Gilles 9 avril 2008 09:20

                        Max

                        "Prenez le cas des HLM. Actuellement vous y avez droit à Paris si vous gagnez 4500 € par mois. Est ce décent ?"

                        Désinformation. FAUX ! Propagande sarkozyste pour jeter le peuple contre les privilégiés des HLM. Il s’agit d’une famille avec deux enfants et c’est moins que ça.

                        Pour une famille de 4 personnes (Vos ressources annuelles imposables) :

                        - 41.933 € pour Paris et communes limitrophes

                        - 38.577 pour l’Ile de France hors Paris et communes limitrophes

                        - 30.216 € pour les autres régions

                        Donc il s’agit de 4500 € brut pour une famille de 4 , cad env 3300 € par mois NET dans une ville comme paris où un 3 pièces (cad une chambre pour les deux enfants) coute pas moins de 1200 € pour les apparts pas géniaux, cad + de 33% des ressources de la famille.

                        Du coup cela ne me semble pas si indécent Max la menace


                      • Ceri Ceri 9 avril 2008 11:05

                        parfaitement d’accord.

                         

                        il est plus que temps de comprendre que les "réformes" économiques de Sarko sont non seulement infructueuses, mais également dangereuses pour les plus pauvres.

                        Il est temps de comprendre quelles sont ses priorités : ce n’est pas le pouvoir d’achat, c’est une certitude. Alors quoi ?

                        Peut etre que sarko veut bien dépasser le népotisme de bas étage, mais pour l’instant on ne dirait pas.
                         

                        Et puis il est temps que les gens comprennent que cette explosion législative et réglementaire depuis qu’il est là ne sert qu’à masquer l’incohérence de son programme économique, où on dépense le peu qu’on a de manière inconséquente, pour après devoir faire des économies de bout de chandelle mais qui cette fois concernent les moins favorisés.


                      • Gilles Gilles 9 avril 2008 11:28

                        Déjà, le minimum pour comprendre ces soit disant réformes, seraient que les gens prennent 30 seconde pour faire une petite recherche sur les mesure qui les interpellent

                        Ex : Max déblatère les conneries qu’il a en plus mal compris sur TF1 ou F2, en déduit qu’il y a urgence et pointe du doigts les privélégiés des HLM...ce qui lui suffit a devenir une pasionaria de l’application de ces mesures Alors qu’en 30 sec j’ai trouvé sur le net les fameux plafonds, ce qui permet de relativiser largement et de comprendre que la mesure sur les plafonds HLM n’est que poudre aux yeux.

                        Même si dépasser les plafonds doit amener à payer un supplément ou déménager, c’est pas ça qui va rapporter beaucoup et le but n’est que de désenfler les listes de demandeurs pour s’exhiber ensuite devant les caméras en disant que la baisse de demandeurs HLM est un succés indéniable de la politique Sarkozienne ! PROMESSE TENUE En plus aucun effet collatéral n’a été étudié (ségrégation sociale, remise en cause ed la mixité sociale....et les efftes attenants)

                        Quand les électeurs auront envie de s’impliquer un minimum, se sera plus difficile de les manipuler ! Commençons par là !


                      • Marc Bruxman 9 avril 2008 19:59

                        Droit aux HLM en gagnant 4.500€ ? ? ? ? Jamais entendu une telle énormité ! Combien y-a-t-il de gens en attente d’un HLM, à Paris et en région parisienne, qui ne gagnent même pas 1.500€ par mois ?

                        Ah ben forcément. Parce que la comission d’attribution préférera largement attribuer le HLM à ses potes plutot qu’a des individus qui en auraient vraiment besoin.

                         

                        Combien de français gagnent 4.500€ par mois ?

                        Pas beaucoup mais il n’empéche qu’à partir de 3 enfants, ils peuvent prétendre au HLM en région parisienne et qu’ils y seront même prioritaires.

                        D’ailleurs y’a pleins de bourgeois comme vous appelez ca qui préféreront loger en HLM mairie de Paris (y’en a des très bien dans Paris) et louer leur appart dans le 16ème au prix du marché. Avec la plus value ils font un "De Robien" et agrandissent leur patrimoine immobillier.

                        Si vous croyez que le système actuel bénéficie aux plus pauvres, non vous vous trompez grandement. Il bénéficie avant tout à ceux qui ont des relations qui bossent à l’office HLM.

                        Vous vous foutez de la gueule de qui ?

                         

                        Et expliquez nous comment, en "abaissant les plafonds", on diminuerait le nombre de sdf, alors que la part du budget pour les loyers a augmenté de façon exponentielle, que ça représente aujourd’hui, plus du tiers du budget des ménages, que le pouvoir d’achat est en baisse, et l’augmentation des loyers constante.

                        Et bien c’est tout con. Tu parlais des gens qui ne pouvaient pas avoir de HLM alors qu’il gagnent moins de 1500 € net. Soit une autorisation pour un loyer de 500 € max selon les critéres des agences. Bien sur les plus malins feront un photoshop sur leur fiche de paie pour ne pas être SDF mais ils seront néanmoins dans la merde pour payer leur loyer.

                        Si on abaisse les plafonds, on vire du parc HLM tous ceux qui n’ont pas BESOIN d’y être. Et donc il y a de la place pour y loger les autres.

                        Se tourner vers le privé ? Ben voyons ... Fastoche ; quand les agences exigent maintenant un revenu de plus de 3 fois le prix du loyer , plus des garanties de travail stable, alors qu’il y a explosion du travail précaire.

                        Les montants des plafonds HLM sont élevés. Je ne dis pas que ceux qui gagnent un salaire de merde doivent passer par le privé mais si je reprend l’exemple d’avant, on me dit que le plafond est justifié par le fait que chaque gosse ait sa chambre dans une famille nombreuse. Bien sur que c’est préférable. Mais si il y a le choix entre utiliser l’argent public des HLM pour ca ou l’utiliser pour loger ceux dont le choix est le hlm ou la rue alors je préfére l’utiliser pour régler ce second problème. Si vous êtes de gauche, je ne vois pas comment vous pouvez être contre cela.

                        Oser présenter ça comme "une mesure sociale" : y aurait de quoi éclater de rire si ça ne touchait un sujet si dramatique !

                        Ben relis toi. Tu me dis plus haut y’a des gens qui gagnent moins de 1500 € et qui n’ont pas de HLM puis tu me dis il ne faut pas abaisser les plafonds pour que ceux qui gagnent peu soient prioritaires.

                        Peut être juste que tu ne sais pas à quel point l’attribution des HLM est "pipée". Pourtant malheureusement ce genre d’affaires déffraie réguliérement la chronique. Parce que quand la mairie de Paris transforme un bel immeuble en HLM dans le 5ème, il ne faut pas réver, elle ne va pas le faire habiter par des pauvres. Mais cela dit si après la baisse des plafonds ce HLM n’est plus utilisable, alors qu’ils le vendent et reconstruise ailleurs un truc plus grand la ou le terrain n’est pas cher.

                        Alors que la loi SRU est vidée de son sens, par les sommes dérisoires des amendes, alors que le manque de logements sociaux n’a jamais été aussi criant,

                        La loi SRU du bolchevik Gayssot est une vaste annerie. Pourquoi ? Imagines toi qu’on foute 20% de logement sociaux à Neuilly. Maintenant imagines toi que tu es pauvre et que tu va habiter Neuilly dans ces HLM. Je prend bien sur le cas ou les HLM ne sont pas attribués aux potes du maire. Vas tu trouver des magazins pas cher ? La réponse est non vu que tout a été calibré pour les riches. Tu ne pourra en fait même pas te payer un local commercial si tu veux ouvrir un discount en bas de la rue. Tout va être cher et inadapté aux populations. Et comme il vaudra mieux ouvrir un shop pour les 80% de riches que pour les 20% de pauvres, le prix des locaux commerciaux restera ce qu’il est.

                        Alors nécéssairement, les problèmes de délinquance vont apparaitre car cela sera invivable. Et puis les couillons du coin vont voter Le Pen après ca.

                        alors que plus de 3 millions de français sont logés dans des conditions indécentes, alors qu’un tiers des sdf est constitué de gens qui travaillent, que leur nombre est

                        Oui justement ces SDF qui ne peuvent pas avoir de logement parce que les HLM sont siphonnés par des mecs qui ont de la thune. Ecoutes tu vois c’est con mais je connais des ingénieurs de ma promo qui logent en HLM en toute légalité. Leur salaire leur permettrait tout à fait de loger dans le privé. Mais ils ont préféré faire un "De Robien" avec la thune économisée. Et bien rien ne leur interdit de faire ca. Mieux t’as une déduction d’impiots si tu le fais.

                        C’est ce genre d’abus que je trouve inadmissible. Et je ne reproche pas à ceux qui profitent du système, je le reproche au législateur qui rend ces situations possible.

                        en constante augmentation, que les tarifs de l’immobilier continuent d’exploser, il vient nous parler de "mesure sociale" : pas besoin de lire le reste : on a compris tout de suite à qui on a à faire...

                        Oh que non. Je crois juste que tu n’as pas compris combien le système étatique que tu défends offre de priviléges aux gens qui savent le manier. Si tu savais...

                        Au lieu d’augmenter le nombre de logements sociaux, d’obliger les communes à respecter la loi (comme à Neuilly, par exemple), Sarkozy se débrouille à diminuer le nombre de gens qui y ont droit, laissant donc le champ de l’immobilier livré au privé, à sa spéculation, à l’augmentation continuelle de ses prix, et l’autre, il vient parler de "mesure sociale" : vraiment pas la moindre décence...

                        Cette loi est un simple fantasme pour les raisons que j’ai évoqué plus haut. Il diminue effectivement le nombre de gens qui y ont droit pour adapter l’offre (qui est une variable dont l’ajustement est long et couteux) à la demande (qui s’ajuste plus facilement) et de façon à ce que ceux qui doivent avoir un logement l’obtiennent. Alors oui peut être que ca fera une baisse de pouvoir d’achat pour certains. Mais cela permettra à d’autres de se loger. Et surtout si au passage ca pouvait mettre hors business les marchands de sommeil, j’en serai très content.

                         

                        Marc Bruxman, hein ? Vous gagnez combien, et vous vous logez comment, Marc Bruxman, qu’on rigole un peu ?

                        Je loge dans un 30m2 en proche banlieue parisienne. Déménagement prochain pour la même surface dans une commune du val de marne plus chic. Pour l’instant je n’ai pas besoin de plus grand. Et mon loyer a représenté a un moment plus de 33% de mes revenus qui n’étaient pas terrible et j’ai survécu. (Thésard c’est pas le pérou niveau salaire). Et je n’ai pas eu de HLM pour autant à ce moment la. Visiblement je n’en aurais pas eu besoin vu que je parvenais à payer mes loyers.

                        Economies d’échelle ? 5 milliards retirés aux prestations sociales d’un pays où 7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, quand on a pris des

                        Non une bonne partie est prise sur les dépenses inutiles de l’état. (Fusion d’administration), ca ne diminue aucune prestation sociale. De même la réduction du plafond HLM ne changera que les ayants droits aux HLM ! Ah si quand même si ca fait moins de SDF l’état y gagnera énormément.

                        mesures grevant le budget de l’état de 15 milliards en année pleine, au bénéfice de gens largement au dessus de la moyenne, ce n’est pas seulement du cynisme, ni même de la mauvaise gouvernance et de l’incompétence, c’est carrément une forfaiture :

                        Oui mais ces gens la se fesaient parfois voler plus de 80% de ce qu’ils gagnaient en impots. Ce n’était ni normal ni juste. Ce n’est pas parce que des gens ont ratés leur vie qu’on doit pourirr celle de ceux qui ne l’ont pas ratés. Qu’il y ait un minimum de solidarité pour régler les cas extrémes je veux bien.

                        c’est une provocation à la rébellion : j’espère que les français, de plus en plus nombreux, l’entendront comme ça, et empêcheront que les dégats de cette politique puissent se poursuivre pendant 5 ans, par les seuls moyens qui leur restent : la grève générale et la rue.

                        Ah ! Ca c’était l’orgasme du communiste révolutionnaire !

                        Mais il n’y aura de révolution en France que si aucune réforme n’est faite. Si elles sont faites au contraire notre situation s’améliorera.


                      • Marc Bruxman 9 avril 2008 20:13

                        Remise en cause de la mixité sociale : Ah elle est bien bonne celle la. Alors il y a 3 types de plafond pour les HLM et j’ai plus les sigles. Mais en gros c’est déja tout prévu. Il y a le HLM "de pauvre" dans lequel tu ne trouvera aucune classe moyenne. Parce que même si on leur proposait d’habiter en HLM à la Courneuve ils ne voudraient pas. Il y a le truc intermédiaire un peu mieux et il y a le HLM avec gros plafonds. Tu as le truc intermédiaire pour la pauvre qui a eu une promotion.

                        Et celui avec les gros plafonds bizarrement il est plus beau que le HLM de pauvre ! D’ailleurs cherchez les pauvres dedans il n’y en a pas ! Vous aurez plus vite fait d’y trouver un membre de la famille de Tiberi ! ! !

                        D’ailleurs ces HLM avec différents plafonds c’est le meilleur moyen de contourner la loi SRU ! Tu construis que des HLM avec des plafonds élevés et tu ne changes pas trop la sociologie d’une commune riche. Tu appliques ensuite le : "priorité aux habitants de la commune" et hop c’est gagné ! Les jeunes couples issus des familles aisées de la commune s’y installent. Ils sont remplis rapidement et c’est fait. Le maire à la garantie de ne pas récupérer de racailles, il peut faire king kong et dire "je respecte la loi SRU je suis un bon maire". Et les habitants riches sont contents parce que leurs momes continuent à vivre sur la commune.

                        Et bien sur dans les communes pauvres ils font pareil. Mettre pleins de HLM de pauvres pour que les gens qui y habitent soient pauvres et qu’ils votent pour le maire de gauche du coin. Certaines villes cocos de banlieue parisienne se sont illustrées comme cela. A Montreuil quand les riches voulaient réinvestir une partie de la ville, la mairie fesait pré-emption pour les en empécher. Le maire avait très bien compris ce qui allait lui arriver. Prenez les choses comme vous voulez, la mixité sociale n’est pas dans l’ordre naturel des choses. Et d’ailleurs il sera plus facile d’aider un groupe homogéne à vivre ensemble plutot que de gérer une commune ou les gens ne se supportent pas.

                        Tout ca c’est des histoires de gens plutot aisés qui ont bien compris que dorénavant l’état ne paierai plus leurs loyers pour eux ! Et ca les énerve grandement... D’une certaine façon je les comprends.

                         


                      • sisyphe sisyphe 9 avril 2008 06:35

                        Par ailleurs...

                        Dans les "économies" prévues de 5 milliards, figurent également les prestations sociales liées à la santé  : voilà une mesure que seront heureux d’apprendre les français dont fait état le rapport l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) :

                         

                        L’accès aux soins reste difficile pour les plus pauvres
                        .
                        Selon une étude publiée mardi, les ménages dont les revenus sont les plus faibles renoncent aux soins en raison des coûts de santé. Ils consacrent 10% de leur revenu pour leur santé contre seulement 3 % pour les ménages les plus riches.

                        Le revenu influe encore grandement sur l’état de santé et l’accès aux soins en France. C’est ce que révèle l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) dans une étude publiée mardi. Pour la première fois, l’Irdes a calculé la part que consacrent les ménages pour se soigner : elle atteint 10% des revenus des ménages modestes contre 3% chez les plus riches.

                        Selon les résultats de cette grande enquête menée auprès de 20.000 personnes, les ménages aux faibles revenus sont aussi ceux qui souffrent du plus mauvais état de santé, du taux de couverture en complémentaire santé le plus bas et de renoncement régulier aux soins.

                        Lors des douze derniers mois, 14% des assurés ont en effet renoncé à des soins pour des raisons économiques et 22% d’entre eux renoncent même à ces soins de façon définitive. Le contraste entre les ménages modestes et ceux plus aisés est significatif : parmi ceux qui gagnent moins de 800 euros par mois, le taux de renoncement grimpe à 24% tandis qu’il est de 7,4% chez les ménages aux revenus supérieurs à 1.867 euros.

                        La suite ici : http://www.lefigaro.fr/assurance/2008/04/08/05005-20080408ARTFIG00444-l-acces-aux-soins-reste-difficile-pour-les-plus-pauvres.php

                        Mais, monsieur Marc Bruxman va nous apprendre que celà ne touche pas ceux qui gagnent 4.500€/mois, et qui ont droit à un logement social, non ?


                        • sisyphe sisyphe 9 avril 2008 15:15

                          Et encore ....

                          "Heures sup’" : la loi adoptée à l’été 2007 est coûteuse et peu efficace

                          Présentée par l’UMP comme la mise en musique du slogan "travailler plus pour gagner plus" et accueillie par le PS comme un paquet fiscal ciblé sur les riches, la loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat (TEPA) coûte cher à l’Etat - 14 milliards d’euros en régime de croisière - alors que son efficacité est limitée. Telle est la conclusion d’une étude réalisée à la demande du président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, le socialiste Didier Migaud.

                           

                          Les services de la commission ont planché sur le coeur de la loi, la détaxation des heures supplémentaires. Leur diagnostic tient en une phrase : "Ce sont, disent-ils, au total, 4,1 milliards d’euros que l’Etat dépensera pour qu’une partie des salariés bénéficient de 3,78 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire."

                           

                          la suite : http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/04/09/heures-sup-la-loi-adoptee-a-l-ete-2007-est-couteuse-et-peu-efficace_1032639_823448.html#ens_id=1026689


                          • Marc Bruxman 9 avril 2008 20:15

                            Ca c’est clair. Il aurait mieux valu baisser les charges de tout le monde ET supprimer les 35 Heures plutot que de faire cette fumisterie administrative que Naboleon nous as fait.

                            Baisse inconditionelle des charges sociales et retrait des 35 Heures. Ce que Sarko n’a pas compris c’est que si il avait au moins fait ca ceux qui ont votés pour lui auraient surement pardonnés ses histoires de cul.


                          • Fred 10 avril 2008 12:38

                            "Sarko a choisi : les 15 milliards du paquet fiscal (sur lequel il ne compte pas revenir) c’est pour les riches, pas pour le populo."

                             

                            Votre lien ne parle que du bouclier fiscal qui lui effectivement va aller principalement aux plus riches. Pourriez vous prouver que le reste du paquet fiscal (donc 14.1 milliards) va aller aux plus riches ? Après comme beaucoup je ne suis pas sur que ce paquet est un gros effet mais il faudrait arréter avec la propagande de gauche qui consiste à dire que les 15 milliards vont aux plus riches.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès