• mercredi 23 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > Politique > Le sénateur Longuet et le député Collard doivent démissionner
78%
D'accord avec l'article ?
 
22%
(127 votes) Votez cet article

Le sénateur Longuet et le député Collard doivent démissionner

L’affront fait aux martyrs de la Révolution algérienne doit être lavé. Un gouvernement et un peuple digne de ce nom ne doivent en aucun cas pardonner les bras d’honneur que leur ont fait deux élus de la république française. Le Sénateur Gérard Longuet et le Député Gilbert Collard doivent être révoqués ou démissionner.

A l’occasion du 58ème anniversaire du déclenchement de la Révolution le 1er Novembre 1954, un ministre de la République algérienne, Mohamed Chérif Abbès, a appelé à une reconnaissance franche des crimes coloniaux commis en Algérie durant 132 ans de colonialisme. « Au regard des crimes perpétrés par ce colonisateur contre un peuple sans défense et compte tenu de leur impact dans l’esprit même des générations qui n’ont pas vécu cette période, sachant que tout un chacun connaît les affres subies par notre peuple du fait de la torture, des mutilations et de la destruction, les Algériens veulent une reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre ».
 
En réponse à cette demande, maintes fois répétées, Gérard Longuet, sénateur UMP et ex-ministre de la défense de Nicolas Sarkozy, a adressé un vulgaire bras d’honneur, brandi lors du générique de fin d’une émission diffusée sur la chaîne Public Sénat, alors qu’il croyait ne plus être filmé.
 
Interpellé par des journalistes, Gérard Longuet a eu l’audace d’assumer publiquement son geste, dans un communiqué de presse, en confirmant « son hostilité de principe à une telle repentance ». Il précise « qu’il s’est exprimé par un geste de mauvaise humeur typiquement populaire à l’annonce de la demande, par l’Algérie, de repentance de la France pour les crimes colonialistes perpétrés à son encontre ». Il conclut son communiqué par cette expression : « Il n'y a que les gens sans caractère qui ne réagissent jamais. » Il a en outre ajouté sur France Inter à l’attention des algériens : "qu'est-ce que c'est que ces gens qui étaient au fond des criminels".
 
Le président du Sénat français a aussitôt exprimé, dans un communiqué officiel, « sa désapprobation après le geste grossier que M. Gérard Longuet, sénateur, a adressé aux autorités algériennes sur la chaîne Public Sénat. ».
 
Par contre, le député du Front National, Gilbert Collard, invité sur la chaîne LCI jeudi 1er novembre, a lui aussi fait un bras d'honneur en direct à l'antenne en signe de soutien à Gérard Longuet. « Il a bien fait, il a enfin un peu d'honneur au bout du bras. Moi, j'ajoute mon bras à celui de M. Longuet, … Il a bien fait de le faire, et j'espère que ce bras d'honneur a été tellement amplifié par les médias que ceux qui nous demandent de nous repentir l'ont reçu en pleine figure. » (http://www.senat.fr/presse/cp20121101.html)

 

Ce double affront revendiqué et assumé publiquement doit être lavé et puni comme il se doit.

Les Règlements du Sénat et de l’Assemblée française prévoient des peines disciplinaires, pour ce type de comportement, allant du rappel à l’ordre jusqu’à la « censure avec exclusion temporaire ». (Art 92 pour le Sénat et 70 pour l’AN).
 
Le président du Sénat a déjà formulé publiquement son rappel à l’ordre à l’encontre de Gérard Longuet, alors que le président de l’Assemblée n’a pas encore réagi. Mais ce rappel ne suffit pas.
 
Les deux élus sont passibles de l’exclusion, comme le stipulent les deux règlements : « La censure avec exclusion temporaire du Palais du Sénat (de l’Assemblée) est prononcée contre tout sénateur (député) :
 
- Qui s'est rendu coupable d'outrages envers le Sénat (l’Assemblée) ou envers son Président ;
- Qui s'est rendu coupable d'injures, provocations ou menaces envers le Président de la République, le Premier ministre, les membres du Gouvernement et les assemblées prévues par la Constitution » (Art 95 pour le Sénat et 73 pour l’AN).
 
Les bras d’honneur, publiquement assumés, ne sont pas des simples manques d’éducation ou d’éthique. Ce sont effectivement des outrages, injures, provocations, avérés, non seulement à l’égard du peuple français et ses institutions, mais aussi à l’égard de l’Algérie, son peuple et ses institutions.
 
Les exclusions temporaires ne suffisent pas. Gérard Longuet et Gilbert Collard ont jeté le déshonneur sur leurs fonctions électives, les Assemblées dont ils font partie et les relations franco-algériennes.
 
Une telle infamie ne peut pas être effacée, ni oubliée, sous peine d’être répétée. Elle doit être lavée purement et simplement par leurs révocations ou leurs démissions.

Saâd Lounès



par LOUNÈS (son site) mercredi 7 novembre 2012 - 158 réactions
78%
D'accord avec l'article ?
 
22%
(127 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par jerome (---.---.172.59) 7 novembre 2012 11:54

    Et j’ ajoute , Monsieur l’ auteur, que « l’Algérie, son peuple et ses institutions » ont-ils des
    leçons à nous donner, quand on constate le bordel prévaricateur qui y règne depuis des années
    au mépris du peuple qui subsiste à peine, qand la Caste au pouvoir se goinfre benoitement,
    et donne des leçons de moralité au monde occidental ...

    Encore merde à la fin ! Mettez de l’ ordre chez vous et foutez nous la paix, enfin ... 

  • Par jerome (---.---.172.59) 7 novembre 2012 11:43

    Le sénateur et le député doivent démissioner ? Ben oui ! et tous les Algériens vivant
    dans cet abominable pays oppresseur et/ou esclavagiste doivent donc d’ urgence
    retourner la-bas, ils sont tellement malheureux ici ...

    Qu’ on arrete de se foutre de notre gueule !!! Ca suffit ! Ras le chèche !

    Depuis le départ des Français, qu’ est devenue l’ Algérie ? Le Paradis ?

    Vous nous les briser menu à récriminer en permanence ; bossez, devenez adultes,
    foutez nous la paix , et sur tout, RETOURNEZ la-bas, puisque le lait et le miel y coulent à flots !

    On vous a assez vu, je crois . On ne peut pas s ’ aimer : on se sépare, et chacun chez soi ! Puisque maintetenant vous avez un « chez vous » bien à vous et rien qu’ à vous !

    Merde à la fin  ! 

  • Par aliciabx (---.---.45.240) 7 novembre 2012 10:54
    aliciabx

    l’auteur peut toujours rêver, très drôle, comme article.. merci pour la tranche de rigolade

  • Par HELIOS (---.---.85.123) 7 novembre 2012 11:13
    HELIOS

    ... manque de gout, d’education, grossiereté... tout ce que vous voulez, pourquoi pas....

    Il y a seulement un petit detail... la repentance est reservée aux personnes, JAMAIS a un etat. Un etat peut payer pour des crimes mais ne se repend pas.

    Pourquoi un pays ne se repends pas ? parce qu’un pays n’agit pas en tant que personne. JE peux eventuellement faire repentance pour mes actes mais JE ne peux accepter de battre ma coulpe pour les actes d’autrui. La France n’est pas incarnée par untel ou unetelle.
    La France est la France, lui demander un acte de repentance c’est un acte d’humilitaion inacceptable (surtout dans ces conditions, mais ce n’est pas l’objet).
    Donc, le president de la république, representant la France dans ses fonctions, peut, eventuellement et avec prudence, peut reconnaitre des conduites inadaptées, exagerées, sous estimées etc... mais n’a pas le droit de CAPITULER devant une exigeance portant sur la dignité d’un pays et de ses habitants, dont tous ne sont pas responsables... et tout cela encore sous reserve de bonne relation d’amitié avec l’etat le lui demandant. .. et cela se passerait, au parlement apres un vote solennel des assemblées.

    Bouteflika et les algeriens sont dans le même cas, leur dignité leur interdit d’assumer les erreurs de certains d’entre eux a cette epoque... ce n’est pas l’Algerie qui a posé les bombes et egorgé ceux qui etaient moins bronzés. L’algerie en tant qu’etat demande de reconnaitre un abus de colonisation, c’est possible, mais elle ne peut exiger plus et reconnaitre deja qu’il y a eu des exactions des deux cotés est une grande concession dont on peut douter encore a ce jour la pertinence (de cette reconnaissance).

    A tous ceux qui n’ont pas encore assez baissé leur culotte devant des bandits, des terroristes , je veux leur dire que la France n’a pas a avoir honte de ses conduites en tant qu’etat a cette epoque. Les personnes dont on parle, agissent en tant qu’individus et n’engagent qu’eux même, dans leur manieres, mais n’engagent pas la France.

    Remballez vos critiques, occupez vous plutôt de rester digne, vous même, et surtout respectez votre pays... pour les autres si cela ne vous convient pas, il y a des psy, et si ce n’est pas encore suffisant il y a des ports et des aeroports.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération