Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Législatives 2017 : le fantasme des électeurs du FN

Législatives 2017 : le fantasme des électeurs du FN

« Et si Marine Le Pen devenait présidente de la République en 2017 ?  » À l’approche de l’élection présidentielle, cette question récurrente* relance périodiquement les spéculations des électeurs du Front National. Parmi elles, la certitude que la candidate frontiste disposerait d’une majorité parlementaire en cas de victoire...

Tous les instituts de sondage donnent Marine Le Pen au 2e tour de la présidentielle de 2017, et sauf colossale surprise sous la forme d’un scandale majeur, il devrait en être ainsi. Il est vrai que la conjoncture sert les intérêts de la candidate du Front National : entre les difficultés socioéconomiques persistantes et un climat sécuritaire plombé par la menace de nouveaux attentats sur le territoire français, le FN apparaît aux yeux d’un nombre élevé d’électeurs comme le seul recours possible.

Comment pourrait-il en être autrement ? Les partis de gouvernement traditionnels issus des rangs du PS et de l’UMP (rebaptisé LR pour masquer ses échecs) ont en effet démontré au cours des derniers mandats leur impuissance politique et fait preuve d’une coupable incurie sur des dossiers fondamentaux comme l’emploi et le pouvoir d’achat. Pire : en portant de manière irresponsable le fer et le feu sur des théâtres extérieurs où la France n’avait strictement rien à faire, ils ont exposé notre pays à des représailles sanglantes.

Après l’inconsistant Chirac, les Français ont, à l’évidence, eu à subir les deux pires mandats de la Ve République : l’un sous la férule de Nicolas Sarkozy, matamore vulgaire, inefficace et va-t-en-guerre qui a dévalorisé comme personne avant lui la fonction présidentielle ; l’autre sous la houlette de François Hollande, tout aussi inefficace et tout aussi va-t-en-guerre malgré ses allures débonnaires de sous-chef de bureau de la Caisse des dépôts et consignations. Deux terribles erreurs de casting directement imputables à un système politique subclaquant.

Comment, dans ces conditions, ne pas regarder du côté de celle qui n’a jamais été aux affaires et qui, fort habilement, tient un langage suffisamment offensif pour séduire en dépit de cruelles insuffisances économiques et environnementales ? Marine Le Pen est, de manière évidente, devenue un espoir pour des pans entiers de la population française, notamment là où nos compatriotes souffrent le plus : dans les classes populaires et la France rurale. Et cela, il faut bien le reconnaître, de moins en moins par défaut, et de plus en plus en plus par adhésion aux idées frontistes.

Où trouve-t-on les électeurs potentiels de Marine Le Pen ? D’une part, dans une population essorée par les politiques de régression sociale, conduites avec un mépris patent des élites envers les classes modestes. D’autre part, dans une population confrontée dans les cités à la montée des communautarismes, trop souvent induite par des pratiques clientélistes. Enfin, dans une population déboussolée par la consanguinité des politiques qui se sont succédé depuis des décennies, qu’elles aient été mises en œuvre par une droite cynique et arrogante ou par une prétendue gauche qui a depuis longtemps tourné le dos aux valeurs historiques du socialisme et perdu, de ce fait, son socle électoral ouvrier.

En réalité, malgré le rejet croissant de LR et plus encore du PS, victime de l’accumulation des griefs accumulés au cours des derniers mandats, Marine Le Pen n’a quasiment aucune chance d’être élue présidente en 2017. Et cela en dépit d’un glissement progressif de l’électorat vers la droite de l’échiquier politique. Seule en effet une qualification de François Hollande pour le 2e tour pourrait permettre à la présidente du FN de rêver de l’Élysée. Une hypothèse d’autant plus improbable que le président sortant reste plongé dans des abysses d’impopularité et qu’il n’aura guère d’éléments positifs à faire valoir pour soutenir sa candidature à un deuxième mandat.

Une présidente de la République en cohabitation

En dehors de cette hypothèse, Marine Le Pen sait qu’elle sera battue – plus ou moins largement – par le candidat LR qui, logiquement, devrait lui être opposé dans le contexte de déconfiture annoncée du PS. Admettons pourtant que, bénéficiant de circonstances exceptionnelles, la présidente du FN sorte gagnante de l’affrontement et devienne le 9e chef d’État de la Cinquième République...

Sitôt endossé le costume de présidente de la République, Marine Le Pen formerait le premier gouvernement frontiste de l’Histoire en faisant appel aux caciques de son parti. Moyennant quoi ce gouvernement FN serait immédiatement renversé par une motion de censure dès l’ouverture de la session parlementaire, faute de disposer d’une majorité à l’Assemblée Nationale. Il s’ensuivrait donc la mise en place d’un gouvernement de droite LR-UDI, au grand dam de la nouvelle présidente de la République, condamnée à la cohabitation pendant au moins un an – du fait de l’impossibilité de dissoudre l’Assemblée durant ce laps de temps –, et sans doute toute la durée de son mandat.

Un tel scénario, les militants et les électeurs du FN se refusent évidemment à l’envisager, en s’appuyant notamment sur le fait que les Français se montrent en général légitimistes et donnent au nouvel arrivant à l’Élysée les moyens parlementaires de conduire sa politique. Mais ce qui est vrai dans le cadre d’une alternance des « partis de gouvernement » risque fort de ne pas fonctionner dans l’hypothèse d’une présidence frontiste. La faute à un système de scrutin législatif uninominal par circonscription qui ne facilite pas l’élection de députés frontistes en grand nombre. Le FN est en effet très loin de disposer dans les 577 circonscriptions d’une structure militante capable de contrer les appareils LR et PS implantés là depuis des décennies. Sans compter le manque criant de moyens financiers dont souffre ce parti. Des constats qui expliquent très largement l’absence quasi-totale de députés frontistes dans l’actuelle Assemblée Nationale – ils sont trois – en dépit de scores nationaux élevés lors des dernières consultations électorales.

Cette réalité, les partisans du FN refusent de la voir en face. D’aucuns vont même jusqu’à établir un parallèle entre Marine Le Pen et François Mitterrand, celui-ci ayant attendu de longues années et subi deux échecs (1965 et 1974) avant d’entrer à l’Élysée. Selon eux, le tour de Marine Le Pen est venu comme était venu celui de François Mitterrand en 1981. Avec à la clé une confortable majorité parlementaire. Or, n’en déplaise aux militants et aux électeurs du FN, ce scénario relève bel et bien du fantasme. 

Aucune parallèle n’est en effet possible entre Le Pen 2017 et Mitterrand 1981 tant le contexte est différent : en 2017, c’est un FN isolé qui ira à la bataille en ne pouvant compter que sur ses seules forces ; en 1981, ce sont deux grands partis politiques de gauche, le PS et le PCF – eux-mêmes assis sur de puissantes fédérations régionales et un nombre très élevé d’élus locaux et de forces militantes –, qui avaient uni leurs forces. Or, trois ans avant la présidentielle de 1981, le PS et le PCF étaient grosso modo à égalité aux législatives de 1978 avec l’ensemble RPR-UDF : 43,43 % contre 43,89 %. En créant le Programme commun d’union de la gauche, Mitterrand partait donc, en incluant les voix du MRG, sur une base de... 45,58 % d’électeurs, non compris les 5,25 % de votes de la gauche radicale et des écologistes.

À comparer avec les... 13,60 % du FN aux législatives de 2012 !!!

Certes, une victoire de Marine Le Pen en mai 2017 induirait une dynamique aux législatives de juin. Mais très insuffisante pour permettre au Font National de décrocher une majorité parlementaire. Au mieux, l’on peut même raisonnablement estimer que le parti de la présidente décrocherait 150 sièges, soit 50 fois plus de députés que dans la chambre actuelle. Une progression spectaculaire mais qui ne pourrait empêcher une cohabitation de Marine Le Pen.

Récurrente, cette question l’est en effet sur le web. Elle a même été récemment posée sur AgoraVox dans un article de Sacharbit.


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

481 réactions à cet article    


  • Verdi Verdi 11 août 08:20

    Bonjour Fergus,

     

    Très bonne analyse de fond. Le débat est ouvert.

    Totalement d’accord avec l’état des lieux que vous dressez.

    D’accord également avec vous pour prédire, sans grande incertitude, que Marine Le Pen sera au second tour.

    Sera-t-elle élue ? Vous émettez l’hypothèse que non, et j’ai tendance à partager votre point de vue, de même qu’il sera très difficile au FN de gouverner, au cas où elle le serait, pour les raisons que vous développez.

    Il y a cependant une hypothèse que vous n’avez pas évoquée, celle d’un accord avec les sarkozystes, si leur chef ne se présente pas. En ce cas, une coalition des droites extrêmes me paraît tout à fait envisageable. Ce qui changerait la donne, car Marine Le Pen élargirait sa base électorale.

    Ne pas négliger l’esprit revanchard des sarkozystes dans cette affaire.


    • Fergus Fergus 11 août 09:12

      Bonjour, Verdi

      Merci pour votre commentaire.

      Je ne crois pas un à accord avec les sarkozystes dans le cas que vous évoquez. Non qu’il ne puisse y avoir ici et là quelques tentations de rapprochement chez quelques membres de la « droite forte », mais pour un résultat aléatoire : si Le Pen n’est malgré tout pas élue, ces dissidents perdraient tout. Mieux vaudrait pour eux, par pragmatisme, ne pas se couper des caciques d’un parti (LR) qui a toutes les chances de gouverner en 2017 avec, à la clé, de nombreux postes et sièges à distribuer.

      Néanmoins, rien n’est jamais sûr, et vous avez raison de mettre en avant « l’esprit revanchard », celui qui d’ailleurs constitue le meilleur moteur de Sarkozy en personne.


    • amiaplacidus amiaplacidus 11 août 09:39

      @Fergus

      Bonjour Fergus,
      En disant : « ... avec, à la clé, de nombreux postes et sièges à distribuer. ... », vous mettez exactement le doigt sur le fond du problème, et cela, quelle que soit le courant politique : LR, PS, FN, ....
      .
      Quand donc les Français se débarrasseront-ils de la politique vue comme une carrière professionnelle, que l’on commence à 20 ans, voire avant, et que l’on quitte, parfois à plus de 90 ans !

      Interdiction de quelque cumul que se soit et limitation à 2-3 mandats successifs, mais au maximum 12 ans, pour un même poste.
      C’est URGENT si l’on veut que la France (re)devienne un pays démocratique.


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 août 10:45

      @amiaplacidus
      Demander à nos politiques de reformer la vie politique du pays tient du rêve.

      Les mêmes qui n’ont que le mot réforme à la bouche quand il est question de régression sociales n’envisagent pas le moindre changement les concernant !

      Il est pourtant clair que par exemple les députés ne sont pas ce qu’ils devraient être.
      La logique des institutions en fait les représentants du peuple.
      De TOUT le peuple.
      Dans les faits ils ne sont que les obligés d’un parti.
      Au mieux ils ont une oreille pour les puissants de leur circonscription.

    • HELIOS HELIOS 11 août 12:47

      @Verdi


      ... personnellement, je vous suis dans le raisonnement, mais pas exactement dans la démarche.

      Notre république souffre, comme il est dit dans le texte de Fergus, d’une perception du personnel politique « consanguin ».

      Marine Le Pen, n’a pas encore commencé sa campagne et elle pourrait parfaitement et fort probablement avec succès, dénoncer tout cela et proposer de revenir a une république « apaisée » et surtout loyale envers ses citoyens. Elle pourrait prendre,p ar exemple, le thème du recadrage des fonctions de la Veme république et nommer le premier ministre en fonction de la majorité évidement, mais également de sa proximité avec quelques thèmes majeurs du FN... sans s’impliquer lourdement... à la Chirac/Jospin en quelque sorte.

      Le nouveau premier ministre, bien qu’ayant la majorité pour gouverner, ce qu’il ferait évidement, mais sur une ligne proche du FN sans en exposer les objectifs et surement avec au moins un ministre issu du FN... pourrait alors -pense-t-il - préparer l’alternance en 2022 (ce qui au passage est suicidaire, car si son action est mauvaise, il grille son parti, et si elle est bonne il valorise le FN)

      Comme la classe politique est plutôt opportuniste, c’est dans les gènes, je ne doute pas du ralliement - timide et caché dans un premier temps puis plus consensuel ensuite de membres des partis aujourd’hui « bien sous tout rapport » car les éléphants PS/LR grâce au cumul et au clientélisme ont abusé de leur pouvoir et stérilisé les générations montantes de leurs partis qui trouveront là un espoir de monter sur la scène. 

      Au final et en fine mouche, ce qui reste a vérifier, a ce sujet il est des Philipot/Bay etc qui seraient alors nettement plus performants, Marine Le Pen pourrait faire un excellent mandat sans majorité, probablement en cohabitation pour le bénéfice de tous les français.

      N’oublions pas, avec une vision systémique de la chose que la cohabitation n’est jamais qu’une « union nationale » dans les faits (et par obligation). Les français en 2017 ne s’y tromperont peut etre pas en donnant le fauteuil a Marine Le Pen qui serait ainsi la première femme présidente avec les obligations morales qui vont avec.

      ... bref, autant j’aime bien les discours etayés et factuels, au minimum basé sur des caracteres solides... autant je n’apprecie pas les exposes biaisés qui tentent de traduire un parti pris en évidence. cela relève de l’horoscope électoral... un peu comme la réponse que je viens de vous faire

      Merci aussi à Fergus pour son billet.qui rentre dans la même catégorie... lol !

    • Fergus Fergus 11 août 15:47

      Bonjour, amiaplacidus

      « Interdiction de quelque cumul que se soit »

      Ô combien d’accord avec vous : c’est l’une des clés de la réforme nécessaire de notre système politique. Et c’est pourtant ce principe que Sarkozy entend remettre en cause. Ce seul fait devrait suffire à le disqualifier aux yeux de nos concitoyens.


    • Onecinikiou 11 août 17:48

      @Verdi

      « En ce cas, une coalition des droites extrêmes me paraît tout à fait envisageable »

      L’oligarchie euro-mondialiste, les loges affairistes et le lobby judéo-sioniste (dont les intérêts se recoupent) ne permettront jamais que se réalise une telle coalition. Car elle supposerait alors un possible retour au souverainisme gaullien, honni par lesdits groupes de pression puisque non-conforme - pour ne pas dire contraire - à la défense de leurs prérogatives et intérêts. 

      Tout ceci étant amplement documenté et démontré par les agissements, déclarations et positionnements des uns et des autres depuis les années 80. 

      Et s’il fallait encore se convaincre de la chose, il n’y a qu’à se souvenir (à moins d’avoir Alzheimer, malheureusement comme beaucoup d’électeurs) de la dernière séquence électorale et le fameux entre deux tour des régionales, qui a vu toute l’étendue de l’hystérie médiatio-politique se saisir, à travers le front des pourris, de la question : tous les lobbys coalisés ayant ainsi pris fait et cause contre le Front national de MLP. Tous sans exception. Dans ces conditions aucune alliance n’est même envisageable. 

      Il y a d’ailleurs - ceci expliquant cela - une différence non pas de degré mais de nature entre le FN et les autres formations politiques dites de droite. C’est tout à fait fondamental de le comprendre dans le présent débat.

    • Et hop ! Et hop ! 11 août 19:47

      @Fergus : Il faut laisser les hommes politiques libres de cumuler les mandats, 

      juste interdire le cumul les indemnités et traitements de plusieurs emplois publics (y compris de fonctionnaires). 

    • Fergus Fergus 11 août 19:54

      Bonjour, Et hop !

      Le cumul des indemnités est déjà écrêté et cela n’empêche pas certains élus de continuer à vouloir être au four et au moulin, à l’image d’Estrosi, président de région et maire adjoint de Nice en charge d’à peu près tout, le maire en place devant « demander la permission pour aller pisser » aux dires de conseillers municipaux niçois !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 20:04

      @Pere Plexe
      Les élus ne servent plus à grand chose, 70% des lois sont d’origine européenne....Fergus nous décrit un village Potemkine ! Un simulacre de pouvoir, alors que les droits souverains ont été transférés à la Troïka.


    • franc 12 août 02:32

      @Et hop !

       J’ai le même avis que vous :

      -

      Il faut laisser les hommes politiques libres de cumuler les mandats, 

      juste interdire le cumul les indemnités et traitements de plusieurs emplois publics (y compris de fonctionnaires). 
      -
       ou fixer un montant total maximum. 

    • aimable 12 août 17:16

      @Verdi
      un accord au coup par coup est certainement possible
      mais je pense que sa gouvernance ne serait pas un long fleuve tranquille , par contre si elle allait jusqu’au bout ce serait une victoire pour elle et cela la mettrait dans la position de favorite a sa succession et elle aurait une majorité a l’assemblée


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 août 19:46

      Bonjour Fergus

      Bien d’accord avec vous... Mais après,... QUOI ? Vous savez que, pendant un certain temps, j’ai vigoureusement encouragé au vote FN. Je n’y crois plus, car les forces de Droite comme de Gauche qui veulent le statu quo sont apparues aux Régionales trop fortes pour qu’on puisse espérer une victoire électorale de celles du changement. 


      Même situation partout dans le monde dit « démocratique ». C’est la démocratie qui doit être repensée, et elle ne le sera que si on détruit impitoyablement celle que nous avons, qui est pure arnaque et empêche tout changement.  J’attends le coup d’état - - quel que soit le nom qu’on lui donnera - qui remettra l’évolution en marche. Les USA sont dans la même situation et cherchent une solution qui soit conforme à LEUR histoire .... Il faudra tirer des leçons de ce qu’ils feront en novembre... et qui pourrait être tout a fait inattendu.


      Pierre JC.































    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 août 20:06

      @Verdi

      Au palier des hommes politiques, il n’y a plus une Gauche et une Droite. mais ceux qui sont là et ceux qui veulent les remplacer : l’étendard de ces derniers est affaire d’opportunité. L’opportunité de ceux qui sont là ....est de résister au FN

      PJCA





    • Fergus Fergus 12 août 22:32

      Bonsoir, Pierre JC Allard

      « C’est la démocratie qui doit être repensée"

      En effet. Mais l’état d’anesthésie dans lequel se trouvent les peuples occidentaux ne plaide pas pour l’émergence de grands mouvements populaires sans lesquels il sera, comme vous le soulignez, très difficile de faire bouger les choses.

      Encore qu’il faille se méfier de l’eau qui dort, cf. Climat social : l’avertissement lucide de... Tocqueville.

      Cordialement



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 août 16:41

      @Fergus


      C’est justement cette pseudo démocratie peaufinée depuis des décenmiée qui a ’anesthésié’ les peuples.... Comme à tout  moment « t » elle semble toujours la moins mauvaise option à une majorité effective....elle peut durer indéfiniment... ! Elle ne peut etre repudiée efficacement que par une « révolution des individus » sans organisation formelle, sans ’ intérets personnels, agissant dede facon apparement irrationelle.... et donc impréve C’est le modele « Unabomber’. Le jihadisme est l’avant-garde de cette vague de fond vers l »absurde et l’irrationnel.... parce que la foi est la seule forme d’irrationalité qui est acceptés comme une vertu . J’ai écrit bien des articles sur ce théme.....




      .Pierre JC


    • zygzornifle zygzornifle 11 août 08:35

      son élection dépendra des électeurs PS et LR bien endoctrinés quand leur grand manipulateur leur demandera de VEAUTER pour le camp adverse afin de faire barrage au FN et ainsi de continuer la politique actuelle au lieu de s’orienter vers un changement qui leur fait peur , le droite et la gauche ont trop a perdre pour ne pas s’allier une fois de plus surtout qu’avec les mesures prises par Hollande la droite et la gauche ne sont plus qu’a une virgule près dans leur valeurs .....


       

      • Fergus Fergus 11 août 09:15

        Bonjour, zygzornifle

        Il n’y a pas que les logiques ou les consignes d’appareil : plus des deux tiers des Français ne se reconnaissent pas dans le FN, malgré leur rejet de LR et du PS. Le véritable plafond de verre pour Marine Le Pen est là, plus que dans les stratégies des partis.


      • @zygzornifle

        dans tous les cas nous aurons une guerre civile  :

        FN AVEC LR OU PSLR

        On pourra chasser les « élus » compromis  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Debrief 11 août 14:06

        @zygzornifle
        Gauche/Droite, cette farce organisée depuis des décennies pour faire croire au bon peuple qu’il a un choix. MLP ne passera certainement pas, % trop bas en adhésion, peur des rentiers sur l’Europe et l’Euro.

        La grande question est de qui allons-nous hériter dans cette pétaudière politiques en 2017 ?
        Hollande, Sarkozy, Macron, Valls, Juppé ? De quoi totalement déprimer par avance.


      • Onecinikiou 11 août 18:13

        @Fergus


        Ce qui est hilarant dans votre commentaire Fergus, c’est qu’en général lorsque l’on pointe la responsabilité écrasante du corps électoral quant à l’élection des tocards, des traitres et des corrompus qui nous gouvernent depuis trente ans - indubitable et incontournable logique pourtant dans un système électif au suffrage universel direct - vos semblables cherchent à les dédouaner en pointant du doigt la puissance et la domination de la machine de guerre politico-médiatique (acquise aux intérêts de la ploutocratie transnationale et au cosmopolitisme) en capacité de maitriser les débats et d’orienter l’opinion publique ; mais qu’en revanche, lorsqu’il s’agit d’expliquer et de comprendre les raisons qui font que le Front National, malgré la dynamique dont il est porteur et le fait majeur qu’il est eu raison sur pratiquement tous les sujets fondamentaux depuis cette période, ait à subit un plafond de verre électoral, les mêmes invoque cette fois le rejet d’une opinion mais qui serait totalement indépendante de la manipulation dont elle était précédemment l’objet !

        Ce positionnement est inintelligible sociologiquement, autrement par la raison qu’il sert de pitoyable défausse intellectuelle à nos tartuffes manipulés - ces cons d’électeurs cocufiés mais qui aiment tellement çà - pour justifier de leur médiocrité insondable, et finalement de leur sort funeste. 

        D’ailleurs, cher Fergus, les yeux dans les yeux, POUR QUI avez-vous voté en 2012, histoire de mettre en perspective et d’éclairer d’un jour nouveau vos propos faussement subversifs mais vraiment inconséquents ?

         smiley

      • Et hop ! Et hop ! 11 août 19:49

        @Fergus : Vous avez raison, les Français vont faire barrage au fascisme d’extrême droite et se reconnaître dans Alain Juppé qui va être élu et continuer le programme de la mondialisation commencé par Sarkozy et Hollande.


      • Fergus Fergus 11 août 20:07

        Bonsoir, Onecinikiou

        Désolé, mais je ne fais pas partie de ceux qui dénoncent une manipulation politico-médiatique permanente et efficiente. Ni dans un sens ni dans l’autre. C’est d’ailleurs pourquoi je rappelle régulièrement que les Français ont voté NON au référendum de 2005 malgré l’énorme machine de guerre politico-médiatique en faveur du OUI.

        En 2012, j’ai voté comme toujours pour la gauche radicale, autrement dit pour Mélenchon, au 1er tour. Et au 2e tour évidemment pour Hollande afin de barrer la route de Sarkozy que je considérais comme étant encore plus nocif. Si c’était à refaire avec les deux mêmes candidats, je revoterais de la même manière. Autrement dit pour le libéral à mes yeux la moins toxique pour les classes populaires.


      • Fergus Fergus 11 août 20:12

        @ Et hop !

        C’est en effet ce qui va très certainement se passer. Personnellement, entre le candidat LR et la candidate FN s’ils se retrouvent face à face au 2e tour, je voterai nul.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 20:12

        @Onecinikiou
        Le plafond de verre est simple à expliquer : 85% des Français ne veulent pas du FN, et cela, obstinément, à chaque élection depuis 40 ans. C’est justement sur ce rejet massif que s’appuient le PS, surtout, mais aussi les Républicains, qui s’en servent comme épouvantail.


        C’est la raison pour laquelle Fergus parle du FN, en bien ou en mal, il faut en parler, la campagne électorale est commencée. C’est ainsi depuis 40 ans, pour qu’à tour de rôle PS et Droite raflent la mise.
        «  40 fois d’affilée, depuis 1984, le FN a fait élire ceux qu’il prétend combattre. »

      • Fergus Fergus 11 août 21:30

        Bonsoir, Fifi Brind_acier

        « C’est la raison pour laquelle Fergus parle du FN »

        Absolument pas ! J’en parle pour rebondir sur un récent article et les commentaires qui ont suivi. Je n’ai d’ailleurs consacré que 3 ou 4 articles à ce parti en 8 ans.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 août 21:56

        @Fergus
        Cela fait 9 ans que l’ UPR explique que le FN n’a pas vocation à gouverner, mais à servir d’épouvantail pour faire élire les deux autres.


      • Ezamose 11 août 22:53

        @Fergus

        Bonsoir,

        Je regarde vos propos depuis un moment et pour ce coup-ci, je me suis décidé à réagir.
        Vous évoquez le fait que MLP n’aurait que peu de chances de remporter l’élection présidentielle de 2017 vis à vis du plafond de verre dû à une grande majorité de Français qui ne se reconnaissent pas dans le FN.

        Mais il ne faudrait pas oublier que MLP pourrait évoquer certaines choses qui donnerait véritablement peur au peuple et lui donnerait une légitimité plus que grandissante.

        Que se passerait t’il si au cours d’un débat contre un représentant LR ou PS sur le terme de la dette publique, MLP évoquait une autre dette, celle des engagements hors bilan de l’état d’on le rapport en 2013 publié par la Cour des Comptes faisait deja état de 3091 milliards d’Euros ? ( dette publique + engagement hors bilan = 260 % du PIB )

        La politique UMPS serait totalement mis à mal pour devoir se justifier de cette dette d’on personne ne parle :) http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/06/11/31007-20150611ARTFIG00140-3200-milliards-d-euros-la-dette-francaise-cachee-dont-on-ne-parle-pas.php

        Que se passerait t’il si MLP évoquait le fait que le gouvernement à armé les terroristes de Charlie hebdo ( voir l’aveu ci-joint de l’Assemblé Nationale : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030830869 )

        Que se passerait t’il si MLP évoquait que la plus grande crise qui est jamais été soit à notre porte via les banques et surtout le marché obligataire avec un montant de dettes qui dépasse largement le PIB mondial ? ( Article Agoravox de 2016, je cite : " Les banques européennes ont déjà admis l’existence d’un trillion de dollars de crédits non-performants. Elles sont fortement exposées au marché émergent et ont très certainement refinancé des créances douteuses qui n’ont jamais été dévoilées. « http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/banquiers-internationaux-il-va-177480


        Vous votez Mélenchon ? Petite question à quoi bon voter pour un homme qui veut » limite " accueillir toute la misère du monde ?

        De la part d’un ex FN qui à rendu sa carte pour aller à l’UPR.

        A vous lire


      • Fergus Fergus 11 août 23:11

        Bonsoir, Ezamose

        Nous verrons bien car Le Pen sera au 2e tour, c’est désormais une quasi-certitude. Elle aura donc l’occasion de poser toutes les questions qu’elle jugera utile à sa candidature. Mais il pourrait bien y avoir également des questions gênantes à la candidate FN, notamment sur les questions de financement du parti ou d’amitiés douteuses. smiley

        Quant à Mélenchon, il n’a jamais prétendu que la France doit « accueillir toute la misère du monde », mais comme Rocard, il estime que notre pays doit en prendre sa part. A juste titre !


      • zygzornifle zygzornifle 12 août 08:55

        @Et hop !
         

        et se reconnaître dans Alain Juppé qui va être élu... Se reconnaitre dans Juppé c’est se reconnaître dans un homme qui a été condamné pour emplois fictifs et qui s’était évaporé au Canada en plus avec ses problèmes d’appart de fonction dont a profité son fils ....bel exemple d’intégrité, les Français n’aiment pas l’honnêteté, ils sont habitués depuis 40 ans a voir les crapules défiler l’Élysée envahissant les postes les plus élevés, voter pour Juppé c’est soutenir la malversation et ce système pourri.....

      • zygzornifle zygzornifle 12 août 09:00

        @Fergus


        Mais il pourrait bien y avoir également des questions gênantes à la candidate FN, notamment sur les questions de financement du parti ou d’amitiés douteuses. 

         on a bien vu sarko et son sarkoton pour renflouer l’UMP.... en plus il faut se rappeler que sarko était le roi et l’organisateur de l’évasion fiscale car a une époque il amenait sa richissime clientèle ouvrir des comptes en Suisse cela n’a pas empêché les électeurs embobinés de VEAUTER pour lui ....


      • Zevengeur Zevengeur 12 août 10:36

        @Fifi Brind_acier

        Cet article est très pertinent.

        Ce qui est vrai pour le FN l’est hélas 100 fois plus pour l’UPR, comment imaginer que ce parti puisse grimper en flèche en une année ?

        Inconcevable non ?....


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 août 19:40

        @Ezamose
        Bienvenue à l’ UPR ! Si le FN dévoilait ce que vous dites, il ne se passerait .... rien du tout ! Car le FN couplerait ces révélations de propos racistes et xénophobes, que les Français ne supportent plus.


        Ils ont parfaitement compris que le discours du Bourget de Hollande « mon ennemi c’est la fiance », c’était du pipeau... Mais ils ne supportent pas que les discours du FN soient constamment entrelardés de propos racistes et xénophobes , qui divisent les Français, sans jamais s’attaquer aux causes.

      • raymond 14 août 12:35

        @Zevengeur
        pas d’accord, l’UPR a un programme, le FN a un PROJET de PROGRAMME.


      • calal (---.---.20.116) 11 août 08:36

        un vote pour marine n’a que des avantages amha :

        -pas de prise de risques puisqu’elle n’aura quasi aucun pouvoir vu que c’est l’europe et merkel qui dirigent la france
        -elle ne fera pas pire que hollande ou sarko
        -elle ne fera pas de guerre coloniale a l’exterieur
        -elle organisera un referendum sur leurope
        -ce sera la premiere femme elue presidente en france (mdr la tete des feministes...)
        -ce vote sera un grand coup de pied dans le c... des partis traditionnels qui verront leurs responsables remis en cause par leur base et feront emerger de nouvelles tetes.

        bref amha que du bonheur...


        • Fergus Fergus 11 août 09:34

          Bonjour, calal

          Désolé, mais votre analyse est contestable sur plusieurs points, sans même parler de l’UE où la politique mise en œuvre est celle qu’ont voulue les chefs d’état et de gouvernement, et pas seulement Merkel ou la Commission :

          1) Rien en l’état du projet - ô combien mal ficelé - de Le Pen ne permet d’affirmer qu’elle ne ferait pas pire que ses prédécesseurs. Mais il est vrai que l’on ne peut démonter le contraire, comme pour l’existence de Dieu. On est donc là sur une question de foi. smiley

          2) Rien n’empêcherait Le Pen de déclencher de nouveaux conflits, il est vrai sur des bases idéologiques différentes. A noter que même en cohabitation, elle resterait d’ailleurs la « chef des armées ». N’oublions pas que la présidence dispose des armées par pouvoir régalien, et aucun vote de l’Assemblée Nationale n’est nécessaire durant les quatre premiers mois d’intervention.

          3) Elle peut en effet organiser un référendum sur la sortie de la France de l’Union Européenne, mais en courant un risque de le perdre. Imaginez quelle serait sa légitimité en cas d’échec ! A mon avis, elle hésiterait à se lancer dans cette aventure. En revanche, elle pourrait engager un bras de fer avec l’Allemagne dans le cadre européen, mais il n’aurait aucune chance d’impressionner qui que ce soit si Le Pen ne dispose pas d’un fort soutien parlementaire.

          D’accord avec vous en revanche sur la remise en cause des partis traditionnels et de leurs dirigeants.

          J’ajoute à cela que vous avez oublié une prérogative importante : Le Pen présidente - même sans majorité parlementaire - pourrait déclencher très rapidement un référendum sur l’instauration de la proportionnelle aux législatives. Moyennant quoi, elle pourrait, en cas de probable validation par les Français, dissoudre l’Assemblée Nationale après que les cartes soient ainsi rebattues.


        • Pere Plexe Pere Plexe 11 août 10:57

          @calal
          c’est presque vrai.

          Le seul pouvoir que pourrait avoir MLP élue est le pouvoir de nuisance.

          - il est clair que l’EU sans la France ni le RU imploserait.La France se trouvant seule face au géants (USA,Chine...)
          - il est probable que le pays soit confronté à de graves troubles sociaux limite guerre civile. Sans compter la crise institutionnelle Sénat et Parlement étant en opposition avec la Présidente.
          Meme le controversé 49.3 ne saurait lui donner un semblant de pouvoir tant il est sur qu’une motion de censure serait voté.

          Pour le bonheur vous repasserez !


        • Ben Schott 11 août 11:04

          @Fergus

           
          « Rien n’empêcherait Le Pen de déclencher de nouveaux conflits, il est vrai sur des bases idéologiques différentes. »
           
          Théoriquement, oui. Mais quels nouveaux conflits pourrait-elle déclencher ? Je cherche...

          Le chef de l’État est effectivement le chef des armées, et il est censé engager son pays dans un conflit pour défendre ses intérêts supérieurs. Si MLP déclenchait un conflit sur « des bases idéologiques différentes », quelles seraient-elles et quelles sont les bases idéologiques des conflits passés et présents ?

           
          « Elle peut en effet organiser un référendum sur la sortie de la France de l’Union Européenne, mais en courant un risque de le perdre. »
           
          Sachant que ce référendum serait une des pièces maîtresses de sa campagne et l’une des raisons principales de son éventuelle élection, cela semble assez peu cohérent.
           


        • calal (---.---.20.116) 11 août 13:32

          rpour repondre vite fait a vos remarques :

           1° vous vous fondez sur le programme du fn pour evaluer le risque qu’une presidence marine nous ferait courir.C’est si delicieusement naif apres un quinquennat hollande qui na pas tenu une grande partie de ses engagements mais a accompli plein de choses « hors mandat » ( loi travail par ex...)

          2° marine pourrait faire des guerres autres : du genre original sans doute comme tuer des mulsulmans un peu partout sur la plante ? Rappel sarko a tue en libye, il semble que des soldats francais interviennent en syrie...
           
          3°marine noserait pas faire un refenrendum de peur d’etre desavouer ? Mais n’est ce pas le cas de tous les politiques pro euopeeens qui nous ont repete a l’envie apres le brexit qu’ils ne referont pas la meme erreur que les anglais ?

           4° vous ne ’avez pas repondu sur le fait que marine a une chance d’etre la premiere femme presidente de la republique en france. N’est il pas temps en 2017 de laisser le pouvoir a une femme ?


        • Fergus Fergus 11 août 14:01

          @ calat

          Très franchement, je ne vois pas Le Pen engager quelque guerre que ce soit. Mais si le pire n’est jamais sûr, le meilleur non plus. Or, le profil des membres du clan Le Pen n’est pas très rassurant à cet égard du fait de leur proximité avec certains mouvements extrémistes européens et de la présence d’anciens du GUD dans l’entourage proche de la présidente du FN.

          Sur le fait que Le Pen soit une femme, je ne suis pas gêné : ce serait à mes yeux le seul véritable point positif. Exactement comme avec Clinton aux Etats-Unis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès