Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les axes fondamentaux de l’échiquier politique français en (...)

Les axes fondamentaux de l’échiquier politique français en 2016

Le clivage gauche-droite actuel est en bonne partie éprouvé, près d’un français sur trois ne sachant plus se positionner par rapport à lui. L’intérêt de cet article est de mettre en valeur les véritables clivages qui traversent les courants d’idées, en postulant l’existence de deux axes majeurs sur un clivage unique formant la matrice idéologique de la politique française.

Préalable

Ce que je vous propose dans ce billet est le résultat des observations que j’ai pu mener en scrutant la vie politique de ces trois dernières années. Si je ne prétends pas détenir « la vérité » et que je tâche de corriger mes erreurs au fur et à mesure que je tente de comprendre les rouages de ce système, la matrice à travers laquelle je vous propose de percevoir ici le champ des clivages fondamentaux de la politique est à mon avis oh combien plus pertinente et globalement juste que ce que nous avons l’habitude d’envisager. Sachez qu’avant d’en arriver là, ma vision des choses a elle-même fortement évoluée pendant ces trois années d’observations ; et je la considère enfin assez mûre pour pouvoir la schématiser.

Il est possible que cette vision corrobore peu – voire pas – avec la vôtre. Malgré tout, et avant que vous ne l’adoptiez ou ne la rejetiez trop facilement, je vous livre ici quelques explications qui vous aideront à mieux comprendre ma façon d’envisager les axes politiques importants. Ne vous braquez pas si vous sentez que vous vous trouvez dans la « mauvaise » position sur ces schémas, tâchez simplement de comprendre pourquoi vous y êtes. Ce n’est pas une invitation à l’auto-flagellation, mais à la réflexivité, la réflexion sur soi-même et ses propres positions =)


Un des problèmes majeurs que pose le clivage gauche-droite tel qu’on le perçoit actuellement, c’est qu’il englobe la question des valeurs morales. Ainsi la personne de gauche se doit d’être progressiste sur le plan des valeurs, et la personne de droite conservatrice. L’inconvénient majeur résultant de cette vision se situe dans l’impossibilité de créer une union populaire entre les tenants d’une vision de gauche progressiste d’une part et d’une vision de droite conservatrice de l’autre, qui se retrouvent à l’opposé sur le plan des valeurs, piégées dans leur antagonisme structurel, rendant leurs positions d’apparence inconciliable.
Mais pourquoi diable jouer sur ce terrain des valeurs s’il nous empêche de nous unir pour un intérêt supérieur, l’intérêt de la nation, l’intérêt général ?

Comme l’a souligné le journal Fakir dans cette vidéo, nous savons de manière factuelle que la gauche de gouvernement a abandonné le terrain socio-économique en mars 1983, c’est le tournant de la rigueur. La stratégie du Parti dit Socialiste a été de détourner les esprits des électeurs des questions socio-économiques – le PS de part son orientation en faveur du Système Monétaire Européen (SME) ne pouvant plus les résoudre, il a donc fallu opérer une nouvelle stratégie de séduction de l’électorat qui a conduit le PS et plus largement la gauche à jouer une autre carte fédératrice, celle de l’antiracisme.

Pour construire ces nouveaux axes, j’ai plutôt essayé de prendre la matrice politique telle qu’elle est à la vue des idées politiques en vigueur aujourd’hui et ce au regard d’un seul critère : l’intérêt général. C’est à dire lorsque l’action de l’État, les services publics, les lois et plus généralement les institutions respectent l’intérêt supérieur du peuple (qui a par exemple intérêt à la liberté d’expression, la pluralité des opinions dans les médias, le respect de la vie privée, etc).

Ces axes sont également le fruit d’un modèle politique auquel je souscris, celui de l’État-nation – et d’un positionnement clair : celui qu’il faut non pas détruire l’État, mais plutôt le dompter en en prenant le contrôle.


Introduction – L’obsolescence du clivage gauche/droite

Le clivage actuel (tel que perçu par le français moyen) :

gauchedroite9

Autrement dit, voilà en plus simplifié ce que les médias et un grand nombre de politiques présentent habituellement :

gauchedroite6

Nous aimons que les choses soient bien rangés, qu’elles soient « à leur place », et il n’y a rien de mal à cela, cela nous aide à donner du sens aux évènements du monde, dans le but de structurer notre conscience. Le problème, c’est que cette vision de la politique est archaïque, et ce quand bien même de nombreux acteurs médiatiques et politiques s’appliquent encore à les faire perdurer artificiellement, de sorte à maintenir l’ordre social et inégalitaire existant. Cela fait intégralement partie du jeu politique du Système.

Il y a encore quelques temps, nous aimions penser que la gauche soit progressiste et que la droite soit républicaine. Mais tout cela a disparu. La droite républicaine a disparu avec De Gaulle, tandis que la gauche progressiste est morte avec la trahison du PS au tournant de la rigueur en 1983, deux ans après son accession au pouvoir (voir quand la gauche a basculé à droite, ou bien le documentaire La Nouvelle Droite).

Les partis politiques traditionnels et les médias dominants sont en interaction constante entre eux, immergés dans l’environnement politico-médiatique. Ils façonnent largement l’opinion publique politique. Les médias fonctionnent comme des réceptacles bien clivants, en présentant des factices « extrême-droite » et « extrême-gauche », qui ont eux pour fonction de recueillir les mécontents, toujours en les clivant, parce qu’ils ne seront jamais assez nombreux et fédérateurs pour gouverner. Les uns affichent des opinions très diabolisées en surfant sur la désignation d’un bouc-émissaire, les autres sont si véhéments qu’ils rebutent une bonne partie de l’opinion.

Aujourd’hui, il ne reste donc aux citoyens que leurs yeux pour pleurer. La diversité de l’offre politico-idéologique paraît inversement proportionnelle à celle des marques de lessive dans un supermarché : c’est à dire quasi-nulle.

Partant de ce constat que le clivage gauche/droite est obsolète, je vous présente ce qui pour moi la vie politique française telle que l’on devrait la percevoir du point de vue de l’intérêt général. Il existe deux types de clivages. Un clivage premier et deux sous-clivages secondaires.


I Le clivage premier : Intérêt Général VS Intérêts des 1%

Dans le clivage premier, il existe deux types d’idées ou de positionnements politiques opposés l’un à l’autre : les positions conformes à l’intérêt général d’une part, et les positions conformes à l’intérêt des ultra-riches de l’autre (caricaturés par la formule « les 1% »). Les positions d’asservissement sont en bas à droite du schéma, les positions de souveraineté en haut à gauche. Je pense qu’il est logique de le considérer comme le nouveau clivage gauche/droite, bien plus logique que le clivage actuel, parce qu’il est plus à même de permettre à la société de répondre aux enjeux économiques et sociaux de notre temps, du fait qu’il mette en avant d’un côté les espoirs (d’une nation indépendante et d’un peuple souverain) et de l’autre les trahisons.

L’existence de ce clivage se justifie par la prise en compte de deux facteurs. Les pertes de souveraineté successives de ces dernières décennies au profit de l’Union Européenne, et la montée de la contestation de ladite « démocratie représentative » ainsi que les revendications institutionnelles au profit de la volonté croissante des français de participer directement aux décisions politiques (démocratie directe).


II Les deux clivages secondaires : Souveraineté Nationale VS Mondialisme* et Souveraineté Populaire VS Oligarchie

*Mondialisme : processus planétaire en cours ayant pour objectif la destruction des coutumes, des cultures et des nations, remplaçant les citoyens par des consommateurs, en vue de créer une gouvernance mondiale dans un monde culturellement indifférencié. Exemple de créature institutionnelle qui s’inscrit dans ce courant : l’Union Européenne, vers qui les nations qui en font partie perdent toujours davantage de leur souveraineté.

Schéma 2 : Les deux sous-clivages

→ Le cadre dans lequel le peuple exerce sa souveraineté est le cadre national. Sans nation souveraine, pas de peuple souverain.

→ A l’idéal démocratique s’oppose l’oligarchie constituée de la Vème République, sacralisée par le suffrage universel d’où elle tire sa légitimité prétendue.

Schéma 3 : L’arc de résistance idéologique

→ Les forces politiques proches de l’arc blanc (à superposer avec le schéma 5) transmettent et entretiennent l’illusion d’un espoir, sans toutefois jamais prendre de positions souhaitables à la fois réalistes et radicales.

Schéma 4 : Chaque camp a ses modérés et ses radicaux.

→ L’illusion de la pluralité des opinions et des faux-espoirs (Parti Pirate, Nouvelle Donne) caractérisé par un léger décalage vis à vis de la position dominante. Par exemple pour les deux partis sus-cités, un goût relativement prononcé pour la démocratie, tout en ne remettant pas en cause les structures mondialistes, en étant toujours frileux sur les positions de souveraineté nationale.

Schéma 5 : La dissidence s’oppose au Système

→ Le schéma 5 met en évidence l’éloignement des positionnements idéologiques des partis vis à vis des prises de position des leaders d’opinion.

→ En bas à droite, les partis de gouvernement. Même politique économique et même vision géopolitique, sont interchangeables, ne cessent de s’interchanger dans la gouvernance… sans rien changer.

→ Exemple de mesure allant vers la souveraineté nationale : sortie de l’euro, de l’OTAN, de l’Union Européenne.

→ Exemple de mesure allant vers la souveraineté du peuple : l’instauration du référendum d’initiative citoyenne (RIC) pour toute question.


En conclusion, le véritable enjeu n’est pas de savoir si vous êtes de droite ou de gauche, mais si vous êtes en faveur de la souveraineté nationale et populaire, ou plutôt en faveur du système oligarchique et mondialiste. Ces deux clivages sont fondamentaux pour comprendre quels intérêts vos idées servent réellement.


Note : le M’PEP est désormais le Parti de l’Émancipation du Peuple.


Sincères remerciements à Saab pour sa patience et sa précision dans la réalisation des schémas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

172 réactions à cet article    


  • leypanou 6 février 14:09

    Partant de ce constat que le clivage gauche/droite est obsolète : pas du tout, çà dépend qu’est ce que vous mettez dans gauche et droite.

    F Lordon, par exemple, ne se condisère pas du tout comme étant de droite, et pourtant, il est souverainiste.

    En tout cas, le livre La deuxième droite de JP Garnier & L Janover est vraiment à lire pour ceux qui veulent comprendre le cheminement de ces prétendus « défenseurs des classes laborieuses ».


    • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 6 février 21:21

      @leypanou, étant donné que les manettes ne sont plus à l’Etat mais à Bruxelles et Francfort (quand ce n’est pas Washington), il faut en priorité redonner à l’Etat la possibilité de décider librement à nouveau. Les questions socio-économiques viennent après la question de la souveraineté.


    • foufouille foufouille 6 février 15:57

      la place du PCF est en bas à droite et donc le merlan plus bas.


      • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 6 février 17:11

        @foufouille, Pas autant que le PS, mais j’aurai du le placer plus bas en effet. Le PCF est d’ailleurs très critiqué par une partie du FdG. J’en tiendrai compte lors d’une prochaine version.


      • foufouille foufouille 6 février 17:14

        @Anthony Rêveur
        franchement un parti communiste qui vire des squatteurs d’un immeuble de bureau vide en vente n’est pas de gauche.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 09:52

        @Anthony Rêveur
        Il faudrait vous méfier du verbe « critiquer » ... Beaucoup de Partis politiques critiquent... Hollande, l’Europe, l’euro, Sarkozy, l’ OTAN, toussa, toussa...
        Cela ne veut pas dire que les solutions qu’ils proposent au final, soient aussi radicales que leurs critiques. Les montagnes politiques ont la fâcheuse manie d’accoucher d’une souris !


        Cela fait plus de 30 ans que toute la classe politique nous balade avec la fausse croyance qu’un pays peut faire changer les Traités européens. Ils se gardent bien d’expliquer qu’il faut l’accord unanime des 28 pays.. Et comme les 28 pays sont de plus en plus divisés, ils peuvent attendre longtemps l’unanimité....

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 09:56

        @Fifi Brind_acier
        Le PCF puisqu’il s’agit de lui dans la discussion, est aussi euro-atlantiste que le FDG.
        Ni l’un , ni l’autre n’envisage de sortir de l’ UE. Ils ont tous les deux soutenu Syriza.
        Et ils se vantent tous les deux « de pouvoir changer les traités ».


      • non667 7 février 16:21

        @Fifi Brind_acier
        ok.fifi asselineau sort de l’ue mais laisse entrer le mondialisme à travers toute la misère du monde ! = taupe du N.O.M.


      • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 7 février 22:24

        @Fifi Brind_acier, Vous ne m’apprenez rien.
        En revanche il y a des voix dissonantes au sein du PG à l’encontre du PCF. C’est tout ce que je dis.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 11:36

        @Anthony Rêveur
        Ces voix dissonantes portent sur les alliances du PCF avec le PS, pas sur la souveraineté.
        C’est ce que je voulais dire.


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 6 février 17:43

        Cette typologie des socio-styles politiques a le mérite d’être présentée sur une matrice en deux dimensions (deux axes) un peu plus subtile que le manichéisme linéaire habituel.


        Un troisième axe orthonormé au plan des deux existants pourrait permettre d’appréhender ces réalités en trois dimensions . Les deux pôles de l’axe seraient respectivement :

        - tout état
        - tout privé

        • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 6 février 21:18

          @M de Sourcessure, ce qui correspond en quelque sorte à l’axe démocratie (triomphe de l’intérêt public) /oligarchie (triomphe des intérêts privés).


        • JL JL 7 février 10:24

          @Anthony Rêveur, M de Sourcessure, 

           
          le plus grand prodige du diable c’est de nous faire croire qu’il n’existe pas. Le diable ici c’est le néolibéralisme (*), cette fameuse troisième dimension qui a été omise ici. 
           
          Je vous livre ici ce que j’ai écrit dans mon profil :  La Gauche et la Droite sont respectueuses des valeurs égalité et liberté, mais la Gauche est portée sur la réduction des inégalités systémiques et la droite c’est le contraire. Le néolibéralisme qui renie la valeur égalité serait de ce fait (dans une représentation linéaire) à la droite de la droite, c’est-à-dire à l’extrême droite.
           
          il faudrait en toute rigueur écrire : néolibéralisme vs les conservatismes, au pluriel donc et excepté le néoconservatisme lequel ne fait avec lui qu’une seule et même chose. 
           
           
          La réflexion sur ces sujets est délicate, puisque dans la mondialisation libérale, nos notions de droite et gauche sont en train d’évoluer vers celles des Américains : Libéraux vs Démocrates. Mais prudence : là bas aussi le diable existe.



        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 février 17:41

          @M de Sourcessure

          « L’échiquier politique » implique sa propre dimension ^^


        • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 7 février 22:29

          @JL, Si on observe bien le schéma, on se rend compte que les néolibéraux sont tous en bas à droite. Ce qui me fait redire que la question principale est celle de la souveraineté. Pour quitter le néolibéralisme mortifère il faut retrouver les instruments décisionnels. Mais cela ne suffit pas, car on pourrait très bien revendiquer la souveraineté nationale et avoir à nouveau le capitalisme de droite à papa. Non merci. Contre cela, la souveraineté populaire nous garantit un système socio-économique juste. L’intelligence collective citoyenne fera le reste.


        • JL JL 8 février 09:20

          @Anthony Rêveur,

           
          je pense que votre schéma est pertinent au regard des deux tendances que vous avez pris comme repères. Mais seulement ces deux critères lesquels sont un peu redondants : en effet, plus la communauté est vaste et plus la démocratie est dévoyée.
           
          Pour ma part, j’aurais remonté l’UMP et déplacé le PS à gauche. Quant au Parti de Gauche c’est un parti de démocrates, et pour cause.
           
          Faute de mieux, j’aurais mis en bas à gauche les anarchistes et les libertariens, tel Isga bien connu sur ce site, en remarquant que ce sont des irréalistes puisque, comme je l’ai dit plus haut, mondialisme et démocratie sont antagoniques. 
           
          Au sujet de la Gauche vue comme progressiste par opposition à la Droite conservatrice, il faut dire qu’elle a accueilli par démagogie, quantité de minorités agissantes et pour la plupart aisés voire très aisées qui ont perverti sa vocation de justice sociale (cf. Le sociétalisme).
           
          La gauche est la tendance politique pour laquelle la Fraternité n’est pas un mot creux dans notre devise nationale, et ça n’a rien à voir avec la démocratie.
           


        • Le421 Le421 6 février 18:36

          Le clivage gauche-droite actuel est en bonne partie éprouvé...

          Première phrase.
          Tout faux.

          La France actuelle est à droite, à droite ou encore plus à droite.

          La vraie gauche a été soigneusement effacée du paysage politique par des escrocs menteurs, incapables et faux-culs qui ont embrouillés les français en leur faisant croire qu’ils étaient de gauche.
          Ce qui me fait dire avec certitude que les socialistes ont été élus avec des gens réellement de gauche, plus des faux-culs qui savaient très bien que ce n’était pas leur camp.
          Mais ils ne nous baiseront plus.
          Et en 2017, au mieux, ce sera Sarkozy ou Le Pen.
          Et j’irai à la pêche, ce Dimanche là...

          Et la France se démerdera. Sans moi...


          • Le421 Le421 7 février 08:55

            @Le421
            C’est marrant, personne ne réponds à ce sujet...
            Aurais-je raison ??
            Le PS serait-il à droite ??
            Et non pas à gauche comme tous les analystes politiques à deux balles de plateau télé le disent.

            L’auteur de l’article aussi d’ailleurs...


          • gaijin gaijin 7 février 11:02

            @Le421
            qui peut croire qu’un président passé chez les young leaders serait a gauche ?
            tout cela n’est qu’une vaste imposture et il n’ y a que deux camps : le camp des dirigeants et le camp des vrais gens ....( les sans dents si on est de gauche, les pèquenots si on est de droite )


          • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 7 février 15:31

            @Le421, Si vous lisez le schéma, je place le PS en bas à droite, du côté des intérêts de l’hyper-classe. Ne dites pas n’importe quoi dans l’unique espoir de vous faire remarquer, je vais vite perdre patience.


          • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 7 février 15:33

            @gaijin, je ne pense pas qu’il n’y ait que deux « camps ». On peut identifier deux grandes catégories de types d’intérêts en revanche : les intérêts populaires et les intérêts de l’hyper-classe.


          • non667 7 février 16:33

            @Anthony Rêveur

            je ne pense pas qu’il n’y ait que deux « camps ».

             tout faux  !si il n’y a que 2 camps comme l’ont montré les dernières élections et le montrera celles de 2017
            -le fn patriote,nationaliste,souverainiste démocrate et républicain quoi qu’en disent ses adversaires
            - le front ripoublicain = pro N.O.M. judéo-américain ......,antidémocratique comme l’a montré l’adoption du traité de lisbonne ourtant désapprouvé par référendum en 2005 !

            tout le reste n’est qu’embrouille et enfumage


          • Le421 Le421 7 février 17:18

            @Anthony Rêveur
            il a donc fallu opérer une nouvelle stratégie de séduction de l’électorat qui a conduit le PS et plus largement la gauche à jouer une autre carte fédératrice...

            J’avais cru à une assimilation du PS et de la gauche... Avouez que la confusion est facile dans vos écrits !!


          • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 8 février 17:33

            @non667, je parlais sur le plan idéologique. Aussi, pouvez-vous me dire en quoi le FN est-il un parti démocrate ?


          • Ar zen 9 février 07:54

            @Anthony Rêveur

            Question qu’il convenait de poser. Peut-on l’étendre aux autres partis : PS et LR ? En quoi sont-ils démocratiques ? En quoi représentent-ils les intérêts du peuple et l’intérêt collectif ? Actuellement en France le peuple a le droit de choisir ses élus. Ensuite ceux ci font ce qu’ils veulent, sans jamais à avoir à rendre de compte. Si encore le peuple avait vraiment la possibilité de choisir ses élus. Même pas ! Ceux ci appartiennent à une certaine caste. Ils sont promus par une presse et une télévision au service d’une oligarchie. Les gens votent comme la « voix de son maître » lui demande de voter. Démocratie représentative = démocratie de marché. Quelques citations :

            • « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. » Abbé SIEYÈS, discours du 7 septembre 1789.

            • « Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira. » Alexis de Tocqueville. • « Quand je vois un pauvre aller voter, je pense à un crocodile se rendant dans une maroquinerie. » Coluche.

            Alors le PS et LR sont-ils des partis « democratiques » ?


          • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 9 février 17:00

            @Ar zen, Vous ne m’apprenez rien vous savez :) ?


          • non667 9 février 20:12

            @Anthony Rêveur
            . Aussi, pouvez-vous me dire en quoi le FN est-il un parti démocrate ?

            . Aussi, pouvez-vous me dire en quoi le FN n’est-il pas un parti démocrate ?


          • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 10 février 10:16

            @non667, Facile renversement de la charge de la preuve mais soit. Parce que c’est un parti politique et qu’il faut d’énormes moyens pour être élu. Ce qui lie le parti aux puissances financières, donc contre les intérêts populaires. Les partis installés sont des leurres. Une fois Marine Le Pen au pouvoir, Philippot perdra sa bonne influence au profit de lobbies en tout genre.


          • Ar zen 11 février 19:52

            @Anthony Rêveur

            Tant mieux !


          • diogène diogène 6 février 18:48

            « Mais ils ne nous baiseront plus. »


            Oh vous savez, c’est la première fois que ça fait mal !

            • foufouille foufouille 6 février 19:12

              @diogène
              non lui c’est tous les jours


            • Le421 Le421 7 février 08:53

              @foufouille
              En fait, on se fait réellement baiser quand on n’a pas été prévenu.
              Vu que j’écoute plutôt Mélenchon et que celui-ci nous avait bien averti en 2012 que Hollande, c’était une gauche de cirque, je n’ai pas été surpris...

              Après, il faut jouer le jeu de la « démocratie » (ouarf ouarf !!) à la française.

              Je n’attendais rien du PS. Donc, que je me sois fait baiser, tous les jours en plus, ça peut se discuter.
              Pour anecdote, je vous signale que j’ai même arrêté les suppositoires pour le rhume, ça me gênait...  smiley

              J’aime bien le message subliminal de l’auteur où il peint soigneusement en rouge la zone graphique où les gens favorisent les 1%. Ce n’est pas anodin.
              En réalité, il faudrait inverser les couleurs. Le bleu le plus foncé va pour les intérêts personnel et le rouge pour l’intérêt général... Le PS est largement dans la zone bleue et certainement pas dans la rouge.


            • foufouille foufouille 7 février 11:36

              @Le421
              il te faut mettre le PCF dans le bleu. le FDG ne plait pas aux électeurs donc il y a bien un problème dans ton parti.


            • Le421 Le421 7 février 17:27

              @foufouille
              A noter que le Front de Gauche est sensé être un rassemblement de partis de sensibilités proches. Ce n’est pas un parti. J’en suis d’ailleurs désolé.
              Il faut constater que Hollande et son orchestre, à l’instar de Mitterrand, jouent le jeu dangereux de la destruction par la zizanie de tout ce qui représente la gauche française.
              Or, le principe de base de la démocratie, que l’on soit de gauche ou de droite, c’est la nécessité d’avoir un équilibre entre une majorité et une opposition. Un pays réellement démocratique n’a jamais des résultats à 90-10 aux élections. Quand je parle d’équilibre, ça peut se jouer à 5-10 points, mais pas plus.
              Or, en France, on s’aperçoit que l’offre proposée par les médias et les dirigeants est à droite (PS), à droite (LR) ou encore plus à droite (FN).
              Caractéristique d’un système dictato-bordélique cher à la bande de Solférino.
              Ca promets en 2017 !!
              Finalement, si la gauche ne doit plus que compter les points, je souhaiterais presque la victoire du FN pour semer le merdier final... Parce que vu comme ils s’entendent bien et comme ils ont les dents qui rayent le parquet...


            • foufouille foufouille 7 février 18:35

              @Le421
              « Un pays réellement démocratique n’a jamais des résultats à 90-10 aux élections. »
              si, si ce parti est pour tout le monde. dans ce cas tu aurais peu abstentionniste. la russie est bien une démocratie ?
              le FDG est out pour de nombreuses raisons, dont trop de vieux pantouflards et faux culs.


            • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 10 février 10:20

              @foufouille, la Russie n’est pas une démocratie : c’est une oligarchie dans laquelle les intérêts nationaux sont davantages respectés qu’en Europe (ce qui est déjà pas mal). Mais les Russes n’ont pas de pouvoir particulier en Russie.


            • franc tireur 6 février 23:38
              souveraineté populaire surtout pas ! je ne veux pas etre méchant mais je n’ai aucune confiance dans les choix du peuple francais . dailleurs quand on lui donne le pouvoir de decider il vote maastricht, chirac,sarkozy,hollande .mais putain reveillez vous on a la classe politique et la politique qu’on mérite ! vous verrez qu ils vont elir juppé ,superbe modèle du libéral atlanto européiste. et ca ne sera pas de la faute de nos institutions.
              les francais de tous temps ont eu besoin d un homme ou femme providentiel qui les tire vers le haut,les sort de leur médiocrité , une autorité auto proclamée qui renverse la table et reprend en main le pays . parce que le francais tu lui laisses le pays il t en fais un cloaque . le francais c est comme le russe il n est pas fait pour la vraie démocratie , il veut etre guidé ! c est l Etat qui est grand pas le peuple 


              • Anthony Rêveur Anthony Rêveur 6 février 23:56

                @franc tireur, on remarquera que depuis 1992 Internet est là, les informations se diffusent et se transmettent plus facilement, et que le peuple français a voté non à la Constitution Européenne en 2005. Ainsi pour tempérer votre scepticisme sur les référendums, je vous propose la lecture de ces quelques mots, du sociologue français Antoine Bevort :

                "La démocratie directe ne repose pas sur l’illusion que les citoyens garantissent la « bonne décision », mais elle postule que les citoyens sont in fine plus aptes que les rois-philosophes, les avant-gardes ou les professionnels à décider des affaires de la cité.


                La démocratie n’est pas un sport de spectateurs, ni une affaire de professionnels, mais une activité citoyenne." https://www.facebook.com/notes/anthony-r%C3%AAveur/se-rapprocher-dune-d%C3%A9mocratie-manifeste-pour-des-droits-r%C3%A9f%C3%A9rendaires/10152184281547766


              • lloreen 7 février 11:36

                @franc tireur
                "souveraineté populaire surtout pas ! je ne veux pas etre méchant mais je n’ai aucune confiance dans les choix du peuple francais ."

                La sagesse s’ exprime dans la voix populaire et certainement par par celle de dirigeants de sociétés commerciales.
                La voix populaire s ’ est exprimée par referendum et a rejeté majoritairement le traité de Lisbonne en 2005.

                La voix populaire s’ abstient massivement lors des élections dont chacun sait (au moins plus de la majorité à chaque élection !) que le résultat est connu d’ avance et que les dés sont pipés.
                Certaines fois, les résultats sont carrément frauduleux et il semble qu’ Outre-Atlantique c ’ est le sport préféré de certains candidats dont voici un échantillon récent.

                http://www.usatoday.com/story/tech/news/2016/02/01/microsoft-app-used-tally-votes-iowa-caucus-fails-some-areas/79674064/

                Sachant que le généreux donateur est un grand ami de Killary ...
                http://www.naturalnews.com/050842_Hillary_Clinton_Foundation_campaign_donat ions.html

                Les électeurs contestent le comptage des voix :
                https://www.youtube.com/watch?v=CNz-dtnQ1Ys

                Monsieur Sarközy de Nagy Bocsa, grand admirateur de ce clan de prédateurs a déclaré être favorable au comptage des voix par des machines (truquées ?...).

                On est donc en droit d’ avoir les plus grandes réserves envers ceux qui ont prouvé depuis des décennies qu’ ils savent si bien défendre leurs intérêts claniques au détriment de ceux de la grande majorité.

                Je ne doute pas en revanche du fait que le peuple français n’ a encore jamais eu réellement le choix de sa politique pour la bonne et simple raison que le système actuel verrouille absolument l’ expression populaire en détournant les médias et en faisant une propagande mensongère voulant faire croire que le résultat des élections sont celui du choix populaire.

                Le pouvoir est vacant en France dans la mesure où des imposteurs (co-optés par les multinationales à la solde des escrocs de la haute finance internationale) prétendent faussement être les représentants du peuple français.

                Dans la mesure où ces imposteurs sont en fait des dirigeants de sociétés commerciales internationales associées, ils sont illégitimes. Ils usurpent donc un pouvoir, normalement dévolu à un gouvernement voté par le peuple pour qu’ il défende ses intérêts.
                Ils ont prouvé dans les faits qui ils sont et pour qui ils travaillent.
                 


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 février 20:16

                @Anthony Rêveur
                Il n’y a jamais de démocratie dans un Empire colonial.
                Il y a des « gouverneurs de Provinces » qui appliquent les décisions prises ailleurs. Si Chouard était historien au lieu d’être économiste, il le saurait. 
                Tous les peuples colonisés ont toujours commencé par la libération et l’indépendance de leur pays.


                L’UPR ne peut pas être classée où vous l’avez mise, son programme est celui du Conseil National de la Résistance réactualisé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès