Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les lobbies font-ils la loi ?

Les lobbies font-ils la loi ?

Dans un entretien à La Voix du Nord, la sénatrice Christine Blandin (EELV), ancienne présidente de région, se dit interpelée par l’éviction de la ministre de l’Écologie, Delphine Batho. Elle déclare "Que les lobbies soient au plus près du président, ça m’interroge. … Si les lobbies font la loi nous n’avons pas notre place dans ce gouvernement".

A défaut de connaître suffisamment le contexte de l’environnement, voici quelques informations, dans le domaine de l’éducation, qui pourraient intéresser Madame Blandin.

Des rapports

Plusieurs rapports, en cours d’élaboration ou remis, ont pour objet d’éclairer la question de l’égalité filles et garçons dans l’enseignement et de dégager des propositions d’orientation à mettre en œuvre dès la rentrée 2013.

Le rapport sur l’égalité entre les filles et les garçons dans les modes d’accueil de la petite enfance (novembre 2012) est la réponse à une demande de la ministre de la condition de la femme. La liste des personnes rencontrées pour l’élaboration du rapport (pages 83 à 85), les ressources citées dans l’annexe 6 (pages 130 à 132) et la bibliographie (pages 147 à 149) montrent que tous ces éléments vont dans le même sens pour une instruction orientée.

Le rapport « Orientations stratégiques pour les recherches sur le genre » (novembre 2012), issu d’une réflexion de spécialistes des recherches sur le genre, propose vingt orientations stratégiques et concerne l’enseignement supérieur et la recherche en France. Objectif : offrir des pistes d’action à moyen et long terme pour donner à la recherche française sur le genre la place qu’elle mérite, tant sur la scène scientifique que dans la société. Les 13 contributeurs du rapport sont des femmes, toutes fortement impliquées dans les études de genre, ainsi que les autres sources consultées (voir liste pages 50 à 53).

Le bilan intermédiaire du Programme d’actions gouvernemental contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, publié en mai 2013, rappelle (page 10) que « le ministère de l’éducation nationale a lancé une mission spécifique, dont les conclusions seront mises en œuvre à partir de la rentrée 2013 ». Il s’agit du rapport « Éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire » rédigé par Michel Teychenné. Pendant l’élection présidentielle de 2012, celui-ci était chargé des questions concernant les personnes LGBT dans la campagne de François Hollande.
Il a remis son rapport au ministre de l’éducation nationale à la mi-mai 2013. A ce sujet il a déclaré « … le ministre rendra ses arbitrages avant la fin du mois de juin pour une mise en place des premières actions dès la rentrée 2013. Le rapport sera alors rendu public. » Ce n’est pas encore le cas à ce jour. Mais le rapporteur s’est exprimé dans un document élaboré par le syndicat SNUipp-FSU à l’occasion du colloque organisé le 16 mai 2013 par ce syndicat :« Il faut saluer le travail accompli par les syndicats des personnels de l’éducation nationale qui ont mené au sein du collectif « éducation contre les LGBT-phobies en milieu scolaire et universitaire » un important travail de sensibilisation, de réflexion et de propositions. … Dans le cadre de l’élaboration de mon rapport, je réfléchis à un certain nombre d’actions comme par exemple : le renforcement des partenariats avec les associations LGBT intervenant en milieu scolaire ».

Les décrets de la loi pour la refondation de l’école de la République

La loi pour la refondation de l’école de la République prévoit un certain nombre de dispositions qui sont renvoyées à la promulgation ultérieure de décrets par le ministre. C’est notamment le cas pour l’organisation et le fonctionnement du Conseil supérieur des programmes (article 20). Le CSP devrait être composé de seize membres (dix personnalités qualifiées nommées par le ministre ainsi que deux députés, deux sénateurs et deux membres du CESE). Ce CSP reprend, dans le principe, l’approche de l’ancien Haut Conseil de l’Éducation qu’il remplace (mission, membres, désignation) mais dans un contexte où les groupes de pression ont largement trouvé leur place. Ainsi, dès le 17 avril 2013 le syndicat FSU s’est positionné dans le débat en écrivant à A.Boissinot, chargé par le ministre de la mission de préparer l’installation du futur CSP.

La position du ministre de l’Éducation Nationale

Enfin le ministre de l’Éducation déclare à la fois, au « Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro » (28/04/2013) : « Il n’y a pas de débat sur la théorie du genre » puis au cours du « talk show » du Figaro du 29 mai 2013, « qu’il y a un travail partenarial qui est fait  » par l’Éducation nationale avec les associations LGBT, farouches défenseurs du genre dans l’école, notamment pour l’animation de la fameuse « ligne azur » et du site associé.

Vous avez dit lobby ?

Il n’est évidemment pas illégitime de faire appel à des acteurs du sujet considéré. Mais ne recueillir que des avis allant dans le même sens réduit singulièrement la portée d’une telle démarche, présentée comme démocratique dans un effet de vitrine, et confirme l’intérêt exprimé par le ministre pour un certain type de « travail partenarial », essentiellement pratiqué en arrière-boutique.

Un lobby est défini comme une structure organisée pour représenter et défendre les intérêts d’un groupe donné. L’action d’un lobby consiste « à procéder à des interventions destinées à influencer directement ou indirectement l’élaboration, l’application ou l’interprétation de mesures législatives, normes, règlements et plus généralement, toute intervention ou décision des pouvoirs publics ». Ainsi, le rôle d’un lobby est « d’infléchir une norme, d’en créer une nouvelle ou de supprimer des dispositions existantes ».

Si on partage cette définition on admettra que, dans le domaine de l’Éducation Nationale, en France, la loi est largement faite par des lobbies.

Reste à Madame la Sénatrice à en tirer les conclusions.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 9 juillet 2013 10:40

    les lobbys font’ ils la loi ?
    facile :
    a moins d’admettre qu’il soient complètement cons on ne peut pas imaginer qu’ils investissent autant de temps et d’argent si ce n’était pas efficace ni rentable.


    • Akerios 10 juillet 2013 20:26

      Si nous avons 7 professionnels a plein temps cela explique que le parlement français comme celui de Bruxelles encore plus courtisé  :

      ..........ne répondent plus a l’attente des peuples....... ( sans même parler de la gamelle ).


    • abdelkadder 9 juillet 2013 11:59

      Les lobbys ne sont que l’expansion exponentielle du sorcier, du chef , du violent de la tribu primitive....sauf que la tribu fut un groupe + ou - uni.....car il n’y a pas d’argent...

      Persuadé que vivre c’est accomplir ,alors que survivre est suffisant sauf pour celui dont la vie est vide..aujourd’hui nous tous donc, nous inventons un sens à la mesure de nos maigres moyens intellectuels et qui bien sur va être ce que l’intellect peut faire...mesurer et donner des valeurs relatives tout en essayant d’ignorer que demain ce sera fini

      Qu’est ce qui amène un humain à se soumettre à des lobbys ? et bien pardi selon les circonstances nous sommes tous de potentiels pseudo élites exploiteuses du travail des autres,voila pourquoi ca continue et ca va continuer....nos vies sont vides de sens .....

      il n’y a pas d’issues autre que la vie collective de partage simple a l’extérieur et remplie du sens de la vie à l’intérieur....donc pour nous il n’y a plus d’issues depuis longtemps..


      • Akerios 9 juillet 2013 13:04

        Les lobbys a Bruxelles c’est plus de 25..000 salariés a plein temps payés par les partis politiques et les corporations tel par exemple que le lobby des industries pharmaceutiques ou des banques.

        Face a la pression de ces lobbys :

        - les consommateurs  : absents personne

        -les titulaires de comptes banquaires  : aucun , personne.

         

        Par exemple pour influencer les députés européens le lobby des banque déploie des spécialistes et une logistique a plein temps dans des bureaux a Bruxelles . Des séminaires de travaille aux Maldives « all inclusive » Est ce que cela se refuse ? 

        Pour mieux comprendre les enjeux économiques les banques informent nos députés et hommes politiques. Elles sont très généreuses

         

         smiley Nous sommes dans une économie de marché. Le parlement a en face de lui :

        ------------- Des lobbys qui représentent les corporations (qui vendent des produits ) et sont présent (+ de 25.000 personnes a plein temps ) et leur demandent.

        -------------Des consommateurs ( qui sont des millions ) totalement absents du débat.   smiley

        .

        Connaissant la vénalité de l’âme humaine et l’absence totale de surveillance et de régulation de ce système comment voulez vous que le parlement européen puisse représenter les peuples ?

         

         


        • Akerios 9 juillet 2013 13:12

           

           smiley Les lobbys sont riches et partout dans tout les débats et assemblées.  smiley

           

           smiley Les consommateurs sont absents dans tout les débats et assemblées.  smiley

          .


          • Akerios 9 juillet 2013 13:16

            Face au lobby des banques vous connaissez un lobby des clients détenteurs de compTes bancaires ?

            Et cela est vrais dans tous les domaines !


            • Berkano Othala 9 juillet 2013 18:22

              Et le lobby des écologistes du nord vous connaissez ?!
              http://hors-sol.herbesfolles.org/2011/12/09/sortie-du-livre-lenfer-vert-enquete-sur-lecolo-technocratie-lilloise/

              A lire absolument, et vous verrez que les verts sont une espèce nuisible


              • Akerios 10 juillet 2013 20:31

                Berkano Othala

                 

                Parle nous des arguments................et non pas achetez le livre !

                .


              • Michel DROUET Michel DROUET 9 juillet 2013 18:30

                Non les lobbies ne font pas la loi. C’est beaucoup plus subtil que cela : ils amènent les parlementaires, soit en les convainquant, soit en les nourrissant, soit en les achetant, à voter les textes qui sont favorables à leurs intérêts.

                Le bon parlementaire est celui qui décroche un mandat en étant déjà convaincu du bien fondé des thèses d’un ou plusieurs lobbies. En cela les lobbies pratiquent l’élevage intensif des élus locaux dès leur éclosion dans la vie politique locale.

                Etonnez vous après cela que les politiques se ressemblent malgré l’alternance et le vote des citoyens. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

argumentaires


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès