Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi Sarkozy a perdu

Pourquoi Sarkozy a perdu

Il a perdu pour la bonne et simple raison que, malgré toutes les apparences, il n’était pas porteur d’un programme.

Bien sur, il a répondu aux attentes de 53% des Français, en promettant aux uns et aux autres ce qu’ils avaient envie d’entendre.

Mais en mettant bout à bout des idées contradictoires, on ne fait pas pour autant un programme.

Il a promis aux plus nantis d’entre nous le fameux « bouclier fiscal  », sur lequel il est obligé bon gré, mal gré de revenir aujourd’hui, car en privant son pays de ces milliards, il s’est en quelque sorte « tiré une balle dans le pied ».

Et la crise, que des économistes, tel Paul Jorion, avaient bel et bien prévu dès 2004, l’a rattrapé au tournant. lien

Il a longuement disserté sur « l’erreur des 35 heures » sans les supprimer pour autant, faisant ainsi plaisir aux patrons, et aux cadres. lien

Il a perdu, car il a voulu faire croire qu’il allait moraliser un « capitalisme sans foi, ni loi », et ce n’est pas en changeant la couleur des paradis fiscaux, en les passant du noir au gris, que l’on en change la réalité.

Une fois de plus, on est resté dans l’effet d’annonce, le beau discours attendu, comme celui de Toulon du 25 septembre 2008.

Les paradis fiscaux sont toujours là, et bien la, l’affaire Bettencourt en témoigne, et comme on l’a vu, Patrick de Maistre, gestionnaire de la fortune des Bettencourt, a transféré l’argent de Suisse, menacé par le fisc, vers d’autres paradis fiscaux…à Singapour par exemple.

Sur ce lien, l’enregistrement ou l’on entend Patrick de Maistre dire « on est en train de mettre le compte à Singapour  » (et l’enlève de Suisse, ou çà devenait trop dangereux).

Quand aux parachutes dorés, ils sont toujours opérationnels. lien

Il a évoqué l’insécurité, ce fantasme dont les retraités, et les nantis sont convaincus, et qui n’est pourtant pas une réalité.

C’est Laurent Mucchielli, un sociologue qui le dit : « le nombre d’homicides en France s’élève à 819, soit moitié moins qu’en 1989 (…) 80% des actes sur les personnes se font dans le cercle des connaissances, 30% dans le cercle marital, 20% dans la famille proche, et les 30% restants parmi les connaissances (…) les viols sont majoritairement un phénomène familial »

Et les chiffres sont têtus. lien

Sarközi a perdu parce, étant en réalité privé de programme réel, il s’est entouré de conseillers ayant des avis divergents. De Guaino à Guéant, en passant par Soubie et Levitte, c’est la guerre ouverte, et suivant des témoignages, ils en sont parfois presque venus aux mains. lien

Des lors, prenant chez l’un une idée, et chez l’autre une autre idée, il s’est mis en constante contradiction, ce que l’on perçoit très bien aujourd’hui, devant l’effarant manque de pragmatisme.

Il a perdu car en stigmatisant l’étranger, il s’est attiré les bienveillances des xénophobes, des extrémistes de droite, lesquels doutant que leur mentor, Le Pen en l’occurrence, pourrait emporter la partie, avaient préféré jouer la carte du « réalisme politique » en votant pour celui qui avait des chances de l’emporter.

Ce qu’ils ne referont pas en 2012. lien

De plus la récente volonté de stigmatiser et les banlieues, et les Roms a provoqué l’effet contraire, la division dans son propre camp, et la réprobation des citoyens, des églises et des états. lien

Il a perdu car en stigmatisant ce qu’il a appelé « la racaille  », et en privant la banlieue d’un plan social, il l’a laissé se marginaliser, et en supprimant la police de proximité, il a crée une situation d’affrontements et de « guerre civile ».

Il a perdu parce que, en montrant du doigt « l’assisté » et en agitant le leurre du « travailler plus pour gagner plus », il a séduit une partie de la population qui avait « envie de croire à ce concept », mais on a vu qu’il ne fonctionnait pas.

Il a perdu car, en dépensant des fortunes en communication, on peut entretenir quelques mois une illusion, mais, il a oublié qu’aujourd’hui un outil rapide et cruel, Internet, fait vite sauter le « rideau de fumée » des illusions et des mensonges.

Les petites phrases volées par des caméras indiscrètes, ou des téléphones portables, se sont retrouvées sur le net, et on a découvert la vraie nature d’un Président vulgaire et méprisant.

En effet, on est encore dans le domaine de la communication et de l’illusion si on croit un instant qu’en invitant un opportuniste de gauche, comme Bernard Kouchner, dans son gouvernement, il s’agit d’une « ouverture à gauche ».

En dévoyant Eric Besson, considéré par le siens comme un traitre, on ne justifie pas pour autant d’une ouverture.

En reprenant les mots de Jaurès, et en les manipulant, sans en appliquer les valeurs, on ne fait pas pour autant une politique sociale. lien

Tout cela n’était que de la communication, et rien de plus.

Mais le plus grave, c’est qu’il a perdu dès le premier jour, en fêtant sa victoire avec les nantis de son bord, ses amis friqués, il a privé ses électeurs de leur victoire, parce qu’il n’a pas voulu la partager avec eux.

Bien sur, il a tenté de corriger le tir, en masquant sa nature « bling-bling », mais le mal était fait.

La Cour des comptes, même si elle n’a qu’un avis de principe, a vite montré du doigt ses dépenses pharaoniques, dont le peuple a petit à petit découvert les détails.

Il a enfin perdu car son gouvernement est composé de personnalités dont la crédibilité s’est étiolée au fil des temps.

Le premier ministre, privé de tout pouvoir, est passé pour un homme transparent, incapable de donner une impulsion à son pays, mais comment remplacer un homme plus populaire que lui-même ?

Eric Woerth, l’homme qui voulait se faire passer pour chevalier blanc, est maintenant démasqué, et les français horrifiés, découvre la triste réalité d’un homme qui est suspecté d’être « un conflit d’intérêt ambulant » et dont la démission est réclamée. lien

Le coup de grâce, c’est donc l’affaire Bettencourt, car Sarközi sait que Woerth est le dernier fusible, et que, s’il saute, ce qui est prévisible, il va, lui, se trouver en première ligne.

Il s’agit bel et bien d’une affaire d’état, dans laquelle Sarközi est impliqué, pour être suspecté d’avoir échangé services rendus à la première fortune féminine de France, contre financement de sa campagne de 2007. lien

Entre la suspicion de légion d’honneur (lien) offerte à Patrice de Maistre, en échange de valises bourrées de billets en provenance de Suisse, et celle de l’abus de situation de faiblesse d’une vieille dame qui n’avait plus manifestement toute sa tête, il a donné au pouvoir une image terrible, dont les français ne veulent pas.

Aujourd’hui, il est prisonnier de ses contradictions, et il est obligé de reporter en novembre le remaniement ministériel prévu en octobre.

Les raisons sont multiples.

Il espérait une embellie, il espérait avoir réussi à étouffer l’affaire Bettencourt, il espérait une reprise économique, il espérait que le monde sortirait de la crise, et ces espoirs sont déçus.

Sur France Culture, (l’économie en question) le 4 septembre, les économistes invités évoquaient unanimement une crise qui durera une décennie...au moins.

Et pourtant, paradoxalement, Sarközi peut encore gagner en 2012.

Soit en démissionnant avant la fin de son mandat, espérant provoquer un clash, un désordre à gauche, celle-ci n’étant pas encore prête à reprendre la main, et redevenant « l’homme providentiel, le dernier recours ».

Soit en espérant être malgré tout présent au second tour, en 2012, en appliquant les mêmes recettes qu’en 2007, car les Français sont d’incorrigibles rêveurs, et sont toujours prêts à écouter les bonimenteurs.

Car comme aime bien dire mon vieil ami africain :

« On ne prend pas l’hippopotame avec un hameçon ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

215 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 10 septembre 2010 09:30

    s’il a peut être perdu , la gauche n’a elle pas encore gagné quoi que ce soit , et ne gagnera peut être mais que par défaut ! il ne faut pas vendre la peau de l’ours à talonettes !  smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 10:45

      au Chat,
      pas vendre la peau de l’ours ?
      bien évidemment, c’est d’ailleurs ce que j’écris à la fin de l’article.
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • ernestop 10 septembre 2010 09:31

      vous oubliez l’affaire jean sarkozy qui pour moi est symboliquement l’évenement le plus scandaleux du népotisme honteux que sarkozy a mis en place.


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 10:47

        ernestop,
        merci de l’avoir rappelé, d’autant qu’on oublie que, même s’il n’a pas eu la place de la présidence, il est quand même membre du conseil d’administration,
        j’ai cru comprendre qu’il briguait une place à la chambre des députés ?
        le népotisme a donc bien fonctionné,
        merci de votre commentaire.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 10 septembre 2010 15:24

        Oui, on en oublie. Et mon petit doigt me dit qu’on ne sait pas encore tout.


      • jako jako 10 septembre 2010 09:42

        Merci Olivier, tout dépend de la taille de l’hameçon smiley
        Je l’ai entendu dernièrement suite à la forte hausse du blé s’indigner que les produits alimentaires soient utilisés pour spéculer ! Effectivement quel scandale ! on nous dit rien !
        J’étais explosé de rire, mais cela passe personne ou presque ne le sait.


        • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 10:51

          jako,
          effectivement, il faudrait un très très gros hameçon.
          mais notre nimprésident a du y songer :
          il va nous dire que grâce à lui, en 2012, l’insécurité a reculé, que toutes ses réformes sont des succès, que la crise va finir, etc.
          merci d’évoquer ce problème alimentaire, qui est effectivement un énorme truc dont pas grand monde ne parle.
          mais je suis sur que quelqu’un va s’y atteler sur AV !
          merci de ton commentaire.


        • frugeky 10 septembre 2010 09:52

          Bonjour Olivier (permettez....)
          Tant qu’à écrire Sarkösi, publiez son patronyme complet avec le De Nagy Bocsa qui a pour moi un petit relent de guillotine. N’allez pas croire que je souhaite sa mort car comme chantait Dominique A : « il ne faut pas souhaiter la mort des gens, ça les fait vivre plus longtemps ».

          A propos de l’affaire Bettancourt, pas de nouvelle de sa situation fiscale et de sa condamnation, ou rattrapage, pour avoir omis de déclarer, pour exemple, l’ïle d’Arros (qui paraît-il ne lui appartient même plus ayant trouvé plus malhonnête que Maistre) et autres fadaises à plusieurs millions. Ca doit être le secret fiscal...

          Quant au président je pense au contraire de vous qu’il a gagné.
          Diviser pour mieux régner, rogner tout ce qui faisait de la France, héritière du CNR, un pays où il faisait encore bon vivre.
          Alors peut-être ne sera-t-il pas réélu en 2012, pour, peut-être encore, se représenter en 2017 en se présentant en sauveur comme l’a fait avant lui son mentor Berlusconi.

          Bonne journée.


          • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 10:56

            frugeky,
            c’est juste une question de paresse ! mais je vais faire un copié collé, comme çà chaque fois que j’aurais a évoquer ce nom, je n’aurais plus d’excuses.
            a propos de l’affaire Woerth/bettancourt, Sarközi de Nagy Bocsa (çà y est je m’y met !) ne risque pas d’être inquiété, tant qu’il est président,
            on se souvient de l’affaire de Juppé, qui dans le fond à payé pour Chirac...
            l’histoire bégaye.
            quand à Berlusconi, il semble aujourd’hui bien menacé,
            la coalition qui l’a mis au pouvoir a volé en éclat, et la justice va l’entendre.
            décidément les autocrates n’ont pas le vent en poupe,par les temps qui courent.
             smiley
            merci de votre commentaire.


          • Katinka 10 septembre 2010 09:57

            Jako
            Pour suivre le cours desmatières premières agricoles, il faut aller ici et surtout regarder à la Bourse de Chicago :
            Matières premières - Cours Cotation bourse - Les Echos.fr 


            • Katinka 10 septembre 2010 10:01

              Cabanel

              Qu’il perde semble dans le cours des choses mais ce qu’il faut regarder, c’est où il place et placera ses hommes avant de partir dans les corps d’État.

              Soleil et tonte assurée.


              • Katinka 10 septembre 2010 10:27

                Cabanel
                Qu’il perde semble dans le cours des choses mais ce qu’il faut regarder, c’est où il place et placera ses hommes avant de partir dans les corps d’État.

                Il ne faut plus regarder le rétroviseur de Charkosy ( j’ai bien dit... Charkosy ) mais lui faire barrage et papoter sur ces fameux hommes .

                Un coup de pub sur le sujet ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 10:59

                Katinka,
                c’est vrai aussi,
                mais lui, était très attaché à la fonction présidentielle, et aujourd’hui, c’est son égo qui en prend un grand coup.
                j’ai toujours pensé qu’il s’était trompé de métier,
                ce qui l’intéresse, c’est d’être vu, c’est le show biz,
                il suffit de voir qui il fréquente.
                merci de votre commentaire,
                 smiley


              • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 11:03

                Katinka,
                j’ai l’impression que vous avez quelques idées sur le sujet,
                vous devriez suggérer quelques noms,
                Sarközi de Nagy Bocsa, ou Charkozi, que l’on peut parait-il prononcer sarkeuille (cercueil ?) n’est pas au bout de ses peines,
                j’ai un article sur le feu qui devrait l’intéresser : (ces étranges français) ^(l’histoire des français, revue et corrigée)
                c’est pour bientôt
                à+
                 smiley


              • Salsabil 10 septembre 2010 10:05

                Bonjour Olivier,

                Quel constat !

                Mais.... Je te trouve presque gentil !

                Et Karachi ? Hum ?

                Bonne journée. smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 11:05

                  Salsabil,
                  c’est vrai il y a aussi Karachi,
                  mais surtout, et je ne l’ai pas évoqué) c’est l’affaire Tapie/ Sarközi de Nagy Bocsa
                  le Canard a sorti çà mercredi, Médiapart en parle aujourd’hui, une grosse affaire à l’horizon.
                  pleine de mystères,
                  le genre d’histoire passionnante, et Sarközi de Nagy Bocsa va se trouver en première ligne.
                  merci de ton commentaire, et bonne journée aussi.
                   smiley


                • Katinka 10 septembre 2010 10:21

                  Les retraites et possibles dérives.

                  Homme déjà placé ici et sournoisement dans rouage de l’ETAT :
                  La Caisse des Dépôts, la CNP , etc ... ;

                  Réforme des retraites profitable au frère de Sarko ? Assurance privée dépendance obligatoire ? - Le blog d’ Eva, R-sistons à la crise

                  Le rêve de Guillaume Sarkozy - Que fait l’Europe face à la crise ? - Blog LeMonde.fr 

                  L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte.
                   Confucius


                  • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 11:11

                    Katinka,
                    oui, c’est un bon début,
                    guillaume, mais aussi l’autre frère, celui qui est dans big pharma,
                    aussi le fiston jean, qui vise une place à l’assemblée, et qui espère toujours la présidence de l’Epad,
                    mais aussi Estrosi, et quelques autres.
                    « celui qui a perdu quelque chose, cherche sous la lumière du réverbère, oubliant que l’objet perdu n’est peut-être pas dans la lumière. »
                    c’est de moi, en principe.
                     smiley
                    mais faudrait le reformuler plus proprement.
                     smiley


                  • wesson wesson 10 septembre 2010 11:13

                    Bonjour l’auteur,

                    contrairement à ce que vous pensez, à mon sens M. Sarkozy a déjà gagné.

                    Il ne sera pas réélu en 2012, probable, mais finalement, ses déclarations avant qu’il accède à la présidence était « je fait un mandat puis ensuite je vais me faire payer à donner des conférences partout dans le monde pour m’enrichir comme Bill Clinton ». Et c’est vrai que dans ce domaine, Clinton a été particulièrement servi, il raconte dans ses mémoire que lors du mois de Février 2001 (suivant donc son mandat), il a gagné plus d’argent que dans toute sa carrière (et c’était un mois de 28 jours...)

                    Au niveau influence, il a placé ses hommes partout et élevé la corruption et le clientélisme comme un art au plus haut niveau de l’état.

                    Et au niveau de ce qu’il reste du système social Français hérité du CNR, il a été effectivement le président qui en as le plus fait pour le détruire. Sa réforme des retraites, si elle passe, promet d’ailleurs des lendemain qui déchantent.

                    Les Français voulaient élire Sarkozy pour qu’il « foute la merde » et « que ça bouge ». Ils l’ont élu, et c’est ce qu’il a fait et continue à faire. Ce que les Français n’avaient pas prévu, c’est que lorsque on lance une merde dans un ventilateur, tout le monde en prends, et pas que les arabes de la cité.

                    Le pire dans tout cela c’est que l’idéologie néo-libérale défendue par M. Sarkozy aurait dû ressortir en lambeaux de la crise et de cette présidence. Et à mon grand regret, je ne puis que constater que c’est le contraire, et que toute alternative qui nous est proposé consiste à une continuation voire une aggravation de cette politique.

                    Alors oui c’est une victoire pour M. Sarkozy, une victoire idéologique totale. Et à mon sens, seule la rue peut maintenant changer cela.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 11:54

                      wesson,
                      si le Sarközi de Nagy Bocsa lit votre commentaire, çà va lui faire un grand plaisir, parce qu’aujourd’hui, il est coincé de toute part,
                      décridibilisé dans son propre parti,
                      montré du doigt par l’église et l’Europe,
                      je maintiens mon analyse.
                      il a perdu, en développant une « stratégie de l’échec »
                      mais, comme je le dis à la fin de l’article, il peut quand même gagner, tant les Français sont capables de crédulité.
                      aujourd’hui, si on interroge les Français, personne ne se souvient d’avoir voté pour lui,
                      çà rappelle les années sombres d’après guerre, ou les pétainistes (qui étaient une majorité) se sont brusquement retrouvés tous résistants.
                      merci de votre commentaire.


                    • spartacus1 spartacus1 10 septembre 2010 18:02

                      Wesson, tu nous rappelles que Sarko a dit "je fait un mandat puis ensuite je vais me faire payer à donner des conférences partout dans le monde pour m’enrichir comme Bill Clinton. ".

                      C’est une chose de le penser et de le dire, c’en est une autre de le réaliser.

                      Parce que, franchement, qui donc aurait donc envie de payer, ne serait-ce qu’un euro pour aller écouter un Sarko, mauvais orateur, massacrant la langue française, sans idée, etc.
                      A contrario, Clinton a des idées, est bon orateur et parle correctement anglais, tout au moins pour un étatsunien.

                      Que les nantis, ceux qui peuvent payer de 500 à 1000 euros pour 2 heures de repas-conférence, puissent à l’occasion se servir de la marionnette Sarko, c’est un fait, mais de là à payer et perdre son temps pour aller l’écouter, il y a de la marge.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 11 septembre 2010 18:31

                      Wesson,
                      en complément à ma réponse, je vous propose celle d’un blogueur, que je trouve tout à fait judicieuse :
                      http://falconhill.blogspot.com/2010/09/les-10-boulets-du-futur-candidat.html


                    • Alpo47 Alpo47 10 septembre 2010 11:15

                      Mais Sarkozy n’a pas « perdu »... Il a parfaitement rempli sa « mission », mandaté qu’il était pour casser les acquis sociaux et placer notre société dans la mondialisation.
                      Il ne sera pas réélu ? Vu le degré de « crétinisme » ambiant, rien n’est sur.
                      De toutes façons, son remplaçant désigné, DSK est déjà prêt à reprendre le flambeau et continuer... en pire.

                      Pour ce qui est de Sarkozy, s’il devait être battu en 2012, sa reconversion est surement déjà envisagée. Il suffit de voir Tony Blair se remplir les poches actuellement.


                      • Massaliote 10 septembre 2010 11:48

                        Exact. Cécilia : « j’ai amené Nicolas là où il devait aller ». C’est la suite logique du « punir la France ». L’agent Sarko a mené sa mission sans faillir.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 14:14

                        Massaliotte,
                        c’est vrai qu’on oublie souvent le parcours de ce « président »
                        merci d’avoir rappelé ses formateurs,
                        américains, ou autres...
                        Buch, Pasqua, etc


                      • kisssky kisssky 10 septembre 2010 15:13

                        sans oublier le polo club , le milliardaire belge , son pote Frere , peugeot , et j’en passe....merci à tous ces milliardaires avides de pouvoir et mentalement déranger de s’occuper si bien de nos vies......


                      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 10 septembre 2010 15:21

                        Alpo47.

                        Pire que Sarko ? Non, je n’y crois pas. Même DSK ne serait pas aussi nocif que le petit néolibéral (à cause des ministres communistes et écolos qu’il serait obligé d’intégrer au gouvernement).


                      • Alpo47 Alpo47 10 septembre 2010 17:24

                        Je dis pire , parce qu’il avance « caché »...
                        Libéral , avide de pouvoir et de reconnaissance, américanophile ... tout en se prétendant « socialiste »et défenseurs des défavorisés.
                        Sarkozy, lui, n’a jamais caché ses penchants pour Busch et les USA, pour le fric et les milliardaires. Avec lui, seul les naifs (ou idiots) se sont laissé gruger.
                        DSK, tout dévoué aux USA... et à Israel... joue un double jeu. Il se fera élire par les gens qui aspirent par une société plus solidaire, et par la droite déçue, et fera une politique libérale, européenne et dévouée au NWO.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 18:27

                        Alpo,
                        DSK n’est pas vraiment représentatif du socialisme, j’ai en tout cas le sentiment qu’il n’est pas perçu par les gens de gauche comme quelqu’un qui est dans leur camp^,
                        et face à Sarközi de Nagy Bocsa au deuxieme tour, il pourrait bien se planter, comme je l’ai expliqué dans un article ancien :
                        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/2012-scenario-inattendu-pour-73918
                        il semblerait bien qu’il ait quelques casseroles, connues de Sarközi de Nagy Bocsa.
                         smiley


                      • Katinka 10 septembre 2010 11:33

                        Cabanel

                        Wesson a complété. Ce n’est plus la personne de Charkosy qu’il faut viser mais son idéologie .

                        En comparaison, l’ombre de Bush est toujours présente autour d’Obama.

                        L’élection présidentielle future sera importante.
                        1/ l’axe Paris Berlin va t-il se casser .
                        2/ l’axe USA, UK, FRANCE va t-il se renforcer .
                        3/ La France est-elle capable de taper du poing sur la table ; revoyons l’Europe et donnons-lui une existence politique réelle.

                        En résumé, serons-nous capable d’ouvrir les yeux et que seul, un monde mulitipolaire pourra nous offrir une stabilité au XXI ème.

                        La conscience est la lumière de l’intelligence pour distinguer le bien du mal ?
                        Confucuis.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 13:24

                          Katinka
                          mon « vieil ami africain » est bien léger façe à votre « confucuis »
                          le bien, le mal, sont des notions avérées, et pourtant chacun y met ce qu’il veut.
                          le bien de l’un pourrait être le mal de l’autre,
                          tout çà est affaire de conscience.
                          de sa propre conscience.
                          chacun se retrouve un moment ou l’autre devant le miroir de sa réalité.
                          et c’est à lui de se démerder avec çà.
                          c’est un peu cru, mais çà a l’avantage de la clarté.
                          vous devriez venir ce soir (j’ai peur que ce soit difficile)
                          des amis organisent dans une ancienne marbrerie, proche d’une cascade (j’en ai déjà parlé) une scène ouvert, où votre artiste préféré (?) se produira.
                          c’aurait été l’occasion de parler de conscience.
                          pour revenir au sujet,
                          l’axe Paris Berlin est déjà mort.
                          la faute à Niko, et à ses conseillers
                          ce sont les banques qui ont le pouvoir, et elles n’ont rien à faire des frontières,
                          elles sont sur une logique de victoire financière court terme, ne s’intéressant pas de ce qui suivra,
                          une folle course en avant,
                          on devrait plutot évoquer « une folle course en arrière ».
                          les états n’existent plus.
                          notre choix est limité, et égoïste : l’autarcie.
                          souhaitant la disparition des cons,
                          vaste programme.
                          merci de ton commentaire (référence à Prévert)
                          ...je dis tu à...
                           smiley


                        • emile wolf 10 septembre 2010 11:55

                          Il est clair désormais que le candidat Sarkozy n’était pas à la hauteur d’une tâche que, pour paraître, il complique chaque jour un peu plus. Quand la mécanique est grippée on ne peut plus la faire rouler.

                          Le plus grand atout de M.Sarkozy est la fragilité de l’opposition.

                          Sa plus grand faible est lui-même. Le farfelu des idées coercitives est légion. Les solutions inadaptées s’empilent, mal arrimées par le comportement hargneux de parvenu profiteur et les éclats peu dignes de la fonction. Les calculs sans dessein politique s’arrêtent à la combine et boudent la stratégie.

                          Toute son action trahit ses complexes. Rien n’est construit pour durer. Tout est brouillon, virtuel, pour la galerie et l’effet de manche. Son besoin d’être admiré et craint pour s’imposer, despote, est significatif. Assoiffé de pouvoir et de reconnaissance, être colérique, il suspend ses comptes au croc du boucher sans repentir.
                          Quoi de plus productif ?

                          Aux yeux du monde il figure une France arrogante, superficielle, peu fiable et xénophobe. A l’intérieur il personnifie l’échec, le gaspillage et l’incompétence. Quelle valeur républicaine incarne-t-il ? Quelle démocratie échaffaude-t-il ? Il démantèle république et démocratie sans méthode avec acharnement systématique.

                          Sa baisse de popularité semble irréversible. Elle provoque le remue-ménage d’une majorité où les successeurs, sentant le moment venu, se bousculent sans respect pour l’icône déchue.

                          Si le Président a fait son temps pour la grande majorité des citoyens, il faut désormais protéger la nation du pire à venir. Les solutions d’un tel touche-à-tout sont mauvaises, inefficaces et toujours dangereuses. Elles naissent du caprice d’un être faible peu scrupuleux et amoral. Le génie est si imbu de lui-même qu’il n’est pas en mesure de tirer les conséquences de son échec personnel pour sauver l’Etat.  


                          • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 13:30

                            emile,
                            permettez moi de vous appeler par votre prénom.
                            sarközi de Nadgy Bocsa n’est qu’un pion, même s’il croit encore être le maître d’un monde,
                            ses idées se bousculent, elles sont contradictoires, parce qu’au fond, il n’en a pas,
                            il n’a pas de culture politique,
                            et peut-être même pas de culture tout court,
                            il est dans l’évènementiel, dans l’image, dans le décors,
                            il est une illusion personnifiée
                            il n’est qu’un avatar de la machine politique, mais il a fait beaucoup de dégâts, qu’il nous faudra des décennies à réparer.
                            nous payons la note d’une démocratie sincère, mais peu efficace.
                            le français, dans sa grande majorité, n’a pas de culture politique, voire pas de culture tout court, et le résultat des urnes est le reflet de cette réalité.
                            pourtant, je ne vois pas d’autres modèles.
                            et vous ?
                             smiley


                          • kiouty 10 septembre 2010 12:24

                            en privant son pays de ces milliards, il s’est en quelque sorte « tiré une balle dans le pied ».

                            La-dessus encore une fois on croit que ce sont « des erreurs », de l’ « incompétence ».

                            Pas du tout. C’est une grossière erreur de diagnostic. Ces milliards en moins, c’est ce qui permet à Sarkozy de marteler aujourd’hui en pleine crise qu’il est obligé de réformer les retraites à cause de la dette abyssale. C’est donc une stratégie purement réfléchie dès le départ, le fameux chantage à la dette, qui ne date pas d’hier.

                            En revanche, le billet montre bien la position paradoxale dans laquelle se trouve Sarkozy, et qui est responsable de son impopularité actuelle : faire une politique d’inspiration néo-libérale (au service des financiers et des grands patrons), tout en clamant qu’il est au service du plus grand nombre. Hors les deux ne sont pas faisables simultanément, car au service d’intérêts contraires. On ne peut pas servir le plus grand nombre tout en menant des politiques inégalitaires et antisociales typiques du néo-libéralisme (affaiblissement des structures publiques et des acquis sociaux comme les retraites). Ca tenait tant que les gens étaient enfumés par les discours de pure forme (valeur travail blah blah blah), mais ce temps là est révolu.

                            Et ca ne reviendra pas en arrière pour Sarkozy. En revanche, ca sera prolongé encore et toujours avec des Bayrou, des Morin, des DSK, des Royal, des Aubry...


                            • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 13:42

                              Kiouty
                              oui, c’est assez vrai.
                              mais l’UMP n’est pas allé au fond de la question,
                              à moins qu’elle y soit allé, et qu’elle joue la perversité.
                              ce qui ne serait pas surprenant.
                              je dis UMP, je ne veux pas déresponsabiliser sarközi de Nadgy Bocsa, mais seulement constater qu’il n’est que le porte parole d’une mouvance qui l’a choisi pour un « enfumage général »
                              soyons concrets.
                              des la cinquantaine, un travailleur n’intéresse pas beaucoup de patrons, d’abord, les salaires deviennent contraignants, diminuant la marge bénéficiaire de l’entreprise, et les entreprises préfèrent engager des « jeunes cadres » dont les salaires moins gourmands seront un argument suffisant,
                              bon,
                              ces cinquantenaires seront donc au chômage, et si l’age de la retraite est prolongé, ce sont les caisses de chômage qui vont trinquer.
                              dans tous les cas, le pouvoir d’achat de ces travailleurs va chuter.
                              la consommation ne pourra donc pas être relancée.
                              et l’entreprise se tire une fois de plus une balle dans le pied.
                              bien sur, si elle délocalise, elle augmente ses marges de profit, mais qui va acheter les produits finis ?
                              les chinois ?
                              amusant.
                              en tout cas ce ne sera plus les français,
                              c’est toute la question du travail qui est posée.
                              sommes nous destinés à travailler plus (pour gagner éventuellement moins) ?
                              quel est le sens de la vie que nous désirons ?
                              une vie basée sur la créativité, l’échange, la rencontre, le partage, ...etc
                              ou une vie de merde pendant 50 ans, pour ensuite finir en visites guidées de monuments et de restaurants.
                              c’est caricatural, je l’admets, mais si peu éloigné de la réalité, non ?
                               smiley
                              merci de votre commentaire


                            • kiouty 10 septembre 2010 12:28


                              Je prolonge mon dernier commentaire : se débarrasser de Sarkozy ne nous débarrassera pas du problème de fond, de l’Europe, de la mafia financière, des politiques ultra-libérales. D’un point de vue socio-économique, il n’y aura guère de différences entre les uns et les autres.

                              En revanche, ça sera peut-être bon pour notre image à l’étranger, qui est une catastrophe absolue...


                              • olivier cabanel olivier cabanel 10 septembre 2010 14:05

                                kiouty,
                                la marseillaise a été sifflée lors du dernier match des bleus, cette semaine, et ce n’était pas à cause du sport, mais à cause des expulsions des roms.
                                la France, honte de l’Europe.
                                merci qui ?
                                 smiley


                              • Pyrathome pyralene 10 septembre 2010 12:47

                                « j’ai pas menti, j’ai dit ce que j’allais faire et je le ferais..... » qu’il disait en 2007 le monsieur.... smiley

                                Dire qu’il y a 20 millions de crédules qui ont bu ses diatribes comme un vin de messe me semble encore bien plus grave que les frasques de ce guignol animé par les marionnettistes du Fouquet’s et leurs enveloppes de papier kraft bien remplies......D’ailleurs, la messe continue....
                                Quand il parlait de « rupture », effectivement il ne mentait pas,pour une fois, il voulait simplement parler indirectement de la rupture du pacte républicain....ce type est un fossoyeur stipendié doublé d’un nainposteur !! Mais ça, on le savait bien avant, on l’avait prédit ici-même dans cette campagne ordurière.....
                                Perdu, c’est le moins qu’on puisse dire avec même pas 10 % d’opinions favorables réels....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès